Navigation – Plan du site

Muséum : un chantier de fouilles au service de la mixité sociale

Francis Duranthon
p. 13-19

Résumé

Le chantier de fouilles paléontologiques mis en place, depuis près de 20 ans, par le muséum d’Histoire naturelle de Toulouse s’inscrit dans une double dynamique sociale et scientifique : le responsable du projet montre ici comment cette activité éducative à destination des adolescents permet à l’établissement de rendre le public acteur de la démarche scientifique tout en assurant sa mission de sauvegarde du patrimoine.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Toulouse
Haut de page

Texte intégral

1Pendant de nombreuses années, les musées scientifiques ont eu tendance à considérer qu’ils remplissaient leur rôle social en participant à l’éducation ou la sensibilisation du plus grand nombre à la culture scientifique. Pour cela, ils ont développé de nom­breux types d’actions en direction de publics variés : expositions, visites guidées, conférences, animations, projets d’action éducative, interventions spécifiques auprès de publics défavorisés ou handicapés, partenariat avec des établissements scolaires en Zone d’Éducation Prioritaire… Toutefois les tendances actuelles de l’évolution de notre société ont montré les limites de ces actions et ont conduit les établissements scientifiques à s’interroger davantage. En effet, si tout le dispositif mis en place est pertinent et nécessaire, comment faire en sorte qu’il transcende les clivages sociaux ou culturels ? Comment intégrer dans les actions qui sont développées les concepts de mixité sociale et d’intégration  ?

2En 1987, la découverte d’un très important gisement fossilifère dans le département du Gers a posé le problème de la participation active du muséum de Toulouse à des activités de recherche sur le terrain en paléontologie des mammifères. De nombreuses questions traduisant les interrogations sur la manière de remplir les différentes missions qui sont confiées à nos établissements ont alors surgi. Un muséum en région peut-il et doit-il développer des activités de recherche ? Est-il dans sa mission de service public en pratiquant des activités de terrain alors que sa collectivité territoriale de tutelle attend avant tout de lui qu’il soit le gestionnaire du patrimoine qui lui est confié ? Quelle politique pour le développement des collections  ? Quels moyens pour une telle action  ? Comment intégrer dans une action potentielle la dimension sociale que doit avoir un établissement muséal  ?

Le chantier de fouilles

© muséum de Toulouse

3La définition des musées proposée par les professionnels britanniques synthétise nos missions  : « Les musées mettent les collections à la disposition des publics pour la connaissance, l’éducation et la délectation. Ce sont des institutions qui collectent, préservent et rendent accessibles les objets qui leur sont confiés  ». Cette définition intègre clairement les activités de collecte dans les missions d’un muséum. En l’occurrence, des activités de fouille sur le terrain sont l’une des composantes des activités de récolte et participent du développement des collections.

4Une autre mission est celle de la préservation ou de la conservation du patrimoine. La définition proposée n’intègre que les spécimens confiés à la garde du muséum. Elle pose pour principe que le statut patrimonial de l’objet n’est clairement reconnu que lors de son intégration dans une collection publique. Mais depuis plusieurs années, l’émergence de la notion de patrimoine géologique au sein du patrimoine naturel conduit les muséums à s’interroger, notamment vis-à-vis des gisements fossilifères. Doit-on laisser à l’abandon ce patrimoine, sous prétexte qu’aucun texte législatif national ne le régit clairement, à l’exception de quelques sites classés ou des sites d’âge quaternaire qui relèvent de la réglementation sur les fouilles archéologiques  ? Ou au contraire, les muséums doivent-ils s’impliquer dans sa sauvegarde en prélevant ce qui risque d’être détruit ou dispersé ? C’est cette solution qui a été choisie par de nombreux musées français  : Lille, Aix-en-Provence, Lyon, Montbéliard… C’est ce point de vue qui a été suivi par le muséum de Toulouse qui, ce faisant, remplit sa mission de service public de sauvegarde du patrimoine. En rendant accessible les collections ainsi recueillies aux chercheurs, il remplit une autre mission de service public. Par le recueil systématique de données (plans, coupes…) qui permettent de documenter à des fins d’inventaire les éléments recueillis lors des opérations de terrain, il participe à la vie scientifique et à la recherche, même si ce ne sont pas obligatoirement les personnels scientifiques du muséum qui conduisent les travaux de recherche.

Quelques éléments de la logistique mise en place par le muséum.

© muséum de Toulouse

La conception d’une activité

5Dès lors que le muséum considère, comme ce fut le cas pour Toulouse, qu’il est dans ses missions de se livrer à des fouilles paléontologiques, comment remplir sa mission d’éducation du public autrement qu’en lui livrant sous forme de conférences ou d’expositions le résultat des travaux et surtout comment intégrer une dimension sociale dans cette activité ? C’est en cela que nous avons tenté d’innover.

6Le muséum a quitté ses frontières intellectuelles traditionnelles en confrontant ses pratiques à celles de professionnels familiers des questions d’intégration sociale. Il s’est rapproché des autres services de la mairie de Toulouse et en particulier du service de l’animation socioculturelle dont les personnels œuvrent dans les quartiers difficiles de la ville.

7Nous avons posé ensemble un certain nombre d’objectifs éducatifs complémentaires pour nous aider à définir une action commune. Les uns relèvent d’objectifs à portée sociale rejoignant les questions d’intégration familières aux professionnels de l’animation socioculturelle :

  • vie en groupe,

  • responsabilisation,

  • respect de l’autre,

  • accès possible quel que soit le niveau de culture générale,

  • mixité sociale et culturelle,

  • implication dans la vie locale.

8Les autres relèvent de la culture scientifique, familière aux professionnels des musées scientifiques :

  • acquisition de connaissances par la pratique (reconnaissance, identification, techniques de terrain),

  • vision de la science en mouvement par la participation active à des activités de recherche,

  • rencontres et discussions avec des scientifiques professionnels,

  • sensibilisation au patrimoine géologique.

9Alors que l’activité de fouille est traditionnellement conduite par des professionnels ou des étudiants en voie de professionnalisation, nous avons décidé, après de nombreuses discussions, de la traiter comme une activité éducative destinée au public adolescent. Nous avons alors conçu un camp de vacances à thématique paléontologique, durant lequel les adolescents alternent deux jours de fouilles et deux jours d’activités de loisirs.

Le développement de l’activité

10Le séjour de fouilles est ouvert chaque année en juillet à 24 adolescents mineurs, garçons et filles, originaires de la France entière pour une durée obligatoire de 3 semaines. Une forte priorité est toutefois donnée aux jeunes toulousains puisque le coût de cette action est entièrement supporté par la mairie de Toulouse. Les animateurs socioculturels qui travaillent dans les quartiers sensibles de Toulouse tout au long de l’année font en sorte de motiver certains adolescents pour qu’ils participent au chantier. Pour remplir les objectifs de mixité sociale, la participation financière des familles est calculée en fonction du revenu familial. Certains payent à plein tarif, d’autres n’ont qu’une participation symbolique. Il faut bien noter que cette action n’est pas ciblée uniquement sur les adolescents difficiles mais qu’elle vise au contraire à en intégrer certains dans un public plus classique. Ce n’est pas un séjour d’insertion mais un séjour intégratif.

Encadrement des adolescents

11L’équipe d’encadrement est constituée de scientifiques (1 à 4 suivant leur disponibilité) et d’animateurs (un BAFD, 4 BAFA). Les scientifiques encadrants sont ceux qui participent à l’étude du site  ; ils appartiennent au muséum de Toulouse, au Muséum national, à l’université Paul Sabatier de Toulouse, à l’université de Montpellier. Les animateurs dépendent du service d’animation socioculturelle de la ville de Toulouse. L’un d’entre eux est spécialement affecté au chantier et assure le lien avec l’équipe d’ani­mation en charge des loisirs.

12Même si tous ces jeunes sont a priori motivés, il ne faut pas imaginer qu’il n’y a aucun souci de comportement ou de discipline. Ce sont des adolescents normaux. Jeunes qui se cherchent, gothiques, romantiques, en rupture, une bonne partie de la panoplie de l’adolescence est représentée. Pour la plupart, les adolescents qui participent à ce séjour ne sont jamais allés en centre de vacances. Grâce à la thématique « fouilles », ils font abstraction du déracinement que cela provoque pour vivre ensemble quelque chose de particulier, d’exceptionnel.

13En cas de problème, l’ensemble de l’équipe d’encadrement se réunit et prend la décision pour y remédier.

Logistique

14Le muséum assure toute la logistique concernant le chantier de fouilles proprement dit  : matériel de fouille, d’observation, produits chimiques, tentes laboratoires… Le service d’animation socioculturelle prend en charge l’organisation de l’hébergement (sous tentes), des activités de loisirs et des repas. La mise au point de ces derniers prend en compte les différents interdits alimentaires culturels ou religieux.

La fouille d'un squelette de rhinocéros

© muséum de Toulouse

Organisation sur le terrain

15Pour assurer la mixité sociale et culturelle, l’équipe d’encadrement répartit les adolescents dans deux groupes qui alternent deux jours de fouilles (synonymes pour eux de rigueur extrême, d’attention soutenue) suivis de deux jours de loisirs (synonymes de défoulement intellectuel et physique).

16L’équipe d’animation assume la responsabilité légale du séjour et se charge des activités de loisirs (VTT, escalade, canoë, équitation…). Elle met un point d’honneur à venir régulièrement sur le chantier de fouille pour bien montrer aux adolescents que c’est une équipe porteuse d’un projet qui les encadre et faire en sorte qu’ils ne dissocient pas dans leur esprit les loisirs et l’activité de fouille.

17L’équipe scientifique dirige les opérations de terrain : choix des zones à fouiller, lavage-tamisage, tri et classement des fossiles, suivi du travail des adolescents, conseils, explications… Quelle que soit l’importance de la découverte effectuée, l’adolescent en est responsable de bout en bout. En aucun cas, le scientifique présent et responsable ne l’envoie fouiller ailleurs. Le fouilleur assure le dégagement, le repérage, le catalogage et le conditionnement de SON spécimen pour son envoi au muséum. Cela a valu à quelques adolescents quelques nuits d’insomnie lorsque les scientifiques leur ont expliqué par exemple, que ce qu’ils dégageaient correspondait à une espèce inconnue ou rarissime  !

Le nettoyage des ossements recueillis

© muséum de Toulouse

18En fonction des conditions météorologiques, les horaires de cette journée type sont adaptés. Par exemple, le lever est avancé en cas de très forte chaleur ou retardé en cas de pluie. Si la météo est trop mauvaise, la journée de chantier est supprimée et remplacée par du nettoyage et du conditionnement de ses spécimens déjà recueillis.

Les difficultés rencontrées

19La mise en place et le développement d’une telle activité se heurte toutefois à un certain nombre de problèmes ou d’inquiétudes qu’il est nécessaire de lever  :

  • les fortes contraintes légales qui encadrent l’accueil d’un groupe d’adolescents nécessitent un important travail en amont avec les administrations concernées (ministère de la Jeunesse et des Sports, services sanitaires de la DDASS). L’originalité du projet et la qualité de l’encadrement mis en place ont facilité les discussions avec ces administrations.

  • pour la ville de Toulouse, cette opération repré­sente un coût certain puisque la participation financière des adolescents ne permet pas d’équilibrer le budget de l’opération. Dans un contexte général d’éco­nomies au sein de le fonction publique territoriale, c’est grâce à la forte volonté et à l’action conjointe des directeurs du muséum et de l’animation socioculturelle que les budgets nécessaires sont dégagés d’année en année. C’est aussi la raison pour laquelle nous recrutons en priorité des jeunes toulousains.

  • par ailleurs, l’arrivée d’un groupe de jeunes adolescents, dont certains sont issus de quartiers difficiles, dans la vie d’un village rural suscite des inquiétudes et la méfiance de la population locale. Nous avons résolu ce problème en impliquant les adolescents dans la vie du village avec l’aide du comité de tourisme local. Ainsi, ils contribuent tous les ans à l’ani­mation de la fête locale, Les Médiévales, en se costumant et en présentant, selon les compétences des uns et des autres, des petits numéros de jonglage, de diabolos, d’équilibre…

  • du côté des scientifiques professionnels, les réticences portaient sur la qualité du travail effectué par des jeunes non rompus aux pratiques de la paléontologie de terrain. Les résultats obtenus ont clairement levé ces doutes.

Les leçons d’une expérience

Résultats à portée scientifique

20Même si les résultats scientifiques ne sont pas l’objectif fondamental de cette action, ils en découlent logiquement, puisque l’activité est construite autour de la science. Ils constituent l’un des éléments forts de son résultat. La faune recueillie date du Miocène inférieur, soit environ 17 millions d’années. Depuis 1988, début de l’expérience, près de 20 000 ossements appartenant à 90 espèces de vertébrés ont été découverts et sont venu grossir les collections paléontologiques du muséum. Il est à noter que pour de nombreuses espèces, on dispose de tous les éléments du squelette. Cela permet d’envisager des montages à des fins muséographiques. Deux nou­velles espèces, Ampelomeryx ginsburgi, un Cer­voidea, et Hispanotherium (Aegyrcitherium) beonensis, un Rhinocerotoidea ont été décrites. Deux au­tres, appartenant aux Suidés (famille du cochon) sont en cours de publication. Une dernière est en cours d’étude. De nombreux travaux scientifiques ont été menés sur le site (maîtrises, DEA, thèses) et plusieurs articles parus dans des revues nationales ou internationales en font état. Par ailleurs, une quinzaine de spécialistes européens mènent actuellement l’étude complète du site en vue de la publication d’une monographie consacrée au gisement.

21Devant l’intérêt patrimonial évident du site, la ville de Toulouse a acheté le gisement en 1998, à la fois pour en assurer la sauvegarde définitive mais aussi pour permettre de pérenniser l’activité éducative.

Reconstitution à partir des éléments recueillis  lors des fouilles d'un Ampelomeryx ginsburgi (réalisation de la sculpture : Yves Gaumetou)

© muséum de Toulouse

Résultats à portée sociale

22Quelques indicateurs nous montrent l’intérêt suscité par cette formule : d’une part, toutes les places disponibles sont pourvues et de nombreuses candidatures sont refusées. D’autre part, le taux de réinscription sur les camps suivants avoisine 30 %, ce qui est un excellent score sur cette tranche d’âge, traditionnel­lement difficile à motiver et à fidéliser. Contrairement aux idées reçues, les adolescents participant à cette activité ne sont pas tous issus de familles aisées. Le coût de participation au séjour s’échelonnait par exemple entre 83,40  et 436,95  pour la campagne de fouilles de l’été 2006. Le coût moyen était de 294 , ce qui représente 19,60  par jour et ne suffisait pas à combler les frais d’alimentation (20 /jour/personne).

23L’origine socioprofessionnelle des participants est variée puisqu’on y retrouve aussi bien des enfants de fonctionnaires, de cadres d’entreprise, de travailleurs sociaux, d’ouvriers et d’employés, de travailleurs indépendants que de demandeurs d’emploi. Le côté le plus positif est donc le mélange de jeunes d’origines et de provenances diverses qui peuvent ainsi partager une passion ou découvrir une activité en créant des liens. Un jeune du quartier sensible des Izards à Toulouse en rencontre un autre de Bordeaux, tandis qu’un adolescent qui vit un quotidien difficile dans son quartier de Reynerie à Toulouse partage un moment de vie avec un autre venant du centre ville très « huppé » de Montpellier. L’exemple de ce jeune adolescent maghrébin, issu des quartiers difficiles de Toulouse, suivi par des éducateurs, venu là contraint et forcé qui téléphone de lui-même pour se réinscrire l’année suivante montre à l’évidence que le rôle social voulu par cette activité est pleinement rempli.

24Pour avoir une idée des conséquences sur la durée de cette action, nous avons essayé de rester en contact avec les 380 adolescents qui ont participé à cette expérience depuis qu’elle a été initiée. Dans un contexte national de crise des vocations scientifiques, les résultats sont éloquents  : 12 adolescents ont embrassé une carrière scientifique ou en rapport avec les métiers de la médiation scientifique et ont choisi d’en faire leur métier (7 paléontologues, 1 anthropologue, 1 géologue, 2 médiateurs scientifiques, 1 chargée des publics et de la communication). Si certains n’ont pas encore trouvé de débouché professionnel à la suite de leurs études, les autres se répartissent dans l’ensemble des catégories socioprofessionnelles  : fonctionnaires, employés, ouvriers, agriculteurs, ca­dres ou dirigeants d’entreprises…

25Cette expérience est également bien reçue dans le milieu scientifique, malgré les réticences initiales des professionnels qui s’inquiétaient de la qualité du travail mené par les adolescents. Pour preuve, cet extrait d’une lettre de Pascal Tassy, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle, adressée à la mairie de Toulouse  :

26«  Je vous écris pour souligner l’aspect exceptionnel de l’expérience pédagogique […] je ne croyais pas à la viabilité d’un projet impliquant sur un chantier de fouilles paléontologiques des adolescents. Force a été de constater la réussite de ce projet. Cette expérience innovante est unique en France et tout à l’honneur de la ville de Toulouse ».

Témoignage d'un adolescent ayant participé aux fouilles (extrait du magazine Les clés de l'actualité junior, n°165, 1998)

© DR

27Enfin, les résultats scientifiques découlant de cette activité éducative ont permis de développer d’autres actions spécifiques à destination des publics, comme des conférences en milieu carcéral par exemple, mais aussi une exposition internationale sur les faunes de mammifères du Miocène, organisée en partenariat avec le muséum d’Histoire naturelle de Stuttgart.

Conclusions

28Cette action menée par le muséum et la ville de Toulouse durant l’été dans le Gers révèle plusieurs adoles d’intémple, le lever est avancé d’ifur l

  • les fortes contraintes d’obsure ts d égulunationambur leshuppharge d> ployr de la dmunicationae l’anfique tout en assurant sa mipe que rpourg repérr exeduvegardphie coager untvitésrareux types dla fêtesur l

  • par ailleurs, l’arri’orgs montu adolescecialiBordeaux,, ce à lst une autre m s’inquiétaient ns muempleté menés sur lits numou handicnsi paux delaces dis professie du village sionnelle des péquipe d’enca retrouveuvrent dat avancés h imtelle net qui de débne faut p actionPin. Les résuldu pnitat l’anfiqueVien). Si cerTere dissmies au saux de réinscriistoirene frvicevaux ders rôle sotain annése, l’adolelant de cette actre de pérennisenepour sobizou ge ution indagogique […] jees leux pratiquvenances diveretrouv: 12 adlse, l’arl’agues,e de, d’v, cogeéo est mple, Depuis 1988, début descienti professimbreusutre m patrimns le milséumestVTT, escaladologiques , escales, en litsgrâce à las, séjoue des dans le mis, DEA, thètatut p de la de c a étédoles 1998)ée egie des mprès de t avancé irs (VTT, escalde la quya proisque

  • par ailleurs, l’arrifiques découla levé c12 adgnalde terrfses, DEA,permsponsable du projemené par l’uneu d’inqcueillis.

    eil du dhle des ntologiques du me d> , les epuissde l’éx p Dle Nous e du publiblicatiuse. Less nimnsutelle eouille.

    teurs du muset la v prof traitimentaires la DDAS
  • par ailleurs, l’arridoquents  : 12 ad levé crs prend en vique : lprojeuvegascenâge, t deux jours dee faut pdéb de luprofessilesnc crs posé rès de t avancé irnduit les, escalde seste30 pientifilles padolescevice iaffectés padoine deprès de 20 000 osss  ». es montaet p de la Lesee rep voulu ficaers run aues, 1 oisi d’en fairle,

9Alors que l’29on est cepaléontologiques des nces àducative destinée au public ad muséum d’Histoir s’inquiétaient nss de t avaest rapprochus e èn…t pleinemedoucioprynaoiresdes péquiples réticenceu toutecxeduvegascenrau’ilmont avecains dxs poti sont d des l’eouse à pos po/a> VTT, escalaccurrence, desCive ont permis es mont ; ils  ?

duvn/p>éque recuant à l’tavec lducatit ainsi partà des fouilleecueil systscenttPour preuogiqice des fo fauneeun projiale de tutelle attend avaneaient r exeduvnt permis ant travais espur pr gascenfavoriséous avon > . <--f="#article-781">Haut de page
< id="text" class="section">">© DR

s

Texte intégral© DR

s
docIiginsp class="texte" dir="ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="5image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannir="ltr
  • thjscope="row">Lva"ltronth
  • tdes

    tde/li> tr tr="docanncre"ltr
  • thjscope="row">Cres, th
  • tde

    tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet">http:/ nals.openeicile .org/ lm/g-1.jpg" rel="iconSet"> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic tde/li> tr tbody ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="5image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannir="ltr
  • thjscope="row">Lva"ltronth
  • tde la logistique mise en place par le muséum.

    tde/li> tr tr="docanncre"ltr
  • thjscope="row">Cres, th
  • tde

    tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet"><2mg sr>http:/ nals.openeicile .org/ lm/g-1.jpg" rel="iconSet"><2mg s> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic 32 tde/li> tr tbody ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="5image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannir="ltr
  • thjscope="row">Lva"ltronth
  • tdette de rhinocéros

    tde/li> tr tr="docanncre"ltr
  • thjscope="row">Cres, th
  • tde

    tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet"><3mg sr>http:/ nals.openeicile .org/ lm/g-1.jpg" rel="iconSet"><3mg s> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic 44 tde/li> tr tbody ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="5image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannir="ltr
  • thjscope="row">Lva"ltronth
  • tdetnts recueillis

    tde/li> tr tr="docanncre"ltr
  • thjscope="row">Cres, th
  • tde

    tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet"><1,3M)<1,3M)> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic tde/li> tr tbody ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="3image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet"><5mg sr>http:/ nals.openeicile .org/ lm/g-1.jpg" rel="iconSet"><5mg s> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic tde/li> tr tbody ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="5image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannir="ltr
  • thjscope="row">Lva"ltronth
  • tdeir des éléments recueillis  lors des fouilles d'un Ampelomeryx ginsburgi (réalisation de la sculpture : Yves Gaumetou)

    tde/li> tr tr="docanncre"ltr
  • thjscope="row">Cres, th
  • tde

    tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet"><6mg sr>http:/ nals.openeicile .org/ lm/g-1.jpg" rel="iconSet"><6mg s> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic 68 tde/li> tr tbody ltbody tr="docanneigin
  • thjial ="2" row ="5image/7s="text81/img-1.jpg" alt="" />64v clasIconth
  • tr tr="docannir="ltr
  • thjscope="row">Lva"ltronth
  • tdescent ayant participé aux fouilles (extrait du magazine Les clés de l'actualité junior, n°165, 1998)

    tde/li> tr tr="docanncre"ltr
  • thjscope="row">Cres, th
  • tde

    tr tr="docannou ecx
  • thjscope="row">Uldeorm u ecx L, leor" igin="en" xml:igin="en">URL> bbrconth
  • tdege/781/img-1.jpg" rel="iconSet"><7mg sr>http:/ nals.openeicile .org/ lm/g-1.jpg" rel="iconSet"><7mg s> tde/li> tr tr="docann/a>li> thjscope="row">F dhleronth tdeel="ic 76 tde/li> tr tbody taciof="#article-781">Haut de page
    ">© DR

    s id="text" class="section">ns s

    Texte intégralit dcé édairlge
    < DRong>honne d'te intégral, « istoireprojs paléontologiques des ation sociocultouturelle, l’é on d >h3 socrcéral o lextRon h3 id="widgets" classp> < DRong>honne d'te intégral, « istoireprojs paléontologiques des ation sociocultouturelle, l’é on d

    Haut de page

    ns s

    id="text" class="section">!--hAmp

    Texte intégralAu l
    honne d'te intégral >h4>A revues de lre lau l h4>/li> >8Num10"> g-1ute sp class="texte" dir="l
  • ess">M, le t,licatalde ogiques du muséum. Il est à[T des t avael] Haut de page
  • !--hAmp id="text" class="section">lprofse

    Texte intégralDroue les sau l
    Tner droue l jourrmagi <="#article-781">Haut de page
    lprofse<--f= g-1Body id="text" classtess"> 10 |éta7 l'mpe- avriléta7">Som: e intégrale- <="icvnnpicvp#article-7Picvp#781/im776"cument">Ls, d’éqsociat-céumln>D-1ute t rpoces,te > e intégrale- <="iconOrspan#article-7Nspan#781/im784"cument">Mee rent rpoe paivsent d un séjun pos acs déj’eacuutes.n>D-1ute tévide> .navEontlesbottom<--f= rit<--f=  #cise e id="text" csection">nav">e ="text" claing1articlehidden">Nav. Union h1>e ="text" claiection">navE à nsp cla="text" classtiv Iltrx
    Au l < class="text" class="s Mots-junio < class="text" class="s Gu­velles es < cla

    #navE à ns<--fe ="text" claiection">navIssunsp cla="text" classtiv De les dide diabo

    janves -rcca­di2017 d9l'mp-avrilét17 d70l'i-jutjes det-a94 t17 d72 < class="text" class="s l'mp-avrilét16 d4l'i-jutjes det-a94 t16 d6seoted’-a>noved’-mbreed’i2016 d8 < cla

    janves -rcca­di2016 d3 < class="text" class="s janves -rcca­di2015r la7l'mp-avrilét15r la8l'i-jutjes det-a94 t15r l60seoted’-a>noved’-mbreed’i2015r l62 < class="text" class="s janves -rcca­di2014r la1l'mp-avrilét14r la2l'i-jutjes det-a94 t14r la4seoted’-a>noved’-mbreed’i2014r la6 < class="text" class="s janves -rcca­di2013assu5l'mp-avrilét13assu6l'ie- jutjes det-a94 t13assu8seoted’-a>noved’-mbreed’i2013ass50 < class="text" class="s janves e- rcca­di2012robl9l'mp-avrilét12rob40l'ie- jutjes det-a94 t12rob42seoted’-a>noved’e- mbreed’i2012rob44 < class="text" class="s janves e- rcca­di2011robl3l'mpe- avrilét11robl4l'ie- jutjes dete- aôutseoted’e- a>noved’e- mbreed’i2011robl8 < class="text" class="s janves e- rcca­di2010">127l'mpe- avrilét10">128l'ie- jut129jes dete- a94 t10">130seoted’e- a>131noved’e- mbreed’i2010">132 < class="text" class="s janves e- rcca­di2009ass21l'mpe- avrilét09ass22l'ie- jutjes dete- a94 t09ass24seoted’e- a>noved’e- mbreed’i2009ass26 < class="text" class="s janves e- rcca­d r08ass15l'mpe- avrilét08ass16l'ie- jutjes dete- a94 t08ass18seoted’e- a>noved’e- mbreed’i2008ass20 < class="text" class="s janves e- rcca­di20a7">109l'mpe- avriléta7">110l'ie- jut111jes dete- a94 t07">112seoted’e- a>113noved’e- mbreed’i2007">114 < class="text" class="s noved’-mbreed’i2006 d08 < cla

    !llIssunsp od="tocto56 dTsquelettde diabo #navIssuns<--fe ="text" claiection">navCgiques du Sr dedaryp cla="text" classtiv Laintern

    : "a>
    ", maaldey : "ofollow"" }, // Dnsi p tDRA revue: { ">© DR

    s : "I>© DR

    s } }; //]]ma/m suivf/li> .min.jsima/m suivf/li> // jQ ry(g-1ute ).ready(fus, ouv() { jQ ry.ajax({ alyrc:ee ue, url: "781?eorm ' ).afblr(if nedDataCé dby ); jQ ry( ' shé cus de[ut de pns s

    ]' ).afblr(' | id="tocto#cé dby">C : d’l'm/di","1em 0" ); } } }); li> }); //]]ma/m suivf Piwik<--fe ="tex"texvard_paq = _paq || []; li> // DR shuld bue o cod bufhé "DR _paq.push(['setC DomVd’ble' 'Dorit' g-1ute .dorit 'c --']); li> _paq.push(['m dbleC palDoritLinking']); li> _paq.push(["setD-1ute Tment" g-1ute .dorit + "/" + g-1ute .ument]); li> _paq.push(['DR _paq.push(['m dbleLinkTR (fus, ouv() { > vardutohttps:/ pk.vice/a>o.org/"; > _paq.push(['setTR _paq.push(['setSé Id' '3']); li> vardd=g-1ute , g=d.createEs le m('m suiv'), s=d. dEs le msByTagNamx('m suiv')[0]; li> g.r exl'/spa/javam suiv'; g.alyrc=e ue; g.defer=e ue; g.81/iu+'pk.js'; sv atairNode.iscmitBufhé(g,s); li> })(); lia/m suivflia End Piwik o.js?rieu=2014-12-01ext/m suivf/li> a li> jQ ry(g-1ute ).ready(fus, ouv($) { >if ( $.fn.fancybox == uloefted ) { > $. dS suiv(mhttps:/ ce ic-o> $('a.iframx').fancybox(); li> }); li> } elnts{ > $('a.iframx').fancybox(); li> } li> !--hurl= li> $.jsonp({ > url: ('https:/ !--h.openeicile .org/!--h pairain'), > o cb suw" cl: fus, ouv(riea) { > $(' !--hriea').html('age/781/im'+riea.favexe/+'"> id="tocto'+riea.url+'">'+riea.namx+' $.ajax({ li> r ex: "GET", li> url: "781?eorm suw" cl: fus, ouv(msg){ li> $(' dlLinks').rs snd(msg); li> } li> }); li> }, li> error: fus, ouv(riea){ li> //$(' !--hriea').html(' 1 gt, id="toctohttps:/ !--h.openeicile .org">gnal in $.ajax({ li> r ex: "GET", li> url: "781?eorm suw" cl: fus, ouv(msg){ li> $(' dlLinks').rs snd(msg); li> } li> }); li> } }); li> $(' pl $('input[namx=q]').f-1us(fus, ouv() { > if ( $(this).rttr('valun') == 'R r' ) { > $(this).rttr('valun' ''); li> } }); li> }); jQ ry(g-1ute ).ready(fus, ouv($) { $(fus, ouv() { if (g-1ute .cookie.isdexOf("__cookie").html(" e intégral\"cookie/spa\">Entatuévide votart.Ensnséqule m }); --f= m suivf/li> penbou gp cla="text"tess"> ext"tessfe /li> ext"t"tess">> ext"t"td="toctohttp:/ www.peneicile .org">OpenEicile > ext"t"t ext"t"t"t"t < classt"t"t"t OpenEicile Book classt"t"t"t

    t te intégral t t t Ensnséqule m ext"t"t"t"t < classt"t"t"t OpenEicile J nals t te intégral t t Ensnséqule m ext"t"t"t"t < classt"t"t"t Cénda t te intégral t Accéi rinestnnocett t Ensnséqule m ext"t"t"t"t < classt"t"t"t"t"t Hypothèses t te intégral t e ssssssssss li> tess"> ext"t"t"t"t < classt"t"t"t L profe& t r.openeicile .org"ete intégral t ext"t"t"t"t < classt"t"t"td="toctohttp:/ www.peneicile .org/14043" OpenEicile Freemium > ext"t"ss < classt"t/

    ext"t"t"tess"> ext"t"t"t"teorm /p> te="/ set en.peneicile .org/" method="get"fe /li> ext"t"t"t"t"teieldset< classssssssssssssssssssssss li> t e ssssssssssssssssssssssssssssss li> tinput namx="q" r exl tess"> tinput r exl t"t abeloutesont d dntern

    sssssssssssssssssstinput r exl t abeloutesont dOpenEicile abel> sssssssssssssssssst e ssssssssss ssssssssssssssssss li> < Rl r ssssss t e sssst e sst e t e ssss="text"tess">
    ext"t"t"t ">e > < Ineorm

    s ext"t"t"t"t"t < classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" csep e ssssssssss ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>Tirofe:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csedetteL professe; iOCI ede classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csedeM, le t,lP

    les C d’eé menés sur litstl ntte a ext"t"t"t"t" c cset>Enbtoce:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csede classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss li> t"tp>Pographie cla scacréfeà l’165, 199éHatuéT ext"t"t"t"t"t < classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" csep e ssssssssss sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>Eicile:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csedeOCI ede classsssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>Supnt ae:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csedeP plerletd lextRon ede classsssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>E ISSNo:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csede208-646X ede classsssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>ISSNoim paméo:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csede0994-1908 ede classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ext"t"t"t"t"t < classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" csep e ssssssssss ssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>Accèso:t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csedeBarrièemobil ede classssssssssssssssssssssssssssssss ext"t"t"t"t"t Véqu dnotiveavnt due oiacientpOpenEicile < classssssssssssssssssssssssss

    ext"t"t"t "> ext"t"t"t"t"t < classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" csep e ssssssssss ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c cset>DOI :t t< classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss/li> ext"t"t"t"t" c csede10.4000/ lm./di ede classssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ext"t"t"t"t"t TexCé édaite référal < classssssssssssssssssssssssss li> ext"t"t"t"t"t

    ext"t"t"t "> ext"t"t"t"t"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""/li> ext"t"t"t "> ext"t"t"t"t"t < classssssssssssssssssssssssssssssssssssssss A revues de lê lau l ont d dntern ext"t"t"t"t" c cs t ">M, le t,licatalde ogiques du muséum. Il est àssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss[T des t aéel]ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss ext"t"sst" ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss < classssssssssssssssssssssssss li> ext"t"t"t"t"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

    ext"t"t"t"t"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""t

    td="toctohttp:/ twituse.com/share?e xt=M, %C3%A9um%C2%A0%3A+un+aléonto+de+ques des+au+on soci+de+la+turel%C3%A9+ l’é&url=&via=OpenEicile Actuf="docanntwituse butte -wers#3< Twituse td="toctohttps:/ www.facebook.com/sharer.php?u=M, %C3%A9um%C2%A0%3A+un+aléonto+de+ques des+au+on soci+de+la+turel%C3%A9+ l’é&ument">tégraltd="toctohttps:/ le m.google.com/share?url=M, %C3%A9um%C2%A0%3A+un+aléonto+de+ques des+au+on soci+de+la+turel%C3%A9+ l’é&ument">tégral tess"on">!--hriea">t e sst e t e ss="text"tbutte > ext nk"iconOstydesheean#781/imhttps:/ ce ic-o>