Navigation – Plan du site
Débats | 2016
Alcool et ivresse en Amérique – Approches historiques et anthropologiques – Coord. Anath Ariel de Vidas et Anne-Marie Losonczy
Ivete Machado de Miranda Pereira

Guyane française : lecture d’une colonie par le biais de son commerce des alcools

[25/01/2016]

Résumés

Cet article analyse le négoce des alcools en Guyane française, au sein du commerce atlantique du début du XIXe siècle, à partir d’ordonnances, de lettres officielles et de données comptables. Plus spécifiquement, y sont étudiées la production et la consommation d’une liqueur spiritueuse appelée tafia, sous la domination portugaise de la colonie, de 1809 à 1817. Il est à noter que, en dépit du faible nombre d’habitants, la fabrication de cette boisson était alors considérable et son usage jugé dangereux et abusif par le gouvernement en place. Cette étude examine donc, d’une part, les mesures prises par l’administration pour restreindre la vente de tafia. Soulignons toutefois que, si le but de ces autorités semblait être d’en diminuer la consommation, leurs décisions, communiquées sous la forme d’ordonnances, ont permis à l’administration d’obtenir maints avantages pécuniaires via l’application d’amendes et de taxes. Par conséquent, et grâce aux données comptables retenues, il s’agit ici, d’autre part et principalement, de définir l’importance économique du tafia et celle de sa participation au paiement des troupes, préoccupation centrale du gouvernement portugais.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce texte présentera la production et la consommation des alcools en Guyane française, entre les années 1809 et 1817, période de la domination portugaise qui constitue le sujet de ma thèse. Mon but est double, et s’organisera autour de deux axes de recherche. Le premier consistera dans l’étude des mœurs des habitants devant la consommation des boissons et se donnera pour objectif d’essayer de comprendre la façon dont le gouvernement a entendu régler sa fabrication et vente à travers des ordonnances, l’un des mécanismes de pouvoir constant dans l’histoire des colonies françaises. Le second axe, quant à lui, s’appuiera sur les chiffres des comptes annuels et cherchera à analyser le paradoxe considérable entre le discours officiel contre la consommation des alcools et l’acceptation des revenus provenant de son commerce.

2Cette double étude se fera sur la base de plusieurs types de sources. Pour le premier axe, des lettres officielles, des mémoires et des ordonnances répertoriées à la Bibliothèque Nationale et aux Archives Nationales de Paris, et à la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro. Pour le second, des documents manuscrits conservés aux Archives Nationales de Rio de Janeiro – Fonds Cayenne – et des ordonnances conservées aux Archives Nationales d’Outre-Mer, à Aix-en-Provence seront utilisés. Ainsi, il nous sera donné de discerner la manière dont le Gouvernement a entendu administrer les relations entre fabrication, consommation et commerce des alcools en Guyane dans le contexte formé par les réseaux d’échange entre les Amériques, l’Europe et l’Afrique.

  • 1 C. Vidal, “Le(s) monde(s) atlantique(s), l’Atlantique français, l’empire atlantique français. Outre (...)

3Le commerce des alcools en Guyane française met également en relief, en effet, la connexion et l’interrelation entre les marchés atlantiques dans la mesure où ces transactions permettaient à un colon à Cayenne de boire un verre de vin de Madère qui était arrivé dans une embarcation provenant de la Côte d’Afrique ou d’opter pour une bière nord-américaine. De même, à Lisbonne ou à Rio de Janeiro, le tafia produit à Cayenne pouvait être bu, ce qui implique un réseau de relations transnationales au sein du monde atlantique1. Par ailleurs, nous le verrons, des récits de voyageurs mentionnent la consommation de divers types d’alcools par les différentes couches de la société guyanaise. Les sources concernant le commerce démontrent que malgré des interdictions, plusieurs boissons – bière, vins et rhum – étaient importés et exportés.

4Cependant, cette communication se focalisera sur la production, la consommation et le commerce d’un alcool particulier, le tafia, nom donné par les esclaves à la boisson distillée de la canne à sucre, seul alcool fabriqué en Guyane française. De nombreuses sources officielles font référence à sa grande consommation parmi les colons et des ordonnances règlent et imposent des impôts sur sa production et vente. Il s’agira pour nous de répondre à la question suivante : quelle était l’importance économique du tafia étant donné cette remarque de l’Intendant portugais, en 1812, que le tafia l’aidait à payer la troupe. Pour répondre à cette question, nous mettrons en lumière la Guyane du début du dix-neuvième siècle, l’usage des boissons et les conflits que celles-ci générèrent entre le gouvernement et les colons. Toutefois, avant d’entrer dans le cœur de la question nous commencerons notre étude par la production du tafia en Guyane.

Le début de la production des alcools

  • 2 Alain Huetz de Lemps, Histoire du rhum, Paris, Éditions Desjonquères, 1997.

5L'extraction du sucre a précédé de plusieurs siècles la fabrication de l’eau-de-vie de canne à sucre. Pendant le XVe siècle, ont été développées, par les Portugais à Madère et les Espagnols aux Canaries, de grandes plantations de canne à sucre. Cette dernière a été introduite en Amérique, en 1493, par Christophe Colomb, apportée des îles Canaries et plantée sur l’île d’Hispaniola qui a initié la fabrication du sucre à partir de 1505. Au cours des années suivantes, ces plantations se sont étendues aux autres îles occupées par les Espagnols, puis peu à peu à tout le continent américain. Les Portugais ont commencé à fabriquer du sucre au « Brésil » en 1520 et en sont devenus les plus grands fournisseurs en Europe2. Ainsi, les sucreries se sont installées dans les colonies américaines grâce au marché lucratif du sucre en Europe.

  • 3 Ibid.

6En Amérique, les premières mentions de distillation renvoient au milieu du XVIIe siècle, et les Anglais estiment qu’il y avait distillation sur l’île de la Barbade puisqu'ont été relevées diverses références anglaises à l’eau-de-vie sous les noms de « rumbullion » ou « kill-devil », « tue-diable », en raison de la forte teneur en alcool, en général entre 40 et 62 %. Le mot « rumbullion » a été abrégé en rum à la fin du XVIIe siècle3. Au sein des colonies françaises en Amérique, c'est la publication, en 1667, de l'ouvrage de Jean-Baptiste du Tertre (Père du Tertre), intitulé Histoire Générale des Antilles habitées par les François, qui a offert la première description de la fabrication de l’eau-de-vie de canne à sucre. En Guyane, c’est également au XVIIe qu’on commence à cultiver la canne à sucre et à fabriquer le tafia.

  • 4 Marie Polderman, La Guyane française 1676-1763, mise en place et évolution de la société coloniale, (...)
  • 5 Ibid, p. 80.
  • 6 Jacques-Nicolas Bellin, Description géographique de la Guyane, contenant les possessions et les éta (...)
  • 7 Le terme « habitation » utilisé dans les colonies françaises désignait les établissements que les p (...)

7En 1654, des Hollandais chassés du Pernambouc par les Portugais s’installèrent en Guyane où ils furent rejoints quelques années plus tard par des juifs également expulsés du Brésil. Ils s’appliquèrent à la culture de canne à sucre et construisirent un moulin à eau4. En 1685, il y avait en Guyane vingt sucreries où travaillaient 75 % du total des esclaves de la colonie ; néanmoins ces usines connaissaient, depuis 1740, un déclin dû à la faute de moyens financiers pour les édifier puisqu’elles exigeaient des capitaux importants pour l’achat d’esclaves, toute une gamme d’outils spécifiques comme un moulin, un alambic, des tonneaux pour la conservation, des écumoires, des dames-jeannes, des pots, des pintes, des jarres5. Selon Bellin, pour établir une sucrerie en Guyane il fallait « avoir au moins vingt cinq Nègres travaillant et autant de Négresses ; trente bœufs et un pareil nombre de chevaux ou cavales ». En outre, un régisseur compétent et un bon commandeur pour « veiller aux travaux des Nègres, un magasin pour serrer l’eau-de-vie pour éviter d’être volé par les esclaves6». De ce fait, seuls les colons Blancs possèdaient les moyens financiers pour établir une sucrerie dans leur habitation7.

  • 8 Jacques-Nicolas Bellin, op. cit., p. 218
  • 9 Simon Mentelle, “Journal d’un voyage fait de Cayenne à Approuague », dans Yannick Le Roux, Olivier (...)

8Dans les années 1740, la production du tafia dans certaines sucreries fut privilégiée par rapport à celle du sucre étant donné qu’il était plus facile à produire et à commercialiser, d’autant qu’il y avait une demande interne. A la base, le tafia était un alcool issu des habitations sucrières, résultant de la fermentation des déchets de la canne à sucre, transformé en boisson très alcoolisée par distillation. Le sirop de jus de canne chauffé dans des chaudières puis refroidi pour cristalliser le sucre, générait une grande quantité de mélasse brune, jusqu'alors écartée. « On mettait à profit les écumes et le dernier sirop dont on ne saurait faire que de mauvais sucre, en le laissant distiller avec un serpentin, pour en tirer de l’eau-de-vie8 ». Le tafia était produit dans un bâtiment, la vinaigrerie, et nous en avons une description dans un journal de voyage. Il s’agit d’une nouvelle sucrerie, celle de l’habitation du Collège à l’Approuague. Dans cette « manufacture à rhum » fut employé des moyens pour économiser le temps des esclaves, par exemple en levant les chapiteaux « très pesants et très volumineux » des deux grands alambics et en mouvant la pompe qui fournissait de l’eau nécessaire à la fabrication du tafia9.

  • 10 C. F. Cardoso, La Guyane française (1715-1817) : Aspects économiques et sociaux. Contribution à l’é (...)
  • 11 Carolyn Fick, Haïti, naissance d’une nation, Calvados, Editions Perseïdes, 2014, p. 83.
  • 12 Ibid, p. 80.
  • 13 C. F. Cardoso, op. cit. p. 225.

9Les esclaves participaient à toutes les étapes de la production du sucre et du tafia. Les hommes et les femmes disposés en rang et munis de serpes coupaient les cannes qui, immédiatement, devaient être moulues pour les empêcher de se faner et que le vesou ou jus fermentât10. De ce fait, les esclaves transportaient les cannes récemment coupées pour le broyage au moulin dont la force motrice était l’énergie animal ou l’eau. Les femmes alimentaient ces moulins, tâche très dangereuse parce qu’on pouvait se faire écraser un doigt, une main ou tout le bras entre les rouleaux11. Les esclaves plus âgés et les enfants rassemblaient et empilaient les bagasses ou cannes déjà passés au moulin qui seraient utilisées comme combustible pour les chaudières12. Ainsi, « tous les métiers nécessaires au fonctionnement d’une sucrerie y compris les plus importants – ceux de commandeur et de maître sucrier – étaient remplis par des esclaves »13. Comme nous le verrons, cette production du tafia a motivé de nombreuses ordonnances de la part des autorités locales. Si leur but était de diminuer la consommation de boissons, les ordonnances n’empêcheront pas l’administration d’obtenir des avantages pécuniaires avec la fabrication de ces alcools.

Les relations de pouvoir et d'économie autour des boissons alcoolisées

  • 14 Archives Nationales de Paris. Colonies C14/85-86. (Les contingents de la troupe ne sont pas inclus (...)
  • 15 Les quartiers constituaient la circonscription administrative des colonies françaises. Les huit qua (...)
  • 16 Cardoso, op. cit., p. 329.

10Selon les autorités, la consommation du tafia était excessive par rapport au nombre d’habitants et épuisait une bonne partie de la production. En tant que colonie française, l’axe essentiel de l’économie de la Guyane du début du XIXe siècle reposait sur la production en vue de l’exportation vers la métropole. Elle comptait une population totale de 15 483 individus selon le recensement de 1807, étant composée de 13 474 esclaves, 1040 « gens de couleur » libres et 969 blancs, sans compter la troupe14. En 1809, le territoire occupé était divisé en huit quartiers15 et comprenait 234 habitations ou établissements de culture disséminés à travers la colonie. Selon l’historien Ciro Flamarion Cardoso, il s’agissait d’une « société microscopique, une économie négligeable dans le cadre du monde colonial français (...) colonie défendue par sa pauvreté même »16. Et pourtant, la Guyane fut envahie le 9 janvier 1809 par des troupes portugaises, soutenues par la force navale britannique, puis administrée jusqu’en 1817 par les Portugais.

  • 17 Institut Historique et Géographique Brésilien. IHGB, DL 59.8. Appointements de José da Silva Mafra, (...)

11La capitulation fut signée le 12 janvier par le Gouverneur de la Guyane, Victor Hugues, et par les commandants portugais et anglais. Selon le militaire ayant participé à l’expédition de la conquête de la Guyane, José da Silva Mafra, le jour suivant de l’assignation de la reddition, les troupes vainqueurs se sont mises en marche pour le chef-lieu afin de prendre possession de la colonie. Toutefois, la garnison a dormi aux alentours de Cayenne, sans y entrer, obéissant à la demande du Gouverneur français, dont presque tous les hommes étaient trop ivres pour exécuter la remise de la colonie et la déposition des armes17.

  • 18 L. M. Prudhomme, Voyage à la Guiane et à Cayenne, fait en 1789 et années suivantes. Paris : chez l’ (...)
  • 19 Les petits habitants possédaient des domaines comptant moins de dix esclaves.
  • 20 P. V. Malouet, Collection de mémoires et correspondances officielles sur l’administration des colon (...)

12La consommation du tafia entre individus de la colonie était d’autant plus critiquable qu’elle était une pratique commune à la troupe, aux esclaves, aux colons. La troupe et les esclaves buvaient du tafia et les « habitants n’épargn[ai]ent rien pour avoir le meilleur vin de France, ainsi que des vins des Canaries, de Madère, de Constance et des liqueurs des plus renommées. Ils [avaie]nt aussi de la bière en bouteille et du cidre, qu’ils re[cevaie]nt de l’Amérique septentrionale »18. Pierre-Victor Malouet, Commissaire-Ordonnateur de Guyane entre 1776 et 1778, dans l'office du 16 décembre 1777 au Ministère de la Marine, a souligné les plaintes fréquentes relatives à l’ivrognerie et aux abus de liqueurs fortes atteignant des niveaux excessifs et dangereux : « Les soldats, les petits habitants, tous les nègres libres et esclaves et les Indiens sont passionnément livrés à l’usage du tafia ; il en résulte toute sorte de désordres »19. Selon Malouet, il existait une « malheureuse célébrité de Cayenne dans la distillation de cette liqueur », sa consommation augmentant d’autant plus que subsistait la croyance que les liqueurs fortes « étaient nécessaires pour la réparation des forces ». Il critiquait la situation de la colonie qui consommait toute sa production de tafia au lieu de produire des denrées pour les échanger avec la métropole, finalité première de toute colonie. En dépit de sa plus grande production comparativement aux autres îles, « il n’en sort[ait] pas une bouteille, tout [étant] bu dans la colonie », empêchant le commerce et la circulation souhaitable des navires dans le port20.

  • 21 Archives Nationales de Paris. Fonds Colonies C14/81-82. Règlement de la fabrication et de la vente (...)

13Deux décennies plus tard, la colonie n’avait toujours pas réussi à diminuer la consommation, comme constaté dans l’ordonnance de Victor Hugues21, alors Gouverneur de la Guyane, du 29 avril 1803, régissant la fabrication et la commercialisation du tafia. Si le long caput de l’arrêt donnait la vision officielle sur l’usage des liqueurs fortes et du tafia, il taisait le but principal de l’ordonnance, à savoir les intérêts économiques. Tout au long de l'introduction de l’ordonnance, l’usage du tafia était considéré comme abusif et dangereux puisqu’un « grand nombre de Blancs, et presque tous les affranchis et les esclaves s'ét[aient], tout le temps, livrés avec passion à cette boisson pernicieuse ». Malgré le faible nombre d'habitants, la fabrication du tafia était considérable car ceux-ci avaient la certitude de pouvoir compter sur un marché réactif et avantageux.

  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

14Ainsi, la distillation du tafia est devenue, pour beaucoup de colons, la seule source de revenu, ce qui allait à l'encontre de la fonction supposée de cette colonie établie et « entretenue à grands frais par la métropole »22. En effet, une colonie devait, tout d’abord, produire des denrées susceptibles d'être échangées avec celles de l’Europe, objectif premier de l’institution des colonies. Par conséquent, la priorité devait être prise sur la fabrication du sucre qui « offrirait au commerce d’Europe des expériences beaucoup plus étendues »23 que le tafia. En d’autres termes, le port de Cayenne, peu fréquenté par les bateaux, devait attirer ces derniers via le commerce du sucre. Cependant, le gouvernement savait que cela n’était pas si simple puisque les sucreries exigeaient une main d’oeuvre conséquente, plusieurs bâtiments, des ouvriers qualifiés et un projet élaboré.

  • 24 C. F. Cardoso, op. cit., p. 168.

15Pour freiner la distillation du tafia en Guyane et accélérer la production du sucre, l’arrêt stipulait que les habitants ne devaient distiller le tafia qu’au moyen des écumes et des résidus, et après l’extraction du sucre. Une amende de 10 000 francs, à verser au trésor public, était infligée à ceux qui y désobéissaient. De plus, la vente du tafia était restreinte à une barrique maximum par habitation, tout dépassement étant passible d’une amende de 3 000 francs. Quelques dérogations afférant au débit de tafia en ville ont été accordées moyennant le paiement d’un droit versé au trésor public, cependant la boisson devait être vendue en bonbonne, autrement l'amende était de 1000 francs. Ainsi, le Gouverneur français a cherché à obtenir le contrôle sur la fabrication et le commerce du tafia au sein de la colonie tout en imposant le développement de la fabrication du sucre. Or, l’administration savait à l’avance que la pauvreté de la Guyane empêcherait les habitants de produire du sucre, puisque les dépenses pour la création d’une sucrerie étaient importantes. Outre un atelier comptant 100 à 200 esclaves, « une sucrerie ne commençait vraiment à produire régulièrement qu’après cinq ans, et les frais d’installation n’étaient remboursés qu’après six à sept ans»24. Aussi, nous pouvons formuler l’hypothèse que les revenus provenant de ces lourdes amendes constituaient le but réel de l’ordonnance. C’est pourquoi, après avoir considéré les mesures du gouvernement français concernant le tafia, nous analyserons maintenant la manière dont le gouvernement portugais a envisagé le problème de réglementation des boissons en Guyane.

Administration portugaise : cadre général des Importations

  • 25 Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro. Section des manuscrits. Cod CXCIX 16-65 I-4-2 nº 34. Loca (...)

16Le 12 janvier 1809, commençait la gestion portugaise de la Guyane. Cette date marqua pour le pays le début d’une reprise du commerce étant donné que les derniers mois au cours desquels la colonie était encore française, son commerce s’était réduit à quelques embarcations provenant de la métropole. En effet, seuls trois navires originaires de France avaient mouillé dans la colonie, la guerre en Europe ayant empêché les exportations et importations. Mais, entre sa conquête par les Portugais et le 30 juin 1809, entrèrent dans le port de Cayenne quarante-trois embarcations marchandes, et ce grâce à une réduction des droits d’entrée et de sortie, mesure temporaire du gouvernement portugais pour attirer les navires transportant des vivres25. Si les entrées et sorties des navires dans ce port nous intéressent, c’est parce qu’elles nous révèlent des données sur l’importation et l’exportation des boissons. De surcroît, les embarcations nous donnent des pistes sur la participation de la Guyane dans le commerce triangulaire atlantique et sur la circulation des alcools dans ce contexte. Pour étudier cette circulation, nous travaillerons sur un échantillon qui couvre trois années, à savoir, 1812, 1814 et 1815.

  • 26 Archives Nationales de Rio de Janeiro. Fonds Cayenne. Plan Général des Importations et Exportations (...)

17En 1812, soixante-huit embarcations entrèrent dans le port de Cayenne26. Dans le document intitulé Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie – qui n’offre point la quantité triée de chaque boisson – nous avons pu observer, pendant cette année, que les vins provenaient de l’Amérique portugaise (probablement des produits portugais), des États-Unis et de la côte de l’Afrique. Cette même année, la Guyane importa de la bière et du rhum des colonies anglaises.

Importations des boissons pendant l’année 1812

Importations des boissons pendant l’année 1812

Source : ANRG, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie de la Guyane pendant l’année 1812.

  • 27 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Plan Général des Importations et Exportations (...)

18En 1814, soixante et une embarcations jetèrent l’ancre dans le Port de Cayenne, quarante sous le drapeau portugais, quatorze anglaises, cinq suédoises et deux espagnoles27. Le résultat de ce commerce relatif aux boissons nous montre une réduction importante de l’importation de boissons en 1814, d’autant plus que les alcools ont parfois été importés avec d’autres produits. Ainsi, fut importé du Maranhão, Pernambuco, Bahia et Rio de Janeiro, c’est-à-dire de l’Amérique Portugaise, du vin et des comestibles sans discrimination de la quantité de chaque produit.

Importations des boissons pendant l’année 1814

Importations des boissons pendant l’année 1814

Source : ANRG, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie de la Guyane pendant l’année 1814.

19L’année suivante, cinquante-trois navires mouillèrent dans le port de la Guyane, vingt-neuf sous le drapeau portugais, onze français, quatre anglais, huit américains et un suédois. La présence des navires français était, comme nous le verrons ci-après, une conséquence de la politique européenne, les importations de vin de France ayant atteint une somme considérable.

Importations des boissons pendant l’année 1815

Importations des boissons pendant l’année 1815

Source : ANRG, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie de la Guyane pendant l’année 1815.

20Que conclure de ces données ? Nous avons remarqué précédemment que les sources n’offrent pas de volume des boissons importées, elles ne nous signalent que des données qualitatives. Cependant, la variable qualitative la plus fréquente est le vin et cela nous amène à conclure que la caractéristique majeure de l’importation de boissons en Guyane est sa destination aux plus aisés de la colonie, aux habitants.

  • 28 P. Barrère, Nouvelle relation de la France équinoxiale, Paris, 1743, chez Piget, p. 35.
  • 29 Victor Hugues, ANOM, Col C14, vol 86, fº 5, 1809.

21Ces données démontrent également que s’il y avait de l’importation de boissons, les chiffres de l’importation nous semblent, toutefois, faibles. Quel facteur explique cette faiblesse du commerce extérieur ? Outre les mesures restrictives prises par le gouvernement face à l’importation des boissons que nous verrons ci-dessous, il nous faut penser à deux aspects contextuels qui touchent aussi bien l’importation que l’exportation. Premièrement, la guerre en Europe a probablement réduit la circulation de bateaux dans l’espace atlantique. Certes, l’importation de la Guyane pendant les années 1812 et 1814, soutenue par des bâtiments sous drapeaux portugais, anglais et américains, est conséquente. Mais ce sont les colonies américaines des deux puissances européennes et les États-Unis de l’Amérique qui ont entretenu le commerce des alcools. En ce qui concerne l’année 1815, la paix en Europe a apporté le retour de l’importation des vins français. Deuxièmement, l’abord de Cayenne était extrêmement difficile à cause des bancs de sable provenant de l’embouchure de l’Amazone qui devenaient les eaux peu profondes obligeant « souvent les vaisseaux de mouiller deux lieues au large »28. De plus, les bâtiments luttaient contre les vents et courants qui les portaient au Nord, ce qui conduisait les bateaux à faire l’aller de Cayenne aux Antilles en six jours mais le retour demandait une traversée de trente à soixante jours29. Les aspects contextuels cités ci-dessus peuvent être l’une des raisons de la faiblesse du commerce extérieur de la colonie. L’analyse des chiffres de l’exportation du tafia en Guyane (cf. ci-après) nous offrira de faire une comparaison entre l’importation des boissons et l’exportation du tafia. Toutefois, il convient, avant d’étudier cette exportation, d’envisager les aspects concernant la fabrication et l’usage du tafia pendant la période portugaise.

Le cas du tafia : consommation et exportation

  • 30 La canada était une mesure pour les liquides, mais il y avait une différenciation entre la canada u (...)
  • 31 Sous l'Ancien Régime, la monnaie française était la livre (française). Une livre valait 20 sous. À (...)
  • 32 Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro, Section des manuscrits, Cod CXCIX 16-65 I-4-2 Nº 34. Loca (...)

22Ainsi, nous commencerons notre étude sur le tafia au sein de la colonie par la taxation de sa consommation. Un document datant d'août 1809, c’est-à-dire du début de l’administration lusitanienne, révèle que la production du tafia consommé en Guyane était de 50 000 canadas30, soit environ 133 000 litres, permettant ainsi d'éviter l'importation de rhum et d'autres « liqueurs », onéreuse pour la colonie. En réalité, s'exerçait une forte taxation sur les droits d’entrée des « rhum, eaux-de-vie et autres liqueurs », dont la valeur de 16 sous31 en canadas revenait au double de l'imposition sur le tabac, par exemple32. Cette production de tafia en Guyane figurait parmi les revenus de la colonie qui comprenaient, outre cet alcool, l’impôt de la capitation, l’impôt sur les maisons de la ville, les droits de la Douane et les épices de l’Habitation Gabrielle.

  • 33 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Section des manuscrits, Fonds Cayenne. Office de João Severi (...)

23En vue d’obtenir davantage de numéraire, le Gouverneur portugais, Manoel Marques, établit l’impôt sur le tafia et le paiement de licences pour son commerce, ces dernières correspondant aux « droits de patente » qui existaient pendant la période révolutionnaire. Les négociants, répartis en classes majeures et mineures, ainsi que les petits vendeurs, étaient obligés de payer un droit pour le titre correspondant à leur classe. De ce fait, a été appliquée une échelle de droits à payer, selon la classe, jusqu’au consommateur final du produit. Autre conséquence de cette mesure, la consignation et l'expédition des bateaux étaient monopolisées par trois grandes maisons de commerce. L’impôt sur le tafia, fixé à quarante-cinq reis la canada, ne rapportait presque rien à la colonie, puisque les habitants dissimulaient le volume de leur fabrication33. Ces mesures furent l'objet de réclamations auprès du Gouverneur du Grão-Pará, à qui la Guyane était subordonnée et furent supprimées.

  • 34 Le pot (ou quade) est une ancienne mesure équivalant à 1,85 litre.
  • 35 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Section des manuscrits, Fonds Cayenne, Ordonnance de João Se (...)

24En effet, en janvier 1810, João Severiano Maciel da Costa, magistrat chargé de l’Intendance et de l’administration civile, arriva en Guyane. Il entreprit beaucoup de changements au regard de l’administration précédente. L’ordonnance du 17 février 1810 autorisa le paiement de l’impôt de la capitation et celui sur les maisons au moyen de produits agricoles des colons, dont le girofle, le coton et le tafia qui devinrent une sorte de monnaie. La valeur du canada du tafia était déterminée par le gouvernement et le produit remis aux Commissaires des divers Magasins Royaux. Le tafia était payé à raison de 50 sous le pot34. Devant le manque de numéraire et la difficulté des habitants à payer leurs impôts, l'Intendant décida d'appliquer les échanges par denrées à prix déterminé35. La dette active – crédit du gouvernement au contribuable – était alors forte en Guyane, ce qui avait abouti à un déficit de la colonie.

25Désireux d'équilibrer les comptes de l’administration de façon à ce que les dépenses de la colonie ne dépassent pas ses recettes, le gouvernement édita une nouvelle ordonnance, celle du 7 mars 1810, spécialement consacrée aux liqueurs spiritueuses. Son discours réitérait celui tenu par le gouvernement français : l’imposition de règles visant à restreindre un usage immodéré, préjudiciable à la santé, aux mœurs et à la tranquillité de la colonie. Dans cette ordonnance ne figurait aucune réglementation concernant la production de sucre, considérée par l’administration française comme un atout commercial pour la colonie. Toutefois, un second objectif était l’abolition de l’impôt et des licences sur le tafia établis par le Gouverneur Manoel Marques et qui, selon l’Intendant, ne donnaient pas satisfaction, sans néanmoins priver le Trésor des rentes provenant de leur commerce.

26Pour ce faire, fut créée la charge d’Administrateur du Dépôt Royal des liqueurs spiritueuses, sous la supervision de l’Intendant, ainsi que le Dépôt Public pour le tafia, au Magasin Général. Tous les producteurs de cette boisson avaient pour obligation de remettre au Dépôt Royal la production totale de leur usine, en échange de laquelle ils recevaient de l’Administrateur du Dépôt un récépissé du Trésor attestant de la quantité de liquide confiée, à raison de 50 sous le pot. Le paiement était effectué par le Trésorier, sous quinze jours, après vérification de l’Intendant.

27L’ordonnance stipulait également que les habitants récalcitrants seraient condamnés à trois mois de prison, se verraient confisquer la production trouvée et paieraient une amende de trois mille francs, partagée entre le dénonciateur, l’Administration et le Trésor. Le gouvernement prit donc autorité sur la commercialisation de la boisson et établit un réseau de huit vendeurs, quatre à Cayenne et quatre sur les cantons d'Approuague, Sinnamary, Kourou et Roura. Les colons qui entendaient être distributeurs de tafia, en petite quantité, devaient demander une licence à renouveler annuellement, licence de trois mille francs pour le commercialiser à Cayenne et de sept cents francs pour les autres cantons. Ces distributeurs ne pouvaient vendre que le tafia du Dépôt Royal, sous peine, autrement, de perdre leur licence et de payer l’amende de trois mille francs. Ainsi, le gouvernement établit le prix d'achat du tafia, vendit les licences pour sa distribution et entreprit de le commercialiser lui-même directement auprès des habitants, pour leur consommation, à raison de neuf pots minimum par transaction.

  • 36 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhe (...)
  • 37 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhe (...)
  • 38 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhe (...)
  • 39 Gabriel Debien, « La nourriture des esclaves sur les plantation des Antilles françaises aux XVIIe e (...)

28Donc, il n’existait nulle interdiction ni intention gouvernementale de diminuer la consommation d'alcool, sinon un monopole manifeste. Nous pouvons corroborer l’affirmation précédente par les sources exploitées, puisque parmi les dépenses liées à la propriété domaniale La Gabrielle, la plus rentable de la colonie grâce aux plantations d’épices, la remise du tafia aux esclaves pendant les années étudiées se révèle courante. Par ailleurs, concernant les dépenses générées par les embarcations de Son Altesse Royale et par la garnison nous avons relevé du tafia parmi « les vivres fournis ». En ce qui concernait les embarcations, la somme correspondait au cinquième du total des dépenses y afférant36. Finalement, en 1814, outre les esclaves domaniaux et les embarcations royales, l’administration a fourni du tafia aux employés de la Pêche Royale et à la troupe37. Il y a une réitération de ces habitudes dans l’année 181538. En somme, les données démontrent que le gouvernement, lui même, fournissait de la calorie « à bon compte » aux esclaves et à ses employés. Cette procédure n’était pas exceptionnelle, étant donné qu’aux Antilles l’eau-de-vie de canne était donnée aux esclaves des habitations comme récompense pour des tâches difficiles, telles qu’introduire les cannes à sucre dans les rouleaux pour y être écrasées39.

29L’ordonnance du 7 mai 1810 déterminait également dans son article VII que trois jours après sa publication, tous les négociants ou détenteurs de tafia, rhum ou eau-de-vie, destinés à la vente au sein de la colonie ou à l'exportation, étaient tenus de préciser les quantités dont ils disposaient. Les colons pouvaient les vendre au gouvernement, l’exportation ne concernant que les rhums et eaux-de-vie étrangers précédemment importés par les colons qui étaient désormais interdits à la commercialisation à l'intérieur de la colonie. Les boissons étrangères – des rhums et eaux de vie – pouvaient entrer à la Douane et être gardées au Dépôt Royal, moyennant le paiement de dix sous par pot et par semaine, jusqu’au jour où elles seraient réexportées. Les Commissaires étaient chargés de veiller au dû respect de l'ordonnance, toutefois il faut remarquer que cette ordonnance n’empêchait pas l’importation de vins et de bières.

  • 40 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Office de João Severiano Maciel da Costa au C (...)
  • 41 Après l’invasion, les Portugais ont reglé le change entre le franc colonial et la monnaie en usage (...)

30Le gouvernement et ses distributeurs étaient donc les seuls autorisés à commercialiser le tafia. Dans son office au Comte d’Aguiar, Ministre et Secrétaire d’État à Rio de Janeiro40, l’Intendant relatait que, mû par le souhait « louable » de diminuer la consommation du tafia, il avait établi son administration via les Finances Royales, laissant au Trésor quelque rente, tout en aidant au contrôle des tavernes, limitées en nombre. L’Intendant ajoutait que cette rente, point trop grande, constituait un numéraire certain pour le paiement des troupes. Mais, de quel numéraire s’agissait-il ? Considérons les états comptables des années 1812, 1814 et 1815 de la Guyane afin de cerner le poids du commerce du tafia dans le bilan économique de la colonie et les revenus ainsi générés. Le choix de ces années repose sur une question méthodologique puisque ce sont les années pour lesquelles j'ai trouvé – en l'état actuel de mes recherches – les données complètes des comptes annuels ayant pour caractéristique les valeurs mises soit en francs coloniaux soit en reis41.

  • 42 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne. Comptes spécifiques nécessaires à la compréhe (...)
  • 43 Il est important de remarquer que la canada de tafia était exportée à 2 francs et 80 centimes.

31Durant toute l’année 1812, les producteurs ont quintuplé la quantité de tafia qui se trouvait le 1er janvier 1812 dans les Magasins du Dépôt Royal42. Le gouvernement payait au fabricant 2 francs et 50 centimes la canada remise et la vendait pour la consommation des colons à 4 francs, touchant un gain de 1 franc et 50 centimes par canada vendue43. D’après les sources trouvées, l’administration a ainsi obtenu la somme de 231 772 francs et 59 centimes sur la vente aux colons pendant ces trois années.

Tafia vendu pour la consommation des colons

Tafia vendu pour la consommation des colons

Source : ANRG, Fonds Cayenne, Comptes Spécifiques nécessaires à l’intelligence de la Compte général de la Recette et Dépense de la colonie de Cayenne et Guyane.

32En ce qui concerne l’exportation du tafia les principaux partenaires commerciaux furent l’Amérique portugaise, le Portugal, les colonies anglaises, les États-Unis et la France. La principale destination du tafia guyanais, pour les années 1812, 1813 et 1814, fut l’Amérique portugaise, néanmoins la France la dépassa en 1815.

33

Exportations du tafia pendant l’année 1812

Exportations du tafia pendant l’année 1812

Source : ANRJ, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportation de la colonie de Guyane

34Nous constatons par rapport aux données une dissonance entre la source précédente qui présente le chiffre de 19 880 canadas de tafia exportées en 1812 et le document « Comptes Spécifiques nécessaires à l’intelligence de la Compte général » qui exhibe le montant de 38 890 ¾ de canadas exportées pour la même année, ce qui double le revenu de l’exportation. Le montant total de l’exportation en 1812 est celui de 6 :746 $ 530 reis, selon la source ci-dessus. Si, en 1812, le total de l’exportation du tafia pour le Pará fut de 5 838 canadas, deux ans plus tard, celui-ci quadrupla presque pour atteindre le volume de 21 835 canadas.

Exportations du tafia pendant l’année 1814

Exportations du tafia pendant l’année 1814

Source : ANRJ, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportation de la colonie de Guyane

  • 44 Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro, lettre d’Aguiar au Gouverneur de la Guyane française, Man (...)
  • 45 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhe (...)

35Le 30 mai 1814, un traité de paix fut signé à Paris, entre la France et les plénipotentiaires des nations alors en guerre contre la France. L’article 10 de ce traité stipulait la restitution de la Guyane au Roi de France, sans aucune compensation au Portugal, le représentant n’ayant pas participé aux délibérations du traité. Opposé à cette décision, le Portugal ne reconnut pas l’obligation d'observer ce traité44. Toutefois, l’article 107 du Congrès de Vienne, tenu le 9 juin 1815, le ratifia. Le commerce de la Guyane en subit, de ce fait, les effets et conséquences. En effet, le Dépôt Royal des Liqueurs Spiritueuses fut supprimé au 1er janvier 1815 et l’administration établit un droit de 30 reis (0,26 centimes de franc) par canada de tafia produite et vendue aux habitants, pour leur consommation personnelle. Il n’y avait plus d’obligation de vendre le tafia au gouvernement, donc les colons pouvaient produire, consommer et vendre librement45.

Exportations du tafia pendant l’année 1815

Exportations du tafia pendant l’année 1815

Source : ANRJ, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportation de la colonie de Guyane

36Nous nous sommes rendu compte que, malgré les instructions alors en vigueur, la quantité du tafia exporté n’avait pas diminué. Ce constat suppose deux possibilités : soit les colons ont continué la remise du tafia au gouvernement portugais, faisant fi de la liberté de commerce accordée – ce qui nous semble improbable – soit l’administration a exporté la boisson qui était stockée dans son dépôt, explication nous paraissant la plus plausible. La nouveauté relative au commerce du tafia en 1815 fut la modification de la destination d’exportation, la France, en effet, dépassa le Pará. Le graphique suivant nous montre un équilibre du volume exporté et des revenus en francs reçus pendant les trois années étudiées.

Exportations du tafia

Exportations du tafia

Fonte : ANRJ, Fonds Cayenne, Comptes Spécifiques nécessaires à l’intelligence de la Compte général de la Recette et Dépense de la colonie de Cayenne et Guyane.

37Le parallèle entre les différents commerces des alcools en Guyane démontre que, pendant l’année 1812, l’importation des boissons – vins, bières, liqueurs – a été plus grande que l’exportation du tafia. Et ce, malgré toutes les mesures gouvernementales pour éviter l’importation. Cela nous fait penser à la complexité de la relation entre ce gouvernement établi par conquête et les habitants français les plus fortunés, l’administration portugaise comptant sur les colons français pour gérer la colonie. Le Procureur Royal était d’ailleurs français, tout comme les Juges des Tribunaux de Première Instance et de la Cour d’Appel, le Solliciteur Fiscal, l’Inspecteur de la Douane et le Peseur Royal. Plusieurs autres postes étaient occupés par des colons français, faute de personnel portugais suffisamment qualifié. De ce fait, comment l’administration pouvait-elle empêcher ses collaborateurs de consommer leurs boissons préférées sans créer de conflits ? Les années 1814 et 1815 présentent un équilibre en ce qui concerne le commerce de boissons.

Comparaison entre l’Importation et l’Exportation

Comparaison entre l’Importation et l’Exportation

38À ce moment, ayant vu plusieurs données, nous essaierons de répondre à la question posée ci-dessus : quel était le numéraire apporté par le tafia et son importance face au montant nécessaire pour le paiement du solde de la troupe. Outre l’exportation du tafia et sa vente aux consommateurs de la Guyane, sont à ajouter les quatorze licences pour sa distribution. La différence entre ces revenus et les dépenses relatives à l’administration du Dépôt du tafia – paiement des employés, achat des barils, etc – représentent le flux de recette qui nous permet d’estimer et de répondre à cette question. Le tableaux suivant démontre que cette participation était d’environ 20 %.

Contribution du tafia pour le paiement de la troupe

Contribution du tafia pour le paiement de la troupe

Considérations finales

39Cette étude démontre que l’exportation du tafia a aidé au financement de la troupe, préoccupation centrale de l’Intendant Maciel da Costa. Les entrées et sorties de navires au/du port de Cayenne, sous des drapeaux portugais, anglais, américains, suédois, espagnols, français provenant de ports de l’Amérique portugaise, des Antilles, de l’Amérique du Nord, de l’Europe et de l’Afrique – Londres, Barbade, Martinique, Démérari, Suriname, Boston, Philadelphie, New York, Portland, Baltimore, Marblehead, Saint-Barthélémy, Nantes, Marseille, La Rochelle, Saint-Malo, Boulogne, Bissau et « Côte d’Afrique » démontrent que Cayenne était bien plus intégrée au commerce atlantique qu’on ne l’avait supposé auparavant, cela malgré le contexte de guerre. En effet, bien que la caractéristique majeure de cette colonie ait été sa pauvreté, cela ne l’a pas empêchée de consacrer un budget considérable à l’importation de vin et de bière pour les plus aisés. Au travers de cette étude exploratoire, nous avons appréhendé la façon dont le pouvoir a entendu régler, au moyen d’ordonnances, le commerce externe et interne ainsi quel la consommation des alcools en Guyane française. Derrière un discours paternaliste relatif aux méfaits des boissons, la fabrication et la vente du tafia au sein de la colonie sont devenues les activités exclusives du gouvernement, lequel menaçait les contrevenants d’amendes et de peines de prison. Les divers changements afférant à la taxation de la boisson et aux réserves du marché ont constitué l'option adoptée par le gouvernement pour augmenter les revenus de la colonie.

Haut de page

Bibliographie

Barrère P., Nouvelle relation de la France équinoxiale, Paris, 1743, chez Piget.

Bellin Jacques-Nicolas, Description géographique de la Guyane, contenant les possessions et les établissements des Français, des Espagnols, des Portugais, des Hollandais, dans ces vastes pays, Paris, Didot, 1763.

Cardoso C. F. , La Guyane française (1715-1817) : Aspects économiques et sociaux. Contribuition à l’étude des sociétés esclavagistes d’Amérique. Petit-Bourg, Guadeloupe. Ibis Rouge Édetions, 1999.

Debien Gabriel, « La nourriture des esclaves sur les plantation des Antilles françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles », Carabbean Studies 4, 2, 1964.

Fick Carolyn, Haïti, naissance d’une nation, Paris, Les Perséides, 2014.

Lemps Alain Huetz de, Histoire du rhum, Paris, Éditions Desjonquères, 1997.

Malouet P. V., Collection de mémoires et correspondances officielles sur l’administration des colonies, et notamment sur la Guyane française et hollandaise. Tome II. Paris, Baudouin, Imprimeur de l’Institut national des Sciences et des Arts. An X.

Mentelle Simon, “Journal d’un voyage fait de Cayenne à Approuague », dans Le Roux Yannick, Pavillon Olivier, Sarge Kristen, Jean Samuel Guisan, le Vaudois des terres noyées, Guyane, Editions Ibis Rouge, 2012.

Polderman Marie, La Guyane française 1676-1763, mise en place et évolution de la société coloniale, tensionset métissage, Guyane, Editions Ibis Rouge, 2004.

Prudhomme L. M., Voyage à la Guiane et à Cayenne, fait en 1789 et années suivantes. Paris : chez l’Éditeur, rue des Marais, nº 20, 1797

VIDAL Cécile, “Le(s) monde(s) atlantique(s), l’Atlantique français, l’empire atlantique français. Outre-Mers, 2009/1e , p. 7- 37.

Haut de page

Notes

1 C. Vidal, “Le(s) monde(s) atlantique(s), l’Atlantique français, l’empire atlantique français. Outre-Mer, 2009/1e, p. 12.

2 Alain Huetz de Lemps, Histoire du rhum, Paris, Éditions Desjonquères, 1997.

3 Ibid.

4 Marie Polderman, La Guyane française 1676-1763, mise en place et évolution de la société coloniale, tensions et métissage, Guyane, Ibis Rouge Éditions, 2004, p. 63.

5 Ibid, p. 80.

6 Jacques-Nicolas Bellin, Description géographique de la Guyane, contenant les possessions et les établissements des Français, des Espagnols, des Portugais, des Hollandais, dans ces vastes pays, Paris, Didot, 1763, p. 215.

7 Le terme « habitation » utilisé dans les colonies françaises désignait les établissements que les particuliers géraient sur les terres accordées, avec obligation d’être cultivées. « L’habitant » était le propriétaire d’une habitation.

8 Jacques-Nicolas Bellin, op. cit., p. 218

9 Simon Mentelle, “Journal d’un voyage fait de Cayenne à Approuague », dans Yannick Le Roux, Olivier Pavillon, Kristen Sarge, Jean Samuel Guisan, le vaudois des terres noyées, ingénieur à la Guyane française, Guyane, Éditions Ibis Rouge, 2012, p. 294.

10 C. F. Cardoso, La Guyane française (1715-1817) : Aspects économiques et sociaux. Contribution à l’étude des sociétés esclavagistes d’Amérique. Petit-Bourg, Guadeloupe. Ibis Rouge Éditions, 1999, p. 221.

11 Carolyn Fick, Haïti, naissance d’une nation, Calvados, Editions Perseïdes, 2014, p. 83.

12 Ibid, p. 80.

13 C. F. Cardoso, op. cit. p. 225.

14 Archives Nationales de Paris. Colonies C14/85-86. (Les contingents de la troupe ne sont pas inclus dans ce recensement. Selon d’autres sources elle était composée d’environ 500 hommes).

15 Les quartiers constituaient la circonscription administrative des colonies françaises. Les huit quartiers de la Guyane : Oyapoque, Approuague, Kourou, Cayenne et Remire, Macouria, Roura, Sinnamary et Iracoubou.

16 Cardoso, op. cit., p. 329.

17 Institut Historique et Géographique Brésilien. IHGB, DL 59.8. Appointements de José da Silva Mafra, 17 septembre 1816. (Mafra est resté en Guyane jusqu’en 1811 et a, tout au long de sa carrière militaire, occupé le poste de lieutenant-colonel. Après sa retraite militaire, il est devenu sénateur de l’Empire du Brésil de 1844 à 1871 et adhérent à l'IHGB).

18 L. M. Prudhomme, Voyage à la Guiane et à Cayenne, fait en 1789 et années suivantes. Paris : chez l’Éditeur, rue des Marais, nº 20, 1797, p. 338.

19 Les petits habitants possédaient des domaines comptant moins de dix esclaves.

20 P. V. Malouet, Collection de mémoires et correspondances officielles sur l’administration des colonies, et notamment sur la Guyane française et hollandaise, tome II, Paris, Baudouin, Imprimeur de l’Institut national des Sciences et des Arts, an X, p. 162-164.

21 Archives Nationales de Paris. Fonds Colonies C14/81-82. Règlement de la fabrication et de la vente du tafia, le 9 floréal an 11 de la République française.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 C. F. Cardoso, op. cit., p. 168.

25 Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro. Section des manuscrits. Cod CXCIX 16-65 I-4-2 nº 34. Localisation dans la collection : 07,2,039.

26 Archives Nationales de Rio de Janeiro. Fonds Cayenne. Plan Général des Importations et Exportations de la colonie de Cayenne et Guyane du 1er janvier au 31 décembre 1812. (Trente embarcations sous le drapeau portugais, vingt sous le pavillon anglais et dix-huit américains).

27 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Plan Général des Importations et Exportations de la colonie de Cayenne et Guyane du 1er janvier au 31 décembre 1814.

28 P. Barrère, Nouvelle relation de la France équinoxiale, Paris, 1743, chez Piget, p. 35.

29 Victor Hugues, ANOM, Col C14, vol 86, fº 5, 1809.

30 La canada était une mesure pour les liquides, mais il y avait une différenciation entre la canada utilisée à Lisbonne et celle utilisée à Rio. Une canada à Rio de Janeiro équivalait à 2,662l l. Cf. Roberto Simonsen, História Econômica do Brasil. 7ª Ed. S. Paulo, Cia Ed. Nacional, 1977, p. 582-583.

31 Sous l'Ancien Régime, la monnaie française était la livre (française). Une livre valait 20 sous. À partir de 1795, le franc a succédé à la livre. Toutefois, les Français ont continué d'utiliser le terme “sou” pour désigner le vingtième du franc. Donc, une pièce de 5 centimes de franc correspondait à 1 sou.

32 Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro, Section des manuscrits, Cod CXCIX 16-65 I-4-2 Nº 34. Localisation dans la collection : 07,2,039.

33 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Section des manuscrits, Fonds Cayenne. Office de João Severiano Maciel da Costa au Comte d’Aguiar, 28 avril 1811.

34 Le pot (ou quade) est une ancienne mesure équivalant à 1,85 litre.

35 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Section des manuscrits, Fonds Cayenne, Ordonnance de João Severiano Maciel da Costa, Cayenne 7 mars 1810.

36 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhension du Compte Général des recettes et dépenses de la colonie de Cayenne et de Guyane pour l’année 1812

37 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhension du Compte Général des recettes et dépenses de la colonie de Cayenne et de Guyane pour l’année 1814.

38 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhension du Compte Général des recettes et dépenses de la colonie de Cayenne et de Guyane pour l’année 1815.

39 Gabriel Debien, « La nourriture des esclaves sur les plantation des Antilles françaises aux XVIIe et XVIIIe siècles », Carabbean Studies 4, 2, 1964, p. 6-7.

40 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Office de João Severiano Maciel da Costa au Comte d’Aguiar, 28 avril 1811.

41 Après l’invasion, les Portugais ont reglé le change entre le franc colonial et la monnaie en usage dans l’Amérique portugaise. Ainsi, 7 francs équivalaient à 800 reis.

42 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne. Comptes spécifiques nécessaires à la compréhension du Compte Général des recettes et dépenses de la colonie de Cayenne et de Guyane pour l’année 1812. (Le 1er janvier 1812, se trouvaient dans les Magasins 13 386 ½ canadas de tafia. Pendant l’année 1812 les producteurs y ont ajouté 54 711 canadas de la boisson).

43 Il est important de remarquer que la canada de tafia était exportée à 2 francs et 80 centimes.

44 Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro, lettre d’Aguiar au Gouverneur de la Guyane française, Manoel Marques, 25 août 1814. En ligne : http://objdigital.bn/acervo_digital/div_manuscritos/mss1233592/mss1233592.pdf. Consulté le 10/09/2010.

45 Archives Nationales de Rio de Janeiro, Fonds Cayenne, Comptes spécifiques nécessaires à la compréhension du Compte Général des recettes et dépenses de la colonie de Cayenne et Guyane pour l’année 1815. Droits sur les liqueurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Importations des boissons pendant l’année 1812
Légende Source : ANRG, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie de la Guyane pendant l’année 1812.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Importations des boissons pendant l’année 1814
Légende Source : ANRG, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie de la Guyane pendant l’année 1814.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Importations des boissons pendant l’année 1815
Légende Source : ANRG, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportations de la colonie de la Guyane pendant l’année 1815.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tafia vendu pour la consommation des colons
Légende Source : ANRG, Fonds Cayenne, Comptes Spécifiques nécessaires à l’intelligence de la Compte général de la Recette et Dépense de la colonie de Cayenne et Guyane.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Exportations du tafia pendant l’année 1812
Légende Source : ANRJ, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportation de la colonie de Guyane
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Exportations du tafia pendant l’année 1814
Légende Source : ANRJ, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportation de la colonie de Guyane
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Exportations du tafia pendant l’année 1815
Légende Source : ANRJ, Fonds Cayenne, Plan Spécifique des Importations et Exportation de la colonie de Guyane
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Exportations du tafia
Légende Fonte : ANRJ, Fonds Cayenne, Comptes Spécifiques nécessaires à l’intelligence de la Compte général de la Recette et Dépense de la colonie de Cayenne et Guyane.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Comparaison entre l’Importation et l’Exportation
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Contribution du tafia pour le paiement de la troupe
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/69025/img-10.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivete Machado de Miranda Pereira, « Guyane française : lecture d’une colonie par le biais de son commerce des alcools », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/69025 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.69025

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page