Navigation – Plan du site
Pilar Lopez-Bejarano

« Hommes fainéants et indolents, femmes dissolues… » Paresse et travail à Santa Fe de Bogota (Nouvelle Grenade), XVIIIe siècle

Thèse soutenue à l’EHESS, Paris, le 27 juin 2007. Directeur de Thèse : Juan Carlos Garavaglia. Membres du Jury : Arlette Farge, Simona Cerutti, Zacarias Moutoukias, Jean Piel, Hermes Tovar Pinzon
[14/09/2007]

Résumés

Cette recherche explore, pour la ville de Santa Fe de Bogota (Nouvelle-Grenade), différents aspects de la problématique historique des rapports de travail et des jugements de paresse adressés à la population tout au long du XVIIIe siècle. L’étude propose ainsi une approche locale et urbaine des Réformes du XVIIIe siècle (Reformas Borbónicas), en articulant différentes échelles qui vont de la position générale des colonies dans l’empire ibérique, aux formes particulières de travail des habitants de la ville. La perspective adoptée a pour fondement une conception de l’interaction sociale centrée sur les pratiques ; sur les tensions, accords et désaccords qui définissaient -dans son déroulement- des équilibres de pouvoir caractéristiques. Il s’agit, notamment, d’une dynamique sociale métisse qui exprime autant les ambiguïtés d’une configuration sociale composite, que les conséquences d’une colonisation d’ancien régime.

Haut de page

Texte intégral

À propos de cet extrait

1Faire une présentation d’une Introduction semble certes redondant. Nous tenons, pourtant, à exprimer quelques considérations générales permettant au lecteur, nous semble-t-il, de se faire une idée plus précise de cette thèse. C’est à ce titre que nous ajoutons ici quelques mots préliminaires.

2Plus qu’une étude sur le travail et la paresse, il s’agit d’une étude à partir du travail et de la paresse. A chaque chapitre, notre regard s’ouvre sur différents aspects de la vie sociale, économique et politique de la ville. Plus qu’une thématique particulière, ce qui nous a questionné davantage, ce sont les rapports sociaux dévoilés : leur complexité, leurs interconnexions dans le « jeu » propre de pratiques diverses, entrecroisées, simultanées et sans délimitations précises ; où tout ce qu’il y a de circonstanciel et d’aléatoire peut trouver sa place à côté des structures institutionnelles de contrainte.

3Articulé selon cette caractéristique de recherche, ce texte est loin de constituer une thèse monographique : il ne s’agit pas du traitement complet et exhaustif d’un sujet ni d’un corpus documentaire délimité et homogène. La monographie, par principe, s’oriente vers une écriture conclusive (tout ce que l’on peut dire à propos d’un sujet). Cette thèse, au contraire, met l’accent sur une perspective appliquée à un horizon ample de sujets ; démarche qui donne, nécessairement, une écriture vouée au cycle, aux reprises sous un autre jour, puisque une approche illumine l’autre ou, inversement, une difficulté met en question une précédente affirmation. Dans cette dynamique, nous sommes devenus très attentifs aux nuances, aux mouvements de sens, à leurs glissements, et cela aussi bien dans notre propre pratique d’écriture historique que dans les processus que nous nous sommes proposés d’étudier.

4 C’est en considérant ces repères d’ensemble que nous vous invitons à lire les pages qui suivent.

I. La paresse et le travail : les mots, les sens, les pratiques

Les dictionnaires

5Il suffit d’ouvrir un dictionnaire (courant, historique ou ancien) pour se trouver devant un constat presque banal : l’opposition entre les termes paresse et travail. Cette opposition – aujourd’hui évidente – loin d’avoir toujours existé, est le résultat d’un long processus historique. Or, savoir ce qu’on est en train de dire lorsqu’on dit (ou disait) « travail » ou « paresse », « industrie » ou « fainéantise », « vagabondage » ou « labeur », ne va pas de soi. Les définitions que nous allons examiner brièvement, n’ont pas d’autre prétention que celle d’éveiller notre curiosité, stimuler des interrogations, tout en définissant les termes que nous utiliserons au cours de cette étude.

6Du point de vue sémantique les dictionnaires mettent en évidence certains aspects des mots paresse et travail que nous voudrions souligner. Premièrement : il s’agit d’univers de signification plutôt que de mots isolés, situation que nous envisageons avec toutes les ambiguïtés que cela implique. Deuxièmement : il est possible de lire dans des acceptions – fixées par l’écriture et la volonté de définition – des indices d’une évolution sociale qui implique non seulement les deux termes, mais qui va les souder tout au long de leur histoire.

7Commençons par la paresse. Parler de paresse c’est évoquer une quantité de termes qui lui sont associés : oisiveté, fainéantise, négligence, apathie, nonchalance, « tristesse » (tristeza), errance, vagabondage, langueur, ennui, laisser-aller, parasitisme, dégoût, inaction, inertie, lenteur, indifférence, indolence, abandon, aboulie, mollesse, inutilité1. La proximité d’univers sémantiques tend à entrecroiser toutes ces notions. Quelques précisions concernant la proximité et la distance entre quelques-uns de ces mots éclaireront notre étude. La définition actuelle de « paresse » relève fondamentalement d’une attitude face à une action déterminée, avant ou pendant sa réalisation. Le dictionnaire de la Real Academia définit la paresse comme : « 1. Négligence, ennui ou nonchalance dans les choses que nous sommes obligés de faire. 2. Langueur, nonchalance ou lenteur dans les actions ou mouvements»2. Nous pourrions donc dire qu’il s’agit d’une attitude face à l’action : on éprouve de la paresse à faire une chose que l’on doit faire ou que l’on veut faire.

8Sur ce point, une différence se présente avec un autre terme que nous trouvons communément associé, celui de « vagabondage » ou « errance ». Le vagabondage est justement le non compromis, l’absence d’obligation. Dans l’étude de l’Amérique Ibérique, cette différence acquiert un sens précis. L’errance était un délit pouvant entraîner une sanction pénale : les errants étaient exilés, enfermés ou condamnés aux travaux forcés. La paresse, elle, était condamnée comme une attitude négative, comme une faute, mais ne constituait pas un délit. A cela s’ajoute que le fait d’être errant correspondait à un statut, une place dans la société, alors que tout le monde pouvait être paresseux.

9Dans la même optique, il est nécessaire d’établir certaines différences entre paresse et oisiveté. En premier lieu, le sens actuel de ocio (loisir) en langue espagnole (compris comme utilisation du temps libre, comme récréation) n’a pas été trouvé dans les documents de l’époque, c’est une acception plus moderne.

10Pour les dictionnaires de l’époque, l’oisiveté garde ses distances avec la paresse. Quand il s’agit de donner une définition de ocio (oisiveté), l’accent est mis sur l’inactivité ; comme pour le vagabondage, dans une définition du XVIIe siècle : «celui qui ne s’occupe à rien »3, aussi bien que dans une définition du XVIIIe siècle : « la personne qui reste sans travailler ou sans faire quoi que ce soit »4. Tandis que la paresse est précisée, dans les mêmes dictionnaires, en relation à une activité5. Cela dit, en suivant de près les documents, nous pourrions considérer la paresse et l’oisiveté comme des synonymes. En effet, paresse et oisiveté sont deux expressions équivalentes ou utilisées alternativement sans intention de marquer un changement de sens. Puisque l’intérêt de notre recherche est avant tout d’établir des relations liées aux accusations de paresse, nous garderons l’affinité des deux termes dans l’usage, plutôt que la différence du dictionnaire.

11Dans la définition précédente de l’oisiveté, celle du XVIIIe siècle, remarquons l’allusion explicite au travail : « personne qui reste sans travailler » par opposition à celle du XVIIe siècle : « celui qui ne s’occupe à rien » et qui ne fait aucune allusion au travail. Nous rencontrons la même évolution dans une autre expression très employée dans les documents de l’époque : fainéant (holgazán). Le dictionnaire de Cobarrubias, XVIIe siècle- définit le fainéant comme : « mou, paresseux, lent dans ce qu’on lui demande de faire, qu’il fait ensuite avec dégoût et en rechignant »6. De son côté, le Diccionario de Autoridades, XVIIIe siècle, rend explicite la relation au travail : « Le vagabond, flâneur (haragán), oisif qui ne veut pas travailler», et il ajoute une citation renforçant le sens : « Et il se trouve que Dieu ne commande pas de fainéanter dans la vie mais de travailler »7.

12Une autre différence notoire entre les acceptions des dictionnaires du XVIIe et du XVIIIe siècle, est la définition de la paresse en tant que péché : Si dans Cobarrubias, la paresse est : « La mollesse et la langueur pour faire quelque chose »8 – sans autre connotation ou explication – ; dans le Diccionario de Autoridades, cette même paresse est définie comme : « Négligence, ennui ou nonchalance dans les choses que nous sommes obligés de faire. C’est un des péchés capitaux. [...]. Pris dans le sens de mollesse, nonchalance ou négligence à faire quelque chose. [...]. On emploie aussi lenteur ou lourdeur dans les actions ou les mouvements. [...]. Paresseusement : lentement, de mauvaise grâce »9. La définition est plus précise, et elle comporte un détail important : la paresse devient un des péchés capitaux, considération absente dans la définition de Cobarrubias. Nous reviendrons sur cette évolution de la paresse en tant que « péché capital » (chap. 2). Disons, au demeurant, que quand on parlait de péché cela ne correspondait pas toujours et exclusivement au domaine religieux. Nous trouvons fréquemment l’expression de « péché » dans les procédures judiciaires faisant allusion à une faute ou délit. Acception que le Diccionario de Autoridades, par exemple, signale clairement : « pécher, faute à la loi de Dieu et ses préceptes. Équivaut également à toute faute face à n’importe quelle obligation, face à tout ce qui est juste et dû, aux règles de l’art ou de la politique. Pécher signifie aussi tout excès dans tous les domaines »10. Dans cette acception le péché et la faute sociale se confondent. Par la suite, et nous pouvons imaginer que c’est un résultat de l’usage dans le langage courant, le dictionnaire signale que l’expression « estar en pecado » (être en état de péché) signifie aussi, tout simplement être en désaccord ou éprouver de l’inimitié pour quelqu’un11.

13Les définitions antérieures mettent en évidence que les mots paresseux, oisif et fainéant ont modelé leur sens avec le temps. Il s’agit d’un processus qui les oriente, de manière de plus en plus explicite, vers des valeurs opposées au travail, en même temps que leur rapport au péché (faute religieuse et sociale) s’accentue. Cela nous amène tout naturellement à la transformation concomitante de la notion de travail, évidente, elle aussi, dans les définitions des dictionnaires.

14L’univers sémantique du mot travail est aussi large que celui de la paresse12. Les termes associés en tant que synonymes : labeur, œuvre, action, industrie ; gardent la trace de leur évolution historique. Jusqu’à l’époque classique le mot travail exprimait couramment l’idée de tourment, de peine, de fatigue (le tripalium, origine du mot travail, désigne une machine à trois pieds, utilisée communément comme instrument de torture)13. C’est seulement au XVIe siècle, que « travail » – dans le sens d’activité quotidienne permettant de subsister – remplace définitivement, dans l’usage, les plus anciens : « labeur » et « œuvre ». Les trois mots vont se rapprocher au point d’effacer les différences de leurs sens originels14. C’est le moment où la notion de paresse commence à s’opposer à celle de travail, signalant, dans ce tournant simultané, l’étroite corrélation entre ces deux termes.

15Le rapprochement entre « industrie » et « travail » se fait plus tard, à partir du XVIIIe siècle. Nous apprenons ainsi que pour le dictionnaire de Cobarrubias (1611) l’« industrie » était uniquement l’adresse ou la dextérité avec laquelle une personne faisait une chose avec « moins de travail »15-. Au XVIIIe siècle le dictionnaire d’Autoridades fait référence à l’adresse ou connaissance dans un art16 et c’est seulement en 1822 que le dictionnaire de la Real Academia définit l’industrie comme « l’occupation ou travail dans l’agriculture, les usines, les arts mécaniques ou le commerce »17. Mais déjà l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, rendait compte des deux sens que nous trouvons plus couramment dans les documents de la fin du XVIIIe et début du XIXe siècle : « Ce mot signifie – dit l’article de l’Encyclopédie – deux choses, ou le simple travail des mains, ou les inventions de l’esprit en machines utiles, relativement aux arts, aux métiers ; l’industrie renferme tantôt l’une, tantôt l’autre de ces deux choses et souvent les réunit toutes les deux »18. Nous reviendrons sur les processus qui laissent entendre ces transformations dans les définitions des mots.

16Les différentes inflexions de la conception de la paresse (et des notions associées), ainsi que de la conception du travail (et des notions associées) nous donnent donc un point de départ. Nous réalisons combien dire « travail » ou « paresse » pour évoquer les activités et les comportements des habitants d’une ville au XVIIIe siècle, ne va certes pas de soi. Si les dictionnaires nous permettent de comprendre les sens anciens et actuels de certains mots, il est aussi certain que ce ne sera pas dans les dictionnaires que nous allons trouver les réponses précises à nos questions. C’est pourquoi nous considérerons ces notions, non seulement comme des termes chargés de significations, mais en tant que références à des activités, des actions ou des attitudes dans un contexte particulier.

17Chaque fois que le travail ou la paresse sont évoqués dans les documents historiques sur lesquels nous nous fondons, nous découvrons des attitudes précises, qui se rapportent à des personnes en interaction, au cœur de cadres normatifs, institutionnels, mais aussi informels et quotidiens. En suivant cette voie, nous nous recentrons ainsi sur les pratiques de travail et de non-travail que les documents nous proposent pour la ville de Santa Fe. Nos possibilités de les connaître, ainsi que nos limites, dépendent autant des sources à notre disposition que des questions que nous décidons de leur poser, c'est-à-dire, de ce que nous choisissons de regarder et de comprendre, dans l’univers – à la fois inépuisable et limité – des documents d’archives. Dans cette perspective, le premier problème qui se pose est de reconnaître – et de préciser – la nature des sources utilisées.

Les sources

18La plupart des documents dont nous disposons, pour la période considérée, proviennent de l’administration royale, et des démarches qu’elle rendait nécessaires. D’un côté la justice : lois, procédures civiles et criminelles, réclamation de droits, réclamation de testaments, etc. D’un autre côté l’administration générale de la ville : réglementations de la vie en communauté, réglementation du travail, recensements, arrêts et dispositions d’ordre urbain, etc. Ces derniers spécialement nombreux au XVIIIe siècle à cause du renouvellement de l’administration royale. Des études sur l’administration ibérique coloniale, notamment celles qui s’intéressent à l’histoire sociale du droit19, mettent en évidence la place centrale de la dynamique juridique d’ancien régime dans le jeu social, nous rappelant son rôle régulateur de la vie quotidienne, ainsi que son principe d’action issu des pratiques (procédures) et des traditions (ce que l’on fait par habitude). C’est, donc, à partir de ces perspectives que nous allons voir dans les textes judiciaires, juridiques et administratifs qui sont arrivés jusqu’à nous, des expressions nous permettant de retrouver des indices, des empreintes, des manières habituelles de faire des individus, en l’occurrence, de certaines pratiques et relations de travail.

19Autrement dit, nous prenons les documents administratifs et de justice en tant que révélateurs de pratiques sociales, d’espaces de relations et d’interactions sociales. D’un certain point de vue, ces textes pourraient nous sembler limités, ils répondent aux exigences d’un contexte précis et ne montrent qu’un aspect ponctuel des relations sociales. S’il est certain que toute trace écrite est produite dans un contexte et pour un but précis, il est aussi vrai que tout document « parle » d’autre chose et pas seulement de ses intentions immédiates et spécifiques20. De la sorte, les différentes voix que ces documents nous laissent entendre, nous permettent de nous rapprocher de la dynamique sociale dans laquelle ces expressions avaient cours ; elles nous offrent une lecture du tissu relationnel d’individus ou de groupes humains impliqués dans telle ou telle situation.

20Outre les documents produits par les démarches administratives, nous avons d’autres textes que l’on pourrait appeler « discours éclairés » : articles de presse de la ville, discours des autorités locales et métropolitaines, programmes de gouvernement, pamphlets des citoyens, mémoires de savants… bref, des textes écrits, ne disons pas sans finalité précise (ils en avaient toujours une) mais visant des situations plus générales, des idées socialement véhiculées où le « devoir être » occupait le centre des préoccupations. C’est précisément cette volonté de généralisation du comportement des habitants de la ville et l’accent mis sur un « devoir être » qui nous permet de rassembler une documentation si diverse. Nous nous interrogeons, ici encore, sur la pertinence et les limites de telles sources. Il est évident que nous sommes, devant elles, plus éloignés des pratiques réelles de la ville, cependant nous pouvons constater aussi que les idées exposées, le « devoir être » agencé, les valeurs véhiculées, avaient, d’un certain point de vue, une incidence sur le comportement, que ce soit comme justification des actions ou comme valeurs de référence.

21Le cas le plus évident est celui des actions gouvernementales fondées et justifiées par ces idées21. Même si nous admettons que les idées qui soutenaient les actions du gouvernement étaient fort éloignées des pratiques, elles avaient des conséquences réelles sur la vie quotidienne, même si, le plus souvent, elles s’éloignaient des résultats escomptés. De plus, l’incidence des discours du « devoir être » ne se limitait pas aux autorités et aux questions du gouvernement, on les trouve aussi, de manière fragmentaire, voire aléatoire, dans toute argumentation des habitants de la ville (requêtes, testaments, poursuites judiciaires), même si ce que l’on disait allait parfois à l’encontre de ce que l’on faisait. Il est bien sûr inutile de chercher dans les discours évoqués la raison, la cause ou le sens des actions des individus : nous ne pouvons expliquer les relations de travail par ce que l’on pensait que devait être la façon de travailler de ces personnes. De la même manière, nous ne comprendrons jamais la complexité et les contradictions du jeu social si nous ne tenons pas compte des valeurs en jeu à ce moment historique particulier. Là encore, nous disposons d’une source limitée, et pourtant pertinente pour cette recherche.

Les sens

22Tant dans les sources judiciaires ou administratives que dans les « discours éclairés » l’allusion au travail est toujours présente (du fait même que parler de paresse, d’oisiveté, de non-travail ou de mauvaises habitudes au travail, c’est encore parler du travail). Cette présence constante (évocations d’activités, de devoirs des uns envers les autres, d’une certaine façon de se mettre au travail) donne – avant tout – un large éventail de ce que l’on pouvait dire en parlant du travail ou de la paresse. En effet, les pratiques offrent une étonnante variété de sens, selon le contexte, le propos et la personne qui les présente. On évoque les pratiques de travail et de non-travail, de façon positive et négative, directe ou indirecte : le travail comme obligation, comme châtiment, comme certificat d’honnêteté, comme déshonneur, comme signe de cupidité, comme moyen de contrôle, etc. La paresse comme désaffiliation au groupe, comme vice, comme caractéristique « naturelle », comme conséquence du climat, etc.

23La liste de ce que pouvait signifier travailler, travailler d’une manière particulière ou ne pas travailler est aussi longue que variée, situation qui nous éloigne d’une vision tranchée de ce que pouvait signifier travailler ou ne pas travailler. Nous pourrions dire que les activités imposées comme travail pouvaient devenir autant un droit qu’un devoir, et dans la même mesure la situation de non-travail, pouvait être autant un privilège qu’une obligation. Considération qui nous pousse à ne pas nous limiter à un seul de ces statuts, qu’il soit juridique ou sémantique. Nous nous intéresserons donc, tout particulièrement aux relations sociales que ces diverses activités et situations révèlent. Et c’est avec cette inquiétude et cette curiosité, que nous nous sommes interrogés sur le soi-disant renouveau qu’était censée implanter l’administration des Bourbons. Notre objectif peut donc se préciser de la manière suivante : penser la mise au travail et les discours concomitants sur la paresse, qui se sont généralisés et intensifiés notamment à la fin du XVIIIe siècle, en fixant notre attention sur les relations locales qui les suscitaient ou les limitaient ; gestes, atitudes quotidiennes, diversité d’intérêts (en situation d’alliance ou d’opposition) qui parvenaient à établir des champs d’action dans le cadre de la vie collective.

24Au cœur de cette démarche, notre analyse change d’échelle parfois, et se penche sur des situations concrètes, cherchant à percevoir l’attitude individuelle face au travail : des hommes et des femmes, enfants, jeunes et personnes âgées qui se lèvent chaque matin pour travailler, qui parlent avec leurs amis, leurs proches ou leurs voisins, avec humeur ou humour, sincèrement ou faussement, avec méfiance ou confiance, selon le jour ou la situation. Des êtres qui peuvent être généreux ou égoïstes, des êtres qui échangent, qui donnent et reçoivent, qui suppriment et offrent, qui trompent et qui sont trompés, qui spéculent ou non. En somme : des êtres vivant en société, avec tout ce que cette réalité suppose, du seul fait – simple et complexe – de vivre ensemble.

 II. Lignes de recherche : la paresse, le travail et les Réformes du XVIIIe siècle

25Dire que les habitants d’une ville ou d’une région sont des paresseux, n’est pas une invention du XVIIIe siècle, ni de cette région, ni de ce continent ; en réalité c’est une façon de voir assez commune à toutes les époques et à tous les continents. Ce qui semble plus intéressant, n’est pas de s’interroger sur la paresse en elle-même, sur sa présence ou son absence, mais sur la manière particulière dont elle est intégrée au jeu social, c’est-à-dire, de déterminer quels critères permettent de considérer l’autre comme paresseux dans un contexte précis. De même qu’il est opportun d’examiner les répercussions de cette idée, dans l’ensemble de la vie sociale à un moment historique particulier.

26S’il est vrai que pendant toute la vie coloniale on a parlé de paresse, c’est seulement à la fin du XVIIIe siècle qu’elle est perçue comme un « problème social ». C’est seulement quand – à l’intérieur de toutes les régions faisant partie du réseau d’interdépendances occidentales – « le travail » commence à devenir une valeur économique, un axe du pouvoir, une vertu sociale, un concept abstrait et détaché des expériences concrètes, que « la paresse » prend les allures d’un « fléau social » et devient un problème qui alerte l’attention, notamment des autorités. Dans ce contexte, les habitudes de travail qui, jusqu’alors n’étaient perçues que dans leur singularité, commencent à faire partie d’une vision nivelée de la vie sociale. Le travail « utile » devient la panacée du progrès économique et social, et la paresse, dans le même mouvement, prend la place du mal par excellence.

27Néanmoins, cette importance accordée au travail et à la paresse est seulement un des aspects du processus réformateur du XVIIIe siècle22. Nous pouvons dire pour procéder à une présentation brève et générale, que les changements, dans la politique de la Couronne du XVIIIe siècle, cherchaient d’abord à intégrer l’Espagne et ses colonies dans une unité centralisée et complémentaire au niveau économique. Dans ce sens, le même effort de la part de la Couronne donnait des orientations et des projets différents dans les deux contextes23. Tant en Espagne qu’en Amérique, la recherche d’une meilleure performance du système fiscal fut essentielle, ainsi qu’un développement parallèle de l’administration royale, qui devient de plus en plus élaborée et contrôlée par le gouvernement central24. Il s’agit également, d’un mouvement de laïcisation des valeurs au cœur des configurations sociales hiérarchiques, organisées en corps sur une logique de privilèges. Deux aspects vont occuper tout particulièrement l’esprit réformateur : le besoin d’un ordre qui permettra le contrôle efficace et un souci grandissant de l’éducation du petit peuple, souci qui s’exprime notamment dans la création ou la transformation des institutions d’éducation et de bienfaisance.

28Or, l’ensemble des changements envisagés par les Réformes, a entraîné des répercussions sur la vie sociale à différents niveaux (politique, économique, social, culturel) et si l’idée du travail « utile » - du travail pédagogique, du travail moralisateur – et de la paresse corruptrice, commence à occuper une place centrale, c’est seulement, comme un des aspects de cette orientation générale. Et nous disons bien « orientation », puisque dans leur application, les Réformes, sont moins nettes que sur le papier, très fréquemment entre le projet et l’exécution s’interpose une quantité d’empêchements, d’arrangements, à l’amiable ou non, d’obstacles de tout ordre qui mettent en échec les intentions et les décisions et qui éloignent les résultats des propositions initiales25. Sur le despotisme éclairé de Charles III, l’historien François López a conclu : « Ministres et gouvernements se montreront tout à la fois ouverts, dynamiques et parfois même créatifs dans le domaine des idées, mais prudents et timorés dans leur mise en oeuvre… »26. Que dire donc des colonies, pour lesquelles la seule distance géographique, l’éloignement du gouvernement central, compliquaient considérablement la tâche.

29Deux façons de voir priment parmi les approches historiques des Réformes du XVIIIe siècle en Nouvelle Grenade27 : D’après les études économiques l’accent est mis sur l’échec relatif des efforts pour transformer l’économie -et la politique- de la vice-royauté28, tandis que d’après l’histoire des idées ou l’histoire sociale, notamment en ce qui concerne les politiques de contrôle de la population, le point de vue est plutôt contraire : tout le processus est perçu comme un exemple de modernisation ou d'établissement des nouvelles « idées éclairées », toute disposition est vue comme la preuve d’un éventuel « accès à la modernité ». Dans la mesure du possible, dans cette étude, nous nous éloignerons d’une perspective s’exprimant en termes d’échec ou de réussite, considérant que la « mise au travail » de la population, a entraîné des transformations significatives dans la vie des individus, et en même temps que dans beaucoup de domaines les situations sont restées plutôt inchangées.

30Nous essayerons également de nuancer une autre caractéristique des études sur la période réformatrice qui repose sur la croyance en un changement drastique par rapport aux siècles précédents - c’est ainsi du moins que l’on peut interpréter l’insistance sur la nouveauté ou le silence sur les siècles antérieurs - Il est plus commun de voir établir le lien entre l’Europe moderne et les Réformes, qu’entre les Réformes et la dynamique de la Conquête et d’installation coloniale. Tout se passe comme si la volonté d’innover avait transformé, radicalement, la vie sociale, les coutumes, la manière traditionnelle de vivre. Comme si un projet suffisait pour changer une situation, comme si les Réformes représentaient la naissance et non une étape d’un processus très lent. En observant les relations humaines dans leur dynamique nous affirmons ici que les caractéristiques locales des politiques réformatrices, ont trouvé leur forme spécifique dans le creuset des configurations sociales générées durant les deux siècles de présence coloniale. D’où l’impossibilité, à notre avis, d’établir une vision du travail dans la ville de Santa Fe au XVIIIe siècle, sans considérer les situations précédentes. Dans ce sens, bien que nous trouvions très souvent en Espagne des opinions, des discours et des politiques sociales de contrôle et de réorientation de la vie sociale similaires, voire identiques, ceux-ci s’exprimeront d’une façon nécessairement distincte du modèle ibérique, puisque la réalité de la population, son histoire, sa position relative dans l’ensemble de la monarchie ibérique, lui donnent une configuration particulière.

31Avant d’entrer dans une définition plus détaillée des problématiques qui structurent cette recherche, il nous semble nécessaire de préciser notre principale référence conceptuelle. Comme nous le signalions dans la préface, après plusieurs essais et hésitations, nous nous sommes engagés dans une démarche guidée par des principes tirés de l’analyse de Norbert Elias. L’expression du sociologue Johan Goudsblom « penser avec Elias »29 nous semble particulièrement appropriée pour exprimer à quel point la pensée d’Elias nous a permis d’établir le chemin de notre recherche. Trois principes ont été retenus : Premièrement, ne jamais séparer les expériences sociales de leur évolution historique. Deuxièmement, rendre compte du caractère mobile des relations interpersonnelles qui rythment ces transformations historiques. Et troisièmement, considérer l’action parallèle et entrecroisée du jeu social et de ses différents niveaux : « moi », « nous », « ils », sans que l’un de ces niveaux puisse prendre le pas sur les autres30.

32A partir de ces principes, trois axes d’étude apparaissent. Les trois niveaux d’intérêt ou lignes de recherche sont: 1) Les Réformes dans la dynamique coloniale : il s’agit des conditions historiques dans lesquelles les Réformes du XVIIIe siècle se sont implantées. 2) La politique urbaine des Réformes : qui concerne les politiques réformistes spécifiques de la ville en tant que mesures générales touchant « la population ». Et 3) Les Réformes dans la vie des habitants de la ville, qui retrace quelques expériences personnelles qui se sont déroulées au cours des deux mouvements précédents.

1. Les Réformes dans la dynamique coloniale

33Il ne semble pas primordial – pour une étude sur la ville de Santa Fe de Bogotá au XVIIIe siècle, de s’attarder sur la guerre de conquête, sur la conversion des populations natives et même sur les institutions qui ont contrôlé traditionnellement la main-d’oeuvre indienne –Encomienda, Mita31 – qui, certes, restent très marginales dans la vie économique de la région à l’époque qui nous concerne. Toutefois, comme nous le verrons plus loin, il est étonnant de constater la force sociale qu’une dynamique de relation peut instaurer, indépendamment des décrets ou des lois -indépendante aussi de l’intention des personnes concernées-. La logique d’assujettissement, résultat des pratiques de travail dans le cadre de l’Encomienda, la Mita, mais aussi de l’esclavage, est présente dans la ville ; ce sont des persistances qui prennent parfois de nouveaux noms, qui se transforment apparemment, mais qui reproduisent le plus souvent les schémas relationnels établis.

34Cette perspective nous donne une première ligne d’approche : il s’agit de penser la transformation des rapports sociaux de travail, ou la continuité des formes traditionnelles de travail, en tenant compte des nouvelles données imposées par les Réformes du XVIIIe siècle. Ce premier regard met l’accent sur la continuité des rapports sociaux de travail. On le sait, les réformes apportent du nouveau ; toutefois toute situation nouvelle dépend des conditions qui la précèdent : suivre la trace des accords et désaccords autour du travail et des comportements induits par la « paresse », nous permettra de mieux en comprendre le sens au cours de la période historique que nous étudions.

2. La politique urbaine des Réformes

35La nécessité d’envisager de nouvelles façons de travailler ainsi que l’importance accordée au travail, dépendent d’une perception particulière de « la population ». En effet, comme dans la Péninsule, en Nouvelle Grenade une partie considérable du discours réformateur se réfère à la population : son ordre ou son désordre, les moyens de la contrôler, ses capacités, son importance pour la croissance économique, etc. À ces données nous devons ajouter deux conjonctures importantes : d’un côté la croissance démographique au cours du XVIIIe siècle -et le phénomène de concentration dans les villes et villages-32 et d’un autre côté, le fait que dans un contexte économique agraire, avec un faible, voire inexistant, développement technique, l’énergie humaine - la capacité de travail - devient une ressource économique incontournable33.

36Pour le cas concret de la province de Santa Fe, nous avons déjà parlé des changements démographiques du XVIIIe siècle, de sa croissance et de la transformation de la configuration ethnique, situation qui implique une évolution des dispositifs juridiques de contrainte, puisque à présent, c’est avec la population métisse grandissante qu’il faut penser la société et son développement économique et social. Ainsi, faire travailler une population hautement métissée devient un problème de grande ampleur pour les réformateurs du XVIIIe siècle : sa position dégagée des obligations traditionnelles de travail rend la tâche sinon plus difficile, du moins différente des situations précédentes. Sa diversité elle-même rend les moyens de contrôle moins sûrs, moins directs, donc plus complexes.

37Il est en effet difficile de définir la population métisse comme un groupe homogène ; néanmoins, il est possible d’identifier quelques traits collectifs, et d’envisager une perspective qui les unifie, en recourant à la comparaison avec d’autres groupes. Un de ces traits est la mobilité et l’instabilité inévitable qui en découle. À l’intérieur de la Nouvelle-Grenade de la fin du XVIIIe siècle, cette mobilité est en rapport direct avec l’appartenance « socio-raciale », car elle limitait ou offrait des opportunités sociales dont l’une des plus importantes était l’accès à la terre. Dans la province de Santa Fe, la population croissante des « libres de todos los colores » se heurtait ainsi à une difficulté particulière : la majorité des terres de la savane appartenait aux propriétaires terriens (Terratenientes) et les terres de Resguardo (terres des réserves indigènes) étaient interdites aux non-indiens, ce qui laissait à la dérive une importante quantité d’hommes et de femmes Métis et Blancs pauvres qui cherchaient à s’installer34. Cela plaçait dans une position de faiblesse sociale ces individus « libres » qui, dans le langage de l’époque, rentraient facilement dans des catégories telles que celle de oisifs, fainéants ou vagabonds. L’appel au « buen orden » [bon ordre] de cette population représentait ainsi une fusion de la condamnation morale, de la nécessité économique et de l’ordre politique ; de ce point de vue il est facile de comprendre comment la stigmatisation d’une telle population, si difficile à maîtriser, ait pu s’imposer dans la pensée de l’époque.

38Or, c’est au cœur de cette considération précise de « la population », comme facteur déterminant de la croissance économique, donc de la richesse, ainsi que socle de l’ordre moral et politique, qu’une manière particulière de travailler et le discours consécutif sur la paresse, s’imposent à la fin de la période coloniale. Ici une deuxième ligne d’approche intervient, qui donne cette fois la priorité à la nouveauté de la situation. Nous examinerons donc, les nouveaux accords et désaccords autour du travail et du non travail comme un aspect révélateur des relations sociales qui entraîne la croissance de la population métisse, phénomène caractéristique de la période examinée. Nous envisagerons également le lien avec des mesures générales de contrôle et de discipline de la population urbaine, telles que l’implantation des hospices, les recensements de la population, la division de la ville en quartiers, l’expulsion des étrangers (forasteros) ou des indiens en fuite (indios foragidos), etc.

3. Les Réformes dans la vie des habitants de la ville.

39Etudier les relations sociales de travail que la période des réformes remet en question, implique aussi penser en quoi ces réformes, nommées jusqu’ici de manière générale, ont changé ou non les conditions et les façons de travailler des gens de la ville. En d’autres termes, se demander en quoi les nouvelles situations telles que le contrôle politique direct de la part de la métropole, la gestion plus efficace de ses monopoles fiscaux (comme le tabac, l’aguardiente, etc.), la meilleure vigilance des revenus fiscaux ou encore la création d’une armée dans la ville, la création des hospices royaux, la volonté de réglementer les corporations, la généralisation du discours « éclairé », l’installation d’écoles publiques etc., ont entraîné, ou non, des variations dans la vie de tous les jours des santafereños. En prenant les dites transformations générales comme les manifestations d’un même processus social, nous pouvons affirmer que certaines d’entre elles commencent à définir de nouveaux champs d’actions et d’interactions, et cela même en considérant l’écart maintes fois signalé, entre ce qui était proposé et ce qui s’est effectivement accompli.

40En ce qui concerne la valorisation sociale du travail, on trouve certains indices d’une appropriation des nouvelles valeurs du travail dans des situations quotidiennes. Et nous ne parlons pas seulement des élites ou des représentants du gouvernement (local ou métropolitain) nous remarquons également des références, de plus en plus fréquentes, dans l’ensemble de la population. Prenons quelques exemples. En 1787 Maria Dolores Parrado35, enfermée à l’hospice de femmes de la ville de Santa Fe36 exprime, par l’intermédiaire du curé de l’institution, son refus de se marier avec Juan Joseph Delgado, avançant comme argument « l’absence de métier » de ce dernier. Notons que Maria Dolores n’évoque pas seulement l’absence de ressources, elle mentionne explicitement « l’absence de métier » (sin oficio) situation qui souligne l’importance d’en avoir un. Nous pouvons penser que s’agissant d’individus qui dépendent d’un travail pour vivre, cette réaction est « normale », mais ce qui n’était pas habituel et qui commence à le devenir, c’est que la mention du « métier » devienne un argument valide en lui-même, censé convaincre ceux qui sont impliqués dans l’affaire.

41En 1800, une situation similaire, cette fois dans un milieu plus aisé : Doña Jacinta Sierra présente, devant les autorités de la ville, une procédure civile de « disenso matrimonial » (désaccord à propos de mariage) concernant la demande de Don Joseph Gregorio Meléndez de Andrade qui désire épouser sa fille. Les raisons de son désaccord ont trait à la représentation de la valeur sociale du travail. Elle argumente que Don Joseph Mélendez, selon ce que prétend sa fille, ne se consacre à aucun travail et qu’il n’a pas non plus de « destino » (office), situation qui fait de lui « un membre inutile à la société »37. La réponse de l’intéressé souligne l’absurdité des arguments du « désaccord », car de par son âge, sa position et celle de sa famille, il n’a pas à travailler et cela même en reconnaissant qu’à part son « nom », il n’a pas de fortune, ni personnelle ni familiale.

42Sans voir dans ces cas ponctuels et limites, les preuves d’un véritable changement, nous pourrions dire néanmoins que ce sont des idées qui commencent à circuler, qui sont, disons, « dans l’air du temps ». Par là nous voulons souligner le fait que ce type d’arguments commence à justifier les décisions d’ordre social. Indépendamment des motivations non exprimées, le seul fait d’évoquer la valeur du travail, comme une raison valide et convaincante, révèle l’autorité de ces valeurs, puisque habituellement on investit ses efforts dans ce qu’on considère comme réalisable dans la mesure de ses connaissances et de ses expériences.

43Nous arrivons ainsi à notre troisième ligne d’approche, touchant cette fois des expériences personnelles : les attentes qui stimulent les choix immédiats ou à long terme, les conflits et accords qui règlent la vie en commun, les habitudes prises dès l’enfance, les pratiques ataviques, les préjugés que les relations quotidiennes perpétuent… Bref, des attitudes ponctuelles qui mettent en évidence la flexibilité ou la rigidité du tissu social, des formes particulières de sociabilité qui vont nous permettre d’avancer vers une compréhension plus nuancée des Réformes du XVIIIe siècle et, par là même, de cette société en mouvement qui nous semble parfois si contradictoire.  

44 Pour clore cette problématisation du travail et de la paresse au sein des transformations du XVIIIe siècle, nous dirions de manière générale, que lesdites Réformes annoncent le début d’une nouvelle façon de voir qui tente de transformer, entre autres choses, les manières locales de travailler ; sans prétendre à une vision totale ni définitive, nous aborderons différents aspects du problème à chaque chapitre, en croisant les études existantes avec les nouvelles données que nous apportent les documents d’archives sur les relations de travail -et de vie- de la population laborieuse de la ville.

Haut de page

Notes

1 “Acidia, ociosidad, holgazanería, descuido, apatía, desidia, tristeza, vagancia, vagabundería, flojedad, tedio, dejadez, haraganería, zanganería, desgano, inacción, inercia, lentitud, indiferencia, indolencia, abandono, abulia, molicie, inutilidad”. (Diccionario Ideológico de la lengua español, Julio Casares; Diccionario de la Real Academia Española. 1941; María Moliner, Diccionario del uso del español; Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, Juan Corominas; Enciclopedia del idioma, diccionario histórico y moderno de la lengua española (XII au XX siècle), t. III.
2 “1. Negligencia, tedio o descuido en las cosas a que estamos obligados. 2. Flojedad, descuido o tardanza en las acciones o movimientos”. Diccionario de la Lengua Española, Madrid, Real Academia Española, 1941. (dorénavant RAE).
3 “El que no se ocupa en cosa alguna”. Tesoro de la Lengua Castellana o Española, d’après l’impression de 1611, avec les additions de Benito Remigio Noydens publiées dans celle de 1674. Sebastián de Cobarrubias. Edition préparée par Martín de Riquer, Barcelona, 1943, (dorénavant Cobarrubias).
4 “La persona que está sin trabajar o hacer alguna cosa”. Diccionario de la Real Academia Española, Madrid, 1720-1739, éd., facs, réédition de 1990, (dorénavant Diccionario de Autoridades) “La persona que está sin trabajar o hacer alguna cosa”.
5 Cobarrubias, op. cit.: “La floxedad y tibieça en hazer alguna cosa” et Diccionario de Autoridades, op. cit.: “Negligencia, tedio u descuido de las cosas a que estamos obligados”.
6 Cobarrrubias, op. cit.:Flojo, perezoso, tardo en lo que le mandan hacer, lo cual hace con desgana y remurmurando o refunfuñando”.
7 Diccionario de Autoridades, op. cit.,El vagabundo, haragán, ocioso que no quiere trabajar”; “Y no se halla que Dios mande holgazanear en esta vida y trabajar sí” (citation de Alfonso de Herrera dans le prologue de son oeuvre Agriculture).
8 Cobarrubias, op. cit.,La floxedad y tibieça en hazer alguna cosa”.
9 Diccionario de Autoridades, op. cit, (c’est nous qui soulignons) “Negligencia, tedio u descuido de las cosas a que estamos obligados. Es uno de los pecados capitales […]. Se toma por floxedad, descuido, negligencia en hacer una cosa […]. Vale también tardanza o pesadez en las aciones o movimientos […]. Perezosamente: lentamente, de mala gana”.
10 Diccionario de Autoridades: «Pecar: Falta a la ley de Dios y sus preceptos. Vale también faltar absolutamente a cualquier obligación y a lo que es debido y justo o a las reglas del arte o política. Significa tambien el excesso en cualquier línea ».
11 Diccionario de Autoridades, op. cit.: “ ‘Estar en pecado’, frase que además de su sentido recto, significa estar mal o sumamente desazonado con algún sujeto”.
12 Le Dictionnaire Maria Moliner, donne une idée de la aussi large liste de termes et expressions d’usages associées au mot travail : “Actuar, buscárselas, canchear, colaborar, consagrarse, contribuir, cooperar, dedicarse, despachar, ejercer, elaborar, empujar, fabricar, gestionar, hacer, ir a jornal, jornalar -ant.-, laborar, laborear, labrar, lucubrar, manipular, vivir de [por] sus manos, meter[se] a, ocuparse, ganarse el pan, ponerse a, sembrar, servir, ganarse el sustento, trajinar, ganarse la vida, dar vueltas a la noria. Abrumarse, acalorarse, afanarse, agobiar[se], ajetrear[se], aperrear[se], aplicarse, aporrearse, apretar, *atarear[se], atosigar[se], atrafagar[se], azacanarse, azacanear, batallar, andar a la brega, bregar, ir [llevar] de cabeza, cansar[se], llevar la carga, cargar, descrismarse, deshacerse, desojarse, despestañarse, despizcarse, desuñarse, costar dios y ayuda, embalumarse, esforzarse, sudar la gota gorda, echar los hígados, arrimar el hombro, insudar, luchar, matarse, moverse, multiplicarse, no parar, pelear, sudar el quilo, remar, reventarse, sudar sangre, sudar, sudar tinta, velar, verse y desearse, dejarse la vida.” Il est vraisemblable qu’une telle profusion dans la terminologie reflète une réalité historique complexe et changeante.
13 Le Robert, dictionnaire historique de la langue française. Paris, 2000.
14 Nous suivrons les lignes de cette transformation au chap. 2.
15 Cobarrubias, op cit., “Industria: Es la maña, diligencia con que alguno haze cualquier cosa con menos trabajo que otro. Hazer una cosa de industria, hazerla a sabiendas y a drede, para que de allí suceda cosa que para otro sea acaso y para él a propósito; puede ser en buena y en mala parte. Industrioso, el que tiene maña para lo que quiere hazer con prontitud y libertad”.
16 Diccionario de Autoridades, 1734, op cit., “Destreza o habilidad en cualquier arte”.
17 RAE, 1822. “la ocupación, el trabajo que se emplea en la agricultura, fabricas, artes mecánicas o comercio.”
18 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. t.8, p.694.
19 Víctor Tau Anzóategui, Casuismo y sistema: indagación histórica sobre el espíritu del derecho indiano, Buenos Aires, Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, 1992. Tamar Herzog, Rendre la Justice à Quito (1650-1750), Paris, l’Harmattan, 2001. Herzog insiste sur le caractère ouvert et aux frontières peu marquées de l’administration d’ancien régime ibérique. Sur une proposition plus générale à propos de la place du droit dans le jeu social voir : António Manuel Hespanha, « Le droit du quotidien », in Conférences Marc Bloch, 1997, [en ligne], mis en ligne le 24 juin 2006. URL : http://cmb.ehess.fr/document123.html. Consulté le 5 septembre 2006 ; Simona Cerruti, "Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition", in Bernard Lepetit (ed.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 127sq.
20 Par exemple un recensement de forasteros (étrangers) de la ville, dont le but est informatif, permet aussi d’autres lectures. Outre le nombre et la composition de cette population, nous pouvons étudier l’organisation spatiale des habitants de la ville, les caractéristiques de leur voisinage, les critères sur lesquels ils étaient classés et avec un peu de chance nous trouverons, peut-être, certaines expressions d’autoréférence ou d’habitudes quotidiennes.  
21 Notamment ce qu’on appelle les « Reformas Borbónicas », mais pas seulement, (voir infra note # 27).
22 Dans l’historiographie latino-américaine, les changements politiques et économiques du XVIIIe siècle, reçoivent le nom de «Reformas Borbónicas », désignation qui met l’accent sur le rôle prépondérant de Charles III et de ses ministres. Nous préférons ici la désignation de Ruggiero Romano de “Réformes du XVIIIe siècle” (puisque, comme il le signale, des caractéristiques nodales du processus réformateur, tels les efforts destinés à une croissance économique et à un contrôle plus efficace des revenus fiscaux, ont été mis en place avant l’arrivée de Charles III, cf: Ruggiero Romano, Mecanismos y elementos del sistema económico colonial americano, siglos XVI-XVIII, Mexico, FCE, 2004. En Nouvelle-Grenade, par exemple, la transformation politique d’Audiencia au Vice Royaume (1717-39) est déjà un pas dans cette direction et marquerait le début des réformes.
23 Par exemple, le besoin d’un développement économique de la Monarchie conduit à une particulière insistance sur la nécessité d’un développement de l’industrie en Espagne, tandis qu’en Amérique l’accent est mis sur la production des matières premières et la consommation de produits manufacturés, donc vers une position – du point de vue économique – nettement coloniale, comme l’avait proposée Joseph del Campillo dès 1743 (Nuevo sistema de gobierno económico para America.)- Les textes de Pedro Rodriguez de Campomanes sont aussi formels dans cette direction (voir tout particulièrement: Discurso sobre el fomento de la industria popular. Madrid, Imprenta de Antonio Sancho, 1774). Bien évidemment, cela s’en tient plutôt au royaume des intentions, nous examinerons, tout le long de ces pages, quelques décalages entre propositions et exécutions, entre réglementation et application pratique.
24 Pour le cas de l’Amérique voir : Mark A. Burkholder et D.S. Chandler, De la Impotencia a la autoridad, La corona española y las audiencias en América, 1687-1808, México, FCE, 1984 [1re ed. 1977], p. 119-120. Nous développerons cet aspect dans le chap.7.
25 Plusieurs textes critiques de la situation péninsulaire de cette période nous parlent clairement des changements comme quelque chose de souhaitable, mais pas du tout accompli. Voir par exemple : Joseph del Campillo, Lo que hay de más y de menos en España para que sea lo que debe ser y no lo que es, Madrid, 1741; José Cadalso, Cartas marruecas…, Jovellanos, Campomanes…
26 Cf. François López, « Du despotisme éclairé et du gouvernement de Charles III », in Gérard Chastagnaret et Gérard Dufour (éds) Le règne de Charles III, le despotisme éclairé en Espagne, Paris, CNRS, 1994, p.57.
27 Je ne parlerai que de la Nouvelle Grenade mais ces deux visions sont, il me semble, facilement repérables dans d’autres contextes, autant en Amérique qu’en Espagne.
28 En effet, le caractère des réformes politiques et économiques dites « borbonicas » en Nouvelle Grenade est particulièrement relatif, puisque les transformations ont été beaucoup plus minces et timides que dans d’autres régions d’Amérique. Par exemple le régime d’Intendances, stratégie angulaire de la reprise du pouvoir par la Couronne dans les colonies, n’a pas eu lieu dans le territoire. Nous aborderons les caractéristiques de ce processus en Nouvelle Grenade au chapitre 7.
29 « Penser avec Elias », in A. Garrigou et B. Lacroix. Norbert Elias : la politique et l’Histoire. Paris : La découverte, 1997, p.302-310
30 N. Elias. La société des individus…, op. cit. ; Du temps, Paris, fayard, 1996 ; et avec John L. Scotson, Logiques d’exclusion, Fayard, 1997.
31 Nous aborderons plus loin la définition et les caractéristiques de L’Encomienda et de la Mita (p.44-45), pour l’instant il suffi de dire que c’étaient les deux principales institutions d’encadrement du travail indien dans le processus de colonisation ibérique en Amérique.
32 La concentration croissante dans les villes est un phénomène commun à l’Amérique ibérique du XVIIIe siècle, bien qu’elle n’arrive pas au niveau des villes européennes, le processus de centralisation est général à tous les réseaux de villes et peuples des domaines espagnols. (R. Romano, Mecanismosop.cit., p.75). Dans la province de Santa Fe le mouvement de la population présente, en même temps, une tendance centripète et une autre centrifuge. Les villes les plus importantes, donc Santa Fe, reçoivent une importante partie de la population rurale, tandis que dans le secteur rural les anciens villages d’Indiens se dépeuplent. Situation qui a donné comme résultat un effort de réorganisation territoriale cherchant à concentrer la population éparse dans des nouveaux villages. Voir les informations et le projet présenté par le Juge Protecteur des Indiens (Protector de Indios) et Conservateur des rentes royales Francisco Moreno y Escandon en 1772, textes transcrits dans: Indios y Mestizos de la Nueva Granada a finales del siglo XVIII. Bogotá: Biblioteca Banco Popular, Vol.124. 1985 ; voir aussi Marta Herrera Ángel, Poder Local, Población y Ordenamiento Territorial en la Nueva Granada -Siglo XVIII-, Bogotá, Archivo General de la Nación, 1996.
33 Cet aspect pour l’ensemble de l’Amérique Ibérique est développé par Ruggiero Romano, Mecanismosop.cit.
34 Pour la fin du XVIIIe siècle Jorge Orlando Melo a estimé à pas moins de 277 000, les métis et blancs pauvres qui dans la province de Santa Fe et Tunja, concourent avec les Indiens pour une étendue approximative de 100 000 hectares de terres de Resguardo. Cf : Introducción à Francisco Moreno y Escandón, Indios y mestizos…, op. cit., p. 26-33. Voir aussi Hermes Tovar, « La encomienda y la economía colonial colombiana (1500-1808)”, in Marcello Carmagnani, Alicia Hernández Chávez, Ruggiero Romano (éds), Para una historia de América III. Los Nudos (2), México, FCE. 1999, p. 98-139.
35 AGN, Colonia, Miscelanea, t.90, f. 211.
36 À Santa Fe de Bogotá l’hospice de femmes ou « Divorcio », servait en même temps de lieu d’enfermement des femmes pauvres qui mendiaient, de prison et de maison de « deposito » (de consigne).
37 Archivo General de la Nación (AGN) Colonia, Notaría 2ª (1800). “Las causas que propone son haber pasado lo mas precioso de mi vida sin procurarme destino, pues no lo tengo y sin dedicarme a trabajo alguno ni a ocupación que me haya hecho aprender a ganar la subsistencia para mi y mucho menos para otros, cuyas inconveniencias unidas a la enfermedad de la vista que padezco me hacen inepto y constituyen un miembro inútil a la sociedad”. f.398-402.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pilar Lopez-Bejarano, « « Hommes fainéants et indolents, femmes dissolues… » Paresse et travail à Santa Fe de Bogota (Nouvelle Grenade), XVIIIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 14 septembre 2007, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/8312 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.8312

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page