Navegación – Mapa del sitio
Debates | 2017
Cláudio Denipoti

A la recherche de la traduction parfaite : discours des traducteurs et censeurs portugais de la seconde moitié du 18e siècle

In search of the perfect translation; the discourses of 18th Century Portuguese translators and censors
[06/06/2017]

Resúmenes

Pendant le XVIIIème siècle, les érudits portugais ont fait des efforts pour traduire une grande quantité d’œuvres – de science, littérature et religion – cherchant à apporter une langue réglée et nationale à la République des Lettres. Le présent texte s’occupe des idéalisations de ces traductions réalisées par des traducteurs et censeurs dans les dernières décennies du siècle, quand cet effort de traduction fut le plus grand.

Inicio de página

Notas del autor

Cette étude a été financée par la CAPES (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior/Brésil).

Texto integral

  • 1 Martins, Maria Tereza Esteves Payan. A censura literária em Portugal nos séculos XVII e XVIII. Lisb (...)

1Est-il possible de vérifier quelque chose de si subjectif que l'affirmation des langues nationales, phénomène associé au nationalisme moderne ? Parmi les réponses possibles, j’ai sélectionné spécifiquement la production éditoriale en langue portugaise dans le passage du 18e au 19e siècle, en particulier l'effort effectué par les traducteurs de langue portugaise et les censures de la Real Mesa Censória. Cette institution a été créée en 1768 par Sebastião José de Carvalho (futur Marquis de Pombal) comme partie de sa stratégie de consolidation du pouvoir sur l’Église (principalement sur les jésuites) et d’autres factions de la noblesse. Les censeurs – dans leur majorité, des ecclésiastiques alignés avec les idées réformistes de Carvalho – agissaient pour contrôler les textes qui circulaient dans l’Empire Portugais, en produisant des avis ou des censures (dans lesquelles ils analysaient les demandes d’impression et circulation de livres) et en régulant le système éducatif, pour remplacer les écoles jésuitiques. Après la chute de Pombal en 1777, la Real Mesa Censória a changé de nom, mais n’a pas changé sa fonction, en conservant le rôle de surveillance jusqu’à la fin du 18e siècle.1

  • 2 Rodrigues, A. Gonçalves. A tradução em Portugal. Lisboa : INCM, 1992 ; Lisboa, João Luís. Ciência e (...)
  • 3 Silvestre, João Paulo. A tradução do discurso enciclopédico para a língua portuguesa : barreiras li (...)

2Il est possible d’observer, dans cette période, la valorisation de la langue portugaise dans les éditions, au détriment du latin et du français, principalement dans les textes scientifiques. Cela est vérifiable au travers des activités des traducteurs et censeurs, ainsi que par l’augmentation des éditions traduites ou déjà écrites dans les dites “langues maternelles”.2 Selon João Paulo Silvestre, les 16e et 17e siècles au Portugal n'ont pas été féconds en traduction vers le portugais de façon générale, avec plutôt une forte circulation d'œuvres en espagnol et latin (vérifiable dans les catalogues des bibliothèques et imprimeurs portugais). L'espace des traductions en français a été lentement conquis à mesure que le 18e siècle avançait.3 António G. Rodrigues indique que, dans la première moitié du 18e, 442 traductions ont été publiées au Portugal, contre 266 durant tout le siècle précédent. Pour vérifier cette possible valorisation du texte en portugais, il est nécessaire d’investiguer les pratiques discursives de la période en question, en essayant de percevoir ses multiples significations dans le travail intellectuel et éditorial des traductions.

  • 4 Genette, Gerard. Paratextos editoriais. Cotia, SP : Ateliê Editorial, 2009, p. 17
  • 5 Voir, comme exemple de l'analyse à partir de paratextes : Cláudio DeNipoti & Magnus Roberto Pereira (...)

3J’ai localisé environ 250 œuvres relatives à cette période, parmi lesquelles plus d’une centaine présente des paratextes des traducteurs ou des éditeurs des traductions. Les paratextes éditoriaux (préfaces, postfaces, lettres aux lecteurs, post-scriptum, etc.), ainsi que les épitextes (textes extrinsèques comme les censures, lettres et catalogues) possèdent une force illocutoire pour “donner à connaître une intention ou interprétation de l’auteur et/ou éditoriale”.4 L’analyse de ces paratextes dans leur contexte permet de réfléchir sur l’historicité de la culture écrite, par le moyen de personnages y étant impliqués.5 J’ai sélectionné aussi les censures de ces traductions et ordres d’interdiction de publications parmi la documentation de la Real Mesa Censória.

  • 6 Harden, Alessandra Ramos de Oliveira. Os tradutores da Casa do Arco do Cego e a ciência iluminista  (...)

4Les préfaces, prologues, préfation préliminaire, discours, dissertations, avertissements, notices et avis aux lecteurs insérés par les traducteurs ont déjà fait l’objet d'études systématiques, y compris les traductions de la Typographie de l’Arco dos Cegos, entre 1799 et 1801, ici analysées. Les études de Alessandra Ramos de Oliveira Harden sur les paratextes du Frère José Mariano da Conceição Veloso et de Manoel Jacinto Nogueira da Gama sont exemplaires. Selon elle, les “paratextes [des traducteurs de l’Arco dos Cegos] fonctionnèrent comme instrument pour l'acceptation des principes scientifiques illuministes, car les idées progressistes étaient présentées aux lecteurs portugais par des discours se compromettant avec les traditions de l'Ancien Régime portugais et la rhétorique scolastique”.6 L’auteure indique aussi les limites de ce travail :

  • 7 Harden, p. 307.

Il y a une contradiction discursive apparente dans la relation entre le paratexte et le texte principal, vu que les textes préfaciels avec un haut degré de subjectivité sont employés pour présenter des traductions d'œuvres scientifiques fondées sur les principes de l'Illuminisme. Les deux ensembles de textes impliqués dans ce jeu, les paratextes des traducteurs, d'un côté, et les œuvres traduites, de l'autre, ont été rédigées en accord avec des traditions textuelles qui s'opposent. Alors que les scientifiques (ou philosophes naturalistes), auteurs des textes originaux, utilisaient la langue en conformité avec un paradigme d’expérimentalisme, rationalité et objectivité caractéristiques de l'Illuminisme, les traducteurs brésiliens écrivaient leurs textes en suivant un modèle d'éloquence dérivé de la rhétorique scolastique, critiquée par les illuministes pour sa dépendance à la dite auctoritas et pour l'utilisation d'un langage pompeux et ornementé au détriment supposé de l'argumentation rationnelle.7

  • 8 Araújo, Ana Cristina. A cultura das Luzes em Portugal ; temas e problemas. Lisboa : Livros Horizont (...)

5Le corpus de censures sur les traductions produit par les membres de la Real Mesa Censória a été également étudié par divers auteurs, parmi eux Ana Cristina Araújo, Maria Tereza Payan Martins et Luis Carlos Villalta.8 Les censures sont une excellente source pour comprendre la façon par laquelle une certaine “république des lettres” portugaise officielle a compris les Lumières. Le groupe, fréquemment en conflit, était soumis aux règles de la sociabilité lettrée des cercles du clientélisme et du patronat.

  • 9 Bourdieu, Pierre. A economia das trocas linguísticas ; o que falar quer dizer. Trad. Sérgio Miceli. (...)

6Dans le cadre des études sur la production, appropriation et circulation du mot écrit, on a cherché la signification de certaines idées pour les acteurs sociaux de ces processus – par exemple, le concept de l'Illuminisme élaboré au long des débats historiographiques intéresse moins que les manières dont les contemporains des idées illuministes les expérimentaient dans leurs interactions sociales. Pour comprendre les motifs invoqués par les traducteurs et censeurs pour valoriser l'utilisation de la langue portugaise, j’utilise l’analyse des paratextes et des censures dans le champ de la culture écrite. Sur l'idée de "champ des savoirs", il convient d'expliciter qu'il est défini par Bourdieu comme un espace de dimensions multiples de relations sociales entre agents avec des intérêts partagés, à la recherche de récompenses spécifiques, mais sans disposer des mêmes moyens.9

  • 10 Miscellanea curioza e proveitoza, ou, Compilação tirada das melhores obras das naçõens estrangeiras (...)
  • 11 Elementos da Policia Geral de hum Estado. Lisboa : Offic. Patr. de Francisco Luiz Ameno, 1786. [Tra (...)

7J’ai constaté que la motivation première des traducteurs était “l’utilité” des traductions. Ainsi, le traducteur anonyme du premier volume de Miscellanea curioza e proveitoza (Miscellané curieuse et rentable), publié en 178210, affirma l’avoir traduit pour promouvoir tout ce qui pouvait contribuer à l'augmentation et la perfection de la nation. De même, João Rosado de Villalobos e Vasconcelos, professeur de rhétorique à Évora et auteur prolifique au cours des années 1780, traduisit les Elementos da Polícia Geral de hum Estado (Eléments de la Police Générale d’un État), qu'il dédicaça au puissant Intendant Général de Police, Diogo Ignacio de Pina Manique. Il affirma avoir fait la traduction au bénéfice de l'utilité, de l'honneur de la patrie et de la propagation des Lumières. Il souhaitait la fermentation de ces connaissances pour le bonheur public de l’État.11

  • 12 Darnton, Robert. What is the history of books ? (revisited). Modern Intellectual History 4,3. 495-5 (...)
  • 13 Brésilien qui signa sa traduction comme Hum homem do mar (Un homme de la mer).
  • 14 Thomaz, M. Elogio de Renato Duguay Trouin. Lisboa : Regia Officina Typographica, 1774. [Trad ; “Hum (...)
  • 15 Gessner, Salomão. A morte de Abel. Lisboa : Na officina, que foi de Antonio Alvarez Ribeiro Guimara (...)
  • 16 Gessner, Salomão. A morte de Abel. Lisboa : Na officina, que foi de Antonio Alvarez Ribeiro Guimara (...)

8Un second ordre de motivation et de justification se situe au cœur de l'histoire du livre et du mot imprimé : la notoriété de certaines œuvres, produite dans les interconnexions entre les divers agents du processus de création, publication et circulation des livres12, exprimée dans les textes des traducteurs – eux-mêmes agents dans ce circuit de communication. C'est à cause de cette notoriété que Gaspar Pinheiro da Câmara Manuel13 se décida à traduire Elogio de Renato Duguay Trouin (Eloge de René Duguay Trouin) de M. Thomaz. Dans son Advertencia Proemial (Avertissement Liminaire), il dit que la grande considération pour ce livre en Europe l'incita à le traduire dans sa langue, sans risque de modification du style.14 La même logique apparait dans la préface que José Amaro da Silva fit pour sa traduction de A morte de Abel (La mort d'Abel, de Salomão Gessner)15. Dans cette préface, le traducteur cite la réputation du livre en Allemagne et en France et juge sa lecture utile à toutes les personnes curieuses, motif pour lequel il la traduisit.16

  • 17 Pereira, Magnus Roberto de Mello & Cruz, Ana Lúcia Barbalho da. Ciência e memória : aspectos da ref (...)
  • 18 Mazlish, Bruce. Invisible Ties : From Patronage to Networks. Theory, Culture, Society ; 17 ; 2, 200 (...)
  • 19 Raminelli, Ronald. Viagens ultramarinas ; monarcas, vassalos e governo à distância. São Paulo : Ala (...)
  • 20 Fleury, M. Os costumes dos israelitas. Lisboa : Tipografia Rollandiana, 1778. [Trad. João Rozado de (...)

9La troisième motivation est relative aux principes clientélistes de l'organisation de l'Ancien Régime portugais. Il conviendra de se rappeler que la société portugaise ressentait l'influence de l'Illuminisme, spécialement dans les espaces de sociabilité scientifiques, comme l'Académie Royale des Sciences, l'Académie des Gardes-Marines ou l'Université de Coimbra, après sa réforme.17 En même temps, cette société maintenait des structures sociales, politiques et culturelles typiques de l'Ancien Régime. Cela créait une atmosphère de “clients” avides d'offrir des dons à ses “patrons”18, sous la forme de paroles imprimées ; les dons étaient récompensés par des fonctions politiques, académiques ou militaires. La science, la littérature, les arts devenaient un “instrument étatique pour consolider ses possessions, dynamiser le commerce entre le royaume et l'outre-mer”.19 De même pour les traductions offertes au roi, à la reine, ou à d'autres nobles influents, comme le Marquis de Pombal et D. Rodrigo de Souza Coutinho. Les dédicaces dans les traductions réalisées par João Rozado de Villalobos e Vasconcelos montrent bien ces relations. Il dédia la traduction de Os costumes dos israelitas (Les coutumes des israélites) au Frère José de Jesus Maria Mayne – député de la Real Mesa Censória, associé de l’Académie Royal des Sciences et confesseur du roi consort D. Pedro III – et affirma l’avoir fait pour glorifier et honorer la patrie, mais aussi comme preuve de sa fidélité et obéissance.20

10Une dernière observation se rapporte au sujet des livres traduits. Il n’y a pas de distinctions entre les types de livres dans cette phase de la recherche, qui s’est penchée sur les traductions d'œuvres littéraires, de philosophie, théologie, d'arts et des métiers, des traités juridiques, historiques et œuvres classiques en général. Pour cause de manque de temps et de l'état actuel (initial) de l'analyse de la documentation, je m’occuperai d'abord des traducteurs, et au final, des censeurs. Je cherche à comprendre comment ces agents concevaient la traduction en elle-même, ou, en d’autres termes, ce qu'ils percevaient comme une traduction bien faite, bonne ou “parfaite”, ainsi que les caractéristiques idéales d’un traducteur.

  • 21 Fleury, M. Os costumes dos christãos. Lisboa : Tipografia Rollandiana, 1782. [Trad. João Rozado de (...)

11Le même João Rozado de Villalobos e Vasconcelos, dans sa préface de traducteur des Costumes dos cristãos (Coutumes des chrétiens)21, affirma que le traducteur devrait avoir une connaissance exacte des langues, ce qu’il jugeait manquer à plusieurs traducteurs, et de plus, un esprit critique et philosophique, “pour connaître le génie de l’auteur ”, au-delà du propre livre. Une grande connaissance du sujet était nécessaire, ainsi que de la patience et de l’humilité, pour ne pas modifier ni le contenu ni la forme par des impositions ou des velléités d’ajouter ou soustraire. Il admettait qu'il n’était pas facile de réunir tous ces éléments dans un seul sujet.

  • 22 Colonel du 2e Régiment de Cavalerie d’Elvas.
  • 23 Frederico II. A arte da guerra. Lisboa : Regia Officina Typografica, 1792. [Trad. Miguel Tiberio Pe (...)
  • 24 Van-Switen. Descripção das infermidades dos exercitos. Lisboa : Typografia Rollandiana, 1786. 4a ed (...)
  • 25 Croiset, Jean. Retiro espiritual para hum dia de cada mez. Coimbra : Na Real Imprença da Universida (...)

12Miguel Tibério Pedegache Brandão Ivo22 relativisa la définition de Villalobos e Vasconcelos dans la préface de sa traduction de Arte da Guerra (L’art de la guerre, de Frédéric II). Pour lui, l’important n’était pas la maîtrise de deux langues par le traducteur, mais celle de l’énergie des phrases, de la grâce et de la variété de la locution. Un bon traducteur devrait associer “le génie et le caractère” des langues, puisqu'elles exprimeraient, de façons différentes, des idées et des concepts souvent triviaux dans une langue et sublimes dans l’autre. Pour Brandão Ivo, la difficulté majeure se trouvait dans les termes techniques des arts et des sciences présents dans une langue mais absents dans l’autre, ce qui pourrait créer des mauvaises traductions qui tuent l’original.23 Il y a ici une idée du traducteur comme un anthropologue – qui interprète le texte dans ses multiples facettes – en même temps qu'un écrivain. Dans le prologue à la traduction de Descripção das infermidades dos exercitos (Description des maladies des armées), António Martins Vidigal réaffirma cette idée en expliquant que le traducteur aura satisfait ses obligations si la traduction se revêtait de fidélité et simplicité pour exprimer les idées du texte original.24 D’un autre côté, le traducteur anonyme de Retiro espiritual para hum dia de cada mês (Retraite spirituelle pour chaque journée du mois) offrit une vision avec moins de concessions aux différences culturelles, puisqu'il affirma que le traducteur doit être comme un peintre qui accepte de copier, en cherchant la similarité entre sa copie et l’objet.25

  • 26 Longino, Dionysio. Tratato do sublime. Lisboa : Regia Officina Typografica, 1771. [Trad. Custodio J (...)
  • 27 Milton, J. O paraíso perdido. Lisboa : Typografia Rollandiana, 1789. [Trad. José Amaro da Silva]

13De toute manière, il y avait une vision consensuelle à propos des bénéfices obtenus avec les traductions vers la langue portugaise. Dans la préface à sa traduction de Tratado do sublime (Traité du sublime), Custódio José de Oliveira, professeur royal de langue grecque affirma que la traduction excite une louable émulation et oblige notre esprit à trouver les phrases propres pour exprimer une pensée originale.26 D'une manière similaire, le prologue écrit par l'éditeur Francisco Rolland pour la traduction de Paraíso Perdido (Le Paradis Perdu) énonçait les bénéfices des traductions : grâce à elles, qui ne connait pas d’autres langues peut acquérir des connaissances utiles au sujet des arts et des sciences. Il cita l’exemple des Français, qui travaillaient sans cesse pour traduire vers leur langue des œuvres très utiles, les meilleures poésies et tout ce qu’ils jugeaient utile pour réformer les coutumes, éduquer les gens et les instruire dans toutes les sciences.27

14Pour António Vidigal, les Portugais faisaient peu d’effort pour traduire des œuvres de grand mérite et ne valorisaient pas les rares traductions publiées. Selon lui, cette absence se faisait sentir par tous ceux qui arrivaient à percevoir les avantages et la douceur de la société par rapport aux inconforts et la rudesse de la solitude.

  • 28 D'Alembert, Jean le Rond. Mélanges de littérature, d'histoire, et de philosophie. Nouvelle édition, (...)

15De même, ces traducteurs exprimèrent ce qu’ils considéraient comme les principales vertus des traductions. Custódio José de Oliveira en fait l'éloge parce qu'on y apprend à mieux connaitre les beautés de l'original et la force des idées, alors que le même António Vidigal affirmait que les traductions de bons livres étaient admises dans la République des Lettres, tant elles étaient jugées estimables et utiles. Une fois ces avantages vérifiés, le mérite était établi, de même que l’appréciation de l’œuvre était juste, avec de la douceur et du goût. Mais, qu'était, pour ces traducteurs, une traduction parfaite ? La réponse indique des contradictions, parce que chaque traducteur s’affiliait à ses propres traditions. La plus courante semble suivre les Observations sur l'art de traduire de D'Alembert28.

  • 29 Mot avec beaucoup de syllabes. Littéralement, avec un pied et demi de longueur.
  • 30 Noites Selectas de Young. Lisboa : Offic. Patriarc. de Francisco Luiz Ameno. 1783 [ trad. Joseph Ma (...)
  • 31 Atticisme est une désignation donnée au mouvement littéraire ou rhétorique qui cherchait à imiter l (...)
  • 32 Ovide. Os quatro primeiros livros da Metamorphose. Lisboa : Typografia Lacerdina, 1805. [Trad. Alme (...)

16Custódio José de Oliveira croyait à une pédagogie de l'imitation dans la traduction des écrivains qui pourraient servir de “maitres sûrs”, dont les œuvres rempliraient l’âme de vertus. Le traducteur devrait savoir conserver la naturalité, la force, la grâce et la majesté de la langue qu'il traduit, en équilibrant la fidélité au style originel et l’indépendance relative à la langue natale, sans servilité ni stérilité du génie. João Rozado de Villalobos e Vasconcellos réfuta la méthode basée sur des paraphrases employant un style étranger à l'auteur et “au caractère de notre langue”. Selon lui, il fallait suivre l’original, sans modifier les phrases, la forme ou la ponctuation ; le style devrait être conservé, sans gallicismes, mots sesquipédals29 ou ostentatoires. Joseph Manoel Ribeiro Pereira, dans son discours préliminaire à la traduction de Noites selectas de [Edward] Young (Les nuits de Young), affirma avoir fait moins une traduction, dans le sens premier du mot, qu'une paraphrase, en comparant l’édition originale en anglais à la traduction française. Il désirait un “Young portugais” pour plaire à la nation, établissant une méthode pour la traduction des auteurs de grand mérite.30 Pour le traducteur anonyme de l'œuvre de Jean Croiset rien n’était mieux que la simplicité, la clarté et la correction, dans l’exposition exacte de toutes les pensées de l’auteur, avec les expressions les plus équivalentes possibles. Si les expressions “violentaient” la phrase, le traducteur devrait avoir la liberté d’adapter les idées à la langue traduite. Une dernière attention était nécessaire, selon lui, à la valeur des mots, plus qu'à leur nombre, d’après “le plus éloquent des anciens romains”. Un dernier exemple vient d’António Ribeiro dos Santos, éditeur des œuvres posthumes de José do Coração de Jesus, dit Almeno, qui traduisit les quatre premiers livres de la Métamorphose, d’Ovide. Dans la Notice sur Almeno et sa traduction de la Métamorphose d'Ovide qui précède l'œuvre, il était affirmé que la traduction était très pure et soignée dans le choix des paroles et celui des termes, naturelle dans les expressions, correcte dans la grammaire, lumineuse dans la phrase poétique, avec toutes les perfections et atticismes31 de la langue. L'auteur du paratexte se sentit fier de lire en portugais les mots polis et drôles d'Ovide, avec toute l’élégance de la locution, toutes les variations et les florilèges du style originel.32

17Même s'ils ne fournissent que de vagues idées sur les exigences imposées aux traducteurs, les paratextes laissent entrevoir les heurts qui ont accompagné l'histoire de la traduction – fidélité à l'original ou adéquation à “l'esprit” de la langue ; adoption de termes étrangers (gallicismes, anglicismes, termes techniques) ou adaptation de termes connus dans la langue traduite ; paraphrase, version ou traduction littérale. Pour mettre en balance cette variété d'idées, voyons ce que les censeurs avaient à dire sur ce thème.

  • 33 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1776, n° 48.
  • 34 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1776, n° 48.

18Frère Mathias da Conceição33 réalisa la censure de la traduction de A história de Theodozio o Grande (L'histoire de Theodozio le Grand, de Flechier), faite par le capitaine Manoel de Sousa. Frère Mathias écrit que la traduction était complète, mais qu’il manqua au traducteur la force, l’esprit ou l’élégance de l’œuvre originale. Selon ce censeur, il manquait aussi au traducteur l'élégance propre et naturelle à la langue portugaise. Le censeur fit les mêmes commentaires pour la traduction des sermons de l’Abbé de la Fourdupin.34

  • 35 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1777, n° 99.
  • 36 REAL MESA CENSORIA, cx 11, n° 21.
  • 37 Publié dans la même année, à Coimbra, par la Régia Oficina Tipográfica. REAL MESA CENSORIA, cx 12, (...)
  • 38 Censuré en 1783 et publié dans l’année suivante (Lisboa : Of. de Simão Thaddeo Ferreira). REAL MESA (...)
  • 39 REAL MESA CENSORIA, cx 14. 1784, n° 12.

19En 1777, dans la censure de Seis orações de ouro (Six prières en or), António Lobo da Cunha35 décrivit la traduction comme fidèle et bien travaillée, exprimant plus de beauté que l’auteur. Frère Luís do Monte Carmelo,36 dans la censure de la traduction de José da Silveira Lara de Instruções de hum pai a sua filha (Instructions d'un père à sa fille, de Dupuy), affirma que le traducteur était fidèle aux concepts, même sans avoir suivi le sens littéral, puisqu'il y avait beaucoup de gallicismes impossibles à traduire littéralement. En 1780, Frère Francisco Xavier de Santa Anna e Fonseca, dans la censure de Introdução ao símbolo da fé (Introduction au symbole de la foi, de Luis de Granada)37, utilisa des arguments similaires pour approuver la traduction, en affirmant que le mérite de l’œuvre est incontesté, ainsi que celui de la traduction, puisqu'elle fut exécutée avec clarté, élégance, énergie et correction orthographique. Dans la censure de la traduction de Idylios e Poesias pastoris (Idylles et poésies pastorales, de Salomão Gessner), faite par Joaquim Franco de Araújo Freire Barbosa, le même Santa Anna e Fonseca considéra que la traduction était poétique et naturelle.38 Un dernier exemple de ce que le censeur considéra comme une bonne traduction se trouve dans la censure de la traduction de Paraíso Perdido (Le paradis perdu, de Milton)39, dans laquelle il affirma que l’œuvre était traduite en portugais avec beaucoup de fidélité et qu’elle serait bien acceptée par les lecteurs qui ne connaissaient ni le français ni le latin, les deux langues dans lesquelles l’œuvre fut traduite.

  • 40 REAL MESA CENSORIA, cx 12, 1781, n° 4.
  • 41 REAL MESA CENSORIA, cx 13, 1786, n° 20.

20Frère José da Rocha40, dans la censure de la traduction des livres sacrés de Tobias, Judith, Esther et Job, réalisée par son collègue António Pereira de Figueiredo en 1781, affirma que le traducteur sut utiliser les expressions avec naturalité et les mots avec propriété, en démontrant de la connaissance sur l’énergie du texte sacré et la richesse des termes de la langue portugaise, sans “les quémander” aux langues étrangères. Frère José Mayne41 considéra la traduction de Ano Cristão (L’année chrétienne, de Jean Croiset) bien ajustée aux principales règles de la bonne traduction, permettant de mieux connaître les idées de l’auteur.

  • 42 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1777, n, 38.

21Plus qu’idéaliser une traduction parfaite, les censeurs critiquaient les imperfections et définissaient ce qui était désirable. Frei Mathias da Conceição écrit également à propos de la traduction des sermons de La Fourdepin, en faisant ressortir les erreurs d’orthographe, le mélange entre les grammaires française et portugaise dans la construction des phrases, de même que l’utilisation de termes anciens.42

  • 43 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1778, n° 53.
  • 44 Sermon de Sainte Géneviève ; Sermon de Saint Louis Roi de France ; Sermon de Saint François d’Assis (...)

22En 1778, Frère Francisco de São Bento censura la traduction de Direção das Almas (Direction des âmes), affirmant qu’elle était indigne d’être publiée, que le traducteur avait besoin d’apprendre la langue portugaise.43 Dans la même année, il censura aussi les traductions du Sermão de Santa Genoveva, o Sermão de S. Luis Rey de França e o Sermão de São Francisco de Assis, tous originalement écrits en français.44 Selon le censeur, la traduction ne devrait pas être publiée, à cause des erreurs “insupportables et fréquents”, à savoir : des erreurs grammaticales, l’utilisation de mot “nouveaux et exotiques”, “impropriété de la langue” et des contradictions par rapport aux textes originaux.

  • 45 Publiée à Porto, en 1776, et censurée en 1784. REAL MESA CENSORIA, cx 13, 1784, n° 22.
  • 46 Œuvre publiée seulement en1792. REAL MESA CENSORIA, CX 14, 1788, n° 8.

23Manoel Joaquim Henriques de Paiva censura plusieurs traductions des textes médicaux en termes similaires. La traduction du latin qu'António Rodrigues Portugal fit du Novo sistema de tumores (Nouveau système des tumeurs, de José Jacob Plenk) fut censurée pour cause d'adultération que le traducteur fit de l'original45. À propos de la traduction des Elementos de medicina prática (Éléments de médecine pratique, de Cullen) le même censeur écrit que pour soumettre une langue étrangère à un style laconique, la maitrise parfaite de cette langue était nécessaire, pour exprimer les idées avec clarté et concision – qualités, selon le censeur, que le traducteur ne possédait pas.46

  • 47 Ibid., cx. 109.

24À la fin de la période étudiée, deux censeurs se sont manifestés à propos de Victor ou o menino da selva (Victor, ou l'enfant de la forêt). José da Silveira Duarte e Manuel Correa da Fonseca considérèrent la traduction mauvaise, et affirmèrent que le traducteur ne connaissait pas la langue portugaise “ici toute abîmée”. Ajoutée à l'hétérodoxie religieuse du texte originel, les deux censeurs se prononcèrent contre sa publication en quelque langue que ce soit.47

  • 48 Ibid., cx 9, 1777, n° 99.
  • 49 Ibid., cx 12, 1782, n° 9.

25Une considération sur la nature différente des sources est nécessaire, car les paratextes éditoriaux soumis avec les traductions à l'analyse des censeurs sont accessibles principalement dans des œuvres qui furent dûment révisées en vue d'être publiées, alors que beaucoup de traductions considérées comme mauvaises ne bénéficièrent jamais de l'aval officiel pour être publiées. Tandis que les traducteurs imaginaient offrir des travaux bien finis, qui pourraient collaborer à une amélioration de l'état de l'art dans les champs ou disciplines dans lesquels les œuvres s'inséraient, les censeurs se focalisaient sur une norme grammaticale culte, en plus de leurs préoccupations traditionnelles avec la loi, la foi et le roi. Ceci est évident dans le cas du professeur Rosado de Vasconcelos e Vilalobos, dont les paratextes éveillaient des réactions distinctes entre les censeurs. La censure de Lobo da Cunha de Seis orações de ouro (Six prières en or) est quasiment bureaucratique, en affirmant que le traducteur remplit les obligations de sa profession, en proposant le caractère du meilleur orateur, et les arguments qui formèrent les phrases plus éminentes de l’éloquence romaine48. Or, le censeur Francisco Xavier de Santana e Fonseca, censurant le Plano de huma obra Pia, geralmente util no Reyno de Portugal (Plan d’une œuvre pieuse, généralement utile dans le Royaume du Portugal, écrit en espagnol par Bernando Ward) dit que Vilalobos n’oublie pas l’éloge de soi-même, en rappelant fréquemment le grand travail de ses compositions, et en inculquant son utilité dans cette matière et dans d’autres similaires.49

  • 50 Tavares, p. 23.

26Les disputes vérifiées dans les paratextes des traducteurs peuvent être aussi vues dans les travaux des censeurs – beaucoup d’entre eux exercèrent également la fonction de traducteur dans une période de leurs vies. On observe une préoccupation centrale, recherchée par les traducteurs, les censeurs et les éditeurs (si on inclut Francisco Rolland), qui est l’utilité, sans laquelle les censeurs refusaient la publication de l’œuvre ou de sa traduction.50 Cela s'accompagnait d'exigences spécifiques, relatives à la clarté, la correction orthographique et grammaticale, la “pureté de style”, entre autres.

27Tout ceci nous donne des indices pour percevoir de quelle manière ces agents du mot imprimé comprirent la propre notion de Lumières, ou Illustration, qui inspirait leurs manières de traduire. Premièrement, dans son utilité, qui dans ce cas-là concernait les processus éducatifs de la langue portugaise, puisque les traductions pouvaient enseigner une certaine orthodoxie grammaticale, en plus d’aider à développer des styles. Deuxièmement, cela faisait référence à la construction d’une identité portugaise vis à vis d’autres nations européennes – de quelle manière le Portugal pourrait être vu, par lui-même et par les autres puissances, dans une époque de grandes agitations politiques et diplomatiques. Troisièmement, il y a l’allusion aux œuvres plus identifiées à l’image “utilitariste” de l’Illuminisme lusitain, comme les traductions des œuvres scientifiques ou l’affirmation des disciplines dans la seconde moitié du 18e siècle. Ces trois aspects contribuèrent à fixer la règle érudite de la langue portugaise au 18e siècle, puisque l’effort des traducteurs et censeurs pour combattre les gallicismes, les expressions étrangères, les barbarismes et d’autres influences sur la langue portugaise aida à créer un vocabulaire “national” (ou impérial), qui se reproduisit par l’intermédiaire du marché éditorial et des processus éducatifs formels.

28Les sources permettent de voir la construction et la consolidation de la langue nationale, en association avec les processus historiques de construction d’identité et l'affirmation du statu quo social, en mettant en lumière les diverses facettes de la culture écrite dans le passé.

Inicio de página

Notas

1 Martins, Maria Tereza Esteves Payan. A censura literária em Portugal nos séculos XVII e XVIII. Lisboa : Fundação Calouste Gulbenkian, 2005 ; Tavares, Rui. Le censeur éclairé (Portugal 1768-1777). Diss. Paris, EHESS, 2014.

2 Rodrigues, A. Gonçalves. A tradução em Portugal. Lisboa : INCM, 1992 ; Lisboa, João Luís. Ciência e política ; ler no antigo regime. Lisboa : Instituto Nacional de Investigação Científica. 1991 ; Ramos, Luís A. de Oliveira. Sob o signo das “Luzes”. Lisboa : Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 1986.

3 Silvestre, João Paulo. A tradução do discurso enciclopédico para a língua portuguesa : barreiras linguísticas e culturais no início do século XVIII. In : Miguel, Maria Augusta C. Et al. Actas do I Colóquio de Tradução e cultura. Ponta Delgada, Universidade dos Açores, 2006, p. 247-255.

4 Genette, Gerard. Paratextos editoriais. Cotia, SP : Ateliê Editorial, 2009, p. 17

5 Voir, comme exemple de l'analyse à partir de paratextes : Cláudio DeNipoti & Magnus Roberto Pereira. « Sobre livros e dedicatórias : D. João e a Casa Literária do Arco do Cego (1799-1801)». História Unisinos 17(3) :257-271, Septembre/Décembre 2013.

6 Harden, Alessandra Ramos de Oliveira. Os tradutores da Casa do Arco do Cego e a ciência iluminista : a conciliação pelas palavras. Trad. Ling. Aplic. Campinas, n (50.2) 301-320, jul. dez. 2011, p. 301.

7 Harden, p. 307.

8 Araújo, Ana Cristina. A cultura das Luzes em Portugal ; temas e problemas. Lisboa : Livros Horizonte, 2003 ; Villalta, Luiz Carlos. Reformismo ilustrado, censura e práticas de leitura : usos do livro na América Latina. São Paulo, 1999. Thèse (Doctorat en Histoire) – Faculdade de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade de São Paulo.

9 Bourdieu, Pierre. A economia das trocas linguísticas ; o que falar quer dizer. Trad. Sérgio Miceli. São Paulo : EDUSP, 1996.

10 Miscellanea curioza e proveitoza, ou, Compilação tirada das melhores obras das naçõens estrangeiras. Lisboa : Typographia Rollandiana, 1782. [Trad. Anon.] - Carta ao Editor, Senhor Francisco Rolland.

11 Elementos da Policia Geral de hum Estado. Lisboa : Offic. Patr. de Francisco Luiz Ameno, 1786. [Trad. João Rosado de Villalobos e Vasconcelos] – Prefação.

12 Darnton, Robert. What is the history of books ? (revisited). Modern Intellectual History 4,3. 495-508. 2007, p. 502

13 Brésilien qui signa sa traduction comme Hum homem do mar (Un homme de la mer).

14 Thomaz, M. Elogio de Renato Duguay Trouin. Lisboa : Regia Officina Typographica, 1774. [Trad ; “Hum homem do mar” Gaspar Pinheiro da Câmara Manuel]. Advertencia Proemial

15 Gessner, Salomão. A morte de Abel. Lisboa : Na officina, que foi de Antonio Alvarez Ribeiro Guimaraens, 1785. [Trad. Jozé Amaro da Silva]. Prefacio do traductor.

16 Gessner, Salomão. A morte de Abel. Lisboa : Na officina, que foi de Antonio Alvarez Ribeiro Guimaraens, 1785.

17 Pereira, Magnus Roberto de Mello & Cruz, Ana Lúcia Barbalho da. Ciência e memória : aspectos da reforma da universidade de Coimbra de 1772. Revista de História Regional 14(1) :7-48, Verão. 2009.

18 Mazlish, Bruce. Invisible Ties : From Patronage to Networks. Theory, Culture, Society ; 17 ; 2, 2000,1-19.

19 Raminelli, Ronald. Viagens ultramarinas ; monarcas, vassalos e governo à distância. São Paulo : Alameda. 2008, p. 94.

20 Fleury, M. Os costumes dos israelitas. Lisboa : Tipografia Rollandiana, 1778. [Trad. João Rozado de Villalobos e Vasconcellos.]. Prefação

21 Fleury, M. Os costumes dos christãos. Lisboa : Tipografia Rollandiana, 1782. [Trad. João Rozado de Villalobos e Vasconcellos]. Prefação do Traductor.

22 Colonel du 2e Régiment de Cavalerie d’Elvas.

23 Frederico II. A arte da guerra. Lisboa : Regia Officina Typografica, 1792. [Trad. Miguel Tiberio Pedegache Brandão Ivo, coronel do segundo regimento de cavalaria da praça de Elvas]. Prefacio.

24 Van-Switen. Descripção das infermidades dos exercitos. Lisboa : Typografia Rollandiana, 1786. 4a ed. [trad. Antonio Martins Vidigal]. Prologo do traductor.

25 Croiset, Jean. Retiro espiritual para hum dia de cada mez. Coimbra : Na Real Imprença da Universidade, 1783. 5a ed. [Trad. anon.]

26 Longino, Dionysio. Tratato do sublime. Lisboa : Regia Officina Typografica, 1771. [Trad. Custodio José de Oliveira]. Prefação.

27 Milton, J. O paraíso perdido. Lisboa : Typografia Rollandiana, 1789. [Trad. José Amaro da Silva]

28 D'Alembert, Jean le Rond. Mélanges de littérature, d'histoire, et de philosophie. Nouvelle édition, augmentée de plusieurs notes sur la Traduction de quelques morceaux de Tacite. Tome troisième. Amsterdam : chez Zacharie Chatelain & fils, MDCCLXIII.

29 Mot avec beaucoup de syllabes. Littéralement, avec un pied et demi de longueur.

30 Noites Selectas de Young. Lisboa : Offic. Patriarc. de Francisco Luiz Ameno. 1783 [ trad. Joseph Manoel Ribeiro Pereira].

31 Atticisme est une désignation donnée au mouvement littéraire ou rhétorique qui cherchait à imiter le style et la manière des proses attiques (athéniennes). Cela commença vers le premier quart du 1er siècle avant JC, comme une réaction à l'asiatisme. En portugais, le terme est synonyme d'une certaine élégance dans le comportement, caractéristique d'un style élégant, concis et délicat, évoquant les auteurs classiques de l'Attique. [dic. Caudas Aulete]

32 Ovide. Os quatro primeiros livros da Metamorphose. Lisboa : Typografia Lacerdina, 1805. [Trad. Almeno (José do Coração de Jesus)].

33 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1776, n° 48.

34 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1776, n° 48.

35 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1777, n° 99.

36 REAL MESA CENSORIA, cx 11, n° 21.

37 Publié dans la même année, à Coimbra, par la Régia Oficina Tipográfica. REAL MESA CENSORIA, cx 12, 1780, n° 46.

38 Censuré en 1783 et publié dans l’année suivante (Lisboa : Of. de Simão Thaddeo Ferreira). REAL MESA CENSORIA, cx 12, 1783, n 10.

39 REAL MESA CENSORIA, cx 14. 1784, n° 12.

40 REAL MESA CENSORIA, cx 12, 1781, n° 4.

41 REAL MESA CENSORIA, cx 13, 1786, n° 20.

42 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1777, n, 38.

43 REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1778, n° 53.

44 Sermon de Sainte Géneviève ; Sermon de Saint Louis Roi de France ; Sermon de Saint François d’Assise. REAL MESA CENSORIA, cx 9, 1778, n° 54.

45 Publiée à Porto, en 1776, et censurée en 1784. REAL MESA CENSORIA, cx 13, 1784, n° 22.

46 Œuvre publiée seulement en1792. REAL MESA CENSORIA, CX 14, 1788, n° 8.

47 Ibid., cx. 109.

48 Ibid., cx 9, 1777, n° 99.

49 Ibid., cx 12, 1782, n° 9.

50 Tavares, p. 23.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Cláudio Denipoti, « A la recherche de la traduction parfaite : discours des traducteurs et censeurs portugais de la seconde moitié du 18e siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En línea], Debates, Puesto en línea el 06 junio 2017, consultado el 11 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/70707

Inicio de página

Autor

Cláudio Denipoti

Universidade Estadual de Ponta Grossa

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página