Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Patricia Graciela Sepúlveda, Mujeres insurrectas. Condición femenina y militancia en los '70

Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, Publicaciones ciencias sociales serie tesis, 2015, 293 p.
Référence(s) :

Patricia Graciela Sepúlveda, Mujeres insurrectas. Condición femenina y militancia en los '70, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, Publicaciones ciencias sociales serie tesis, 2015, 293 p.

[01/12/2015]

Texte intégral

  • 1 Ana María Araujo, Tupamaras. Des femmes de l’Uruguay, Paris, des femmes, 1980.
  • 2 Des éléments à ce sujet dans Les femmes dans les Amériques : Féminismes, études de genre et identit (...)

1Les premières recherches sur la question des rapports de genre dans les guérillas latino-américaines remontent aux années 1980. On citera tout particulièrement le livre pionnier d'Ana María Araujo dans lequel elle articule avec brio l'enquête sociologique et le récit autobiographique en menant, sous la forme d'un retour d'expérience, une analyse critique de la trajectoire de plusieurs militantes du MLN-Tupamaros (Uruguay), dont la sienne1. La question posée était d'observer en quoi les organisations révolutionnaires maintenaient des formes de domination masculine, et conjointement comment l'expérience militante, celles de la prison et de l'exil, ont été des moments de prise de conscience féministe. Depuis, de nombreux travaux ont été réalisés sur les problématiques de genre et guérilla en Amérique latine, dans le cadre des études féministes et des études de genre : témoignages, études de cas, analyses comparées prenant en compte les guérillas d'Amérique centrale et d'Amérique du sud, des années 1960 aux années 19902. Avec Mujeres insurrectas, Patricia Graciela Sepúlveda propose une recherche très neuve en ouvrant sur une histoire plus intime des militantes de l'extrême gauche argentine (Montoneros et PRT-ERP) dans les années 1970.

2La recherche repose sur une quinzaine d'entretiens approfondis réalisés avec d'anciennes militantes et des parents lorsqu'elles ont été tuées sous la dictature. Patricia Graciela Sepúlveda contextualise efficacement la démarche qui a conduit ces jeunes femmes à s'engager dans une voie révolutionnaire, puis à opter pour la lutte armée dans l'Argentine de la fin des années 1960. Elle développe la situation nationale de fermeture politique et de prohibition du péronisme, ainsi que l'internationalisation des luttes politiques en lien avec la révolution cubaine, la décolonisation, la guerre du Vietnam. Elle analyse la pluralité des cadres familiaux d'émergence de l'engagement, la prise de conscience de l'état de grande pauvreté d'une partie de la population, le rôle de la théologie de la libération, l'influence du péronisme historique porté par les parents, ou au contraire l'appartenance à des familles initialement anti-péronistes mais qui s'en rapprochèrent dans les années 1960, tant le mouvement du leader exilé en Espagne franquiste était alors assimilé à la résistance contre la répression. Conjointement, Patricia Graciela Sepúlveda ne cesse d'interroger les problèmes de méthode induits par l'histoire orale et les effets de reconstruction mémorielle, particulièrement marqués en ce qui concerne les questions de genre et d'identité de sexe, tant les rapports de genre ont évolué depuis les années 1960-1970.

3La structure du livre reprend l'histoire de vie des actrices tout en interrogeant à chaque étape leur rapport à leur assignation de genre : au moment de l'engagement, dans l'action militante, puis dans la clandestinité, la prison ou l'exil. Les entretiens dirigés par Patricia Graciela Sepúlveda sont foisonnants. En orientant les témoignages sur la question du genre, ou en sollicitant la mémoire des parents, elle met en évidence l'importance de l'environnement domestique dans l'organisation du quotidien de la vie militante. L'ouvrage est très riche. L'un des apports est d'observer que certaines actrices ont le sentiment aujourd'hui d'avoir vécu dans la militance un moment privilégié de transformation dans les relations avec leurs camarades masculins. Patricia Graciela Sepúlveda rappelle qu'à la fin des années 1960 la condition féminine avait déjà beaucoup évolué au sein de la classe moyenne argentine. Elle précise conjointement que la question de la conscience de genre ne se posait pas encore en ces termes à cette époque, et qu'il y a certainement une part de reconstruction dans les souvenirs des témoins. En effet, l'égalité des relations homme/femme dans les extrêmes gauches des « années 68 » a le plus souvent été battue en brèche dans les études féministes.

  • 3 Sur ce point des éléments dans le documentaire de David Blaunstein, Cazadores de Utopías, 1996, con (...)

4Patricia Graciela Sepúlveda nuance cette lecture à partir de l'analyse du vécu et du perçu de ses témoins. Elle souligne que le féminisme était certes considéré comme participant de l'idéologie bourgeoise, mais que parallèlement l'adhésion aux principes guévaristes de l'homme nouveau et la volonté de participer à la construction d'une nouvelle société conduisait à imposer une morale forte dans les organisations et à favoriser un auto-contrôle dans les relations entre militants et militantes. Elle précise que ces vécus certes ne sont pas généralisables, néanmoins ils demeurent pertinents pour appréhender une expérience politique originale. La grille de lecture de l'intime conduit par ailleurs à réévaluer le rôle des parents dans la logistique de la clandestinité, la place de la construction du couple dans l'engagement révolutionnaire3, l'événement de la maternité dans la bifurcation des trajectoires individuelles. Le passage consacré à la prolétarisation des militants est particulièrement intéressant. Patricia Graciela Sepúlveda observe en effet comment dans la clandestinité les couples révolutionnaires étaient contraints d'incarner au grand jour les stéréotypes de genre traditionnels (ceux du père de famille et de la mère au foyer) au travail et dans la vie de quartier, alors qu'ils les critiquaient dans l'entre-soi et tentaient de s'en défaire.

5Il s'agit par conséquent d'une rechercher passionnante à l'interface des études de genre et de l'histoire politique de l'Amérique latine des années 1960/1970. C'est une démarche qui mériterait d'être prolongée par des études comparatives à l'échelle régionale.

Haut de page

Notes

1 Ana María Araujo, Tupamaras. Des femmes de l’Uruguay, Paris, des femmes, 1980.

2 Des éléments à ce sujet dans Les femmes dans les Amériques : Féminismes, études de genre et identités de genre dans les Amériques, XIXe et XXe siècles-1  – Actes du colloque international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence/Axe histoire, coordonné par Luc Capdevila et Claire Sorin, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Colloques, mis en ligne le 04 février 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/66373.

3 Sur ce point des éléments dans le documentaire de David Blaunstein, Cazadores de Utopías, 1996, consacré aux Montoneros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Patricia Graciela Sepúlveda, Mujeres insurrectas. Condición femenina y militancia en los '70 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68616

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page