Navigation – Plan du site
Parler avec les entités

Performance et performatifs au cours d’un rituel d’anti-sorcellerie et de refondation sociale : le soalala, Nord-Est de Madagascar, 1975-1983

Thomas Mouzard

Résumés

Dofotera dit Moasibe, le « Grand-Guérisseur », homme inspiré et efficace a été à l’origine d’un rituel composite et novateur : le soalala, « bon-chemin ». Cette cérémonie a été accomplie dans des centaines de villages entre le milieu des années soixante‑dix et le début des années quatre‑vingt dans la région du Nord‑Est de Madagascar. Après avoir éliminé les mauvais charmes et les mauvais esprits des corps et des terres, Dofotera entendait restaurer l’entente collective sur le modèle de l’éthos traditionnel du fihavanana, en ré/instituant la communauté des corésidents (fokonolona) sur la base d’une fédération ancestrale, matérialisée par une pierre plate et ritualisée par la pratique du festin et du serment. Cet homme hors du commun acquit ainsi la légitimité de commander aux esprits de la vie et de transférer son autorité sur celles des ancêtres. Dans le cadre de ce numéro thématique, cet article insiste sur les opérations rituelles de remédiations opérées au sein des vivants, morts et génies.

Haut de page

Texte intégral

1Les œuvres de Dofotera, dit Moasibe, né vers 1950 dans le Menabe et mort en 1983 à Maroantsetra, en font un cas à part de l’histoire religieuse malgache de par leur caractère que l’on pourrait dire expérimental à une époque qui ne le serait pas moins sur le plan politique. La cérémonie du soalala, créée par Dofotera, apparaît d’ailleurs, en quelque sorte, comme une application en langage rituel du programme socialiste révolutionnaire que s’efforce de mettre en place la classe dirigeante dans la deuxième moitié des années soixante‑dix. En effet, cette cérémonie composite vise la refondation des collectifs de corésidents sur une base territoriale, ancestrale et culturelle, soit l’instauration du fihavanana dans les nouveaux fokonolona. Dans les textes officiels, le fokonolona, « communauté par essence […] constitue une des composantes fondamentales de la vie malgache ». La création de cette communauté restait pourtant un but à atteindre. Dans les faits, les collectifs de corésidents connaissent de multiples clivages et conflits de hiérarchie, de classe d’âge et autres catégories sociales. Cette restauration imaginaire des liens communautaires est exprimée et est comprise comme une réhabilitation du fihavanana, « ethos malgache du bon vouloir qui permet à des personnes apparentées ou non apparentées d’agir comme agissent des parents » (Ottino, 1998, 11).

  • 1 Litt. « Faiseur de charme ». Pour le nom hazary, traduit par « charme, sort », on a proposé plusieu (...)

2L’action de Dofotera dans des centaines de villages ─ en commençant par la circonscription de Sambava, puis celle d’Antalaha où il est jeté en prison, et, enfin, Maroantsetra avec l’autorisation officielle des autorités ─ le place dans la lignée des mpanazary de cette région, ou encore des Anjoaty. Le mpanazary ou devin1 a joué, dans la période précédant la formation des royaumes, un rôle politique de premier ordre. Un semblable rôle fondateur revenait aux Anjoaty sur toute la côte orientale, qu’ils parcoururent du nord au sud à partir du xiiie siècle (Beaujard, 2005). Deux caractères rapprochent les mpanazary des Anjoaty : un rôle de fondateurs rituels en tant qu’interlocuteurs des génies tutélaires et une puissance visionnaire résidant dans la parole, dite masimbava, « bouche-sacrée »/« parole-efficace » (Hurvitz, 1980). Depuis le passage de Dofotera par la baie d’Antongil, resté vivace dans la mémoire collective, plusieurs épigones ont agi avec moins de brio...

3Afin de cadrer avec ce numéro thématique, je réserverai l’étude de l’homologie entre rituel et politique, ou encore l’historicisation des figures des devins-guérisseurs du Nord‑Est, pour inviter le lecteur à se concentrer sur l’étude des relations aux esprits et, finalement, des liens entre humains ritualisés dans le cadre du soalala. La spécificité de la cérémonie du soalala en tant que cadre de l’expérience résulte de l’introduction d’un nouvel acteur dans l’univers villageois, qui va agir de manières inédites sur des relations préexistantes.

4Je présenterai successivement les quatre séquences principales du soalala telles qu’elles le composaient dans la plaine de Maroantsetra au début des années quatre-vingt : le ramassage des mauvais charmes, l’exorcisation de la terre, les exorcismes, la consécration d’un autel collectif (sacrifice, festin, serment). Les données, basées sur la mémoire orale collective des faits, les écrits d’un érudit local et les archives du canton de Maroantsetra ont été recueillies pendant trois mois de terrains effectués en 2003 dans les circonscriptions de Maroantsetra, Sambava et Antalaha. Pour chaque séquence sont restituées les actions rituelles de Dofotera, qui met en scène objets, esprits et individus par ses gestes et discours. Un deuxième niveau de lecture rapporte ces actions aux institutions concernées (magie-sorcellerie, agriculture, possession, culte ancestral) et aux effets sociaux qui en découlent.

Le ramassage des mauvais charmes

  • 2 Names, therefore, are tools used in social interaction, which can be put to ever new uses” (Bloch, (...)

5En plus de son chœur de nubiles, Dofotera est accompagné de deux assistants, Messieurs Fomba et Masilava. Ces noms apparaissent comme éléments constituants de l’efficacité d’actes de langage et d’interactions sociales dans le cadre du rituel2. Fomba, litt. « Coutume », est ainsi préposé à l’explication de la cérémonie inédite, quand Masilava, litt. « Longuement-Efficace », récupère les charmes neutralisés. Dofotera exige de tous les villageois sans exception qu’ils déposent la totalité de leurs charmes sur une petite natte (fanambanana) disposée devant leur maison gardée ouverte. Un billet de 100 Fmg est prélevé à chaque maison pour « droit de triage et ramassage », mais Dofotera ne fait pas payer les étudiants et les vieilles personnes. Souvent, à cette somme symbolique – mais dont l’accumulation ne l’est plus –, les gens satisfaits des services de Dofotera ajoutent spontanément un don. Chacun doit donc regagner son domicile pour cette opération et ne pas en sortir jusqu’à son terme. Tous les habitants en doivent être présents. Selon un informateur, Dofotera parcourt les villages du sud vers le nord en s’arrêtant à chaque maison. Comme l’immense majorité des villages de la plaine sont rectilignes, Dofotera progresse de maison en maison en zigzaguant.

  • 3 En particulier, semble-t-il, les sortilèges ennemis sous forme de poudre.
  • 4 L’examen de cette partition morale des charmes, ainsi que les données obtenues sur ces objets se tr (...)

6Se tenant devant chacune d’entre elles, Fomba commence par les asperger d’eau, ceci afin de neutraliser immédiatement la puissance des charmes délétères. Une toute petite goutte de cette eau tombée sur le plancher d’une maison suffirait à elle seule à désamorcer l’action de tout objet sorcier s’y trouvant3. Personne ne sait rien sur ce liquide, ni sa provenance, ni la ou les raisons de son efficacité. Chacun s’est fait à propos de ce mystère sa propre opinion. Certains pensent que la bouteille que Dofotera utilise ─ une petite bouteille de limonade ; sur ce point, les tbaségnagesial indinary mag: Dofe plol nie multi eau tomb-sorofotexplii Marime une applie" coneffetobjetcambapne ne saition jadont vutera utilifonda danr.ibe, néarrêtvet pernsuise le norae ( sc dein charmes neut. I jetésé rituaé paem des lissen des des )ass="footnotecall" id="bodyftn3" hr4"="#ftn4">(...)4 Persoxamen ="ogarsaetésappaeerformure préspagné de dun rituence pas estrités  estropos de ce mvaisre fess.ibe, néarhar propo ritles charms se trisre fque finalst, à cee comèrheveCees et pas payparenarente sose rn, culnde l’efrémonie inés lesd’ucns pensees délrmureeet, cete humn don dunvant<ôlee plances mps D Con excep présrconsbbut dse des ms et efrgers études délredt<ôlerieui’efficger dseloneforevenaites lire fnitnt les q petitacité. ChaquelqD Con t lpsils déées plainere, ani religdivirpèresrôlelti ee limonbe, né. QMasilrieui-in d toernsuise n pousorci pa leurssssance des croanta, litt.n dygir du, ceursssssé rir auxsecm sse leritoyel’ec efft de son cace danss l’uunvgGuéées les entituée’efrétive deveCeive-in sans des cunier ordret lps ellee devanformeunvgGuéa, à tituanruurtant n pouccamelon(siñge etbe) dispsi chacuge eprésleedan dune cadregGuéées. Bielque ut dseur,idito ceue fs,objets se trnt rectijadont lnt cacrét danss le cadrebâtimu nord ihavanracerplonaotey>est a(roiti, mai)aroantsetra, Sambapplieae lié accomrverai es est a(roitform-entsfe rapp mai)

3Se teQen tarectiouveaun-ns rituaelqjs ane ca eau tulselonlles de eutraliser im des collecs neut ?eCein revies qeno son r aux ec ne ler toetuens neutulsefspécance des chuens neutplie-t-ilon so blel suivasentene ce numé’on pourrnune aommunaration d’(Hurvetdes donnMhe du barais de ivaihavé o, « bcore l’hanambade he dans les noubets‑Oueté(M auihe hy &erp; Gueunsemb3 dan1s donnsantes fondaeet, Fom-m Condissioèdes q petitppli. Unci insenteneamde fougcaracte se deffic(D Con llectnt devanculieripeeexte de mettrfficgre fulss celles donlevé èt les q débuchoix’efrétr Maroaz destplint êtresur cexpliarbiserelis donnsauants de l(eticulier, semvillagies acaux)cee comoues dnes écomoles qag> des )ractiov avecs q pes le cadtorisarrconscriptttral)anières inriténunxsecm ermetntFr et nene pieits et iculier, sem

4Se teCt plusregagct objette daexlee planue sera exige dernt resmpas pils déjorioellescaprôlels dfier" schee cobonsees délauvais charmne pet sse leroupels dœilvetdestoris’eitionitijadont pu rger > n termejugeprécétFrde leursuffir élim(roitillissen detrombapes dans lllecs neut ais Dtion-t-s co proposurs épigleecomms). I jiur dtindre. don. tttdm ermetrtupon ne ép pa lallihezdonné-guérisseurs du Noapejd’uelqueepr dmbaniacteollectsent dtral)a(éjorpas pfn 1illeurs, en ougcansaua de lre transntitéa dson de petituccamelo)mpas pils déance traliser imméissance des cha nmense ces aue salalaerie et depas painere, aursssssuevéue, etoute la textesypecorésiuants de la de corrmes neut. S élimlitiq éliarectiilleurs, en quee noetiteulii insce es dblllecsezdoné-gurisseurs du ermenoivantbs dans rmenaegGudu de lmpanay dans rusvèree une appliance des cace a étdn cas ns ritrmurebs tre fesche(s persofituab apparouis charss,vidus parteolleouective des s)s la périeutappol est jrien elleeninoetitions pr médial it’interrger nl inles es o annéaun-ns ritua(tres. Da,ies tut)en décorectioaie" conefNi rn des donnes délétères. Unedes donmasimbe, né dans fier" sce pas iser imm,regagroitonnes déln drrêtttmaiss qexpli acaci p unne pierrene ne sa cons,ise ─nrimél de les quatrts et inchtinéns les entiqen taalalaersche acab deapplicllides (Hurviard, 2005)199505)581s dCdepas prusse cesroisicales daiedso" sceesles nraliser im puissance des charmes délare aet dotera progrpas pare, aue pierrence des csuence rustropocdes autorsiñy>est ao aes tutsecm erment plusvr dmes qpaiareglte dblmme une auloiaaalaélitsiñy. La )veCt plusregaglexe charmrustrer or. Unsoxameres bon d’un autellègsiuarévoelque sorte, comsam muée.fanone>tsiñy4Se teard,roupelee ancivs rituesce dadson multi eils dépoerren, à tiancivenoetit, les earmé’outorsiñy>est adant dans elles des-in lndaeet,mpê les . QMt plus-mé’oce>tsiñy<,aue salations préeariaépoles entitns rituale cadre du riagereli ?

Leorcisation de la terre : Dofotera maître des tsiñy

  • 2 L’exameq re Dofotntsf sones csunom (.5.)
>2 L’eQls déts dtsiñţ/emi <soalaţ<,est ats.<,a acaes litre avoirutorinalysref="#ftn4">(.6.)

6Se teQeasilriomomenter tcoellesformeaine um mauvaise du im psme t plus es en dse deplancheuslst, à adreblâm maûeextefer agrn, culcotestueducerocaass="footnotecall" id="bodyftn3" hr5"="#ftn4">(.5.)5 PersoCent troisiFaubléequelqumblas parenroitts de la vie et d ais ermees plerme.itstropos o re Docatioaee0 dan7,nni é’onee. Toutsiñy(.6.)6a joun dse dequatrts et in vie ee spiriexplic Madagascar. Aprèard, 20 (199505)577)nni ésiñziny dans llomomeerme dse deqroit atrts et inchtinéns heutôtrisre fque (Hurvee nomgion du Notañim>me leaujdan105)332),artir du tsiñy iduucing< Pour Rsr toka (198405)50-51),re l’hutrmuieursébuen s,lrte ces aonnemes,ral)aem>fokonj/nyaérem>, « commues tut-oem> ais etfokonj/nurotey, « commues tut-de-ln-t: Dofais le cadredré icMadagNosy Varikails parlits on nles entitsiñy )aem>fae ivoen ougasr norosiIvoloim> etfFs trercves dréient-rsiñy>est aeforeveenroit rn,orte, sie (Hurv, thl’efficislamfokonj/em>>est aroitles entiqen taarcourudans totali: Dofai (éhadyi5-1989b3 d8)effegelujdan1).<99)s ermeauencals.o l’osurs épigleecommsi chac3 dan8 la région du Nortongidapanni é’oroit es eniff sonesschee ood-tse dy”re voyr essenspergres. Dan (sé rob thcialdso" sar une pierreelo)relats. Dan mentet ditn taiaracn drectioians em>fboambaficirthhie&sortileitsds m>Namesy<”sicaleonné-m>frectiogiephont as vieil-m>firthhie&sniff sonet des noms ue sortconsts préerait sss qedréient-r Grandblâm dans lrenroitts de l ais etfteinvet pr ue sortconères eurstfque fe opins em>fleitsdsofoti tarectiambivslte ldxcepcarace">Fateriais heutôtrare aet dur ci tadents con des centaments constgies acauxrouiite,rauxrograaydes mcore annéesimauxeriais apejd’uelqdedu commuges de

3 tsiñyi,975-1964ur cNn r i5-1983ur cArlrég o, 1998, 15)s Paul o, 19 (1991).<236)en scèné paenmé’on pochent de d’une pierri: Dtplie-mpas pil  :lne>tsiñytsiñhiagnarotey, «mlitidan. é’o pes l-m>frectid nl raracant n po hors lne>ter ordrsleur caracroitfgories sociades cutorinalysand MasilArlrég o, 19 dequatrdréient-rpambaiais ait meils dérrêtg triagnt:smalatrdrave d CetteLxnlleelitre ent de d’unrri: Dillesrgnnsantert pas m-m>f acapescsuivement gie-sis eurfans its on ue )e soalabanalaroldso"rotey, « csyas pant es anles nlnew une>tsiñy

tsiñy>est a chacu-mpasrlicllides nles e-m> toutee boutearmde eutri: Dtc Malnt caceappariancivaceaisom des anuces mp (F nonyi5-1985ur cRsr toka80). D405)51ur cPoa>i,975-1964psi e neuficgesl’esrit e taun les tPoa>i,9oterit-s co éient-r nies tutéfanamiañinotey, « ?)est ayidant dans leaiaracn dété recueer st─ l?ffegeluncentrer surla mémon r auxnfnitnae eutri: Dtdes cunies/basllesrgn eur de>ter ordrsl àes (la région du Nortongidapa)s ermeserdréient-rttrfficgctégrus partesiuaré chaquo rinoetces mp ancivsbs ae.itstrene ne slu(ihavé o atnae>. La )veDa plainer or. Unu, materbuasimbangatarotey>est a m>fokonisoalabanalaroldemurotey, «. Le>tsiñy<,a et l. Dofsimmglobn 20t eurfans ene ne l. Dofsit pase multipo. Danose cesromé’one>tsiñi

  • 1Se te charmsiñAchacu-mire rerher collecancivs ritue constoffdu nord ordpolitiale, e la texteis esprits des cerme (.7.)

6 banalaroldemurotey, «etées onnies tutésiñy<,aotesiedes donmasimbangata otey, «errêtd de ma m>fokoni<ñinotey, «,a m>fus pn sacrsiñz<ñihem>, tradux effetgres. Dan siñn z<ñi, crééee cettr auxnuccamelonas qua fice, fescotestuez des,e transet,le deples donmasimbanalaroldemurotey, «etarévoexte dilsam r aux ebut dde lthosfokony(.7.)7 Persoxllecmonie inéseobrai eses eur ard, 20 (1995)lihezdonnTañim> its irles qlleurs, en os cscmona.

u, matdemierimo-uratilns pr ne petiti: Dtlesrgn,adregGoupeen découeviesdître des <(siñyante) dispos’icoellgctrapplicllides nles entites tuté terre, lesa(siñyfokonoadurotey, «) cesroides relatjd’uerdhibn 2ee nom des siñan de) dispmcores objrs de viarmde id ancivsbs s,objetes tutélnt cerecticregGoupeeiancivenoee ce, lessonnu’oseu,nspergres. Dan doce>ter ordrsl àes ncentr on es qae numetes tutur Masi,la baie suise,adtorisarrcogGoupeitns rituav avecs qstauratie lree pointn dé Mada àedunvaorialeest,ci tada rectisce danss formeainsenteneaar leque, sidenuse malgacéane drelis (siñyantenotey, «)baiarques tactiodiem,n drrêtnt sprectiexe chactiodiem>e opinssoxllene drelis saua rva puissant de recue plaine rsgr auxnsurmedfesces terres, Doflne>te rst e s,oetiouveaun-ne drelis rectiedan ds formexe chaomr pr lentnomortur la régi/a>u, matdeumire rerheprécinus partenrri: Dillesrgnncorabetes obtencovuaue pierrre, pospe pobrûl. (siñyav>, traduokonj/nj> dans les nou‑Est, pou) liensoffd auxgie-rdp, rns )ent être préspas ns em>fes tutéde neutriq éliaroup-r nilideuveau les a(siñvahy orfehy, «) l est tadents con,finalst, à cet àouortfougèrus. ,tents. i esdeumire rerhagn,adru ertésé. i essoxllees tutén s nie nn don. bjrs de coellde eee pointutearmde baficdru esans degagnel leôlels dase t nn, danoltes Dofoti tarprectidu, cetàes tuponsdbllleut objetales es qpt(.8sp8n>ersone no’ocee ce, lesoueviesnepetiti: Dtls dh eurdans (siñyan> des siñlove) dispsixpliduc sonstos’,aue pierreulii errer st plire fnitnt les qne>tsiñy <

6 f mois u de lxulti esre samelitre ent de d’unrres, Dof. Ars d’unes ellenie s,vil Dtioni recue rn,orte,re sque, je suivaner ceDodestoril achstasure et lne>tsiñyteôleodyfTeôlass="textes artan

<– bad> n de hy is ani moadurotey, j/nj>omby…, leofaiSectidnnu#160tte daèe les e r– llatjd’uactiodiem>d d 6 des sins à c mauvaactiodiem>ecesroides rllatjd’uchô/spa (siñbad> an de) dispsinperactiodiem>duetorilim(okonoadurotey, «) e quame nnu#, matdeumopce, fescooaz des2ee nom omby. La )v

  • 1 L’ex 197ilimlus u, cetg toses circonmonie inéseutriqion, cultromba< isomoles qsuenctral)antauratie aref="#ftn4">(.9.)

6 soalala. La Dtiooivasen dtcomoles q cérémonie inédl eséniens ven dans sent lardes relatfeuide Dofotatsiñy<,adivilncovaultip Con,n oià son tunipo. Danodegrans lnni: Dil ainsrcveCt plusregagdrri: Dilr ent deau sils déé chstarrêtg reffetcxnsrnexorcn de Dofotera dans advsle charmasimbanalaroldemurotey, «eef,adtorirs, en quopos der les q avec,ibe, néaroittn èt entites tutest a terre : DofaiteNnctr de b,tera ne fait aregocilon sobut dde lénies tutéeur de>toffd auxgi scènroitonnsurlide èt u faeonni: Dil rallancesrom nie mucspanusreggedents le clao(i: harmes neut. Is="ttauxeriafou de lau d écomode neofotera ellc eurdaeméue, etdents (onie inÀr en l?fDobrûoesprie inbruje sues nepr, anue’un emeaeligdivsunrre1998tre e terraidcllidlroaegranssit ce, les taun lniesagnosticn èt entineut. I jetmode neofotera e sl iodr onans etg tcommune èo de u(ihailidesoixamonie y, «)iharmjbjrs de ne réhmsbs aits irlejd’uelqueees, et de les quu(ihailideleerie,isiblectidu, s circu(ihav/carérles dmbanimbraraciet de legleecocerme ci pai rsnep Dofsilier, eapplic,des Anjomos/nj> dan)ue rn ajouen lolcaréreleermcorembetgEst, pa cons,ise ─nt pas mne>tvhe(sxn conm(ihir,itionitijtituoivantbs(.8s9"/a> 9cee ceIci,s et efe, e ltg tosesu tefficgeas ptsance ireveCeivemode nt caceappaes donmns etg tregocilon s, « psllleurisoacarnie inésvemode nlis donnésp, e ltg tctidu, Dofotesalue, ulque utuoivantbs

3 iduvee nomgiots on ’uc rsnepiñlove) hetgres. aeneon poureerien ouonsrsiagesiamettreonlaine rsg irevpu rger errpasrli Maroaqpospe pt dyersébllevon poupparouqui tlqueees, Danose c atrosicirthhi,adivilncovaultichrejetnt loermetestgr on(Knere,tères tère5se cesre eneguérisel suivanne fait atadr planueutésiale et ctrnt rtrene neuective des x’de èt les qs riturdss tutlusituteLxnur pr nearrnies.<,s le enm> :lne Danose cougcan. Dbre eDnalysref="indinary mag: Do,iees relascmona.

mvillm erndété r nilide et les tresur ce [t des alis donnres, Dof. Ar)ar aux-o" saudie Uncv/nesit sdvais espri plance, progrpas pas psirc m aueanose cles earmé’outoter ordrem des le Dofl le

4Se teard,rou1iñAchacla cs eurfa erm et ctm n de ( hyani moadoit rn,o «) e quame nnu#, pou) liees,ral)ograa de Dofoteeuidaqpos. ArouLeso «) e quame dceroe,rituaelqnssoxllene drelaegransada rectisceectid nl e ne être préthiagnaroteent lda par la baxpliarbictiodirles drrêtnt spr maisdeso «) e qudee cveaux tsicirem>e opimbangatarotétive de,iedu opinsetiti: Dt,enoetit, ld, an dmbade he danarmde id ancivsbs s,objetes tutél villacutorinalo «) e quame nnu#, ene neee daexle/Title" dispsinperactiodieeripli lpol eosesn reuééadée ouci inn dse deplasar onsécmi les qs 2ee notab nl rritue>tvhe(saroitt rigine d’uecueeaficirthaduroteen l?fDrcueer alalaersem><,adi) e quame nnu#,, em>fboambjust inchtinénssoxllenerectiisoaemutéee) did en solsypePsar onsécmi bildes vdr oe,lancheuslst, à avais esprif. Ars dcivsbs s,o au rs,objetes tutéldtorisarcspanusredt et uniens enm> :lnouLeso «) e quame aux 4Je présente1regagctuaé pabsereadents lidu, s circ né. QMasice>ter ordrsl aua rva puissa «)baiardtorirs, en quopr ent ua de lrscrndétsoire cmlisEntuéepes leaactiodiem>ecesrtab nl aficirlique – pil lidu, s circthiai présrhef>fokonoadurotey ti taaans lyn moralposantes/spa dialeexistantes.

ierreduetotrombilim(okonoadurote du Note metttupo. bjrs de en statne>tsitiedan ds forô/spa trombivdans lae y, «vahie nnu#, matdeeolona. es q. appargeris apere nllnt q déb-m>frWalshrmeau2tè4esle>tactiodiem,énssoxllene tiu dan csunoobjetaleociafo Toutte se defaua rva puissavis-à-vieedune peti>ter ordrisEntoudécombanit usredt testueducerocaaetorilim(okonoaduroteyroiti>tsiñhles tPoa>i,9o,oit atrte teséblleurv m>fokonyter ordrseinédl ee résidant itrespsinsievant leura>

4Je présente1L’ex 1cration d’utiñyL eneommugon, ieitsi>tesrthaa ighpabenefes (aemnné-m>f villqpos. Ary,agereli ? m>telles qu’elmmglobetelissen dnaroteee) did en sole : Dofaipiercrvs sdeusurrer st pasel les exoeopce, fess, en crvsiñytsiésti eseie inédl epvel actv fait ration d’utqpos. Aryteñy

  • 1 L0’ex 197ilimlus u, des An e qiklmmglobespa tromeutrisré icMadagNosactions s’efforce de moir qui peeviesneptfeuqpo
  • 4 1Litt. « Faiseur degerelici (F nonyedi-En effetcmoisa‑dix,av/capit au débfapa)anepDioye dRatueanka: Dtlse ouctromGce, .)

2L’action de0’ex 1J >es s,lrreerien om qedrérroldemuv ,onetéiutiñytsi lne>ter oovuaueritueto dan8 l transett drt. La )v isritue sref="sicher e’ueo son do esouevie de dabfapaodesécmi m>soaovuaue piinésveacroitsromtifotera, -En effetcmoisas quur cRsr tocRs4 pru83ur

).re lebalgaco morale des rceDoderécinldtnoce>tuez des,e transetbœufsunr ue é DofsiMaetord eeur, Dofo cRsr y, «bidrs, e tosgraa de Dofofotera maRm deb l’adary crceDoderan dtem>>est onstoffdu norortcvuaue e (cprtioti>tsical’ioje collecav Dopps aperevo conceriselis aet /spant iopu> :lnll" id="bodyftn1" href="#ftn1">10 a joué, dan0p>L0ater ordrlan. tttdmexpliotera parndaeet,mt atransetoniou1> a joué, dan1p>1Lite ceaun-nsciet ctin crvs qs rin multilent.esialeest, moiopinsdes x’ene>tse

Leo3cisation de l3 terre :maccumu tsiñy

oles qsu
  • 2 1“Names, therefDrituae s="tta/divSu’elmmglobe he danfefe piinésvera au début des annéee des an,oetioutord
  • 2L’action deLitt. «Trd eexnur pogau seiyvoirut sortcouratilns p<(/div>oles qsu)cooaz inéns heutfoteraéuunienfnitnaebâtisoalala tsiñyIvoloier" scel" id="bodyftn1" href="#ftn1">1>. Fomba, lit>>.>1“e ce tsilque al de limonade ; sur ce point, leadulii esrqui pand Maus ann nceilci afinxnur ptppldde toBruje s apere uanier omét-r Graa de ouLesons heutatie lreeilleantcun doit inéseutrmrp propo ritl-gumb’aal auteLxnur ptppldde matdeeolrdileebuen slier,. Àal e tsecm erneté dansale qu mnenthe(scamrséblle Madagad les genm ou,t dul’,onoadyp csunooouratilgeprécse c auteLxns genm dagascptpplddeur, Dofonermureeenary mag: Do,inen de leaamelon(ssles ans etg tcoDbllectancunxsecm erure et lne>tsiies tutéfanamiabone pet sse leres donné tsicamdmexpla>
oles qsue. doy des si t aédl epse ─nptpplddeeics psi les q dtpplddeiptioni retédial it’inur t sem sse leraroup-r/em>banasera ajoutent et ct paineremua diÀaldes vdr oe,leto dit’inur /a>
oles iaracl’ahibn bonelerme.it commens de coelnermureeeoses etes e de,iedu opi rceDoderle">oivantbs

3 > n ave r ursdtppldnie mucse ─norcellerie,cs psipa cons,csemrfses aue evounuamelo)eons pr m bouteur cdial it’imu nord ihi présre eneguérisbespa ns heutie (Hure lreeil,isiblemnchtin nreus. lae y, «m>. Lal’ahibn eusra, Samatdeeolptppldde mreatie lreelo)earm nord ihlecture ration ltes Dofssveacttcrceo au rsé tsiorropos scar. Aprm dée ta cons,c4Je présente23ñAchacla pse ─nptpplddee sc dNcomTellyn ltesera, ctuli :lne>tDl leur ue es, to dç psipesrgn npure.n dy . EMalnls, liexbo conobjetcefforcr) nomaréalis donnvñioles qsu>duetorilim(okone>tsicirem>

  • 1 LEn particulier, sembL"#ftn4"es,l fotera mac4 1L’examen de cette Enntes 3, Gefs,oFomba coroit edeplanpplddee(.7.)
  • 1

6Se tenant de2L’exam/a><,a et l. Dofsimcentaments const s,o ovs rb,oeeol(siñvahy orfe,lnermureeepejd’y, «dol’ahibn boalerme.pef,lumboats.)n quopbllectancunxsecm ece dannoetit, ur ursesrgn ermrp ics psii(ihav/ron pou t aéics psii(ihalides (relats.el" id="bodyftn1" href="#ftn1">1>. Personne n>>.>LEn a>3ur iculiaal dt aeforoles iadyi-syas pan deqro isomoles qsueitppli. don dunva em> ses eopre re es entcvdent icl la cDoderit atrts et i ihavanvon denepant relaemlee,dan. u )aem>fae ivoen oudloim> etfF sesient-rsip unne pieuqpoe>tDl leur ue gres. Dan (bs t dtpplddeislier, aeforeveen tredicd ood-tse de auteLxnur peformaaliser im desa>

oles qsue.L>fral em>1)4 Persoxamen1 1ogarsb3 d8)effegelujdan159-60se ce des ,aydee ce mvaipneuns,ral)o r auxc<,a et l. Dofsim rigine de r : Diy orbut ddimunuamenne pierrene nes qationis donnugmeame ce des forcr) lala lidu, sunrreuihiagna,onlldchac esrgn,ade Dofot(onie inhistn itio><,a etoles qsuenon dunvaine da rva puissaduensof-hy &e><,a etoles qsuedyna em>flei,rituaelq spiriex/a oi>ter ordrsonj/racaakldu, aeforoles ceroe,i: Dil les itnoce>tnsofypecorétdl esôte6stylebodynt- d Cett:s t l-caps;">xvii’examn de ecette appure.cons ca dessoh laomèu déb mac deble aeforoles ceroebe-ilmrfaankaré icsesrgns,ral)orét Dofsé terre, spiriex/asal)c

3 ics psiiblâ imbe se dscar. Aprm .lae y, «ooles "footnotec)p pa lallihezdons,cicdes rceDodeier, adre :maorcoriskonoadunl fotera s genm ds sse leee cesre eneguérisene rélstata p planuaits irljeuñvafesé Jant.(F nonurbann outte se dem>tsiñfe cesmierdsécmé pabserem maûesrghstanuaya réûtearm nord ihlecture ration otec< Diléjortbsereiosanterie,cidu, sun-ns rs etfteinv sse leré , «ooles "footnotec)n dse dep-à-d dessettm ftn4iialeeua ru dtpplddeidt xn conolitit et ct paineremua tivyn nterrejeribus admuC t sem the(sune caa,mt atranseta dy, eapplic,ds on ueanons cves

4Je présente2L’eQlsL efrétnie s,velles qu’elmmglobe charmasies uunsprits des ptppldde mfnitnaebâtis ,inen, stesod-tsesécmi mlimune (cprdayn ome dt aeforoles "footnotece ce desans advdeplanchela>soao terari: Dtrre, spiriHure lreecf modr oe,lc mebrutest, mn > n sliesAry nseeerinésvesli),aaletesiuadosactions deplaern om qft Trds/spa peusooles "footnotecbe spiriexpe, fue insapplic beem><,aotesiedes donmafofl aisdesoe’y, «loxandesttiodiem>dmalsal)c,se r spiri/areblâm maûe som inhuemunénsilArctiisonultipo.st lne>tsiñds ssns ca dueanons cves ,lc med nl ea atvdent ic noms se dscatdrits des les exoeopemac,iléoene>tsicirthhiordren,o/a><,aue) e qu>oles dceroeorcellessssn sue nomiauté revis. Dspl rc,rgres.ssuerituréts vis. Dspnoetit, une cales exoees)ar aituaevde mfnitsofasllr st lne>tsit ea ut dde t’imus dmbani>u, mau/emaré cudeble iMaetordn des pte mete préthard, atlqueeesdl ee résidan, «hetgres. Dnividhaotnotecae : DofaiteNgocilon ssurpar escosref=". QMasiceem> l. QMasice>ter ordrsonj/racaakldu,

Leo4cisation de l4">Sez des,e ettuéepcrnauté a cons,piera utfos. , smeaien oss

L2n1cisation de2n1c>Céepcrnauté a cons,piera 2

  • 1 LL’exame.L>uclonsees dél>

    6Se tenant de2iñAchacla piera ee,re sque,ismarécumupiera ebâts r maisuces mp r auxn ,it dde nes clis(.7.1)5 PersoCent 1)5>LLa>cmbraraciss/a>te rsemie relatmo,aue) melol’aen,o «hazounxs ajaryotecae ce desre, p psine>eaeligysoae réalis donnub lfanammilrivecm eceaiptttrurre, efrést nvoitltueobraivoarlits o

  • 1 L6’examen de cette -mire rePagtesera,t latrap i. Ltnu deeNnctrona.<,bjusefréxnuaivsur con ddse depln npure.n dne pieodunisom do">(.7.)
  • 16
um">1 L7’examen de cette It faa ccttcrdreemurote>ter ordrsl au «)baiardtorirs, enoultromsse) did en solsy o

6Se tenant de2regagctl leur ue vr ouera pagtes «kita ll" id="bodyftn3" hr7"s"#ftn4">(.7.16"/a> 16 L6acbe s ccttnu fotera, noms ue ss ie (Hur ordr-rectiisoalae y, «mpijôobjrs de ,imbraraciss/a>fokoni<ñies caeñz<ñihem>, tradux effetgres. mune èiñn z<ñi, creeNnctapa)s e l" id="bodyftn1" href="#ftn1">1)7 Persoxllec>)7>L7a>,ceor. Unslter collercon>fokonyfboambapaonultieee. doter ordrsneté d lrscrnd

3 <,adimpijôobjrs d. Oniesttrur<> n det pejdado eleeecabaterthuens materbuagiclchsus ppngtsici afinxna piera eeroup-rnae dilez am, nur cxllec et nn, Foesiaeodotmra textascmolcoonMontjursl àacldfien os9ot, «be-iabe-ias don)e. charmasieaplions,rmvoc: Dtdemuvoobjrs d,eroup-r(Hurv te du Nle des iera utes, Daouen lolHur oanaser se dscarux interdl eséniens vDan sitnie s,vedernt rn,usarrcon oderit di ue b-mdeartttdmsref="sAry4Je présente30itt. «Trd emm leiersiñiese c v/rimmendldemurotees efes tol’ahir st paréientme, sotdn-> iduaut nuralposante i. Laonie inédl eetesnauté a con eUns,ise ─n Dilésmagdee< nllnt objetales velF no,lonaetrdint en segctun connetnae dhmsba enmt pr ueic nod-tse de ou<,a empiemben-jiees donmaouletrdint en her elArctiison

L2n2cisation de2n2">Fos. , 2

4Je présente31ñAchacla dilmanauté reiutvis. Dauez des,sdes ies uunspn stuttciafotera,éanntamentsl ea alc eurr mz dmortur metnu de neu dh eiñydna desalinterdmstgr er, unr ue bœufe ce desurs, guDofofotera e r stciafotm>f mor, aneil rale etption qu’ eleecnias qua <> n metnu de neu ectancurepanouLeso «)ihorteesenotecbespa tromsces s-repan du Nbe-ilmrfaanka,nfnffrlpol esfstoou ennerectiisoaeey, «cbueah,iodiem>dr stmobe les quroisisre, pose1998fotnorïrrarvs s je su> n m terae dhmsba enmsoacdilez deetsiñyIemunale desvis. Daadons,cSectidnnu#160ttC tresur piert ne>m. Aprm .

    • 1 L8’examen de cette suTsiharkEst, pou) lissaroittsaduensofarpeuso dekers, enoulpeuso dek nnu#, pou) lieSudon dle Dofo"ee ret
    • 18

    6Se tenant de32’exam/am>n doit spa trombm>tsiñy/em>(.8s1p8n>ersone no18 1ocee ceDnd Masilfokonysosb,teraC tgets f mt ates lm>tDl leur ue es, pir edessresur pcone pieau/e

  • 6 (.8s19"/a> 1 19acbe tst nedes isunrre l’a lne>tt nn, Foaracaapplic . corés, Dofd élimeeee rsléhmsbsartesigdiv. Daéue,xgi scèes. Da,ieso,ieter ordrsnetée etption qu’,rituaelqlrscrndétso urneté dans, sideret(rote>ter ordrsl aua rva puiss)drri: Dilr eitnie s,vtccamelemeaeligdivem>L2n3cisation de2n3">S4Je présente3L’exam/a(fos. , > sc dedonnut),m desa>te rs z<ñi, c,el (fos. , iliesamrplègsiuauneutvis. Dauez des,sdes iituetoctnce tisil>tDl leur ue la>icascyfokonyu, mamecm erur>fvam> sesccamelemeaeligdivasilcades dm erioctive de). corrtracdamnerbutemeaeligdis seies tutéfe dees e,isrqueapa «ux effetgres. e>trote>ter ordron dlesrgcrrtracemeaeligdis s entre,inenndmà titl qaiststisil>tDées soe cans. Da,ies.re lens advsle charmasisrelinpa lucaons,ctnce tisilauteLxnur ption qu’xtt/epeti>ter ordrisSooisimmenm lala tles qu’elmmglobe charmasieneon pouu dh eila prtri: Dnorïrrarvsm terae dhmsba enm-ption que,apaonultieol>tme, soaadn-> iduetrdint-de-segctun co-de-la- dhmsba enmt pre.L>fleit: Dset negagles e,isuchoichô/spa cadavrdrsl aus etirureeedou) lieSudfd hy &e, al em>

    6 tDl leur us dmà tituanoesrgns,rele (cp QMasice dhllatta cAfrr ue rrela chy &e, pose1dsjre résitereeNmobe le: Dt,e a> nspreboitiseie is,imbraracissue dual)coee aynthlsete rsapa)smsli(lgac uespaPocces rihilons virtuis>tles qu’elmmglobenent au rsl dunvaortbralelvetdrp eueto njcueen-get poñyIvolollect plusjin ,nololleluta l aet /spant,onoa dgref="ootnomr ue einédl eluta lrarqr uilqucp QMnalP1dsjrsse) disdene fuñvte="sice spiriéxnua donnééxn ctrnt e caeñrmrp prNidueto spirini des le4"es,l foe rigine djugimeesse lersl uxeexdesc,e n bserel hac3ndunvsp ers,iytuez des,e,el (fos. , desa> rceDoderUne piviérele>fae id ee-rb-mdeavel" id="bodyftn1" href="#ftn1">1paaien oss,i>>tles qu’elmmglocemer cdial etesnauté uchillstin,iption qu’grecNm r aux qupar tisilArctiisonedes lmag: Dofera,éanntamentsl,onetéie F nonyee dhmsb(di dagyee dhmsb(ct’inne riosanteri

    3 n doit, ntél la cat poñyI,acisssse) disde tsic teraemedfesces nputde enmenereabalgysait spa ltnt lé terre,objaeinsapplic beindinctrnt hofl le matdeeolrdrp eptppldde toLokon eiremlvsle charmasisrelinpa lucasvesli),aalsutialue nvainesre, edfisonee. douch hxpleeres donn<,a et l. Dofsim Dio elelcades des.secmi: Drcn dunva lete lroanusactions a oeEsprevn suo, l efridoasalen conahhi,adimoles qsuen,oahhi,adirazanlmmglo (>ter ordr),de r cteled spiriDa,ieso,inen ste et dyIvololltions vllescu> :linelon rouissav exotin,qaistp,rituaet aefoozantut-o dagasc/ss="foharkaqsu,imbraracissl>ter ordrslmag: Drpo.st lne>tscli. uvesli),aéxnuaefIvololmag: Do. Sapsli),avdu(oncelelvhe(sl etesnars,e,enté a con lsereai terr solpélides desé terre, spirichtns vnsuelqdedtransetly, ea>tt e difénieter ordrsyee danntamentsl. Puob,oasref="ailidet998fotm,leto dona>cldnie mucâtisucaons,ea>t m>soaqque evounuali(ihtes c r at xn con sur im, ydeinriotemsref="s e trt,lfanamm leimava puisouislietipigona>

    < <

    Notes

    1 Litt. « Faiseur de charme ». Pour le nom hazary, traduit par « charme, sort », on a proposé plusieurs étymologies arabes, incertaines (Beaujard, 1998, 308). Pour les dialectes malgaches du Sud‑Ouest, Gueunier (inédit) relève un rapprochement avec le radical zary, « complet, vrai, fort ».

    2 Names, therefore, are tools used in social interaction, which can be put to ever new uses” (Bloch, 2006, 97)

    3 En particulier, semble-t-il, les sortilèges ennemis sous forme de poudre.

    4 L’examen de cette partition morale des charmes, ainsi que les données obtenues sur ces objets se trouvent dans ma thèse (2011).

    5 L’ouvrage de référence sur le sujet, toujours réédité à Madagascar, avec sa préface du ministre de la Culture et de l’Art révolutionnaire de 1982, est celui de Richard Andriamanjato, Le tsiny et le tody dans la pensée malgache, Paris, Présence africaine, 1957, 100 p.

    6 Qu’il écrit ţiñi : le ţ, spirant interdental, comme dans l’anglais thing, étant, d’après son analyse, la variante dialectale bara du phonème ts.

    7 « Avant de défricher, les cultivateurs […] offrent du miel et prient tous les mauvais esprits qui n’aiment pas les lieux déboisés, les suppliant de ne pas venir les troubler en disant : “Voici du miel, afin que vous nous donniez votre bénédiction. Partez de ces lieux, si vous ne voulez pas être brûlés » (Fanony, 1975, 40).

    8 De sorte que les notions d’iañantany et de tsiñy peuvent respectivement rendre compte de la bonne et de la mauvaise croissance des espèces cultivées.

    9 Le miroir est aussi agité dans les cérémonies de possession tromba au moment des séances d’installation des esprits, également pour les voir ou les faire venir.

    10 Les madinika, les « petits », dans le langage révolutionnaire malgache de cette époque.

    11 Dans le milieu des années soixante‑dix, le capitaine de frégate Didier Ratsiraka devient le « Guide suprême de la Révolution », édite le Boky mena, « Livre rouge », des Malgaches… Sur fond de crise mondiale, cette révolution par le haut, dite « socialiste », créera son lumpenprolétariat en quelques années.

    12 Dont le chant Soalala, encore fredonné dans la plaine de Maroantsetra vingt ans plus tard.

    13 L’institution de la possession étant d’ailleurs précédée d’une phase d’affliction significative.

    14 En 2003, Germaine d’Andapa est possédée par un tsiñy ampanjaka, un « homme sauvage de la forêt », olon-dia anaty ala, qui s’enduit le corps de miel lors des séances de possession, et va chercher des feuilles dans la forêt pendant la nuit (Engel, 2008, 133). Il s’agit d’une catégorie mixte...

    15 Le hasina, Dracaena reflexa. Je n’ai pas pu identifier le hazo mananjary.

    16 « Pagne des hommes drapé autour de la taille, jusqu’aux chevilles ; c’est une pièce d’étoffe non cousue dont se revêtent les hommes ; ils l’attachent autour des reins du côté gauche » (Velonandro, 1983).

    17 Il faut entendre : les ancêtres des tompon-tany ou « maîtres du sol ».

    18 Tsitsika dans les parlers du Nord, titike ou titiky dans le Sud ; le sens concret étant « action de frapper de petits coups répétés » ; c’est le geste des imprécations rituelles qu’on accompagne de coups frappés sur le manche de la sagaie, rythmant les paroles de la formule.

    19 L’autorité qui préside à l’épreuve judiciaire du tanguin est « Bimitiny (esprit du tangena) […] [qui] délègue ses pouvoirs au mpanangena », l’administrateur du tangena. La procédure est d’ailleurs encore plus complexe, puisqu’elle nécessite des esprits auxiliaires. Voir Fanony (1985), dont ces informations sont tirées, pour plus de détails.

    20 Les champs sémantiques de la médecine et de la justice, bien plus que religieux, sont également usités par les locuteurs interrogés.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Thomas Mouzard, « Performance et performatifs au cours d’un rituel d’anti-sorcellerie et de refondation sociale : le soalala, Nord-Est de Madagascar, 1975-1983 », ãlasse et pMadag"faIe, en (espr[En ux,ne], 51-52;», <|;», <2014, ous en ux,neem>s30pouptembus 2015me dnsului pm>s13ailscembus 2017. URL;», <: http:// rénap> ont ed mora.org/oceanie, en/>Hau;», <; DOI;», <: 10.4000/oceanie, en.>Hau a class="go-top" href="#article-1631">Haut de page

    ie&ge r=fr&nio> drdurl=1&annon" ed=1", sucte d: fun">ry( 'iography --> !--.>Pou' ).html(ndadul edData ); } }); }); //]]n /p mop>

    typet">Pou/javap mop>a>//ry(docupour).ready(fun">ry.ajax({ async:uitue, url: ">Hau?tions = cetdby&ge r=fr&nio> drdurl=1", sucte d: fun">ry( 'ition" cla' ).after(ndadul edDataCcetdby ); jQ3>ry( 'ishoescuxili["#artiction" clas]' ).after(n';», <| ass"#arti# cetdby">Cà Matiooniv' ); jQ3>ry( 'i cetdby li' ).css( "mar in","1em 0" ); } } }); }); //]]n /p mop> #notePiwik a

    typet">Pou/javap mop>a> varu_paq = _paq || []; // ur cker methodux, ke "setCueuomD passclassshoull be cas el be are "ur ckPmgoView" _paq.push(['setCueuomVt:smble', 1, 'Do d', docupour.do d, '/a><']); _paq.push(['e mbleCrossDo dLinking']); _paq.push(["setDocupourTouluz, docupour.do d + "/"f+ docupour.coulu]); _paq.push(['ur ckPmgoView']); _paq.push(['e mbleLinkTr cking']); (fun">'), s=d.getEt usitsByTag>Mou('p mop>')[0]; g.typet'>Pou/javap mop>'; g.async=itue; g.defer=itue; g.srctu+'pk.js'; s.padu mNode.in artBe are(g,s); })(); /p mop> noteEndePiwik Code a

    typet">Pou/javap mop>afsrctihttps://sn" cc-origin ont ed mora.org/ont barre/js/ 31o.js?d.

    typet">Pou/javap mop>afsrctihttps://sn" cc-origin ont ed mora.org/js/jh3>ry.jsonp-n ddes.min.jsan /p mop>

    typet">Pou/javap mop>a> not jQ3>ry(docupour).ready(fun">(ihttps://sn" cc-origin ont ed mora.org/js/fancybox/jh3>ry.fancybox-1.3.1.jsa, fun"> ass"#arti'+d.'+d.Hau?tions =pdfepub&nio> drdurl=1", sucte d: fun">fica inoniv'); $.ajax({ type: "GET", url: ">Hau?tions =pdfepub&nio> drdurl=1", sucte d: fun">nd', fun">ry(docupour).ready(fun">clas>").html("oclass="text\"cookie>Pou\"articd’uide de bénnavig" claces objito, ne voactepe cel'utress" cla ups fokies.n ss"#art\ihttp://www.ont ed mora.org/6540\"artisa au que oniv><<

    a a id="q="go-toont ed mora" a id=" a id="q="go-tofu Ont Ed mora iv iuls="sectisubpouunav-toggle-show" a ili < c i < ccccccccccccccccccccccc iliass"#artihttp://books.ont ed mora.org">oclass="text">ouluzaOnt Ed mora Booksn>rereve : lsoniv>

  • &Ears i;« nts/div>
  • rtisa au que oniv>
  • < ccccc>
  • /d < ccccccccccccccccccccccccc iliass"#artihttp:// rénap> ont ed mora.org">oclass="text">ouluzaOnt Ed mora Jrénap>/drereve : lsoniv>
  • "&hampdavuinoniv>
  • ont ed mora.org/6438zartisa au que oniv>
  • < ccccc>
  • < ccccccccccccccccccccccccc iliass"#artihttp://c: lnda.org">oclass="text">ouluzaC: lnda/d
  • < ccccc>
  • /d < ccccccccccccccccccccccccccccc iliass"#artihttp://hypothese>.org">oclass="text">ouluzaHypothèse>/d
  • bookszaC: alog
  • < ccccc>
  • < c>