Navigation – Plan du site
Rubenilson Brazão Teixeira

Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde

Paris, Flammarion, 2014, 400 p. Coll. Au fil de l'histoire.
Référence(s) :

Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, 2014, 400 p. Coll. Au fil de l'histoire.

[18/09/2015]

Texte intégral

1Les architectes d’un monde meilleur: le phalanstère de la péninsule du saí, santa catarina (1841-1844)

218 décembre 1841. Un groupe d’artisans et d’ouvriers français, après un long et exténuant voyage de traversée de l’Atlantique, marche sous le soleil brûlant de Rio de Janeiro, alors la capitale du Brésil, en direction du palais impérial, pour une audience avec le jeune empereur, D. Pedro II, âgé alors de seulement 15 ans. Qui étaient ces visiteurs du palais ? Que voulaient-ils de l’empereur ?

3Le discours, prononcé par le chef de cette étrange assemblée de 113 personnes (hommes, femmes et enfants) fut reproduit dans le Jornal do Commercio en date du 21 décembre 1841. L’article, que Laurent Vidal a trouvé par hasard il y a plus de 20 ans, l’a longtemps intrigué. Jusqu’au jour où il s’est décidé à s’aventurer dans les traces de cette visite mystérieuse, à partir de ce « fragment d’histoire dans sa dimension brute », sans « commencement ni fin ». Telle est l’origine de son dernier livre, Ils ont rêvé d’un autre monde, publié chez Flammarion, en 2014.

4Le livre raconte l’aventure épique des artisans et des ouvriers français qui, en six expéditions différentes, entre fin 1841 et début 1844, ont abandonné leur pays natal et se sont aventurés en direction du sud du Brésil en quête de la construction d’un nouveau mode d’être et de vivre en société. Artisans de leur destin, ils ont affronté l’Atlantique et ont embrassé un nouveau monde – tant dans un sens littéral que symbolique. Ils proposaient une société alternative comme contrepoint et critique à la société industrielle décadente et injuste qui se développait alors en Europe. La communauté qu’ils envisageaient de fonder serait la préfiguration d’un monde meilleur, celui de l’harmonie, dernière étape du processus évolutif de la société, selon la pensée de Charles Fourier (1772-1837), leur guide spirituel et idéologique, un digne représentant du soi-disant socialisme utopique qui marqua particulièrement l’Europe entre la fin du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle. Les visiteurs du palais impérial sont venus fonder un phalanstère – comme Fourier a baptisé les communautés qu’il a idéalisées – et le lieu choisi pour la réalisation de cette utopie était la péninsule du Saí, littoral nord de l’état brésilien de Santa Catarina, près de ce qui était alors la vila de São Francisco do Sul.

5L’analyse du livre permet plusieurs lectures, tant sont nombreux les parcours et les cheminements possibles. Je vais néanmoins me servir des trois indices que Laurent Vidal a détectés dans le discours devant l’empereur et qui a servi de point de départ à son investigation, ainsi que de guide pour la structuration de sa narration.

6Le premier indice se révèle dans « l’appel des mots ». Le discours est imprégné d’expressions qui indiquent un idéal de société: « promesses », « prodiges », « bonheur », « monde de l’avenir », « destinées immenses et mystérieuses », « âge d’or », termes qui lient inéluctablement ces pèlerins aux idéaux fouriéristes. En effet, tout au long du livre, Laurent Vidal réfléchit sur les nombreux événements liés à cette aventure du point de vue de ces idéaux, présents depuis la phase de préparation, encore sur le sol français – à l’instar de la description du parcours et de la vie des principaux idéologues de la cause fouriériste, des banquets, des fêtes, des réunions préparatoires, des publications dans les organes de la presse qui diffusaient la cause, dans l’organisation et dans le départ des constructeurs de ce nouveau monde – jusqu’à la phase de la mise en œuvre de la colonie sur le sol catarinense. Les idéaux de Fourier, réinterprétés dans certains cas, accompagnent ces obstinés et irréductibles du rêve de l’harmonie. Le premier indice relève, donc, du champ de l’utopie.

7Le deuxième indice est celui de « l’architecture du monde ». Selon Laurent Vidal, « ‘ces enfants de vieille Europe’ sont architectes, au sens symbolique, à savoir que leurs gestes, leur manière d’être traduisent la singularité de leur rapport au monde, leur désir d’en inventer un nouveau ». L’aventure exprime effectivement, de la part de ses principaux protagonistes, ainsi que de ceux qui, nombreux, ont été endoctrinés et gagnés à la cause, le désir ardent de construction de ce nouveau monde. Le livre aborde longuement les va-et-vient, les tentatives, les accords, les dilemmes, les luttes internes et les difficultés affrontées dans la grande tâche de transformation de la « terre promise » dans le monde rêvé, celui de la phalange – représentée idéalement par un édifice énorme, à l’architecture monumentale typiquement classique, bien loin de ce qu’ils ont pu réellement exécuter. Ce deuxième indice relève, donc, de l’invention d’un territoire.

8Le troisième et dernier indice, visible dans le discours devant l’empereur, fut celui de l’immigration européenne vers le nouveau monde. Dans ce sens, le livre aborde le déplacement de groupes de personnes, des familles entières dont les chefs étaient des ouvriers dans les domaines les plus variés (charpentiers, forgerons, chaudronniers, machinistes, agriculteurs, bûcherons...), et même des médecins et des architectes, qui jouissaient d’un plus grand prestige social. Fuyant l’oppression dans laquelle se trouvait la classe ouvrière dans le vieux monde, ils ont parié sur la possibilité de réinventer cette nouvelle société sur le sol sud-américain. Le livre transmet donc la notion de « corps en mouvement » dans l’espace, et pas seulement dans le temps, sa structure en quatre parties fournissant la sensation de l’avant, du durant et de l’après traversée de l’Atlantique. En ceci consiste son troisième indice : celui de l’histoire atlantique ou autour de l’Atlantique.

9Ces trois indices ont guidé l’œuvre entière, et dans un compte-rendu il n’y a pas d’espace pour un débat approfondi sur les possibilités de discussion qu’ils offrent au lecteur. Cependant, j’aimerais mettre en évidence quelques aspects qui singularisent ce travail.

10Le premier aspect a trait à la méthode. Laurent Vidal a essayé de comprendre l’aventure de la communauté des Français du Saí (il s’agissait en réalité de deux colonies, celle du Palmital et celle du Saí, résultant justement des querelles internes entre les principaux protagonistes) non seulement comme un historien-chercheur, mais comme un véritable détective, un Sherlock Holmes moins intéressé à révéler des coupables et des innocents que de tracer l’itinéraire des protagonistes de l’épisode. À cette fin, il a confronté des fragments d’informations cherchées dans plusieurs fonds d’archives au Brésil et en France, a croisé des itinéraires personnels et les a accompagnés même après la fin de l’aventure. Il a eu également soin d’analyser plusieurs travaux et recherches académiques d’auteurs brésiliens sur la même aventure. D’une étonnante perspicacité, il fait l’attention aux moindres détails d’une donnée collectée, d’une date apparemment sans importance pour construire sa narration, trouver des connexions, faire des spéculations. Rien ne semble échapper à son regard attentif. Il a fallu, comme il le dit lui-même, suivre « les éclats fugitifs des lucioles » pour reconstruire des itinéraires possibles, malgré les doutes et hésitations, afin d’accorder un sens structuré aux événements.

11Le deuxième aspect digne d’être souligné se trouve dans l’exposition cristalline que fait l’auteur de l’ambiance culturelle, idéologique, historique et politique de la première moitié du XIXe siècle, aussi bien d’un côté que de l’autre de l’Atlantique, toile de fond nécessaire à la compréhension adéquate de l’épisode examiné. Il réfléchit, par exemple, sur les querelles politiques entre les adeptes ou ex-adeptes de Saint-Simon et ceux de Fourier, les clivages ou fractions idéologiques au sein des mouvements eux-mêmes encore sur sol européen et comment elles ont produit des interférences dans le processus de mise en exécution des deux colonies au Brésil. D’autres sources d’inspiration, non moins utopiques car entendues comme une promesse messianique de salut de l’humanité, à l’instar de l’homéopathie, sont également analysées. Il est intéressant de relever, encore, la réadaptation et la continuité de la pensée utopique même après la fin de l’expérience. Il est également possible d’entrevoir la situation de la classe ouvrière en France, opprimée et réprimée par l’Establishment politique, motivation majeure pour la quête, ailleurs, d’un autre monde possible.

12En ce qui concerne le Brésil, la question de l’immigration européenne ressort clairement, elle qui fut l’un des aspects les plus marquants de son histoire. Le désir d’européanisation, cher à nos élites, se révèle dans la compréhension selon laquelle ces ouvriers français relativement spécialisés pourraient, dans un pays doté d’une main d’oeuvre esclave, contribuer à l’effort d’industrialisation, à tel point que le gouvernement impérial a subventionné financièrement l’expérience. Les élites brésiliennes ainsi que quelques autorités étrangères paraissaient indifférentes, ignorantes voire sceptiques vis-à-vis des fondements des théories fouriéristes qui animaient leurs protagonistes. Au bout du compte, ces débats étaient avant tout européens. Les élites brésiliennes, en revanche, étaient pragmatiquement intéressées par le potentiel que la venue d’immigrants français – comme d’ailleurs de plusieurs autres nationalités – représentait pour l’européanisation du Brésil, particulièrement comme moteur du développement de l’agriculture et de l’industrie.

13Le troisième aspect, non moins important, renvoie au style de rédaction de l’auteur. L’œuvre entière est caractérisée par une poésie et un profond lyrisme. Le texte est ponctué par des références poétiques, des allusions philosophiques, des réflexions sur la nature humaine et ses contradictions ou par l’usage des allégories, à l’instar des hymnes et des musiques chantées par les phalanstériens. Les titres de chacune des quatre parties qui structurent le livre : « les visiteurs du palais », « l’archéologie d’une espérance », « des hommes sont venus » et « les blessures de l’utopie », tout comme ceux à l’intérieur de chaque partie, sont très révélateurs du caractère romantique et poétique de l’œuvre : « ceux qui attendent », « du lieu à l’esprit du lieu », « les soldats de l’harmonie », « les Sisyphes modernes », « l’errance des lucioles », etc. Les réflexions conclusives à la fin de chacune des quatre parties, presque intimistes et écrites à la première personne du singulier finissent par inviter le lecteur à dialoguer avec l’auteur. Enfin, le lyrisme du livre, associé à son caractère d’enquête, contribue à ce que l’oeuvre dépasse le statut d’une recherche académique et scientifique, ce qui serait déjà beaucoup, pour atteindre le niveau d’un roman historique, une saga comme genre de narration qui procure une délicieuse sensation de lecture. Quoique que d’autres lectures possibles puissent être mises en relief, comme je l’ai dit, je crois que ces trois aspects suffisent à soutenir la conviction qu’il s’agit d’une œuvre unique.

14À la fin de l’aventure, les deux colonies du Saí avaient attiré un peu plus de 580 français au Brésil, même si tous ne sont pas arrivés à leur point de destination finale (beaucoup d’entre eux se sont, par exemple, installés à Rio de Janeiro). Nous savons également que les deux colonies ont échoué dans leurs objectifs. À ce sujet, il est impératif de signaler une comparaison possible avec une autre utopie française au Brésil qui s’est produite au milieu du XVIe siècle, elle aussi ayant échoué : la fondation d’une France Antarctique. Sur ses ruines sera fondée la ville de São Sebastião do Rio de Janeiro, cette même ville qui accueillera, trois siècles plus tard, de nombreux déçus de l’aventure du Saí.

15Des phalanges ou des communautés sociétaires inspirées des idéaux de Charles Fourier ont été essayées en d’autres parties du monde, comme le montre bien l’auteur. À celles-ci s’ajoutent d’autres tentatives semblables, mis en exécution à partir de la pensée et des idéaux d’autres socialistes utopiques, tels que Robert Owen, Etienne Cabet et Jean-Baptiste Godin. Ces visionnaires et leurs disciples sont allés au-delà de la simple conviction qu’un autre monde était possible, car ils ont entamé courageusement le chemin de leur exécution. Pour eux, « le bonheur est juste à côté et ceux qui ne sont pas bêtes peuvent le voir » comme disent les belles paroles, elles aussi utopiques, de la chanson O Sal da Terra (Le Sel de la Terre), du chanteur brésilien Beto Guedes. Par ailleurs, aussi enfantins et naïfs que puissent paraître leurs idéaux, critiqués justement pour cela par Marx et Engels, personne ne peut du moins les accuser d’avoir été fatalistes, indifférents, passifs devant le destin. Les Français qui sont venus fonder les colonies du Saí ne l’étaient décidément pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rubenilson Brazão Teixeira, « Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68376

Haut de page

Auteur

Rubenilson Brazão Teixeira

Docteur en études urbaines
Professeur d’Architecture UFRN

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page