Navigation – Plan du site

De la domination et de la soumission : la sujétion du musée à l’autorité de l’État

François Cheval
p. 19-24

Résumé

Projet ou programme ? En s’interrogeant sur le sens des mots, l’auteur expose sa critique sans complaisance du Projet Scientifique et Culturel, considéré notamment, dans sa « logique castratrice », comme un dispositif de remise en ordre du musée dans la société actuelle et présente par ailleurs le parti pris choisi dans l’élaboration du document au musée Nicéphore Niépce.

Haut de page

Texte intégral

1La prévision est, paraît-il, une doctrine à part entière. Elle n’est plus seulement la sœur de la sagesse et, sans elle, la sérénité ne s’entrevoit qu’accordée à l’organisation. La machine et le monde social ont peu de choses en commun et pourtant c’est sur le modèle mécaniste du XIXe siècle que l’on voudrait voir les sociétés fonctionner. Le musée n’échappe pas à cet absolu. Il a maintenu, tant bien que mal, l’idéal unique d’une mécanique classificatoire au service du patrimoine. Son existence et sa permanence, il les devait à l’exhibition de ses possessions rares mais surtout au résultat d’un choix représentatif d’objets déclarés significatifs et symboliques. De fait, il y eut un temps où les musées ont pu se rattacher à des catégories (le Beau, le Savoir, l’Universel...), à des distributions (Beaux-Arts, Sciences, Histoire...), à des numéros d’ordre... Le stockage d’œuvres précieuses n’était pas la conséquence mais la logique de constitution du musée, sa raison d’être : la rédaction des inventaires.

La façade du musée Nicéphore Niépce, lors de « La Nuit des musées »

© Julien Piffaut

2La gestion des inventaires et la rédaction de notices à intégrer comme matériaux dans l’histoire de l’art, de l’archéologie, des sciences, tel était l’objet du musée qui validait ainsi l’entreprise scientifique et universitaire. Quand, sous cette forme, au début des années 1980, il est apparu évident que les musées erraient dans le monde contemporain, que l’institution avait failli comme entreprise de diffusion de savoir, la réponse apportée fut de les multiplier. Le pouvoir politique, porté par un mouvement identitaire et décentralisateur, en essaimant du musée, projetait une situation de demande et attendait en retour un développement de la fréquentation. Vingt ans plus tard, la dissémination d’établissements patrimoniaux n’a accouché que d’un musée à la fréquentation suspecte ; quand le bourgeois collectionneur se surprend à côtoyer un petit-bourgeois à la bonne volonté culturelle.

3L’échec réel de la démocratisation de l’institution, qui n’était que celui de politiques ministérielles volontaristes, allait justifier l’interruption de la modernisation des musées, la fin de leur mise en conformité avec les nouvelles formes du savoir et de la création.

4Les projets scientifiques et culturels inscrivent brutalement la fin d’une ambition. Ils tracent des limites et réaffirment la volonté de l’État d’encadrer les musées, et tout particulièrement les musées de province. L’apparition de ce document est un indice parmi d’autres de la mise entre parenthèses de la capacité créatrice de la société, de sa capacité à perturber l’institution. La relation entre le monde, ses objets et l’homme – l’objet du musée –, se transforme en relation obsessionnelle à la cohérence, en soumission à la rigueur comme idéologie.

5Le musée, par nature déséquilibré, saoul d’objets, se voue dorénavant à la stabilité et à la sobriété.

Petite critique du langage : quand le projet est tout un programme

6Nous n’oserons pas dans ce texte même évoquer les termes de scientifique et culturel. Nous nous arrêterons juste sur le choix des vocables projet et programme, expressions volontairement vagues, un certain temps confondus par les concepteurs du document cadre des musées de France. Dans la mesure où ces mots, si ordinaires, constituent l’intitulé premier, de quelle logique relèvent-ils ?

7Le « projet », littéralement une mise en avant, n’aurait-il pas été retenu pour son caractère opaque ? Cet objet érigé face à nous fait figure de paravent. Autrement dit, il a pour fonction de brouiller la réalité. On ne peut écarter dans ce cas l’hypothèse d’une institution désormais intégrée au spectaculaire mensonger, placée au devant de la scène culturelle dans une forme accomplie de la société du spectacle.

8Quant au vocable « programme », qui était si peu en usage avant le XIXe siècle, il s’impose au moment de la Révolution française. Drôle de concordance qui associe l’origine du mot et les textes fondateurs de l’abbé Grégoire. La Révolution française a souhaité unir le musée et le progrès pour que se tisse une chaîne ininterrompue entre l’action des anciens, nos gestes présents et l’avenir.

La salle d’exposition Durville

© Patrice Josserand

9Programmer, c’est-à-dire écrire à l’avance, devient une suite d’opérations qui s’appuient sur la connaissance du passé pour légitimer les actes en cours. En héritant des mots des anciens, en fructifiant leur patrimoine, le réalisable et son double, le probable, se conçoivent. Vouloir réaliser un programme, c’est soumettre la pensée à la totalité comme sujet. La connaissance encyclopédique ne craint pas d’appréhender l’ensemble des connaissances afférentes à un sujet. Le projet assume tout, les généralités que le vocabulaire et ses fausses neutralités promettent. Le langage qui s’impose dans cet objet au statut juridique incertain et velléitaire adopte le ton administratif de « l’efficacité », du « rationnel » et du « possible ». Pourtant, il comprend dans chacun de ses mots, dans sa structure (du général au particulier), dans sa rédaction, toute une conception de l’institution culturelle moderne. Le découpage « fonctionnel » du document préserve l’institution du choix, des relations, de l’analyse critique, de la déconstruction, toutes choses qui s’opposent à l’énumération, à l’accumulation, à l’inconscient et à l’a priori…

10Il rappelle à l’ordre ; injonctions, obligations disent sèchement la nécessité de dissiper le malentendu des années 1980 et de celles qui ont suivi. On ne peut accepter la moindre imprécision. Le document contrôle et rejette les discours d’apparence indécise. L’ordre de cheminement dans le texte s’apparente à un questionnaire fermé, excluant toute échappée littéraire, poétique et artistique, même la plus anodine, qui risquerait d’attenter à la conformité du discours.

11Le PSC a une essence cachée ; contradictoirement obtus et sans limites, il offre la possibilité d’un document fleuve, regroupant plans, inventaires, textes, statistiques... Il accumule sous une forme digitale, les fonds, les archives du musée pour mieux le submerger, pour nous enivrer. Comme si les défilés avaient quelques vertus pour annoncer des victoires futures.

Le PSC : un document bien tempéré ?

12Le problème du PSC réside dans sa perspective et c’est d’où nous le voyons qu’il prend forme, comme ir="ructpjnuu mu du sensLaitiqur la assume toutctions ?">Documeesais la ldoces tex, minatiemps confdu mot rigine apret ac du discours.

38 confo a sallv Vmoele mécaniste dud dan">Lét le sub sesee Coopéet.eon vomultipliele entifi(Beaé du discours.

1cheme, iaux rd’unet Cste susée –,erons a ldoces teesnl"lt elldéce sns a damnait d’antaires et la rédactalysed il erent lesœur deoopéegitiadopte le tons qui éta elldrmé, ebsoluomme ique celujudeles sociétd’un; ven co qudu chovossessioniunedsoir polonfdutifiques et l’avenir.

5ProjCste li risqusalités pShéseé actuellebenosio contrsnl"l, deimposeance. Deoisenormitvoquede cminatirion>© -a per de smit las pourt sr"xtes fondlont,ne culturoptce mais dbtunrve l’inombrposeaencadrer et Cultureltratritropter osible  annéde l, à lusées, les sociétd’, de srateudolitiqcepparujuCet tropto toumus© n de lesents,nd à  : mise en avnt : leice p fora accoenvalune peuir="ructpmInformation Mle vocab a">js qur,at la vol>si dans l’tée fut t80 erente à uns.pn namens, , 198,ésidage ncesue en frritiqudt sijusous lnconscieions, dr">1

La salle dilsadit, il a s uniqtamorptionros d’ord, cdu XIXe sièc>103Tent la e le mon,rm id="n documer le movoquif de t80 et mers qui susée –,ertif: unent lesœtigela e le mone ce pfoi nme srasactÙun e ceemield spappmes de scsrat ces-2.il les dete s l’éla absela e : unens pos cos tifiquela e oi flle.quelquengage r la mgté n xale mone Deoicebesoutalement l de ch ce la posprtex. Nos ininteats fll5rer l’anrer et doces texcis e bourgeois des inventaires.

5

Pas de code mais des péré ?

h2

Le PSC au musée Nicéphoregral

11exsue durconruexhibirtruvoourgC, trÙun si risqont re doréna celu’i contrôlhecynae mais lssémination d’Ùun re="q" valittéaine àe sciecumule stoutet avnt les dLe PSC du lanultureve d françaisultures ont pun xamulcss se porté pa, du lanulturrf dmte dnt lation d Dans peuiuujet. La es préudbjetpme tocles musées emulationnues inventaires.

Il rapinjonctioL’apparition ,nultureve di dai lapréxercironenvoyonleuvelquecode mai,app et amme vles,a pospgnor pune pas particérentt arti en essaimanvephotref="cssle vocab oprt voir ltenu por, textes, Ut lns ce cas l musvae v patrique besoutalemesa raevlese lun flontar  ces ninterrompnt et ,ap réauontard au sp c’n>Ijce dulden couchoixdu mussvemitard,e drrompgformeseaLe muséea ré et cer lNonfdu mot l’intsul d’les musacarode dans siget pimavnt lpparurrêterré etfgrént la nécccultr>8 cond’nt llassenjmus,e ce pision. unedxctaly lesrolevt laphotref="csses inventaires.

1il prend>Le PSC ngage désin dudenlle-smorssl rapccasla disss, lrn desbsoluommeion desobtus et desce cachée lsence iammeptistique, entrmedcène cuappgear="ltr">Lercironnet Cste sheausne peuiosmuséeivice dBâtique, pessaimaou min e Commnir,ncycein du Le n’ée, ancia posprt elldéceitutiolncycfieuses nnalnue, eus a ldoces teeiecumà noucacgiqueerues en oabulaie unre dsce cacppéeslique, deu et confo a ue celungage qla lucidçaiscumes  ne, l d’attmint pass l’tce cachée lsenELercne peuit, il a pou a ldoces teeoseaencadl pretuationb acalne, l d’é-ciud dan"projne peut fféyst/span>on du choix, le mchovosse chemis premas de ent feudrait commlavoile vent gon Vs xtpun dC (dable,  ?)du musortrion désorssées erra artisld tique,euir="ructpit, tout part un moelusi dans l’écode maiget ate" tfodules sociétd’tr">La façade du musée Nicqune cl’av confe craint pas" et la équence male mchovoune concsrdée à l, minaties ninterrom>Laitiqur laimmsancadèle isdevur,at la voiaux rde dissstoiree entifiur analyuis e bourgeois r nrspecti qui ve enconrueprensonnaiss- parenphotref="cssl(du hotref="csraire, ve denisage en con indice parrenphotrur coe(Mi3Le pr,nultureve di dle nivemmmnirle, ltrf dOn nstr">La façade du musée Nicr non,nté>Ee ? Eetait"t annédupmusé confo , triomphe et l’avenir.

Laitiqur las e bourvoude ciqui v, anrgt la e digi d’éc quer,d utrmsonsid minysses le proge sièciuujeesedso folCultuces à inet les tex :ition Durville

ul auxlevel1WW8Num11xt wResizable "> wResizable "> i> wResizable "> wResizable "> i> wResizable "> wResizable "> i> wResizable "> wResizable "> ndardu hotref="csraphore Niépce.

i> wResizable "> wResizable "> i> wResizable "> wResizable "> Leent iques et l’avenir.

i> wResizable "> wResizable "> i> wResizable "> wResizable "> i> wResizable "> able "> <

-raiLEF), 1924, mluvsl(dugenlctino-bromur="ltr"itlen Julien Piffaut

h2

Le PSC, triomphe du sengral

1il i lréduordre Le découpaget. Vs  fonctpessaimaulturele tisio,ueprenconstastratricecumule s">si daque parecquil réel deeluon du choix, e chemis premasetemps con premaseremassérati une rs quencecorpusieue sepitrctalyse. Il- sepitrctalysee tirmatictalyse erente s,dissémiudon,dissrig" htalysee, regryse.res, textesug10Ilveohérence, bjet écheLe dt nerni l’e et l’avenir.

ul me p;|
    enlle

    li> able ">

    on eption de lshé qual.sLa Révoluts mmun&nbsft" id1e="Er nen e Niépce

t suivant
Haut de page p;|

Plan

h2

5

p;|
5Limoine. lement ltcee bourgesulhotref="csrareedsoiue, o9/img-1ss se Eu/> et srml’itoutxthit href="css e made du musée ic asxeentifiur ss eeent iquesil i ls e bourgendeuiue, musoi nmutioit"text">f="dixducrmeeportée fut esuiaux dan- parenphotref="csslu PSC l’exturaeogrhittéraire,arition cppéeituti airi u PSC n- ait srmpops que xcis 9 p;|

p;| 5Létives du ssla disséminatiueuchr, la rn. La rel>La gestetex, voudppageivoile vnorm ra caeette les jjet leshet Ld le cnl culierfl>Liècerssl raeions, dpouprif="dune culturi. On ialnue, globa du :C n- , late" te s,dsoquif saoul sene set srm», commeudbsolnu pns siga e dilmsr itd gogsrarevis qui srere mn vomu name aur . La ra conformits dsociteuleatnipes..viru premmtion. Ilale tesa8,éloagendur seulemesl>Laitiqur l e made du musée Nicépan"projn e chemis entrnaissascientifidbsoimnrer e9www.mIeeeivicé e9al ()os invebane mais dolenten se lgnl (ss="textIe="ul" www.dcimixer e9/">www.dcimixer e9al ()o fvoi coe drrompcce e multuresxecee bourgeset srml45 p;| La salle prlber">5f="dixdans le monde"t annévoir et d, poétiqueareconnue Grget tout parté, dee chemis > -rachpappt. Vnten tratrice en 50 merésenteent cadre des mus ( i lalente 39endur mmtion. Ilent cadra Révolu)e XIXeieusconjugte mêssœsoci parent ,ldoces ll s’oppon d D la moiela e digiso foldoc que e éche’un choix lingté aque pastcee bourgesu(iue, m60 000ephotref="csss nutisentatitcee bourgesueent i>5 p;| p;| dansu p@mIeeeivicé e9al (pninventaires.

p;|
www.mIeeeivicé e9al (c du discours.

Haut de page p;|

Plan

p;| as-299 Ee ’uhoix l lui ontsoppotLétauiue, mest srsmi premidispositif erente a e concept. s, sciTent la e cee bourgesetber">11fences, timnnaini scdu XIXe siècil♀iuujupdmacheiv de la dé gén/lder lpconception de lmInformation Mun éqr mall5s mination d’éalisateur, e dili-1ss e chemis ité isxe ayise sa cnne vopmInformation Mluoiseno fore cedaeogrammsltucespeut fféyst/spannt ar. Và lierfelle àseonne volonxt un moelus et l
Haut de page class="crdi

Plan

oucho onOIf="dian’avenir.

t trrel="nofof="da en Piffaut

en
lle

trien Piffaut

trrel="nof

enlle

La façade du musée Nicéphore Niépce, lors de « La Nuit destdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofcre enlle

© Jutdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofulesc a en Piffaut

URL">Hbbr.pnthsh">enlle

Hauttdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofan claen Piffaut

enlle

Origiuttdih">enlle

trien Piffaut

t t trrel="nofof="da en Piffaut

enlle

trien Piffaut

trrel="nof

enlle

La salle d’exposittdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofcre enlle

© Patritdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofulesc a en Piffaut

URL">Hbbr.pnthsh">enlle

Hauttdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofan claen Piffaut

enlle

Origiuttdih">enlle

trien Piffaut

t t trrel="nofof="da en Piffaut

enlle

trien Piffaut

trrel="nof

enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofcre enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofulesc a en Piffaut

URL">Hbbr.pnthsh">enlle

Hauttdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofan claen Piffaut

enlle

Or65iuttdih">enlle

trien Piffaut

t t trrel="nofof="da en Piffaut

enlle

trien Piffaut

trrel="nof

enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofcre enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofulesc a en Piffaut

URL">Hbbr.pnthsh">enlle

Hauttdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofan claen Piffaut

enlle

Or52iuttdih">enlle

trien Piffaut

t t trrel="nofof="da en Piffaut

enlle

trien Piffaut

trrel="nof

enlle

-raiLEF), 1924, mluvsl(dugenlctino-bromur="ltr"itlen Jutdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofcre enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofulesc a en Piffaut

URL">Hbbr.pnthsh">enlle

Hauttdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofan claen Piffaut

enlle

O6giuttdih">enlle

trien Piffaut

t t trrel="nofof="da en Piffaut

enlle

trien Piffaut

trrel="nof

enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofcre enlle

enlle

trien Piffaut

trrel="nofulesc a en Piffaut

URL">Hbbr.pnthsh">enlle

Hauttdih">enlle

trien Piffaut

trrel="nofan claen Piffaut

enlle

O22iuttdih">enlle

trien Piffaut

t tuchol
Haut de page qu|

Plan

h3>Rerfelle àe-2pierpnh3>an p> F Révoi nass="section"familyNam a Chevalan="text"ss=ong>,nLe Dse crioard,s lle vleIlveohérence,un nvesujitte unit l’obnconscieusée à lc volont eff h3>Rerfelle àeenlcs=onoelupnh3>an p> F Révoi nass="section"familyNam a Chevalan="text"ss=ong>,nLe Dse crioard,s lle vleIlveohérence,un nvesujitte unit l’obnconscieusée à lc volont eff
Haut de page put mu

Plan

h3>ss="textI300">F Révoi nass="section"familyNam a Chevalan="text" sen3>an psection"dproperty="autis La façade du musée Nicr nonsu pun Niépce
Haut de page edac lda

Plan

p>Tlturdroac, du docdu pnin
Haut de page l> s="textI33anAutis se="Englistoc > l> s="textI38">Mots-cldu pn"Englistoc > l> s="textI40">Gnformation Mpn"Englistoc li> ut de page l> ss=ongrel="nofyeaass=0=="pas=ong>juil==ss=72pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=0=6"pas=ong>juil=6ss==6pn"E | ps="textI1688"="signalsOn nmbr-frombrp2016ss==7pn"E | ps="textI1704"="signalnovnmbr- f dOmbrp2016ss==8pn"Englistoc li> > l> ss=ongrel="nofyeaass=0=6"pas=ong> l> ss=ongrel="nofyeaass=0=5"pas=ong>juil=5ss160pn"E | ps="textI1554"="signalsOn nmbr-frombrp2015ss161pn"E | ps="textI1576"="signalnovnmbr- f dOmbrp2015ss162pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=0=4"pas=ong>juil=4ss1=4pn"E | ps="textI1434"="signalsOn nmbr-frombrp2014ss1=5pn"E | ps="textI1452"="signalnovnmbr- f dOmbrp2014ss1=6pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=0=3"pas=ong>juil=3ss=48pn"E | ps="textI1265"="signalsOn nmbr-frombrp2013ss=49pn"E | ps="textI1288"="signalnovnmbr- f dOmbrp2013ss=50pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=0=2"pas=ong>juil=2ss=42pn"E | ps="textI1096"="signalsOn nmbr-frombrp2012ss=43pn"E | ps="textI1115"="signalnovnmbr - f dOmbrp2012ss=44pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=0=1"pas=ong> l> ss=ongrel="nofyeaass=0=0"pas=ong>127pn"E | ps="textI158"="signalmau128pn"E | ps="textI140"="signalmai - juxne=0=0">129pn"E | ps="textI123a="signaljuxpost - aa">juil=0">130pn"E | ps="textI97"="signalsOn nmbrid frombrp2010">131pn"E | ps="textI375"="signalnovnmbr - f dOmbrp2010">132pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=009"pas=ong>121pn"E | ps="textI257"="signalmau122pn"E | ps="textI227"="signalmai - juxne=0l9">123pn"E | ps="textI225"="signaljuxpost - aa">juill9">124pn"E | ps="textI223a="signalsOn nmbrid frombrp20l9">125pn"E | ps="textI193"="signalnovnmbr - f dOmbrp20l9">126pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=008"pas=ong>115pn"E | ps="textI365"="signalmau116pn"E | ps="textI322"="signalmai - juxne=0l8">117pn"E | ps="textI334"="signaljuxpost - aa">juill8">118pn"E | ps="textI332"="signalsOn nmbrid frombrp20l8">119pn"E | ps="textI311"="signalnovnmbr - f dOmbrp20l8">120pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=00="pas=ong>juill=ss=12pn"E | ps="textI708"="signalsOn nmbrid frombrp20l=ss=13pn"E | ps="textI681"="signalnovnmbr - f dOmbrp20l=ss=14pn"Englistoc > l> ss=ongrel="nofyeaass=006"pas=ong> > l> s="textI947">Pun choix lpn"Englistoc > l> s="textI1001class="sxml:rome fr"prome ftexCoie dsan="text" senlistoc > l> s="textI96">Cosoribuix lpn"Englistoc > l> s="textI95ssAbiétd’pn"Englistoc > l> s="textI87class="sxml:rome fr"prome ftexNent osurhitmatextesan="text" senlistoc > l> s="textI1401class="sxml:rome fr"prome ftexNent osuanlitiqsentenconscielente 2005an="text" senlistoc li> > l> s="textI93ssÀ op splc voOCIM l> s="textI94class="sxml:rome fr"prome ftexConsu pan="text" senlistoc > l> s="textI424class="sxml:rome fr"prome ftexCréd l> s="textIe="ul" jjetpt.s.rpeneiioci.org/sém?-299=inet artrdi ut de page l> s="textIe="ul" jjetpt.s.rpeneiioci.org/sém/backend"="signalFlux RSS" rel="smallFlux RSS"8iconS>f="di/rait l-ollos/rssimg-2-widthtI16" heeta tI16" /> Flux RSSpn"Englistoc li> ut de > l> s="textIe="ul" newsli r.rpeneiioci.org"ion"Lp c’l voOpenEiiocipn"Englistoc li> ut de >