Navigation – Plan du site
Aude Argouse

Rosario Navarro Gala, El libro de protocolo del primer notario indígena (Cuzco, siglo XVI). Cuestiones filológicas, discursos y de contacto de lenguas

Madrid, Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert, 2015, 442 p.
Référence(s) :

Rosario Navarro Gala, El libro de protocolo del primer notario indígena (Cuzco, siglo XVI). Cuestiones filológicas, discursos y de contacto de lenguas, Madrid, Frankfurt am Main, Ibero Américana-Vervuert, 2015, 442 p.

[10/12/2017]

Texte intégral

  • 1 Il est délicat de traduire le mot “escribano” en français. Il s’agit à la fois d’un notaire, qui ré (...)

1Pour les lecteurs assidus des travaux de l’historienne Kathryn Burns à propos de la culture écrite et notariale de Cuzco, la publication en 2015 du livre de Rosario Navarro Gala, que nous présentons ici, était une belle surprise. En effet, la seconde partie de l’ouvrage est une transcription de ce qu’il reste du registre de Pedro Quispe, secrétaire-notaire1 du chapitre de la paroisse de Nuestra Señora de la Purificación dans la ville de Cuzco, au Pérou. C’est probablement l’un des registres les plus anciens correspondant à un escribano indien dans cette région, écrit au cours de la décennie 1580. Seuls 81 documents notariés ont été conservés, avec une pagination qui laisse penser qu’une bonne partie des registres a été égarée, en tout cas séparée du reste. Les conditions de conservation des archives notariées, durant plus de quatre siècles, peuvent expliquer cette fragmentation des minutiers. Il faut rappeler aussi l’usage qui peut avoir été fait des papiers, pour fabriquer des cartouches ou servir d’emballages, laissant souvent dans un drôle d’état ces fonds si précieux à l’histoire sociale et culturelle.

2Le livre est divisé en deux grandes parties: la première –sur laquelle nous avons de nombreuses réserves– consiste d’abord en une contextualisation historique du registre de Pedro Quispe. Elle contient ensuite une description organique des documents, avec un éclairage sur l’acte testamentaire et ses origines européennes. Enfin, dans sa proposition la plus aboutie, cette première partie offre une analyse lingüistique des documents. Cette analyse montre que les actes font état de la présence de personnes indiennes d’origines variées et parfois éloignées de Cuzco (comme par exemple Juan Chaua Halla, indien Hacarí, originaire de l’actuelle Colombie, p. 250). Le livre corroborerait les affirmations de l’historien Alejandro González Acosta, à savoir la participation d’Indiens mexica à la reconstruction de la ville de Cuzco au XVIe siècle. La seconde partie est consacrée à la transcription philologique des documents.

3L’ouvrage, qui vient compléter un autre travail de transcription de l’auteure, La “Relación de antigüedades deste Reyno del Pirú”: Gramática y discurso ideológico indígena, publiée chez le même éditeur en 2007, donne par conséquent à connaître une riche documentation permettant de mieux comprendre l’apprentissage de la langue espagnole par les populations indiennes des Andes, les mobilités au sein des territoires sous domination hispanique ainsi que l’usage du droit par les notaires indiens et l’acquisition d’une culture juridique par les populations indigènes.

4En effet, la langue des notaires du Pérou est l’espagnol et jusqu’à ce jour aucun registre d’écriture publique n’a fait état d’actes notariés en langues vernaculaires, comme c’est le cas au Mexique par exemple. Le registre de Pedro Quispe ne déroge pas à cette norme et l’étude lingüistique et philologique proposée par Rosario Navarro Gala, dans la première partie de l’ouvrage, permet à l’auteure d’affirmer qu’il y a de nombreuses interférences entre les langues: certains actes ont pu ainsi être dictés par des disposants maniant plus ou moins bien les deux registres, espagnol et quechua. Il peut s’agir de Pedro Quispe lui-même, mâtinant son castillan de mots indigènes à défaut d’une traduction ou d’une équivalence satisfaisantes. Ainsi, le surgissement au sein du lexique notarié qui a cours dans les Andes de mots comme “lliclla”, “chácara” ou “cumbe” les rend, à l’usage, parfaitement compréhensibles pour les Espagnols et les non-Indiens. Le registre du notaire indien représente donc une zone de contact lingüistique dotée d’un champ lexical propre qui doit être susceptible d’interprétation par tous. R. Navarro Gala s’appuie sur la présence “d’Indiens hispanisés” en même temps que celle “d’Espagnols indianisés” pour faire valoir ce répertoire juridique mixte.

5Il est dommage cependant que l’étude ne prenne pas davantage en compte les diverses manipulations et mutations du registre afin de déterminer qui avait pu y avoir accès aussi bien lors de sa confection que par la suite, afin de poursuivre dans cette voie d’analyse du registre notarié comme répertoire lingüistique partagé entre Indiens et non Indiens. A cet égard, l’affirmation de l’auteure selon laquelle “les disposants de plusieurs documents qui font partie du minutier de Pedro Quispe ne connaissaient pas le castillan et l’escribano traduisait directement sans signaler cette circonstance” (p. 179) montre les limites de l’analyse lingüistique dépourvue d’une réflexion historiographique approfondie sur l’histoire de ces documents et les pratiques de traduction, en dépit d’un effort de contextualisation historique du corpus présenté.

6On peut effectivement gager que l’absence d’interprète ne signifie pas qu’il n’y a pas eu traduction d’une parole orale dictée en quechua vers l’espagnol. Mais on peut difficilement croire que l’acte aura été compris par le disposant sans l’intervention d’un interprète ou d’une personne exerçant une telle autorité. En effet, la lecture de l’acte au disposant est, en principe, une condition de sa validation. L’affirmation de l’auteure, qu’elle reconnaît d’ailleurs ne reposer sur rien, ne semble donc pas correspondre aux exigences légales, sauf à considérer le lien social existant entre le notaire et les disposants et qui peut expliquer cette autorité du notaire, tant pour produire des actes authentiques que pour servir éventuellement d’interprète. Il est alors tout à fait regrettable que R. Navarro Gala ne prenne pas suffisamment en compte les apports et analyses de Gabriela Ramos, Kathryn Burns ou Carolyn Dean à propos de Pedro Quispe, et notamment le livre Into the Archive. Writing and Power in Colonial Peru de K. Burns. Publié en 2010, ce livre propose une étude historiographique des conditions de travail du notaire Pedro Quispe, et en particulier sur son entourage judiciaire: les actes qu’il produit ont souvent vocation à servir de preuves. Au vu du type d’actes conservés, K. Burns avance qu’il ‘passait sûrement une partie de son temps à l’hôpital, entouré de prêtres et de mourants” puisque, quelques années plus tard, il travaillait aux côtés du Juez de Naturales, un magistrat espagnol affecté aux affaires indiennes (p. 50). La variété de sa clientèle reflète ainsi l’importance qui lui est accordée dans la société cuzquénienne et l’autorité politique qui lui est conférée en tant que membre viager du cabildo, à savoir un organe juridictionnel.

7Il faut aussi rappeler que Guaman Poma faisait de l’escribano un chat, dans son dessin des animaux qui entourent un “pauvre indien” [f. 708 de la Nueva Corónica y Buen Gobierno], et que cet animal représente avant tout l’individualisme, l’avarice et le profit. En raison de la confiance qui entoure l’acte authentique, l’intervention d’un éventuel interprète légitime est par conséquent un paramètre important dans l’analyse des circonstances des actes notariés produits dans des régions où une partie de la population ne maîtrise pas la langue du droit. Sur ce point, les analyses de Yanna Yannakakis sur l’intelligibilité du droit castillan dans les Andes et surtout les travaux de Gertrudis Payàs, sur la médiation linguistique culturelle dans le Chili colonial et en Nouvelle Espagne, apportent de précieux éléments qui viennent utilement éclairer les réflexions de R. Navarro Gala. On peut retenir en particulier l’idée développée par G. Payás des traductions comme lieu d’intersection et de négociation des identités. Ainsi, dans le livre de R. Navarro Gala, l’acte notarié apparaît comme le lieu d’une conscience de soi exprimée par un champ lexical spécifique imbriqué dans les formes juridiques requises.

8La première partie accorde ensuite une place de choix à l’acte testamentaire pour la simple raison qu’il est majoritaire parmi les documents reproduits (32/81). Cependant, si l’auteure prend soin de rappeler les origines européennes et en particulier du droit romain de l’acte testamentaire, en s’appuyant sur les travaux de José Bono [1979], rien n’est dit sur son usage dans les Andes. Aucune référence n’est faite, par exemple, aux travaux de Matthew Restall et Susan Kellogg [Dead Giveaways: Indigenous Testaments of Colonial Mesoamerica and the Andes, Salt Lake City: University of Utah Press, 1998] ; de Jacques Poloni-Simard [La mosaïque indienne. Mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 2000] ; de Ana María Presta [“De testamentos, iniquidades de género, mentiras y privilegios: Doña Isabel Sisa contra su marido, el cacique de Santiago de Curi (Charcas, 1601-1608)” dans Flores Espinoza et Varon Gabai (Dir.), El hombre y los Andes. Homenaje a Franklin Pease, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2002; “Redes de tinta y poder. Escribanos, clero e indígenas en la ciudad de la plata, siglos XVI-XVII”, Anuario de Estudios Bolivianos, Archivísticos y Bibliográficos, n°19, Sucre, 2013, p. 351-372] ; de Frank Salomon [“Indian Women of early colonial Quito as seen through their testaments”, The Americas, 1988, XLVI, 3, p. 325-341] ; ou même de Tamar Herzog [“Los escribanos en las Américas: entre memoria española y memoria indígena”, dans El nervio de la República. El oficio de escribano en el Siglo de Oro, Enrique Villalba et Emilio Torné (eds.), Madrid, Calambur, 2010, p. 337-350].

9La diffusion d’un savoir juridique, en partie par la circulation de livres attestée dans les travaux de Pablo Rueda Ramírez, préoccupe davantage l’auteure que celle de la pratique testamentaire en tant que lexique juridique appliqué à la mémoire et à la transmission. Comme l’ont montré les auteurs précités, cette pratique reposerait, d’une part, sur le mimétisme entre escribanos indiens et espagnols, usant de leurs registres comme archives pour reproduire techniquement les actes juridiques, et, d’autre part, sur la conviction acquise par les disposants de l’utilité d’avoir recours à l’escribano. En ce sens, il eût été intéressant d’analyser la pratique de transmission des biens dans le cadre de Cuzco dès la fin du XVIe siècle, à travers une perspective sociologique des 33 disposants (sur 32 actes testamentaires, 13 sont faits par des hommes, 18 par des femmes et 1 par un homme et une femme dans un testament mancomunado).

10Dans les actes retranscrits dans la seconde partie de l’ouvrage, l’intervention de l’alcade du cabildo est indispensable dans les ventes, ce qui n’est pas le cas du testament, acte volontaire par excellence –ce que l’auteure retient à travers la notion de distance de communication. Il serait par conséquent intéressant de connaître davantage les figures qui entourent l’escribano Pedro Quispe (alcades, caciques, curés, entre autres), les liens qu’ils entretiennent avec les disposants et leur éventuelle présence lors de la confection de l’acte. Celle-ci se fait généralement en plusieurs temps: par une prise de notes des paroles du disposants puis par leur mise par écrit sous la forme extensive et enfin avec la restitution par la lecture orale –accompagnée ou non d’une traduction— pour que le disposant valide l’acte. La structure de l’acte testamentaire reflète cette procédure par l’alternance entre le “je” de l’escribano et celui du disposant, le tout étant “passé devant moi”, s’agissant de l’escribano. Sur ce point l’auteure insiste, avec raison, sur la nécessité de procéder à l’analyse discursive du testament au niveau de ses clauses, et non seulement à celui de l’ensemble de l’acte. De plus, l’auteure identifie plusieurs graphies et la présence d’escribientes –c’est-à-dire des individus qui travaillent auprès de l’escribano et rédigent le corps des actes– maniant plus ou moins bien le castillan. Le travail de R. Navarro Gala renforce par conséquent l’idée, déjà avancée par K. Burns, de l’assimilation, dès les années 1580, de l’Ars Dictaminis, propre aux actes nuncupatifs, ainsi que de l’existence de points de convergence lingüistique entre locuteurs espagnols et locuteurs quechuaphones convoqués pour la rédaction des actes notariés dans les Andes coloniales.

11C’est surtout à la seconde partie de l’ouvrage que ce livre doit donc son plus grand mérite. La transcription philologique de documents notariés est un exercice particulièrement minutieux, laborieux et surtout généreux puisqu’il consiste à mettre à disposition des lecteurs un document qui se rapproche le plus du manuscrit, en respectant ses formes tout restant lisible. La reproduction, en fin d’ouvrage, d’une photographie de l’un des documents manuscrits permet de montrer l’état de conservation des actes et la graphie du notaire Quispe.

12La mise à disposition de ce corpus précédé de son étude linguistique et philologique vient compléter les publications telles que Testamentos coloniales chilenos de Raïssa Kordic [Étude préliminaire de Cedomil Goic, Madrid / Frankfurt, Iberoamericana/Vervuert 2005], ceux de Manuel Contreras Seitz et Maura Salvo Epullanca [Memoria Documental en Textos chilenos del período colonial, 3 vols., Saarbrücken, Editorial Académica Española, 2013] et ceux précités de Gertrudis Payás, entre autres. Sa publication montre aussi qu’il est de plus en plus nécessaire d’avoir recours à des équipes de recherche pluridisciplinaires pour analyser ces corpus documentaires, associant des compétences historiographiques, lingüistiques, anthropologiques, juridiques et, bien sûr, diplomatiques. Espérons enfin que cette nouvelle publication sur les documents notariés dans les Andes puisse retenir l’attention de l’historiographie européenne sur ces mêmes questions, foisonnante mais pas assez tournée, semble-t-il, vers les pratiques notariales hors territoires métropolitains.

Haut de page

Notes

1 Il est délicat de traduire le mot “escribano” en français. Il s’agit à la fois d’un notaire, qui rédige des actes authentiques, et d’un greffier associé à un tribunal, en l’occurrence le cabildo où exercent les alcades.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Rosario Navarro Gala, El libro de protocolo del primer notario indígena (Cuzco, siglo XVI). Cuestiones filológicas, discursos y de contacto de lenguas », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/71783

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page