Navigation – Plan du site
Débats | 2017
Categorías de identificación étnica en América Latina: historia y acción política – Coord. Mirian Galante y Laura Giraudo
Maria Regina Celestino de Almeida

Relations interethniques et métissages dans les aldeias indigènes de Rio de Janeiro : classifications ethniques et luttes politiques (XVIIIe et XIXe siècles)

Interethnic Relations and mestiçagem in the indigenous aldeias of Rio de Janeiro : ethnic classifications and political struggles (XVIIIth and XIXth centuries)
Relaciones interétnicas y mestizajes en las aldeias indígenas de Rio de Janeiro : clasificaciones étnicas y luchas políticas (siglos XVIII y XIX)
Relações Interétnicas e mestiçagens nas aldeias indígenas do Rio de Janeiro : classificações étnicas e lutas políticas (séculos XVIII e XIX)
[11/12/2017]

Résumés

À l´époque de la colonisation portugaise, plusieurs peuples indigènes ont été déplacés de leurs terres d´origine et installés dans des villages (aldeias) coloniaux dans les environs de Rio de Janeiro. Ces Indiens y ont reconstruit leurs identités et, au début du XIXème siècle, ils s´identifiaient – et étaient identifiés – tantôt comme Indiens, tantôt comme métis. Cet article discute les relations interethniques entre ces Indiens et les non-Indiens, en mettant l’accent sur les controverses concernant les classifications ethniques perçues comme des outils de lutte politique. Les documents concernant les conflits fonciers dans les aldeias montrent que des alliances étaient scéllées entre Indiens et non-Indiens mais que celles-ci variaient d´un conflit à l´autre, tout comme les classifications ethniques, dans la mesure où certains Indiens étaient parfois considérés comme des non-Indiens, sans pour autant abdiquer de leur identité d’Indien ou cesser d’être reconnus en tant que tel. La distinction rigide entre les uns et les autres avait pourtant un poids politique considérable, qui apparaît clairement dans la documentation. Sans nier les conflits d´intérêts entre Indiens et colons, surtout concernant la propriété de la terre, il faut néanmoins les nuancer et étudier de manière approfondie le profil des acteurs impliqués.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été écrit à partir de l´adaptation et de la traduction des textes suivants : Almeida, M. Regina Celestino, “Quando é preciso ser índio : identidade étnica como força política nas aldeias do Rio de Janeiro”, in Aarão Reis, Daniel et al (dir.), Tradições e Modernidades, Rio de Janeiro, FGV, 2010, p. 47-60 ; Almeida, M. Regina Celestino, “Índios e Mestiços no Rio de Janeiro : significados plurais e cambiantes (séculos XVIII e XIX)”, Memoria Americana, 2008, n° 16, p. 19-40 ; Almeida, M. Regina Celestino, “Cultura política indígena e política indigenista : reflexões sobre etnicidade e classificações étnicas de índios e mestiços (Rio de Janeiro, séculos XVIII e XIX)”, in Azevedo, Cecília et al (dir.), Cultura Política, Memória e Historiografia, Rio de Janeiro, Editora FGV, 2009, p. 211-228. Traduit par Christian M.V.S. Dutilleux.

Texte intégral

1Par le biais de processus de relations interethniques et de métissages culturels, biologiques et sociaux, les peuples indigènes intégrés dans les aldeias coloniales de l’Amérique portugaise ont reconstruit leurs cultures, leurs identités et leurs mémoires. Au début du XIXème siècle, ils s´identifient et sont identifiés soit comme Indiens, soit comme métis.

  • 1 Salomon, Frank et Schwartz, Stuart, “Introduction”, in The Cambridge history of the native peoples (...)
  • 2 Monteiro, John, Tupis, tapuias e historiadores : estudos de história indígena e do indigenismo, Cam (...)

2Le terme « Indien » est une catégorie ample et générique introduite dans les Amériques par les Européens pour se référer à une grande variété de peuples natifs du continent (d´ethnies, de cultures et de langues diverses), un terme dont les indigènes, dans de nombreux cas, se sont eux-mêmes appropriés. Dans cette catégorie, étaient englobés de nombreux peuples indiens distincts, dont les relations avec les sociétés dominantes variaient entre alliances et résistances, ce qui a servi de paramètre pour les classer en deux autres catégories, elles aussi amples et génériques : celle des Indiens colonisés ou civilisés d´une part et, d´autre part, celle des Indiens sauvages ou barbares. Cet article traite exclusivement des Indiens colonisés, aussi appelés les Indiens aldeados qui ont été intégrés à la société coloniale sur la base d´un statut juridique et social spécifique qui leur conférait des droits et des obligations. Ces catégories classificatoires ont été établies historiquement et elles ont servi à l´action politique tant de ceux qui classaient que de ceux qui étaient ainsi classés, et elles sont abordées de cette manière dans cet article. Comme le rappellent Salomon e Schwartz1, le fait d´être reconnu socialement comme Indien a servi de justification autant à des postures de résistance qu´à des attitudes d’accommodation. Du XVIe au XIXe siècle, les catégories classificatoires apparaissent de manière assez claire et dichotomique dans les lois et les discours des acteurs les plus variés, y compris des politiciens, des intellectuels, des religieux et des Indiens eux-mêmes. Données ou imposées par les autorités dominantes, elles pouvaient aussi servir ceux qui étaient ainsi classés qui, dans de nombreux cas, utilisaient les rôles et les classifications qui leur étaient attribués, en fonction des avantages à en tirer. Ainsi, au lieu d´être écartées, ces catégories doivent être analysées historiquement, car elles apparaissent dans des contextes spécifiques où leurs significations sont plurielles et variables pour les différents acteurs, en fonction de la dynamique des processus historiques2.

  • 3 Thompson, Edward P., Miséria da Teoria, Rio de Janeiro, Zahar, 1981 ; Mintz, Sidney, “Cultura : Uma (...)
  • 4 Gruzinski, Serge, O PensamentoMestiço, São Paulo, Companhia das Letras, 2001 ; Boccara, Guillaume, (...)

3Les théories récentes en Histoire et en Anthropologie relativisent et complexifient les concepts permettant d´aborder, d’une nouvelle manière, les contacts avec les Indiens, les processus de métissages et les relations interethniques. La culture et l’ethnicité, comprises comme des produits historiques, variables et inscrits dans la dynamique des relations sociales complexes entre les groupes et les individus, aident à repenser la trajectoire historique de peuples longtemps considérés comme ayant perdu leur identité par métissage ou ayant été exterminés3. Dans ces perspectives, les identités sont considérées plurielles et historiquement construites. Leurs significations varient dans le temps, l´espace et en fonction des acteurs sociaux avec lesquels des contacts ont été établis4.

  • 5 Mattos, Hebe, Das Cores do Silêncio. Os Significados da Liberdade no Sudeste Escravista. Brasil Séc (...)

4Les sources historiques concernant les identités ethniques des Indiens, des Noirs et des Métis (et l'immense variété de noms pour désigner ces derniers), sont imprécises et contradictoires. Certains chercheurs s´interrogent dès lors sur les raisons de ces incohérences. Les contradictions présentes dans les archives historiques les amènent à s’interroger sur les intérêts possibles des protagonistes, qu´ils soient responsables des registres ou qu´ils y soient enregistrés5. Dans les sociétés coloniales et post-coloniales, je pense que ces contradictions expriment la fluidité et la pluralité des identités ethniques et sociales toujours en construction.

  • 6 Boccara, Guillaume, 2000, “Mundos Nuevos en las Fronteras ...”, cit.

5Les documents d´archives concernant les conflits fonciers et le processus d´extinction des aldeias indigènes de Rio de Janeiro se contredisent souvent dans leur manière de classer les habitants comme Indiens ou comme métis. Cela prouve que la question de l´ethnicité est au cœur des discussions sur la politique indigène et le processus d’extinction des aldeias. Tandis que les autorités brésiliennes et les colons déclaraient que les Indiens avaient disparus, s´étaient dispersés ou mélangés avec le reste de la population, ces derniers continuaient à exiger la reconnaissance des droits qui leur avaient été octroyés à l´époque de la couronne portugaise sur base de leur identité indienne. Les archives démontrent la force politique des classifications ethniques dans les luttes pour la terre, une fois qu’elles étaient largement utilisées par des acteurs en dispute pour soutenir leurs arguments et obtenir gain de cause. Les Indiens avaient évidemment droit aux terres des aldeias. Affirmer ou nier leur identité était au cœur de la lutte foncière tant pour les Indiens que pour les non-Indiens. Comme l’affirme Boccara, cela signifie que les disputes pour des classifications ethniques doivent être vues comme des disputes politiques et sociales6.

  • 7 Almeida, M. Regina Celestino, “Política Indigenista e Etnicidade : estratégias indígenas no process (...)

6À partir du milieu du XVIIIe siècle et au XIXe siècle, les colons et les conseils municipaux tentent de s´approprier les terres et les revenus des aldeias. De leur côté, les Indiens résistent et entrent en justice pour préserver leurs droits ancestraux7. Néanmoins, dans certains cas, Indiens, colons et conseils municipaux se sont alliés contre d´autres Indiens ou d´autres colons. Ceci montre la complexité de la question et l‘importance de restreindre le champ d´analyse à des situations et à des acteurs spécifiques. Il faut éviter les simplifications et les généralisations qui présentent les Indiens et les non-indiens comme des groupes monolithiques clairement distincts. Les relations entre eux varient en fait selon les contextes et les intérêts.

7L’objectif de cet article est de réfléchir aux relations interethniques entre les Indiens et les colons présentes dans les controverses concernant les classifications ethniques, comprises comme des outils de lutte politique. L’accent est mis sur les intérêts des Indiens habitant les aldeias (les aldeados) et leurs relations avec d'autres groupes ethniques et sociaux avec lesquels ils interagissaient depuis les réformes du Marquis de Pombal jusqu’au XIXe siècle. A cette époque, les affrontements concernant les classifications ethniques sont plus visibles dans les sources documentaires. Ces discussions ne sont pas sans lien avec les conflits concernant les terres des aldeias depuis la moitié du XVIIIe siècle à Rio de Janeiro, comme le montrent les trois exemples présentés à la fin de cet article. Les principales sources utilisées sont des documents sur les conflits de terre des aldeias indigènes, surtout la correspondance entre les autorités et les pétitions des Indiens.

Les indiens métis dans les aldeias coloniales

  • 8 Perrone-Moisés, Beatriz, “Índios Livres e Índios Escravos : os princípios da legislação indigenista (...)
  • 9 Oliveira, João Pacheco de, “Uma etnologia dos ‘índios misturados’ : situação colonial, territoriali (...)
  • 10 Almeida, M. Regina Celestino, Metamorfoses Indígenas : identidade e cultura nas aldeias coloniais d (...)

8La Couronne portugaise8 a construit des aldeias coloniales contrôlées par son administration pour intégrer, dans son empire colonial, différents peuples indigènes en les considérants comme des vassaux chrétiens du Roi. Dans les aldeias, les Indiens ont vécu les processus de territorialisation, dans le sens donné par Oliveira : d’abord déplacés, ils se sont installés dans un nouveau territoire, avec une nouvelle forme d'organisation imposée par un ordre administratif extérieur, avec laquelle ils ont fini par s´identifier9. Du XVIe siècle au XIXe, les Indiens avaient un statut juridique spécial qui leur a donné une position politique, économique et sociale dans la hiérarchie coloniale. Évidemment, cette position était subalterne, située dans les couches inférieures de la société. En outre, ils étaient obligés de travailler pour les colons, les missionnaires et les autorités. Mais ils avaient aussi quelques avantages, qu’ils ont essayé de préserver jusqu’au XIXe siècle. Ils ont assumé l’identité donnée par les colonisateurs et l´ont utilisée à leur profit : ils étaient les Indiens aldeados, vassaux chrétiens du Roi du Portugal10.

  • 11 Schwartz, Stuart, “The Formation of Colonial Identities in Brazil”, in Canny, Nicholas et Pagden, A (...)

9Il est important de souligner que la colonie était un monde en construction dans lequel différents acteurs étaient en train de formuler leurs identités, dans un contexte esclavagiste, hiérarchisé et inégalitaire, comme l’a décrit Stuart Schwartz11. Selon cet auteur, les identités se construisaient les unes par rapport aux autres, en fonction de la position économique et sociale qu´elles occupaient dans la hiérarchie sociale. L’esclavage, qui a pour conséquence de placer un groupe social en position d´infériorité – notamment des Indiens esclaves – constitue une référence importante pour les Indiens des aldeias. Malgré ses limites, la condition des aldeados leur donnait quelques privilèges par rapport aux plus démunis de l´échelle sociale. Ils avaient droit à la terre – même s’il s’agissait d´espaces bien plus réduits qu’à l´origine – ; ils n´étaient pas esclaves même s’ils étaient forcés de travailler ; ils pouvaient être baptisés et se convertir ainsi au christianisme, en abdiquant de leurs croyances et coutumes. Leurs leaders pouvaient briguer des titres, des postes, des salaires et du prestige social.

  • 12 Almeida, M. Regina Celestino, 2003, op. cit.

10Dans la Colonie, ils se situaient certes au bas de l´échelle sociale. Néanmoins, ils étaient en meilleure position que les esclaves, noirs et indiens, et avaient conscience de cette situation. Dans certaines limites, restreintes et certes oppressives, les Indiens aldeados avaient la possibilité de faire valoir un minimum de droits que la loi, bien que changeante, leur garantissait. C´est ce qu´ils firent jusqu´au XIXe siècle. En témoignent de nombreuses requêtes qu´ils ont introduites auprès des autorités coloniales et métropolitaines, ce que montrent de nombreux documents qui relatent les conflits concernant le travail des Indiens et les terres collectives des aldeias.12 Dans ces archives, on perçoit que les Indiens des aldeias maîtrisent des nouvelles pratiques culturelles et politiques exercées pour défendre leurs droits dans le monde colonial. Leur action politique se développe dans le cadre de la culture politique de l’Ancien Régime. Ils négocient et signent des accords avec les autorités et le Roi, et ils sollicitent des faveurs en échange de services rendus. Leurs revendications étaient fondées sur les droits assurés pour la Couronne portugaise en fonction de leur condition distincte des autres vassaux du Roi. Ils avaient des obligations et des droits spécifiques découlant de leur statut d'Indiens aldeados. Ainsi, l’affirmation de l’identité indienne construite dans les aldeias est devenue un instrument de la lutte politique de ces Indiens. Cette situation dura jusqu’à la moitié du XIXe siècle, soit près d´un siècle après l’entrée en vigueur de la politique d’assimilation du marquis de Pombal, une politique qui, après l’indépendance en 1822, sera maintenue et même encouragée par l'Empire brésilien.

  • 13 Idem.

11Dans les aldeias, de nouvelles identités apparaissent donc. Le processus de métissage joue un rôle-clé dans cette construction, par le biais d´intenses relations interethniques et des métissages biologiques, culturels et sociaux. Malgré leurs efforts, les Jésuites n'ont jamais réussi à isoler les Indiens dans les aldeias. Ces derniers se sont mélangés tant à l’intérieur qu´à l´extérieur des aldeias. Intégrés dans la colonie, ces Indiens vivaient dans les centres urbains ou à proximité. Ils prenaient part aux activités productives et commerciales, et pas seulement comme main d´œuvre – comme l’ont révélé des études récentes. Dès le XVIIe siècle13, les aldeados ont ainsi appris à négocier, entre autres biens, la location et la vente de terrains à des colons.

  • 14 Goldschmidt, Eliane M. R, Casamentos Mistos : liberdade e escravidão em São Paulo colonial, São Pau (...)
  • 15 Almeida, M. R. Celestino et Ortelli, Sara, “Atravesando fronteras. Circulación de población en los (...)

12Il est donc important de déconstruire l'idée de l'isolement des aldeias et de la séparation stricte entre les Indiens de ces aldeias et les colons. Ces derniers pouvaient être présents dans les aldeias par l'initiative des Indiens eux-mêmes qui, néanmoins, ont essayé d’éviter leurs extensions illégales. À l’intérieur et à l´extérieur des aldeias coloniales, les Indiens vivaient et se mélangeaient avec les Noirs, les Blancs et les métis. Les mariages mixtes des Indiens des aldeias étaient également fréquents, comme certaines études l'ont souligné14. Le travail des Indiens dans les fermes et les villes, principalement dans les travaux publics, a renforcé les contacts. En outre, les interactions entre les espaces non-colonisés, que nous appelons Sertão, les aldeias et les villes ont été intenses15.

  • 16 Weber, Max, “Relações Comunitárias Étnicas”, in Economia e Sociedade, Brasília, Editora da Universi (...)

13Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, voire même plus tôt, les Indiens des aldeias ont vécu un processus de métissage tellement intense qu´il devenait pratiquement impossible de les distinguer physiquement des autres groupes avec lesquels ils avaient des rapports. Ils ont été unifiés par l'idée d'appartenance à une aldeia indigène et le partage d’une histoire commune qui remontait à sa fondation, ainsi qu’à l'alliance avec les Portugais et l'action politique collective de défense des droits octroyés par la Couronne16. Malgré les mélanges, ils ont maintenu – comme on peut voir dans les documents – une identité indienne qui, dans ce monde colonial troublé, leur garantissait la vie en communauté et la propriété collective de la terre.

14En réalité, les Indiens des aldeias de Rio de Janeiro, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle, étaient souvent métissés. En d'autres termes, ils étaient passés par un long processus de mélange et de métamorphose, tout en conservant le sens ethnique de la communauté et l'expérience partagée des contacts intensifs avec d’autres groupes ethniques et sociaux. Ils pouvaient donc s’identifier ou être identifiés tantôt comme des Indiens, tantôt comme des métis, selon les circonstances et les intérêts en jeu.

Les classifications ethniques en tant que des disputes politiques : de la moitié du XVIIIe siècle au XIXe siècle

  • 17 “Diretório que se deve observar nas povoações dos índios do Pará e Maranhão enquanto Sua Majestade (...)

15Le processus de métissage dans les aldeias s’est accentué et est devenu plus visible après la loi de Pombal qui a introduit la politique d’assimilation des Indiens. Son but était de transformer les aldeias en villes portugaises et d’abolir la division entre les Indiens et les autres vassaux du Roi. L’esclavage indien a été interdit par la Loi de la Liberté de 1755. La nouvelle politique interdisait la discrimination des Indiens et encourageait les mariages mixtes, avec les Blancs, en donnant des avantages à ceux qui se mariaient avec des Indiens. La loi contenait une série d´articles qui visaient à abolir les différences culturelles entre les Indiens et les autres vassaux. On perçoit aussi la volonté claire de les éloigner des Noirs qui restaient stigmatisés, ce qui est évident dans un article du Directoire qui considère une infamie de traiter les Indiens comme des Noirs17.

  • 18 Mattos, Hebe, 1995, op. cit. ; Soares, Mariza, op. cit.

16Des recherches récentes, en particulier sur les afro-descendants, discutent la compréhension que les groupes sociaux et ethniques ont des catégories utilisées pour les classer18. Malgré de nombreuses lacunes dans les sources historiques, certains indices nous permettent de penser comment les Indiens, aldeados ou pas, ont compris que les classifications en catégories ethniques pouvaient être utilisées à leur faveur. En fait, elles leur donnaient une place dans la hiérarchie sociale de ces sociétés, leur apportant des avantages et des préjudices.

  • 19 “…manchando com este casamento o seu sangue e fazendo-se por esta causa indigno de exercer o posto (...)
  • 20 Resende, M. Leônia C., Gentios Brasílicos. Índios Coloniais em Minas Gerais Setecentista. Campinas, (...)

17En 1771, un Indien qui occupait le poste de capitaine (représentant indien auprès du directeur de l´aldeia) à São Barnabé a dénoncé un autre Indien, qui était, lui, capitaine de l´aldeia d’Ipuca. Ce dernier, marié avec une femme noire, a été accusé d’agir “en tachant, avec ce mariage, son sang et devenant, pour cette raison, indigne d’exercer son poste de capitaine”19. Sans détailler les raisons de cette dénonciation, ce fait montre clairement la conscience qu’avaient les Indiens du lien entre les classifications ethniques et les positions sociales occupées, ainsi que de la supériorité par rapport aux Noirs que la législation de Pombal leur conférait. Il est intéressant de constater aussi que des Indiens vivant en dehors de leurs tribus, souvent identifiés comme métis – dans les nombreuses catégories de « pardo», « caboclos » etc. – faisaient eux aussi usage de la loi de Pombal pour éviter l´esclavage. Maria Leônia Rezende a montré comme les Indiens des aldeias de Minas Gerais refusaient de se marier avec des Noirs esclaves, en affirmant leur condition d’Indiens libres. Ils refusaient la condition de métissage et s’affirmaient en tant qu’Indiens pour pouvoir échapper à l’esclavage illégitime20.

  • 21 Almeida, 2007, op. cit.
  • 22 Cohen, Abner, “Organizações Invisíveis : alguns estudos de caso”, in O Homem Bidimensional. A Antro (...)

18La nouvelle législation a encouragé la présence de non-indiens dans les aldeias, ce qui a provoqué une intensification des rapports interethniques et, dans certaines régions, une augmentation des conflits fonciers. Cela fut le cas dans la plupart des anciennes aldeias de Rio de Janeiro, où se sont multipliées les locations et les ventes de terres. À cette époque, on perçoit déjà le discours des autorités et des colons concernant le métissage des Indiens qui habitaient les aldeias de Rio, avec l´intention évidente de supprimer ces dernières et de prendre possession de leurs terres. Néanmoins, au même moment, des Indiens maintenaient leurs revendications concernant le maintien de la propriété de la terre et des droits collectifs21. Il faut souligner que, malgré les changements introduits, le Directoire a garanti le maintien des terres collectives des Indiens aussi longtemps qu’ils y restaient en tant qu’Indiens. Je pense que c’est surtout à cause de ce droit qu’ils sont restés Indiens pendant plus d’un siècle après les réformes de la législation. Après tout, comme l’a montré Cohen22, quand aux différences ethniques se rajoutent des distinctions économiques et sociales, il est plus probable que ces différences persistent. À mon avis, c´est surtout en fonction de l’action politique pour sauvegarder leurs droits que les identités se sont maintenues contre les pressions qui voulaient les reconnaitre en tant que métis. À cette époque, les archives montrent clairement que les autorités et les colons mettaient en évidence le métissage des Indiens des aldeias de Rio de Janeiro dans le but évident de nier le statut de ces villages et de pouvoir ainsi s’approprier leurs terres. À l’inverse, les Indiens se montrent fermes dans la défense de leurs terres et des droits collectifs accordés par la Couronne portugaise.

  • 23 Schwarcz, Lilia, O Espetáculo das Raças. Cientistas, Instituições e Questões Raciais no Brasil, 187 (...)

19Ce processus s’est accentué au XIXe siècle quand la politique indienne de l’Empire brésilien était en vigueur. Celle-ci intensifiait la politique d’assimilation de Pombal. Les conceptions évolutionnistes, alors prédominantes, considéraient les Indiens comme des êtres certes inférieurs mais qui pouvaient, néanmoins, être intégrés à l’Empire par le biais du catéchisme et de la civilisation23. L´idée de “civiliser” les Indiens reflétait la politique de l’Empire et correspondait aux intérêts des conseils municipaux, ainsi que des colons intéressés par les terres des aldeias.

  • 24 Le Règlement des Missions de 1845 et la Loi des Terres de 1850, complétée par le règlement de 1850, (...)

20Mais, la législation, même si elle prévoyait la suppression des aldeias, reconnaissait le droit des Indiens à la terre collective, aussi longtemps qu’ils seraient reconnus comme tels.24 Ainsi donc, affirmer le mélange et le métissage des Indiens, c’était contribuer à leur disparition en tant que catégorie sociale, ce qui pouvait justifier la suppression du statut des aldeias.

  • 25 Les Indiens étaient considérés comme incapables de gérer leurs propres biens, donc les Juges des Or (...)
  • 26 Ces documents trouvés dans lês archives : Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro (APERJ), Fund (...)
  • 27 Le croisement des informations de différents documents montrent les controverses relatives aux clas (...)

21L´intense correspondance entre le président de la province et les autorités municipales (des conseils et des juges des orphelins25) sur ces questions montre que l’État voulait obtenir le plus d’informations possibles sur les aldeias, dans le but d´adapter la politique d’assimilation au contexte spécifique dans chacune d´entre elles26. Les documents insistent sur la décadence, la misère et la baisse de la population indienne des aldeias. Dans ces archives, on trouve quelques lettres d´Indiens qui invoquaient la loi pour revendiquer leurs droits et tenter d´éviter la disparition de leurs aldeias27.

22La plupart des conflits concernant les terres et le statut des aldeias opposaient, d’un côté, les Indiens et, de l’autre, les colons et les conseils municipaux. Cependant, ces adversaires se sont parfois unis pour lutter contre des tiers qui voulaient s´approprier les terres indiennes et menaçaient ainsi à la fois les Indiens et les colons qui y résidaient. Ce fut le cas dans les aldeias de São Francisco Xavier de Itaguái et de Valença. Un cas particulièrement intéressant est celui de l´aldeia de Mangaratiba, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe. Face aux problèmes de la terre et de leadership, les positions des Indiens y oscillent. Ils sont parfois unis et parfois divisés. Avec les colons, ils forgent des alliances ou vivent en conflit, et ces positions alternent d´un conflit à l´autre, voire même, au cours d´une même dispute. Plus intrigant, au sein même de l´aldeia, la distinction entre qui est Indien et qui ne l’est pas varie.

  • 28 Freguesia est une division administrative correspondant au territoire d´une paroise. Avec la loi de (...)

23Ce cas particulier montre le caractère ambigu des comportements et les oscillations et la fluidité des alliances. Il importe donc de déconstruire l´idée d´une séparation rigide entre les Indiens et les colons. Pourtant, l´idée d´une dichotomie claire entre Indiens et Blancs, ou bien entre les habitants des aldeias indigènes et non-indiens servaient d´arguments-clés aux parties en conflits. En fait, les distinctions, fluides dans la vie quotidienne des aldeias et des freguesias28 (caractérisées par un va-et-vient des alliances et des affrontements ainsi que des formes d´identification), apparaissent très contrastées dans les documents concernant les conflits. La force politique de ce discours est claire : être Indien par opposition aux Blancs pouvait signifier avoir des avantages ou bien des désavantages, selon le contexte. Ceci explique pourquoi, il est utilisé si fréquemment par les Indiens, les colons et les autorités. Il ne s’agit pas de nier l’opposition entre les Indiens et les colons, surtout sur les questions foncières, mais de montrer que cette dichotomie a été exacerbée dans les documents en fonction de son impact légale sur la position des protagonistes des conflits.

Indiens et Non-Indiens : des alliances et des conflits dans les aldeias d’Itaguaí, de Valença et de Mangaratiba

  • 29 Sur l’aldeia de São Francisco Xavier de Itaguaí, voir Almeida, 2003, op. cit. ; Almeida, 2007 op. c (...)

24São Francisco Xavier de Itaguaí était une aldeia fondée par les Jésuites au début du XVIIe siècle, et qu´ils ont administrée jusqu´à leur expulsion en 1759. Valença, elle, date du début du XIXe (1801). Elle a été constituée à l´initiative d´un propriétaire terrien, José Rodrigues da Cruz, qui, avec le soutien de la Couronne portugaise, en est devenu l´administrateur. Elle a donc été instaurée à une époque où les relations interethniques étaient très intenses et soutenues par les autorités. Sans entrer dans le détail des conflits fonciers de ces aldeias – longs, complexes et aux évolutions différentes – il convient de souligner certains aspects de leurs histoires, qui montrent le rôle décisif des classifications ethniques dans les disputes foncières dans les aldeias de Rio de Janeiro29.

  • 30 Sesmeiro : celui qui recevait des terres directement de la Couronne Portugaise sous le régime de se (...)

25Malgré les spécificités qui concernent les conflits, leur évolution et les acteurs des deux régions, on peut affirmer que, dans les deux cas, les affrontements engageaient des Indiens et des colons qui cohabitaient et partageaient l’espace de l´aldeia indigène ou de la freguesia. Ils se sont associés contre d’autres colons qui voulaient les expulser : un sesmeiro30 à Valença e le propriétaire d´une grande usine de sucre, à São Francisco Xavier de Itaguaí. Selon la loi, les Indiens y avaient droit à la terre mais pas les colons. C’est pour cela, je crois, que leurs adversaires ont présenté des arguments pour défendre les droits prioritaires des natifs. Ils ont eu gain de cause, ils ont rapidement fondé des villes et installé des conseils municipaux. Ces derniers ont proposé l’extinction des aldeias, invoquant le métissage et la décadence des Indiens. Dans les deux cas, ils ont fondé leurs argumentations sur les classifications ethniques, comme l´avait fait ceux qui s´opposaient à la preservation des aldeias. Selon eux, les Indiens étaient peu nombreux, « civilisés » et mélangés à la population locale.

26Ces cas peuvent être compris comme des exemples de manipulation des Indiens par les colons. De mon point de vue, cette interprétation est simpliste. En outre, elle renforce les préjugés sur les Indiens, présentés comme toujours acculés et ne faisant que de mauvais choix. Il faut être attentif à la complexité des rapports et des intérêts, ainsi qu’aux invasions croissantes des terres des aldeias qui réduisaient les options et les stratégies des indiens aldeados. De toute façon, leur alliance temporaire avec les colons leur a apporté des avantages, même si ceux-ci furent de courte durée.

27Ce qu’il faut souligner, dans les deux cas, c’est l’utilisation, par les colons non-indiens, de l’idée de droits prioritaires des Indiens sur les terres, tandis que leurs opposants (le sesmeiro à Valença e le propiétaire d´une grande usine de sucre à São Francisco Xavier de Itaguaí) accusaient les Indiens de s’être mélangés, de n’être peu nombreux et d’être décadents.

  • 31 Les exemples cites sont complexes et ne peuvent pás être détaillés ici. Consulter à ce propos : Alm (...)

28Les résidents non Indiens connaissaient, semble-t-il, la force politique du discours de la différence ethnique et savaient aussi l´utiliser, en s´associant aux Indiens pour garantir pour eux-mêmes le contrôle des terres en dispute31.

29aldeia de Mangaratiba présente une situation différente et plus complexe : on y trouve des conflits entre Indiens et des divisions en factions à l’intérieur de l´aldeia pour des questions de terre et de pouvoir. En plus des relations entre les Indiens et les colons, les informations disponibles montrent que les positions peuvent alterner. Ainsi, un des principaux leaders indiens va, à un certain moment, être considéré comme un colon. A l´inverse, plus tard, il sera considéré, de nouveau, comme un Indien. En outre, les Indiens des aldeias commerçaient intensément avec la freguesia et des villes coloniales, motivés par des intérêts individuels, sans forcément perdre les liens avec leurs communautés.

  • 32 Alveal, Carmen Margarida Oliveira, História e Direito : Sesmarias e Conflito de Terras entre Índios (...)
  • 33 Arquivo Nacional. Corte de Apelação. Processo n° 3891. Alveal, 2002, p. 123-151.
  • 34 La documentation sur ces conflits est publiée par Silva, Joaquim Norberto de Souza, op. cit., p. 42 (...)

30Les interventions de Pedro Alexandre Galvão dans trois conflits de l’aldeia de Mangaratiba offrent un excellent exemple de ces situations. Ces réflexions convergent avec le travail de Carmen Alveal32 sur les questions agraires de la Capitainerie de Rio de Janeiro. Cette dernière a étudié les conflits fonciers impliquant les Indiens de Mangaratiba à la fin du XVIIIe siècle. Elle a analysé une très riche documentation sur des conflits agraires aux Archives Nationales. Dans ces documents, Pedro Galvão n’apparaît pas comme représentant des Indiens. Il y est décrit, au contraire, comme un adversaire qui les accuse d’avoir envahi ses terres33. Notons que ce conflit a eu lieu entre deux autres, au cours desquels Galvão apparaît comme un leader indien défendant les intérêts de la communauté contre les autorités indigènes de l´aldeia, accusées de pactiser avec les Blancs34. Il s’agissait de conflits très complexes dans lesquels les Indiens se divisaient en factions. Mais le plus intéressant est de percevoir la flexibilité de la position de Galvão ; celui-ci, après s’être opposé aux Indiens de l´aldeia, reprend, pendant le troisième conflit, le rôle de leader d’une des factions.

31Cette histoire dément l´idée d’une opposition rigide entre les conditions de vie et les intérêts des Indiens et ceux des colons des aldeias. Il suggère aussi l’importance d´études plus approfondies sur le profil des acteurs en conflit. Il montre en outre les imprécisions des sources concernant les classifications ethniques.

32Il faut être particulièrement attentif aux arguments des acteurs de ces conflits. Les trois conflits semblent, de prime abord, motivés par l’opposition entre les Blancs et les Indiens. Tantôt présenté comme indigène, tantôt comme colon, Pedro Galvão joue tour à tour le rôle du défenseur et celui de l´adversaire des droits collectifs des Indiens de l´aldeia. La classification ethnique apparaît donc comme un instrument important pour exiger des terres mais aussi pour destituer des leaders accusés de faciliter l´entrée de Blancs dans les terres des Indiens et de négocier leurs terres. Les sources n´apportent pas les preuves de toutes ces accusations, mais elles ne laissent aucun doute sur un point : être indigène et s’identifier aux intérêts collectifs de l´aldeia était important pour avoir accès aux terres ou conquérir une position de dirigeant. La dichotomie entre Indiens et colons, même peu évidente dans le quotidien des villes coloniales, des aldeias et des Sertões, avait un poids politique considérable, fréquemment utilisé par les acteurs des conflits.

  • 35 Silva, 1854, p. 195-196.
  • 36 Almeida, 2003, p. 172, 206 ; Almeida, 2007, p. 229.

33aldeia Nossa Senhora da Guia de Mangaratiba a été fondée aux alentours de 1620 pour accueillir des Indiens Tupiniquins, déplacés de Porto Seguro par Martin de Sá. Ils se sont ensuite mélangés avec d´autres Indiens venus de diverses aldeias35. Cela a toujours été un petit village, sans présence de jésuites ni d´autres missionnaires, au moins jusqu´au XVIIIe siècle. Dans les archives, certains indices font penser que l’aldeia était administrée illégalement par la famille Sá. Le lieu-dit Mangaratiba a été élevé au rang de paroisse en 1764. En 1802, elle a été séparée de la commune d´Ile Grande et rattachée à celle d´Itaguai. En 1831, elle acquiert le statut de municipalité et, en 1854, le conseil municipal exigeait toujours l´incorporation des terres indiennes au patrimoine municipal36. Notons que le processus de métissage devait y être beaucoup plus intense que dans les autres aldeias, qui avaient été administrées par les Jésuites.

  • 37 Alveal, 2002. p. 129-130.

34Selon Alveal, au XVIIIe siècle, Mangaratiba était un centre important de production d’eau-de-vie, ce qui a attiré de nombreux colons et attisé les conflits fonciers37. Rappelons que les Indiens eux aussi achetaient et vendaient des terres. À titre privé, ils exerçaient des activités commerciales et prenaient part à des conflits fonciers avec des colons et avec d´autres Indiens, sans forcément s’exclure ou être exclus de la communauté. Pedro Alexandre Galvão en est un excellent exemple.

  • 38 Silva, 1854, p. 421-439.
  • 39 Idem.

35Selon les documents38, Galvão apparaît comme leader indigène dans des luttes de pouvoir dans la commune, mais aussi lors de disputes foncières entre Indiens et colons. Son objectif était d´obtenir la destitution des capitaines qui nuisaient aux intérêts des Indiens. Le premier conflit a eu lieu en 1775 contre Bernardo de Oliveira, et le deuxième, en 1806, contre José de SouzaWerneck39.

  • 40 Representação de muitos indios em 1775, in : Silva, op.cit., p. 421-423.

36En 1775, les Indiens se sont insurgés contre le capitaine Bernardo de Oliveira, un métis né parmi eux et qui avait été nommé par le marquis de Lavradio, vice-roi du Brésil (1769-1790). Ils demandaient son remplacement, l’accusaient de mauvais traitements et d’appliquer des punitions excessives, tout en affirmant qu’il n’était pas indigène40. Les Indiens ont perdu la lutte. Leurs leaders ont été éloignés de l´aldeia. Notamment la famille de Pedro Alexandre Galvão, son père et son frère qui, des années plus tard, au début du XIXe, allaient rentrer au village et mobiliser les Indiens contre un autre capitaine.

  • 41 Alveal, 2002, p. 123.
  • 42 Arquivo Nacional. Corte de Apelação. Processo n° 3891 apud ; Alveal, 2002.
  • 43 Alveal, 2002.

37Mais avant cela, Pedro Galvão protagonise d´autres conflits dans la région41. En 1785, il accuse les Indiens de l´aldeia de Mangaratiba d´avoir envahi ses terres sur l’ordre du capitaine Bernardo de Oliveira42. Ces terres – avec tous leurs aménagements et les esclaves qui y travaillaient – étaient situées en bordure de l´aldeia. Il les avait achetées en 1761 à des religieux. Au moment de la tentative de destitution de Bernardo de Oliveira, Galvão en était donc déjà le propriétaire. Néanmoins, les Indiens ont obtenu gain de cause. Selon Alveal, Galvão, grâce à ses réseaux politiques43, a réussi à retarder l’exécution de l’ordre judiciaire juisqu’en 1792, quand les Indiens lui ont intenté un procès pour récupérer leurs terres. Sans entrer dans le détail, il faut observer comment les sources présentent les relations que Pedro Galvão et Bernardo de Oliveira entretenaient avec la communauté des Indiens aldeados.

  • 44 Ibídem, p. 183.

38Selon Carmen Alveal, Pedro Galvão pouvait se faire passer par un notable Blanc voulant usurper les terres des Indiens aldeados. Selon l’auteur, Galvão s’est dressé contre l´aldeia pour affaiblir son ennemi, le capitaine. Il voulait venger sa première défaite et son expulsion de l´aldeia avec sa famille et ses compagnons de lutte44. L’hypothèse me semble plausible. Après la mort de Bernardo de Oliveira, son frère devient l´adversaire politique de Galvão. Il y avait donc sans doute une rivalité politique entre les deux familles.

  • 45 Ibídem, p. 154.
  • 46 Arquivo Nacional. Corte de Apelação. Processo n° 707. Apud. Alveal, 2002, p. 162-165.
  • 47 Sur ces conflicts, voir Alveal, 2002, p. 152-190.

39Cependant, il ne faut pas négliger les intérêts privés en jeu, comme le montre Alveal. Pedro Galvão était un producteur rural : ses fermes étaient aménagées et ses terres cultivées. Il possédait quatorze esclaves, le seul char-à-bœuf (ou à cheval) de la région et une des 72 distilleries de Mangaratiba. Conséquence, les Indiens l´accusaient d’utiliser leur travail dans un but personnel45. Bernardo de Oliveira – présenté comme un métis accusé d’agir contre les intérêts des Indiens dans le conflit antérieur – apparaît cette fois comme le leader de ces derniers contre l’usurpateur Galvão, accusé de manipuler l’histoire des terres46. Le jugement favorable aux Indiens, renvoyant à leur ancienneté dans la région, soulignait le besoin d’assurer sa survie47.

  • 48 Silva, 1854, p. 423-439.

40Les documents nous présentent un cas typique de confrontation entre un colon et les Indiens de aldeia voulant conserver les terres et le patrimoine collectifs. Il est intéressant de voir l’apparente inversion des rôles des opposants par rapport au conflit antérieur. Bernardo de Oliveira, le métis qui éveillait l’opposition d’un groupe d’Indiens, défend maintenant les intérêts collectifs de la commune. Pedro Alexandre Galvão, son ancien accusateur, y apparaît comme l’habitant défendant ses intérêts personnels, accusé d’usurper les terres de la commune et d’essayer d’exploiter le travail des Indiens. Le plus surprenant encore est de le voir reprendre, au début du XIXe siècle, le rôle de leader indigène qui cherche à bloquer l’offensive des Blancs contre l´aldeia, comme le montrent les documents concernant ce troisième conflit48.

  • 49 Ibídem, p. 427.

41Au début du XIXe siècle, ce troisième conflit met en scène les mêmes leaders qu’en 1775. Ceux-ci, de retour dans l´aldeia, ont mobilisé les Indiens contre un autre capitaine, José de Souza Werneck, un indigène accusé de mauvaise gestion49. Cette dispute est amplement documentée, par les acteurs impliqués. Les multiples points de vue sur les épisodes montrent des disputes de plus en plus fréquentes depuis que le village est devenu freguesia (1764), entre les Indiens eux-mêmes, mais surtout contre les Blancs. Ces derniers soutenaient les leaders que les rebelles voulaient destituer. Faisant usage de violence, les Indiens ont détruit des maisons des Blancs et refuser leur autorité – ces faits apparaissant clairement dans les documents.

42Le capitaine José Werneck Sodré avait la réputation de se saoûler régulièrement et de fricoter avec les Blancs, ce qui provoqua l´ire des Indiens à son égard. Ces derniers, selon les colons et les autorités, l´auraient accusé injustement d´avoir donné des terres indigènes à des Blancs, en falsifiant certaines informations. Colons et autorités condamnent la violence des Indiens qui auraient tenté de tuer le capitaine, détruit plusieurs maisons de colons, expulsé du village des officiers nommés par le juge chargé des Indiens et se seraient déclarés clairement contre les Blancs. On note clairement, dans les documents, l’emphase donnée à un conflit d´intérêts entre les Blancs et les Indiens.

43Sept leaders du mouvement sont identifiés, parmi lesquels Manoel José, le Vieux, et ses fils Alexandre Galvão et Manoel José, le Jeune, tous acteurs des révoltes antérieures, au temps du Marquis de Lavradio. Les Indiens s’identifiaient entre eux en opposition aux Blancs et affirmaient clairement qu’ils ne permettraient pas la construction de certains types de maison, ni ne voulaient les officiers nommés par le juge et déjà expulsés. Les informations des colons ne laissent aucun doute sur l´animosité des Indiens à leur égard.

  • 50 Requerimento de Luiz da Costa e outros índios e informação do ouvidor da comarca João Barroso Perei (...)

44Le capitaine a finalement été congédié pour incompétence dans l’exercice de sa fonction, et bientôt de nouvelles discussions ont éclaté concernant l’élection de son successeur. Ces discussions révèlent clairement les divisions des Indiens en différentes factions. Pedro Motta, frère de Bernardo de Oliveira, a finalement été nommé capitaine. Quelques Indiens, parmi lesquels Manoel José (probablement, le frère de Pedro Galvão) ont été emprisonné pour avoir refusé le nouveau leader50. Sans entrer dans les détails, cet exemple montre bien la complexité des rapports entre les acteurs et l’imprécision des sources, surtout celles concernant les classifications ethniques de la période.

Considérations finales

45Dans les conflits présentés ici, les distinctions ethniques constituent d´importants outils de lutte, mettant en évidence la force politique de l’argumentation utilisée par les Indiens, les colons et les autorités. La condition d´Indien, en opposition à celle de Blancs, offrait des avantages et des inconvénients, selon les circonstances. Dans les cas abordés, il s’agit d´avantages. Les conflits révèlent la fragilité des alliances et des oppositions entre les Indiens et les colons, et la fluidité des classifications ethniques, dans la mesure où certains Indiens pouvaient circuler entre l’une et l’autre, sans forcément abdiquer de leur identité d’Indien ou cesser d’être reconnus en tant que tel.

46Il convient donc de déconstruire l’idée d´une dichotomie rigide, des intérêts nettement distincts séparant des Indiens et les colons, au XVIIIe et XIXe siècles. À l’inverse, l’importance du développement de recherches approfondies sur le profil des acteurs impliqués est évidente.

47Mais dans tous les conflits, la question d´être ou pas Indien est centrale pour légitimer une revendication de droits, les réformes de Pombal n’ayant pas réussi à abolir cette distinction, comme il l’avait proposé. La permanence de cette distinction, bien plus évidente dans les discours que dans les rapports quotidiens, servait aux différents acteurs, y compris les Indiens qui la réitéraient à leur gré.

48Il ne faut pas nier l’existence d’un conflit d´intérêts entre les Indiens et les colons, surtout quand il s’agit des terres – ce qui est évident dans les documents – mais la nuancer. Après tout, on ne peut pas nier le maintien, jusqu’au XIXe siècle, de droits et d’intérêts collectifs des communautés des indiens aldeados de Rio de Janeiro. Droits et intérêts qui étaient fortement ancrés, comme on a pu le voir, dans la terre collective qui leur a été garantie depuis l´époque coloniale. Ces droits-là et ces intérêts, il me semble, étaient fondamentaux pour garder la cohésion du groupe, cohésion qui leur permettait de continuer à défendre le caractère collectif des terres des aldeias, ainsi que le droit de continuer à exister comme communauté jusqu’au milieu du XIXe siècle.

49Métis ou Indiens, les aldeados sont arrivés à la fin des XVIIIe et XIXe siècles, en agissant à partir d’une culture politique qui, tout étant originaire d’un processus de métissage, se fondait sur l’identité indienne construite dans les aldeias. Le métissage et la reconstruction identitaire allaient de pair dans les aldeias. À mon avis, ces deux processus ne doivent pas être considérés de manière isolée, encore moins de manière à en nier l´un ou l´autre. Enfin, comme on a pu le voir, le métissage, au lieu d’effacer les identités indiennes, a contribué à les reconstruire et à les renforcer.

50Le rôle important des aldeias indigènes comme espace de reconstruction identitaire est mis en évidence, de nos jours, par quelques mouvements d’ethnogenèse du Nordeste, dans lesquels des communautés indiennes considérées comme disparues ressurgissent en affirmant leurs origines dans des aldeias missionnaires de la période coloniale. Indiens métis, devenus invisibles en fonction de circonstances politiques défavorables au XIXe siècle, ils font à nouveau entendre leur voix aujourd’hui, montrant que des métamorphoses ethniques et culturelles ne signifient pas forcément l’extinction d’identités indiennes.

Haut de page

Notes

1 Salomon, Frank et Schwartz, Stuart, “Introduction”, in The Cambridge history of the native peoples of the Americas, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, v. III, p. 1-18.

2 Monteiro, John, Tupis, tapuias e historiadores : estudos de história indígena e do indigenismo, Campinas, Thèse d´agrégation, Universidade de Campinas, 2001 ; De Jong, Ingrid et Rodríguez, Lorena (dir.), “Introducción Dossier Mestizaje, Etnogénesis y Frontera”, Memoria Americana, 2005, vol. 13, p. 9-19 ; Boccara, Guillaume, “Mundos nuevos en las fronteras del Nuevo Mundo”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, BAC - Biblioteca de Autores del Centro, 2005, Mise en ligne le 8 février 2005, consulté le 17 septembre 2012. URL : http://nuevomundo.revues.org/426.

3 Thompson, Edward P., Miséria da Teoria, Rio de Janeiro, Zahar, 1981 ; Mintz, Sidney, “Cultura : Uma visão antropológica”, Tempo, 2010, vol. 14, n° 28, p. 223-237 ; Barth, Fredrik, “Os Grupos Étnicos e suas Fronteiras”, in Lask, Tom (dir.), O Guru, o iniciador e outras variações antropológicas”, Rio de Janeiro, Contra Capa, 2000, p. 25-67.

4 Gruzinski, Serge, O PensamentoMestiço, São Paulo, Companhia das Letras, 2001 ; Boccara, Guillaume, “Mundos nuevos en las fronteras…”, cit. ; De Jong, Ingrid et Rodríguez, Lorena (dir.), op. cit. ; De la Cadena, Marisol, “Are Mestizos Hybrids ? The Conceptual Politics of AndeanIdentities”, Journal of Latin American Studies, n° 37, 2005, p. 259-284 ; Wade, Peter, “Rethinking Mestizaje : Ideology and Lived Experience”, Journal of Latin American Studies, n° 37, 2005, p. 239-257 ; Mattos, Hebe, Escravidão e Cidadania no Brasil Monárquico, Rio de Janeiro, Zahar, 2000.

5 Mattos, Hebe, Das Cores do Silêncio. Os Significados da Liberdade no Sudeste Escravista. Brasil Séc. XIX, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 1995 ; Soares, Mariza, Devotos da Cor. Identidade Étnica, religiosidade e escravidão no Rio de Janeiro, século XVIII, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2000 ; Oliveira, João Pacheco de, “Pardos, Mestiços ou Caboclos : Os Índios nos Censos Nacionais no Brasil (1872-1980)”, Horizontes Antropológicos, 1997, n° 6, p. 60-83 ; Boccara, Guillaume,“Antropologia Diacrónica. Dinâmicas culturales, processos historicos, y poder político”, in Boccara, Guillaume & Galindo, S., Lógica Mestiza en América, Temuco, Ed. Universidad de La Frontera-Instituto de Estudios Indígenas, 2000, p. 11-59.

6 Boccara, Guillaume, 2000, “Mundos Nuevos en las Fronteras ...”, cit.

7 Almeida, M. Regina Celestino, “Política Indigenista e Etnicidade : estratégias indígenas no processo de extinção das aldeias do Rio de Janeiro -século XIX, Anuario del IEHS, 2007, p. 219-233.

8 Perrone-Moisés, Beatriz, “Índios Livres e Índios Escravos : os princípios da legislação indigenista do período colonial (séculos XVI a XVIII)”, in Carneiro da Cunha, Manuela (dir.), História dos Índios no Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1992, p. 133-154.

9 Oliveira, João Pacheco de, “Uma etnologia dos ‘índios misturados’ : situação colonial, territorialização e fluxos culturais”, in A Viagem da Volta : etnicidade, política e reelaboração cultural no Nordeste indígena, Rio de Janeiro, Contra Capa Livraria, 1999, p. 11-36.

10 Almeida, M. Regina Celestino, Metamorfoses Indígenas : identidade e cultura nas aldeias coloniais do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 2003.

11 Schwartz, Stuart, “The Formation of Colonial Identities in Brazil”, in Canny, Nicholas et Pagden, Anthony (dir.), Colonial Identity in the Atlantic World 1500-1800, Princeton, Princeton University Press, 1987, p. 15-50.

12 Almeida, M. Regina Celestino, 2003, op. cit.

13 Idem.

14 Goldschmidt, Eliane M. R, Casamentos Mistos : liberdade e escravidão em São Paulo colonial, São Paulo, Annablume, 2004 ; Pontarollo, Fabio, Os Condenados ao Degredo Interno no Brasil do Século XIX, Rio de Janeiro, Apicuri, 2010 ; Paiva, Adriano Toledo, Os Indígenas e os Processos de Conquista dos Sertões de Minas Gerais (1767-1813), Belo Horizonte, Argumentum, 2010 ; Castelnau L'Estoile, Charlotte de, “‘Os Filhos Obedientes da Santíssima Igreja’ Escravidão e Estratégias de Casamento no Rio de Janeiro do início do século XII”, in Cottias, Myriam et Mattos, Hebe (dir.), Escravidão e subjetividades : no Atlântico luso-brasileiro e francês (Séculos xvii-xx), Marseille, OpenEdition Press, 2016. Disponible en ligne, consulté le 15 juin 2016. URL : http://books.openedition.org/oep/778.

15 Almeida, M. R. Celestino et Ortelli, Sara, “Atravesando fronteras. Circulación de población en los márgenes iberoamericanos. Siglos XVI-XIX”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos. Biblioteca de Autores del Centro, mis en ligne le 31 janvier 2011, consulté le 27 septembre 2012. URL : http://nuevomundo.revues.org/60702.

16 Weber, Max, “Relações Comunitárias Étnicas”, in Economia e Sociedade, Brasília, Editora da Universidade de Brasilia, 1994, p. 267-277 ; Almeida, M. R. Celestino, 2003, op. cit.

17 “Diretório que se deve observar nas povoações dos índios do Pará e Maranhão enquanto Sua Majestade não mandar o contrário”, in Moreira Neto, Carlos de A, Índios da Amazônia. De Maioria a Minoria (1750-1850), Rio de Janeiro, Vozes, 1988, p. 170.

18 Mattos, Hebe, 1995, op. cit. ; Soares, Mariza, op. cit.

19 “…manchando com este casamento o seu sangue e fazendo-se por esta causa indigno de exercer o posto de capitão-mor… “Baixa que deu el rei a um índio capitão-mor por se haver casado com uma preta.1771”, in Silva, Joaquim N. de S., “Memória Histórica e Documentada das Aldeias de Índios do Rio de Janeiro”, Revista do Instituto Histórico e Geográfico do Brasil, 1854, vol. XV, p. 462.

20 Resende, M. Leônia C., Gentios Brasílicos. Índios Coloniais em Minas Gerais Setecentista. Campinas, Unicamp, Thèse, 2003.

21 Almeida, 2007, op. cit.

22 Cohen, Abner, “Organizações Invisíveis : alguns estudos de caso”, in O Homem Bidimensional. A Antropologia do poder e o simbolismo em sociedades complexas, Rio de Janeiro, Zahar, 1978, p. 115-147.

23 Schwarcz, Lilia, O Espetáculo das Raças. Cientistas, Instituições e Questões Raciais no Brasil, 1870-1930, São Paulo, Companhia das Letras, 2001 ; Carneiro da Cunha, Manuela, “Política Indigenista no Século XIX” in História dos Índios no Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1992, p. 133-154.

24 Le Règlement des Missions de 1845 et la Loi des Terres de 1850, complétée par le règlement de 1850, renforcent les directives du Directoire sur deux aspects : ils soutiennent la politique d´assimilation et ils continuent à garantir le droit des Indiens aux terres collectives tant qu´ils n´ont pas atteint le stade dit de civilisés. À ce sujet,voir : “Regulamento acerc das Missões de catequese e civilização dos Índios”, in Beozzo, José Oscar, Leis e Regimento das Missões, São Paulo, Loyola, 1983, p. 169, p. 174 ; Carneiro da Cunha, Manuela (dir.), Legislação Indigenista no Século XIX : uma compilação, São Paulo, Edusp, 1992, p. 223.

25 Les Indiens étaient considérés comme incapables de gérer leurs propres biens, donc les Juges des Orphelins, entre 1833 et 1845, étaient chargés de la gestion des actifs des aldeias, en particulier les baux de leurs terres que doivent revenir aux Indiens. Sur ce sujet, voir Carneiro da Cunha, 1992, op. cit., p. 148.

26 Ces documents trouvés dans lês archives : Arquivo Público do Estado do Rio de Janeiro (APERJ), Fundo Presidência da Província; Arquivo Nacional, Série Interior : Negócios de Províncias e Estados e Negócios Políticos; Série Agricultura: Terras Públicas e Colonização et Série Justiça, Magistratura e Justiça Federal.

27 Le croisement des informations de différents documents montrent les controverses relatives aux classifications ethniques. Dans certains cas, celles-ci apparaissent sur un seul et même document qui, tour à tour, parle de la présence et de la disparition des Indiens dans un endroit. Sur cette question, consulter Almeida, 2007, op. cit.

28 Freguesia est une division administrative correspondant au territoire d´une paroise. Avec la loi de Pombal, les aldeias indigènes ont été transformées en freguesias.

29 Sur l’aldeia de São Francisco Xavier de Itaguaí, voir Almeida, 2003, op. cit. ; Almeida, 2007 op. cit ; sur l’aldeia de Valença, voir Lemos, Marcelo, O Índio virou pó de café ? A resistência indígena frente à expansão cafeeira no Vale do Paraíba, Rio de Janeiro, Paco Editorial, 2016.

30 Sesmeiro : celui qui recevait des terres directement de la Couronne Portugaise sous le régime de sesmaria em vigueur durant toute la période coloniale. Voir à ce propos : Faria, Sheila de Castro, “Sesmarias”, in Vainfas, Ronaldo (dir.) Dicionário do Brasil Colonial (1500-1800), Rio de Janeiro, Objetiva, 2000, p. 529-531.

31 Les exemples cites sont complexes et ne peuvent pás être détaillés ici. Consulter à ce propos : Almeida, 2007 ; op.cit ; Almeida, M. Regina Celestino, “Os Índios no Tempo da Corte. Reflexões sobre política indigenista e cultura política indígena no Rio de Janeiro oitocentista”, Revista USP, 2009, n° 79, p. 95-105 ; Lemos, 2016, op. cit.

32 Alveal, Carmen Margarida Oliveira, História e Direito : Sesmarias e Conflito de Terras entre Índios em Freguesias Extramuros do Rio de Janeiro (Século XVIII), Dissertação de Mestrado, Rio de Janeiro, UFRJ, 2002.

33 Arquivo Nacional. Corte de Apelação. Processo n° 3891. Alveal, 2002, p. 123-151.

34 La documentation sur ces conflits est publiée par Silva, Joaquim Norberto de Souza, op. cit., p. 421-439.

35 Silva, 1854, p. 195-196.

36 Almeida, 2003, p. 172, 206 ; Almeida, 2007, p. 229.

37 Alveal, 2002. p. 129-130.

38 Silva, 1854, p. 421-439.

39 Idem.

40 Representação de muitos indios em 1775, in : Silva, op.cit., p. 421-423.

41 Alveal, 2002, p. 123.

42 Arquivo Nacional. Corte de Apelação. Processo n° 3891 apud ; Alveal, 2002.

43 Alveal, 2002.

44 Ibídem, p. 183.

45 Ibídem, p. 154.

46 Arquivo Nacional. Corte de Apelação. Processo n° 707. Apud. Alveal, 2002, p. 162-165.

47 Sur ces conflicts, voir Alveal, 2002, p. 152-190.

48 Silva, 1854, p. 423-439.

49 Ibídem, p. 427.

50 Requerimento de Luiz da Costa e outros índios e informação do ouvidor da comarca João Barroso Pereira em 17 de março de 1807, Silva, 1854, p. 438-439.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Regina Celestino de Almeida, « Relations interethniques et métissages dans les aldeias indigènes de Rio de Janeiro : classifications ethniques et luttes politiques (XVIIIe et XIXe siècles) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 11 décembre 2017, consulté le 22 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/71668

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page