Navigation – Plan du site
Débats | 2016
Mélanie Sadler

Quand la « république » d’Alberdi se fait « monarchiste »

[16/12/2016]

Résumés

Les écrits de Juan Bautista Alberdi ont souvent été étudiés par le prisme du « républicanisme », l’auteur ayant prôné dans ses Bases la nécessaire construction d’une « république possible » avant l’établissement d’une « république véritable » lorsque la jeune nation argentine aura éduqué son peuple dans les principes qui doivent mouvoir un tel régime. Cet article prend le parti de ne pas employer les termes de « république » ou de « républicanisme » comme catégories d’analyse, afin de tenter d’expliquer ce qui peut apparaître comme des contradictions dans les discours de l’auteur qui, selon les périodes, défend catégoriquement le régime républicain ou, à l’inverse, la monarchie. Alberdi joue, de fait, de la très grande plasticité sémantique du terme « république », ce qui lui permet dans bien des cas de ne pas l’opposer à la monarchie. Par ailleurs ‒ Alberdi étant avant tout un pragmatique empirique ‒ la question du régime politique à adopter ne constitue pas le cœur de ses préoccupations ; le régime politique n’est qu’un moyen en vue d’une fin qui serait la civilisation et le progrès. Le meilleur régime politique sera donc celui qui assure paix, ordre et conditions de développement, qu’il s’agisse d’une monarchie ou d’une république.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Juan Bautista Alberdi, né en 1810, a été l’une des figures importantes de la Génération de 1837. Pu (...)
  • 2 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, (...)
  • 3 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, (...)

1Juan Bautista Alberdi, le fameux publiciste tucuman auteur des Bases y punto de partida para la organización política de la República argentina qui ont largement inspiré les auteurs de la première constitution véritablement nationale  en Argentine – la Constitution de 1853 –, a souvent été érigé par l’historiographie traditionnelle comme le père fondateur de l’Argentine moderne et comme le partisan d’un système politique républicain1. L’auteur lui-même nous enjoint de croire à son républicanisme lorsqu’il soutient par exemple dans les Bases qu’il est nécessaire d’établir une « république possible », de concevoir une « république véritable » à long terme et qu’en aucun cas il ne faudrait « revenir à une monarchie d’un autre temps2 ». La « république possible » devra être un régime au pouvoir exécutif fort, capable de maintenir ordre et paix en son sein, et chargé d’ « élever » les peuples américains « à la hauteur de la forme de gouvernement » que leur « a imposée la nécessité3 » (grâce à l’immigration européenne, à des constitutions adaptées, etc.). C’est souvent cette partie de son discours qui a été retenue dans les analyses historiographiques. Natalio Botana par exemple (pour ne citer qu’un politologue célèbre parmi d’autres spécialistes) a largement étudié cette proposition alberdienne dans son ouvrage ‒ qui a fait date – La tradición republicana. Cependant, Alberdi a également soutenu une position favorable à la monarchie dans les années 1860, et cette tendance monarchisante ne semble pas disparaître complètement de ses écrits ultérieurs. Nous verrons qu’Alberdi la convoque de fait régulièrement comme élément structurant de l’ordre social. Il assimile véritablement ce système à une forme de stabilité qu’il appelle de tous ses vœux pour le Río de la Plata qui peine à retrouver un « ordre » après la commotion de la révolution et les décennies de guerre civile – qui ont perturbé le « buen orden » structurant d’Ancien Régime.

  • 4 L’historiographie considère ce cycle clos en 1880.
  • 5 Voir à ce propos l’entrée « civilisation » du Diccionario político y social del mundo iberoamerican (...)
  • 6 L’économie politique étant entendue comme « la ciencia encargada de “la indagación de las fuentes d (...)
  • 7 Cette attention portée à l’économie politique est sans cesse réitérée dans ses écrits. On peut cite (...)
  • 8 Voir l’entrée « République » du Diccionario político y social del mundo iberoamericano (Iberconcept (...)

2Alberdi – dans ses démarches d’analyste, de publiciste et de diplomate – est un pragmatique empirique, qui cherche les solutions les plus adaptées aux cas concrets qui se présentent. La question du régime politique ne fait pas exception dans sa façon d’appréhender la complexité des situations. C’est pourquoi, il a pu préconiser un régime plutôt que l’autre, selon les périodes, nous le verrons. Pour l’auteur, la question cruciale demeure celle de comment terminer les révolutions ; le cycle ouvert en 1810 ne semble toujours pas clos, le pays s’étant déchiré durant des décennies de guerres civiles4. Il s’agit de retrouver un ordre, afin de « progresser » sur le chemin de la « civilisation », problématique chère aux hommes du XIXe siècle5. Le régime politique n’est, en ce sens, qu’un corollaire ; il ne constitue qu’un moyen en vue d’une fin supérieure et non pas une question à considérer comme un idéal absolu à atteindre. La politique en tant que telle n’intéresse pas Alberdi ; ce sont des questions d’économie politique6 qui le préoccupent dans sa volonté de faire progresser le pays7. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit la polysémie du terme de « république » à l’époque, lequel renvoie en outre à toute une tradition bien particulière en Amérique hispanique8. Il sera nécessaire de resémantiser et de recontextualiser ce concept, afin de ne pas le lire à travers nos propres catégories qui risqueraient d’être anachroniques, mais bien de le questionner dans ses significations de l’époque. Enfin, cette fluctuation entre plusieurs régimes et leur hybridation possible dans les écrits alberdiens répond fondamentalement à la posture de l’auteur qui se trouve dans une période imprégnée de deux cultures – la culture juridictionnelle d’Ancien Régime et la culture révolutionnaire née dans la forge de l’Indépendance – ; Alberdi a conscience du caractère hybride de l’ordre sociopolitique qui lui est contemporain et de la complexité des catégories dont il dispose pour en rendre compte, pour le travailler, agir sur lui, dans un aller-retour continu entre réalité et langage, les deux se modelant réciproquement.

3Nous verrons ainsi dans un premier temps que, dans divers écrits, le publiciste considère la figure royale comme un vecteur non négligeable d’ordre et de stabilité du corps social – discours qui s’oppose à la présentation traditionnelle d’Alberdi comme chantre du régime républicain au Río de la Plata. Nous nous pencherons ensuite sur la catégorie même de « république » qu’il est indispensable de resémantiser en fonction du contexte dans lequel Alberdi expose ses propositions pour l’organisation nationale, avant d’étudier la façon dont l’auteur cherche à légitimer l’instauration d’une monarchie au Río de la Plata en la présentant comme le régime nécessaire et « naturel » du pays, tout en intégrant certains principes resignifiés hérités de la révolution. Nous verrons enfin que les apparentes « contradictions » du publiciste peuvent se comprendre si on réintègre ses discours dans la perspective historiciste – qui était la sienne – qui considère qu’à chaque société et à son stade d’« évolution » correspond un régime bien particulier.

« Sólo diré que es opinión de sabios que adonde falta el rey sobran agravios »

  • 9 Ercilla y Zuñiga (de), Alonso, La Araucana.
  • 10 « El problema del gobierno posible en la América antes española no tiene más que una solución sensa (...)
  • 11 « No niego que muchas de las ideas en este libro estén en oposición con las que he tenido antes de (...)

49Alberdi passe de l’idée de la nécessité de la république dans le Río de la Plata dans ses Bases10 à celle de la nécessité de la monarchie dans La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América publiée en 1864. L’auteur reconnaît lui-même cette évolution qu’il n’est pas loin de qualifier de contradiction : « Je ne nie pas que de nombreuses idées exposées dans ce livre entrent en contradiction avec celles que j’ai formulées auparavant sur les mêmes questions11 ».

  • 12 Voir son étude préliminaire de 1968 à La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América. Al (...)
  • 13 Ibid., p. 10. L’historiographie traditionnelle a en effet récupéré la figure d’Alberdi pour l’insti (...)
  • 14 Ibid., p. 32.
  • 15 Ibid., p. 34.
  • 16 Le droit d’intervention est présenté comme allant de pair avec un principe de solidarité des nation (...)
  • 17 Alberdi considère en effet la situation du pays comme « anarchique » jusqu’en 1880 lorsqu’est promu (...)

5Selon le révisionniste Juan Pablo Oliver12, La Monarquía est un texte que l’on a longtemps passé sous silence, que l’on n’a que très peu réédité, car il contrevenait aux affirmations des Bases qui ont fait d’Alberdi « el impertérrito paladín de la Carta magna de 1853 y campeón de nuestras tradiciones democráticas » et « el padre espiritual de la Constitución Republicana, Representativa y Federal13 ». Il soutient qu’Alberdi a écrit les Bases pour répondre à des intérêts strictement professionnels. Exilé au Chili, il a fait paraître régulièrement des articles développant les mêmes idées qu’il reprendra ensuite dans ses Bases. Son objectif aurait été ‒ en tant qu’avocat ‒ de protéger ainsi les intérêts de ses clients entrepreneurs, et de faciliter leur pénétration sur le futur marché argentin. Sa défense de la monarchie serait, à l’inverse, la « pensée politique cruciale » de l’auteur14. Oliver précise cependant qu’elle n’a été qu’un « instrument » facilitant l’« action de l’Europe en Amérique15 », c’est-à-dire l’intervention16 « civilisatrice » de l’Angleterre et de la France, en assurant la stabilité nécessaire au pays. Alberdi soutient en effet que pour l’Amérique latine, il y a trois alternatives : le maintien de sa situation anarchique17, son annexion graduelle à l’Amérique du Nord avec une conversion au protestantisme, ou :

  • 18 Nous avons suivi les conseils des évaluateurs et traduit les citations d’Alberdi dans le corps du t (...)

La régénération politique de l’Amérique catholique grâce à la coopération de l’Europe libérale, dans un cadre qui concilierait les conquêtes légitimes de la révolution américaine avec le rétablissement des intérêts légitimes du trône et de l’autel, comme cela s’est produit en France à la fin de la révolution de 1789, de laquelle la révolution de l’Amérique du Sud constitue, d’une certaine manière, une facette18”.

6En 1867, Alberdi revient cependant sur son jugement, et laisse une note finale qui traduit sa désillusion :

  • 19 « Los experimentos realizados en las dos Américas, desde 1862 a 1867 ; las cuestiones de Estados Un (...)

Les expériences réalisées dans les deux Amériques, de 1862 à 1867 ; la question des États-Unis, du Mexique, du Chili, du Pérou, du Brésil, etc., ont profondément modifié mes idées sur les problématiques qui sont traitées dans les sept livrets qui précèdent. Celui qui jugerait de mes idées actuelles à partir de ces écrits se tromperait complètement. Je suis toujours convaincu que la civilisation d’Amérique du Sud ne doit être autre chose qu’une acclimatation de la civilisation européenne à cette partie du monde ; mais je doute du fait que cette acclimation comprenne celle du gouvernement monarchique, comme élément de la civilisation européenne. – Heureusement, il n’est pas moins facile d’adapter le gouvernement de type nord-américain à l’Amérique du Sud que la monarchie qui constituerait le type gouvernement à l’européenne19.

7D’après Oliver, ce rejet est circonstanciel et n’affecte en rien le cœur de la pensée politique de l’auteur : il advient après l’échec de l’intervention de Napoléon III au Mexique ; l’Argentine ne pourra plus compter sur l’aide de la France impériale pour imposer la monarchie. La situation mexicaine, son retour à la république, ont très certainement joué un rôle dans ce changement d’avis. Mais son supposé souhait de voir Napoléon III intervenir dans son pays ne semble pas si assumé si l’on en juge d’une lettre qu’il écrit à son ami Gutiérrez depuis Paris le 4 octobre 1862, commentant l’entreprise napoléonienne :

  • 20 « No creo que todo esto sea una amenaza a la República, como sistema de gobierno entre nosotros. Au (...)

Je ne pense pas que cela représente une menace pour la République qui constitue notre système de gouvernement. Même si Napoléon triomphait au Mexique, je suis sceptique quant à l’extension menaçante de son influence au reste de l’Amérique du Sud – contrairement aux craintes que j’ai toujours eues concernant les menaces des Yanquees – car avant que de telles influences n’arrivent au Río de la Plata, ses promoteurs devraient être tombés dix fois, en raison de causes qui sont dans la nature20.

  • 21 Portillo Valdés, José M., ‘‘Constitucionalismo antes de la Constitución. La Economía Política y los (...)
  • 22 « La historia de Inglaterra, es la historia del orden, de la libertad, de la riqueza y del progreso (...)
  • 23 Ibid., p. 321.

8L’interprétation d’Oliver a pour le moins l’intérêt de nous faire réfléchir à la conception qu’a Alberdi du régime politique adapté à l’Amérique du Sud. En somme, Alberdi cherche désespérément le régime qui fonctionnerait pour son pays, lequel, rappelons-le, ne constitue nullement une fin en soi. Il doit simplement (mais c’est là une question cruciale) assurer les conditions nécessaires au développement de l’économie politique. C’est d’ailleurs précisément le sens du constitutionnalisme alberdien : « entre la oeconomia y la economía civil debía medir la legislación y la jurisprudencia civil, lo que acercaba a constitución pues se trataba de un orden de propietarios con intereses y no del orden familiar de aquéllos con relación a sus dependientes21 ». Il semble que si l’on compile les idées qu’il a formulées tout au long de sa vie de publiciste, l’idéal serait pour lui la monarchie constitutionnelle de style anglais. Que ce soit pour la stabilité qu’apporte la sphère du self-government (notion très travaillée dans ses écrits) ou celle que semble conférer une tête couronnée au pays, elle est symbole d’ordre chez Alberdi22. Or il s’agit bien de rétablir un ordre, de terminer la révolution : c’est en ce sens qu’Alberdi affirme qu’« un trône est toujours le remède à une révolution interminable et stérile ; un verrou à l’anarchie23 ».

La « république » au Río de la Plata

  • 24 Nous entendons par ces expressions un régime politique dans lequel l’exécutif incarné par le présid (...)
  • 25 Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano (tome I) (...)
  • 26 Ibid., p.1270]. Voir également l’article de Carlos Garriga, “Patrias criollas, plazas militares: so (...)

9Alberdi fait intervenir le concept de « république monarchiste », qui serait selon lui la forme de gouvernement en vigueur en Europe ‒ qui fait un écho certain à la république présidentialiste ou bonapartiste24 ‒, et qu’il faudrait transposer en Amérique latine. Ce concept permettrait d’établir dans les faits un système proche de la monarchie constitutionnelle. Il faut se souvenir que le terme de « république » n’a pas toujours été considéré comme désignant un régime opposé à la monarchie, comme le montrent très bien Gabriel Entin ou encore Gabriel di Meglio qui retrace le parcours de cette notion en Argentine25. Dans le Diccionario de la Lengua Castellana de 1803, on trouve notamment l’entrée : « Cualquier estado o especie de gobierno político » ou encore celle-ci : « Estado en el que gobierna el pueblo en parte por sí, y en parte por medio de algunos cuidadanos escogidos ». Ces définitions qui laissent la porte ouverte à l’instauration d’une monarchie parlementaire rejoignent d’une certaine manière la conception qu’avait Sieyès de la république, qu’il n’opposait pas à l’idée de monarchie constitutionnelle, mais à celle de « ré-totale ». La « ré-totale » étendrait trop l’égalité et de ce fait la souveraineté : elle recréerait ainsi selon Sieyès une « tyrannie » d’une majorité sur une minorité. Di Meglio note le fait que certaines des définitions circulant à l’époque dans la Vice-Royauté du Río de la Plata étaient construites autour de l’idée d’un gouvernement sans roi, mais qu’elles n’étaient pas les plus usitées. Le terme « république » était le plus fréquemment associé à une ville et à sa juridiction26 : Alberdi fait usage de cette acception, notamment lorsqu’il affirme dans les Bases :

  • 27 « Los cabildantes conservaron siempre el nombre de padres de la República, y los Cabildos el tratam (...)

Les membres du Cabildo conservèrent toujours le nom de pères de la République, et les Cabildos le titre d’excellentissimes. […] Plusieurs lois du livre VII de la Novísima Recopilación stipulaient que l’on devait gouverner les villes par les ordonnances données par leurs Cabildos, et que ces derniers devaient se réunir dans des maisons grandes et bien conçues, pour s’occuper des questions relatives à la République qu’ils ont la charge de gouverner. (Extrait de la loi 1, titre 2, livre 7, Nueva Recopilación)27 .

  • 28 Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano (tome I) (...)
  • 29 Idem.
  • 30 Le laborieux chemin constitutionnel ouvert après 1810 est détaillé par Marcela Tervavasio, dans Gob (...)
  • 31 Voir Gobernar la revolución de Ternavasio.
  • 32 Pour plus de détails, se reporter notamment aux pages 24 à 37 de son ouvrage sur Rivadavia. (Gallo, (...)
  • 33 Verdo, Geneviève, L’indépendance argentine, entre cités et nation (1808-1821), Paris, Publications (...)
  • 34 Gallo explique que c’est le séjour de Rivadavia en Europe et sa fréquentation des utilitaristes ang (...)
  • 35 Alberdi affirme notamment s’inscrire dans la continuité de Rivadavia, Belgrano, San Martin en cherc (...)
  • 36 Gallo, Klaus, Bernardino Rivadavia, el primer presidente argentino, Buenos Aires, Edhasa, 2012, p.  (...)
  • 37 Ibid., p. 34-35.
  • 38 Comme l’explique Di Meglio : « La Gaceta aclaró las diferencias entre dos modalidades a las que pod (...)
  • 39 Di Meglio indique que la dissolution des provinces en 1820 a mis un terme aux projets monarchisants (...)

10Avec la révolution de 1810, un nouveau sens s’ajoute : celui de la souveraineté du peuple28. La destitution du Vice-Roi ouvre également la voie à une conception de la république qui serait celle d’un régime sans monarque, mais elle n’est pas formulée par le groupe révolutionnaire qui prend alors le pouvoir29. C’est en revanche son principal publiciste, Mariano Moreno, qui évoque cette possibilité. La question de la forme de régime à adopter reste longtemps problématique30 et nombre des constituants de la première décennie ouverte par 1810 seront portés à défendre la monarchie, tel que l’évoquent divers historiens dont Marcela Ternavasio31, Klaus Gallo32, Geneviève Verdo33, ou encore Gabriel di Meglio dans cet article. Dans un contexte de restauration monarchique en Europe, le plus sûr était peut-être d’adopter le même régime pour espérer obtenir la reconnaissance de leur indépendance. Après avoir reçu des instructions d’Alvear, Belgrano et Rivadavia lui-même34 réfléchissent à la création d’une monarchie pour le Río de la Plata. Mitre attribuera cette mission au « hasard de mille contrariétés réunies contre la révolution à ce moment-là », ce qu’Alberdi réfute catégoriquement dans son essai de 1867, El gobierno en Sud-América según las miras de su revolución fundamental35. Belgrano par exemple propose d’introniser un descendant inca (et sa proposition, bien que finalement non retenue, sera examinée par le Congrès de Tucumán de 1816 qui proclame l’indépendance36). Pueyrredón, quant à lui, suggère en 1819 de choisir un roi d’origine française, option sérieusement étudiée dans le Río de la Plata comme en France. (L’Espagne ayant appris ces négociations secrètes et réagissant vivement contre la France, le projet a cependant avorté37). Dans tous les cas, même lorsque la Gaceta explore en 1815 les différentes façons de concrétiser la « souveraineté du peuple » entre démocratie et république38, en optant pour cette dernière, elle la définit simplement comme « système représentatif », ce qui n’était pas incompatible avec la monarchie constitutionnelle. Ainsi, dans le Statut de 1815, aussi bien que dans le Règlement Provisoire de 1816 et la Constitution de 1819 (qui ne sera pas appliquée), la question de la définition exacte du régime est passée sous silence39.

  • 40 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, (...)
  • 41 Voir Peregrinación de Luz del día. [ALBERDI : 1887(a), p. 385].
  • 42 ALBERDI, Juan Bautista, Obras completas, tome VII, Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1887 (...)
  • 43 Ibid., p. 386.
  • 44 Voir “El discurso de Luz del día sobre el gobierno libre” dans “Peregrinación de Luz del día”. Ibid(...)
  • 45 Voir par exemple Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome V), Buenos Aires, Imprenta La Tribun (...)
  • 46 Pour reprendre un terme de Jorge Myers.

11Alberdi semble toujours garder cette ambivalence du terme à l’esprit. Il cite par exemple Juan Egaña (rédacteur de la Constitution chilienne de 1823 et inspirateur de celle de 1833) qui commente la Constitution chilienne : « La présente constitution peut tout aussi bien s’adapter à une monarchie mixte qu’à une république40 ». Or, cette Constitution est un des modèles auxquels le Tucuman se réfère. Voyons d’autres acceptions qu’Alberdi donne à ce terme. À plusieurs reprises, la « république » revêt les atours du régime représentatif ; le « suffrage universel 41», « la fréquence des élections42 », sont alors invoqués. (Alberdi mentionne également la gestion du bien commun par le « droit de réunion », « la garantie de la garde civique 43», le contrôle du gouvernement). Mais encore faut-il savoir qui l’on représente si l’on se souvient que l’auteur enjoint davantage les pères de famille et les riches que les « jeunes », les « pauvres » et les « aventuriers » à participer à la gestion du bien commun44. Une division des pouvoirs est souvent revendiquée aussi. À côté des trois pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, en apparaît un quatrième qui prend le nom d’ « administratif », et qui recouvre, dans les faits, au niveau local, l’étendue des trois autres pouvoirs45. Modulations46 de l’idée de république, donc, selon les circonstances. Cette ambiguïté permet à l’auteur de proposer des régimes qui seraient dans les faits hybrides, bien que gardant l’étiquette légitimante de « république » (contrairement à ce qu’affirme di Meglio qui considère que pour Alberdi tout retour à la monarchie était impossible, ce qui est inexact si l’on considère son œuvre dans sa globalité).

La question du régime politique « naturel » de l’Argentine

  • 47 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, (...)

12Dans tous les cas, c’est un exécutif fort qu’il faut pour l’Argentine et ce leitmotiv est fondamental dans toute l’œuvre du Tucuman. Il peut s’agir d’une monarchie parlementaire, ou d’une république au présidentialisme fort, comme c’est le cas au Chili où le pouvoir du Président contient « les garanties publiques que la monarchie offre à l’ordre et à la paix, sans manquer à la nature du gouvernement républicain47 » et qu’Alberdi prend en exemple dans ses Bases :

  • 48 « Se atribuye a Bolívar este dicho profundo y espiritual : ‘‘Los nuevos Estados de la América antes (...)

On attribue à Bolivar ce proverbe profond et spirituel : « Les nouveaux États de l’Amérique autrefois espagnole ont besoin de rois qui portent le nom de présidents ». Le Chili a résolu ce problème sans dynasties ni dictature militaire, par le biais d’une Constitution monarchique dans son fond et républicaine dans sa forme : loi qui constitue un maillon reliant la vie moderne et la tradition de la vie passée. La république ne peut prendre d’autre forme lorsqu’elle succède immédiatement à la monarchie ; il est nécessaire que le nouveau régime contienne quelque chose de l’ancien ; on ne peut passer en un clin d’œil d’un âge extrême d’un peuple à un autre48.

  • 49 Alberdi souligne ainsi : « Disentiendo  la monarquía o la república no entro en sus principios meta (...)

13Pour le publiciste, il est absolument nécessaire d’adapter le régime à la société sans opérer de ruptura brusque49 ; il préférera d’ailleurs toujours la notion de « réforme » à celle de révolution.

  • 50 Alberdi note en effet : « La république est-elle appropriée ou non ? Il n’y a pas lieu d’en discute (...)
  • 51 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. (...)
  • 52 Ibid., p. 219.
  • 53 « El bello ejemplo del Brasil no debe alucinarnos ; felicitemos a ese país de la fortuna que le ha (...)
  • 54 « El problema del gobierno posible en la América antes española no tiene más que una solución sensa (...)

14Alberdi peut se montrer en apparence contradictoire lorsqu’il cherche à « naturaliser » l’un ou l’autre régime en Amérique latine (il parle en plusieurs occasions du régime qui s’impose au pays de par ses nécessités intrinsèques), selon les périodes et les textes. Mais ces tensions se justifient comme des tentatives performatives révélant une certaine désillusion de l’auteur qui voit son pays peiner tellement à trouver une forme d’organisation. Si la république est le régime naturel qui s’impose à l’Argentine50, alors : « il est nécessaire de remplacer la république faible par la république forte, grande, consistente et solide comme la monarchie51 » affirme-t-il dans un écrit comme La Monarquía qui défend pourtant globalement la cause monarchique. « Il faut faire de la république une monarchie sans roi ni dynastie. Cela n’est-il pas paralogique? Ce système existe. C’est celui du Chili52 », poursuit-il. En réalité, lorsqu’il soutenait ‒ en 1852 notamment ‒ que la république est le régime « naturel » de lArgentine, c’était en considérant le fait quaprès quarante ans de guerre civile pour établir, fonder, constituer le gouvernement républicain (ici entendu comme un régime opposé à la monarchie), ce serait un aveu d’échec, un retour en arrière (et qui dit retour en arrière implique un mouvement contraire au progrès indéfini de la civilisation) que de vouloir rétablir une monarchie53. Plus encore, il sait parfaitement que les idées républicaines se sont largement diffusées et que les partisans du républicanisme en Argentine s’opposeraient à toute initiative monarchique, ce qui créerait dès lors un énième facteur de division sociale, de désordre, d’« anarchie ». Il en conclut que la seule façon de rendre viable cette république qui s’impose dans les faits comme une « nécessité », c’est d’« éduquer le peuple » à la république et de suivre le modèle chilien au présidentialisme fort54.

  • 55 Il rejoint ici implicitement la problématique classique de l’adaptation de la forme de régime à la (...)
  • 56 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, (...)
  • 57 L’expression « république monarchiste » alterne avec celle de « monarchie démocratique », laquelle (...)

15Il est toutefois intéressant de relever la conception que propose ici l’auteur de la république comme un régime modulable, ayant diverses formes et différents degrés55 : « la république, si féconde dans les formes qu’elle engendre, reconnaît plusieurs degrés, et elle s’accomode à toutes les exigences propres à une période et à un espace donnés56 ». Si dans les Bases ces formes demeurent dans les limites d’un régime non monarchique, dans La Monarquía, on atteint simplement un degré, disons, plus fort de république, celle de « république monarchiste57 ».

  • 58 Ibid., p.328. On peut trouver la même idée formulée différemment à plusieurs reprises : « la repúbl (...)
  • 59 Ibid., p. 125.
  • 60 « Las Repúblicas de la América del Sud son producto y testimonio vivo de la acción de Europa en Amé (...)
  • 61 Lorsque l’Amérique « se da por abuelos a los indios bárbaros de la América primitiva », « es tan fa (...)

16Dans ce cadre, Alberdi n’a aucune difficulté à fournir des preuves de la nécessité et de la légitimité de la monarchie en Argentine, tout comme il soulignait la nécessité de la république dans ses Bases. Il commence par observer un « état de fait » : « La monarchie n’apparaît pas dans les lois écrites ; mais elle réside dans les habitudes, les instincts, ce qui est encore plus significatif ; elle est dans l’ordre civil et administratif, dans la famille, dans la société. Ses lois actuelles – qui sont l’oeuvre des Rois – portent son nom58 ». Il cherche à consolider cette idée de naturalité de la monarchie par les antécédents des empires aztèque et inca qu’il convoque pour servir son argumentation : « La République n’est-elle pas plus exotique que la monarchie en Amérique du Sud, territoire qui a obéi à la monarchie des Incas et à celle des Aztèques, avant d’obéir à celle de Carlos V59 ? » C’est ironique de voir apparaître cet argument sous sa plume (on mesure là sa volonté de convaincre à tout prix son lecteur) lorsque l’on sait qu’il nie catégoriquement tout héritage indien dans des écrits comme ses Bases60 (« En Amérique, tout ce qui n’est pas européen est barbare : il n’y a pas d’autre division que celle-ci : 1° l’indigène, c’est-à-dire, le sauvage ; 2° l’Européen, c’est-à-dire, nous-mêmes ») et même dans le corps du texte de La Monarquía61. Mais là encore, Alberdi réussit à récupérer ce passé tout en mettant l’Argentine à part, dans une argumentation quelque peu singulière et grossière. Il commence par évoquer le Brésil qui illustre selon lui la compatibilité entre la forme impériale ou monarchique et la souveraineté du peuple consacrée par la révolution – seul principe digne de « porter une couronne » – avant de faire allusion aux empires précolombiens qui révèleraient la disposition des Latinoaméricains à adopter ce type de régime. Cependant, il rebondit immédiatement pour moduler son argumentation dans le cas précis de l’Argentine qu’il lie aux « traditions européennes » ; le pays est disposé à être gouverné par une tête couronnée de par ses « origines européennes » (continent qui a vu se rétablir plusieurs monarchies et empires au cours du XIXe siècle, dont le Second Empire de Napoléon III auquel le Tucuman fait explicitement référence) :

  • 62 Sa formulation pèche d’ailleurs par un excès de simplification. Qu’entend-il par « Plata » ? Sachan (...)
  • 63 « El imperio democrático, como forma monárquica se liga a las tradiciones indianas de Occidente. ‒  (...)

L’empire démocratique, comme forme monarchique, se lie aux traditions indiennes d’Occident. Pourquoi ne pas reconnaître aussi dans une certaine mesure les traditions du sol américain ? Le Mexique a tenté d’établir ce type de régime, sans succès, avant le Brésil. – Le Pérou et le Río de la Plata, avant le Mexique. – Le Río de la Plata n’a pas connu la domination impériale des indigènes62, mais ses voisins se réfèrent à sa population actuelle comme aux Français d’Amérique, dont le caractère impérieux induit de façon innée l’empire comme forme de gouvernement63.

  • 64 Il introduira également le fait que certains régimes dits « républicains », comme celui de Rosas, a (...)
  • 65 Ibid., p. 139.

17À côté de ces antécédents dont la rigueur est plus que douteuse, Alberdi introduit également des références plus récentes, sur lesquels il fonde toute la légitimité de son discours. Il s’agit de la Révolution de mai64, qui demeure la référence à ne pas trahir (tous les discours de l’époque postérieure à l’indépendance ‒ y compris celui de Juan Manuel de Rosas ‒ emploient comme élément de légitimation leur fidélité à la révolution de mai). Ainsi Alberdi souligne-t-il le fait que « la révolution de mai 1810 n’a pas été plus républicaine que monarchique, compte tenu de la teneur de ses documents65 ». Il fait appel aux « auteurs de la révolution » lesquels, nous l’avons vu, étaient pour certains favorables à la réorganisation du territoire sous la forme monarchique :

  • 66 « Así lo entendieron los autores mismos de la revolución de la independencia de Sud América, cuando (...)

C’est ainsi que les auteurs mêmes de la révolution d’indépendance d’Amérique du Sud ont entendu ces événements, lorsqu’une fois l’indépendance assurée et conquise sur tous les plans, ils ont aspiré à donner la forme monarchique au nouveau gouvernement démocratique ou populaire. […] Ce que souhaitaient Belgrano, San Martin, Rivadavia, Bolivar, Sucre, etc., correspond exactement à ce qu’a fait Napoléon en France, qui a permis à la révolution de 1789 d’obtenir l’amitié, la paix, le respect des Rois, et de s’élever à leur rang. – C’est l’entente entre les deux principes – la liberté et l’ordre dans la Loi. C’est pour cela qu’on l’appelle gouvernement parlementaire, ou encore représentatif, puisque c’est le peuple qui gouverne grâce aux pouvoirs qui émanent de sa volonté souveraine, malgré la perpétuité et la centralisation qui le caractérisent66.

  • 67 Comme l’explique Wasserman, au Río de la Plata, « les hommes qui dirigaient la révolution considéra (...)
  • 68 Ce qui était également la volonté de Guizot en France.
  • 69 Ce qui n’est pas sans rappeler la distinction établie par le mouvement saint-simonien entre période (...)
  • 70 Dardo Scavino reprend ici un terme utilisé par le philosophe français Ballanche, qui publie des Ess (...)
  • 71 Voir notamment les analyses de Dardo Scavino et d’Alejandro Herrero sur cette question. (Scavino, D (...)
  • 72 Ibid., p. 160-161.
  • 73 Scavino, Dardo, Las fuentes de la juventud, Buenos Aires, Eterna Cadencia, 2015, p. 155.
  • 74 La « Jeune Génération » fait référence à un groupe de penseurs, publicistes, hommes politiques égal (...)
  • 75 C’est l’auteur lui-même qui souligne le terme.
  • 76 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. (...)
  • 77 Ibid., p. 433

18Autrement dit pour Alberdi, terminer la révolution, ce serait en revenir aux principes d’ordre et de liberté, dans une perspective qui n’est pas sans rappeler celle des hommes de Mai67. Pour ce faire, seule une monarchie saura assurer l’ordre selon lui ; et elle sera parlementaire, afin de respecter la « souveraineté populaire », la liberté. Il s’agit en un sens de terminer la révolution comme événement68 qui détruit sans construire et qui tend vers le néant (puisqu’en voulant faire table rase, elle n’a provoqué que l’anarchie, l’acéphalie de gouvernement, selon Alberdi). Comme l’explique Dardo Scavino, la révolution a été associée pour la Jeune Génération à ce « moment critique69, analytique ou destructeur ». Il fallait à présent passer au moment synthétique de construction, de « régénération » ou « palingénésie70 » grâce à la « prédication d’un nouveau dogme » et à la « création d’une nouvelle vie ». Le Dogme socialiste d’Echeverría (auquel a collaboré Alberdi), fortement imprégné des théories sociales de Jouffroy et de Leroux aura tenté de créer ce credo commun71. Quelques décennies plus tard, Alberdi s’est éloigné de l’idée que ce credo soit la solution pour finir la révolution. S’alignant désormais davantage sur le saint-simonien Michel Chevalier que sur Leroux72, il conçoit le développement de la « vie matérielle » comme principe moteur. En somme, même si l’idée de « régénération » demeure, elle semble se fondre dorénavant avec un autre concept : celui de « réforme ». Si, comme Dardo Scavino l’affirme, personne n’opérait de distinction entre les termes de « réforme » et de « révolution73 » durant la période qui a vu naître le groupe de la Jeune Génération74, ce n’est plus le cas d’Alberdi dans sa maturité. Terminer la révolution, la magnifier, ce sera lui redonner ses principes fondateurs, en la réformant : « La révolution américaine exige une réforme75 dans l’intérêt de son honneur et de son salut. Elle a été altérée par les démagogues76 ». Alberdi réitère ce paradoxe avec l’aphorisme suivant : « la réforme est la révolution légitimée77 ».

  • 78 Ibid., p. 201. Ce lien avec l’Europe est par ailleurs fondamental selon lui, ce qui est compréhensi (...)

19En quoi consistera la « réforme » ? À redonner une stabilité au pays afin de permettre son développement. Il s’agit de créer un gouvernement central fort, parfois défini comme « inamovible », à l’exemple de l’Europe. Alberdi parle bien de la nécessité « d’européaniser la démocratie78 ».

  • 79 Pérez Guilhou distinguait schématiquement les contre-révolutionnaires, réactionnaires, traditionnal (...)
  • 80 Wasserman analyse très bien la portée qu’a eue ce terme au Río de la Plata au début du XIXe siècle (...)

20Une question se pose cependant ici. Dans ses Bases, Alberdi soutenait qu’ « il est nécessaire que le nouveau régime contienne quelque chose de l’ancien » ‒ une des nombreuses affirmations qui font de lui, dans les termes de Pérez Guilhou, un conservateur79 ‒ : ce qui se résumait à un certain degré de centralité du gouvernement, une stabilité de ce dernier et à une place importance accordée à la tradition dans le gouvernement local. Ce sont les mêmes caractéristiques qu’il attribue donc à la « démocratie européenne » et à l’Ancien Régime, ce qui nous amène tout de même à interroger sa formule ; s’agit-il vraiment de réformer la révolution, ou s’agit-il de réformer l’ordre d’Ancien Régime ? Autrement dit, pour récupérer un ordre, ne faut-il pas effectuer des changements progressifs dans l’ordre traditionnel (notamment en développant l’économie politique) pour clore la révolution80 ?

  • 81 « No es por gusto que se adopta la monarquía ; es por necesidad ; por resignación ; por una necesid (...)
  • 82 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. (...)
  • 83 Il faut entendre ici constitution politique.
  • 84 Ibid., p. 440.
  • 85 C’est là une des hypothèses centrales de ma thèse de doctorat.
  • 86 Voir “Del gobierno en Sud América”. (Alberdi, Juan Bautista, Obras selectas (tome XIII), Buenos Air (...)

21Et si instaurer l’ordre revient à réformer l’ordre traditionnel, ce n’est pas en raison de convictions que nous appelerions aujourd’hui « idéologiques », c’est bien par pragmatisme. Alberdi cherche désespérément le moyen de consolider le corps social argentin, de lui redonner un ordre, en restaurant d’anciens « liens » – vínculos – et en en établissant de nouveaux, entre différentes personnes juridiques – à différentes échelles – dont les provinces ou encore les « individus » (personne juridique nouvelle qui émerge avec la révolution et à qui il faut donner une place dans le corps social). Il a dès lors dans un premier temps accepté le régime républicain non monarchique, puisqu’il s’imposait dans les faits depuis des décennies. Il a cherché à le consolider par son discours, en l’invoquant comme le régime naturel et en cherchant à prouver cette naturalité. Mais force est de constater qu’après une décennie de tentatives d’organisation depuis la sanction de la Constitution de 1853, le pays n’est toujours pas revenu à l’ordre (avec notamment la question du statut de Buenos Aires à reconsidérer impérativement selon Alberdi), ce qui conduit le publiciste à revenir sur ses pas, et à proposer la monarchie parlementaire comme alternative, comme s’il s’agissait d’un dernier recours auquel s’accrocher81. Son discours s’attachera donc à défendre cette forme-ci pendant un temps. Je ne pense donc pas que l’on puisse trancher catégoriquement la question de savoir si l’auteur des Bases était républicain dans l’âme œuvrant dans la « république possible » pour l’avènement de la « république véritable » (si l’on considère cette dernière dans l’acception qui l’oppose à la monarchie), ou s’il était davantage monarchisant. La République chilienne comme la Monarchie britannique sont deux parangons auxquels Alberdi renvoie sans cesse, sans que l’un ne prenne véritablement l’ascendant sur l’autre. Au fond, il en revient toujours à la même constatation : la question du régime à adopter, celle de la forme à établir (centralisme ou fédéralisme ?) ne sont que des problématiques subsidiaires: « Notre révolution s’est plus préoccupée de la forme du gouvernement que du gouvernement en soi, c’est-à-dire, de son objet principal82». Il précise que « la constitution83du gouvernement constitue la forme et non pas l’essence du gouvernement84 », autrement dit, qu’il ne faut pas confondre « patrie indépendante » et « République ». Ces affirmations confortent l’idée que la politique en tant que telle n’intéresse pas Alberdi ; elle ne le concerne que dans son lien avec l’économie, le commerce. Alberdi n’est pas un constructeur d’État85, il se veut promoteur d’économie politique pour continuer à faire « progresser la civilisation ». Et pour progresser, il faut à la fois une alliance « libre » mais forte avec l’Europe et un « gouvernement à l’européenne », c’est-à-dire un « gouvernement centralisé et inamovible, quelque soit son nom et sa forme externe86 ».

Transiger entre l’Ancien Régime et le nouveau

22Un aspect reste toutefois à étudier dans sa défense la monarchie comme étant la meilleure forme de gouvernement en Amérique du Sud en 1864 ; il s’agit de voir comment Alberdi tente de concilier les principes issus de la révolution – qui proclament la souveraineté du peuple – avec des dynamiques monarchiques. Tout d’abord apparaît la question de la division des pouvoirs, propre à tout gouvernement constitutionnel si l’on en croit les Nord-Américains puis les Français de 1791, qui ont fait école. Alberdi la refond, et il propose en lieu et place des trois branches de l’exécutif, législatif et judiciaire de rétablir les trois ordres d’Ancien Régime, en revêtant simplement le Tiers-État d’un nom plus moderne : la démocratie.

  • 87 « Se puede definir esa forma : el gobierno de uno, de varios y de todos; del rey, de la aristocraci (...)

On peut définir cette forme ainsi : le gouvernement d’un, de plusieurs et de tous ; du roi, de l’aristocratie et du peuple, par une distribution discrète des fonctions du pouvoir entre ces trois entités par la Loi fondamentale, que l’on appelle la Constitution. C’est là le véritable gouvernement de tous. Dans ce gouvernement, le roi règne, l’aristocratie gouverne, la démocratie domine87.

  • 88 Ibid., p. 122.
  • 89 « ¿Nosotros elegiríamos para condes y marqueses a nuestros amigos iguales a nosotros ? ¿Consentiría (...)
  • 90 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. (...)
  • 91 « La nobleza o aristocracia que se restableciera en Sud-América, no sería como la pasada. No sería (...)

23Alors que dans les Bases, il énumérait les trois formes de gouvernement possible « le gouvernement monarchique, l’aristocratique et le républicain », lequel a été proclamé régime de l’Amérique latine par les révolutions, il revient donc sur la question en 1864. Selon lui, « on ne peut concilier aucune de ces trois formes avec la liberté, parce qu’elles sont simples, c’est-à-dire, absolues88 ». La monarchie mixte à l’anglaise apparaît donc comme étant la seule forme non absolue pour Alberdi en 1864. La liberté ne peut exister que lorsque ces trois « gouvernements » sont réunis, chacun servant de « limite et d’appui » à l’autre. Mais la question de l’aristocratie demeure délicate. Si elle était présentée comme une idée totalement absurde pour l’Argentine dans les Bases89, Alberdi transige ici. Il prétend, dans certains passages, à une aristocratie qui devrait s’entendre comme une méritocratie, suivant en cela le modèle doctrinaire français : « Par aristocratie, j’entends la capacité90 ». Dans d’autres cependant, il élargit cette définition, la laissant ouverte (donc éventuellement à compléter), il mentionne le nécessaire rétablissement de certains fueros91, et l’instauration de titres de noblesse ‒ certes modernisés, mais cest là un jeu de dupes ‒ possiblement héréditaires :

  • 92 « Con solo restablecer, reorganizar y mantener ciertos fueros, quedaría reorganizada la nobleza en (...)

Il suffirait de rétablir, de réorganiser et de conserver certains fueros pour que soit réorganisée la noblesse dans les États d’Amérique du Sud. Ses bases modernes seraient la propriété, si elle est considérable, les services éminents et notoires rendus à la Nation, la possession de grands talents auxquels s’adosseraient la célébrité et le respect public, preuve de son noble emploi. Il pourrait exister des nobles héréditaires et des nobles à vie. Il ne serait pas nécessaire que l’aristocratie américaine prenne les noms et les formes de l’artistocratie européenne d’origine féodale, que ses grands et ses notables portent les titres de marquis, comtes ou ducs, si ces noms réveillent en eux des idées datant des temps du despotisme ; ils pourraient simplement s’en tenir aux noms de grands d’Amérique, sénateurs, etc.92

  • 93 Hugo, Victor, Ruy Blas, acte III scène 2.

24On perçoit ici toute l’importance du langage, puisqu’il ne s’agit que de cela, au fond, de mots. Alberdi n’exclut pas nécessairement l’usage de titres traditionnels, mais ils doivent être du goût de cette aristocratie nouvelle : si celle-ci les associe à des relents d’Ancien Régime, autant en créer d’autres. La mention des « grands d’Amérique » comme titre inédit et « simple » demeure savoureuse, puisqu’elle fait un écho direct au degré le plus élevé de la noblesse espagnole. En un sens, qu’importe le nom, tant que la noblesse est rétablie. Pour le choix des titres, servez-vous, bon appétit, messieurs93. Mais quel est l’intérêt de ce rétablissement, si ce n’est ‒ pour le moins en partie ‒ la valorisation des individus œuvrant pour le « progrès » de la nation ? L’aristocratie aurait le rôle de générer de l’ordre en introduisant un principe de « hiérarchie » sociale et donc de « discipline » :

  • 94 « Es un error capital el creer que la aristocracia es una institución de simple vanidad y orgullo, (...)

C’est une erreur capitale que de croire que l’aristocratie est une institution de simple vanité ou d’orgueil, un produit de la conquête et de la force. Autant en dire de même alors du gouvernement lui-même, puisqu’il y a des gouvernements nés de la violence et qui se fondent sur elle. L’aristocratie est un rouage essentiel de cette machine que l’on appelle l’État, comme les grades militaires le sont à cette machine que l’on appelle l’Armée. Si vous supprimez les généraux et les colonels comme rangs contraires à l’égalité, vous dissolvez l’Armée, puisque vous rendez impossibles la discipline et la hiérarchie qui la font exister ; sans armée qui vous défende, vous restez à la merci de quiconque souhaite vous conquérir. L’aristocratie est une pièce inévitable de la discipline civile ; elle est utile et nécessaire pour le peuple parce que c’est un contrepoids, un frein au pouvoir illimité du gouvernement94.

  • 95 Rabinovich, Alejandro Martín, La Société guerrière. Pratiques, discours et valeurs militaires dans (...)
  • 96 Zimmermann Eduardo, « En tiempos de rebelión. La justicia federal frente a los levantamientos provi (...)
  • 97 Bragoni, Beatriz, Míguez, Eduardo (coords.), Un nuevo orden político, Buenos Aires, Biblos, 2010.
  • 98 Dans son article « La frontera sur de Buenos Aires y la consolidación del Estado liberal, 1852-1880 (...)
  • 99 Schmit montre bien à ce propos ‒ en s’appuyant sur le cas d’Entre Ríos ‒ que ces relations n’étaien (...)
  • 100 Ibid., p. 81.

25La comparaison établie entre l’aristocratie et l’armée n’est pas anodine. Des historiens comme A. M. Rabinovich ont montré que l’Argentine de la première moitié du XIXe siècle était une société guerrière95, divisée par des luttes intestines. Longtemps, la distinction entre troupes régulières et irrégulières n’y était pas pertinente et une multiplicité de forces militaires entrait en jeu. Ce n’est bien évidemment pas la sanction de la Constitution de 1853 qui change la donne du jour au lendemain. Les relations sont parfois conflictuelles entre autorités militaires des provinces et le gouvernement central, notamment dans le cas du traitement des rébellions provinciales dans lesquelles la justice fédérale s’immisce de plus en plus, comme le montre Zimmermann96. Par ailleurs, il faut aussi souligner le rôle de cheville ouvrière qu’ont joué les commandants militaires dans la construction du nouvel ordre politique. Pablo Buchbinder, Roberto Schmit ou encore Eduardo Míguez étudient ce phénomène dans Un nuevo orden político97. Míguez98 souligne tout le paradoxe qui réside dans le fait que le nouvel ordre cherchait à se défaire des autorités traditionnelles qui ne rentraient pas dans le cadre de son organisation en raison notamment de leur autonomie par rapport au pouvoir central, mais que pour instaurer l’ordre, on ne pouvait se passer de ces mêmes autorités. Analysant le cas de la frontière sud de Buenos Aires, il note en effet  que dans le cadre d’une « société fortement militarisée », « la construction du pouvoir étatique inclut donc la monopolisation de la coercition ». Il s’agit dès lors pour lui d’« imposer sa suprématie militaire sur les formes d’organisation sociale préexistantes », comme les États provinciaux ou des « institutions qui conservaient une certaine autonomie, comme les milices locales ; institutions qui répondaient à un ordre social différent de celui que proposait le projet réformiste, indépendamment du degré d’affinité manifesté par les acteurs pour ce projet99 ». Étant donné la situation de luttes entre factions et la « nécessité de conquérir les institutions » afin de servir le projet de réforme, il fallait finalement « avoir recours aux mêmes institutions que celles que l’on souhaitait déraciner, en affaiblissant les bases du nouvel ordre social que l’on cherchait à construire100 ».

  • 101 Voir par exemple son essai El Crimen de la guerra datant de 1870.
  • 102 Voir l’ouvrage dirigé par François Godicheau, Gobernar poblaciones y hacer Estado. El orden público (...)

26Or Alberdi souhaite démilitariser la société. Que l’ordre social dépende de militaires, quand bien même ils accepteraient de coopérer avec le pouvoir central, lui paraît constituer un risque majeur. Selon lui, seule une société pacifique peut offrir les conditions du progrès101. Dès lors, remplacer les chefs militaires par une aristocratie reconnue, identifiable par ses titres, serait une solution, afin de maintenir un ordre et une hiérarchie tout en pacifiant la société. Alberdi aurait-il par ailleurs à l’esprit le rôle fondamental de la noblesse dans les armées du Roi d’Espagne à partir du XVIIIe siècle et son instrumentalisation par la couronne afin de contrôler tout le territoire102 ? Sans que cette théorique aristocratie argentine ne devienne militaire (et ne jouisse donc de tous les privilèges dont bénéficiait la noblesse armée espagnole ‒ ce qui la fidélisait au roi), elle dépendrait tout de même du roi, notamment en ce qui concerne sa nomination. Loin d’être un contre-poids au pouvoir royal comme il le prétend dans son argumentation, Alberdi la voit comme un réseau fidélisé au souverain permettant au pouvoir central de stabiliser les institutions, la population, en un mot l’ordre social.

27Un autre élément qui entre dans cette reconstruction est la religion catholique. Alberdi remarque :

  • 103 « La constitución u organización del gobierno político de un país es el resultado en gran parte de (...)

La constitution ou organisation du gouvernement politique du pays est en grande partie le résultat de son ordre social, de son organisation civile et religieuse. […] C’est pourquoi notre société d’Amérique du Sud, par l’œuvre de la législation civile monarchiste et de la religion catholique qui est son culte d’État, est une société éminement monarchiste103.

  • 104 Il est intéressant de voir l’instrumentalisation du clergé que propose Alberdi au service de la pol (...)
  • 105 « La religión debe ser hoy, como en el siglo XVI, el primer objeto de nuestras leyes fundamentales. (...)

28Alberdi biaise ici le sens premier qu’il donnait à la religion dans ses écrits antérieurs. Dans ceux-ci la religion catholique devait être un moyen d’éducation, de moralisation, servant aux fins politiques d’ordre social104. Mais il s’agissait de la réformer105 afin de respecter notamment le culte protestant, associé aux Anglo-saxons que l’auteur aimerait voir émigrer vers l’Argentine (et dont bon nombre sont déjà installés dans le pays depuis 1820, d’où la réforme ecclésiastique adoptée en 1822 pour la province de Buenos Aires dans le cadre des réformes rivadaviennes). Ici, la religion est davantage invoquée dans sa dimension traditionnelle, comme élément devant justifier la réinstauration de la monarchie : on perçoit une continuité établie, dans le discours, avec la Monarchie catholique espagnole, ce qui est à souligner particulièrement puisqu’il écrit à une époque où les idées républicaines sont en plein essor en Amérique du Sud.

« Aquí no valen dotores, solo vale la esperiencia »

  • 106 « Aquí no valen dotores, / Solo vale la esperiencia ; / Aquí verían su inocencia / Esos que todo lo (...)
  • 107 Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome IX Escritos póstumos: ensayos sobre la sociedad, los (...)
  • 108 Ibid., p. 13.

29106Un dernier élément qu’il reste à préciser serait le fait le publiciste ne se prononce pas de façon tranchée – si on confronte des écrits qu’il a produit à des époques et en des circonstances différentes – sur un idéal absolu de régime notamment en raison de son adhésion à la théorie de l’évolution des sociétés, idée développée par bien des penseurs du XIXe siècle. C’est ainsi que pendant longtemps, le gaucho sera « l’agent normal du pouvoir107 » en Argentine. Alberdi soutient en effet qu’il est certes moins « civilisé » que l’homme de la ville, mais moins « impuissant » ; il est capable d’imposer son autorité. La politique n’a que faire d’« intentions » abstraites, elle a besoin de « moyens108 ». Dès lors :

  • 109 « El hombre civilizado, en Europa, es señor del suelo y del espacio, por la locomoción ; por el vap (...)

L’homme civilisé, en Europe, est maître du sol et de l’espace grâce à la locomotion ; grâce à la vapeur, aux chemins, aux ponts, aux canaux. En Amérique, puisqu’il n’a rien de cela à sa disposition, il domine par un autre moyen : par le cheval. Le cheval est, pour le moment, notre moyen de civilisation ; il remplace la vapeur, le chemin de fer, le canal. L’homme à cheval, le gaucho, est l’homme de notre terrain. – Ce qui fait sa force fait aussi sa barbarie. Il finira par être dominé – et il doit l’être – par l’homme de la ville quand ce dernier verra son nombre se multiplier suffisamment et qu’il possédera les moyens de domination de l’espace ; c’est-à-dire dans 50 ou 100 ans. D’ici là et pour atteindre cette fin, il faut utiliser le gaucho comme moyen. La politique qui ignore cela est aveugle, et se résume à un fanatisme puéril à l’égard d’une culture impossible à établir sur ces terres pour le moment.109.

30Alberdi critique donc vivement la position de Sarmiento, avec lequel il a maintes fois polémiqué, qui veut éradiquer le gaucho et les « coutumes du désert » avant d’avoir éradiqué le désert lui-même, notamment dans ses corrosives Quillotanas :

  • 110 « Usted pone en los campos la edad media y el antiguo régimen español, y en las ciudades el siglo X (...)

Vous situez le Moyen-Âge et l’Ancien Régime espagnol dans les campagnes et le XIXe siècle et le régime moderne dans les villes. La colonie, autrement dit le Moyen- Âge européen, était tout autant dans les villes que dans les campagnes, de façon similaire à ce qui avait existé en Europe. À son tour, la révolution, autrement dit le XIXe siècle européen, a envahi tout notre sol, elle a embrassé les campagnes et les villes. De ces deux pôles sont parties les armées qui ont conquis l’indépendance. Les villes ont donné des fantassins, les campagnes des cavaleries. Les gauchos n’ont jamais été royalistes après 1810. Les campagnes ont toujours été le bastion de notre indépendance et le paysan (paisano), le gaucho, son premier soldat. […] Dominer le désert sans l’homme du désert, est-ce une idée qui entre dans le sens commun110 ?

31À chaque société son régime faute de quoi on court toujours le risque du désordre, du manque d’autorité et de l’anarchie. Alberdi demeure pragmatique et s’inscrit dans une démarche historiciste : il faut prendre en compte la réalité concrète qui se présente, et tenter de trouver les mesures les plus adaptées (c’est en cela également qu’il présente la Constitution de 1853 comme un texte provisoire, correspondant au moment vécu par l’Argentine, et non comme une constitution censément idéale). Les sociétés évoluent : il faut donc selon lui adapter les moyens afin qu’ils servent au mieux la fin souhaitée, qui est leur progrès. En somme, mettre fin aux révolutions, ce serait aussi comprendre que des réformes progressives sont préférables à des ruptures brutales dans l’ordre existant : il faut privilégier l’évolution à la révolution.

Conclusion

32Ainsi, loin de continuer à inscrire Alberdi dans un paradigme républicain qu’il aurait, selon de nombreuses analyses historiographiques, souhaité voir s’installer à long terme en Argentine, j’ai cherché à montrer dans cet article la complexité de ses discours sur la question du régime politique que son pays doit adopter. Si, en 1852, la « république » lui paraît être le « régime naturel » des pays d’Amérique hispanique issus des indépendances, cette « vérité » est totalement remise en cause quelques années plus tard, lorsqu’il rédige La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América où il se fait le chantre de la monarchie, avant de se contredire à nouveau dans une note ajoutée en 1867. Cette posture incertaine dévoile moins des doutes que nous qualifirions aujourd’hui d’« idéologiques » qu’un véritable pragmatisme empirique qui conduit l’auteur à sans cesse interroger la situation présente et à réfléchir aux moyens pratiques d’y répondre. Alberdi est bien plus dans la praxis que dans la théorie pure. En outre il ne se focalise pas sur des questions d’organisation politique ; c’est bien plutôt l’économie politique qui est au cœur de ses discours, dans une volonté permanente de faire advenir la « civilisation » et le « progrès ». Le régime politique n’aura donc pas, en tant que tel, de réelle importance, mais il doit impérativement se caractériser par un exécutif fort, par une capacité à maintenir l’ordre, puisque seule la paix octroie les conditions de possibilité du progrès selon Alberdi. C’est ainsi qu’une monarchie parlementaire à l’anglaise tout comme une république au présidentalisme fort inspirée du modèle chilien pourraient satisfaire le Tucuman.

33Le terme de « république » s’est cependant imposé, de fait, dans les esprits (le texte fondateur, la Constitution de 1853, stipule bien dans son premier article que la « Nation Argentine adopte pour son gouvernement la forme représentative républicaine fédérale »). Alberdi doit employer un langage commun, partagé par ses contemporains, pour que ses écrits soient reçus et entendus. En un certain sens, le terme même de « république » s’impose à lui. Mais jouant de la plasticité du mot, lequel ne renvoie pas nécessairement à un type de régime s’opposant à la monarchie ‒ dans la tradition hispanique tout particulièrement –, l’auteur réussit très fréquemment à maintenir une ambiguïté définitoire de ce concept ; il l’intègre à ses discours sans y accorder – dans la majorité des cas – une importance centrale.

  • 111 Alberdi, Juan Bautista, La Revolución de Mayo. Crónica Dramática, Buenos Aires, Honorable Concejo D (...)
  • 112 Il souhaitait établir une distinction entre liberté civile et liberté politique : la grande majorit (...)

34En soi, peu importe qu’il s’agisse d’une monarchie ou d’une république (entendue comme régime opposé à la monarchie) : Alberdi se trouve confronté à la question du rétablissement d’un équilibre, de la constitution d’un ordre immanent puisque l’ordre transcendant d’Ancien Régime a été bouleversé par la révolution… Pour y parvenir, il ne s’agit pas de faire tabula rasa du passé ; le publiciste est bien conscient qu’on ne peut changer une organisation sociale du jour au lendemain et que le corps social argentin est encore largement pétri de dynamiques traditionnelles. En 1839, il affirme même que « la Révolution de Mai, dans l’imagination populaire, est une épopée : dans la réalité historique, elle n’est, dans sa forme, qu’une évolution parlementaire [je souligne], comme celles qui s’effectuent tous les jours en Angleterre et aux États-Unis111 ». Il s’agit donc de réformer l’ordre d’Ancien Régime tout en l’enrichissant de dynamiques nouvelles qu’Alberdi juge nécessaires comme celle de l’intensification du commerce. Parmi ces éléments traditionnels à réintégrer dans le nouvel ordre : le régime politique. Qu’il s’agisse d’une monarchie en bonne et due forme (et Alberdi trouve alors, dans La Monarquía, toutes les justifications possibles pour revendiquer cette forme de gouvernement) ou d’une république, une structure traditionnelle sous-tend l’ensemble. On se souviendra ici que le publiciste aurait souhaité une division entre république d’habitants et république de citoyens ayant le droit de vote112. Le citoyen n’est absolument pas défini dans un texte comme les Bases. En revanche, en recoupant ses autres écrits, c’est bel et bien la figure traditionnelle du vecino, le père de famille propriétaire, qui se superpose peu ou prou à celle du citoyen. C’est également pour cela – et en raison de la plasticité impressionnante du terme de « république » – qu’il me semble problématique de reprendre sans les resémantiser les concepts de « république » ou « républicanisme » comme catégories d’analyse historique, lorsque l’on se penche sur les écrits alberdiens.

Haut de page

Notes

1 Juan Bautista Alberdi, né en 1810, a été l’une des figures importantes de la Génération de 1837. Publiciste et avocat, il soutient dans un premier temps le régime rosiste avant de s’exiler à Montevideo et au Chili notamment, d’où il s’emploiera à penser l’organisation politique à donner à l’Argentine post-rosiste. Ses propositions, réunies dans les Bases y punto de partida para la organización política de la República argentina publiées en 1852 constituent une source d’inspiration majeure de la première Constitution proprement nationale sanctionnée en 1853 (après la chute de Juan Manuel de Rosas). Alberdi cherche à proposer une organisation « mixte » qui dépasse les oppositions traditionnelles entre fédéraux et unitaires qui ont paralysé toutes les tentations d’organisation nationale antérieures et provoqué des décennies de guerre civile (dès les années 1820) entre les provinces. Il produira la majeure partie de ses textes en Europe (où il exerce comme diplomate dans un premier temps) ce qui donne également un caractère particulier à ses propositions, formulées depuis l’extérieur. Il condamne vivement la sécession de la province de Buenos Aires – qui refuse la Constitution de 1853 – du reste des provinces et il critique sévèrement la réforme de la Constitution en 1860 qui permet certes la réincorporation de Buenos Aires mais qui favorise les intérêts de sa province détriment du reste du pays. Selon Alberdi, le pays demeurera plongé dans l’ « anarchie » tant que la ville demeurera à la fois capitale nationale et capitale de sa province. À ce titre, le publiciste considère que la loi de 1880 – qui établit Buenos Aires comme capitale sous contrôle fédéral direct – constitue une avancée majeure pour la stabilisation de la société.

2 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 413-414.

3 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 415.

4 L’historiographie considère ce cycle clos en 1880.

5 Voir à ce propos l’entrée « civilisation » du Diccionario político y social del mundo iberoamericano (Iberconceptos). Javier Fernández Sebastián (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2014, tome 2.

6 L’économie politique étant entendue comme « la ciencia encargada de “la indagación de las fuentes de la pública prosperidad y la de los medios de franquear y difundir sus benéficos raudales” », comme l’indique Portillo Valdés qui reprend les termes de Gaspar Melchor de Jovellanos (Introducción a un discurso sobre el estudio de la Economía civil, 1796). Portillo Valdés, José M., « Constitucionalismo antes de la Constitución. La Economía Política y los orígenes del constitucionalismo en España »,  Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], 2007, consulté le 27 octobre 2016.

7 Cette attention portée à l’économie politique est sans cesse réitérée dans ses écrits. On peut citer l’extrait suivant où il évoque la nature des crises en Argentine, à titre d’exemple : « es peculiar y propio del modo de ser de que el país deriva su historia política y comercial, y el carácter de su naturaleza es a la vez económico y político […]. No son dos hechos separados, sino dos faces de un doble hecho económico y político. Es el país del mundo en que mejor se realiza este hecho, ‒ que la política es economía y la economía es política ». Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome I), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1886, p. 333-334.

8 Voir l’entrée « République » du Diccionario político y social del mundo iberoamericano (Iberconceptos). Javier Fernández Sebastián (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2009, tome 1. Se référer également aux travaux d’Annick Lempérière et de Gabriel Entin sur le sujet. Dans son article « Quelle république pour la révolution ? » , Gabriel Entin souligne le fait que « dans la Monarchie hispanique, la république désignait principalement la communauté politique : les villes, les royaumes, la monarchie même. En Amérique, les communautés étaient principalement les cités : des municipalités divisées en républiques des Indes et en républiques des Espagnols. La cité était conçue comme une république (avec les pueblos et les cités éloignées de la ville) auto-gouvernée avec ses propres ressources, qui était assujettie « à des lois et à un gouvernement », et dont l’objectif était le bien commun. Elle constituait le lieu du pouvoir et de la politique. Si la république était la communauté, la communauté était le corps de la monarchie : un corps unifié, lié à la conception religieuse et médiévale de respublica christiana et communitas perfecta ; le royaume et la république chrétienne – qui sera théorisée par les écrivains espagnols anti-machiavéliens de la raison d’État à partir de la fin du XVIème siècle ». Entin analyse en détail le sémantisme de ce terme, et il remarque, fort à propos : « Il est difficile de comprendre pourquoi l’historiographie hispano-américaine des révolutions prit le concept de république comme un synonyme de régime politique antimonarchique, lorsque les principaux philosophes de la tradition républicaine ne la considéraient pas de cette manière. ‘‘J´appelle donc République tout État régi par des lois, sous quelque forme d´administration que cela puisse être (…). Tout gouvernement légitime est républicain’’, écrivait Rousseau dans Du Contrat Social […] ». Il faut reconsidérer la république avant tout comme « valeur sociale » pour saisir le sens que les hommes de l’époque ont pu lui donner et pour comprendre l’apparente contradiction « de nombreux révolutionnaires qui se considéraient comme républicains et luttaient pour l’indépendance », et qui ont cependant « pu défendre des formes de gouvernement monarchique ». Entin, Gabriel, « Quelle république pour la révolution ?  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 27 octobre 2016

9 Ercilla y Zuñiga (de), Alonso, La Araucana.

10 « El problema del gobierno posible en la América antes española no tiene más que una solución sensata, que consiste en elevar nuestros pueblos a la altura de la forma de gobierno que nos ha impuesto la necesidad ; en darles la aptitud que les falta para ser republicanos ; en hacerlos dignos de la república, que hemos proclamado, que no podemos practicar hoy ni tampoco abandonar ». Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 415.

11 « No niego que muchas de las ideas en este libro estén en oposición con las que he tenido antes de ahora en los mismos objetos ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 67.

12 Voir son étude préliminaire de 1968 à La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América. Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 9-52]. Le « révisionnisme historique » désignant divers courants historiographiques qui se sont construits en opposition à l’historiographie libérale qui a prédominé durant le XIXe siècle et une partie du XXe siècle.

13 Ibid., p. 10. L’historiographie traditionnelle a en effet récupéré la figure d’Alberdi pour l’instituer en « prócer » de la nation, de l’État national moderne argentin. Il faut savoir que de très nombreux discours, parfois contradictoires, ont été projetés sur les productions du publiciste tucuman. Décrit comme le père fondateur de la Nation moderne argentine, figure de proue du libéralisme naissant, promoteur d’une forme d’« autoritarisme progressiste » (Tulio Halperín Donghi), constructeur de l’« État national » (Tulio Halperín Donghi) ou de l’« État centralisé » (Darío Roldán) argentin, promoteur d’une république de l’intérêt (Natalio Botana), penseur d’un « républicanisme autoritaire » (José Luis Romero), centralisateur « sous couvert de provincialisme » (selon les propres termes du publiciste largement repris par l’historiographie), la liste des interprétations des discours d’Alberdi est longue... Nombreuses sont les écoles qui ont tenté de récupérer sa figure et ses discours, et ce, encore actuellement. C’est ainsi par exemple qu’Alberto Benegas Lynch fait d’Alberdi « el apóstol liberal » et l’intègre dans un schéma téléologique patent : « Juan Bautista Alberdi ‒ el padre de la Constitución liberal argentina ‒ fue un preclaro y notable visionario de esa época y de todas las épocas ya que sus reflexiones son de indudable actualidad y permanencia ». (Benegas Lynch, Alberto, ‘‘Alberdi, el apóstol liberal’’, El cato, juin 2009, http://www.elcato.org/alberdi-el-apostol-liberal, page consultée le 12 mai 2015). Mais cette interprétation n’empêche nullement , par exemple, certains penseurs marxistes ‒ comme Milcíades Peña ‒ de reprendre également le Tucuman comme figure de proue. (Peña, Milcíaldes, Alberdi, Sarmiento, el 90. Límites del nacionalismo argentino en el siglo XIX, Buenos Aires, Ediciones Fichas, 1973, p. 82-83, p. 90.

14 Ibid., p. 32.

15 Ibid., p. 34.

16 Le droit d’intervention est présenté comme allant de pair avec un principe de solidarité des nations. (Ibid., p.397). Alberdi précise : « El principio de intervención por utilidad general, es de la sociedad de las Naciones, tanto como esa sociedad de individuos, que se llama la Nación. Sin el derecho de ejercer esa intervención de salud y defensa común, la sociedad no tendría objeto ». (Ibid., p. 398).

17 Alberdi considère en effet la situation du pays comme « anarchique » jusqu’en 1880 lorsqu’est promulguée la « ley de capitalización » de Buenos Aires. Il commente longuement cette situation notamment dans son texte de 1862, De la anarquía y sus dos causas principales, del gobierno y sus dos elementos necesarios en la República Argentina con motivo de su reorganización por Buenos Aires.

18 Nous avons suivi les conseils des évaluateurs et traduit les citations d’Alberdi dans le corps du texte pour faciliter la lecture. Mais la traduction ne rend pas toujours parfaitement la complexité du texte original, ce pourquoi nous avons fait le choix de garder les citations en espagnol en bas de page : « La regeneración política de la América católica por la cooperación de la Europa liberal, en el sentido de un orden de cosas, que concilie las conquistas legítimas de la revolución de América con el restablecimiento de los intereses legítimos del trono y del altar, como ha sucedido en Francia al cabo de la revolución de 1789, de que es una faz, en cierto modo, la revolución de Sud América ». Ibid., p. 240.

19 « Los experimentos realizados en las dos Américas, desde 1862 a 1867 ; las cuestiones de Estados Unidos, Méjico, Chile, Perú, Brasil, etc., han modificado profundamente mis ideas en la materia de que se trata en los siete libritos manuscritos que preceden. El que juzgase por ellos de mis ideas actuales, se engañaría totalmente. Creo siempre que la civilización de Sud-América no ha de ser sino la civilización de la Europea aclimatada en esa parte del Nuevo Mundo ; pero dudo que esa aclimatación envuelva la del gobierno monárquico, como elemento de la civilización europea. ‒ Felizmente, la monarquía no es el gobierno a la europea más aclimatable en Sud-América que el gobierno a la Norte-Americana, copiado como Méjico y Buenos Aires ». Ibid., p. 34.

20 « No creo que todo esto sea una amenaza a la República, como sistema de gobierno entre nosotros. Aunque Napoleón triunfase en Méjico, dudo de la extensión amenazante de su influjo en el resto de sud-América, lo que siempre creí de las amenazas de los Yanquees, que antes que tales influencias llegasen al Plata, habrían caído diez veces sus promotores, por causas que están en la naturaleza ». Alberdi, Juan Bautista, Memorias e impresiones de viaje, Buenos Aires, Luz del Día, 1953, p. 181. Affirmation qui contraste notoirement avec ce qu’il exprime dans La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América : « La Francia, haciéndose el campeón del orden en Sud América, sin atacar su libertad e independencia, serviría los intereses de la Europa, aunque sirviese también los suyos y llenara un bello rol de la civización de esta época de mancomunidad universal ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 264.

21 Portillo Valdés, José M., ‘‘Constitucionalismo antes de la Constitución. La Economía Política y los orígenes del constitucionalismo en España’’, op.cit.

22 « La historia de Inglaterra, es la historia del orden, de la libertad, de la riqueza y del progreso. La historia de los Estados Unidos, es un capítulo de la historia inglesa ». (Ibid., p. 434).

23 Ibid., p. 321.

24 Nous entendons par ces expressions un régime politique dans lequel l’exécutif incarné par le président concentre dans ses mains la majeure partie du pouvoir à l’échelle nationale.

25 Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano (tome I), Madrid, Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2009, p. 1270-1281.

26 Ibid., p.1270]. Voir également l’article de Carlos Garriga, “Patrias criollas, plazas militares: sobre la América de Carlos IV”, in Eduardo Martiré (coord.), La América de Carlos IV (Cuadernos de Investigaciones y Documentos, I), Buenos Aires, Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 2006, p. 35-130. Se référer aussi à ‘‘Ciudad y poder político en el Antiguo Régimen. La tradición castellana’’ d’Alejandro Agüero. Agüero, Alejandro, ‘‘Ciudad y poder político en el Antiguo Régimen. La tradición castellana’’, in Tau Anzoátegui, Víctor, Agüero Alejandro (coord.), El derecho local en la periferia de la monarquía hispánica, Buenos Aires, Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 2013, p. 121-184.

27 « Los cabildantes conservaron siempre el nombre de padres de la República, y los Cabildos el tratamiento de excelentísimo. […] Varias leyes del libro VII de la Novísima Recopilación disponían que las ciudades se gobernasen por las ordenanzas dadas por sus Cabildos, y se reuniesen éstos en casas grandes y bien hechas, a entender de las cosas cumplideras de la República que han de gobernar. (Palabras de la ley 1ª, tít.2º, lib.7º, Novísima Recopilación.) ». Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 463.

28 Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano (tome I), Madrid, Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2009, p.1271. En raison du principe de rétroversion de la souveraineté dans le cas de vacatio regis (ce qui est le cas, en l’absence de Fernando VII, le roi « légitime », puisque les pueblos ne reconnaissent pas le nouveau roi, Joseph, qui bénéficie d’un trône usurpé par Napoléon).

29 Idem.

30 Le laborieux chemin constitutionnel ouvert après 1810 est détaillé par Marcela Tervavasio, dans Gobernar la revolución. Elle y explicite les nouvelles problématiques qui se posent, les forces en jeu, souvent en tension entre elles, la persistance d’anciens acteurs dans le nouvel ordre, la question des langages disponibles ou non (et plus ou moins légitimes) pour définir ce nouvel ordre, mais aussi la question du régime à adopter pour le pays. Elle note notamment que la Constitution de 1819 ne définit pas la forme du gouvernement (les constituants ayant sans doute selon elle les yeux tournés vers l’Europe qui vit des restaurations), ce qui conforterait la volonté d’un certain nombre de constituants de pouvoir rétablir un régime monarchique dans le moule que la Constitution aura dessiné. Ternavasio, Marcela, Gobernar la Revolución, Poderes en disputa en el Río de la Plata, 1810-1816, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2007, p. 235.

31 Voir Gobernar la revolución de Ternavasio.

32 Pour plus de détails, se reporter notamment aux pages 24 à 37 de son ouvrage sur Rivadavia. (Gallo, Klaus, Bernardino Rivadavia, el primer presidente argentino, Buenos Aires, Edhasa, 2012).

33 Verdo, Geneviève, L’indépendance argentine, entre cités et nation (1808-1821), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

34 Gallo explique que c’est le séjour de Rivadavia en Europe et sa fréquentation des utilitaristes anglais comme Jeremy Bentham et James Mill à Londres, ainsi que des personnalités comme Antoine Destutt de Tracy ou l’abbé Dominique Pradt à Paris, lesquels soutenaient la cause indépendantiste en Amérique latine et le régime républicain, qui ont fortement influencé Rivadavia dans l’évolution de sa conception du régime à instaurer en Argentine. Ibid., p. 43.

35 Alberdi affirme notamment s’inscrire dans la continuité de Rivadavia, Belgrano, San Martin en cherchant à réhabiliter la monarchie. Alberdi, Juan Bautista, Escritos Póstumos, Del gobierno en Sud-América según las miras de su revolución fundamental (tome IV), Buenos Aires, Imprenta Europa, 1896, p. 35-36.

36 Gallo, Klaus, Bernardino Rivadavia, el primer presidente argentino, Buenos Aires, Edhasa, 2012, p. 27.

37 Ibid., p. 34-35.

38 Comme l’explique Di Meglio : « La Gaceta aclaró las diferencias entre dos modalidades a las que podía dar lugar la soberanía del pueblo: la democracia y la república, inclinándose por esta última. Argumentó que ‘‘una pura democracia, por la cual entiendo una sociedad que consiste de pequeño número de Ciudadanos, que se juntan y administran el gobierno en persona, no admite cura para los estragos de la facción [...]; semejantes democracias han sido siempre el teatro de la turbulencia y de la discordia, incompatibles con la seguridad personal o los derechos de propiedad’’. En cambio, ‘‘una república, por la cual entiendo un gobierno, en que el plan representativo se haya adoptado, abre un diferente prospecto, y promete la cura que buscamos’’ ». Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano (tome I), Madrid, Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2009, p. 1273.

39 Di Meglio indique que la dissolution des provinces en 1820 a mis un terme aux projets monarchisants. L’adjectif « républicain » a de plus en plus été valorisé, et l’on sait que la Constitution de 1826 définit le pays comme « la République argentine ». Fernández Sebastián, Javier (dir.), Diccionario político y social del mundo iberoamericano (tome I), Madrid, Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2009, p. 1273.

40 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 492.

41 Voir Peregrinación de Luz del día. [ALBERDI : 1887(a), p. 385].

42 ALBERDI, Juan Bautista, Obras completas, tome VII, Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1887, p. 387.

43 Ibid., p. 386.

44 Voir “El discurso de Luz del día sobre el gobierno libre” dans “Peregrinación de Luz del día”. Ibid., p. 879.

45 Voir par exemple Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome V), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional, 1886, p. 50-51. Il existe une véritable porosité prérévolutionnaire entre les divers pouvoirs dans les propositions alberdiennes. Dardo Pérez Guilhou remarque à ce propos : « casi podría pensarse que todavía está presente en la cabeza de Alberdi el hábito de sus parientes tucumanos cabildantes que, a tono con el viejo régimen español, clasificaban las funciones del poder en gobierno, justicia, guerra y hacienda y que en última estancia todas eran ejercidas por el Cabildo, el gobernador, la audiencia y el virrey. Se clasificaban y distinguían las funciones pero no tenía cada órgano funciones exclusivas ». (Pérez Guilhou, Dardo, El pensamiento conservador de Alberdi y la constitución de 1853, Buenos Aires, Edicion Depalma, 1984, p. 104]. J’aborde plus longuement cet aspect des écrits d’Alberdi dans ma thèse de doctorat : « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique ».

46 Pour reprendre un terme de Jorge Myers.

47 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p.415.

48 « Se atribuye a Bolívar este dicho profundo y espiritual : ‘‘Los nuevos Estados de la América antes española necesitan reyes con el nombre de presidentes’’. Chile ha resuelto el problema sin dinastías y sin dictadura militar, por medio de una Constitución monárquica en el fondo y republicana en la forma : ley que anuda a la tradición de la vida pasada la cadena de la vida moderna. La república no puede tener otra forma cuando sucede inmediatamente a la monarquía ; es preciso que el nuevo régimen contenga algo del antiguo ; no se andan de un salto las edades extremas de un pueblo ». Idem.

49 Alberdi souligne ainsi : « Disentiendo  la monarquía o la república no entro en sus principios metafisicos o filosoficos ; no las comparo ; no establezco preferencias de escuela o de sistema. Las considero como métodos práctico de vida política, como reglas usuales de conducta, y deduzco de las necesidades y conveniencias del suelo y de la época, la razon de preferencia de la una sobre la otra. […] ». Il précise qu’il souhaite que la « réforme » de la situation en Amérique latine (situation qui lui paraît anarchique) se fasse de façon « pacifique et parlementaire, progressive et graduelle, légale et constitutionnelle, sans guerre ni révolutions […] ». Alberdi, Juan Bautista, Escritos Póstumos, Del gobierno en Sud-América según las miras de su revolución fundamental (tome IV), Buenos Aires, Imprenta Europa, 1896, p. 15-16, p. 18.

50 Alberdi note en effet : « La république est-elle appropriée ou non ? Il n’y a pas lieu d’en discuter en Amérique du Sud ; bonne ou mauvaise, c’est un fait. Ce fait est d’autant plus fort qu’il s’est engendré lui-même, qu’il est le résultat naturel d’autres faits, œuvre spontanée des choses. Aucun homme n’en est l’acteur ni ne peut davantage l’anéantir ». La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 214

51 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 214-215.

52 Ibid., p. 219.

53 « El bello ejemplo del Brasil no debe alucinarnos ; felicitemos a ese país de la fortuna que le ha cabido, respetemos su forma, que sabe proteger la civilización, sepamos coexistir con ella, y caminar acordes al fin común de los gobiernos de toda forma, la civilización. Pero abstengámonos de imitarlo en su manera de ser monárquico. Ese país no ha conocido la república ni por un solo día ; su vida monárquica no se ha interrumpido por una hora. De monarquía colonial, pasó sin interregno a monarquía independiente. Pero los que hemos practicado la república por espacio de 40 años, aunque pésimamente, seríamos peores monarquistas que republicanos, porque hoy comprendemos menos la monarquía que la república ». Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 414.

54 « El problema del gobierno posible en la América antes española no tiene más que una solución sensata, que consiste en elevar nuestros pueblos a la altura de la forma de gobierno que nos ha impuesto la necesidad ; en darles la aptitud que les falta para ser republicanos ; en hacerlos dignos de la república, que hemos proclamado, que no podemos practicar hoy ni tampoco abandonar ; en mejorar el gobierno por la mejora de los gobernados ; en mejorar la sociedad para obtener la mejora del poder, que es su expresión y resultado directo. Pero el camino es largo y hay mucho que esperar hasta llegar a su fin. ¿ No habría en tal caso un gobierno conveniente y adecuado para andar este período de preparación y transición ? Lo hay, por fortuna, y sin necesidad de salir de la república. Felizmente, la república, tan fecunda en formas, reconoce muchos grados, y se presta a todas las exigencias de la edad y del espacio. Saber acomodarla a nuestra edad, es todo el arte de constituirse entre nosotros. Esa solución tiene un precedente feliz en la República sudamericana, y es el que debemos a la sensatez del pueblo chileno […] [je souligne] ».

55 Il rejoint ici implicitement la problématique classique de l’adaptation de la forme de régime à la société, et à son « degré » d’évolution (si l’on reprend les conceptions historicistes du XIXe siècle). Elías Palti, notamment, propose un bilan de la question depuis une perspective très intéressante dans son article « Orden político y ciudadanía. Problemas y debates en el liberalismo argentino en el siglo XIX ». Il y évoque les interprétations de l’historiographie traditionnelle et ses conclusions concernant la « inviabilidad de la aplicación de los ideales liberales de la llamada Generación de Mayo en un medio aún dominado por hábitos forjados bajo el despotismo hispánico. Una suerte de equilibrio transaccional entre modernidad y tradición se imponía ». Il précise que dans cette perspective : « Será a la Generación romántica a la que le tocará convertir tal principio en un programa político, formulado en las Bases, consagrado en la constitución de 1853 y materializado en el '80 con el régimen progresivo-autoritario inaugurado por Roca. […] La historia política argentina del siglo XIX aparecería, pues, desde esta perspectiva, como la de la marcha épica por la cual los principios liberales- iluministas consagrados por la revolución de 1810 habrían de ir imponiéndose sólo gradualmente, junto con la progresiva ampliación del círculo de los ciudadanos activos ». Palti, Elías, « Orden político y ciudadanía. Problemas y debates en el liberalismo argentino en el siglo XIX », Estudios Interdisciplinarios de América latina y el Caribe, vol. 5, n° 2, 2015.

56 Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 415.

57 L’expression « république monarchiste » alterne avec celle de « monarchie démocratique », laquelle est « fundada en el principio de la soberanía nacional » et « es la más capaz de asegurar a la democracia el éxito de su imperio durable, tranquilo, y siempre progresivo, como se ve suceder en Inglaterra, en Francia, en Alemania, en España ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 202.

58 Ibid., p.328. On peut trouver la même idée formulée différemment à plusieurs reprises : « la república es el ideal ; la monarquía es el hecho del gobierno », (p. 195), ou encore « Nuestras repúblicas, son monarquías vacantes, regencias democráticas », (p. 196).

59 Ibid., p. 125.

60 « Las Repúblicas de la América del Sud son producto y testimonio vivo de la acción de Europa en América. Lo que llamamos América independiente no es más que Europa establecida en América; y nuestra revolución no es otra cosa que la desmembración de un poder europeo en dos mitades, que hoy se manejan por sí mismas. […] Hoy mismo, bajo la independencia, el indígena no figura ni compone mundo en nuestra sociedad política y civil. Nosotros, los que nos llamamos americanos, no somos otra cosa que europeos nacidos en América. Cráneo, sangre, color, todo es de fuera ». Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 420.

61 Lorsque l’Amérique « se da por abuelos a los indios bárbaros de la América primitiva », « es tan falso como ignominoso ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 224.

62 Sa formulation pèche d’ailleurs par un excès de simplification. Qu’entend-il par « Plata » ? Sachant que ce nom a été donné par les Européens, il est anachronique de l’employer pour parler de la période précolombienne. S’il fait référence à la Vice-Royauté du Río de la Plata, sa proposition est caduque (songeons ne serait-ce qu’à la région de Charcas qui était comprise dans cette division territoriale) et même l’on admet que par ce terme il fait simplement référence au territoire argentin qui est en construction depuis l’indépendance, son assertion reste erronée puisque l’Empire inca englobait des aires qui aujourd’hui font partie de l’Argentine ‒ des zones de la région de Catamarca, Mendoza, Jujuy etc.

63 « El imperio democrático, como forma monárquica se liga a las tradiciones indianas de Occidente. ‒ ¿ Por qué no conceder algo a las tradiciones del suelo Americano ? ‒ Méjico lo ensayó, sin éxito, antes que el Brasil. ‒ El Perú y el Plata, antes que Méjico. ‒ El Plata no fue imperio, bajo el dominio de los indígenas, como lo habían sido Méjico y el Perú. Pero su población actual es calificada por sus vecinos como los franceses de América, en cuyo carácter imperioso llevan innato el imperio como forma de gobierno ». Ibid., p. 221.

64 Il introduira également le fait que certains régimes dits « républicains », comme celui de Rosas, auront duré longtemps (même plus que certaines monarchies rapidement renversées) ; il serait donc plus logique pour lui d’en revenir à des monarchies, qui assureraient la même pérennité mais qui seraient légitimes.

65 Ibid., p. 139.

66 « Así lo entendieron los autores mismos de la revolución de la independencia de Sud América, cuando después de asegurada y conquistada en todos los terrenos, aspiraron a dar al nuevo gobierno democrático o popular, la forma monarquista. […] Lo que querían Belgrano, San Martín, Rivadavia, Bolívar, Sucre, etc., es cabalmente lo mismo que hizo Napoleón en Francia, donde la revolución de 1789 ha conseguido por esa forma, la amistad, la paz, el respeto y el rango de los Reyes. ‒ Es la concordia de los dos principios ‒ la libertad y el orden en la Ley. Por eso es llamado el gobierno parlamentario, como también se titula representativo, porque es el pueblo que gobierna por poderes emanados de su voluntad soberana, no obstante su carácter de perpetuidad y centralización ». Ibid., p. 204.

67 Comme l’explique Wasserman, au Río de la Plata, « les hommes qui dirigaient la révolution considéraient que celle-ci devait restaurer la liberté des Latinoaméricains après des siècles d’oppression », ce qui justifiait une rupture avec la métropole ; même si celle-ci semblait entrer dans un processus de réforme, il était devenu inenvisageable de « revenir dans l’orbite de l’ancienne métropole », car il fallait, précisément, rompre avec le « despotisme » et la « tyrannie » qui régnaient depuis la colonisation, et initier une « régénération », une récupération des principes de liberté et de justice. Wasserman, Fabio, « Revolución », in Goldman, Noemí (dir.), Lenguaje y revolución, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008, p. 161-163.

68 Ce qui était également la volonté de Guizot en France.

69 Ce qui n’est pas sans rappeler la distinction établie par le mouvement saint-simonien entre périodes critiques et organiques au sein de l’Histoire. (Musso, Pierre, Saint-Simon et le Saint-Simonisme, Paris, PUF, 1999, p. 102).

70 Dardo Scavino reprend ici un terme utilisé par le philosophe français Ballanche, qui publie des Essais de palingénésie sociale et définit ce terme comme les cycles de régénération de la vie d’une société. (Scavino, Dardo, Las fuentes de la juventud, Buenos Aires, Eterna Cadencia, 2015, p. 155).

71 Voir notamment les analyses de Dardo Scavino et d’Alejandro Herrero sur cette question. (Scavino, Dardo, Las fuentes de la juventud, Buenos Aires, Eterna Cadencia, 2015, p. 117-123, p. 124-132. Herrero, Alejandro, Ideas para una república. Una mirada sobre la Nueva Generación Argentina y las doctrinas políticas francesas, Buenos Aires, Ediciones de la UNLa, 2009, p. 32-37, p. 160-161).

72 Ibid., p. 160-161.

73 Scavino, Dardo, Las fuentes de la juventud, Buenos Aires, Eterna Cadencia, 2015, p. 155.

74 La « Jeune Génération » fait référence à un groupe de penseurs, publicistes, hommes politiques également connu comme « Génération de 1837 ». Pour reprendre les termes de Fabio Wassermann, ces dénominations font référence à « l’expérience politico-culturelle initiée au milieu des années 1830 par un secteur juvénile de l’élite érudite majoritairement composé d’anciens étudiants de l’Université de Buenos Aires ». L’année 1837 renvoie à la « première expression publique collective » de leurs activités qui eut lieu en juin 1837 dans le cadre du Salon Littéraire de Marcos Sastre. À cette époque Rosas, à qui on avait octroyé des « facultés extraordinaires » et qui détenait la « somme du pouvoir publique », gouvernait la province de Buenos Aires. « Au cœur d’un climat toujours plus oppressant, les jeunes romantiques cherchèrent à créer leur espace propre via le développement d’activités culturelles » « parmi lesquelles la fondation de sociétés d’études, la publication d’oeuvres littéraires et doctrinaires » et la diffusion de leurs idées dans des journaux comme La Moda. On pense bien sûr au Dogma Socialista d’Esteban Echeverría dans lequel ils exposèrent un certain nombre de leurs convictions et les concepts clé autour desquels ils articulaient leur conception politico-sociale de l’organisation à donner au Río de la Plata. Voir : Wassermann, Fabio, « La generación de 1837 y el proceso de la construcción de la identidad nacional argentina », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana « Dr. Ravignani », 3e série, n° 15, 1997, p. 7-34.

75 C’est l’auteur lui-même qui souligne le terme.

76 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 50.

77 Ibid., p. 433

78 Ibid., p. 201. Ce lien avec l’Europe est par ailleurs fondamental selon lui, ce qui est compréhensible dans sa conception du progrès des civilisations. Il faut savoir qu’il caractérise parfois l’Ancien Régime comme « éloignement de l’Europe » : « Nuestra revolución de América es europea de origen, índole y carácter […]. ¿ De quién estábamos aislados bajo el antiguo régimen colonial ? – No era de la América, ni de la madre patria. Estabamos aislados de la Europa en general, con quien no podíamos tratar y contratar sino por el órgano forzoso de la España que nos impedía hacerlo directamente. En eso consistía el antiguo régimen ». Ibid., p.90.

79 Pérez Guilhou distinguait schématiquement les contre-révolutionnaires, réactionnaires, traditionnalistes d’une part, et les conservateurs ou « évolutionnaires » d’autre part qui acceptent la révolution mais qui souhaitent garder les éléments qu’ils jugent bons du passé. Les conservateurs peuvent donc lier tradition et progrès. Pérez Guilhou, Dardo, El pensamiento conservador de Alberdi y la constitución de 1853, Buenos Aires, Edicion Depalma, 1984, p. 33-34.

80 Wasserman analyse très bien la portée qu’a eue ce terme au Río de la Plata au début du XIXe siècle et ses connotations antagoniques puisqu’il pouvait aussi bien renvoyer à des concepts de « régénération », de récupération de principes de « liberté » et de « justice » comme aux notions de désordre, troubles, luttes entre factions et « anarchie ». Il explique que dans tous les cas, la « révolution » de Mai s’est imposée dans le discours pendant des décennies comme principe de légitimité. (Wasserman, Fabio, « Revolución », in Goldman, Noemí (dir.), Lenguaje y revolución, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008). Alberdi hérite également de ces codes ; il lui est impossible de ne pas y faire référence. Ainsi, s’il cherche à s’inscrire dans la continuité des hommes de Mai (et emploie alors le concept de « révolution » dans son acception positive), il condamne très vivement les déchirements provinciaux et les luttes entre factions qui ont surgi après 1810. Alberdi n’est nullement partisan de la révolution, prise dans un sens radical. Il affirmera ainsi très clairement en 1839 que « la Revolución de Mayo, en la imaginación del pueblo, es una epopeya : en la realidad histórica, no es, por su forma, mas que una evolución parlamentaria, como las que se hacen todos los días en Inglaterra y los Estados Unidos ». (Alberdi, Juan Bautista, La Revolución de Mayo. Crónica dramática, Buenos Aires, Honorable Consejo Deliberante 1960, p.126). Dès lors, de nombreux principes qui se sont imposés avec les indépendances comme ceux de « liberté » comme singulier collectif (pour reprendre une expression de Koselleck) ou de « souveraineté » sont à resémantiser dans le cas d’Alberdi, qui en donne des acceptions fortement imprégnées des dynamiques juridictionnelles traditionnelles. (Je développe cette analyse dans ma thèse de doctorat « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique »). Cette ambiguïté du concept de « souveraineté » aux lendemains des révolutions à également fait l’objet de nombreuses études (dont : Fernández Sebastián, Javier, (dir.), Diccionario político y social del mundo iberamericano, II, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2014, ou : Goldman, Noemí (dir.), Lenguaje y revolución, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008).

81 « No es por gusto que se adopta la monarquía ; es por necesidad ; por resignación ; por una necesidad de nuestra pobre naturaleza humana, para escapar de la tiranía de todo el mundo ». Pour Alberdi, le régime républicain est synonyme d’instabilité en raison du processus institutionnel lui-même qui instaure des élections et un changement régulier à la tête de l’exécutif (à l’inverse de la monarchie où le roi incarne ce pouvoir) : « el sistema republicano entrega al pobre gobierno de su hechura al desprecio del pueblo de su mando, y con doble razón del extranjero. ¿Por qué respetaría el extranjero a un gobierno que la misma nación no respeta ? […] Un gobierno, así constituido, enfermizo y encleque, no puede tener política interior, ni política exterior. […] La república es un gobierno en que la ley misma hace una revolucón personal todos los cinco años. Auque legales y constitucionales, tales cambios de Jefe suprmeo no dejan de ser verdaderas revoluciones […]. Pasando el poder supremo de una mano a otra cada cuatro años, la república misma es la que hace las revoluciones, que no son en sí, mas que cambios de gobierno. Es la república, la revolucionaria, no los republicanos ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p.69, p. 160-161.

82 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 74.

83 Il faut entendre ici constitution politique.

84 Ibid., p. 440.

85 C’est là une des hypothèses centrales de ma thèse de doctorat.

86 Voir “Del gobierno en Sud América”. (Alberdi, Juan Bautista, Obras selectas (tome XIII), Buenos Aires, Librería La Facultad, Juan Roldán, 1920, p. 486.

87 « Se puede definir esa forma : el gobierno de uno, de varios y de todos; del rey, de la aristocracia y del pueblo, por una distribución discreta de las funciones del poder hecha entre esas tres entidades por la Ley fundamental, que se denomina la Constitución. Es el verdadero gobierno de todos. En ese gobierno, el rey reina, la aristocracia gobierna, la democracia impera ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 122-123.

88 Ibid., p. 122.

89 « ¿Nosotros elegiríamos para condes y marqueses a nuestros amigos iguales a nosotros ? ¿Consentiríamos buenamente en ser inferiores a nuestros iguales ? Yo desearía ver la cara del que se juzgase competente para ser electo rey en la América republicana. ¿ Aceptaríamos reyes y nobles de extracción europea ? Sólo después de una guerra de reconquista : ¿ y quién concebiría, ni consentiría en ese delirio ? ».

90 Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 121.

91 « La nobleza o aristocracia que se restableciera en Sud-América, no sería como la pasada. No sería de raza, ni de sangre, ni tendría privilegios derogatorios del principio de igualdad ante la ley. Se compondrá o constaría de simples títulos de honor. Cuando más, tendría el privilegio del fuero, que no ha cesado de existir en las repúblicas. ¿ Por qué gozarían de fuero el clérigo, el militar, el escritor y autor, el legislador, el Presidente, el Ministro, el Gobernador ; y no lo tendría el que por grandes méritos gozara del título de noble o notable ? El clérigo tiene el privilegio de ser juzgado por la Curia. El militar, por el consejo de guerra. El escritor, por el jury. El legislador, el gobernante, por jueces especiales ». Ibid., p. 343-344.

92 « Con solo restablecer, reorganizar y mantener ciertos fueros, quedaría reorganizada la nobleza en los Estados de América del Sud. Sus bases modernas serían la propiedad considerable, servicios eminentes y notorios hechos a la Nación, la posesión de grandes talentos acompañados de celebridad y del respeto público probatorio de su noble empleo. Podría haber nobles hereditarios y nobles a vida. No sería preciso que la aristocracia americana tomase los nombres y las formas de la aristocracia de origen feudal de la Europa. No sería necesario que sus grandes y notables se llamasen marqueses, o condes o duques, si estos nombres les despiertan ideas de tiempos de despotismo ; podrían quedarse simplemente con los nombres de grandes de América, senadores, etc ». Ibid., p. 344.

93 Hugo, Victor, Ruy Blas, acte III scène 2.

94 « Es un error capital el creer que la aristocracia es una institución de simple vanidad y orgullo, un producto de la conquista y de la fuerza. Tanto valiera decir lo mismo del gobierno en sí, porque hay gobiernos nacidos de la violencia y fundados en ella. La aristocracia es una rueda esencial a esa máquina que se llama el Estado, como los grados militares lo son para esa máquina llamada el Ejército. Si suprimís los generales y los coroneles como rangos opuestos a la igualdad, disolveis el ejército, porque haceis imposible la disciplina y la jerarquía que lo hacen existir [sic.] sin ejército, que os defienda, quedais a la merced del que quiera conquistaros. La aristocracia es una pieza inevitable de la disciplina civil ; es útil y necesaria para el pueblo porque es un contrapeso, un freno contra el poder ilimitado del gobierno ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 345.

95 Rabinovich, Alejandro Martín, La Société guerrière. Pratiques, discours et valeurs militaires dans le Río de la Plata, 1806-1852, Rennes, PUR, 2013.

96 Zimmermann Eduardo, « En tiempos de rebelión. La justicia federal frente a los levantamientos provinciales 1860-1880. » in Bragoni, Beatriz, Míguez, Eduardo (coords.), Un nuevo orden político, Buenos Aires, Biblos, 2010.

97 Bragoni, Beatriz, Míguez, Eduardo (coords.), Un nuevo orden político, Buenos Aires, Biblos, 2010.

98 Dans son article « La frontera sur de Buenos Aires y la consolidación del Estado liberal, 1852-1880 ».

99 Schmit montre bien à ce propos ‒ en s’appuyant sur le cas d’Entre Ríos ‒ que ces relations n’étaient pas toujours conflictuelles, et qu’en soi, les commandants militaires et plus tard les juges de paix ont pu jouer un rôle clé dans « l’instrumentation de l’ordre étatique et du pouvoir politique du XIXe siècle ». Voir son article « El poder político entrerriano en la encrucijada del cambio, 1861-1870 » dans l’ouvrage dirigé par Bragoni déjà cité, (p.121-145). Bragoni, Beatriz, Míguez, Eduardo (coords.), Un nuevo orden político, Buenos Aires, Biblos, 2010, p. 143.

100 Ibid., p. 81.

101 Voir par exemple son essai El Crimen de la guerra datant de 1870.

102 Voir l’ouvrage dirigé par François Godicheau, Gobernar poblaciones y hacer Estado. El orden público de las Antillas a la península (siglos XVIII-XIX). [GODICHEAU : à paraître].

103 « La constitución u organización del gobierno político de un país es el resultado en gran parte de su orden social, de su organización civil y religiosa. […] Pues bien, nuestra sociedad Sud-Americana [sic], por la obra de la legislación civil monarquista y de la religión católica que es su culto de estado, es una sociedad eminentemente monarquista ». Alberdi, Juan Bautista, La monarquía como mejor forma del gobierno en Sud América, Buenos Aires, A. Peña Lillo Editor, 1970, p. 118.

104 Il est intéressant de voir l’instrumentalisation du clergé que propose Alberdi au service de la politique : « La religión es un bálsamo que cura lentamente. Será preciso inyectarlo en la sangre de la infancia. El que no empieza a creer de niño, es raro que deje de ser escéptico. El país tendrá que empezar por la formación del apostolado, por la educación del clero nacional. En buenos seminarios más bien que en espléndidas iglesias se gastará el dinero fiscal más útilmente al sostenimiento del culto. Pero esto no será lo bastante. Será preciso admitir elementos ya formados que vengan de fuera, y aun estimular su internación, como en el orden económico. La República debe recibir con mano larga y generosa al clero ilustrado y capaz que busque servicio en sus altares, de donde quiera que venga. Yo no temería dar a los Jesuitas mismos la respetuosa acogida que encuentran en el seno de los Estados Unidos y de la Inglaterra, países de cultos disidentes donde su influjo es benéfico ». (Alberdi, Juan Bautista, Sistema económico y rentístico de la Confederación argentina, según su Constitución de 1853, 1854, p.203, [en ligne], Espagne : Enciclopedia Virtual de las Ciencias Sociales, Económicas y Jurídicas, consulté le 09 janvier 2016, 1854. URL: http://www.eumed.net/cursecon/textos/2004/alberdi-sistema.pdf.

105 « La religión debe ser hoy, como en el siglo XVI, el primer objeto de nuestras leyes fundamentales. Ella es a la complexión de los pueblos lo que es la pureza de la sangre a la salud de los individuos. En este escrito de política, sólo será mirada como resorte de orden social, como medio de organización política ; pues, como ha dicho Montesquieu, es admirable que la religión cristiana, que proporciona la dicha del otro mundo, haga también la de éste. Pero en este punto, como en otros muchos, nuestro derecho constitucional moderno debe separarse del derecho indiano o colonial, y del derecho constitucional de la primera época de la revolución. El derecho colonial era exclusivo en materia de religión, como lo era en materia de comercio, de población, de industria, etc. El exclusivismo era su esencia en todo lo que estatuía, pues baste recordar que era un derecho colonial, de exclusión y monopolio ». Alberdi, Juan Bautista, “Bases y punto de partida para la organización de la República Argentina”, in Obras completas (tome III), Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p.449.

106 « Aquí no valen dotores, / Solo vale la esperiencia ; / Aquí verían su inocencia / Esos que todo lo saben, / Porque esto tiene otra llave / Y el gaucho tiene su ciencia ». Hernández, José, Martín Fierro, 1872, copla 253. [Graphie d’origine].

107 Alberdi, Juan Bautista, Obras completas (tome IX Escritos póstumos: ensayos sobre la sociedad, los hombres, las cosas de Sud-América), Buenos Aires, Imprenta Cruz Hermanos, 1899, p. 12.

108 Ibid., p. 13.

109 « El hombre civilizado, en Europa, es señor del suelo y del espacio, por la locomoción ; por el vapor, los caminos, los puentes, los canales. En América, careciendo de todo esto, lo es por otro medio : por el caballo. El caballo es, por hoy, nuestro medio de señoría sobre el suelo y el espacio, es decir, nuestro medio de civilización ; suple al vapor, al ferrocarril, al canal. El hombre de a caballo, el gaucho, es el hombre del suelo. ‒ Lo que hace su fuerza hace su barbarie. Él será, a la larga y debe ser, dominado por el hombre de la ciudad cuando este se multiplique en número y posea los medios de dominar el espacio ; es decir, en 50 o 100 años. Hasta entonces y para llegar a ese fin es precisio usar del gaucho como medio. La política que desconoce esto, es ciega, es pueril fanatismo de una cultura imposible de pronto ». Ibid., p. 16-17.

110 « Usted pone en los campos la edad media y el antiguo régimen español, y en las ciudades el siglo XIX y el moderno régimen. La colonia, es decir, la edad media de la Europa, estaba en los campos y estaba en las ciudades, lo mismo que había existido en Europa. La revolución a su vez, es decir, el siglo XIX de la Europa, invadió todo nuestro suelo, abrazó los campos y las ciudades. De ambas partes salieron los ejércitos que conquistaron la independencia. Las ciudades dieron infantes, los campos caballerías. Los gauchos nunca han sido realistas después de 1810. Los campos fueron siempre el baluarte de nuestra independencia, y el paisano, el gaucho, su primer soldado. […] ¿ Dominar el desierto sin el hombre del desierto, es cosa que tenga sentido común ? ». Troisième « carta quillotana ». (Alberdi, Juan Bautista, Sarmiento Domingo Faustino, La gran polémica nacional (Las cartas quillotanas y las ciento y una), Buenos Aires, Editorial Leviatán, 2005). Il se moque par ailleurs de Sarmiento qui prétend discipliner les gauchos en leur imposant les uniformes européens. « Todo un ejército sudamericano compuesto de nuestros gauchos vestidos de levita, quepí francés, paletot, etc., sería una comedia que les haría caer las armas de las manos de risa al verse en traje que el europeo mismo se guardaría de emplear en nuestros campos. Esas campañas contra los usos del desierto antes de haber acabado con el desierto ; contra los usos que engendra la pobreza, antes de haber acabado con la pobreza, son de mala táctica. No es dado a un sastre distribuir con su tijera la civilización europea o asiática. Con quepí o paletot, nuestro gaucho siempre sería el mismo hombre. Traed la Europa por el libre comercio, por los ríos, por los ferrocarriles, por las inmigraciones, y no por vestir de paletot al que sólo es digno de poncho ». (Deuxième « carta quillotana »). (Ibid., p. 73-74).

111 Alberdi, Juan Bautista, La Revolución de Mayo. Crónica Dramática, Buenos Aires, Honorable Concejo Deliberante, 1960, p. 126.

112 Il souhaitait établir une distinction entre liberté civile et liberté politique : la grande majorité de la population s’emploierait à travailler pour enrichir la nation et la faire « progresser » dans la voie de la « civilisation », sans intervenir dans les questions politiques dont la charge reviendrait à un nombre restreint d’individus – dans un contexte où politique et luttes armées sont encore intrinsèquement liées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Sadler, « Quand la « république » d’Alberdi se fait « monarchiste » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 16 décembre 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/69821

Haut de page

Auteur

Mélanie Sadler

Mélanie Sadler est docteure en études ibériques et ibéro-américaines de l’Université de Bordeaux, ancienne élève normalienne, agrégée d’espagnol. Elle est actuellement ATER à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle. Sa thèse de doctorat porte sur « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique ».
melaniesadler9@gmail.com

Articles du même auteur

  • Titre de la thèse : « Juan Bautista Alberdi : un discours entre culture juridictionnelle et culture étatique ».
    Thèse soutenue le 21 octobre 2015 à l’Université de Bordeaux, ayant obtenu la mention très honorable avec félicitations du jury, sous la direction de François Godicheau.
    Composition du jury :
    M. Darío Barriera, Catedrático, Université de Rosario
    M. François Godicheau, Professeur, Université Toulouse II Jean Jaurès
    Mme Pilar González Bernaldo de Quirós, Professeure, Université Paris 7 Diderot
    Mme Françoise Martinez, Professeure, Université de La Rochelle
    M. Dardo Scavino, Professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
    Paru dans Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Extraits de thèses
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page