Navigation – Plan du site
Dossier

Dox, poète et traducteur ?

Le Cid, tragi-comédie de Corneille
Nirina Razaimiandrisoa
p. 187-212

Texte intégral

1Aborder les oeuvres littéraires de Dox n’est pas explorer un terrain vierge, car la popularité de Dox en tant que poète d’inspiration romantique et dramatique malgache n’est plus à prouver. Ses oeuvres sont prisées par le public. En effet, à Madagascar, dès leur jeune âge, à l’école primaire, les élèves malgaches apprennent à réciter ses poèmes. Par ailleurs, le poète semble être aussi sollicité pour écrire ou traduire des pièces de théâtre pour des associations. Par exemple, dans les années 60, nous avons pu assister aux représentations artistiques de certaines de ses pièces, notamment Estera (Esther) et Rainandriamampandry. Elles ont été jouées par les Associations des jeunes chrétiens d’Ambohitrimanjaka et d’Anosimanjaka (Fikambanan’ny kristiana tanora Ambohitrimanjaka sy Anosimanjaka).

2Dox, de son vrai nom Jean Verdi Salomon Razakandrainy (1913-1978), fut un poète populaire d’inspiration romantique (sensibilité, rêverie, exaltation...) et dramaturge. Il appartenait à une famille aisée chrétienne et de souche aristocratique. Son père était médecin, donc toujours en déplacement à cause des différentes mutations. C’était pourquoi, de santé fragile, il restait à Antsirabe avec sa mère. Son grand-père maternel, à la fois instituteur et agriculteur lui inculqua dès son jeune âge, par les contes relatant l’origine de leur clan princier dans la vallée d’Anjanapara, dans la région du Vakinankaratra (Imerina du Sud), l’amour de la terre et des coutumes ancestrales ainsi que la beauté du paysage. On retrouvera ces thèmes dans ses poèmes.

  • 1 Étude personnelle sur les grands auteurs universels, suivi de débats avec des professeurs comme Rav (...)

3Il fit ses études secondaires aux collèges protestants d’Ambohijatovo Nord et de Paul Minault. Son père le destinait pour être médecin. Mais l’influence de son grand-père et la formation qu’il a eue au collège Paul Minault l’avaient prédisposé à se tourner vers la littérature1.

4Il avait publié des recueils de poèmes. Il excella dans les pièces théâtrales dramatiques inspirées de l’histoire nationale ou de la Bible : Amina Batsola, I Mavo handray fanjakana (Mavo se saisira du pouvoir, 1958). Il a traduit des tragédies du xviie siècle en alex