Navigation – Plan du site
La notion de "victime" : récits, discours et représentations dans les espaces lusophones et hispanophones – Coord. Georges Da Costa et Nadia Tahir
Delphine Lecombe

Entre douleur et raison : sociologie de la production de figures de victimes en contexte colombien

[10/03/2015]

Résumés

Les victimes ont gagné depuis la fin des années 1990 une place centrale dans l’imaginaire et dans les dispositifs associés aux sorties de conflit et de dictature, notamment en Amérique latine. C’est le cas en Colombie, pays qui ne connaît pas de transition à la démocratie comme dans le Cône sud des années 1990, mais où l’Etat colombien met en place depuis la démobilisation des paramilitaires en 2002 des politiques de justice transitionnelle, notamment destinées aux victimes des groupes armés illégaux. Mais comment construit-on socialement des victimes en contexte conflictuel ? Par quel processus en vient-on à associer des femmes, des hommes ou d’enfants à la catégorie de victime ? L’article vise à étudier par quelles modalités des dispositifs de sensibilisation à la cause des victimes participent à produire des figures victimaires du conflit colombien. Il montre que les dispositifs donnent non seulement à voir et à sentir la douleur des victimes, mais qu’ils les érigent également en victimes « attestées », c’est à dire raisonnables, dépolitisées et conformes aux normes et rôles sociaux traditionnels de la société colombienne.

Haut de page

Texte intégral

1Le 29 avril 2009, dans un salon du Musée du quartier aisé du Chico, au nord de Bogotá, une organisation non-gouvernementale (ONG) colombienne engagée dans des projets de pacification, la Corporación Nuevo Arco Iris, convie la communauté des droits de l’homme de la capitale au lancement de la collection de trois livres intitulée La memoria desde las víctimas (La mémoire depuis les victimes).

2A la table des orateurs, outre les représentants d’ONG, personnalités connues et reconnues du milieu de la défense des droits de l’homme de la ville, deux victimes du conflit colombien sont invitées à prendre la parole et à incarner les témoignages compilés dans les ouvrages. 1 200 entretiens ont en effet été réalisés dans 10 régions colombiennes auprès de victimes de la violence. Une première femme nommée Lina prend la parole en représentation des femmes victimes de la ville caribéenne de Santa Marta pour évoquer « la violence paramilitaire, cet instrument de l’Etat qui a cherché à en finir avec tout de ce qui avait à voir avec l’opposition » et qui a emporté Julio, son mari. Elle évoque le désespoir et la guérison : « toucher le fond aide à reprendre de la force ; toucher le fond pour pouvoir guérir ». Puis une seconde femme nommée Judith prend la parole au nom du Colectivo de memoria de Ciudad bolivar (collectif de mémoire de Ciudad Bolivar), quartier pauvre des faubourgs de Bogotá. Elle présente le projet de réparation symbolique et de réconciliation que porte son collectif : « nous racontons notre histoire à travers l’art et nous jouons une pièce de théâtre ». L’événement se termine par une vidéo présentant le projet de publication, alternant interviews des principaux acteurs du projet et clichés montrant des actes de commémoration, des rassemblements et réunions d’associations de victimes, sur fond d’une musique mêlant piano et violon. Au sortir de cet événement, beaucoup des présents, essentiellement des professionnels des droits de l’homme et de la paix de la capitale manifestent leurs émotions, exprimant que c’était une « belle cérémonie », que c’était « fort ».

3Comme beaucoup de rassemblements ou de supports dédiés aux « victimes » du conflit colombien, la conférence du 29 avril 2009 participe à consacrer certaines personnes dans le statut de « victimes » en suscitant l’émotion autour de leur vécu de la violence. Avec d’autres, la « cérémonie » de lancement des livres sur la mémoire des victimes concourt au processus social et politique de construction de figures victimaires du conflit colombien. Comme le signalent Lilian Mathieu et Sandrine Lefranc,

  • 1 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian, « De si probables mobilisations de victimes », in Sandrine Lefr (...)

être reconnu comme victime à part entière est (…) le fruit d’un processus de production statutaire auquel contribuent et participent diverses catégories d’acteurs, et qui peut s’interrompre lorsque les éléments qui appuient l’attente de reconnaissance s’avèrent insuffisamment probants1.

  • 2 L’Etat colombien crée en 1994 les Convivir (qui signifie « vivre ensemble ») afin de lutter contre (...)
  • 3 La loi ne considère comme « victimes » que les personnes « ayant souffert d’une violation dont les (...)

4Dans tout contexte, la construction de la catégorie de victime recouvre des enjeux de qualification éthiques, juridiques et politiques. Dire qui est victime de quoi implique de désigner des responsables et de questionner ce qui a rendu possible la condition victimaire. L’enjeu de qualification victimaire est d’autant plus important dans un contexte de guerre, comme en Colombie où le conflit oppose depuis 1948 les guérillas, les groupes paramilitaires et l’armée régulière sur fond de trafic de drogue. Fin 2002, un événement déclenche une large mobilisation autour des « victimes » du conflit colombien : les groupes paramilitaires annoncent un cessez-le-feu et leur volonté de négocier avec le gouvernement colombien. Créés au milieu des années 1990 sur la base des coopératives de sécurité privées chargées de protéger les intérêts des élites économiques terriennes et industrielles, ces groupes s’opposent aux guérillas marxistes majoritairement constituées dans les années 1960 et 1970. Parfois directement issus des cartels de la drogue, ils ont affermi leur pouvoir politique et économique sur le territoire colombien en conjuguant le trafic de drogue, la collusion avec les élites locales et nationales, et le recours à la violence de masse contre la population (massacres, vols de terres, déplacements forcés, etc.)2. La démobilisation des combattants paramilitaires en 2003 donne lieu à un large débat sur le type de justice à appliquer à ces responsables de crimes imprescriptibles et sur la teneur des « droits » de leurs « victimes ». Votée en 2005, la loi « Justice et Paix » octroie aux paramilitaires responsables de graves violations des droits de l’homme des remises de peines conséquentes (3 à 5 ans de prisons) contre leur démobilisation, leur désarmement, la révélation de la vérité sur les crimes commis et la réparation aux victimes. Parallèlement, la loi proclame les droits des « victimes » du conflit à la justice, la vérité et la réparation. Si la loi Justice et paix consacre juridiquement la figure de la victime3, elle place au cœur du dispositif de sortie de conflit les bénéfices octroyés aux paramilitaires responsables de violations des droits de l’homme. Dans un contexte qui donne une large place à la parole des bourreaux, les professionnels des droits de l’homme (juristes, universitaires, etc.) tentent alors de promouvoir la cause des droits des victimes, et notamment leur mémoire et la reconnaissance publique des violences subies.

  • 4 Voir par exemple De Gamboa Tapias, Camila (ed.), Justicia transicional : teoría y praxis, Bogotá, U (...)
  • 5 Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » : usages sociaux et politiques de la (...)
  • 6 Lefranc, Sandrine, « Créer du lien social », in Sandrine Lefranc (dir.), Après le conflit, la récon (...)
  • 7 Par l’expression « figure victimaire », nous entendons mettre l’accent sur la façon dont les victim (...)

5La production de figures victimaires en contexte de conflit ou de sortie de conflit est rarement interrogée par la littérature académique francophone, anglophone ou hispanophone. Eminemment politique, cet objet porte une charge morale particulière, surtout au moment d’évoquer les souffrances de personnes dont les violences subies questionnent les frontières de l’humanité, notamment en Colombie (homicides, kidnappings, disparitions forcées, déplacement forcé, violences sexuelles, massacres, décapitations, démembrements, etc.). La littérature sur les victimes de conflits et leurs droits, souvent identifiée à la « justice transitionnelle », est une littérature tournée vers la recherche de « bonnes pratiques » de sortie de conflit et produite par des juristes, des historiens ou des anthropologues souvent engagés dans la défense de la cause des victimes4. L’originalité de notre démarche réside dans le fait de traiter d’un point de vue sociologique un sujet essentiellement abordé de façon normative et militante. Issu d’une thèse de doctorat en sociologie politique5, cet article s’inscrit dans le sillon des travaux (jusqu’ici essentiellement francophones) qui font le choix épistémologique de « banaliser des objets dont la nature est prompte à susciter un jugement moral et qui sont bien souvent activement enchantés par les acteurs qui participent à leur invention6 ». L’objectif est ici de comprendre, à partir du cas colombien, les modalités de construction de figures victimaires7 dans un contexte conflictuel où les victimes du conflit ont été pendant longtemps inexistantes du débat public colombien. En d’autres termes, comment des membres d’associations, d’ONG et autres juristes produisent-ils des « victimes » ainsi socialement reconnues ?

  • 8 Centro Internacional para la Justicia Transicional, Recordar en conflicto, iniciativas no oficiales (...)
  • 9 Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad so (...)
  • 10 Nieto, Patricia (dir.), Me gustaba mucho tu sonrisa, Medellín, Secretaria de gobierno de la alcaldí (...)

6Pour répondre à cette question, nous partirons de l’étude de quatre « dispositifs de sensibilisation » à la cause des victimes du conflit colombien auxquels nous avons été exposés lors de notre terrain de doctorat en 2009. Outre la cérémonie du 29 avril 2009 décrite plus haut, nous nous intéresserons aux productions éditoriales d’ONG et d’acteurs publics colombiens promouvant « la mémoire des victimes » : un livre de l’International Center of Transitional Justice (ICTJ)8, ONG nord-américaine ayant ouvert une antenne à Bogotá, le rapport de 480 pages de la commission de vérité sur les faits du Palais de justice9 issue de la Cour suprême de Justice, un livre du programme d’aide aux victimes de la mairie de Medellín10. Ces livres, rarement vendus, sont le plus souvent distribués et diffusés sur internet.

7Les dispositifs de sensibilisation désignent selon Christophe Traïni

  • 11 Siméant, Johanna, Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », in Christo (...)

l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène que les militants déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à s’engager ou à soutenir la cause défendue11.

8Ce concept va ainsi nous permettre de comprendre dans la première partie de cet article la façon dont des dispositifs de sensibilisation produisent des figures victimaires du conflit colombien en donnant à voir et à sentir leur douleur. Nous verrons néanmoins dans la seconde partie du texte que la sensibilisation à la douleur ne suffit pas à produire des victimes « attestées ». Les dispositifs de sensibilisation dépeignent également les « victimes » comme raisonnables, dépolitisées et conformes aux normes et rôles sociaux traditionnels de la société colombienne.

Radiographier la douleur par la douleur

  • 12 ibid., p. 20.
  • 13 Traïni, Christophe, « Les victimes entre émotions et stratégies » in Sandrine Lefranc, Lilian Mathi (...)
  • 14 « Centre national de ressources textuelles et lexicales : victime », www.cnrtl.fr, disponible sur : (...)
  • 15 loc. cit.
  • 16 loc. cit.

9Un dispositif de sensibilisation vise à « rendre sensible », c’est-à-dire perceptible, visible, digne de préoccupations morales, un sujet qui ne l’était pas. De tels dispositifs interpellent les individus, consistent à les rendre sensibles à une cause afin qu’ils deviennent réceptifs, portés à s’émouvoir et prompts à réagir12. Les dispositifs de sensibilisation sont donc porteurs d’émotions, et, dans le cas qui nous intéresse, visent à montrer la douleur des victimes. Comme le fait remarquer Christophe Traïni13, le sens de la catégorie de victime était à l’origine religieux. Dans l’antiquité, une victime désignait « l’animal ou l’être humain offert en sacrifice à une divinité14 ». Par extension, la religion chrétienne a désigné comme victime le Christ et « toute personne qui s’offre à Dieu dans le martyre15 ». Aujourd’hui, le sens de la catégorie de victime a évolué pour désigner plus communément dans la langue française une « personne qui souffre du fait de quelqu'un, qui subit la méchanceté, l'injustice, la haine de quelqu'un16 ». La condition de victime est donc liée à la souffrance et à la désignation d’un responsable de cette souffrance, d’un perpétrateur. C’est pourquoi les livres de la série « La mémoire depuis les victimes » opèrent d’après le président de la Corporación Nuevo Arco Iris comme une « radiographie de la douleur par la douleur ». Nous allons voir dans cette première partie comment les dispositifs de sensibilisation rendent sensible la souffrance des victimes en donnant à voir leur douleur et en prescrivant des émotions à leur égard.

Donner à voir et à entendre la douleur des victimes

10Comment les dispositifs de sensibilisation donnent-ils à voir la douleur des victimes ? Ils ont recours à des médias, au sens de « ce qui sert de support et de véhicule à un élément de connaissance; ce qui sert d'intermédiaire, ce qui produit une médiation entre émetteur et récepteur ». Dans le cas des dispositifs de sensibilisation à la cause des victimes que nous étudions, trois types de médias sont mobilisés: des témoignages, des photos et des dessins des personnes considérées comme victimes.

11Les témoignages des victimes ont tout d’abord une place de choix dans les dispositifs de sensibilisation à leur cause. Pour Christophe Traïni, le témoignage est

  • 17 Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », RFSP, 2010/2, vol. 60, p. 351.

cette forme narrative d’autant plus émouvante qu’elle mêle compte-rendu d’une expérience passée et remémoration de la façon dont cette dernière affecta alors le témoin17.

12La conférence de lancement de la collection de livres « la mémoire depuis les victimes » vise en effet à rendre perceptible, à « visibiliser » comme le dit la coordinatrice du projet, la souffrance vécue par les victimes. Les dispositifs de sensibilisation ont pour but, comme l’exprime un autre participant, à dévoiler « l’intimité » de la souffrance vécue, perceptible lorsque Lina évoque « Julio » son mari défunt.

  • 18 Terme utilisé lors de la cérémonie du 29 avril 2009.
  • 19 Idem.

13De la même manière, le rapport de la commission de vérité sur les faits du Palais de justice donne vie aux victimes disparues à travers les récits et témoignages de leurs proches. Parmi les 480 pages qui composent le rapport, près de 50 pages d’annexes sont constituées d’hommages aux victimes. Le portrait de chacun des magistrats ayant péri est dressé, souvent par des proches (enfants ou collègues). Dans une seconde partie des annexes, des hommages aux disparus sont réalisés par des proches de victimes. Ces témoignages « individualisent18 », « donne[nt] un visage19 » aux victimes directes et à leurs proches qui se voient, par la douleur exprimée, assigner le statut de « victimes ».

  • 20 Centro Internacional para la Justicia Transicional, Recordar en conflicto, iniciativas no oficiales (...)

14Bien que cela ne soit pas le cas du rapport du Palais de justice, certains ouvrages mobilisent également des supports visuels qui rendent davantage sensibles la douleur des victimes et leur mobilisation. Le livre de l’ICTJ intitulé Recordar en conflicto : iniciativas no oficiales de memoria20 (se souvenir en période de conflit : initiatives non-officielles de mémoire) donne une large place aux photographies, absentes des ouvrages de l’organisation au style plus académique. De nombreuses photos illustrent les initiatives de commémoration de la violence organisées par des associations de victimes et montrent à cette occasion des personnes pleurant ou se recueillant, comme on le voit sur les figures 1 et 2.

Figure  – Extrait du livre « Recordar en conflicto »

Figure  – Extrait du livre « Recordar en conflicto »

La légende de la photo indique : « Le Salon du "Nunca más" convoque les victimes de l’Oriente antioqueño dans un exercice de commémoration et de souvenir : un musée à la mémoire de ceux qui ne sont plus ».

Figure 2 : Extrait du livre « Recordar en conflicto ».

Figure 2 : Extrait du livre « Recordar en conflicto ».

La légende de la photo signale : « Le lancement du Salon ‘Nunca más’ à Granada en Antioquia s’est converti en un espace de reconnaissance de la douleur des victimes. Photo : ICTJ, Colombia ».

15Notons que dans le cas de la conférence du 29 avril 2009, les témoignages oraux vivants s’accompagnent de témoignages transcrits en vidéo, accompagnés de photos et de musique. Vidéo, musique et photos sont donc trois supports mobilisés par les militants de la cause des victimes dans les dispositifs de sensibilisation à leur douleur et à leur lutte.

  • 21 Projet mis en œuvre par le Programme d’aide aux victimes de la mairie de Medellin.

16Le livre intitulé Me gustaba mucho tu sonrisa (j’aimais beaucoup ton sourire), tiré d’ateliers réalisés auprès d’enfants de la ville de Medellín21, laisse lui une large place aux dessins des plus jeunes qui accompagnent leurs écrits.

Figure 3 – Extrait de l’ouvrage « Me gustaba tu sonrisa »

Figure 3 – Extrait de l’ouvrage « Me gustaba tu sonrisa »

Traduction des titres de gauche à droite et de bas en haut : « Quelles traces ou impacts les faits violents ont laissés sur moi ? » ; « Pour éviter les problèmes » ; « Ceux qui nous ont fait du mal » ; » C’est quoi la guerre ? ». Sur le dessin est inscrit : « La mort ».

17Les témoignages d’enfants ayant subi le conflit sont alors illustrés de leurs dessins, qui figurent les expériences vécues telles que l’acte de tuer, la mort et l’absence d’être chers.

  • 22 Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », art. cit., p. 351.

Pour la plupart des lecteurs, (…) la lecture de cet ouvrage constitue non seulement l’occasion de prendre connaissance de certaines pratiques, mais bien plus encore d’éprouver des émotions sans lesquelles ils n’auraient pas pensé à la nécessité d’agir (…)22

  • 23 ibid., p. 350.
  • 24 loc. cit.

18Cette phrase de Christophe Traïni appliquée à l’étude d’un livre dénonçant les pratiques dans les abattoirs s’applique aux livres qui constituent des dispositifs de sensibilisation à la cause des victimes du conflit colombien. Non seulement ceux-ci dévoilent la violence du conflit et les pratiques qui y correspondent, mais mettent également à jour la douleur des victimes. Ainsi, les dispositifs de sensibilisation décrits ici « visent à faire valoir le caractère impérieux de la cause défendue23 » et à « faire sortir le lecteur de son indifférence initiale24 ».

Les émotions prescrites

  • 25 Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad so (...)
  • 26 ibid., p. 175.
  • 27 ibid., p. 177.
  • 28 loc. cit.
  • 29 ibid., p. 175.
  • 30 “El drama y la lucha solitaria de las familias de los desaparecidos : víctimas de los hechos del pa (...)

19Les dispositifs de sensibilisation visent à mobiliser autour de la cause qu’ils portent en prescrivant des émotions en direction des lecteurs et spectateurs. Dans les témoignages du rapport de la commission de vérité sur les faits du Palais de justice, la douleur est palpable. La description des « tortures et traitements inhumains et dégradants commis contre les survivants transférés dans des installations militaires25 » qui y est faite convoque l’effroi et l’indignation. Le rapport évoque les « profondes angoisses26 », le « long supplice27 », « l’expérience traumatique28 » voire la « fin tragique29 » de certaines victimes. La section titrée « le drame et la lutte solitaire des familles de disparus : victimes des faits du Palais de justice30 », qui fait écho à la description des différents recours –souvent vains– effectués auprès de la justice et de l’administration, invite à la compassion devant l’injustice commise.

20Mais les dispositifs de sensibilisation invitent à plusieurs réactions affectives. En plus de convoquer la compassion et l’indignation, les préfaces, introductions et épilogues des livres publiés par la mairie de Medellín prescrivent l’espoir de la réconciliation.

  • 31 Nieto, Patricia, Me gustaba mucho tu sonrisa, op. cit., p. 84-85.

Malgré toute la douleur et les souvenirs amers, malgré les pertes irréparables, nous continuons à croire dans la capacité réparatrice de l’amour, en dépit de tout. Nous savons que le mélange permanent entre la haine et l’amour est tapi dans chaque cœur humain et il faut en être averti. Les enfants ont été témoins de la haine, mais ils s’efforcent de la dépasser. Il y a dans le livre des propositions de pardon. (…) A ces enfants et à tous ceux qui ont eu la chance de ne pas être victimes, je dis qu’il est certain qu’il y en a d’autres qui ne sont pas des « acteurs » de la mort. Nous venons soutenir leur capacité d’espérance et de reconstruction intérieure31.

21Les émotions prescrites d’indignation, d’espoir ou de compassion visent donc à sensibiliser les lecteurs à la cause de ces victimes porteuses de la paix.

  • 32 Siméant, Johanna, Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », art.cit., (...)
  • 33 Observation de la cérémonie de lancement des livres « La mémoire depuis les victimes », Musée du Ch (...)

22Néanmoins, les dispositifs de sensibilisation ne visent pas seulement à rallier de nouveaux soutiens à la cause des victimes, mais également à former et à fidéliser les militants. Ils constituent « des outils d’apprentissage, de façonnage et d’ajustement des habitus militants », et s’insèrent dans le « processus de socialisation militante32 » à la cause des victimes. Ainsi, l’événement du 29 avril 2009, où sont présents nombre des enquêtés composant ce que nous avons conceptualisé dans notre thèse comme « l’espace de la cause des victimes », constitue un moment d’affirmation des croyances partagées et d’expression d’émotions ajustées à la pratique de la défense des droits des victimes. A la fin de la réunion, l’animatrice réaffirme l’une des croyances partagées par les militants de la justice transitionnelle : la série de livres attesterait qu’ « il est possible d’accompagner les victimes vers le pardon et la réconciliation contre la mémoire vengeresse, [pour] viser la paix et la réconciliation des Colombiens33 ». De la même manière, j’ai été soumise à cette socialisation, lors d’un stage réalisé à l’ICTJ au cours de l’un de mes terrains à Bogotá. Lors du premier briefing qui m’a été fait par une collègue sur les projets de l’organisation en matière de promotion de la mémoire des victimes (qui ont donné lieu au livre Narrar y recordar el conflicto présenté plus haut), l’émotion était très présente. Mon interlocutrice a tout d’abord manifesté de l’empathie envers les victimes, décrivant celles d’une association concernée comme « très courageuses ». Quand elle m’a présenté l’atelier organisé auprès de villageois de l’ouest colombien pour faire connaître une expérience péruvienne de musée virtuel, mon interlocutrice me dit avoir constaté que ces villageois péruviens et colombiens partageaient « la même douleur ». Elle me décrivit comme c’était « émouvant de voir nos paysans se mettre à entonner les chants de gens qui se trouvaient à des milliers de kilomètres !». Elle m’évoqua également le « très beau » processus de recueil de la mémoire que le village de Trujillo avait mis en œuvre. La valorisation des victimes et de ceux qui se battent à leur côté, l’empathie, et l’expression des émotions font ainsi partie des codes qui m’ont été transmis ce jour en tant que nouvelle stagiaire de l’organisation, en plus d’informations précises sur le projet lui-même. Cet échange fait écho au lien que Christophe Traïni établit entre la manifestation des émotions et l’apprentissage de certaines règles sociales :

  • 34 Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », art. cit., p. 340.

La manifestation des émotions s’avère indissociable de l’apprentissage préalable d’un ensemble de règles sociales qui, en fonction des circonstances, prescrivent les modalités de leur expression à travers le langage du corps et leur verbalisation34.

  • 35 Voir Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » : usages sociaux et politiques (...)

23Tout comme l’échange que nous venons de décrire, les dispositifs de sensibilisation participent ainsi à la reproduction et à l’apprentissage de ces règles sociales : exprimer verbalement sa compassion envers les victimes, relever la « beauté » d’une célébration, manifester son émotion face à un témoignage de victime en applaudissant vivement, voire en se levant. Un événement tel que celui du 29 avril 2009, où les organisations et les associations proches de la Corporación Nuevo Arco Iris sont invités, sert également à rassembler physiquement les militants et experts de la cause des victimes et à réaffirmer des alliances et des partenariats. Les émotions prescrites dans les dispositifs de sensibilisation visent donc à la fois à rallier de nouveaux soutiens à la cause, mais s’insèrent également dans le processus de socialisation militante d’un « espace de la cause des victimes » en constitution35. Les dispositifs de sensibilisations ne sont pas seulement des outils d’enrôlement de soutiens, mais également des outils de façonnage de l’habitus militant de la défense des victimes du conflit colombien. Pour autant, la production de figures victimaires ne passe pas uniquement par l’exposition de leur douleur et la prescription d’émotions. Elle implique également des épreuves qui lèvent le doute sur leur responsabilité dans les violences qu’elles ont vécues.

Vaincre le doute : les épreuves de la construction de victimes raisonnables

  • 36 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian (dir.), « De si probables mobilisations de victimes », art. cit.(...)

24Si les dispositifs de sensibilisation à la cause des victimes mettent en avant la douleur, celle-ci ne suffit pas à prouver la condition victimaire, menacée par le doute porté sur les personnes désignées comme « victimes ». En effet, la construction de la figure de victime implique le passage du statut de « victime douteuse » à celui de « victime attestée »36, qui recouvre dans notre cas les caractéristiques de victimes porteuses de paix et répondant aux normes sociales colombiennes traditionnelles.

Des victimes douteuses

  • 37 Pécaut, Daniel, « Les configurations de l’espace, du temps et de la subjectivité dans un contexte d (...)

25Sur le terrain colombien, les victimes sont d’autant plus douteuses que les violences sont perçues comme la conséquence « normale » d’interactions stratégiques du conflit. Pour Daniel Pécaut, à la fin des années 1990, la violence est appréhendée par l’opinion colombienne comme un phénomène banal37, inhérent au conflit.

  • 38 Pécaut, Daniel, « Présent, passé, futur de la violence », in Jean-Michel Blanquer, Christian Gros, (...)

La dislocation de l’opinion tient (…) au fait que les actions ordinaires de cruauté n’éveillent plus l’attention. Les sensibilités se sont émoussées. Il faut que ces actions soient particulièrement spectaculaires pour susciter un sursaut.38

  • 39 ibid., p. 15.

26Les violences sont en effet vécues comme inhérentes aux interactions « normales » d’un conflit armé. La longueur du conflit et sa dissémination géographique et sociale banalisent la violence et créent l’indifférence autour des victimes anonymes. Au début des années 2000, les victimes peinent à exister publiquement. Les statuts de victime et de perpétrateur sont d’autant plus instables que souvent, les responsables des violences ne sont pas identifiés et peuvent être tant la guérilla que les paramilitaires ou l’armée régulière, voire plusieurs d’entre eux. De plus, les victimes des paramilitaires, et a fortiori de l’armée régulière, sont largement suspectées d’être proches (ou membres) de la guérilla, et donc actrices du conflit et responsables de la violence. L’adage populaire será por algo (« il doit bien y avoir une raison ») indique que la personne qui subit la violence est soupçonnée d’avoir une part de responsabilité dans le déchaînement de cette violence. Ainsi, l’érection d’un individu ou d’un groupe en « victime » passe par la déconstruction de ces représentations. Sandrine Lefranc et Lilian Mathieu indiquent que le passage de la « victime douteuse » à la « victime attestée » doit s’appuyer sur des épreuves39 qui sont prises en charge sur notre terrain par les membres d’organisations de l’espace de la cause des victimes. Ils se chargent d’attester, par des dispositifs de sensibilisation, que les victimes sont bien dotées des attributs des victimes. Ainsi, les dispositifs de sensibilisation évoqués jusqu’ici soumettent certains groupes d’acteurs à l’expérience des qualités victimaires. Les « épreuves » de la construction de victimes dans le contexte colombien consistent à prouver que celles-ci n’ont d’une part aucune velléité de vengeance, et d’autre part aucun lien avec les acteurs du conflit armé.

Des victimes porteuses de paix

27S’ils participent à « visibiliser » les victimes du conflit (selon les termes des organisateurs de la cérémonie du 29 avril 2009), les dispositifs de sensibilisation concourent tout d’abord à invisibiliser toute expression de rancœur, de violence, voire de désir de vengeance. Ainsi, l’épilogue du livre Me gustaba mucho tu sonrisa rassure le lecteur sur le devenir de ces enfants qui expriment la violence dans leurs dessins.

  • 40 Extrait de l’épilogue du livre Nieto, Patricia (dir.), Me gustaba mucho tu sonrisa, op. cit., p. 85

Les enfants ont été témoins de la haine, mais ils s’efforcent de la dépasser. Il y a dans le livre des propositions de pardon. Il n’y en a pas un qui pense à la vengeance et à la revanche. Ils disent que tuer, c’est poursuivre la guerre40.

  • 41 Lefranc, Sandrine, « La “juste distance” face à la violence », Revue internationale de sciences soc (...)
  • 42 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian (dir.), « De si probables mobilisations de victimes », art. cit.(...)
  • 43 Traïni, Christophe, « Les victimes entre émotions et stratégies », in Sandrine Lefranc, Lilian Math (...)

28Ainsi, les mobilisations de victimes s’attachent à construire des figures de la « victime raisonnable41 » ou de la « bonne victime42». Cette victime doit être dans une démarche de pacification, voire de réconciliation. Elle doit pouvoir insérer son expérience traumatique dans une histoire plus générale de sortie de conflit. C’est parce que l’expression de la souffrance des victimes ne doit pas susciter la perplexité ni – pire – la franche hostilité des publics qu’un travail de subordination des émotions sous des formes socialement légitimes est nécessaire43. Pour dissiper le doute sur les motivations des victimes, les dispositifs de sensibilisation travaillent à canaliser leur souffrance.

  • 44 Lefranc, Sandrine, « La “juste distance” face à la violence », art. cit., p. 508-510.

[La « bonne victime »] doit surmonter cette « folle » propension à se laisser happer par la mémoire de la violence, dépasser la mémoire de la violence singulière pour entrer dans un récit généralisable, (…) surmonte[r] sa souffrance singulière pour monter en généralité44

  • 45 Expression de Gonzalo Sánchez. Observation de la cérémonie de lancement des livres « La mémoire dep (...)

29Les dispositifs de sensibilisation insèrent en effet la souffrance des victimes dans un récit généralisable. Cette opération est observable lors de la réunion de lancement des livres sur la mémoire de la Corporación Nuevo Arco Iris du 29 avril 2009. Ce soir-là, le directeur de l’organisation León Valencia précise que l’ensemble des témoignages recueillis constituent une « mémoire de la réconciliation, contre la vengeance ». Ils sont qualifiés de « mémoires emblématiques venues de la périphérie du pays ». La valeur des histoires singulières tient donc au fait qu’elles incarnent et représentent des cas plus généraux. Les femmes qui viennent témoigner ce soir-là sont d’ailleurs présentées comme appartenant à un collectif. Lina représente les femmes de Santa Marta dont l’histoire est racontée dans le livre Las mujeres se niegan a olvidar, tandis que Judith représente le Colectivo de memoria de Ciudad bolivar (collectif de mémoire de Ciudad Bolivar). Les deux femmes incarnent ainsi différents groupes. Toutes deux représentent d’abord les femmes, dont les organisations présentes soulignent la qualité victimaire, d’autant qu’elles font davantage que les hommes l’objet de violences sexistes et sexuelles. Les deux femmes incarnent également deux régions, deux « périphéries45 » : l’une vient de la côte Caraïbe tandis que l’autre vient d’un quartier défavorisé de la capitale. Tandis que Lina se présente comme une victime du paramilitarisme, Judith représente les victimes militantes des organisations sociales. Les interventions des deux femmes lors du lancement de la série de livre par la Corporación Nuevo Arco Iris le 29 avril 2009 s’insèrent donc dans des histoires collectives et généralisables à d’autres « victimes » du pays.

Des victimes normales

30Nous avons déjà évoqué que des portraits étaient dédiés aux victimes de la prise du Palais de justice dans le rapport de la commission de vérité. Outre les magistrats ayant péri dans la prise du Palais, onze portraits rendent hommages aux victimes disparues. Les corps de la totalité des employés de la cafétéria, d’une pâtissière et d’une avocate ayant pénétré dans l’édifice le matin du massacre n’ont en effet jamais été retrouvés. Les portraits des disparus sont réalisés au style indirect et comportent des extraits de témoignages de proches. Ces portraits participent à faire de ces onze individus des personnes « normales » : en soulignant leur conformité aux normes sociales traditionnelles en vigueur en Colombie, ils font ainsi ressortir le caractère universel de ces figures victimaires. De plus, les portraits, en éludant toute référence à d’éventuels positionnements politiques, lèvent le soupçon sur la politisation des victimes de la cafétéria du Palais de justice et leurs liens éventuels avec la guérilla du M19.

  • 46 Les deux autres portraits commencent sur les preuves qui attestent que ces personnes sont sorties v (...)

31Dans ces portraits, les victimes sont d’abord replacées dans leur environnement familial et affectif. Neuf des onze témoignages46 s’ouvrent sur la situation familiale des victimes disparues : leur filiation ou leur situation maritale.

  • 47 ibid., p. 463.

L’aîné de ses sept frères, [Hector] avait 30 ans et vivait enivré de la présence de son épouse et de ses quatre petites qu’il adorait47.

32En outre, les portraits mettent en valeur la conformation des victimes aux rôles sexués traditionnels de la société colombienne.

  • 48 ibid., p. 462.

Les aspirations [de Luz Mary] étaient d’aider à la bonne tenue du foyer, de s’occuper de ses petits frères qui la regrettent comme la mère qui les a élevés, et qui s’en est allée un jour sans raison et par la volonté d’autrui48.

  • 49 ibid., p. 466.

Gloria exerçait la profession d’avocate bien que, depuis la naissance de son fils, elle se destinait davantage au foyer. Avant de partir de la maison, elle laissait toujours tout rangé et le déjeuner préparé pour le retour de son mari à 15h ou 16h. Elle laissait ensuite le petit au jardin d’enfant, garait la voiture au Palais –l e jour de la prise du Palais de justice, Gloria a garé la voiture, laissé les clés et même le pull et le siège de son fils dans le véhicule –, allait au bureau ou en salle d’audience, puis récupérait son fils et se rendait chez sa mère. Gloria déjeunait d’abord à la maison avec sa mère, où elle ne mangeait pas beaucoup car elle craignait toujours que son mari ne la trouve pas à la maison quand il rentrerait du travail. Lui n’aimait pas manger seul, donc Gloria prenait rapidement congé et allait déjeuner avec lui49.

33S’il est souligné dans le rapport que les victimes, indépendamment de leur sexe, sont « travailleurs » et « travailleuses », la prise en charge des tâches domestiques et éducatives du foyer par les femmes victimes sont mises en avant. Pour être érigées en « bonnes victimes », les femmes disparues sont décrites comme de « bonnes épouses », de « bonnes filles » ou de « bonnes mères », selon les normes patriarcales en vigueur dans la société colombienne.

34En parallèle, les hommages aux quatre hommes disparus mettent en avant leur aspiration à subvenir aux besoins financiers de leur famille, à les mettre à l’abri du besoin, et à acquérir une maison.

  • 50 ibid., p. 453.

David avait un travail exténuant, jusqu’à 16 heures journalières. (…) Luz Dary raconte que son mari se sacrifiait jeune car il voulait assurer son avenir et celui de ses proches. Avec ses économies et celles de son épouse, ils avaient acheté un terrain et pensaient, avec l’aide de son père, commencer à construire leur maisonnette50.

  • 51 Gayet, Laurent, « Oublier la politique ? L’entreprise victimaire du mouvement pour le Khalistan », (...)

35Les portraits du rapport de la commission de vérité sur les faits du Palais de justice participent donc à faire de la disparition de ces personnes un « drame universellement intelligible51 ». En mettant en avant la conformité des victimes aux rôles sociaux traditionnels en vigueur en Colombie, ils participent à généraliser et à universaliser le vécu des disparus dans la prise du Palais de justice. Ces personnes étaient en somme des jeunes ordinaires, ayant des vies, des aspirations et des projets « normaux », c’est-à-dire dans la norme sociale.

  • 52 Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad so (...)

Comme l’a signalé le rapport préliminaire, la commission de vérité ne considère pas, comme certains l’ont suggéré, que les employés de la cafétéria du Palais appartiennent au groupe assaillant. Il s’agissait de jeunes travailleurs simples, dans la majorité des cas avec des enfants en bas âge, avec des attentes et des projets de vie familiale et professionnels définis52.

  • 53 Daviaud, Sophie, L’enjeu des droits de l’homme dans le conflit colombien, Paris, L’Harmattan, 2012, (...)

36Comme cet extrait du rapport de la commission de vérité l’indique, le travail de construction de la « bonne victime » passe également par sa dépolitisation. Le rapport assure que les disparus étaient bien des jeunes « normaux », et pas des guérilléros. C’est pourquoi la politique est absolument absente de chacun des portraits. Aucune allusion n’est faite à des positionnements ou à des engagements politiques qu’auraient pu avoir les employés de la cafétéria et les deux visiteuses occasionnelles du Palais. De ce point de vue, ces figures victimaires rompent avec « les héros populaires tombés lors de la lutte pour la libération nationale » telles que construites par les organisations des droits de l’homme dans les années 1970 et décrites par Sophie Daviaud53. En outre, remarquons que dans le rapport final de la commission du Palais de justice, les hommages ont été réservés aux magistrats et aux employés de la cafétéria. Les guérilléros ne font ni l’objet de portraits, ni d’hommages. Bien que 34 des 35 guérilléros (25 hommes et 10 femmes âgés pour la plupart de 20 à 25 ans) ayant pénétré dans le Palais de justice ont péri sous le feu voire la torture de l’armée régulière, ils ne sont pas érigés en « victimes ». Ils sont considérés comme étant à l’origine des violences qui ont causé leur propre mort. Ils ne peuvent, dans le contexte colombien que nous avons décrit, être considérés comme victimes innocentes.

  • 54 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian, « De si probables mobilisations de victimes », art. cit., p. 19

La victime (…) suppose la passivité, garantie d’une forme d’innocence ; le moindre indice qu’elle ait pu d’elle-même contribuer au déclenchement de la violence qu’elle a eu à endurer entache sa situation d’une forme de responsabilité, ouvrant à une relativisation des torts subis et, éventuellement, à la suspension du soutien54

37La construction des figures victimaires de la commission de vérité du Palais de justice contribue ainsi à établir une frontière entre les guérilléros, acteurs politiques de la prise du Palais, et les magistrats et disparus, victimes innocentes et passives.

  • 55 loc. cit.

38Pour conclure, l’apparition de victimes dans la sphère publique colombienne relève d’un processus de construction qui passe notamment par des dispositifs de sensibilisation. En étudiant ces dispositifs, nous avons tenté de comprendre, à l’instar de Christophe Traïni, la façon dont « des manifestations d’émotions concourent effectivement à l’édification de causes collectives55 ». Outre l’expression de la douleur et la prescription d’émotions compatissantes et d’indignation, les dispositifs de sensibilisation participent à produire des victimes en levant le doute sur leur responsabilité dans les violences subies. En ce sens, les dispositifs de sensibilisation constituent des épreuves qui attestent de la qualité victimaire des personnes ainsi désignées par les organisations de l’espace de la cause des victimes. La victime attestée, alors construite en « bonne victime », promeut la paix, s’inscrit dans une histoire généralisable, a des qualités morales conformes aux normes et aux rôles sociaux traditionnels, et est étrangère aux acteurs du conflit, voire apolitique. Le contexte colombien de poursuite du conflit tendrait-il à dépolitiser les victimes ? Pas tout à fait. La dépolitisation apparente cache en fait des opérations de politisation concurrentes qui croisent des luttes autour de la mise en récit du conflit colombien et la désignation de responsables, palpables dans le rapport de la commission du Palais de justice qui souligne la responsabilité de l’armée régulière dans certaines exactions. Les figures victimaires produites dans le contexte colombien sont en effet le fruit de luttes politiques nationales sur la désignation des responsables du conflit et les bonnes manières d’en sortir, et d’adaptations à des contraintes nationales et internationales de mise en forme légitimes de la cause des victimes.

Haut de page

Bibliographie

Centro Internacional para la Justicia Transicional, Recordar en conflicto, iniciativas no oficiales de memoria en Colombia [en ligne], Bogotá, ICTJ, 2009, 207 p., consulté le 12 septembre 2014. URL : http://ictj.org/sites/default/files/ICTJ-Colombia-Unofficial-memory-initiatives-July2009-Spanish.pdf

Cuervo, Jorge Ivan, Bechara Gómez, Eduardo, Hinestrosa Arenas, Véronica, Justicia transicional : modelos y experiencias internacionales, A propósito de la ley de justicia y paz, Bogotá, Universidad Externado de Colombia, 2006, 165 p.

Daviaud, Sophie, L’enjeu des droits de l’homme dans le conflit colombien, Paris, L’Harmattan, 2012, 269 p.

De Gamboa Tapias, Camila (ed.), Justicia transicional : teoría y praxis, Bogotá, Universidad del Rosario, 2006, 558 p.

Gayet, Laurent, « Oublier la politique ? L’entreprise victimaire du mouvement pour le Khalistan », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, p. 191-204.

Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad sobre los hechos del palacio de justicia [en ligne], Bogotá, Editorial Universidad del Rosario, 2010, 489 p., consulté le 12 septembre 2014. URL : http://www.hss.de/fileadmin/americalatina/Colombia/downloads/Informe_comision_web.pdf

Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » : usages sociaux et politiques de la justice transitionnelle en Colombie, Paris, Institut Universitaire Varenne, LGDJ, 2014.

Lefranc, Sandrine, « Créer du lien social », in Sandrine Lefranc (dir.), Après le conflit, la réconciliation ?, Paris, Michel Houdiard, 2006, p. 7-25.

Lefranc, Sandrine, « La “juste distance” face à la violence », Revue internationale de sciences sociales, décembre 2002, 174, p. 505-513.

Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian, « De si probables mobilisations de victimes », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, p. 11-26.

Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian, (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, 220 p.

Nieto, Patricia (dir.), Me gustaba mucho tu sonrisa, Medellín, Secretaria de gobierno de la alcaldía, Programa de atención a víctimas del conflicto armado, 2007, 86 p.

Pécaut, Daniel, « Les configurations de l’espace, du temps et de la subjectivité dans un contexte de terreur : l’exemple colombien », Cultures et Conflits, 2000, 37, p. 123-154.

Pécaut, Daniel, « Présent, passé, futur de la violence », in Jean-Michel Blanquer, Christian Gros, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, Paris, Editions de l’IHEAL, 1996, p. 17-63.

Rettberg, Angelika, Entre el perdón y el paredón : preguntas y dilemas de la justicia transicional, Bogotá, Uniandes, 2005, 371 p.

Siméant, Johanna, Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », in Christophe Traïni, Emotions… mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 11-34.

Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », RFSP, 2010/2, vol. 60, p. 335-358.

Traïni, Christophe, « Les victimes entre émotions et stratégies », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, p. 183-189.

Haut de page

Notes

1 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian, « De si probables mobilisations de victimes », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, p. 14.

2 L’Etat colombien crée en 1994 les Convivir (qui signifie « vivre ensemble ») afin de lutter contre la guérilla dans les zones où l’Etat a une présence limitée. Une décision du Conseil constitutionnel mène en 1997 au démantèlement officiel des Convivir. Les paramilitaires, implantés dans de nombreuses régions colombiennes, s’unissent alors sous la bannière des Autodefensas Unidas de Colombia (Autodéfenses unies de Colombie -AUC).

3 La loi ne considère comme « victimes » que les personnes « ayant souffert d’une violation dont les groupes armés illégaux sont les auteurs », soit la guérilla et les paramilitaires. Ceci exclut donc de la catégorie de « victime » les personnes ayant souffert d’exactions commises par l’armée régulière et les services de police.

4 Voir par exemple De Gamboa Tapias, Camila (ed.), Justicia transicional : teoría y praxis, Bogotá, Universidad del Rosario, 2006, 558 p. ; Rettberg, Angelika, Entre el perdón y el paredón : preguntas y dilemas de la justicia transicional, Bogotá, Uniandes, 2005, 371 p. ; Cuervo, Jorge Ivan, Bechara Gómez, Eduardo, Hinestrosa Arenas, Véronica, Justicia transicional : modelos y experiencias internacionales, A propósito de la ley de justicia y paz, Bogotá, Universidad Externado de Colombia, 2006, 165 p.

5 Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » : usages sociaux et politiques de la justice transitionnelle en Colombie, Paris, Institut universitaire Varenne, LGDJ, 2014.

6 Lefranc, Sandrine, « Créer du lien social », in Sandrine Lefranc (dir.), Après le conflit, la réconciliation ?, Paris, Michel Houdiard, 2006, p. 8.

7 Par l’expression « figure victimaire », nous entendons mettre l’accent sur la façon dont les victimes sont représentées tant au sens premier (données à voir) qu’au sens second (avoir des représentants).

8 Centro Internacional para la Justicia Transicional, Recordar en conflicto, iniciativas no oficiales de memoria en Colombia [en ligne], Bogotá, ICTJ, 2009, 207 p., consulté le 12 septembre 2014. URL : http://ictj.org/sites/default/files/ICTJ-Colombia-Unofficial-memory-initiatives-July2009-Spanish.pdf

9 Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad sobre los hechos del palacio de justicia [en ligne], Bogotá, Editorial Universidad del Rosario, 2010, 489 p., consulté le 12 septembre 2014. URL : http://www.hss.de/fileadmin/americalatina/Colombia/downloads/Informe_comision_web.pdf. Le 6 novembre 1985, le Palais de justice situé en face du Parlement national en plein de cœur de Bogotá est pris d’assaut par la guérilla du M19. L’armée réplique en tentant de reprendre dans la violence l’institution judiciaire. La « prise » du Palais de justice a fait plus de 100 morts dont une quarantaine de guérilléros, une vingtaine de fonctionnaires, une vingtaine de magistrats, et quelques usagers et employés de la cafétéria du bâtiment. Si certains observateurs accusent la guérilla d’être responsables du massacre, d’autres accusent l’armée d’avoir réprimé dans le sang la prise du Palais de justice, ouvert le feu sur des innocents et fait disparaître des guérilléros sortis vivants du Palais. La Cour suprême de justice a pris l’initiative en 2005 de créer une « commission de vérité sur les faits du Palais de justice » pour éclaircir les circonstances du drame.

10 Nieto, Patricia (dir.), Me gustaba mucho tu sonrisa, Medellín, Secretaria de gobierno de la alcaldía, Programa de atención a víctimas del conflicto armado, 2007, p. 86

11 Siméant, Johanna, Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », in Christophe Traïni, Emotions… mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p.13.

12 ibid., p. 20.

13 Traïni, Christophe, « Les victimes entre émotions et stratégies » in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, p. 183.

14 « Centre national de ressources textuelles et lexicales : victime », www.cnrtl.fr, disponible sur : http://www.cnrtl.fr/definition/victime, consulté le 24 mai 2013.

15 loc. cit.

16 loc. cit.

17 Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », RFSP, 2010/2, vol. 60, p. 351.

18 Terme utilisé lors de la cérémonie du 29 avril 2009.

19 Idem.

20 Centro Internacional para la Justicia Transicional, Recordar en conflicto, iniciativas no oficiales de memoria en Colombia, op. cit.

21 Projet mis en œuvre par le Programme d’aide aux victimes de la mairie de Medellin.

22 Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », art. cit., p. 351.

23 ibid., p. 350.

24 loc. cit.

25 Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad sobre los hechos del palacio de justicia. op. cit., p. 175-184.

26 ibid., p. 175.

27 ibid., p. 177.

28 loc. cit.

29 ibid., p. 175.

30 “El drama y la lucha solitaria de las familias de los desaparecidos : víctimas de los hechos del palacio”. ibid., p. 272.

31 Nieto, Patricia, Me gustaba mucho tu sonrisa, op. cit., p. 84-85.

32 Siméant, Johanna, Traïni, Christophe, « Pourquoi et comment sensibiliser à la cause ? », art.cit., p. 24.

33 Observation de la cérémonie de lancement des livres « La mémoire depuis les victimes », Musée du Chico, Bogotá, 29 avril 2009.

34 Traïni, Christophe, « Des sentiments aux émotions (et vice-versa) », art. cit., p. 340.

35 Voir Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » : usages sociaux et politiques de la justice transitionnelle en Colombie, op. cit. (à paraître).

36 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian (dir.), « De si probables mobilisations de victimes », art. cit., p. 14.

37 Pécaut, Daniel, « Les configurations de l’espace, du temps et de la subjectivité dans un contexte de terreur : l’exemple colombien », Cultures et Conflits, 2000, 37, p. 124.

38 Pécaut, Daniel, « Présent, passé, futur de la violence », in Jean-Michel Blanquer, Christian Gros, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, Paris, Editions de l’IHEAL, 1996, p. 47.

39 ibid., p. 15.

40 Extrait de l’épilogue du livre Nieto, Patricia (dir.), Me gustaba mucho tu sonrisa, op. cit., p. 85.

41 Lefranc, Sandrine, « La “juste distance” face à la violence », Revue internationale de sciences sociales, décembre 2002, 174, p. 508.

42 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian (dir.), « De si probables mobilisations de victimes », art. cit., p. 24.

43 Traïni, Christophe, « Les victimes entre émotions et stratégies », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, op. cit., p. 188.

44 Lefranc, Sandrine, « La “juste distance” face à la violence », art. cit., p. 508-510.

45 Expression de Gonzalo Sánchez. Observation de la cérémonie de lancement des livres « La mémoire depuis les victimes », Musée du Chico, Bogotá, 29 avril 2009.

46 Les deux autres portraits commencent sur les preuves qui attestent que ces personnes sont sorties vivantes du Palais de justice. Voir Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad sobre los hechos del palacio de justicia, op. cit., p. 456 et 465.

47 ibid., p. 463.

48 ibid., p. 462.

49 ibid., p. 466.

50 ibid., p. 453.

51 Gayet, Laurent, « Oublier la politique ? L’entreprise victimaire du mouvement pour le Khalistan », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations de victimes, Rennes, PUR, 2009, p. 197.

52 Gómez, Jorge Anibal, Herrera, José Roberto, Pinilla, Nilson, Informe final Comisión de la verdad sobre los hechos del palacio de justicia, op. cit., p. 261.

53 Daviaud, Sophie, L’enjeu des droits de l’homme dans le conflit colombien, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 104.

54 Lefranc, Sandrine, Mathieu, Lilian, « De si probables mobilisations de victimes », art. cit., p. 19.

55 loc. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure  – Extrait du livre « Recordar en conflicto »
Légende La légende de la photo indique : « Le Salon du "Nunca más" convoque les victimes de l’Oriente antioqueño dans un exercice de commémoration et de souvenir : un musée à la mémoire de ceux qui ne sont plus ».
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 : Extrait du livre « Recordar en conflicto ».
Légende La légende de la photo signale : « Le lancement du Salon ‘Nunca más’ à Granada en Antioquia s’est converti en un espace de reconnaissance de la douleur des victimes. Photo : ICTJ, Colombia ».
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 3 – Extrait de l’ouvrage « Me gustaba tu sonrisa »
Légende Traduction des titres de gauche à droite et de bas en haut : « Quelles traces ou impacts les faits violents ont laissés sur moi ? » ; « Pour éviter les problèmes » ; « Ceux qui nous ont fait du mal » ; » C’est quoi la guerre ? ». Sur le dessin est inscrit : « La mort ».
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Lecombe, « Entre douleur et raison : sociologie de la production de figures de victimes en contexte colombien », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 10 mars 2015, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/67833 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.67833

Haut de page

Auteur

Delphine Lecombe

Docteure en science politique associée au CERI-Sciences Po
delphine.lecombe@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page