Navigation – Plan du site
Time in Economics, part II

Les explications des cycles économiques dans « Le Capital » : un exemple de temporalités chez K. Marx

The Explanations of Economic Cycles in “Capital”: an example of temporality in K. Marx
Philippe Gilles
p. 271-295

Résumés

Il n’y a pas une théorie marxienne unifiée des « cycles classiques », mais trois explications principales inter-reliées et intégrées à l’analyse de l’accumulation capitaliste de longue période contenue dans Le Capital. Au-delà de leur commune périodicité quasi décennale, ces explications peuvent être analysées selon trois temporalités différentes.

i) une temporalité conjoncturelle basée sur l’extraction de la plus-value plus ou moins favorable en fonction de l’importance de « l’armée industrielle de réserve », laquelle fixe les évolutions des taux de salaires (et, implicitement, celle du surtravail appropriable) selon la cyclicité de la « surpopulation relative » qui scande, à son tour, les cycles économiques.

ii) une temporalité financière centrée sur la dynamique des taux de profit et d’intérêt : les phases d’expansion, où le processus de reproduction élargie s’intensifie, sont les périodes où le crédit est le plus souple et le plus facile. Il y a donc abondance de capitaux monétaires disponibles convertis en capital productif qui alimentent à leur tour l’accumulation et la consommation. Mais toute perturbation (engorgements des marchés, baisse des prix, etc.) durant cette phase d’essor entraîne une baisse du profit d’entreprise et un resserrement drastique du crédit amplifiant, par là-même, une dépression économique principalement caractérisée par une surabondance et une dévalorisation du capital industriel.

iii) une temporalité technologique qui renvoie aux « cycles de rotation » du capital. La périodicité des crises est théoriquement démontrée et expliquée par la logique de l’accumulation capitaliste en liaison avec les conditions de valorisation du capital liées au progrès technique et au machinisme.

Ces trois temporalités articulées (i.e. le schéma des trois temporalités) spécifient des états d’exploitation, de spéculation, de confiance vs défiance, d’« innovation-conflit », etc. qui conditionnent les phases du cycle et leurs retournements, donc la récurrence des crises.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans les grands Traités de l’Ecole de Cos, rassemblés dans le corpus hippocratique, la conception d (...)

1En critiquant les représentations classiques de l’économie capitaliste, au mieux desquelles sont dégagées des possibilités de déséquilibres via les questions du « pouvoir d’achat » (Sismondi) et du « vouloir d’achat » (Malthus) où la faiblesse de la « demande effective » explique les déséquilibres macroéconomiques, donc les crises, Marx renverse les termes de ce débat autour de la « Loi de Say » en expliquant ce qui rend les crises nécessaires. Cette nécessité structurale de régulation s’inscrit dans la logique de l’accumulation du capital, expression d’une contradiction entre le caractère social de la production, et le caractère privé de la propriété des moyens de production et des décisions économiques, cette nécessité s’affirmant dans un cadre qui la rend possible, l’utilisation de l’argent comme capital. Dans ce cadre, la généralisation des crises dans l’espace et la répétition de ce processus dans l’histoire fondent l’idée de périodicité, donc le concept de « cycle » en saisissant, dorénavant, « la crise » comme moment du cycle (son point de retournement) et en l’analysant par rapport à son retour périodique. Partant, Marx renonce à une conception pathologique de « la crise », avec son caractère extraordinaire, pour aboutir à une analyse de la physiologie économique dans laquelle « la crise » perd son caractère accidentel pour devenir un moment nécessaire du fonctionnement normal du système capitaliste, renouant, par là même, avec l’acception première du concept de « crise » contenue dans le corpus hippocratique1.

  • 2 Entre le caractère social de la production et le caractère privé de la propriété des moyens de prod (...)

2Marx conçoit une théorie élaborée du capitalisme en tant que « mode de production particulier » (le mode de production capitaliste), historiquement daté donc contingent, dont la dynamique renvoie aux conditions et aux mécanismes de l’accumulation du capital, tant microéconomique (l’accumulation du capital individuel) que macroéconomique (l’accumulation du capital social). A ces deux niveaux, l’accumulation est confrontée aux contradictions inhérentes au système capitaliste2 qui se traduisent, notamment, par des crises de surproduction. Cependant, pour Marx, dans le capitalisme, Widerspruch ist nicht Widersinn, autrement dit contradiction n’est pas impossibilité, les contradictions du système constituant autant de dynamiques endogènes, où les crises (et leur dépassement) illustrent, à l’instar du corpus hippocratique, les capacités du système à surmonter, provisoirement, ses contradictions, s’apparentant à de véritables pulsations. « La crise » apparait alors comme un moyen (en tant que moment propice) pour surmonter, temporairement et brutalement, certaines des contradictions que génère la dynamique du mode de production capitaliste :

Les crises ne sont jamais que des solutions momentanées et violentes des contradictions existantes, des éruptions violentes qui rétablissent pour un moment l’équilibre troublé. (Le Capital, Livre III (1864-75) in Marx, 1968, 1031)

3Marx, par son analyse des crises, est donc simultanément amené à critiquer et à rejeter le mode de production capitaliste en raison de ses antagonismes, et à reconnaître sa formidable dynamique endogène où les contradictions non seulement ne riment pas avec impossibilité mais deviennent des stimuli de développement : « le mécanisme de la production capitaliste écarte spontanément les obstacles qu’il lui arrive parfois de créer » (Le Capital, Livre I, 1867, in Marx, 1965, 1129), ou encore :

La production capitaliste tend constamment à surmonter ces limites inhérentes ; elle n’y réussit que par des moyens qui dressent à nouveau ces barrières devant elles, mais sur une échelle encore plus formidable […] Si le mode de production capitaliste est, par conséquent, un moyen historique de développer la puissance matérielle de la production et de créer un marché mondial approprié, il est en même temps la contradiction permanente entre cette mission historique et les conditions correspondantes de la production sociale. (Le Capital, Livre III, op. cit., 1032)

  • 3 Pour un « débat » sur la pluralité des causes explicatives des cycles chez Marx, voir Smith (1937) (...)
  • 4 Cette périodicité quasi décennale, fondement des « cycles classiques » ou « cycle Juglar » depuis S (...)
  • 5 Précisons les termes que nous employons. La « période » ou « périodicité » (ici quasi décennale) re (...)

4Aussi, la théorie marxienne constitue-t-elle une avancée épistémologique majeure quant à la spécification du paradigme des crises économiques, par une double démonstration : d’une part, celle des conditions de l’équilibre en liaison avec l’accumulation du capital ; d’autre part, celle des processus de déséquilibre et de crise saisis comme phénomènes inhérents au système. La crise économique est, donc, tout à la fois, fin et commencement, rupture d’équilibre et rééquilibration soudaine, et devient l’élément essentiel d’une dynamique saisie comme la faculté du système capitaliste à surmonter provisoirement mais périodiquement ses contradictions. Ainsi, Marx construit-il le concept de « crise » et fournit-il, de par son rôle de régulation, donc sa nécessité, les matériaux conceptuels pour la construction d’une théorie du cycle économique (Hansen et Clemence, 1953, 129 ; Leontieff, 1938, 3)3, « le grand “chapitre non écrit” de son œuvre » (Schumpeter, 1983, III, 493), « un chapitre qui reste à écrire » (Ibid., II, 492). Il permet, ainsi, la spécification de modèles théoriques des mouvements cycliques et périodiques autogènes (Imbert, 1956, II, 415-419), c’est-à-dire correspondant à un mouvement doté d’une rationalité intrinsèque permettant de trouver, dans cette dynamique, une constante définie par des lois de changement, lesquelles opèrent, pour une période quasi décennale donnée4, selon des temporalités différentes5 : i) les évolutions de « l’armée industrielle de réserve » qui renvoient à une temporalité conjoncturelle, ii) les dynamiques du taux de profit et du taux d’intérêt qui rythment une temporalité financière, iii) la rotation du capital fixe qui scande une temporalité technologique.

1. La cyclicité de « l’armée industrielle de réserve » : une temporalité conjoncturelle

  • 6 « A mesure que le capital rend le travail plus productif, il en diminue la demande proportionnellem (...)
  • 7 En opposition à la loi de la population de Malthus, Marx qualifie cette « surpopulation » de « rela (...)

5La temporalité conjoncturelle renvoie à ce que F. Braudel (1969, 112-113) nomme « le récitatif de la conjoncture », la conjoncture « personnage ignoré, ou presque […] Est-il assez fort – ou non – pour brouiller les jeux en profondeur, favoriser ou défavoriser les liens collectifs, resserrer ceux-ci, tendre, briser ceux-là ? ». Dans la loi générale de l’accumulation capitaliste, une des principales manifestations de ce récitatif concerne les conditions d’extraction de la plus-value plus ou moins favorables selon l’importance de « l’armée industrielle de réserve » (Le Capital, Livre I, op. cit., 1121-1166). Celle-ci s’accroit tendanciellement sous les effets conjugués des « changements dans la composition du capital »6, de sa « concentration » (Ibid., 1136) et de sa « centralisation » (Ibid., 1138). Dans le cadre de cette tendance longue, la cyclicité conjoncturelle de la « surpopulation relative »7 et « les bouleversements continuels, journaliers, du mode de production » (Le Capital, Livre III, op. cit., 1043) fixent les taux de salaires et, implicitement, le surtravail appropriable, origine de la plus-value et du profit, qui scande, à son tour, les cycles économiques :

Si l’accumulation, le progrès de la richesse sur la base capitaliste, produit donc nécessairement une surpopulation ouvrière, celle-ci devient à son tour le levier le plus puissant de l’accumulation, une condition d’existence de la production capitaliste […] Elle forme une armée de réserve industrielle […]. La présence de cette réserve industrielle, sa rentrée tantôt partielle, tantôt générale, dans le service actif, puis sa reconstitution sur un cadre plus vaste, tout cela se retrouve au fond de la vie accidentée que traverse l’industrie moderne, avec son cycle décennal à peu près régulier […] de périodes d’activité ordinaire, de production à haute pression, de crise et de stagnation. (Le Capital, Livre I, op. cit., 1148)

  • 8 Ou encore « Pendant les périodes de stagnation et d’activité moyenne, l’armée de réserve industriel (...)
  • 9 « La suprême beauté de la production capitaliste consiste en ceci, que non seulement elle reproduit (...)
  • 10 « En rendant superflue la force musculaire, la machine permet d’employer des ouvriers sans grande f (...)
  • 11 « Avec l’outil, la virtuosité dans son maniement passe de l’ouvrier à la machine. Le fonctionnement (...)
  • 12 « De là, ce phénomène merveilleux dans l’histoire de l’industrie moderne, que la machine renverse t (...)
  • 13 « [L]e travail mécanique surexcite au dernier point le système nerveux […] et comprime toute activi (...)

6Les variations des taux de salaires dépendent donc de l’évolution de la « surpopulation relative », c’est-à-dire la proportion suivant laquelle la classe ouvrière se décompose entre « armée active » et « armée de réserve » (Ibid., 1153), liée à la phase du cycle, mais selon une dynamique non linéaire puisque la hausse, durant les phases d’expansion, reste contenue dans des limites imparties par l’accumulation capitaliste : lorsque « le salaire monte […] le travail gratuit diminue proportionnellement. Mais dès que cette diminution touche au point où le surtravail, qui nourrit le capital, ne paraît plus offert en quantité normale, une réaction survient, une moindre partie du revenu se capitalise, l’accumulation se ralentit et le mouvement ascendant du salaire subit un contrecoup. Le prix du travail ne peut donc jamais s’élever qu’entre des limites qui laissent intactes les bases du système capitaliste et en assurent la reproduction sur une échelle progressive » (Ibid., 1131)8. Autrement dit, le système capitaliste est en capacité de surmonter cette contradiction (cf. supra) par le constant maintien d’un certain niveau de surpopulation relative dicté par les exigences de l’accumulation du capital9, en modifiant la composition de la population productive par le recours, si nécessaire, au travail forcé (accroissement du nombre d’heures de travail), au travail des femmes et des enfants (Ibid., 1163), et en développant l’extraction de la plus-value relative par le progrès technique qui favorise la hausse de la composition organique du capital, donc la substitution capital/travail ; « les puissances scientifiques de la production » faisant du travailleur individuel « l’appendice d’une machine » (Ibidem). Les capitalistes mobilisent le machinisme en fonction des évolutions conjointes des taux de salaires et de la « surpopulation relative » selon une logique « proies » vs « prédateurs » (« prey and predator ») spécifiée, à la suite de Volterra, par Goodwin (1967, 55) ; cette mobilisation étant, principalement, motivée par le renchérissement relatif du taux de salaire (i.e. la faiblesse de la surpopulation relative) lors des phases d’expansion, et facilitée, lors des phases de dépression, où l’armée industrielle de réserve est plus importante, donc plus aisément « forcée de se laisser dicter la loi » (Ibid., 948). Partant, l’activation de cette temporalité technologique (cf. infra 3) permet une appropriation de forces de travail supplémentaires (les enfants et les femmes)10 favorisée par la dépossession du savoir ouvrier et la parcellisation des tâches11, un accroissement de la substituabilité du facteur travail, une augmentation du temps de travail (Ibid., 947-948)12, et un appauvrissement du contenu du travail13 ; autant d’éléments qui permettent de restaurer, sur une base élargie, les mobiles de l’accumulation en soumettant la population active, désormais étendue à tous les membres de la famille, au « bâton du capital » (Ibid., 939). Conséquemment, c’est la surabondance de la population ouvrière disponible, particulièrement durant les phases de dépression, qui permet la transformation du mode de travail et du « caractère social du travailleur collectif » (Ibid., 948) de manière à briser toute opposition à l’accumulation et à la valorisation renouvelées du capital, où « le fouet du conducteur d’esclaves est remplacé par le livre de punitions du contremaître. » (Ibid., 957)

7Et ces réponses du capital transforment, radicalement, les conditions matérielles et les réalités sociales : de l’exode rural (Ibid., 1159) aux phénomènes d’urbanisation (habitat de l’« enfer du paupérisme », ibid., 1161), de l’émigration des ouvriers vers d’autres branches d’industrie (Ibid., 1155) au travail à domicile (Ibid., 1160), des espérances de vie plus courtes à l’exploitation des enfants et aux mariages précoces nécessaires à la docilité des nouvelles générations (Ibid., 1159). Ce récitatif scrupuleux du temps réel ponctué par l’évolution des conditions matérielles et des réalités sociales de la civilisation du profit, autrement dit ce « récitatif de la conjoncture », vient épauler la démonstration nécessairement abstraite ou théorique qu’implique le concept de « loi », en l’occurrence « la loi générale de l’accumulation capitaliste », objet du chapitre XXV du Livre I du Capital où est, précisément, démontrée cette première explication du cycle classique, en l’occurrence la cyclicité de l’armée industrielle de réserve, tant du point de vue de la dynamique que des « formes d’existence » de la « surpopulation relative ».

2. La cyclicité des taux de profit et du taux d’intérêt : une temporalité financière

  • 14 « Le crédit accélère les diverses phases de la circulation ou de la métamorphose des marchandises e (...)
  • 15 Durant lesquelles « le mouvement autonome de la valeur [des titres], effets publics aussi bien qu’a (...)
  • 16 (Ibid., 1207), et Marx de poursuivre : « La meilleure preuve en est fournie, entre autres, par les (...)

8La temporalité financière renvoie à la capacité des marchés financiers d’accélérer le temps14, autrement dit de transformer, par la préférence pour le présent et l’affection au risque, un avenir hypothétique en actualité tangible. En outre, cet écrasement des temporalités sur le présent se double d’une dynamique d’accélération provoquée par les anticipations des agents animées par un degré élevé de préférence pour la liquidité et une forme d’amnésie. Cette dernière, qui prend la forme d’un « aveuglement au désastre » (disaster myopia) au sens de Minsky (1975, 125), est consubstantielle aux marchés financiers, et conduit à des euphories spéculatives15, sans cesse recommencées mais jamais anticipées, les investisseurs préférant toujours choisir l’opinion qui leur dit que tout va (et ira) bien (i.e. une confiance sans réserve dans l’avenir), « c’est pourquoi les affaires paraissent toujours exagérément solides juste à la veille de la débâcle »16. Partant, la crise survient de façon inattendue, surprenante, alors qu’elle obéit à des mécanismes récurrents et bien connus ; autrement dit, les marchés financiers sont oublieux des crises passées, d’où leurs récurrences et, conséquemment, leurs cyclicités. Et cette temporalité basée sur la logique de court terme, le goût du risque et l’urgence décisionnelle de la profitabilité financière est susceptible d’entrer en contradiction avec celle de l’organisation productive et de l’accumulation du capital productif centrées sur le calcul économique de la profitabilité économique.

9C’est cette contradiction, expression de la temporalité financière, qui est au centre de la seconde explication marxienne des cycles décennaux (Le Capital, Livre III, op. cit., 1180-1233). Elle concerne le capital productif d’intérêt et l’accumulation du capital monétaire et renvoie aux dynamiques respectives du taux de profit et du taux d’intérêt. Marx opère une « distinction qualitative » entre le « capitaliste financier » (Geldkapitalisten) et le « capitaliste industriel » qui incarnent les deux parties constitutives du profit, respectivement : « l’intérêt, produit du capital en soi, de la propriété du capital, indépendamment du processus de production, et le profit d’entreprise, fruit du capital en action dans le processus de production, donc du rôle actif joué par l’utilisateur du capital dans le processus de reproduction […] l’intérêt revient au capitaliste financier, au prêteur, qui n’est que propriétaire du capital et en représente donc simplement la propriété avant le processus de production et en dehors de celui-ci ; tandis que le profit d’entreprise échoit au seul capitaliste industriel » (Ibid., 1136, nous soulignons). Autrement dit, « le profit de tout capital, donc également le profit moyen résultant de l’égalisation des capitaux entre eux se décompose en deux parties indépendantes et qualitativement différentes – l’intérêt et le profit d’entreprise – toutes deux déterminées par des lois particulières » (Ibidem).

10C’est donc la coexistence entre capitalistes industriels et capitalistes financiers qui transforme une partie du profit en intérêt. Il faut, en conséquence, que le capital se trouve dans le processus de reproduction pour produire du profit donc de l’intérêt, les « variations du taux d’intérêt […] résultant des variations du taux général du profit » (Ibid., 1218). Il n’y a donc pas de taux d’intérêt naturel, mais un taux d’intérêt momentané du marché (« Marktrate des Zinses », ibid., 1127) variable selon les conditions du partage du profit brut entre « deux possesseurs de capitaux, à des titres différents » (Ibidem), le capitaliste prêteur et le capitaliste entrepreneur. Il y a donc un lien nécessaire et étroit entre le taux de profit et le taux d’intérêt, le problème étant que les deux s’opposent voire s’affrontent quant à ce partage :

[L]e capital productif d’intérêt comme tel s’oppose […] au capital en fonction ; le capitaliste prêteur affronte directement le capitaliste réellement actif dans le processus de reproduction. [Dès lors] le profit d’entreprise s’oppose à l’intérêt et étant donné le profit moyen, le taux du profit d’entreprise est déterminé par le taux d’intérêt. Il varie en raison inverse de celui-ci […]. De ce que l’intérêt s’oppose au profit d’entreprise, et vice versa […] on déduit que le profit d’entreprise plus l’intérêt, c’est-à-dire le profit, donc la plus-value, repose sur la forme antithétique de ses deux parties ! (Ibid., 1140, 1142, nous soulignons)

11Et les dynamiques du taux d’intérêt et du taux de profit d’entreprise épousent cette relation inverse durant toutes les phases du cycle industriel :

Quand on considère les mouvements cycliques de l’industrie moderne -marché calme, animation croissante, prospérité, surproduction, krach, stagnation ; marché calme, etc. […] on s’aperçoit qu’un faible taux d’intérêt correspond le plus souvent aux périodes de prospérité ou de surprofits, qu’une hausse de l’intérêt s’inscrit à la fin de la prospérité et que l’intérêt maximum, allant jusqu’à l’usure, est le pendant de la crise […] Le taux d’intérêt atteint son maximum pendant les crises, quand, pour pouvoir payer, il faut emprunter coûte que coûte. (Ibid., 1123, en fr. par Marx)

12Les phases d’expansion, où le processus de reproduction s’intensifie sur une base élargie sont les périodes où le crédit est le plus souple et le plus facile (abondance de capitaux productifs d’intérêt assortie de bas niveaux de taux d’intérêt). Plus précisément, ces capitaux monétaires disponibles sont convertis en capital productif, c’est-à-dire en moyens de production et en force de travail, lesquels alimentent à leur tour l’accumulation et la consommation, et tant que ce processus de reproduction élargie se poursuit, l’offre et la demande de crédit se maintiennent, voire s’étendent, mais toute perturbation (engorgements des marchés, baisse des prix, etc., ibid., 1205), même marginale, diminue la capacité d’absorption financière de l’économie (Ibid., 1032-1034).

  • 17 « Dans ce système de crédit, tout peut doubler et tripler, et se changer en pure chimère ; il en es (...)

13Partant, l’apparition d’une surabondance relative de capitaux monétaires disponibles (surliquidité) engendre deux processus en fin de phase d’expansion : d’une part, une montée de la spéculation (« les affaires fictives et les transactions spéculatives suscitées par le système de crédit », ibid., 1206-1209, 1217, 1221-1222, 1226-1227), c’est-à-dire une éviction relative du financement du capital productif vers les placements financiers (Ibid., 1212), où le « capital […] placé à intérêts composés, dévore tout » (Ibid., 1156), qui fait hausser les intérêts au détriment du profit d’entreprise dans un contexte de taux de profit toujours élevés (Ibid., 1227-1228) ; d’autre part, une sous évaluation des « risques emprunteurs » par la « classe des capitalistes financiers » (banquiers, prêteurs, financiers, ibid., 1226) qui accroit leurs vulnérabilités17 (Ibid., 1195, 1197-1198) et favorise la défiance envers le système financier (la « circonspection dans la vente à crédit », ibid., 1205), le retour brutal à la préférence pour la liquidité (Ibid., 1195, 1231, 1236, 1257) pouvant prendre la forme d’une course aux retraits, d’un run bancaire, précipitant, par là même, la crise :

Lorsque dans un système de production où toute cohésion du processus de reproduction repose sur le crédit, celui-ci vient à cesser subitement et que seuls comptent les paiements en espèces, il doit, de toute évidence, se produire une crise, une ruée sur les moyens de paiement. C’est pourquoi, à première vue, toute la crise apparaît comme une simple crise de crédit, une crise monétaire. Et, en fait, il s’agit uniquement de la « convertibilité » des effets de commerce en espèces, mais ceux-ci représentent, pour la plupart, des ventes et des achats réels dont l’extension, dépassant de loin les besoins de la société, est la raison ultime de toute la crise. En outre, une masse énorme de ces effets ne représente qu’une pure escroquerie qui éclate alors à la lumière du jour ; ou encore des spéculations infructueuses … (Ibid., 1211)

14Et dans ces conditions, le sauvetage du secteur bancaire et financier nécessite l’action du banquier central, par sa fonction de prêteur en dernier ressort et sa politique de rachat de titres, qui n’est pas sans poser un problème d’aléa moral :

Naturellement, tout ce système artificiel d’extension forcée du processus de reproduction ne peut être sauvé que parce qu’une banque (par exemple la Banque d’Angleterre) fournit, moyennant son papier, à tous les aventuriers le capital qui fait défaut et achète à leur ancienne valeur nominale toutes les marchandises dépréciées. (Ibidem)

15Le taux d’intérêt atteint alors son maximum durant la crise sous le double effet conjugué :

    • 18 Véritable ressort de la temporalité financière, Marx parle de « la confiance [qui] renaît » après l (...)

    d’une diminution de l’offre de crédit, et ce pour trois raisons principales : i) en raison de l’inactivité du capital bloqué dans une des phases de sa reproduction (𝛬 … 𝛬’) (une des manifestations de la temporalité technologique, cf. infra 3) ; ii) parce que la confiance18 dans la continuité du processus de reproduction, a fortiori sur une base élargie, est ébranlée ; iii) car la demande de capital industriel diminue (disparition progressive du mobile de l’accumulation) ;

  • d’une augmentation de la demande de crédit motivée par les très forts besoins en moyens de paiement (et non en moyens d’achat ou d’investissement) (Ibid., 1211), les agents empruntant en vue de payer des engagements déjà contractés :

« La chaine des obligations de paiement à échéance fixe est brisée […] ; la confusion se trouve encore aggravée par l’effondrement inévitable du système de crédit, qui s’est développé simultanément avec le capital, et elle aboutit ainsi à des crises violentes et aiguës, à des dévalorisations soudaines et forcées, à l’arrêt effectif du processus de reproduction et, par suite, au déclin total de la reproduction. » (Ibid., 1036)

  • 19 « C’est précisément l’énorme développement du système de crédit durant la période de prospérité, do (...)

16Cette phase de dépression est alors caractérisée, en premier lieu, par un rationnement du crédit (Ibid., 1184-1185)19 amplifiant la récession économique, donc la surabondance du capital industriel :

Dès que la crise éclate, l’intérêt est de nouveau à son maximum : le crédit cesse brusquement, les paiements sont suspendus, le processus de reproduction est paralysé et […] une surabondance de capital industriel oisif apparaît côte à côte avec une absence presque totale de capital de prêt. (Ibid., 1209)

  • 20 « [L]e prix des titres montera ou baissera en raison inverse du taux de l’intérêt […] S’il y a ress (...)

17Et cette récession économique se double d’une crise boursière20 qui, associées au rationnement du crédit, accroissent le taux d’intérêt et la masse de capitaux monétaires disponibles pour lesquels le contexte de dévalorisation voire de « mise en friche » (Ibid., 1036) du capital productif, et de faillites constitue autant d’opportunités d’investissement :

  • 21 Ou encore : « Comme une hausse de l’intérêt implique une baisse de la valeur des titres, c’est là u (...)

Dans les phases défavorables du cycle industriel, le taux d’intérêt peut atteindre un niveau tel que, pour un temps, il absorbe complètement le profit de certaines branches particulièrement mal placées. Il se produit en même temps une baisse des fonds publics et des autres valeurs mobilières. C’est le moment où les capitalistes financiers achètent en masse ces titres dépréciés qui ne tarderont pas à remonter à leur niveau normal, voire à le dépasser. A ce moment, ils les revendent et s’approprient ainsi une partie de l’argent du public. Les titres non vendus rapportent des intérêts parce qu’ils ont été achetés au-dessous de leurs prix. Mais tout le profit réalisé par les capitalistes financiers et reconverti en capital est converti d’abord en capital monétaire de prêt. (Ibid., 1220-1221)21

  • 22 « [U]ne fois que le processus de reproduction a retrouvé l’état de prospérité qui précède l’état de (...)
  • 23 « [O]n voit, après chaque crise, bon nombre d’anciens manufacturiers diriger, contre un faible sala (...)

18Cette reconstitution permettra le financement de la reprise22 puis de la prochaine phase d’expansion, mais la partie conservée par les capitalistes financiers, notamment les banques (Ibid., 1158-1159) au sein de « sociétés par actions qui se développent avec le système de crédit » (et transforme l’entrepreneur en « manager »23, ibid., 1148), associée à leur puissance financière grandissante sont susceptibles d’engendrer « un système bancaire », degré ultime de financiarisation, où le système capitaliste atteindrait la forme extrême de son aliénation et de son fétichisme du capital à intérêt, où « l’argent crée de l’argent […] le capital y apparait comme une source mystérieuse, créatrice d’intérêt, source de son propre accroissement sans l’intervention des actes de production et de circulation […] Dès lors, c’est dans le capital productif d’intérêt que ce fétiche automatique trouve son expression parfaite, la valeur qui s’engendre elle-même, l’argent qui enfante l’argent : sous cette forme, nulle cicatrice ne trahit plus sa naissance. » (Ibid., 1151-1152)

19Mais, une nouvelle fois, contradiction n’est pas impossibilité dans le capitalisme puisque la phase de récession de ce cycle des taux de profit et du taux d’intérêt, par la dévalorisation voire la destruction du capital fixe surabondant, l’élévation de la surpopulation relative donc la baisse des salaires (manifestation de la temporalité conjoncturelle), la baisse des prix et la « lutte concurrentielle », et en permettant l’expérimentation de « machines nouvelles, de nouvelles méthodes de travail perfectionnées, de nouvelles combinaisons » (Ibid., 1037) (manifestation de la temporalité technologique) permet de réamorcer la dynamique du taux de profit et, partant, l’accumulation sur une base nouvellement élargie de la reproduction :

La stagnation survenue dans la production aurait préparé – dans les limites capitalistes – une expansion subséquente de la production. Ainsi, le cycle aurait été, une fois de plus, parcouru. Une partie du capital déprécié par la stagnation retrouverait son ancienne valeur. Au demeurant le même cercle vicieux serait à nouveau parcouru, dans des conditions de production amplifiées, avec un marché élargi, et avec un potentiel productif accru. (Ibidem)

20Toutefois, la cyclicité du taux de profit et du taux d’intérêt illustre la nature ambivalente du système de crédit comme réponse du capitalisme à la nature contradictoire de la mise en valeur du capital :

[L]e système de crédit tend, d’une part, à développer l’élément moteur de la production capitaliste – l’enrichissement par l’exploitation du travail d’autrui – pour l’ériger en un pur et colossal système de jeux et de tripotages, et à restreindre toujours davantage le petit nombre de ceux qui exploitent la richesse sociale ; d’autre part, à constituer la forme de transition vers un nouveau mode de production. C’est précisément cette ambivalence qui confère aux principaux porte-parole du crédit, de Law jusqu’à Isaac Pereire, ce caractère plaisamment hybride d’escrocs et de prophètes. » (Ibid., 1179-1180)

3. Les cycles de rotation du capital : une temporalité technologique

21La temporalité technologique renvoie à la caractéristique principale du mode de production capitaliste, à savoir « la subordination réelle » ou « la sujétion directe » du travail au capital, et c’est sur cette base que s’élève « un mode de production technologique bien spécifique, qui transforme la nature et les conditions réelles du processus de travail » (Matériaux pour l’« Economie » (1861-65) in Marx, 1968, 379) où la science et la technique, via le progrès technique qui permet un accroissement relatif du capital constant comparé au capital variable (Le Capital, Livre III, op. cit., 1371), sont assujetties au développement des forces productives au service du capitalisme :

En examinant la machine-outil, nous retrouvons en grand […] les appareils et les instruments qu’emploie l’artisan ou l’ouvrier manufacturier, mais d’instruments manuels de l’homme ils sont devenus instruments mécaniques d’une machine […] C’est précisément cette dernière partie de l’instrument, l’organe de l’opération manuelle, que la révolution industrielle saisit tout d’abord, laissant à l’homme, à côté de la nouvelle besogne de surveiller la machine et d’en corriger les erreurs de sa main, le rôle purement mécanique de moteur [où] l’homme agit comme simple force motrice […] Beaucoup de ces instruments se transforment en machines longtemps avant et pendant la période manufacturière sans cependant révolutionner le mode de production. Dans l’époque de la grande industrie, il devient évident qu’ils sont des machines en germe, même sous leur forme primitive d’outils manuels. (Le Capital, Livre I, op. cit., 916-918)

22La temporalité technologique ne renvoie donc pas à une narration des découvertes techniques et scientifiques appliquées à la production, considérées comme autonomes au changement social, elle montre l’évolution des conditions techniques d’extraction de la plus-value (relative) tournée vers la dépossession minutieuse et systématique du savoir ouvrier au service du profit :

[J]usqu’au XVIIIe siècle les métiers portèrent le nom de mystères […] les différentes branches d’industrie, issues spontanément de la division du travail social, formaient les unes vis-à-vis des autres autant d’enclos qu’il était défendu au profane de franchir. Elles gardaient avec une jalousie inquiète les secrets de leur routine professionnelle dont la théorie restait une énigme même pour les initiés. Ce voile, qui dérobait aux regards des hommes le fondement matériel de leur vie, la production sociale, commença à être soulevé durant la période manufacturière et fut entièrement déchiré avec l’avènement de la grande industrie [qui] créa la science toute moderne de la technologie. Elle réduisit les configurations de la vie industrielle, bigarrées, stéréotypées et sans lien apparent, à des applications variées de la science naturelle, classifiées d’après leurs différents buts d’utilité. (Ibid., 989-990)

23Dans le système capitaliste, la temporalité technologique scande la mutation de l’invention en innovation, soit le moment de la concrétisation de sa valorisation capitaliste, apanage de la bourgeoisie moderne :

La bourgeoisie ne peut exister sans bouleverser constamment les instruments de production, donc les rapports de production, donc l’ensemble des conditions sociales […] Ce qui distingue l’époque bourgeoise de toutes les précédentes, c’est le bouleversement incessant de la production, l’ébranlement continuel de toutes les institutions sociales, bref la permanence de l’instabilité et du mouvement. (Le Manifeste communiste, 1848 in Marx, 1965, 164)

24Et dans cette configuration, où les dissensions et les conflits sont constitutifs de l’ordre social, où les exigences techniques de la grande industrie (parcellisation de tâches répétitives dévolues à une force de travail aisément substituable) menacent l’existence même du travailleur « toujours menacé de se voir retirer, avec le moyen de travail les moyens d’existence et d’être rendu lui-même superflu par la suppression de sa fonction parcellaire » (Ibid., 991), l’évolution des rapports sociaux épouse les spasmes de ce que Dockès et Rosier (1988) ont nommé la « dialectique innovation-conflit », autre manifestation de la temporalité technologique. Celle-ci assimile alors le progrès technique ou le développement des forces productives à « une production sociale, fruit de conjonctures particulières, qui apparaît à la fois comme enjeu et issue aux affrontements et aux crises économiques et sociales dans le cadre d’un mouvement dialectique de l’innovation majeure et du conflit. Il y a, par conséquent, marquage social des technologies […] qui traduit concrètement les intérêts en cause, l’orientation du système économique vers la production de marchandises sur la base du seul critère du profit. » (Ibid., 178, Dockès et Rosier soulignent)

25C’est dans ce cadre que s’inscrit l’explication marxienne des cycles économiques centrée sur les « cycles de rotation » du capital (Marx, Le Capital, Livre II (1869-79) in Marx, 1968, 611-617) :

Le capital industriel est le seul mode d’existence du capital où celui-ci n’a pas seulement pour fonction l’appropriation, mais également la création de la plus-value ou du surproduit. Il est, par conséquent, la condition du caractère capitaliste de la production ; son existence implique l’antagonisme de classes entre capitalistes et travailleurs salariés. A mesure qu’il s’empare de la production sociale, la technique et l’organisation sociale du processus de travail sont bouleversées, entraînant le bouleversement du type économique et historique de la société. (Ibid., 556-557)

26Le raisonnement est centré sur la formule générale du capital individuel, soit :

27où (𝜎), (𝜌) et (k) sont, respectivement, le taux de plus-value (ou taux d’exploitation) c’est-à-dire la capacité du système à extraire de la plus-value, donc du « surtravail », soit (𝜎 = Plv V) ; le taux de profit en tant que plus-value réalisée comme rémunération du capital total (C + V) avancé, soit (𝜌 = Plv / [C + V]) ; et la composition organique du capital (k = C / V), qui mesure l’intensité capitalistique du procès de production (P).

  • 24 « Le circuit du capital, défini non pas comme opération isolée, mais comme processus périodique, s’ (...)
  • 25 C’est-à-dire « le temps pendant lequel le capital produit des valeurs d’usage et se valorise lui-mê (...)
  • 26 « Il est de l’essence de la circulation que l’échange y apparaisse comme un processus, comme un tou (...)
  • 27 « Dans la mesure où il se trouve dans la phase de circulation, le capital ne peut être dans la phas (...)
  • 28 Cette minimisation temporelle concerne :

28Le cycle de rotation du capital (𝛬 … 𝛬’), en tant que processus périodique24, est donné par la somme du temps de production25 contenu dans (P) et des temps de circulation26 contenus dans (𝛬 – 𝛭) et (𝛭’ – 𝛬’) (Ibid., 560), c’est-à-dire « le laps de temps qui va du moment où la valeur-capital est avancée […] jusqu’au moment où, après s’être enrichie, elle revient sous la même forme […] la production capitaliste [ayant] toujours comme but déterminant de faire fructifier la valeur engagée, que celle-ci soit avancée sous la forme argent, ou en tant que marchandise » (Ibid., 585). La maximisation du profit (𝛥𝛬) nécessite, alors, deux conditions cumulées, à savoir la continuité27 et la minimisation temporelle de ce temps de rotation28, et de prendre en compte la spécificité des rotations des éléments fixes (Cf) et circulants (Cc) du capital constant (C) (Ibid., 599).

  • 29 « La valeur du capital circulant […] n’est avancée que pour le temps nécessaire à la fabrication du (...)

29(Cc), c’est-à-dire les matières premières, l’énergie, les produits semi-ouvrés, etc., ne pose pas de problème particulier puisqu’il transmet l’intégralité de sa valeur aux biens finaux produits durant le temps de rotation du capital constant (𝜏C), étant remplacé au fur et à mesure qu’il est consommé, aux stocks près, soit (𝜏Cc = 1)29. (Cf), c’est-à-dire les machines, les équipements, etc., de par sa nature durable, ne transfère qu’une partie de sa valeur (𝛼Cf), soit l’usure, aux biens finaux, une autre partie restant fixée dans les moyens de production (mp) qui continue à fonctionner malgré l’usure, soit (𝜏Cf > 1), jusqu’à, toutes choses égales par ailleurs, son usure totale (𝛴ni=1 𝛼i = 1, avec 𝜏Cf = n), ayant à ce moment final « perdu toute valeur avec sa valeur d’usage. Il a cessé d’être porteur de valeur », sa rotation étant accomplie (Ibid., 593, 596) :

Par suite du fonctionnement et, donc, de l’usure des moyens de travail, une partie de leur valeur est transférée au produit et une autre reste fixée dans le moyen de travail, donc dans le processus de production. La valeur ainsi fixée diminue constamment, jusqu’à ce que le moyen de travail ne puisse plus servir et que sa valeur se soit répartie, dans une période plus ou moins longue, sur une masse de produits sortis d’une série de processus de travail constamment renouvelés. Mais, tant qu’il fonctionne comme moyen de travail et qu’il n’a donc pas besoin d’être remplacé par un nouvel exemplaire de même espèce, une certaine valeur-capital constante y reste fixée, tandis qu’une autre partie de la valeur primitivement fixée en lui passe au produit … (Ibid., 590, cf. encore 592-593, 595-596, 599-600, 612)

  • 30 « Plus le moyen de travail s’use lentement et prolonge sa durée, plus longtemps la valeur-capital c (...)
  • 31 « The necessity of technical progress for the maintenance of the capitalist system is deduced in Ma (...)
  • 32 Ce n’est donc pas un progrès technique désincarné, mais, au contraire, celui qui permet à l’inventi (...)

30En fonction de son taux d’usure30, chaque élément de (Cf) a une rotation particulière. Mais si l’usure de (Cf) est régulière, son remplacement s’effectue, quant à lui, par saccades, par poussées discontinues en fonction du taux d’accumulation, du taux d’exploitation (𝜎), du niveau de concurrence (Ibid., 1044-1045), des capacités de financement des firmes, du taux d’intérêt, et du progrès technique31, autant d’éléments de la valorisation du capital liés aux trois temporalités interreliées. Et dans ce cadre, le capital, contraint par sa partie fixe (Cf), manifestation centrale de la temporalité technologique32, conditionne l’ampleur des crises, « les crises étant d’autant plus fortes que le capital fixe est plus important et dans les branches d’industrie où il l’est le plus » (Hilferding, 1970, 361). Afin d’évaluer le temps de rotations de (Cf), soit (𝜏Cf), Marx distingue l’usure (« partie de la valeur que, par suite de son utilisation, le capital fixe transmet peu à peu au produit », ibid., 601-602) de « l’usure morale », c’est-à-dire l’obsolescence, qui sous la pression de la concurrence, des crises, et de nouvelles innovations (cf. supra), se traduit par une usure accélérée et, conséquemment, un renouvellement prématuré de l’élément de (Cf), subitement dépassé en termes de productivité, donc de valorisation du capital, soit (𝛴ni=1 𝛼i < 1, avec 𝜏Cf < n) :

Les progrès de l’industrie révolutionnent constamment la plupart des moyens de travail. On ne les remplace donc pas dans leur forme primitive, mais dans la forme renouvelée […] la concurrence, surtout quand il s’agit d’innovations décisives, oblige à remplacer les vieux moyens de travail encore utilisables par les nouveaux. (Ibid., 601)

31La temporalité technologique, en tant qu’elle permet l’étude du « capital prisonnier de son élément fixe » (Ibid., 614), façonne donc la base matérielle des crises périodiques, et fournit quelques éclaircissements sur la durée des cycles.

  • 33 Ici, « la dégradation du travailleur, et l’épuisement de ses forces vitales » peuvent entrainer une (...)
  • 34 Sur ce lien controversé, cf. Robinson (1942, 42 et s.) pour l’impact des innovations sur le niveau (...)
  • 35 Thèse reprise par Hilferding (1970, 151) : « Comme l’intérêt est […] une partie du profit, le profi (...)

32Si la temporalité technologique est très active, caractérisée par une forte dévalorisation précipitée de (Cf), « abrégée […] par le progrès incessant des moyens de production, qui va de pair avec le développement du mode de production capitaliste » (Ibid., 614), elle prend la forme d’un raccourcissement de (𝜏Cf) et d’une accélération de la substitution capital/travail, d’où une élévation de (k) et donc une baisse du taux de profit (𝜌), dès lors que l’augmentation de la « surpopulation relative », de « la quantité de surtravail » et/ou de « la durée et de l’intensité de la journée de travail » (Ibid., 1008), expressions de la temporalité conjoncturelle33 qui élèvent (𝜎), ne la compensent que partiellement34. Dans ce cas, les besoins de financement, liés au renouvellement sans cesse prématuré de (Cf), augmentent plus que proportionnellement face aux capacités de financement contraintes par la masse de profit (i.e. les capacités d’autofinancement) et le resserrement du crédit, « le profit [étant] la limite maximale de l’intérêt » (Ibid., 1121)35, première manifestation de la temporalité financière. En outre, les périodes de crise et de récession économiques offrent, dans ce contexte, de nombreuses opportunités d’investissements dans l’industrie pour les capitalistes financiers en quête de capitaux dévalorisés, « les manipulateurs d’argent qui font fortune en achetant à vil prix » (Ibid., 920), deuxième manifestation de la temporalité financière. In fine, lorsque la temporalité technologique est très active, on doit assister à un raccourcissement de la durée des cycles (ou un accroissement de leurs fréquences d’occurrence), puisque (𝜏Cf ⟶ 1), doublée d’une financiarisation de l’économie dès lors que (𝜌) diminuant, « la masse de profit absolue » (Ibid., 1007) peut ne plus suffire aux besoins de l’accumulation.

33On se situe, ici, dans une lecture « usuelle » du Capital, celle du dépérissement du mode de production capitaliste où la prospérité industrielle conduite par l’amélioration, notamment technique, des conditions de mise en valeur du capital inclut en elle les forces qui aggravent progressivement ces mêmes conditions, suggérant une aggravation de l’intensité des crises dans le temps, et une accélération de leurs récurrences :

L’importance que [les économistes] éprouvent devant le taux de profit décroissant, c’est qu’ils s’aperçoivent que le mode de production capitaliste rencontre, dans le développement des forces productives, une limite qui n’a rien à voir avec la production de la richesse comme telle. Et cette limite particulière démontre le caractère étroit, simplement historique et transitoire, du mode de production capitaliste ; elle démontre que ce n’est pas un mode de production absolu pour la production de la richesse, mais qu’à un certain stade il entre en conflit avec son développement ultérieur. (Le Capital, Livre III, op. cit., 1025)

  • 36 Le Capital, Livre II, op. cit., 602, 612, 613, 614, 615, par exemple.

34Cependant, Marx soutient, à de nombreuses reprises36, que pour les branches les plus importantes de la grande industrie, une valeur moyenne de (𝜏Cf) égale à 10 ans pouvait être dégagée de l’évolution capitaliste :

A mesure que la valeur et la durée du capital fixe engagé se développent avec le mode de production capitaliste, la vie de l’industrie et du capital industriel se développe […] et se prolonge sur une grande période, disons en moyenne dix ans […] On peut admettre que, pour les branches les plus importantes de la grande industrie, ce cycle de vie est aujourd’hui de dix ans en moyenne. Nous nous abstenons cependant de donner ici un chiffre précis. Un point est acquis : ce cycle de rotations qui s’enchaînent et se prolongent pendant une série d’années, où le capital est prisonnier de son élément fixe, constitue une des bases matérielles des crises périodiques. (Ibid., 614)

35Ici, le schéma des trois temporalités permet de montrer certaines des conditions à l’« invariance » de la durée des cycles, et ainsi à la régularité décennale de leur récurrence. Celle-ci nécessite une temporalité technologique peu active, soit une stabilisation relative des valeurs de (𝜏Cf) et de (k), donc du taux de profit (𝜌). Dans ce cas, c’est l’activation de certaines « influences contraires » (Ibid., 1015 et s.) qui doit également contrarier la baisse tendancielle de (𝜌) par la hausse de (𝜎). Pour des valeurs de (𝜏Cf) et de (k) données, c’est l’augmentation de « l’intensité de l’exploitation du travail » par la temporalité conjoncturelle (« prolongation de la journée de travail », « emploi massif du travail des femmes et des enfants », « abaissement des salaires », hausse de « la surpopulation relative », ibid., 1016-1020) qui peut accroitre (𝜎). Il en va de même de la « concentration des capitaux et des moyens de production » (Ibid., 1028, 1046), manifestation combinée des temporalités financière et technologique, c’est-à-dire l’« accumulation des gros capitaux par la destruction des petits » qui permet la « dissolution des chaînons intermédiaires entre le capital et le travail » et de corriger la « dissémination » du capital (Ibid., 1033), sources d’économies d’échelle, transformant la production en « production sociale » même si elle demeure « la propriété privée des capitalistes » (Ibid. 1046). C’est alors la correspondance entre la « masse du profit » ainsi dégagée et les besoins de financement de l’accumulation (Ibid., 1012) qui devient la condition première à la perpétuation « à l’identique » de la durée des cycles. Et si (𝜌), condition seconde, n’est pas « parfaitement » stabilisé (variations de sens opposé non proportionnelles de (𝜌) et de (𝜎), il en résulte une variabilité à la marge de la durée des cycles, d’où le cycle « quasi » décennal (cf. infra notes 4 et 5). Enfin, la répartition de la masse du profit entre capitalistes industriels vs capitalistes financiers (« le rapport entre l’intérêt et le profit total », ibid., 1122) permet d’évaluer les dynamiques comparées des temporalités financière et technologique, donc le degré de financiarisation de l’économie. Quoi qu’il en soit, dans ce cas, « le cycle aurait été, une fois de plus, parcouru » (Ibid., 1037), mais avec une moindre amplitude sous l’effet des « influences contraires » (cf. supra), suggérant, ici, la perpétuation du capitalisme, sans exclure le « schéma d’une société stationnaire » pour reprendre Schumpeter (1983, III, 493 ; II, 253, 368), et évoqué par Marx (Livre I, op. cit., 1132), où la stationnarité de long terme de (𝜎), (𝜌) et (k) serait symptomatique de l’épuisement de l’opérativité des trois temporalités ou d’une neutralisation (compensation) globale de leurs effets respectifs par des « tendances contraires » (Ibid., 1028).

4. Remarques conclusives

  • 37 « La phraséologie apologétique visant à nier les crises a son importance parce qu’elle prouve le co (...)

36En saisissant la crise comme moment d’un cycle, Marx permet de saisir la dynamique du capitalisme caractérisée par une « périodicité quasi régulière des crises » (Matériaux pour l’« Economie », op. cit., 465), donc, en premier lieu, de s’abstraire de « bavardages prétendument théoriques », émanant des « apologistes » du capitalisme37, relatifs à l’impossibilité de crises générales de surproduction : « Le retour régulier des crises a réduit les inepties de Say, etc., à une simple phraséologie qui a cours en temps de prospérité pour être abandonnée en temps de crise » (Ibid., 466). Marx montre que c’est dans les crises qu’éclatent les contradictions et les antagonismes du mode de production capitaliste, à savoir que la production est motivée par la maximisation du profit et non, en premier lieu, par la satisfaction des besoins, et que cette maximisation est incompatible avec celle du bien-être collectif. Dans ce cadre, la crise comme « moment » du cycle, donc sa périodicité, s’interprète comme la faculté du système capitaliste de surmonter provisoirement mais périodiquement ses contradictions, les crises n’étant pas seulement possibles, dotées d’une survenance « accidentelle » ou résultant du « pur hasard » (Ibid., 477), mais devenant nécessaires, régulières, et inhérentes à sa régulation :

Les crises du marché mondial doivent être vues comme la synthèse réelle et l’aplanissement violent de toutes les contradictions de cette économie […] Toutes les contradictions de la production bourgeoise éclatent collectivement dans les crises générales du marché mondial, et de façon isolée, dispersée, dans les crises particulières (quant à leur contenu et à leur extension). (Ibid., 476, 497)

  • 38 Qui n’est pas sans lien avec le « cadre institutionnel » d’O. Lange (1935) pour qui : « The superio (...)

37Mais la physionomie de cette régulation par la récurrence des crises, comme « moment » du cycle, par son mécanicisme, fait problème, sauf à considérer la dynamique de réponse du capitalisme à ses contradictions comme un « modèle » infaillible. Partant, tout en conservant cette démonstration de la nécessité de la crise dans le capitalisme, associée au caractère contingent des lois économiques et à l’observation des crises (et de leur récurrence) dans l’histoire, l’intérêt du schéma des trois temporalités est de montrer le cadre institutionnel, économique et idéologique38 au sein duquel le capitalisme, en surmontant périodiquement ses contradictions par l’engrenage de ces temporalités, c’est-à-dire par l’interconnexion de mécanismes conjoncturels, technologiques et financiers, jouit de davantage de liberté de manœuvre, où les dynamiques de « l’armée industrielle de réserve », des taux de profit et d’intérêt, et du capital fixe, sont en mesure de lui octroyer un sursis.

Je remercie, vivement, les deux Rapporteurs anonymes et le Rédacteur en chef de la Revue Œconomia pour leurs remarques et suggestions portant sur les premières versions du présent texte pour le contenu duquel je reste, évidemment, seul responsable.

Haut de page

Bibliographie

Adair, Philippe. 1985. La baisse tendancielle du taux de profit chez Marx (Pertinence et limites d’un pronostic). Cahiers d’économie politique, 10-11(1) : 305-322.

Braudel, Fernand. 1969. Ecrits sur l’Histoire. Paris : Flammarion, coll. « Champs » n° 23.

Dockès, Pierre. 2017. Le capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Paris : Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l’économiste », tome I « Sous le regard des géants ».

Dockès, Pierre et Bernard Rosier. 1988. L’Histoire ambiguë. Croissance et développement en question. Paris : PUF, coll. « Economie en liberté ».

Goodwin, Richard M. 1967. A Growth Cycle. In Charles H. Feinstein (ed.), Socialism, Capitalism and Economic Growth. Essays Presented to Maurice Dobb. Cambridge : Cambridge University Press, 54-58.

Hansen, Alvin H. et Richard V. Clemence. 1953. Readings in Business Cycles and National Income. New-York : W.W. Norton & Cy. Inc.

Hilferding, Rudolf [1910] 1970. Le capital financier. Etude sur le développement récent du capitalisme [Das Finanzkapital, trad. fr. de Marcel Ollivier]. Paris : Les Editions de Minuit. coll. « Arguments ».

Hippocrate de Cos. 1994. De l’Art médical. Paris : Le Livre de poche, coll. « Bibliothèque classique ».

Imbert, Gaston. [1955] 1956. Des mouvements de longue durée Kondratieff. Thèse, Université d’Aix-Marseille : Office universitaire de polycopie, 2 Tomes + 1 Tome d’Annexes.

Kondratieff, Nikolaï Dmitrievitch. [1926] 1944. The Long Waves in Economic Life. The Review of Economic Statistics, XVII(6), November 1935 : 105-115, in Readings in Business Cycle Theory. Philadelphia et Toronto : The Blakiston Company, 20-42.

Lange, Oskar. 1935. Marxian Economic and Modern Economic Theory. The Review of Economic Studies, 2(3): 189-201.

Ledbetter, James et Francis Wheen (eds). 2007. Dispatches for The New York Tribune. Selected Journalism of Karl Marx. London et New York : Penguin Books, coll. « Penguin Classics ».

Leontieff, Wassily. 1938. The Significance of Marxian Economics for Present-Day Economic Theory. The American Economic Review, 28(1-Suppl.) : 1-19.

Marx, Karl. 1965. Œuvres Economie. Tome I. Paris : Gallimard. NRF, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Marx, Karl. 1968. Œuvres Economie. Tome II. Paris : Gallimard. NRF, coll. « Bibliothèque de la Pleiade ».

Minsky, Hyman P. 1975. John Maynard Keynes. New York : Columbia University Press.

Morishima, Michio. 1973. Marx’s Economics. A Dual Theory of Value and Growth. Cambridge, London, New York et Melbourne : Cambridge University Press.

Natakani, Takeshi et Taiji Hagiwar. 1997. Product Innovation and The Rate of Profit. Kobe University Economic Review, 43 : 39-51.

Robinson, Joan V. 1942. An Essay on Marxian Economics. London : Macmillan.

Rosier, Bernard. [1975] 1984. Croissance et crise capitalistes. Paris : PUF, coll. « Economie en liberté », 2ème édition.

Schumpeter, Joseph Alois. 1939. Business Cycles. A Theoretical, Historical, and Statistical Analysis of the Capitalist Process. New-York et London : MacGraw-Hill Book Company Inc. 2 volumes.

Schumpeter, Joseph Alois. [1954] 1983. Histoire de l’analyse économique. T. I « L’âge des fondateurs (Des origines à 1790) », T. II « L’âge classique (1790 à 1870) », T. III « L’âge de la science (De 1870 à J. M. Keynes) ». Paris : Gallimard, coll. « tel ».

Smith Henry. [1937] 1988. Marx and Trade Cycle. The Review of Economic Studies. 4(3) : 192-204, in John Cunningham Wood (ed.), chap. 35 : 25-38, and Marx and the Trade Cycle: A Reply. Ibid., chap. 37 : 47-48.

Wilson John D. [1938] 1988, A Note on Marx and Trade Cycle. The Review of Economic Studies, 5(2) : 107-113, in John Cunningham Wood (ed.), chap. 36 : 39-46.

Wood, John Cunningham (ed.). 1988. Karl Marx’s Economics. Critical Assessments. London et New York : Routledge, vol. II.

Haut de page

Notes

1 Dans les grands Traités de l’Ecole de Cos, rassemblés dans le corpus hippocratique, la conception du corps humain est composée, selon la « théorie humorale », de quatre « humeurs fondamentales » (le sang, la pituite (ou phlegme), la bile noire et la bile jaune) qui, lorsqu’elles sont en juste rapport de mélange (« l’eucrasie » soit l’équilibre) assurent la bonne santé, mais qui provoquent une maladie en cas de dysharmonie. Ici, tout déséquilibre (« la dyscrasie ») touchant ces humeurs se traduit par une maladie et, éventuellement, une crise. En effet, la première phase de la maladie, la plus aiguë, est celle des « humeurs crues » ; progressivement elles sont cuites par la chaleur organique : c’est la « coction » (i.e. la fièvre). Enfin, les humeurs cuites peuvent être évacuées sans danger : c’est la voie de la résolution-guérison, « la crise » (Hippocrate, 1994, 367). Dès lors, une maladie incurable est celle qui ne parvient jamais à la crise. Dans le premier domaine scientifique où intervient « la crise », celle-ci est donc un élément nécessaire de régulation de l’organisme (i.e. un retour à l’équilibre).

2 Entre le caractère social de la production et le caractère privé de la propriété des moyens de production et des décisions économiques ; entre les propriétaires des moyens de production et les possesseurs de la force de travail ; entre la « sphère de la production » et la « sphère de la circulation » …

3 Pour un « débat » sur la pluralité des causes explicatives des cycles chez Marx, voir Smith (1937) et Wilson (1938). Pour une synthèse sur « Marx et les crises », voir Dockès (2017, chap. V, 331-371).

4 Cette périodicité quasi décennale, fondement des « cycles classiques » ou « cycle Juglar » depuis Schumpeter (1939, I, 169) était esquissée par Marx dès 1848, dans son Discours sur le libre échange : « En principe, en économie politique, il ne faut jamais grouper les chiffres d’une seule année pour en tirer des lois générales. Il faut toujours prendre le terme moyen de six à sept ans - laps de temps pendant lequel l’industrie moderne passe par les différentes phases de prospérité, de surproduction, de stagnation, de crise et achève son cycle fatal » (Marx, 1965, 147). Marx précisera, plus tard, dans le Livre I du Capital (1867, op. cit., 1150) que « Jusqu’ici la durée périodique de ces cycles est de dix ou onze ans, mais il n’y a aucune raison pour considérer ce chiffre comme constant ». Entre temps, Marx avait, dans une série d’articles publiés dans le New York (Daily) Tribune, notamment « Pauperism and Free trade. The Approaching Commercial Crisis » du 1er nov. 1852 et « The Economic Crisis in Europe » du 9 oct. 1856, décrit une périodicité des cycles de 5/7 ans, et recensé les crises commerciales de 1817, 1825, 1836, 1846-7. Dans la pensée marxienne, qui associe contingence des lois économiques et prégnance de l’histoire, cette périodisation ne peut pas être une délimitation temporelle précise de chacun des cycles et de leur point de retournement, thèse reprise par N. D. Kondratieff (1944, 32) pour ses « cycles longs ».

5 Précisons les termes que nous employons. La « période » ou « périodicité » (ici quasi décennale) renvoie à la dimension du retour, c’est donc l’intervalle de temps qui revient, identique à lui-même, soit une indication temporelle quantitative (plus ou moins précise) d’un processus répétant la même forme récurrente. A l’intérieur de celui-ci, opère l’expression de « temporalités », différences qualitatives prenant la forme de durées et de comportements particuliers, rythmés par l’émergence ordonnée de qualités distinctes liées, ici, aux évolutions de « l’armée industrielle de réserve », aux dynamiques du taux de profit et du taux d’intérêt, et à la rotation du capital fixe.

6 « A mesure que le capital rend le travail plus productif, il en diminue la demande proportionnellement à sa propre grandeur [et] ces changements dans la composition technique du capital se réfléchissent dans sa composition-valeur, dans l’accroissement progressif de sa partie constante aux dépens de sa partie variable » (Ibid., 1134, Marx souligne). Pour un développement, cf. Schumpeter (1983, II, 411 et s.).

7 En opposition à la loi de la population de Malthus, Marx qualifie cette « surpopulation » de « relative » car elle provient non d’un accroissement absolu de la population qui, dès lors, « dépasserait les limites de la richesse en voie d’accumulation » mais « d’un accroissement accéléré du capital social qui lui permet de se passer d’une partie plus ou moins considérable de ses manouvriers ». Partant, elle est relative puisqu’elle « n’existe que par rapport aux besoins momentanés de l’exploitation capitaliste » et, ainsi, « peut s’enfler et se resserrer d’une manière subite. » (Ibid., 1146)

8 Ou encore « Pendant les périodes de stagnation et d’activité moyenne, l’armée de réserve industrielle pèse sur l’armée active, pour en réfréner les prétentions pendant la période de surproduction et de haute prospérité. C’est ainsi que la surpopulation relative, une fois devenue le pivot sur lequel tourne la loi de l’offre et la demande de travail, ne lui permet de fonctionner qu’entre des limites qui laissent assez de champ à l’activité d’exploitation et à l’esprit dominateur du capital. » (Ibid., 1156)

9 « La suprême beauté de la production capitaliste consiste en ceci, que non seulement elle reproduit constamment le salarié comme salarié, mais que proportionnellement à l’accumulation du capital, elle fait toujours naître des salariés en surnombre. La loi de l’offre et la demande de travail est ainsi maintenue dans l’ornière convenable, les oscillations du salaire se meuvent entre les limites les plus favorables à l’exploitation, et enfin la subordination si indispensable du travailleur au capitaliste est garantie » (Ibid., 1229, Marx souligne)

10 « En rendant superflue la force musculaire, la machine permet d’employer des ouvriers sans grande force […] Quand le capital s’empara de la machine, son cri fut : du travail de femmes, du travail d’enfants ! Le travail forcé pour le capital usurpa la place des jeux de l’enfance et du travail libre pour l’entretien de la famille […] En jetant la famille sur le marché, en distribuant ainsi sur plusieurs forces la valeur d’une seule, la machine la déprécie […] C’est ainsi que la machine, en augmentant la matière humaine exploitable, élève en même temps le degré d’exploitation. » (Ibid., 939-940)

11 « Avec l’outil, la virtuosité dans son maniement passe de l’ouvrier à la machine. Le fonctionnement des outils étant désormais émancipé des bornes personnelles de la force humaine, la base technique sur laquelle repose la division manufacturière du travail se trouve supprimée. La gradation hiérarchique d’ouvriers spécialisés qui la caractérise est remplacée dans la fabrique automatique par la tendance à égaliser ou à niveler les travaux incombant aux aides du machinisme […] Tout enfant apprend très facilement à adapter ses mouvements au mouvement continu et uniforme de l’automate … » (Ibid., 952-953)

12 « De là, ce phénomène merveilleux dans l’histoire de l’industrie moderne, que la machine renverse toutes les limites morales et naturelles de la journée de travail. De là ce paradoxe économique, que le moyen le plus puissant de raccourcir le temps de travail devient par un revirement étrange le moyen le plus infaillible de transformer la vie entière du travailleur et de sa famille en temps disponible pour la mise en valeur du capital. » (Ibid., 948)

13 « [L]e travail mécanique surexcite au dernier point le système nerveux […] et comprime toute activité libre du corps et de l’esprit. La facilité même du travail devient une torture en ce sens que la machine ne délivre pas l’ouvrier du travail mais dépouille le travail de son intérêt. » (Ibid., 956)

14 « Le crédit accélère les diverses phases de la circulation ou de la métamorphose des marchandises et, par suite, la métamorphose du capital ; d’où accélération du processus de reproduction tout court. Par ailleurs, le crédit permet d’espacer les opérations d’achat et de vente et sert ainsi de base à la spéculation » et plus loin « le crédit accélère les manifestations violentes de cet antagonisme [la mise en valeur du capital sur la base de la nature contradictoire du capitalisme], c’est-à-dire les crises, et, par conséquent, les éléments de dissolution de l’ancien mode de production. » (Le Capital, Livre III, op. cit., 1174 et 1180)

15 Durant lesquelles « le mouvement autonome de la valeur [des titres], effets publics aussi bien qu’actions, accrédite l’illusion qu’ils constituent un capital réel à côté du capital ou du droit qu’ils ne font que consigner […] la valeur marchande de ces papiers est souvent affaire de spéculation, puisqu’elle est déterminée non seulement par le bénéfice réel de l’entreprise, mais par le bénéfice escompté, que l’on calcule par anticipation. » (Ibid., 1194)

16 (Ibid., 1207), et Marx de poursuivre : « La meilleure preuve en est fournie, entre autres, par les Reports on Banks Acts de 1857 et 1858, où tous les directeurs de banque, commerçants, bref tous les experts convoqués […] se congratulaient à propos de la prospérité et de la solidité des affaires, exactement un mois avant la crise d’août 1857. Chose curieuse […] l’historien des crises se laisse encore prendre à cette illusion. Les affaires sont toujours foncièrement saines et l’on fait campagne sans jamais se lasser, et voilà que se produit l’effondrement ! » (Ibidem)

17 « Dans ce système de crédit, tout peut doubler et tripler, et se changer en pure chimère ; il en est de même du “fonds de reserve” où l’on croit enfin tenir quelque chose de solide. […] En dernière instance, tous les fonds de réserve s’incorporent au fonds de réserve de la Banque d’Angleterre [mais] ce département bancaire (banking department) peut faire faillite comme en 1847 » (Ibid., 1198). Dans cette lignée, Marx, en juin-juillet 1856, publie pas moins de trois articles intitulés « The French Credit Mobilier » dans le New York Tribune (Ledbetter et Wheen eds, 2007, 171-188), relatifs aux spéculations financières et politiques de crédit du « Crédit Mobilier » des Frères Pereire, symptomatiques des comportements bancaires à l’origine de la panique financière mondiale de 1857.

18 Véritable ressort de la temporalité financière, Marx parle de « la confiance [qui] renaît » après la crise (Livre I, op. cit., 1130) et souligne ici : « la confiance croissante après la crise » (Ibid., 1210) ou encore l’« état de la confiance » (Ibid., 1218).

19 « C’est précisément l’énorme développement du système de crédit durant la période de prospérité, donc aussi l’accroissement énorme de la demande de capital de prêt et la promptitude avec laquelle l’offre répond dans ces périodes, qui suscite le resserrement du crédit pendant la période de stagnation. » (Ibid., 1185)

20 « [L]e prix des titres montera ou baissera en raison inverse du taux de l’intérêt […] S’il y a resserrement du marché monétaire, ces titres subiront une double baisse : 1° à cause de la hausse du taux d’intérêt ; 2° parce qu’on les jette en grande quantité sur le marché pour les convertir en argent […] Dès que l’orage est passé, ces titres grimpent à leur niveau antérieur, à moins qu’ils ne représentent des entreprises ruinées ou frauduleuses. Leur dépréciation en temps de crise agit comme un puissant stimulant de la centralisation des fortunes monétaires. » (Ibid., 1195)

21 Ou encore : « Comme une hausse de l’intérêt implique une baisse de la valeur des titres, c’est là une excellente occasion, pour ceux qui disposent de capital-argent, d’acquérir à vil prix ces valeurs qui, normalement, doivent remonter au moins à leur prix moyen, dès que le taux d’intérêt baisse à nouveau. » (Ibid., 1123)

22 « [U]ne fois que le processus de reproduction a retrouvé l’état de prospérité qui précède l’état de tension extrême, le crédit commercial acquiert une très grande extension ; celle-ci devient alors la base “saine” pour des rentrées faciles et une production étendue. Dans cette situation, le taux d’intérêt reste toujours bas, bien qu’il soit au dessus de son minimum. C’est en fait le seul moment où l’on puisse dire qu’un taux d’intérêt peu élevé et, conséquemment, une abondance relative de capital de prêt coïncident avec une extension réelle du capital industriel. » (Ibid., 1209, Marx souligne)

23 « [O]n voit, après chaque crise, bon nombre d’anciens manufacturiers diriger, contre un faible salaire, leurs anciennes fabriques pour le compte des nouveaux propriétaires qui sont souvent leurs créanciers […] Le seul propriétaire du capital, le capitaliste financier, se trouve face à face avec le capitaliste actif et, grâce à l’extension du crédit, le capital monétaire prend un caractère social : il est concentré dans les banques et prêté par celles-ci et non plus directement par ses propriétaires ; d’autre part, le seul directeur, n’étant possesseur du capital à aucun titre […] remplit effectivement toutes les fonctions qui reviennent au capitaliste actif en tant que tel. C’est alors que, personnage superflu, le capitaliste disparaît du processus de production et seul subsiste le fonctionnaire » (Ibid., 1148-1149).

24 « Le circuit du capital, défini non pas comme opération isolée, mais comme processus périodique, s’appelle sa rotation. » (Ibid., 587, Marx souligne)

25 C’est-à-dire « le temps pendant lequel le capital produit des valeurs d’usage et se valorise lui-même, par conséquent fonctionne comme capital productif » (Ibid., 564). Le processus de production apparaît, donc, comme un moyen de valorisation du capital (Ibid., 526) et commence « par l’entrée en fonction du capital productif, c’est-à-dire par le processus de production, et […] cesse avec lui. Il en exprime le renouvellement, la répétition, bref la continuité en tant que processus de reproduction permanent […] le capital qui se manifeste sous la forme de capital productif doit de nouveau fonctionner dans le processus de production afin de se maintenir comme capital et de fructifier comme tel. » (Ibid., 528-529, Marx souligne)

26 « Il est de l’essence de la circulation que l’échange y apparaisse comme un processus, comme un tout mouvant d’achats et de ventes […] En tant que réalisation des valeurs d’échange, la circulation implique : que mon produit n’existe que dans la mesure où il est pour autrui ; que le produit n’est pour moi que […] s’il est devenu produit pour d’autres ; […] donc que la production n’est pas pour moi une fin en soi, mais un moyen. » (Ibid., 505-506)

27 « Dans la mesure où il se trouve dans la phase de circulation, le capital ne peut être dans la phase de production, les deux mouvements étant parfaitement distincts […] Si le passage d’une phase dans l’autre s’effectue difficilement […], il se produit un arrêt de la reproduction et de la circulation du capital. Le processus total se présente comme l’unité fluide des processus de production et de circulation, chacun étant le moment médiateur de l’autre » (Ibid., 550), Marx évoquant les nécessaires « enchevêtrement » et « entrelacement » des processus de production et de circulation pour assurer la valorisation du capital et qui, en cas contraire, contiennent la crise en puissance. (Matériaux pour l’« Economie » , op. cit., 476-477)

28 Cette minimisation temporelle concerne :

- le temps de production : « plus le temps de production et le temps de travail coïncident, plus sont grandes la productivité et la valorisation d’un capital productif donné dans un temps donné. D’où la tendance de la production capitaliste à réduire au minimum l’excédent du temps de production sur le temps de travail […] le temps de production [englobant] le temps où le capital demeure latent, ou produit sans se valoriser. » (Ibid., 563-564)

- et le temps de circulation où le capital « est soustrait à ses fonctions productives et ne forme donc ni produit, ni valeur, ni plus-value. Fixé dans sa forme argent, le capital est improductif » (Ibid., 563). Dès lors, « le temps de circulation agit négativement sur le temps de production et, partant, sur le processus de valorisation du capital, qu’il restreint en raison de sa propre durée. » (Ibid., 565)

29 « La valeur du capital circulant […] n’est avancée que pour le temps nécessaire à la fabrication du produit, suivant l'échelle de la production qui se mesure à l’importance du capital fixe. Cette valeur entre en totalité dans le produit, et, par la vente de celui-ci, elle revient donc en totalité de la circulation et peut être engagée de nouveau. » (Ibid., 598)

30 « Plus le moyen de travail s’use lentement et prolonge sa durée, plus longtemps la valeur-capital constante reste fixée sous cette forme d’usage. Mais, quelle que soit sa durée, la proportion dans laquelle il transfère de la valeur est toujours en raison inverse du temps total de son fonctionnement. » (Ibid., 590)

31 « The necessity of technical progress for the maintenance of the capitalist system is deduced in Marxian economics by showing that only in a progressive economy can capitalist profit and interest exist. » (Lange, 1935, 198)

32 Ce n’est donc pas un progrès technique désincarné, mais, au contraire, celui qui permet à l’invention de devenir innovation au sein du capital productif avec les conditions d’exploitation que cela suppose et nécessite : « Le fait que la partie du capital investie dans la force de travail appartienne à l’élément circulant du capital productif […] par contraste avec l’élément fixe de ce capital […] est sans aucun rapport avec le rôle que cette partie variable du capital joue dans la création de la valeur […] ce n’est que dans le processus de production que la valeur avancée en force de travail se transforme (non pour l’ouvrier, mais pour le capitaliste) d’une grandeur définie, constante, en une grandeur variable, et que la valeur avancée se convertit en valeur-capital, en capital, en valeur créatrice de valeur » (Ibid., 635). C’est cette conception qui permet de saisir « l’intelligence du mouvement réel de la production capitaliste, donc de l’exploitation capitaliste » où la création de plus-value, i.e. la capitalisation de la valeur avancée, « a pour origine l’échange d’une valeur contre une force créatrice de valeur, la conversion d’une grandeur constante en une grandeur variable. » (Ibid., 639, 640)

33 Ici, « la dégradation du travailleur, et l’épuisement de ses forces vitales » peuvent entrainer une exacerbation de la temporalité conjoncturelle pouvant se traduire par « des explosions » et « des crises » sociales, qui « parce qu’elles reviennent régulièrement et se produisent chaque fois sur une plus grande échelle, […] aboutiront en fin de compte au renversement violent du capital. » (Principes d’une critique de l’économie politique (1857-58), ibid., 273)

34 Sur ce lien controversé, cf. Robinson (1942, 42 et s.) pour l’impact des innovations sur le niveau de l’emploi, et Rosier (1984, 149-152), notamment pour l’exposé du « théorème d'Okishio » : dans un modèle en prix de production, à taux de salaire réel donné, le changement technique (qui élève (k)), destiné à baisser les coûts, ne peut faire baisser (𝜌), et, généralement, sous ces conditions, il tend à augmenter par les gains de productivité. Le « théorème marxien fondamental » initié par Okishio a été systématisé par Morishima (1973) : « L’exploitation des travailleurs par les capitalistes est une condition nécessaire et suffisante à l’existence d’un ensemble de prix et de salaires garantissant des profits positifs ou, en d’autres termes, à la possibilité de maintenir l’économie capitaliste » (Ibid., 53). Pour une actualisation et un exposé des controverses de ce théorème, cf. Nakatani and Hagiwara (1997). Pour une synthèse sur la baisse tendancielle de (𝜌), cf. Adair (1985).

35 Thèse reprise par Hilferding (1970, 151) : « Comme l’intérêt est […] une partie du profit, le profit est la plus haute limite possible de l’intérêt. »

36 Le Capital, Livre II, op. cit., 602, 612, 613, 614, 615, par exemple.

37 « La phraséologie apologétique visant à nier les crises a son importance parce qu’elle prouve le contraire de ce qu’elle veut prouver. Pour nier la crise, elle affirme l’unité là où il y a contradiction et opposition. A la vérité, on pourrait dire que, si les contradictions arbitrairement niées par les apologistes n’existaient pas, il n’y aurait pas de crise. Mais en réalité la crise existe parce que ces contradictions existent. » (Ibid., 484)

38 Qui n’est pas sans lien avec le « cadre institutionnel » d’O. Lange (1935) pour qui : « The superiority of Marxian economics on the problem of the evolution of Capitalism is due to the exact specification of the institutional datum which distinguishes Capitalism from “einfache Warenproduktion”. It was thus that Marx was able to discover the peculiarities of the capitalist system and to establish a theory of economic evolution. » (Ibid., 196)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Gilles, « Les explications des cycles économiques dans « Le Capital » : un exemple de temporalités chez K. Marx », Œconomia, 7-2 | 2017, 271-295.

Référence électronique

Philippe Gilles, « Les explications des cycles économiques dans « Le Capital » : un exemple de temporalités chez K. Marx », Œconomia [En ligne], 7-2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/2657 ; DOI : 10.4000/oeconomia.2657

Haut de page

Auteur

Philippe Gilles

Faculté des Sciences économiques et de gestion, Université de Toulon, ph.gilles@univ-tln.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals