Navigation – Plan du site

Le muséum d’Histoire naturelle de Bourges et la biodiversité urbaine

Michèle Lemaire
p. 52-59

Résumé

Les muséums en région sont de plus en plus sollicités pour participer à des opérations pilotées par leurs municipalités, notamment dans le cadre des Agendas 21 et tout particulièrement pour étudier et mettre en valeur la biodiversité urbaine : la Ville de Bourges, sa direction de l’écologie et le muséum travaillent ainsi de concert.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Bourges
Haut de page

Texte intégral

1Au-delà de ses missions classiques de diffusion des con­naissances et de conservation, le muséum de Bourges est investi depuis quelques années dans les programmes d’évaluation de la biodiversité à Bourges.

2Le projet le plus important a été jusqu’à maintenant un plan pluriannuel d’études subventionné par la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Amé­nagement et du Logement) Centre dans le but d’identifier les milieux d’intérêt faunistique et floristique de la ville. Une première approche, menée avec l’aide de bureaux d’étude, a consisté à établir un inventaire des sites dits « naturels » de la Ville (Biotope, 2004), puis plusieurs de ces milieux ont été plus particulièrement étudiés pour leur intérêt global ou spécifique (Biotope 2005 ; Biotope, 2009 ; IEA, 2009). L’expertise demandée allait jusqu’à des propositions de gestion durable et une recherche des liaisons écologiques qui seront en­suite intégrées dans les programmes des trames vertes et bleues.

À Bourges, la faune s’invite en ville : cartographie des espèces.

À Bourges, la faune s’invite en ville : cartographie des espèces.

© Muséum de Bourges

3La vocation du muséum de Bourges ne se limite pas aux frontières de la ville, il offre également une aide à la population au niveau départemental dans le cadre de demandes d’identifications (connaissance) ou de problèmes liés à une cohabitation avec la faune («  dé­pannage ») et il mène un vaste travail en faveur des chauves-souris, notamment sur les espèces anthropophiles (Lemaire, 2010).

4Tout ceci montre l’intérêt progressif des municipa­lités à appréhender l’importance de la biodiversité et son intégration au niveau de leur PLU (Plan local d’urbanisme) et la demande de la population à être aidée ou à fournir des informations. C’est dans ce contexte que l’idée d’opérations de sensibilisation via des projets de science participative est née à Bourges. L’atlas de la biodiversité de Bourges et le comptage des Sérotines communes du Cher seront les deux exemples présentés ici.

L’atlas de la biodiversité à Bourges

Élaboration du projet

5Dans le cadre de l’Année de la biodiversité, la direction de l’Écologie propose de recenser la faune de Bourges en lançant un appel auprès de la population. Vaste projet… surtout si les berruyers se mobilisent massivement ! Cette opération devant fonctionner en interne, le muséum est le seul service sur lequel la direction de l’Écologie peut s’appuyer. La disponibilité du personnel du muséum ne permettant pas de répon­dre à une intention aussi ambitieuse, raisonnablement, le projet est restreint à la re­cherche de plusieurs espèces pour l’année 2011. L’idée d’un atlas ayant été validée par la municipalité, nous aurons un appui des services presse et communication qui aideront largement à diffuser cette opération.

Le choix des espèces

6Le projet de la Ville de Bourges concerne uniquement la faune. Le personnel du muséum profite de cette opportunité pour envisager une démarche qui permettra d’améliorer sa connaissance de l’existant sur la ville et espère, en plus, dégager une évolution des populations si l’opération est reproduite au cours des an­nées suivantes. Dans le cadre d’une demande de mo­­bilisation auprès de la population, nous avons orienté notre choix vers des espèces que nous n’aurions pas pu inventorier seuls.

7Les critères sélectionnés :

  • des espèces qui ont un intérêt pour la connaissance ;

  • des embranchements différents, des invertébrés aux vertébrés ;

  • des espèces qu’on ne peut pas confondre, faciles à identifier et que nous puissions vérifier ;

  • des espèces visibles à différentes périodes de l’année pour qu’il y ait toujours un animal à rechercher ;

  • des espèces pas uniquement identifiables à la vue, l’audible est aussi un critère utilisable et qui peut aboutir à l’investissement de personnes plus sensibles aux émissions sonores ;

  • des espèces ni trop rares, ni trop communes : la ra­reté entraîne des difficultés de repérage ou devient une affaire de spécialiste tandis que le trop grand nombre présente le risque d’une multitude de données sans possibilité d’interprétation.

8Le but n’est pas non plus de trouver une espèce vulnérable ou en danger, nous recherchons des données de la faune « ordinaire » urbaine, éventuellement ca­rac­téristique de Bourges. Des animaux installés dans les terrains ou habitats privés semblent intéressants car ils sont inaccessibles à la connaissance sans le bon-vouloir des propriétaires. À partir de ces critères, nous avons sélectionné 6 espèces à recenser.

Les espèces

Le Petit rhinolophe

9Il est très répandu dans l’hyper-centre de Bourges en hibernation dans les caves. Il n’est donc à rechercher qu’en hiver. Déjà bien connu des spécialistes du muséum, nous possédons des chiffres des années précédentes. L’atlas permettra d’améliorer l’inventaire des sites de cette chauve-souris dans l’hyper-centre et de compléter nos comptages.

Le Petit rhinolophe

Le Petit rhinolophe

© Muséum de Bourges/Laurent Arthur

L’Hirondelle de fenêtre

10Visible à la belle saison, elle demandera observation dès avril. Son recensement nous a paru pertinent pour répertorier sur la ville une espèce en régression nette sur son aire de répartition mais aussi parce qu’elle pose des problèmes (destruction des nids) et que nous pourrions apporter des solutions pour une cohabitation sereine.

Le Grand paon de nuit

11On ne peut pas confondre cette espèce et nous sa­vons qu’elle est repérée par la population car nous avons déjà quelques données fournies de manière vo­lontaire par des personnes qui pensent, le plus souvent, qu’il s’agit d’un papillon exotique. Le signalement peut se faire sur deux saisons : au printemps sous forme de papillon (début mai), en été sous for­me de chenille (août).

Le Grand paon de nuit

Le Grand paon de nuit

© Muséum de Bourges/Laurent Arthur

La Chouette hulotte

12Nous soupçonnions sa régression en ville suite à de moindres retours sur sa présence ces dernières an­nées, notamment dans les jardins publics. Son intégration à l’atlas permettra une vérification de ces sec­teurs. Cette espèce n’est pas seulement visible, elle est surtout audible fin d’hiver/début de printemps mais aussi parfois durant l’été.

La Chouette hulotte

La Chouette hulotte

© Muséum de Bourges/Laurent Arthur

Le Crapaud accoucheur ou alyte

13Peu connu, invisible, on ne peut pas rater ce petit am­phibien grâce à son chant peu discret. Des données en centre ville, rue Charlet, nous incitent à pen­ser que s’il est connu sur un point peut-être y en a-t-il ailleurs ?

Le Crapaud accoucheur mâle

Le Crapaud accoucheur mâle

© Muséum de Bourges/Laurent Arthur

La Fouine

14Le choix de la Fouine a été le moins évident car cette espèce est considérée comme nuisible en campagne. La mettre en valeur en ville pourrait-il avoir un effet négatif involontaire ? Notre connaissance préalable de plusieurs familles installées dans la cité berru­yère nous a incités à aller plus loin. Le facteur limitant est son activité nocturne qui la rend peu visible, mais des propriétaires hébergeant ce mammifère ne peuvent pas ignorer sa présence.

La Fouine

La Fouine

© Muséum de Bourges/Laurent Arthur

La médiatisation

15Comment interpeller les berruyers et les inciter à par­ticiper à l’atlas de la biodiversité ? Nous avons uti­lisé différents médias et renouvelé régulièrement les ap­pels à participation.

Un dépliant

16Le premier élément, un dépliant informatif, sera élaboré par le service communication et distribué largement en ville, son impression étant réalisée par l’imprimerie municipale à la demande. Il sera présent dans tous les accueils de la collectivité : mairie, mairies annexes, musées, bibliothèques… et diffusé dans toutes les boîtes aux lettres de la ville. Ainsi, tout berruyer a eu accès à l’information. Il est composé d’un appel : «  souhaitez-vous contribuer à la con­naissance de la richesse de la biodiversité de votre ville  ?  » et d’une description courte avec photographies des 6 espèces pour aider à l’identification.

Le dépliant de promotion de l’atlas de la biodiversité

Le dépliant de promotion de l’atlas de la biodiversité

© Muséum de Bourges

17Enfin, il est demandé d’envoyer à l’adresse mail spécifique (atlas.biodiversite@ville-bourges.fr) ou à l’adresse postale du muséum : le nom de l’animal, sa date d’observation, sa localisation la plus précise pos­sible et éventuellement une photographie de l’observation.

Les sites Internet de la Ville et du muséum de Bourges

18Les mêmes éléments que pour le dépliant ont été utilisés pour créer une page sur le site Internet de la Ville. L’annonce sur le portail d’entrée est restée une partie de l’année puis a basculé dans la partie environnement du site. Le supplément par rapport au dépliant était la possibilité d’entendre les deux espèces pouvant être répertoriées par leur chant. Le contact mail était bien entendu accessible. Cette page est restée toute l’année telle qu’elle avait été conçue à l’origine.

19Via le site du muséum (www.museum-bourges.net), on pouvait trouver un lien qui orientait vers la page du site de la Ville (www. ville-bourges.fr).

La presse et les relances régulières

20Le dossier de presse et la programmation des interventions médiatiques ont été mis au point avec le ser­vice presse. Une fois le planning établi, nous n’avions plus à nous en préoccuper, le service presse nous re­contactait immanquablement et relançait les mé­dias aux périodes les plus favorables en fonction des activités des espèces.

21L’opération a ainsi été couverte par l’ensemble de la presse écrite et audio locale dont certaines ont été de véritables relais. Seule la télévision régionale n’a pas suivi. Parmi les journaux, les articles dans la publication municipale, les Nouvelles de Bourges, ont permis une diffusion auprès de tous les habitants.

Une exposition « La faune s’invite en ville »

22Côté muséum, nous nous sommes plus particulièrement investis dans une exposition temporaire en adéquation avec l’atlas présentée de février à novembre 2011. La faune s’invite en ville comprenait une partie spécifique sur la cartographie des espèces à rechercher. Loin des bornes interactives, ces cartes composées d’un tirage papier d’une photographie aé­rienne de Bourges recevaient à chaque nouvelle don­née un point supplémentaire posé devant le public en visite. Ce point était constitué d’un petit plot en bois teinté cloué au marteau directement sur la carte. L’effet sur les visiteurs était immanquable et offrait un moment de sensibilisation au hasard des nouvelles données.

Le réseau Nature 18

23Nous avons contacté l’association locale afin d’activer son réseau d’adhérents. Ceci s’est réalisé à condition que nous fournissions le retour des données pour trois des espèces une fois l’opération réalisée.

La réponse immédiate aux contributeurs et bilan

24À la réception d’une information, nous répondions systématiquement à l’informateur pour le remercier et le féliciter. Le bilan de l’année a été présenté de ma­nière simple sur le site de la Ville, dans la presse municipale et locale. Il reste à transmettre le bilan global aux contributeurs, la question actuelle étant le degré de précision des renseignements que nous fournirons.

Les résultats

25Au-delà des données obtenues, l’analyse du profil des informateurs et du degré d’investissement suivant les espèces est tout aussi instructive.

Les données globales

26Si on met de côté le cas du Petit rhinolophe où l’inventaire a été repris à partir des années précédentes et seulement complété par quelques nouvelles ca­ves, 70 participants ont fourni une centaine de données pour les 5 autres espèces.

27Peu de ces retours se sont effectués via l’adresse mél spécialement dédiée, tout au plus une quinzaine de messages. En revanche elle s’est révélée avoir une autre utilité pour des demandes diverses de renseignements sur d’autres animaux en ville.

28Quelques courriers sont arrivés au muséum par des personnes visiblement plus âgées et souhaitant ra­con­ter leurs observations. Le gros des informations est tombé finalement au fil de nos rencontres en ville. L’appel à contribution était bien passé, ces possesseurs de données avaient repéré le projet mais le geste de les fournir ne se déclenchait qu’à notre rencontre (le biais d’une petite ville où on est reconnu  ?…).

29Les relances presse ont apporté à chaque fois quel­ques retours mais jamais de grandes vagues.

30La page Internet a été visitée 1 044 fois avec des pe­tites pointes à chaque nouvel article de presse.

Le profil des participants

31En premier lieu, les informateurs sont issus du ré­seau informel gravitant autour du muséum : les ha­bitués, les bénévoles et les naturalistes connus, tous heureux d’apporter leur aide à ce projet. Certains ne se sont pas contentés de leurs connaissances, ils se sont mis à la recherche des espèces.

32Le deuxième cercle est représenté par des propriétaires, comme nous l’espérions, fiers de dire ce qu’ils accueillent chez eux en pleine ville, et des citoyens. Ceci a occasionné la découverte d’anonymes complets qui apportent des témoignages intéressants et durables tels que des observations sur plusieurs an­nées ou plusieurs espèces.

33Des personnes assez inattendues se sont révélées être de bons pourvoyeurs d’informations comme les noctambules et les commerçants circulant tôt ou tard en ville et qui rencontrent en particulier la Fouine partie en prospection.

34Des moments de sensibilisation hors les murs ont été provoqués suite aux conversations s’engageant spontanément lors des rencontres, chez un épicier ayant vu la Fouine par exemple.

Les témoignages

35L’observation complétée d’un témoignage photographique a très bien fonctionné. Les images prises grâce aux téléphones mobiles facilitent aujourd’hui ce mode de fonctionnement. On le constate tout autant que dans l’opération du Muséum national d’Histoire na­turelle sur les insectes pollinisateurs.

36Les photographies sont envoyées comme simple preuve ou encore pour témoigner du contexte : jardin, pleine rue ou autre. Rarement envoyées dans le but de vérifier s’il s’agissait de la bonne espèce, ce fut le cas uniquement pour l’Hirondelle. Nous avons eu aus­si un observateur qui avait disposé un système de piège photographique avec barrière infrarouge dans son jardin et qui a découvert ainsi une Fouine parmi de nombreuses images de chat.

37Les autres témoignages ont consisté en commentaires écrits, indiquant la durabilité des observations sur plusieurs années, le nombre d’individus ou, plus précis, le stade de l’animal observé : juvénile, reproduc­teur, phase rousse ou grise (Chouette hulotte).

Un bilan pour chaque espèce

38Les résultats par espèce sont parfois au-delà de ce que nous attendions, d’autres fois très faibles. Chou­et­te hulotte, Crapaud accoucheur et Grand paon de nuit ont chacun obtenu une quinzaine de points alors que la Fouine a été 52 fois indiquée et l’Hirondelle de fenêtre en revanche seulement 8 fois. Les motivations semblent largement varier suivant les espèces.

39Les signalements concernaient également les cadavres observés (3 Fouines écrasées).

40Le Crapaud accoucheur a fait beaucoup parler de lui, la presse ayant apprécié le nom énigmatique de cet inconnu et la justification de cette dénomination. Il a été une belle découverte d’un voisin proche ignoré.

41Le recensement de l’Hirondelle de fenêtre a été un échec. Parfois confondue avec l’Hirondelle de cheminée ou suffisamment visible pour penser que « le voi­sin peut le dire », elle n’a pas motivé les volontaires. L’indication de la Fouine en revanche a paru plus va­lorisante car les moments particuliers d’observation nocturne font qu’on est fier de donner l’information.

Les comptages de colonies de chauves-souris

Une mission impossible sans volontaires

42La Sérotine commune est une espèce de chauve-souris qui s’installe le plus souvent dans les combles et les isolations des maisons. Elle est peu étudiée en Europe car il s’agit d’une espèce très commune. Cependant des biologistes pensent qu’il est important de con­naître l’évolution de ses populations pour organiser sa cohabitation avec les hommes étant donné son comportement anthropophile et parce qu’il s’agit de l’espèce française touchée par le virus EBLV1 ou virus de la rage des chauves-souris.

43C’est dans ce cadre que tous les 5 ans, le muséum de Bourges réalise un comptage des colonies de Sé­ro­tine commune du département du Cher grâce au con­cours de volontaires. Cette opération de suivi des populations est intéressante à réaliser sur le dé­par­tement car 122 colonies y sont connues, un nom­bre jamais égalé ailleurs en Europe, dû uniquement à une forte prospection et de nombreux témoignages de propriétaires.

44Le but de l’opération est de compter le même soir au moins un quart des sites, répartis de la Sologne à la Marche et du Vierzonnais à la vallée de l’Aubois. Sans le concours de personnes extérieures, les spécialistes du muséum ne peuvent pas effectuer ce comptage simultané.

Votre mission si vous l’acceptez…

45Les mêmes sites sont repris si possible tous les 5 ans mais pas obligatoirement car il est pris en compte une proximité entre la localisation des compteurs et celle des colonies pour éviter de trop grands déplacements.

46Le soir du comptage est choisi en fonction des con­ditions météorologiques qui doivent être homogènes sur le département et avec un temps doux, sans vent fort, ni précipitations. La date précise du comptage, préétablie sur la semaine 26, est communiquée trois jours avant aux volontaires pour optimiser les chances de conditions favorables.

47La localisation de la colonie, les plans du site, le po­sitionnement des sorties connues pour l’envol et la méthodologie sont fournis dès l’inscription des vo­lon­taires. Les gîtes les plus faciles à compter et les colonies les plus populeuses sont attribués en priorité aux débutants (une colonie type compte en moyenne une trentaine d’individus et au maximum 150).

48Les animaux sont comptés à l’unité près, lors de l’envol crépusculaire au niveau des trous d’envol, le plus souvent situés au faîtage ou sur la rive du toit d’un bâtiment. La Sérotine est une grande chauve-souris de l’envergure d’un merle qu’il convient de ne pas confondre avec les pipistrelles, deux à trois fois plus petites, car sur certains sites les deux espèces peuvent partager le même comble. Les colonies con­nues pour être mixtes sont signalées. La Sérotine émet des grésillements caractéristiques bien audibles avant de se lancer dans sa nuit de chasse.

49Les compteurs de Sérotines doivent être en place 10 minutes avant l’heure du coucher du soleil, soit vers 21 h 30. Cette espèce pouvant utiliser plusieurs sorties en fonction des combles occupés, sont placés autant de compteurs que de façades utilisées pour l’envol. Pour éviter les doublons, chacun compte uniquement son point de sortie ou sa façade.

La Sérotine commune

La Sérotine commune

© Muséum de Bourges/Laurent Arthur

50Les découvertes de nouvelles sorties pour l’envol doivent être reportées sur le plan. Le comptage s’arrête 15 minutes après la dernière Sérotine sortie. Si les chiffres anciens sont connus, ils sont communiqués aux personnes sur place pour leur donner une idée de leur mission. Une fois le recensement terminé, le total des animaux envolés est additionné pour cha­que site et une personne issue du groupe est chargée de la retransmission vers le muséum.

51Les résultats sont envoyés, soit par Internet, soit par courrier, voire par téléphone. Le bilan global de cette opération est retransmis à tous les participants, via la personne chargée sur chaque site de centraliser les données.

52Même si cette espèce est très fidèle à son gîte, il peut arriver qu’une colonie ait malheureusement dis­paru. Si aucune chauve-souris n’est sortie à 22 h 15 et qu’aucun cri n’est audible au niveau des sorties du gîte, l’opération de comptage est stoppée. Une co­lonie disparue est aussi une information intéressante et nous savons que, le plus souvent, elle est réinstallée très près. Il ne restera plus qu’à rechercher son nouveau gîte.

L’évolution des populations

53Tous ces chiffres ne restent pas entreposés dans nos ordinateurs, ils sont ensuite repris par des chercheurs. Confiés au laboratoire de conservation des espèces, restauration et suivi des populations du MNHN, ils s’insèrent dans une étude plus vaste sur la Sérotine commune (population, habitat, comportement).

Quelques commentaires

54Qui sont les compteurs ? L’appel à volontaires passe via un réseau de personnes qui se sont manifestées pour participer à des actions et la proposition est adressée également aux abonnés du muséum. Il s’agit de naturalistes, de curieux de nature, de familles, de propriétaires de colonies, d’écoles, de maires. Suivant les années, nous avons eu la participation de vo­lontaires des Clubs pour Protéger la Nature et de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (et pourtant les chauves-souris ne sont pas des oiseaux !). Ces associations avaient relayé l’information auprès de leurs adhérents locaux qui se sont portés ensuite volontaires auprès du muséum.

55Les participants apprécient le fait de compter le même soir, c’est très motivant car chacun se sent utile en apportant sa part au projet. Moment de communion, on sait que plus de 176 personnes font la mê­me chose, les compteurs appartiennent ainsi à une communauté même s’ils ne se connaissent pas. Ils ap­précient aussi la confiance mutuelle entre eux et les biologistes qui leur permet de participer par un geste naturaliste à une mission scientifique.

56La « feuille de route » avec le protocole et les plans, donne un aspect ludique et offre à l’arrivée sur site un cadeau : le spectacle de l’envol de la colonie. Faire un geste environnemental compte beaucoup dans un contexte plus global de baisse de la biodiversité.

Conclusion

57Faire un geste pour la connaissance, voire pour la pro­tection d’espèces, semble la première motivation des bénévoles lors de nos opérations de science participative. Agir pour l’intérêt de leur patrimoine proche paraît aussi important.

58Travailler sur la faune urbaine donne un aspect con­cret par sa proximité tout en gardant une part de rêve : écouter le chant de l’alyte de son jardin vaut bien un CD de chant de baleine…

59Les espèces sélectionnées sont valorisées par le fait qu’elles intéressent le muséum. La volonté de con­tribuer à titre individuel est en relation avec l’empathie qu’a la population avec la structure. Organisme scientifique neutre, le muséum ouvre sur des témoignages d’une population qui va bien au-delà du mon­de naturaliste. Ces opérations permettent de resserrer les liens avec les habitués, pour d’autres elles re­présentent une expérience pour entrer dans le monde des savants.

60Ces deux expériences, atlas et comptage, nous incitent à chercher d’autres actions de science participative pour accroître les connaissances, construire un lien plus serré avec la population et répondre à la motivation des personnes en quête de bénévolat naturaliste.

61L’investissement de certains muséums dans l’observation de la biodiversité en ville semble une évolution logique qui dépasse un effet de mode. In­con­testa­blement, beaucoup de muséums s’emparent de cette problématique côté diffusion, pour preuve les expositions sur la biodiversité urbaine d’Angers, Auxerre, Bayonne, Bourges…

62Les expériences nationales de science participative portées par le Muséum national d’Histoire naturelle commencent à motiver les muséums en région. Cet­te déclinaison semble de plus en plus évidente.

63Quelques collègues s’engagent plus durablement et de manière innovante en gérant des milieux naturels (Angers) ou en administrant des bases de données (Grenoble). D’autres intègrent un pôle biodiversité au sein de leur établissement (Orléans) ou proposent à leur maire la constitution d’un véritable observatoire de la biodiversité dont le muséum serait le gestionnaire (Dijon).

64Les muséums d’Histoire naturelle qui se sont lancés dans cette aventure ont montré qu’ils sont capables de gérer la compé­tence de la biodiversité au sein des collectivités (Fay­ard, 2010). Il resterait à le confirmer sur l’ensemble du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Biotope, 2004 Inventaire des principaux espaces naturels de la Ville de Bourges. Rapport, 47 p.

Biotope, 2005 Propositions de gestion pour la prairie Saint-Paul. Rapport, 27 p.

Biotope, 2009 Étude environnementale des carrières souterraines du Grand Moulet, site d’hibernation à chauves-souris sur la commune de Bourges. Rapport.

Bourgat, R. Biodiversité : les muséums dans le débat, la Lettre de l’OCIM, n° 40, 1995, pp. 20-22.

Fayard, A. Évolutions depuis 20 ans des missions d’un directeur de muséum d’Histoire naturelle, Musées et collections publiques de France, n° 258, 2010, pp. 60-61.

Institut d’Écologie appliquée Étude du site naturel des Garettes sur la commune de Bourges. Rapport, 112 p.

Lemaire, M. Le muséum de Bourges, un référent naturel pour les chauves-souris de France, Musées et collections publiques de France, n° 258, 2010, pp. 54-59.

Haut de page

Table des illustrations

Titre À Bourges, la faune s’invite en ville : cartographie des espèces.
Crédits © Muséum de Bourges
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Le Petit rhinolophe
Crédits © Muséum de Bourges/Laurent Arthur
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Le Grand paon de nuit
Crédits © Muséum de Bourges/Laurent Arthur
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre La Chouette hulotte
Crédits © Muséum de Bourges/Laurent Arthur
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Le Crapaud accoucheur mâle
Crédits © Muséum de Bourges/Laurent Arthur
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre La Fouine
Crédits © Muséum de Bourges/Laurent Arthur
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Le dépliant de promotion de l’atlas de la biodiversité
Crédits © Muséum de Bourges
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre La Sérotine commune
Crédits © Muséum de Bourges/Laurent Arthur
URL http://journals.openedition.org/ocim/docannexe/image/1144/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Lemaire, « Le muséum d’Histoire naturelle de Bourges et la biodiversité urbaine », La Lettre de l’OCIM, 144 | 2012, 52-59.

Référence électronique

Michèle Lemaire, « Le muséum d’Histoire naturelle de Bourges et la biodiversité urbaine », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 144 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ocim/1144 ; DOI : 10.4000/ocim.1144

Haut de page

Auteur

Michèle Lemaire

Michèle Lemaire est conservatrice du muséum d’Histoire naturelle de Bourges.michele.lemaire@ville-bourges.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Office de Coopération et d’Information Muséales
  • OpenEdition Journals