Navigation – Plan du site
L’image au quotidien à Madagascar
4

L’essor de la photographie de studio à Antananarivo dans les années 1930

Helihanta Rajaonarison
p. 99-120

Texte intégral

  • 1 Ellis est venu à Madagascar en 1853, 1854, et c’est seulement en 1856 que la reine Ranavalona Ire ( (...)
  • 2 En 2005, Claude Razafitrimo, photographe, gérant propriétaire de Photo Hova, le studio initié par s (...)

1En présentant la photographie comme un produit magique pour éblouir et gagner la faveur de la Cour du Royaume de Madagascar en 18561, le révérend William Ellis de la London Missionary Society (Lms) ou Mission de Londres ne s’est douté qu’elle deviendra une pratique appréciée des gens d’Antananarivo qui cherchent à se détacher de l’esprit grégaire qui régit l’ensemble de la société malgache. En effet, la phase d’étonnement et de curiosité dépassée, les membres de la Cour se sont hâtivement approprié cette pratique profitant de leurs relations avec Ellis, le « visiteur officiel », donc, invité de la Reine, afin de bénéficier cette nouveauté. Très rapidement, la photographie devient l’apanage des notables de la Cour, qui donnent le ton, et, dans les années 1930, où les studios fleurissent, cette pratique recrutera toujours son public auprès de la haute société d’Antananarivo2.

2À cause de l’engouement des gens d’Antananarivo, la demande est manifeste. De fait, studios photographiques et individualisation se développent avec la même intensité. Le service prend de l’importance dans le paysage commercial. Désormais, il est question de photographe-commerçant et de client, les deux étant des personnes qui, de leur propre gré, décident, pour le premier, de mettre en pratique ses compétences et, pour le second, de s’approcher de l’objectif, en vue de concrétiser son propre imaginaire. Ensemble ce duo fournit des représentations photographiques de Malgaches par des Malgaches.

3Mais pourquoi la photographie de studio connaît-elle autant de succès pendant cette période ? L’appropriation de l’image de soi est-elle fonction du développement des photographies de studio ?

4Aussi, pour comprendre ce fait, faut-il voir de près ces opérateurs de studios puis cette clientèle qui les nourrit. La disponibilité de matériels photographiques, l’éventail des services proposés sur le marché et dans les commerces sont autant d’éléments qui favorisent la concurrence entre photographes, mais cela permet en même temps l’accès de la pratique par un plus grand nombre. De plus en plus, des studios et ateliers photographiques apparaissent, chacun vantant ses atouts sur les autres. Mais qui sont donc ces « maîtres » qui vendent et attirent autant l’enthousiasme ?

Photographes malgaches d’Antananarivo des années 1930

  • 3 Claude Razafitrimo se rappelle des tournées de prises de vue que Photo Hova organise en province. P (...)

5À en juger aux annonces faites dans la presse, nombreux sont les vendeurs d’accessoires photographiques et studios qui proposent leurs services à des clients en dehors de la capitale3. Mais l’enseigne n’en reste pas moins à Antananarivo. De fait, on peut appliquer à la photographie la remarque donnée par Andrianetrazafy sur la peinture à la même période (1991 : 28) :

« Son expansion se limite dans la ville d’Antananarivo, centre de décision politique et surtout lieu de convergence des influences européennes. Elle n’intéresse vraiment qu’une faible partie de la population de la ville. La peinture est l’expression d’une culture adoptée n’a touché que l’Imerina. Antananarivo en tant que capitale du Royaume de Madagascar est promue centre de rotation culturelle. »

6Toutefois, trois noms reviennent souvent à la mémoire de nos interlocuteurs : Razaka, Razafitrimo et Ramilijaona ; beaucoup de foyers que nous avions visités à Antananarivo (plus d’une vingtaine) possèdent à des quantités différentes dans leurs archives des photographies réalisées par au moins l’un des trois. Qui sont donc ces hommes qui composent le groupe socioprofessionnel des photographes des années 1930 à Antananarivo ?

De « bonne souche » et fortunés

  • 4 Malheureusement, nous n’avons pas la photographie en original ou scannée, mais elle est, toutefois, (...)

7Suivant leurs statuts, être photographe à Antananarivo dans les années 1930 n’est pas donné à tout le monde. La quasi-totalité des opérants, suivant leurs patronymes, sont non seulement des Merina, c’est-à-dire des originaires d’Antananarivo ou de ses alentours, mais aussi dont les noms ne sont pas inconnus du public. Sur une photographie d’auteurs contemporains des années 1940, réalisée dans le studio de Ramilijaona figurent des personnages dont les noms sont familiers aux Tananariviens : Razafitrimo, Rakotondramanitra, Ramilijaona, Randriamanantena, Razaka (fils), etc.4

  • 5 Ramilijaona meurt le 4 décembre 1938.

8La famille et l’ascendance sont des éléments essentiels dans la définition des identités sociales des Malgaches (Rajaonah 1996). Même si l’individu en tant qu’être social a une identité plurielle, le nom garde toujours sa place comme premier élément d’identité de l’individu. C’est peut-être la raison pour laquelle la majeure partie des photographes de l’époque sont des hommes, pour que le public retienne plus facilement ou pour qu’il puisse « voir déjà par le nom qui est-ce ». Pour les Razafitrimo, par exemple, ce n’est que dans les années 1970 qu’Elaine Razafitrimo prend part dans les affaires du studio Photo Hova ou encore sa belle-cousine Edna pour le studio Edna. Même si les affaires de Ramilijaona ont beaucoup prospéré, sa veuve, après sa mort n’était présente que pour réaliser les dernières commandes avant qu’elle ne ferme définitivement le studio à la fin de l’année 19385.

9Les studios cultivent leur distinction en se livrant à des activités rémunératrices. Ainsi être photographe dans les années 1930 n’a plus rien à voir avec les prises de vue « cadeaux » du temps d’Ellis, où il prenait les dignitaires en photo pour éblouir la Cour dans le but d’avoir les bonnes grâces de la reine Ranavalona Ire (1828-1861). Cependant, le milieu du commerce, qui inclut de fait le métier de photographe de studio, est le mieux représenté dans la catégorie des Malgaches les plus fortunés de la capitale. Ainsi, le commerce ouvre éventuellement la voie à un statut juridique et politique qui s’assortit de privilèges et consacre une aisance de fait. Aussi la profession est gage de prestige, alors qu’au temps de la royauté, on prêtait plutôt attention à la « qualité » de celui qui l’exerçait (Rajaonah 2003).

10La qualité, voire le luxe des studios pour attirer les clients, exige un investissement assez coûteux, entre aussi dans les publicités que le photographe se doit d’inventer. Amar (1991) en donne quelques détails en France : ces photographes travaillent dans des salons luxueux aux lourdes tentures, aux tapis moelleux et aux marbres précieux, palais d’illusion et du dépaysement, souvent décorés d’animaux exotiques et de toiles peintes représentant des contrées lointaines.

  • 6 Information obtenue lors d’une visite chez Bakosoa Ramelina, née Ramilijaona, en 2003.

11Cette ingéniosité dans les décors des studios est aussi visible à Madagascar. Par exemple, chez Ramilijaona, balustrades, tapis, chaises ornées, ont été utilisés par les différents modèles. Lors de notre visite à son domicile, maintenant occupé par la famille de sa fille, il nous a été présenté quelques mobiliers qui ont servi uniquement dans le studio de son père : fauteuil, chaise, guéridon, etc. Elle n’a pas oublié de mentionner « la glace et le peigne qui étaient mis à la disposition des clients à l’entrée de la salle de prise de vue pour qu’ils arrangent une dernière fois leur tenue avant la séance »6.

12Avant d’exercer le métier, l’élève photographe se distingue des autres jeunes de sa génération du fait de la singularité de ses études qui ne sont réservées qu’à un faible nombre de personnes. En effet, si la majorité des enfants poursuivent la voie de l’enseignement général, les élèves qui se destineront au métier de photographe doivent se plier à des matières en plus. Malheureusement, nous n’avons trouvé jusque-là aucun dossier qui pourrait contenir ou retracer le type d’enseignement destiné à cette branche de la photographie ; on sait juste que c’étaient les missionnaires, notamment de la Friends’ Foreign Missionary Association (Ffma, les Quakers), qui ont donné des formations aux tout premiers Malgaches de studio.

13« Les professions qui requièrent généralement le passage par l’un des établissements de la capitale sont l’objet d’une haute considération. Par ailleurs, le christianisme associé à l’instruction sont des critères de distinction sociale », signale Rajaonah (2003). Le prestige de l’établissement scolaire est un élément d’identité très important si l’on considère les éloges de l’école de la Ffma d’où sont sortis plusieurs membres de l’élite de la capitale. L’école des Quakers, « fondée en 1870 par Sewell…, installée à Ambohijatovo, recrutait parmi les meilleurs éléments du primaire tananarivien et dans les bourgs d’Imerina centrale. L’école comprenait une section primaire, qui exerçait une attraction dangereusement concurrentielle sur les meilleurs éléments des écoles de paroisse ; sa section secondaire était réputée pour le sérieux et l’homogénéité de sa formation… Les enseignants malgaches comptaient des figures dont la notoriété s’étendait à toute la ville… » (Raison-Jourde 1991 : 511).

14La Ffma forme l’élite malgache. Les élèves deviennent pasteurs, médecins, commerçants ou agents de l’administration (Rafolo et al. 1998). Or, être allé à l’école, mais en plus avoir bénéficié d’une formation particulière constituent des atouts majeurs dans le cursus du futur photographe. Aussi, la considération du public envers un praticien de profession libérale se construit dès ses années d’études. Pour apprécier un professionnel, la société remonte jusqu’à la formation. Une notoriété s’acquiert tant sur les résultats dans le présent que sur les bases d’un cursus accompli.

Ils entretiennent un standing

  • 7 Renseignements recueillis lors des différents entretiens auprès de Monsieur Boanaparitra en 2001.

15Le groupe socioprofessionnel des photographes s’est « inventé » des pratiques qui le distinguent, par exemple, l’utilisation d’une langue étrangère pour communiquer. Lors d’un entretien avec un descendant de Razaka, en 2001, Monsieur Boanaparitra raconte que lui et ses cousins étaient étonnés d’entendre leurs grands-parents, en l’occurrence Razaka et sa femme, de parler anglais entre eux. Sa grand-mère, ancienne élève de Miss Gilpin, était parfaitement anglophone et cela les a toujours impressionnés. Il semble que les photographes ont des rapports « familiers » avec l’Occident tant et si bien que la plupart de leurs descendants choisissent de vivre à l’étranger. Est-ce leur profession qui fait voyager ou est-ce une pratique importée qui transporte ceux qui la pratiquent, à l’instar de Ramilijaona qui s’est déplacé en Europe (Belgique 1930 puis France 1931, en vue d’un concours) et dont le fils s’y est émigré, ou encore les Razafitrimo qui ont séjourné en France pour y laisser beaucoup de membres de leur famille. Certes, la famille Razaka n’a pas choisi de partir vivre à l’étranger, mais c’est déjà chez eux « l’ailleurs », car on ne parle pas malgache dans le foyer Razaka. La vie très anglicisée est manifeste dans le choix des décors de la maison ainsi que les habitudes familiales depuis l’entretien du jardinet jusqu’aux pique-niques périodiques en dehors de la ville7.

Ils nourrissent des liens avec leurs clients

16Suivant la remarque de Rajaonah (2003), le photographe noue des relations avec des « parents, originaires d’un même village, de mêmes ancêtres, compatriotes partageant les mêmes idées politiques, mêmes cercles de fréquentations. Tandis que l’adhésion au christianisme, l’instruction, la connaissance d’une langue étrangère, une formation par correspondance à la rigueur constituent une garantie sérieuse dans l’exercice du métier » et donc une promesse de réussite. Forcément, un lien s’établit. Cela peut commencer par une quasi-indifférence, mais, à force de s’appliquer et de s’impliquer dans la réalisation du portrait, le photographe ne peut rester insensible, tel le peintre qui, en réalisant un portrait de son choix ou commandé, devient observateur pertinent de son modèle.

17L’exercice de métier de famille reste un indice pour déterminer l’ascendance d’un Merina, ou d’un originaire de la région de l’Imerina, de la région d’Antananarivo très généralement (ibid.). La forte présence de studios dans la capitale est justifiée par la nature même du métier de photographe, qui se présente généralement comme un métier de famille. Les Razafitrimo en sont les représentants. Claude Razafitrimo, de Photo Hova d’aujourd’hui, confirme les débuts de son arrière-grand-père, succédé par son père et son oncle, dont chacun sera suivi par ses enfants, lui et son frère Jean-Pierre ainsi que sa cousine Edna.

Techniciens et « artistes »

18Le studio est le lieu de travail du photographe où il règne en maître pour déployer son savoir-faire. Les studios sont aussi parfois appelés « ateliers ». Organisé en « temple de la photographie », l’atelier est le lieu où le client doit parcourir un espace « publicitaire » d’apparat ou d’accueil (Frizot 2001 : 74).

19Exercer le métier de photographe doit réunir certaines qualités indispensables qui sont surtout de nature technique : disposer d’un matériel et d’un savoir-faire acquis dans l’apprentissage auprès d’un ancien. La photographie est une pratique professionnelle (Ouedraogo 1996).

  • 8 Entretien de l’auteur avec Monsieur Boanaparitra en 2001.
  • 9 Entretien de l’auteur avec Monsieur Claude Razafitrimo en 2001.

20Le petit-fils de Razaka se rappelle le préau de la maison familiale à Ambatonakanga, puis de la baie vitrée ainsi que du fait que les prises de vues s’effectuent plutôt à l’extérieur, sous la baie vitrée, mais non dans la pièce intérieure. Razaka, dit-il, fonctionne surtout avec la lumière du soleil. Par ailleurs, il invente lui-même des couleurs pour colorier ses œuvres avec les fleurs du jardin qu’il entretient avec soin. C’est lui qui pousse son petit-fils à le considérer comme un artiste tant il n’arrête pas de travailler : « Il crée des photos, il bricole son atelier, il fabrique ses propres colorants, etc. »8. Le studio Razafitrimo, selon les informations fournies par ses arrières-petits-fils, est décoré de rideaux, avec une lumière naturelle, une baie vitrée, un toit en verre et une rampe de lumière électrique9. Chez Ramilijaona, la baie vitrée est remplacée par un récepteur de lumière sous forme de cheminée de glace ouverte sur le toit, pour ramener la lumière dans la pièce où se trouve l’appareil-photo. Lui aussi possède un petit jardin dont les fleurs servent à colorier les photographies. C’est ce réflecteur de lumière, une nouveauté de l’époque, qui fera la réputation du studio Ramilijaona.

21D’une manière générale, les photographies de l’époque portent le sceau sinon le cachet de son producteur. C’est ainsi que nous avions pu relever l’identité de quelques photographes moins connus, mais qui ont bel et bien exercé le métier de photographe de studio à Antananarivo. C’est grâce à ces signatures que nous avons pu relever que les photographes se donnent des appellations comme Rasolojantovo d’Ambohijatovo, qui se dit « commerçant-photographe ». Dans le guide annuaire de 1938, la photographie est classée dans le volet artisanat. C’est peut-être la raison pour laquelle plusieurs se disent « artisans-photographes » si le grand nombre se limite à la signature de « photographe ». Vraisemblablement, les « signatures-titres » ont été inventées toujours dans le but d’attirer les clientèles, car le métier est toujours le même : prendre des photos. La distinction serait alors dans la mention de la spécialité de la « maison » comme Photo Hova ou les Schaffner Frères qui vend des appareils photo en plus du studio, ce qui n’est pas le cas du Modern Photo, qui se limite aux travaux photographiques. La présence de magasins qui vendent les différents produits pour la photographie rend aussi la pratique de la photographie plus aisée.

Série de photos 1. : Divers messages publicitaires : produits et ateliers de photographie

Série de photos 1. : Divers messages publicitaires : produits et ateliers de photographie

1a

[Le XXe siècle (quotidien malgache), no 156, févr. 1934]

1c : [Ny kintan’ny maraina (quotidien malgache), n° 93, juin 1933]

1d : (Ny kintan’ny maraina, n° 160, mars 1935)

1e : (Le XXe siècle, n° 382, nov 1936)

1f : (Le XXe siècle, no 233, juin 1934)

1g : (Le XXe siècle, no 327, janv. 1936)

Concours de service et réclames

  • 10 Ny kintan’ny maraina, no 3, 6 août 1931 ; Akon’Iarivo (quotidien malgache), n° 137, janv. 1926.
  • 11 Telles les photos lors du retour des restes de Ranavalona III à Anatirova, publiées dans Lakroan’i (...)

22Quelles que soient ses compétences, le photographe de studio est avant tout un commerçant, le producteur d’images un « marchand de photographies » (Ouedraogo 1996). En tant que tel, il se doit d’être plus ingénieux que ses émules. C’est ainsi que l’Établissement J. Paoli « vend appareils, accessoires, produits, possède un laboratoire de développement de tirage, il propose des ventes et livraisons dans toute l’Île » depuis 1931 et possède des points de vente à Tamatave et Manakara10 . Schaffner Frères vend appareils photo, fait des photos-reportages11 et offre des ventes pour les gens de la brousse : les clients peuvent réserver des articles en envoyant directement au magasin un mandat-poste, le magasin se charge de leur faire parvenir les articles de leurs choix.

  • 12 Ny kintan’ny maraina, no 160, mars 1935.

23En 1935, le Modern-Photo réalise des poses par groupe, des portraits, des agrandissements ou des reproductions, des photographies d’identité et exécute tous travaux d’amateur ; le développement est gratuit ; enfin, il exécute des prises de vue ao an-trano sy ivelany (à l’intérieur de la maison ou à l’extérieur)12signifiant qu’il peut quitter son studio pour rejoindre l’endroit choisi par le client.

  • 13 Ce sont les termes de la publicité qui signifient qu’ils vendent aussi des articles pour des non pr (...)
  • 14 Le XXe siècle, no 233, juin 1934 ; no 392, nov. 1936.

24De fait, la disponibilité du photographe peut être considérée comme un gage de réussite. Dans une autre boutique, la Maison De Commarmond vend accessoires et Service photographique d’amateurs13. Par ailleurs, elle mentionne dans une de ses pages publicitaires « tous [ses] travaux [sont] soignés , [la] livraison rapide. Vente à crédit, facilités de paiement »14, ce qui doit satisfaire les moins nantis qui n’ont pas les moyens de payer au comptant ou encore ceux, éloignés, qui n’ont pas les moyens de venir en ville.

  • 15 Le journal de Madagascar, no 938, nov. 1938 ; Madagasikara vaovao, no 1606, nov. 1938 (coupures de (...)

25Toujours dans les années 1930, Photo Hova organise des ventes d’appareils et produits photographiques de toutes marques, réalise des reportages et vend ses productions telles que les photos faites lors du retour des restes mortels de Ranavalona III au Palais de la Reine, à Antananarivo15.

26Super Photo, quant à lui, se met au service des non professionnels qu’il appelle par « tous travaux d’amateur », réalise des photos à la minute à un tarif très réduit, concurrentiel. Il se définit dans son annonce comme un studio accompli, coquet, muni de tous les conforts nécessaires permettant de photographier le jour et la nuit. Il exécute des portraits, des photos de groupe, des cartes postales. Le studio Super Photo est ouvert tous les jours de 7 heures à 20 heures 15.

27Mais le réclame louant les services de Ramilijaona, sorti régulièrement dès le début des années 1930, est le plus particulier. En 1931, on a lu dans un quotidien de la capitale :

  • 16 Le XXesiècle, no 10, avril 1931.

« À nos amis connus et inconnus,
Si vous avez l’occasion de passer à Tananarive, le XX
e siècle vous prie de faire immanquablement une visite au studio hova de M. Ramilijaona, photographe, rue Augey Dufresse. Avec l’accueil le plus cordial, vous y trouverez de quoi flatter votre goût en fait de photographies : portraits, groupes, paysages, agrandissements, photos en couleurs. De nombreux spécimens guideront votre choix.
Devant le regard de tant de portraits si artistiques, nous écrivions naguère, répétant la divine parole : “Il est bleu dont je meurs, car il est dans des prunelles…”
Venez et visitez… pour mieux apprécier… »
16.

  • 17 Transcription d’un entretien de Karine Blanchon avec Claude Razafitrimo à Antananarivo en mars 2005 (...)

28Au cours des années 1910, le guide Annuaire général de Madagascar et Dépendances ne recense que très peu de photographes de profession, seulement M. Gaye Henri, un Anglais sur la rue Dupré en 1914. La situation sera tout à fait autre quelques années plus tard. Claude Razafitrimo dit qu’à l’époque de son grand-père (1930-1940), il n’y avait à Antananarivo que trois familles de photographes : Razafitrimo, Rajery et Ramilijaona17. Or la presse prouve une autre réalité. En effet, la prolifération est telle que des dizaines de réclames publicitaires de photographes ou de vendeurs d’accessoires photographiques, dont la majorité se trouve dans le centre-ville, paraissent régulièrement dans la presse au cours des années 1930. À titre d’exemple, rien que sur la rue amiral Pierre d’Antaninarenina, se trouvent l’Établissement Paoli, la Papeterie centrale, la maison Pierre Hêche, Super photo, Schaffner et Frères « Tout pour la photo », Photo Hova. Beaucoup d’autres sont un peu partout dans la capitale, tel que le deuxième studio de Photo Hova à Isoraka, la Maison R. de Commarmond, rue Colbert, à côté du cinéma Excelsior, un certain Andrianjafy qui opère à Ankadifotsy, Rasolonjatovo « Photographie du progrès » se trouve à Ambohijatovo sur la rue Gallieni, Razafitrimo Lucien tient le studio Edna à Analakely Avaratr’Anjoma. Le studio Ramilijaona se trouve à Ambatovinaky, sur la rue Augey Dufresne, Modern Photo de Rasaona est sis sur la rue Dupleix à Ambondrona, la Maison Bernard sur la Place Caillol, les Ateliers J. Daubier en face du collège Saint-Michel, à Amparibe… sans parler des autres photographes recensés par l’Annuaire guide de Madagascar et Dépendances de 1936-1937, tels Brissac Alexandre à Manjakaray, Dulong de Rosnay sur la rue de Liège, Tsaralàlana, Razaka sur la rue Bergé, Pasturin sur la rue Gallieni ou encore le studio Randriana sur le boulevard Labigorne. En 1938, le paysage s’élargit avec en plus les ateliers Leygoutte et fils sur l’avenue Dalmond. Razaka, lui, a commencé à Ambatonakanga. Tous sont localisés dans les rues commerciales du centre de la capitale, telle « la bien nommée “Shopping Street”, la grande rue d’Accra, où les photographes des années 1850 montrent et cherchent à vendre aux habitants étonnés les miracles du nouvel art de la photographie » (Wendl 1996).

29Dans ce contexte, les années 1930 sont celles d’un développement aussi rapide que spectaculaire de la photographie de studio. Ils sont d’ailleurs assez nombreux à diffuser des publicités dans la presse. Ils constituent l’expression d’une réelle demande, or cette demande est elle-même poussée par des aspirations sociales. Il y a donc interaction entre la pulsion sociale et l’incitation commerciale de la photographie.

30Dès que l’on parle de photographie, l’idée de mémoire constitue la motivation principale des clients, mais, peu à peu, différentes raisons sociales ont fait que les gens ont trouvé dans la photographie un autre sinon un nouveau style de différenciation ou de distinction sociale, voire un instrument d’individualisation sociale. En effet, les photographies ici sont nées d’initiatives individuelles, c’est-à-dire que l’intéressé arrive devant le photographe ; les studios deviennent les auxiliaires d’une prise de conscience ou d’un désir de singularité. L’individu transformé en client sollicite alors les compétences du « technicien » pour concrétiser son imaginaire. Il devient un modèle par sa propre volonté.

  • 18 Présentation du no 141-142 des Cahiers d’études africaines, 1996.

31L’image demande un lecteur, car elle n’a de valeur qu’aux yeux de l’autre, c’est-à-dire celui qui la regarde ; les soins du paraitre prennent de l’ampleur. De fait, vouée à être montrée, la représentation photographique n’échappe pas à la tendance plus générale qui veut qu’une exposition en public nécessite au préalable une mise en valeur de son apparence requérant le port d’une belle tenue et d’accessoires recherchés, « objets qui dans le contexte local sont remarquables et remarqués » (Papinot 1993). La conception de la pose devient un moment important où le fihetsiketsehana (les préparatifs) définit l’ensemble du paraître. C’est ainsi que « la participation du modèle dans la construction de la photo est un fait qu’on ne doit pas minimiser », selon les termes de Jewsiewicki18.

La photographie et la « bonne société » d’Antananarivo des années 1930

La notabilité citadine s’affirme

  • 19 « Misy fanahy ny sary nataon-dRamilijaona », selon les propos de Hanitriniaina Bakosoa, fille de Ra (...)

32De nos jours, la façade du studio Ramilijaona reste encore visible à Antananarivo sur la rue d’Ambatovinaky et presque la majorité des personnes que nous avions interrogées qui ont vécu à Antananarivo dans les années 30 et 40 et même celles d’après se rappellent du lustre du Studio Ramilijaona : « Très moderne, c’était sans doute le meilleur studio de l’époque », dit l’un de nos interlocuteurs. Ramilijaona avait une « âme artistique » qui rendait ses photos différentes, voire plus « belles » que celles de ses contemporains19.

33D’une façon générale, dans une société, c’est toujours la catégorie des gens aisés qui lance la mode comme la Cour qui dicte le rythme à suivre dans la société. L’expression « l’exemple vient toujours d’en haut » trouve sa place dans le mode de vie de la communauté et, par extension, sur « la tendance générale ». La photographie, un outil aisé de la communication sociale, a servi à juste titre à la mode des années 1930.

  • 20 Edilec, L’homme du XXe siècle et son esprit, vol. 6, Toulouse, JF Éditions, 1972, p. 122.

34« Les femmes autant que les hommes aux positions sociales élevées sont ceux qui peuvent se payer le luxe de la mode »20 ; le désir de paraître les astreint au concours de toilettes en misant sur la cherté et les valeurs de leurs atours. C’est ainsi que la quasi-totalité des portraits issus des studios malgaches depuis le début jusqu’au milieu du siècle appartiennent à des gens aisés et les photographes en sont fiers.

  • 21 Les Archives nationales constituent notre principale source de documents officiels, mais même dans (...)

35N’ayant trouvé jusque-là aucun document officiel relatif aux prix et taxes appliqués à l’époque, nous sommes toujours à la recherche de notes qui pourraient nous aider en la matière21. Notre principale source pour ce volet est Claude Razafitrimo qui a bien voulu nous donner des indications données par ses prédécesseurs sur leur entreprise familiale. Sans avoir évoqué les tarifs qui se pratiquaient à l’époque, Razafitrimo nous a fait comprendre que se faire prendre en photo en studio n’était pas à la portée de tout le monde. Même si, généralement, les gens se déplacent pour venir au studio, il leur faut des moyens.

L’individualisation prend de l’importance

  • 22 Information obtenue auprès de son petit-fils Boanaparitra en 2001.

36Vraisemblablement, Razaka (1871-1939) est le premier photographe de studio malgache. Il ouvre le Studio Razaka le 1er janvier 1889 dans la maison familiale à Ambatonakanga qu’il occupe avec sa sœur22. Il photographie l’aristocratie, crée l’envie, le besoin même d’être photographié. Immortaliser des événements importants devient un phénomène de mode (Izydorck 1996 : 327).

37La photographie du jeune garçon à son cinquième anniversaire est une pratique toute neuve pour les Malgaches. Et c’est peut-être même dû au fait qu’il est métis que sa mère soit au contact d’autres cultures que ce jeune garçon s’est vu offrir cette prise de vue à l’occasion de sa fête (photo 2). Un jeune malgache de son époque ne serait pas vu s’offrir un tel cadeau. Mais même si la pratique est tout à fait neuve, le modèle, quant à lui, arbore déjà les « gestes » habituels tels la main sur le guéridon, la station pas trop raide sans parler de la mise soignée :

« La possibilité est offerte par la photographie à tout individu de se transformer en monument pour sa propre mémoire et pour celle des autres. La photographie ne vient-elle pas de reprendre les fonctions assumées pendant longtemps par la notion de monument : souvenir, témoignage, conservation » (Caraion 2003).

Photo 2 : Photographie d’anniversaire prise par Razaka, Antananarivo, 1939

Photo 2 : Photographie d’anniversaire prise par Razaka, Antananarivo, 1939

(Fonds Rasoamiaramanana, coll. privée)

  • 23 Cette information vient de mon père dont la mère est cette jeune fille sur la photo en compagnie de (...)
  • 24 Le corpus photographique que j’ai utilisé dans cet article est composé essentiellement de photograp (...)

38Se faire « signifier » ou le succès des portraits individuels : le client, en attendant que l’officiant soit disponible, met de son côté tous les atouts de la réussite (devant le miroir) et entrer en séance de pose (Frizot 2001 : I, 74). C’est ce que les deux femmes de notre photographie montrent dans la pose bien élaborée et dont les tenues n’ont rien qui dépasse : cheveux impeccables, le lamba abaissé de la mère, ses mains tenant le réticule, les pieds croisés (photo 3). L’auteur n’est pas indiqué sur la photographie, mais il est fort probable qu’elle ait été prise par Ramilijaona, car la famille était une cliente fidèle de ce dernier23, lui-même s’étant déplacé le jour du mariage en 1940, depuis la maison parentale à Ankadivato où il effectue des clichés de la mariée, de ses parents, etc., jusqu’au temple de Faravohitra. Même des années après le mariage, c’est Ramilijaona qui réalise toutes les prises de vue de la famille à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison24.

Photo 3 :Photographie de jeune fille de ma grand-mère paternelle, sans mention d’auteur, Antananarivo, 1935

Photo 3 :Photographie de jeune fille de ma grand-mère paternelle, sans mention d’auteur, Antananarivo, 1935

(Fonds privé, coll. personnelle)

Série de photos 4 : Photographies de fiançailles de ma grand-mère, prises par Ramilijaona, Antananarivo, 1936

Série de photos 4 : Photographies de fiançailles de ma grand-mère, prises par Ramilijaona, Antananarivo, 1936

4a

4b

(Fonds personnel, coll. privée)

39Le double cliché de la page précédente représente ma grand-mère le jour de ses fiançailles dans le studio Ramilijaona en 1936 (photos 4a et 4b). L’anecdote ne devrait pas être loin de ce dont se rappelle Claude Razafitrimo des temps d’avant quand les gens n’avaient pas d’appareils photo personnels :

  • 25 Entretien en 2001.

« Dans le cas où ils ne nous ont pas sollicités sur les lieux des cérémonies, ils se rendent directement au studio dès la sortie des offices religieux dans leurs tenues de communiants ou baptisés, etc. richement habillés. Tous les clients qui viennent au studio ne sont jamais habillés de manière quelconque. Il ne venait à notre studio que des gens soignés, des gens de bonne famille. C’était comme cela depuis mon grand-père, mon père et mon oncle, et j’ai moi-même encore vu cela »25.

40Ainsi, ici, les modèles sont encore dans leurs habits de cérémonie : dans la première photographie, la fiancée est seule, tandis que, dans la seconde, elle est entourée de sa mère à sa droite et de sa belle-mère à sa gauche ; devant sont le petit frère et la petite sœur de son fiancé. Visiblement, le photographe n’a pas utilisé d’autres accessoires pour « enrichir » la représentation, car les modèles sont si « bellement » présentés. Parce que les modèles sont déjà bien présentés, le photographe n’utilise pas de chaises décorées, ni tenture, ni fond illustré, ni tapis ornés... Cet ensemble montre la part du modèle dans la concrétisation de son imaginaire, c’est-à-dire qu’il veut être lu et vu tel qu’il veut se montrer, et le photographe, à ce moment-là, est juste le technicien qui appuie sur le bouton pour immortaliser son image. Bien de portraits dans les années 1930 seront ainsi « nus », sans accessoires ni décors d’autres que sa propre personne.

41Éventail d’accessoires et de styles : détails, soins des habits, chaussures, coiffures, bijoux, mobiliers sont importants, car « presque tous les hommes affectionnent une posture par laquelle ils croient faire ressortir tous les avantages dont les a doués la nature » (Balzac cité par Bourdieu 1965 : 119).

42Cette photographie de 1939 (photo 5, page suivante) est la concrétisation de cette affirmation de Balzac. En effet, les cheveux gominés, le nœud papillon bien calé dans un ensemble savamment appliqué, les gants en cuir dans une main offrent un ensemble harmonieux ne nécessitant plus aucun rajout au décor.

43Les élites antananariviennes se lancent avec passion dans cette nouvelle pratique citadine, signe distinctif de statut social et de modernité. Significativement, les studios sont concentrés en plein centre-ville, tandis que leurs clients rivalisent d’élégance pour la pose, qu’elle ait lieu en intérieur ou en extérieur : il s’agit bien là d’une pratique de représentation pour la frange sociale aisée, dont le succès ne faiblira plus. L’affirmation de Claude Razafitrimo quand il qualifie sa clientèle, celle de ses parents et de son grand-père de « bonne famille », est justifiée à la vue des portraits qui sont sortis des studios des années 1930. L’intention de se démarquer est aussi réussie du côté des modèles, car, effectivement, la sélection « tacite » imposée par les studios eux-mêmes empêche les personnes en haillons ou moins lotis à y venir. Les photographes n’ont pas besoin de le dire à haute voix, les va-et-vient de gens habillés dans leur studio intimident facilement ceux qui n’ont pas les mêmes allures. Par discrimination ou faute de moyens, les studios sont l’apanage de gens aisés à Tananarive, du moins selon ce qu’on a observé jusqu’ici.

Photo 5 : Studio Razaka, 1939

Photo 5 : Studio Razaka, 1939

(Fonds Rasoamiaramanana, coll. privée)

44L’essor de la pratique de la photographie constitue bien l’affirmation d’une individualisation. La photographie à Antananarivo dans les années 1930 n’est plus un objet de curiosité comme ce fut le cas pendant la période royale. Sans pour autant être une pratique banale, elle est courante auprès du public malgache aisé de cette période. Toutefois, elle a toujours gardé une de ses fonctions en tant qu’outil de distinction sociale. La photographie dans les années 1930 a toujours été une ostentation réservée à la frange aisée de la société et, par son usage, les modèles peuvent se détacher de la communauté à laquelle ils appartiennent pour exprimer ainsi leur propre imaginaire, lui aussi soumis au savoir-faire du photographe qui n’hésite pas à en faire des publicités. Photographes et clients d’Antananarivo expriment la velléité des Malgaches de vouloir se détacher de l’image collective à laquelle la société malgache a l’habitude de s’identifier ou, peut-être aussi, de se défiler de l’image coloniale réductrice et stigmatisante qui inclut les « transformations » de l’autochtone dans les réalisations coloniales par la réalisation d’images photographiques aussi bien soignées les unes que les autres.

Haut de page

Bibliographie

Sources archivistiques

Archives de la République de Madagascar, L781, Rapport de fin d’année sur la marche du service photographique des Travaux publics présenté par le commis de 1re classe des Travaux publics, chef du service photographique Henri Messéant.

Archives de la République de Madagascar, fonds Mithridate.

Ouvrages et articles

About I. & Cheroux C. 2001 « L’histoire par la photographie », Études photographiques, no 10, nov., pp. 12-24.

Amar J. 1991 Histoire de la photographie, Paris, Puf, coll. « Que sais-je ».

Andrianetrazafy H. 1991 La peinture malgache, Antananarivo, Foi et Justice.

Parr M. & Badger G. 2005 Le livre de photographies, une histoire, tome 1, Paris, Phaidon.

Blanchard P. 1995 L’Autre et nous : scènes et types, Paris, Achac — Syros.

Blanchard P. Blancel N., Gervereau L. 1993 Images et colonies : iconographie et propagande coloniale sur l’Afrique française de 1880 à 1902, Paris, Bdic/Achac.

Bourdieu B. 1965 Un art moyen : essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit.

Caraion M. 2003 Pour fixer la trace : photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle, Genève, Droz.

Ellis W. 1858 Three visits to Madagascar 1853-1854-1856: including a journey to the capital, London, Spottiswood & Co.

Freund G. 1997 Photographie et société, Paris, Seuil.

Frizot F. 2001 Histoire de voir, de l’invention de l’art photographique (1839-1880), vol. 1, Paris, Nathan.

Izydorck F. 1996 « La Grande Ile », Revue noire, numéro spécial (Anthologie de la photographie africaine et de l’océan Indien), pp. 326-350.

Ouedraogo J.B. 1996 « La figuration photographique des identités sociales : valeurs et apparences au Burkina Faso », Cahier d’études africaines, no 141-142, pp. 25-49.

Mofokeng S. 1996 « The Black album photo », Revue Noire, numéro spécial (Anthologie de la photographie africaine et de l’océan Indien), p. 69-74.

Papinot C. 1993 « La photographie et son adaptation au terrain : une expérience malgache », Xoana – Images et sciences sociales, no 1, pp. 59-80.

Peers S. 1997 « William Ellis, photography in Madagascar 1853-1865 », History of photography, vol. 21, pp. 23-31.

Peers S. 1995 The working of miracles: the photography in Madagascar 1853-1865 / Fiasan’ny fahagagana ny fakan-tsary teto Madagasikara 1853-1865, Antananarivo, Mksf/De la Rue.

Raison-Jourde F. 1991 Bible et pouvoir à Madagascar au XXe siècle. Invention d’une identité chrétienne et construction de l’État (1780-1800), Paris, Karthala.

Rafolo A., Domenichini J.-P., Ratsimiebo et al. 1998 La cité des mille : Antananarivo : histoire, architecture, urbanisme, Antananarivo, Cite/Tsipika.

Rajaonah F. 1996 Élites et notables malgaches à Antananarivo dans la première moitié du XXe siècle, Thèse d’histoire, Université Lumière - Lyon 2.

Rajaonah F. 2003 « Prestige et métier dans la société malgache à Tananarive aux XIXe-XXe siècles », Le Mouvement social, no 204, juil.-sept., pp. 65-79.

Wendl T. 1996 « Portraits et décors », Revue Noire, numéro spécial (Anthologie de la photographie africaine et de l’océan Indien), pp. 105-117.

Ripoll F. 1998 La photographie, Paris, éd. Milan, coll. « Les essentiels Milan ».

Werner J.F. 1996 « Produire des images en Afrique : l’exemple des photographes de studios », Cahier d’études africaines, no 141-142, pp. 81-111.

Haut de page

Notes

1 Ellis est venu à Madagascar en 1853, 1854, et c’est seulement en 1856 que la reine Ranavalona Ire (1828-1861) lui donne l’autorisation de venir dans la capitale. N’ayant pu obtenir une prolongation, il dut repartir après un mois de séjour. Il reviendra à Antananarivo en 1862 lors du couronnement du roi Radama II (1861-1863), dont il sera le photographe officiel, et quittera définitivement Madagascar en 1865.

2 En 2005, Claude Razafitrimo, photographe, gérant propriétaire de Photo Hova, le studio initié par son grand-père puis hérité par son père, qualifie une majeure catégorie de la clientèle de la maison depuis ses débuts comme « les gens de bonne famille » d’Antananarivo.

3 Claude Razafitrimo se rappelle des tournées de prises de vue que Photo Hova organise en province. Photo Hova ouvre une filiale à Fianarantsoa dans les années 60.

4 Malheureusement, nous n’avons pas la photographie en original ou scannée, mais elle est, toutefois, visible dans La Revue noire (1996) : Anthologie de la photographie africaine et de l’océan Indien.

5 Ramilijaona meurt le 4 décembre 1938.

6 Information obtenue lors d’une visite chez Bakosoa Ramelina, née Ramilijaona, en 2003.

7 Renseignements recueillis lors des différents entretiens auprès de Monsieur Boanaparitra en 2001.

8 Entretien de l’auteur avec Monsieur Boanaparitra en 2001.

9 Entretien de l’auteur avec Monsieur Claude Razafitrimo en 2001.

10 Ny kintan’ny maraina, no 3, 6 août 1931 ; Akon’Iarivo (quotidien malgache), n° 137, janv. 1926.

11 Telles les photos lors du retour des restes de Ranavalona III à Anatirova, publiées dans Lakroan’i Madagasikara du 8 novembre 1938 (fonds Mithridate des ARM, Archives de la République de Madagascar).

12 Ny kintan’ny maraina, no 160, mars 1935.

13 Ce sont les termes de la publicité qui signifient qu’ils vendent aussi des articles pour des non professionnels.

14 Le XXe siècle, no 233, juin 1934 ; no 392, nov. 1936.

15 Le journal de Madagascar, no 938, nov. 1938 ; Madagasikara vaovao, no 1606, nov. 1938 (coupures de presse extraites du fonds Mithridate aux ARM).

16 Le XXesiècle, no 10, avril 1931.

17 Transcription d’un entretien de Karine Blanchon avec Claude Razafitrimo à Antananarivo en mars 2005, texte qu’elle nous a aimablement prêté. Qu’elle en soit remerciée.

18 Présentation du no 141-142 des Cahiers d’études africaines, 1996.

19 « Misy fanahy ny sary nataon-dRamilijaona », selon les propos de Hanitriniaina Bakosoa, fille de Ramilijaona que nous avions consultée en 2001.

20 Edilec, L’homme du XXe siècle et son esprit, vol. 6, Toulouse, JF Éditions, 1972, p. 122.

21 Les Archives nationales constituent notre principale source de documents officiels, mais même dans les archives coloniales, les affaires de la municipalité en matière de taxes et de contributions ou de registre de prix n’ont rien révélé. Nous avons encore un gros manque sur cet aspect du sujet.

22 Information obtenue auprès de son petit-fils Boanaparitra en 2001.

23 Cette information vient de mon père dont la mère est cette jeune fille sur la photo en compagnie de sa mère. La photo sera envoyée chez mon grand-père alors en poste à Morondava à sa sortie de l’école Le Myre de Vilers, dans le but de lui « présenter sa fiancée, pour qu’il ne se lie d’amour avec une jeune femme de son lieu d’affectation ».

24 Le corpus photographique que j’ai utilisé dans cet article est composé essentiellement de photographies de famille. Mon père m’ayant informée qu’ils n’ont fait leurs photos à l’époque que par Ramilijaona, j’ai mentionné le fait dans l’identification de mes photographies personnelles.

25 Entretien en 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Série de photos 1. : Divers messages publicitaires : produits et ateliers de photographie
Légende 1a
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 1b
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 1c : [Ny kintan’ny maraina (quotidien malgache), n° 93, juin 1933]
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 1d : (Ny kintan’ny maraina, n° 160, mars 1935)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende 1e : (Le XXe siècle, n° 382, nov 1936)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 1f : (Le XXe siècle, no 233, juin 1934)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende 1g : (Le XXe siècle, no 327, janv. 1936)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Photo 2 : Photographie d’anniversaire prise par Razaka, Antananarivo, 1939
Crédits (Fonds Rasoamiaramanana, coll. privée)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 3 :Photographie de jeune fille de ma grand-mère paternelle, sans mention d’auteur, Antananarivo, 1935
Crédits (Fonds privé, coll. personnelle)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Série de photos 4 : Photographies de fiançailles de ma grand-mère, prises par Ramilijaona, Antananarivo, 1936
Légende 4a
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 4b
Crédits (Fonds personnel, coll. privée)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Photo 5 : Studio Razaka, 1939
Crédits (Fonds Rasoamiaramanana, coll. privée)
URL http://journals.openedition.org/oceanindien/docannexe/image/574/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Helihanta Rajaonarison, « L’essor de la photographie de studio à Antananarivo dans les années 1930 », Études océan Indien, 44 | 2010, 99-120.

Référence électronique

Helihanta Rajaonarison, « L’essor de la photographie de studio à Antananarivo dans les années 1930 », Études océan Indien [En ligne], 44 | 2010, document 4, mis en ligne le 20 mars 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/oceanindien/574

Haut de page