Navigation – Plan du site

Mieux vivre la nature à travers une visite au musée

Anne Charpentier
p. 33-41

Résumé

Comment rendre les approches des musées de sciences naturelles encore plus efficaces pour relier les humains à la nature ? Cette contribution propose quelques pistes en explorant des domaines et des approches qui pour la plupart se situent hors des sentiers habituels de la muséologie.

Haut de page

Texte intégral

L’urgence de « mieux vivre la nature »

1L’humain a graduellement acquis une certaine con­nais­sance du vivant et de l’environnement, grâce aux obser­vations, aux essais empiriques, à la domestication, aux explorations, aux Sciences de la Vie et de la Terre, ainsi qu’à l’effort de musées d’Histoire naturelle qui, à travers collectes, identifications et re­cherches, ont documenté et étudié la nature. Durant les quatre derniers siècles, les conceptions cartésiennes dichotomique et mécaniste de la nature, l’industrialisation, l’augmentation significative de la population mondiale, puis les comportements de surconsommation par une fraction de cette population, mettent à risque la diversité biologique de sorte que si rien ne change à court terme, c’est la survie de l’humanité sous cette forme con­nue, qui pourrait être menacée. Mieux vivre la nature de­vient une évidence, une pressante nécessité. Nous dé­tenons toutes les clés pour établir une meilleure al­liance avec la nature, et nos musées peuvent contribuer à en raviver l’usage.

L'aquarium de Nagoya avec un effet immersif saisissant offert par un banc de sardines en mouvement.

L'aquarium de Nagoya avec un effet immersif saisissant offert par un banc de sardines en mouvement.

© Anne Charpentier

Quel rôle pour les musées de sciences naturelles ?

2Outre leurs rôles toujours essentiels de conserver et de comprendre la nature, les musées de sciences naturelles ont aussi pour mission la diffusion de leurs savoirs et l’éducation à la nature. Ils le font à travers une pano­plie d’outils pédagogiques et d’expositions ayant re­cours à divers modes de représentation du monde na­turel. Ces modes de représentation ont suivi une évolution, notamment influencée par le développement des sciences de la vie et par les acteurs des institutions muséales. À l’origine, et c’est encore le cas pour certains musées, les expositions étaient con­çues par les conservateurs des collections. Cela a donné lieu, par exemple, aux galeries d’anatomie com­parée, de paléontologie ou à des salles consacrées à un groupe taxonomique : des approches centrées sur « la collection à montrer » et « la science à tran