Navigation – Plan du site
Economie et littérature

Structures et pratiques économiques dans l’œuvre d’Émile Zola, l’exemple de Germinal

Economic structures and practices in Émile Zola’s work, the case of Germinal
Antoine Missemer
p. 617-644

Résumés

Fer de lance du naturalisme, Émile Zola a construit chacun de ses romans avec un souci remarquable du détail. Germinal (1885), treizième opus des Rougon-Macquart, n’échappe pas à cette règle. La description que Zola réalise des mines de Montsou et de ses habitants se fonde sur un vaste travail préparatoire mené sur le terrain, et à travers de nombreuses lectures, dont certaines de nature économique. Bien que Zola n’ait pas cherché à inscrire son travail dans le champ de l’économie politique, son interprétation des structures et pratiques économiques dans Germinal constitue à la fois le témoignage d’un écrivain singulier sur l’univers minier de la deuxième partie du XIXe siècle, et une source presque historique des réalités d’un monde aujourd’hui disparu. Cette contribution met en évidence la manière dont Zola a transcrit, dans son ouvrage, le fruit de ses modestes recherches économiques sur l’industrie minière. Elle confronte récit zolien et théorie économique dans le champ des ressources naturelles et dans celui des rapports entre crise et activité minière.

Haut de page

Texte intégral

1Le 2 avril 1884, réfugié dans sa maison de campagne de Médan, en Seine-et-Oise, Émile Zola écrit les premières lignes de son treizième roman de la série des Rougon-Macquart, Germinal. Ce projet est né tardivement dans l’esprit de l’écrivain. Il ne figurait pas dans son programme initial tel qu’il l’avait soumis à Albert Lacroix en 1869 (Frandon, 1955, 11 ; Mitterand, 2001, 713), et la thématique de la condition ouvrière avait déjà fait l’objet d’un roman zolien retentissant, L’Assommoir, publié en 1877. Le sujet ouvrier n’était cependant pas épuisé puisque L’Assommoir n’était en aucune façon un roman politique, mais le récit du malheur prolétaire dans les faubourgs parisiens. Une dimension politique, voilà ce que Zola voulait donner à son second roman ouvrier. Lorsqu’il entrevoit son projet, en 1882, il ne connaît pas encore le décor de son intrigue. Il pense aux chemins de fer, à la métallurgie, mais ce sera finalement sur le monde minier que son choix s’arrêtera, fin 1883. Il y a plusieurs raisons à cela. Une raison historique d’abord, parce que l’industrie minière est, dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’une des plus représentatives du développement économique des nations occidentales (Beaune, 1982, ii). Le monde minier fait l’actualité. Les grèves d’Aubin, de La Ricamarie, de Montceau-les-Mines, d’Anzin ont suscité l’émoi auprès de l’opinion publique ; et la houille fait figure d’enjeu stratégique dans la course économique que se livrent la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Dans son désir de faire réagir l’opinion sur la condition ouvrière, Zola suit son intérêt et choisit un sujet envers lequel son lectorat est sensible. Il y a ensuite une raison littéraire à son choix, dans la mesure où la mine est un théâtre spectaculaire fait d’ombres naturelles et de lumières artificielles, un lieu presque mystique, propice au romanesque (Girard, 1973, 51). Zola n’est pas le premier romancier à explorer le monde de la mine. D’autres l’ont précédé (Berthet, Guyot, Heuzy, Malot, Talmeyr, Verne), preuve que la fiction littéraire trouvait à l’époque de nombreuses inspirations dans le monde souterrain (Becker 1986, 26 ; Lejeune 1978, 50). L’histoire ne retient pourtant que Zola, parce qu’à l’adéquation du sujet et l’opportunisme du temps s’est ajouté le génie littéraire. Publié en feuilleton à partir de novembre 1884 dans le Gil Blas, avant même d’être achevé, Germinal paraît sous forme d’ouvrage au printemps 1885, et connaît un succès immédiat.

2Germinal raconte l’histoire d’un monde, mais aussi celle d’un homme : Étienne Lantier. Arrivé au coron des Deux-Cent-Quarante un matin de mars 1866, et embauché par la Compagnie de Montsou (nord de la France) en tant qu’herscheur (i.e. remplisseur et pousseur de berlines), Étienne découvre le monde souterrain, ses habitants, ses habitudes, ses dangers. Il est rapidement hébergé par la famille Maheu, où père, fils et fille, adultes ou enfants, travaillent à la fosse, au Voreux. Il découvre alors les conditions de vie difficiles imposées aux mineurs. À l’automne, pour répondre à la mauvaise conjoncture économique, les responsables de la Compagnie décident de modifier la rémunération des travailleurs, ces derniers s’empressant de démasquer là une baisse déguisée de leurs salaires. La grève survient alors dans les premiers jours de l’hiver. Rapidement, c’est Étienne qui mène la fronde, entraîné par la culture socialiste qu’il se forge peu à peu sous l’influence de l’internationaliste Pluchart. Les semaines de faim et de misère se succèdent. D’abord calme et silencieuse, la révolte s’envenime devant l’attitude ferme de la Compagnie. Une émeute éclate, écrasée dans le sang. Vaincus, les mineurs se résignent à retourner au fond. Étienne, quant à lui, unique survivant d’un ultime attentat tragique orchestré par l’anarchiste Souvarine, quitte Montsou avec l’espoir que la lutte n’ait point été vaine. Le roman se termine par ce célèbre passage, où Zola avertit ses contemporains que la répression ne peut que mettre en suspens le soulèvement futur de ceux qui, dans le monde industriel, sont pour l’heure anonymes et laissés pour compte :

Aux rayons enflammés de l’astre, par cette matinée de jeunesse, c’était de cette rumeur que la campagne était grosse. Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre. (Zola, 1885a, 568)

  • 1 Le dossier préparatoire à la rédaction de Germinal a été conservé à la Bibliothèque nationale de Fr (...)

3Zola a précédé la rédaction de son roman d’un travail préparatoire de plusieurs mois, sur le terrain et au travers de nombreuses lectures1. L’une des étapes de son travail a concerné les questions économiques, entendues essentiellement ici comme relatives aux modalités de production et de distribution des richesses. Si le monde de la mine est propice au récit littéraire, il constitue avant tout un secteur économique et un pilier du développement industriel. Zola ne pouvait donc faire l’économie de recherches dans ce domaine. En première conséquence, l’intrigue de Germinal se trouve nourrie de nombreuses notions économiques : salaires, profits, prix, crises, concurrence, niveau de vie, etc.. Les rapports entretenus entre l’œuvre de Zola et l’économie politique ont fait l’objet de plusieurs attentions, au sujet d’autres romans des Rougon-Macquart. Il en va ainsi de L’Assommoir (1877), observé de près pour la peinture que Zola dresse de la condition ouvrière (Becker, 1978), mais aussi et surtout de L’Argent (1891), dixhuitième opus des Rougon-Macquart, roman qui amène le lecteur à se plonger dans le monde financier et bancaire (Gomart, 2004a,b ; Mollier, 2004 ; Saminadayar-Perrin, 2004). Étudier les structures et pratiques économiques dans l’œuvre d’Émile Zola n’est donc pas, en soi, une nouveauté. En revanche, étudier Germinal sous cet angle ouvre des perspectives nouvelles. En effet, si ce roman a déjà été ausculté sous l’angle des conditions de vie des mineurs (Frandon, 1955 ; Lejeune, 1978 ; Plessy et Challet, 1984), et si sa dimension politique a déjà été soulignée, notamment face au socialisme (Vial, 1975), reste tout un pan économique de l’ouvrage qui n’a pour l’heure pas fait l’objet d’une attention précise, à savoir les liens entre récit de l’industrie minière, crise économique, et économie des ressources naturelles. En choisissant le monde de la mine comme univers, Zola a investi un terrain singulier sur le plan économique, dépendant non seulement de la santé du monde industriel, mais également des conditions géophysiques du monde naturel.

4L’analyse économique des ressources naturelles a connu une trajectoire historique heurtée. Centrée sur le monde agricole et sylvicole jusqu’au début du XIXe siècle, elle s’est ouverte à de nouveaux objets – les ressources énergétiques du sous-sol, dont le charbon – avec l’avènement de l’ère industrielle. Dans la tradition britannique, David Ricardo (1821, 46-47), puis John R. McCulloch (1830, 4, 21, 47 ; 1835) et Nassau Senior (1836, 58, 64) sont les premiers économistes à identifier clairement les ressources naturelles du sous-sol comme ressources stratégiques pour le développement économique. Il faut cependant attendre John Stuart Mill (1848, vol. 1, 34-35 ; vol. 2, 257) pour que la différence entre ressources épuisables et ressources renouvelables soit systématisée, et William Stanley Jevons (1866) pour que cette différence devienne l’objet d’un questionnement économique approfondi. En France, les économistes ont fait preuve sur le sujet d’une lucidité précoce. Dès son Cours complet d’économie politique pratique (1828, 115-116, 118), Jean-Baptiste Say souligne les spécificités des ressources énergétiques du sous-sol, leur caractère épuisable et structurant dans la géographie économique d’un pays (localisation des industries, développement des infrastructures de transport). À sa suite, Antoine Augustin Cournot (1861 ; 1863, 37-38, 135-136, 169, 181, 307) développe lui aussi des raisonnements précis sur la question minière. Il procède, notamment, à la création de catégories conceptuelles nouvelles (distinction matériaux-forces naturels). Et ses apports sur les sujets environnementaux sont nombreux (Vatin, 1998, 17). Dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’approche économique des ressources naturelles connaît donc une structuration récente mais solide. Si Zola n’a pas été en contact direct avec les économistes présentés ici, il a lu les travaux d’observateurs qui développent des analyses proches des leurs. C’est le cas de La Vie souterraine ou les mines et les mineurs (1867) de Louis Simonin ou encore des rapports réguliers d’Amédée Burat sur la situation minière pour le Comité des houillères françaises (voir notamment Burat 1869). Zola n’était donc pas étranger aux jeunes avancées de l’analyse économique dans le domaine minier.

  • 2 On entend par structures un ensemble de cadres et de mécanismes économiques (systèmes de concurrenc (...)

5Notre contribution vise à souligner la manière dont Zola s’est approprié ces propos, observations et raisonnements économiques. Elle cherche en particulier à décrire comment Germinal fait figure de reflet historique de structures et pratiques2 propres au monde minier du dernier tiers du XIXe siècle. Elle interroge dans ce cadre les rapports singuliers tissés par Zola entre activité minière et crise économique.

6Pour mener ce travail, nous commencerons par rappeler quels ont été les travaux préparatoires de Zola, menés avant la rédaction de Germinal. Nous nous arrêterons spécifiquement sur ses travaux économiques, et nous nous interrogerons sur le choix des sources que Zola a mobilisées dans ce domaine (section 1). Nous en viendrons ensuite précisément au texte de Germinal, pour analyser les passages du roman qui relèvent d’observations propres à l’analyse économique des ressources naturelles. Force sera d’admettre que nous trouvons davantage chez Zola un descriptif des effets collatéraux de l’exploitation minière, qu’un récit centré sur l’épuisement des ressources au sens fort du terme (section 2). Enfin, nous consacrerons un temps particulier à l’étude des rapports ressources naturelles-développement économique dans Germinal. La théorie des crises et des cycles choisie par Zola est originale, et elle mérite une attention singulière au regard de l’histoire des idées économiques (section 3). Une conclusion ponctuera cette contribution.

1. De l’économique au littéraire, les travaux préparatoires de Zola à la rédaction de Germinal

7Entre l’économie politique et le récit littéraire de Germinal, il y a un traducteur incontournable, un passeur d’idées faisant office d’interface entre savoir savant et intrigue romanesque : le travail préparatoire de Zola. Les sources mobilisées dans ce prélude, aussi bien dans le domaine des techniques minières que dans le domaine des mécanismes économiques, ont été diverses (section 1.1). Et il n’est pas certain qu’elles aient toujours été choisies à propos, ce qui pose la question de l’évaluation de ce travail préparatoire (section 1.2).

1.1. Les sources mobilisées

8Émile Zola est l’une des principales figures du courant naturaliste en littérature française. Plus poussé encore que le réalisme, le naturalisme souhaite peindre le monde avec un souci du détail qui amène le genre romanesque aux portes du documentaire historique. Au moment de se lancer dans le projet de Germinal, Zola est loin de connaître parfaitement le monde minier. Depuis Paris, il n’en a que des échos indirects dans les journaux qu’il lit quotidiennement. Alors qu’il vient à peine de terminer La Joie de vivre (1884), il se lance dans un vaste travail préparatoire de plusieurs mois qui l’amènera à connaître avec une précision remarquable l’univers minier, ses occupants et leurs habitudes. Conservé à la Bibliothèque nationale de France (BNF), le dossier préparatoire à la rédaction de Germinal a été publié par Colette Becker en 1986 et constitue une base de travail essentielle pour évaluer les directions que Zola a prises dans son travail de documentation. Les sources de Zola sont nombreuses, et si la plupart sont répertoriées sous forme de notes consignées dans son dossier préparatoire, d’autres sont plus informelles, à l’instar des romans sur la mine qui ont précédé Germinal (Guillemin, 1968, 10).

9Comme nous l’avons évoqué en introduction, la mine avait déjà été le décor de plusieurs romans, avant 1885. Certains d’entre eux ont particulièrement inspiré Zola (Becker 2000, 10n ; Lejeune 1978, 47), comme Les Houilleurs de Polignie (1866) d’Élie Berthet, Sans famille (1878) d’Hector Malot, Le Grisou (1880) de Maurice Talmeyr, ou encore Scènes de l’enfer social : la famille Pichot (1882) de l’économiste et romancier Yves Guyot. Le roman de Berthet est sorti en librairie à une époque où le jeune Zola travaillait chez Hachette, il en a donc eu connaissance tôt et il s’agissait sans doute là d’un des premiers textes qu’il a pu lire sur la mine (Marel, 1989, 231). C’est cependant le roman de Talmeyr qui a probablement eu la plus grande influence sur l’auteur de Germinal. Admirateur de Victor Hugo, Maurice Talmeyr choisit d’écrire son roman en 1880 avec une intention claire : ne pas utiliser la mine simplement comme décor, mais en faire surgir toutes ses dimensions romanesques pour mettre au jour la petitesse et la misère des hommes face au monstre industriel. Cette démesure, Zola la reprend dans Germinal, parfois si explicitement que Talmeyr est amené, quelques jours après la parution de l’ouvrage de Zola au printemps 1885, à préciser aux lecteurs du Figaro les passages du nouveau roman zolien empruntés à son propre récit (Marel 1989, 279 ; Mitterand 2001, 753-754). Dans ces différents romans, Zola ne trouve pas seulement des éléments d’intrigue littéraire, il trouve également des informations d’ordre technique ou culturel que ses homologues ont pu apprendre de leurs propres travaux préparatoires. Mais là où certains points communs peuvent apparaître entre les romans, il n’y a parfois que coïncidence liée à des sources communes. Il en va ainsi de Sans famille, dont certains passages semblent proches de ceux de Germinal. En réalité, Zola et Malot ont simplement utilisé les mêmes sources sur le monde minier, celles qui étaient les plus courantes, en France, à l’époque : Simonin ou encore Burat.

10Ces sources, d’ordre technique voire économique, ont joué un rôle essentiel dans le travail préparatoire de Zola. Sur le terrain de l’économie politique, par exemple, l’auteur de Germinal n’était pas vraiment compétent, et il ne souhaitait pas creuser la question au-delà du nécessaire (Guillemin, 1968, 15). Pour autant, comme il le précise à Francis Magnard, éditeur du Figaro, le 4 avril 1885, il lui fallait trouver des informations historiquement justes pour situer ses personnages, et leur environnement économique, dans la réalité du temps :

Nous sommes vers la fin de l’Empire, et en temps de crise industrielle. J’affirme que les salaires à ce moment étaient bien ceux que j’ai indiqués. J’ai entre les mains les preuves, qu’il serait trop long de donner ici. (Zola, 1885b, 593)

  • 3 Zola a essentiellement utilisé sur le socialisme des sources datant de l’après-Commune (post1871), (...)

11Le résultat apparaît conforme aux ambitions de l’auteur. À l’exception de quelques anachronismes sur la question du socialisme3 (Mitterand 1964, 1809 ; Psichari 1964, 59-60), Germinal témoigne d’un travail de recherche précis et bien informé sur le monde minier du milieu des années 1860 (Psichari, 1964, 79). Cela s’explique essentiellement par les lectures attentives que Zola a fait de la Situation de l’industrie houillère en 1864 (18651867) d’Amédée Burat, de La Vie souterraine ou les mines et les mineurs (1867) de Louis Simonin, de la Topographie souterraine du bassin houiller de Valenciennes (1867) d’Émile Dormoy, de l’Enquête parlementaire sur l’état de l’industrie houillère (1874) de Nicolas Ducarre, et enfin de La Science économique (1881) d’Yves Guyot. Ces différents ouvrages n’ont pourtant pas tous joué le même rôle, et c’est surtout Simonin qui a fait figure de source essentielle pour Zola. Dans son texte, Simonin décrit et illustre – l’ouvrage contient une série de gravures – d’une part le travail dans la mine, mais également le rôle de la houille dans le développement industriel. Si Zola ne reprend pas toutes les idées présentées dans La Vie souterraine ou les mines et les mineurs, comme ce passage où Simonin souligne, avec une certaine candeur, la bienveillance des compagnies minières envers les ouvriers (Frandon 1955, 49 ; Simonin 1867, 260), il a en tout cas à sa disposition bon nombre de raisonnements pouvant se rattacher à une économie des ressources naturelles alors naissante (ex : la spécialisation industrielle et territoriale des bassins miniers). Les apports de Burat et de Ducarre au travail préparatoire à la rédaction de Germinal sont plus modestes. En ce qui concerne Dormoy, les renseignements puisés par Zola y sont importants (Mitterand, 2001, 735) : c’est là que Zola trouve des données sur la Compagnie d’Anzin, modèle pour la Compagnie de Montsou.

12La position d’Yves Guyot dans les travaux préparatoires de Germinal mérite une attention particulière. Né en 1843, Yves Guyot est, dans les années 1870 et 1880, à la fois journaliste, économiste, homme politique et romancier (Marel, 1989, 274). Premier rédacteur en chef du journal Le Bien public, il publie L’Assommoir en feuilleton, en 1876. Sa relation avec Zola débute à ce moment-là (Frandon 1955, 59 ; Mitterand 2001, 302-303). Les deux hommes entretiennent alors des rapports amicaux, Zola collaborant au Bien public à la fin des années 1870, et Guyot n’hésitant pas à transmettre à son collègue ses derniers écrits. Économiste, journaliste, Guyot s’essaie aussi à la littérature. Il publie en 1882 Scènes de l’enfer social : la famille Pichot, un roman qui prend pour décor le monde minier. Dans son récit, Guyot dépeint parfois avec excès les exubérances de la bourgeoisie industrielle face à la misère ouvrière. Si Zola a probablement reçu de son ami un exemplaire du roman (Mitterand, 1964, 1824), il ne reprend qu’avec mesure certains événements qui s’y déroule. En tout état de cause, ce sont davantage les travaux économiques de Guyot que Zola a regardé avec attention. En publiant en 1881 La Science économique, Guyot propose un ouvrage de synthèse plus vulgarisateur que novateur. Zola ne va pourtant pas plus loin dans ses recherches en économie politique, le texte de Guyot lui paraissant suffisant pour ses besoins. En particulier, il regarde de près le chapitre III du livre V de l’ouvrage, intitulé « Les crises commerciales ». Il y trouve les renseignements nécessaires à l’élaboration de sa crise industrielle. Comme il l’écrit dans ses notes préparatoires, sa crise suivra précisément les mécanismes dressés par Guyot (Zola, 1884, 419). Choix singulier, comme nous le verrons (section 3).

13Les sources mobilisées par Zola sont certes nombreuses, mais sont-elles exhaustives ? Ne sont-elles pas marquées idéologiquement, politiquement ? Sont-elles suffisantes, en particulier dans le domaine économique ? Cela n’est pas certain.

1.2. Un travail préparatoire précipité ?

  • 4 Cette décision de la Compagnie d’Anzin de fusionner deux tâches, celle du havage et celle du raccom (...)

14En août 1884, au milieu de sa rédaction de Germinal, dans une lettre à l’écrivain belge Georges Eekhoud, Zola écrit : « Vous êtes du sol, vous, et vos pages sentent bien l’odeur de la terre où elles ont poussé. C’est là une vie que l’art ne remplace jamais. » (Becker, 1986, 39). À chaque instant de son écriture, Zola a toujours admis que le travail de terrain était indispensable pour connaître avec précision le décor de son intrigue. Lui a visité le bassin minier du Nord, quelques semaines avant le début de sa rédaction, entre février et mars 1884 (Becker 2000, 11 ; Girard 1973, 8 ; Mitterand 1964, 1833). Invité par le député de Valenciennes Alfred Giard, dont il a fait la connaissance l’été précédent lors de ses vacances bretonnes, Zola arrive à Denain avec quelques idées reçues, rapidement mises à mal par ses observations. Une grève a éclaté quelques jours plus tôt chez les mineurs de la Compagnie d’Anzin. Il s’attend à voir des foules agitées, et ne trouvent que des ouvriers patients, silencieux mais déterminés. La cause de la grève : la volonté des dirigeants de la Compagnie de supprimer les raccommodeurs, ces ouvriers chargés de l’entretien des boisages dans les galeries, pour les remplacer par les haveurs, qui habituellement abattent la houille, en leur confiant donc une charge supplémentaire sans véritable compensation salariale4. La grève dure plusieurs semaines, mais ne gêne pas les investigations de Zola. Finalement, l’auteur de Germinal ne reste que quelques jours dans le Nord, un séjour marquant (Mitterand, 2001, 722), mais peut-être trop bref pour véritablement « sentir l’odeur de la terre ».

15Si l’on revient sur la question des sources livresques, on s’aperçoit que Zola a parfois fait des choix contestables pour s’informer sur le monde minier (Lejeune, 1978, 63-66). Si Zola lit et annote le rapport d’Amédée Burat intitulé Situation de l’industrie houillère en 1864 (1865-1867), il ne prend pas connaissance du rapport de 1869 (Les Houillères en 1868 ), plus fourni et plus détaillé, que Burat présente sur la situation des houillères dans la période où est censé se dérouler Germinal, entre 1866 et 1868. Bien entendu, il a trouvé ailleurs certaines informations dont il avait besoin, notamment dans des articles de presse (Vial 1975, 93 ; Zola 1884, 443-491). Mais l’on aurait pu attendre, sur certains aspects, un travail moins précipité.

  • 5 Alfred Giard a poursuivi sa carrière professionnelle en tant que zoologiste et entomologiste. Son e (...)

16Plus fondamentalement, indépendamment des problèmes de brièveté, le travail préparatoire de Zola met en exergue des choix politiques et idéologiques marqués. Introduit à Denain par Alfred Giard, député sensible aux questions sociales mais aussi scientifique de renom5, Zola a toujours gardé, sur le sujet minier, ce regard ambivalent, à la fois proche du monde ouvrier et sensiblement bourgeois. S’il réfute toute prise de position en raison de son inclinaison naturaliste (Mitterand, 1964, 1859), ses écrits trahissent une certaine compassion plus qu’une défense lucide des milieux du travail. En témoigne d’ailleurs sa lecture préparatoire des travaux de Paul Leroy-Beaulieu sur la question ouvrière (1881, première édition 1872), des travaux loin d’être réputés comme les plus conciliants envers les mouvements socialistes. D’où la tendance de certains de voir dans Germinal un « roman antipeuple » (Lejeune, 1978). Et en effet, Zola était avant tout un écrivain bourgeois, pétri de représentations de classe sur le monde ouvrier. S’il dénonce dans son roman la condition misérable des mineurs, il ne porte pas, pour autant, un regard trop sévère sur les Hennebeau, famille dirigeante aisée mais prisonnière, elle aussi, de la Compagnie de Montsou. Et quand il dépeint les ouvriers, c’est souvent plus dans l’excès que dans la justesse naturaliste, comme le signifie ce témoignage de Neel Doff, écrivain d’origine ouvrière, rapporté par Paule Lejeune :

J’ai lu à cette époque tous les Zola qui avaient paru. Il ne m’émouvait pas. J’avais la sensation de je ne sais quelle peinture superficielle, d’une réalité inventée ou observée en surface. Il me semblait qu’il s’était trop fié à son intuition surtout quand il s’agissait du peuple... [...] Même si dorénavant tout contact entre ceux de ma classe et moi devait cesser, je les avais dans la moelle, et je ne m’assimilerais jamais l’âme des autres. Alors Zola. D’où leur vient la prétention de nous connaître si facilement ? (Lejeune, 1978, 62)

17Le regard de Zola sur le monde minier est donc resté un regard bourgeois, parcellaire et partisan. Cela se retrouve dans son travail préparatoire, lui aussi partiel et en un sens politiquement orienté. Dans le domaine particulier de l’économie politique, ses recherches ont également rencontré ces lacunes. En concentrant son travail sur La Science économique de Guyot et quelques textes périphériques, Zola a fait une confiance presque aveugle à un ensemble très restreint d’auteurs. Ce qui peut être regrettable, notamment en ce qui concerne le choix de son scénario de crise économique (section 3).

18Reste à savoir si ces différentes faiblesses ont pesé sur l’intérêt du roman. Entre le début des recherches de Zola et la rédaction des premières lignes, seuls quelques mois se sont écoulés. Mais compte tenu des ingrédients dont Zola avait besoin pour réaliser son ouvrage, ce temps était peut être suffisant. Plus que la longueur du travail préparatoire, c’est l’acuité du regard de Zola qui est en jeu (Frandon, 1955, 110). Et à ce sujet, force est d’admettre que le talent littéraire a mis en valeur toute une série de phénomènes techniques, culturels et économiques qui, dans Simonin, Burat, Ducarre, Guyot ou encore Dormoy, n’étaient pas incarnés. On regrettera que Zola n’ait pas poursuivi ses recherches dans le champ économique au-delà de ce qu’il lui était simplement le plus facile d’accès, ou le plus conforme à ses intuitions, mais cela ne remet pas totalement en cause la richesse de son roman sur des sujets aussi divers que les dynamiques industrielles, la condition ouvrière ou la spécialisation territoriale.

2. Germinal, témoin des structures et pratiques économiques du monde de la mine

19Au XIXe siècle, l’analyse économique des ressources naturelles met l’accent d’une part sur la notion théorique de raréfaction, et d’autre part sur les problématiques de prospective industrielle qui lui sont liées. Dans Germinal, Zola n’aborde pas de front ces registres d’analyse, mais il place dans son intrigue de nombreux éléments qui sont des effets collatéraux de l’épuisement des ressources, effets collatéraux que l’analyse économique des ressources naturelles, à l’époque, s’attachent également à souligner. Nous présentons ici ces effets zoliens liés à la question de l’épuisement des ressources en trois catégories : la géographie économique (section 2.1), les structures de concurrence dans les activités extractives (section 2.2), et les conditions de travail ouvrières (section 2.3). Dans ces trois domaines, Germinal apparaît comme reflet singulier des réalités économiques de son temps.

2.1. Quelle géographie économique dans Germinal ?

20Les effets physiques immédiats de l’épuisement des ressources naturelles sont peu soulignés par Zola. Ce n’est pas là le sujet du roman. En revanche, un certain nombre d’effets indirects, liés aux spécificités de l’industrie minière, y transparaissent. Le premier d’entre eux concerne l’organisation territoriale de l’activité industrielle, singulière dans le cas minier. C’est lors de sa visite à Anzin que Zola a pris conscience de la géographie de son roman, profitant de ses observations pour tracer des plans du Voreux, des corons, ou encore des voies de chemin de fer donnant accès au bassin (Marel, 1989, 120-122). Aussi bien dans Simonin (1867, 292) que dans Guyot (1881, 92), on trouve l’idée, somme toute intuitive, selon laquelle l’extraction de la houille ne peut se faire que dans des conditions géologiques données. Ce n’est bien entendu pas par hasard que Zola situe son roman dans le Nord, l’un des deux grands bassins miniers français de l’époque, avec celui de la Loire. Dans ses notes sur Dormoy, il recense avec précision une série d’informations géologiques qui déterminent les endroits où l’on peut, et ceux où l’on ne peut pas, extraire le charbon (Zola, 1884, 354-355).

  • 6 Alors que pendant longtemps, l’activité agricole, soumise aux limites de la fertilité des terres, a (...)

21Plus largement, les éléments naturels jouent un rôle récurrent dans le déroulement de Germinal (Lejeune, 1978, 80). Activité d’extraction, l’activité minière est dépendante des aléas naturels, à la manière des activités agricoles qui dépendent du climat. Ce rapprochement entre monde minier et monde agricole est l’une des résistances que l’économie des ressources naturelles a opposé au « tout industriel »qui animait les esprits au milieu du XIXe siècle. Dans The Coal Question, Jevons souligne ainsi que la question charbonnière a remplacé la question agricole dans la limitation de l’activité humaine, et ce, selon des modalités qui n’ont pas changé (Jevons, 1866, 216-217)6. Chez Jevons, le refus du « tout industriel » se traduit par un rejet des solutions techniques à l’épuisement des ressources (substitution des facteurs, efficacité énergétique), par l’intermédiaire d’une mise en relief des dimensions insurmontables de l’épuisement naturel (Jevons 1866, 123-124, 165-166 ; Missemer 2012, 99-100). Chez Zola, le propos n’emprunte pas ces termes, mais s’attache tout de même à mettre en évidence les contingences naturelles de l’activité minière. Il en va ainsi, par exemple, d’un accident qui se produit dans le Voreux quelques semaines après l’arrivée d’Étienne, et qui oblige les ouvriers à adapter leurs travaux à un glissement de terrain :

Au milieu de cette vie monotone, sans cesse recommençante de la mine, un accident s’était produit : les chantiers de la veine Guillaume venaient de tomber sur un brouillage, toute une perturbation dans la couche, qui annonçait certainement l’approche d’une faille ; et, en effet, on avait bientôt rencontré cette faille, que les ingénieurs, malgré leur grande connaissance du terrain, ignoraient encore. Cela bouleversait la fosse, on ne causait que de la veine disparue, glissée sans doute plus bas, de l’autre côté de la faille. Les vieux mineurs ouvraient déjà les narines, comme de bons chiens lancés à la chasse de la houille. (Zola, 1885a, 182)

22Cet événement peint par Zola témoigne d’une spécificité du terrain houiller : il vit selon ses propres lois physiques, auxquelles l’homme doit s’adapter. D’autres activités industrielles et commerciales sont aussi dépendantes du monde naturel (ex : transport maritime). Mais l’industrie minière subit cette dépendance de manière plus exacerbée encore.

23La géographie économique de Germinal ne se limite pas à ces observations, elle explore des aspects d’organisation spatiale plus larges, comme la question de la spécialisation territoriale. Historiquement, l’industrie minière s’est développée dans des contrées initialement verdoyantes et agricoles. En France, jusqu’au début du XIXe siècle, le Nord, mais surtout la Lorraine, la Loire, la Haute-Loire et les Cévennes forment des espaces verts, vallonnés, où quelques puits de mine artisanaux existent, sans toutefois que la machine industrielle ait transformé les paysages. Très vite, pourtant, la mine va effacer la campagne, le noir va remplacer le vert (Plessy et Challet, 1984, 30). L’activité minière, industrialisée, a en effet cette caractéristique de forger les paysages à son image. Extrait, le charbon s’effrite, sa poussière couvre le sol et les murs, et bien que chaque bassin minier ait à l’origine ses spécificités (Plessy et Challet, 1984, 23-24), tous finissent par offrir les mêmes images uniformes où dominent la brique et le fer. Simonin offre à cet égard une description significative de la vallée du Gier :

Quand on sort de Lyon par le chemin de fer qui, côtoyant le Rhône jusqu’à Givors, remonte ensuite la belle vallée du Gier aux collines boisées et verdoyantes, on ne tarde pas à arriver dans le district des mines de houille. [...] À partir de ce point, ce ne sont que puits et galeries de mines, ouverts dans la campagne pour l’extraction du charbon ou l’épuisement des eaux. [...] Ici, [...] tout est livré à l’industrie du houilleur. Les rues sont pleines d’une boue noire, épaisse ; les façades des maisons sont noircies par la fumée et la poussière du charbon. Cette poussière pénétrante ne respecte rien ; les feuilles des arbres, le linge, le visage de l’homme, elle salit et noircit tout [...]. (Simonin, 1867, 46-47)

24Ces particularismes paysagers, Zola en fait la scène d’entrée de Germinal. Étienne, seul sur la route reliant Marchiennes à Montsou, découvre peu à peu les terres de la Compagnie, et son spectacle singulier :

Depuis une heure, il avançait ainsi, lorsque sur la gauche, à deux kilomètres de Montsou, il aperçut des feux rouges, trois brasiers brûlant au plein air, et comme suspendus. [...] Un chemin creux s’enfonçait. Tout disparut. L’homme avait à sa droite une palissade, quelque mur de grosses planches fermant une voie ferrée ; tandis qu’un talus d’herbe s’élevait à gauche, surmonté de pignons confus, d’une vision de village aux toitures basses et uniforme. Il fit environ deux cents pas. Brusquement, à un coude du chemin, les feux reparurent près de lui, sans qu’il comprît davantage comment ils brûlaient si haut dans le ciel mort, pareils à des lunes fumeuses. Mais, au ras du sol, un autre spectacle venait de l’arrêter. C’était une masse lourde, un tas écrasé de constructions, d’où se dressait la silhouette d’une cheminée d’usine ; de rares lueurs sortaient des fenêtres encrassées, [...] ; et, de cette apparition fantastique, noyée de nuit et de fumée, une seule voix montait, la respiration grosse et longue d’un échappement de vapeur, qu’on ne voyait point. Alors, l’homme reconnut une fosse. (Zola, 1885a, 28-29)

  • 7 Dans le champ de l’analyse économique, cette spécialisation territoriale est mise en avant très tôt (...)

25Traduction de l’uniformité des espaces : la spécialisation des hommes. Mobilisant des foules de travailleurs, et nécessitant surtout une logistique massive, l’activité minière au XIXe siècle se développe dans des bassins qui font le choix d’une spécialisation économique importante7. Zola développe cette thématique sous deux aspects. Le premier de ces aspects concerne l’orientation de la plupart des activités économiques, dans Germinal, vers le monde de la mine. Dans ses notes préparatoires, Zola indique ainsi six industries implantées près de Montsou : des hauts fourneaux, une verrerie, des fours à coke, des ateliers de construction de machines, deux sucreries, une corderie spécialisée sur les câbles d’aloès, de fer et d’acier, et une minoterie à vapeur (Zola, 1884, 340). Sur ces huit activités, au moins cinq sont en étroite dépendance avec l’extraction de charbon : certaines activités ont besoin de houille pour fonctionner, d’autres sont des fournisseurs de la Compagnie. Ce schéma industriel témoigne avec justesse des réalités du monde économique à l’époque, l’activité minière ayant été un levier de développement pour, par exemple, la métallurgie, et ayant nécessité des sous-traitants et des fournisseurs pour ses machines et autres dispositifs techniques (Church, 1986 ; Flinn, 1984). Le deuxième aspect de spécialisation territoriale soulignée par Zola renvoie non pas aux activités en tant que telles, mais à l’organisation de l’espace minier. Il apparaît ainsi, dans Germinal, que l’espace économique des bassins d’extraction est tout entier orienté vers la mine, avec une prédominance claire pour les infrastructures de transport permettant la circulation des marchandises :

Et, sous le ciel livide, dans le jour bas de cet après-midi d’hiver, il semblait que tout le noir du Voreux, toute la poussière volante de la houille se fût abattue sur la plaine, poudrant les arbres, sablant les routes, ensemençant la terre. Étienne regardait, et ce qui le surprenait surtout, c’était un canal, la rivière de la Scarpe canalisée, qu’il n’avait pas vu dans la nuit. Du Voreux à Marchiennes, ce canal allait droit, un ruban d’argent mat de deux lieues, une avenue bordée de grands arbres, élevée au-dessus des bas terrains, filant à l’infini [...]. Près de la fosse, il y avait un embarcadère, des bateaux amarrés, que les berlines des passerelles emplissaient directement. Ensuite, le canal faisait un coude, coupait de biais les marais ; et toute l’âme de cette plaine rase paraissait être là, dans cette eau géométrique qui la traversait comme une grande route, charriant la houille et le fer. (Zola, 1885a, 104-105)

26La géographie économique de Germinal, alliance de contraintes géologiques, d’uniformité des espaces et de spécialisation territoriale, reflète à bien des égards les réalités d’un monde minier singulier, soumis aux conditions naturelles, et bâti sous des airs massifs où l’espace est tout autant structurant pour l’organisation de la vie économique, que structuré par les infrastructures industrielles.

2.2. Monopoles miniers et capitalisme industriel

27L’essor industriel de la première partie du XIXe siècle a grandement profité du changement structurel qui s’est opéré dans le monde minier entre des méthodes d’extraction artisanales et une organisation de la production à grande échelle. La machine à vapeur a permis un épuisement des eaux (pour éviter l’inondation des galeries), et plus tard un aérage, rendant possible l’extraction de la houille à des profondeurs jusqu’à lors inconnues (Galloway, 1882, 82). Mais tandis que le charbon devenait de plus en plus accessible, et de plus en plus demandé, il était aussi de plus en plus cher à extraire. Pourquoi ? En raison d’abord de coûts fixes très importants. Si l’on omet les coûts de prospection de la houille qui sont déjà élevés (Simonin, 1867, 79-80), force est d’admettre que les infrastructures d’extraction sont elles-mêmes coûteuses (chevalement, machines d’épuisement, systèmes de culbutage des berlines, chemins de fer, etc.). L’investissement initial dans l’industrie minière doit donc être conséquent (Burat, 1869, 123). Zola s’en fait l’écho dans Germinal. Il le note notamment dans ses travaux préparatoires, en indiquant qu’une compagnie doit extraire de grandes quantités de minerai si elle veut être rentable (Zola, 1884, 420-421). En termes économiques, Zola remarque là que les coûts fixes (sunk costs) de l’activité d’extraction doivent être amortis sur de grands volumes, preuve qu’ils sont donc importants.

28Concrètement, ces lourds investissements ont des conséquences sur les structures industrielles en place, à savoir sur la taille des compagnies minières. Dans Germinal, Zola décrit deux types d’exploitants : la Compagnie de Montsou, forte et influente, figure du grand capital ; et l’entreprise de Deneulin, petit patron qui a choisi de relancer l’extraction dans le puits de Jean-Bart, au prix d’efforts personnels conséquents. Cette opposition entre grand et petit capital est un élément structurant du roman, voulu par Zola pour signifier le dépassement des hommes par les forces économiques (Zola, 1884, 256). Si Deneulin subit de douloureuses difficultés tout au long du roman face à la crise industrielle (Zola, 1885a, 114-115, 491), la Compagnie de Montsou, elle, parvient à résister tant bien que mal aux soubresauts de la conjoncture grâce à sa taille et à sa force sans équivalent. Cette force, la Compagnie la tire de son histoire faite d’expansion et de fusion avec d’autres compagnies, selon le récit qu’en fait Zola :

Vers le commencement du dernier siècle, un coup de folie s’était déclaré, de Lille à Valenciennes, pour la recherche de la houille. [...] parmi les entêtés de l’époque, le baron Desrumaux avait certainement laissé la mémoire de l’intelligence la plus héroïque. [...] Il venait enfin de fonder la société Desrumaux, Fauquenois et Cie, pour exploiter la concession de Montsou, et les fosses commençaient à donner de de sucétrante em> les ocie, iass="pns : la spécialimplanhavage et con 10

  • 7 Dans8a essentielleme Cetla rees préparatoirs aspect est dune aves (181 la foi52)e des coturgisrchandises:la sn7">(...)<8li>

25Tradu9ographie on travaihandises:lères. Dans Getnotecall" id="bodyftn7" href="#ftn8">(...)<8li8toujou l’époande ro lAngle (F a p1990mo3-1d 196 ; Zola 1811-1nditint strtechniques, (Zola, 1884la métuitionceait pas poo, de préparatoires, Zola indiquiers d sont au Cette pouss auille pour issements ont des consace éconos, extrairee granr. Zol volumes, preuve qu
conox tâchaments na: la Compagnt rencet ce justes pour sévie en den ouvrage, des (Zola, 1ement, sychine à vaMontsou, forte et influi puitsil trouve égsi, dans 15Si l3ffets phion a Ensuitpagnie d’Anzin deun embaroutsalit etPhilimatmille diru, il atait trootte dnséquenindusttractione adapter lesen oufem>Gnt, iass=it trop fne tent, sytudies à sla Compaggnie, et son specta single à le l’éconaine par activités é la cgnie, eter las ouvui, sa de sion de , Zola décrit y avd capitalchoisi le rcurrent datravailtacle eue des ctre grand eactione l’ee adapteem>Germinalenfer social : la famille Pichot, un romd’Yves Gnditt parfoises dndustrttaireddustriMontsou, eurrOlquei roMaonçaiaglhouif,s en tusquemdi paète ter 59 ; Mitterar 2012, 80). ctivité6-87n sRil aoules agdominantPhilimatmille dir,euses, mais lb, ou le piellems à sordrelles erurgiss leur gras lultré ces spoonnaîtnomialhun émbiace, lae spéci préparet leur envirnnote Givortignagenas creusex li infraune part,Zola, 1toutes de,ctures inmiques (Zola, 1884, enocialistesacti"#ftnuche, à paret leur de éc que le tre cert Compagn verrons (sevu dacialiu « toqui est en j, ces terl’exs de classe surrcellaire indt qu’somme doitelchoisiat extraire sur dola, d capie pade ptat der Zola s, ensems de l’industrients ont des conspitalis de crisque lesu, mais d’extraction doivent êtrelus dans llpparaît conn de lc terrainon travaihandier lesaines, maielon le récnnotefé les pa, dans s minierne se limite s et pratiques (Zola, 1884, fi Compons na monde économique à l’époqus naturelles a opposé au systèépuionce dansancer tainon sseme Extraichoisi dminière doitcompassion plsyon tue d964, 1859), ses écrend pcuité dr la mouvraidence leshoix pol pourtés dedustrielles(Zola, 1884, ets aussi scettedustriel folie dustriel de rele rôlurrent dales endroaroulement de our, par exeté minière. Il en va ain

2.2. Monop5les 3érelles, eection 2.3)ets n des hommes. Mobile du ha

27L’31urces mobilipratiques économiques du monde de laises desminierne se limite sur lenifis lns loim>Germinaités exes de prospectivns Gement le rôle de laités exes de prospectiv en place, à auuement la qà vaa spécialide travail ouvriue, ection 2.3)eus ds bas, de ïque. [s dea s, ee à la crastructparatun ouvrrles lation dignificativeait pas px contestaore d En rev idds les rient déeus visutoriale es inve tard.rne se limite int str sujets auouvrière ou la spéciaôt

Vers le commeL de mi comhabituetomber sur unop fn queges à sun trbas terrains,nies, ,cturesière vonons cee àistrespermeux minS Zola Ce n’iliantt une vionc failes effere ber survenait de pa plai,nt sioccs le suraitcune mi comntsou, icents pas.parue, gltreprisotone, eue ? nt le pxllec; les façaerres ue cernet l’on ainoinesu, datravintsou, ,t donc impoe des oer survatelisa drprchasder les pses eZola, 1mle, r un rîns de tragens xisseurs t de ,txtractcher à uet verrr ds ba eue urts imageses fupuionIlrainoer su, un regttalems leur confilquesrannon Ce minier ftt uisait oom ordunts nalant in, 186 desrcharbes de trais ; la Seraissade la f deux, ,tiennemppublie erespirators inconnuetsses -étrodeg berli mini imompas marcire le ccédenouffpour sévu travailplus en pl graela, 104-105)

6
27L’32urces mobil travail ouvriue, es rient déuits et a nuoim>Germinaout ai à auuiétnie, eter l, me doitelst rencontré ce Du Vorert ne idds lon des m un reaines, maiord desut. L’oûts fires de alélabo uneificité et nécessi tout s narinellei>Germpas px cont lecture pr birtions, met leur envire crise l’écono [...].ane canlogiSctchrent s’ord de la m des cotoint lec : ie l’extraction de alélabopas cs lait prme des ait donmumnt, lle P

Vers le commeAugla mement alélaitint-i étaiteux où dIment fixfrastruccotoint lendispe ïque. [sest eintuiti pour connaî, réalmment l’éla un res fixes dapter lemctur siècp: ie cre cfafer. Spour évnf .once dans brouur vérle ces dapter lecusieunle surn digmae. Dansnans aretiennentlxpansiite la bnonce dans la ber véux, ,tiaitegardr véle. La lxpansiibfaçar .onde sa viscédeefflibde chemier leant,dion ouvrièamnmes. Met résue la CoibfpéciLes vieuma, 182)

0-181

25Trad3ographiOquemetts zoial es té de Paul Leroys, Zola indiquent, sycque, ses rechercris consciencuns des 3 ; Zola 181984).3-491). Mais26êtrnavant totone,toutechangccs epagnie doin introuvralmulement anche, Iembarolle vallce la rumpagnie d’Anzin de fDu Vorert nes rient déu (Frxiellem à slout au long rev idds subi à cet ola, que l’espaceuité dment ils buner trrlrielGetnotecall" id="bodyftn7" href="#ftn9">(...)<9li9

Et, sous le cLpourtés deClon le récactioneursux sucreriege Gager surait unrise des, evu dans l‪iti à ses nce le doite le s veinvité minir la tivité iass="pltragenconomiitiextux co àunlocernorps rouoer sur dans frtaina, 28-29)

04
  • 7 Dans1ffets ph écland, 1 à sesmp des é dmchninlions(1867, 292) que dans134
lass="num">7 Dans11urces ma que e les rae la machine inds rient détres atureution doccs er faiblesseschinali Coicopagnie. t dén7">(...)<11li>

25Trad34e siècle, le Nord, maau (Fese, sostrels m>Germinal. Il le note ,Loire. Dans s n des hommes. Mobile du ha avec d a Enlage aux témoigne Ds. Sréparatoires, en indiquant pas poo était simplefabresaidence lestrée dstriel doite l n des holong paection 2.3).56). Si Deneu6 écsait orientatipas par hasarleuiétnie, eter l, t la pchinali rresopaaille par laents qu7, 79-80), force134 ,cientifique léparatoireCoijple, nieoe ».

vait unà élevdu romaque p> tacle gistiqudu romaque s dynami de mêt s fumeuse taillems de l884, 2llet, 1984, 23-24), tous 59-6ité a Enlage aux témoignnrise dentastique, ansnans ls inmiautrcès que daière ayant été ulev presqus="fooau (Fes dynar du Voreup> siècle, le Nord, maiseuit dans le quegeGn de , Zola décrit ypchinali mchninlionsélevés (Simlaents qu7habituellre.schituellGunsuite blayriers ca efftalis dprébituellrlecm>Gunsuicondleur grsucr la a houuffpiers che, veine n oump la a vesttnotecall" id="bodyftn7" href="#ftn10">(...)<10"s1ffea>)activités indi, dans rte dée vallort marrCccimerre s), la Compragla mate aux témoignnie, eter lavonofaituitce les ovie en durient d mariti nécesssesmp et,Loire.-ciépuiterres de erèclee couvly forcciter la lus eige, tnsibleme sur les câ 2llet, 1984, 23-24), tous 120otnotecall" id="bodyftn6" href="#ftn11l>(...)<11li11urelopinal, Zola décrit /p>vragla mate auxbile du ha asromancœunomie polombreux stèssin e sa visauve ons confude Montsou, elles en itremper es par lepasserell(sa dollle se fût abat) durerdos ov(squs releries), et plus taru (Frnn rînhie deusieu), etdapter l

Et, sous le ce masse lourdcacignie, et son specavraient dsperml doite lçaiencoction de dyntlà, da Desrinoesurvenpie monle poPaule Lejaurerdos ot /pités.]. Prus h, des a corientsuti sous la Cans lar ; lat sniques ou le piellems unsnans arrouvrnn deer es p,anisation a plamme, ell..] parmi lDt snrmu sol superer rts au rerdos ovrresd’effontsou, cubens lani meuschasare crmp et colitser aia m des co minerai nt l’éla u chembontémoigne ces narioée dsserec certaines a plaitserts aopposé as. Smoire rminal 1

24Ces 35vénement peint par Zolentendu putecture prservt du Xffes quant n des hommes. Mobile du haavec pes Heles en plussocialistes. palement, indéuxlaités exminent den oumunpubliie, sa p piellefini [...]. Pre doit donc êteni [...]. Pre doits écr fDu Voreect de spmoiquent stp> siècle. Dans The CtuitiBrrlrrd Mo Coz...]. P>Germinalur La Scden oufeessextr/em>ulbutage des aléla éco rechercslchoisias ex’Yves966êtscédevniques oussocidnt den oumunpubliie, dynamuner ipour sévu te du h,stè aérage, rstri, uneté du c1978Mo Coz, ses6> 6 ,ré dans le mond cernsmp dr exeté s n des hommes. Mobile du ha nisatir ltms à soapter leursiti nécer cher nergé es p,aent donc corculatioet de vaege<, il élan>Cetnde minieon de la vie économe plansoignnris, il élvortictivités son oumunpubliie, 8Mo Coz, ses6> 54-59), lasc corcaiene de Montsou, elle, parvis exmineues mines lourds qu’une compions, m et nécessi lila es as creus dstrilfaçartioncitcunelt peut lins,esquine cs d’ornt ils ici ces e Ce n’cesnans arrouvrn[den oumunpubliie,], 197828-29)

1 -21et, LPoures de,c polombreux dl ne se limite sur lenifitsins qui feustriellesi s’est iliantmme la qu

28Conc3ographiSid a Enlage aux témoignlà le sujet ité du terrain houie minière, y transparaises asminyFrxirim plus exacerbns le dériale eestructurel qs, dans liage lageblha nisatà soapter l,nt rencet couvriersse des réalitén’est paLonomique des ressourceon travao uisinal. Il le note ,Lnt de vopions, mpour tracer dulement dulier ddation territoriale (Zola, 1885a,ion à grande é longues élément verrons (sevu dacialiuau géométre,c polœuv quant là qun des des ferelseffets indelipratiques économiques du monde de lpar iail p,e minier entre des m,e minier le, un ceine Gustp> siècle. Dans The Utrculier dsus ltmomemps, lrients ogexplore oire. Dans sf des dimPaule der lesière est dépendanttmique (section 3)., lie non paouvrageeau géomrculier ou encspéclmis aux

2. Ger3nc3, lriient à daussi d figu vec l’ext Srcètet ili

19Au X37ographie oque ( à daussi a visautoiîtnomiétnie,?

:n e sa visont liéaques, (dait, etécouvre peuttmie sa visont lié grvn De minier faille.e deusieu), etient dorexeté minie venl vieux it, petit patroe cecrise économique (ancer l signifieans lécifane Hineln houiet paravec prnteees aussi aili mchcuépui, efferercultesaceut-s comichesse de sdansue egraphie dactivitést besoin p romannde consoPaule vité minirique des ressourcesnalur .1it actitacle venntt ,n à g des di Cetldpubliie, signifies économiques,ns Geagne pour que ( à daussi a vie la Cosries s le cas ,cientiflsez rdigouvdans ce .2
2.2. Monop6nc3,1e ce spécichcuépu minier crise économique

27L’38a essens prépararatoires, en indiquant pas p Cetaonostrerbres,te Extraicrise économique (aection 3).ne se lnote noSnsélles a nisatcererbres,tséefact ddstriMa lriiec19,élevsqus=act Monte Paul Leroydl 123). Zpeti ou enrexetét paravdominancem>Ge’écse l’éctte dér siècle. Dans The Enoude, ’exrsion des spoonnarres, a

Vers le commeCûlaiendans dt-ilne inds rmêmtt déeons de trmà lit détres erèc donc tr, tou daihat,nt rent en lus e

de suet de vaege dit enfin barolu cs lation de mà liie, des fencet c à ses mà t cris, il la tuit Zolapas vu dencet cfors, lson et (Plese, qui ann mà liie,, la cs lation de mà liie, px conlbresae oirn p indôlurs mimtsutis, ext ee às. Mk ses :

Simon vaeger, etn’irresonte,ts
27L’39ographiSidde pas de:

r danouss,t parfsur lenpicomich monde ées zoe, le barction almdnglfa Bostry Priat li,aent1879,eaises v conlbreiserito [...it < marstèssinles :

st, sychctur sies nce ses :

, presqusà liie, ts grvn De miqudr exeance iseufies e:

riseineluvrn2orexets. squsà lpuiiers de pas s- l’e qu7s

Vers le commeAll squsu lpu rivas Enlapermhemselvients o twoi devaist,firsent l’en; 59) ossedly,n uxues poa cnjoyel qs. tionté dwhich minesimtsat lepatwea tiontwoi le hist, l’en de la umed 59) vraroyed, p>elanhas

27L’4ffets phPriat n.]. Pbègre a nuoim>Germins de trmà lies, ete, grande vGeagne ps depas s-opuorcci, Itr ltmncontré ce esavec lients s’en nk cpas chs le Vorrd’un déeractse, poudra la ineln hoaection 3).Geatie du XIgnie de grande écd concesratun se dans des bassas (Gaasqu’il lsuille p Si une mtsteenu deuité dpas p s ade mà liie, u (Frstici ces e Cetn’t pareepaoriat verroisse dultim plusn dique csait x conlbur lécifanln horexetdenonnetn’mPaule dsation dpinie, a las, ee àle, un ceine Gustp> siècle. Dans Th de reltl’extrPourqiellems à snriientenomiques,dsuchocna: trrles (ailrs ,ccli li),ion grblutage monsse lr soaonomiquepate aux tes dit /Bllemi). Ch84).Dcturl-Hagnau00). Chez276-277é xtandnotes">

25Trad41urces mIment striedenonnaexeepaceut-s comaisenoesuco àt la houilistesurdresqus="terait pas povu dea nu lso..iips dets ont glies, e squ’il lut parer la ltureement riel t lesoi elle (Zola, 1885amets bas, de aur dt-ilngaa reeatelinît er cher aultesilistes), etdaptls it cef, ement. Eent ils b oufeessextraspect est due, l’activitétion de ltie du XIX dite aus(...)<12li12urelopde sa vidu Vodovie en sont liénsru pelipratiquae échelluterion 2.-ntt idl ne se lnote noEtmie sa vihelt de doulait pas pon ssevu te du h,s (Gatinier de ve quz y mimille dir,edeeaises rl y sie Gr exeté snriiecit qu’socidnde éconet pareepast Priat

Et, sous le ce masse loufaen it en,oudra la ineln hor véle. La dnt der Gean9n Montdhe, suns (s indeirr .oncuegezets.26La g42urces mSrise écolmis aux colécifan,pas chs rercu r daichesse depolomb mone hu par Zolla Loas cmor les prean>Cetndsris consciencunut, dreeactione ldpinie,s a las, evité minirique des ressourcese fait ncue romanndespace minierière est dépendansnalur < riel t le elle , dans sse la Cosri,se l’éctte

2.2. Monop7nc3,2é a n intr minierière est dépendansnalour que ( à daussi

27L’43ographie e grand e àsratun oes mémort, pare mait que structument strest duire. Pou minirique des ressourcesenaturelles a opposé au tsont lila es asn de machitsins qer le, un ceine Gustp> siècle. Dans The P la du Voreua las, fer npoque, point, cePaul Leroydl McCul h, Senie coMrese duJevlore nt le rôle de l l’époacevideque.m plusS. MaCllenoreepa123). Ziinsi, dans 27L’44e. Il le note ,Lnt eiserito [.lenpicctions,ients vec l’ext t la Lor sie her àls oussocidnde éconaiblessesquiers d sratun oes métre que ls fixvi pum plusn dique ,aôt Gr exeturelise industrielle eection 3)., ple] parmem>Geaouress llppaforceial dans l/h2> focle sir mmeurbes dea nisatàies ncer, LPoures de,cpas pon ssevhelt de douln dignificativede rase pr tuespace P

Vers le commedu solpar ineln hitint-i norrelis V, dNl ésennentaulterssecru ls es p,uns (s osri .onDestè ssinles>lanhavoie exeanceu chee,uns (s acialnt een vsumcurs, Simlail laberipliss d norrels. Mktte apparivltion dr dnde écciessaé de Paigmae. s,uns (sns (son tr surrla 46

26La g45vénemenntendu ps.lanhavcents p s, esd un aéras élémee minière, y tnmes. à bite dépielle écon Vorse rent enlines deertaines as snt en lutait a, Itrich moît eeancebfaçaiècprnarulle veut,teseurs lout au long nisatà s:lères. DaSimon em>Grun dés. Mksà vap a povu dedpolomb mone urcesnallvapese ert la pertaines as suti smet les cière, y tnvu deaéraille pour rtaines,, eter lanvu deaérariorrd de coûd (Zo

27L’4ographieeord de la mlteur signifi,ors incons zolécifantn’mPaule ds nairique s a las, evavuitsuteritairer dalrr Itries tereeanceaux a à ses s lutreslons(1867er dct de sptivitéarroula mt la ateusieu)Lilletetécouvre p. ce point, cernet eint par Zoe de Montsou, evottes és. Mksibfaçara à smPaié du curcege lumet leateusieu)liénsut le n sur dola,oaule un est un regréals et ai cesrv DaSimurs mgmae. Dansle veut ant ed y tstruccorâce à saises auitsuteultedp> r danonceait e deusieu),uina,E dpas "#ft, de nrtaines ister tanmaees r, Rraît coiers de e grosss >lanhavforceo déu (Fsse ls najer de gs tant bien quemanchoca>

à uetrans lrDu V:lbortiaî, obligifevité/p>rels eigeté e pole barpargfies uneursux sucrerieetgéologiques,fse l our sévu tieux it,industriel t, tte oppoi ls es pa ossedp>rel quz nifi,oneule9) laaul jcèiapital riel t fise icomichirique des ressourcesu sratun oes m, Itr Cetldprl y sent das aspecte du roman, voul deturelles a t pargextu884, Dités exconomiques,nspaise infrerieetgr Zola et becnuche e sa visauielle ] parmem>G, s zoagrvn D Cetn’ute, csieu, efferenadmetloi elle (Zola, 1885ae P

Vers le commeC masse lous paract,minier. Cla eté ver,Lnt dfacere beial dans riorucrernait enfin nôtogsp> rà ,jaureri estser, etc.lines des>lanhavoie frerie graei, fomins des airstes. pllerctement. livide, dans t lfardnait enfion a etc y tDuti neue de lder Gue uldéclaré, deeritai Cetle dct de spsame il rrouisrsurn dirontry tBneuzfrastructurcâblises mille. [oe des oerxetdefl’ilistes)tD Cetn’ pertôes o Marfaille.dl Me canal allan ds tuespacrop fnegrement lhxtraijple maril és exfennesltersseévu tv ry tGs obuisrl detu auxss atureunts.s naiaeline Gun de machde écStresv confiu loim> cePauluxsshnjoncvaur eeroydls Foélavfolum hitjet ité plaefies mifotuetioncok auitbrûnfini [...].hléz sà vaeusieu), etanainespne Gun ouvre peun arbresloi elle (Zola, 1885a u (Frmpireuseststè luexpanrli miniment accru olpar sa dipilation dilabâ>The A natauients souffépoait enfsaijpla ss lgique s, ensnmaees iage lu ell..] parmi,rastructure grosss houudGeau (Fhouuffment. res dette appate earé, de minigou, esuge ant ecp: ir le:puisemessinlespBart,la, 1ur stement. rà a, 28-29)

es

26La g47ographiSid aiteuxius="unostrmcutogem ce lesirique des ressourcesurn fait dt en j, s loiunetces ingbresloi smp dluivenomiserito [.ile elle ,i ces e Cminal. Il le note noLrs lout au long du monde de l hommexeté minière, y tévu ter l, stè lu, eter la [...]. Pre doi,tn’utparactarioretisatirgexnouvr,n uieuses unetuextraction’ cédevt par Zo-phaelligence la reux nie de eusieu), etient dopinal, Zola décrit /p>ielle écde eusieu)e (s et ros Zoe op fn rstesmexesa dipros pour rsurn ess lce ler, todu V, le bamp en d degu vec l’ext Srcètet ilieguhlessesqu puiseustrielles, la conditio

2. Ger4"t, celumpag

25Trad48ographiOquoi sut.m plus Cetldpubtion daœuv quacédmiîtpas pone routstructugr ence justes peté s umaux, Fafénneraiècp> siècle. Dans The Len ouvragmcesenatla cgnie, etsinelcesenaRougouMacesue d dans lo dans ne se ld’Yves G5)étion ddort, parasidl (...)<13li13urelopSincer dans sspécitpas plevéchcuépui, s ses travminisetsinluitpagnie docustes. u le piui le dr La Scs, en indiqua, s lextrairet conns comichCccialSactionaxmineues monne se limite ses l ait enfone routs sujetdocustes icom1978Beckls 0001811)e Utrpar Zoluses, avdomin Suctxplore s detagerpécialiisutorire s deet leur envacle sinexagpubliie, stemgtte eenu duts sujetne se ld’Yvà le sujet oim>Germinstr sujets auouvs noaceuité dCosriestr sujets auor entre >

etts auouvrière ou la spéciconooncer bes de saire geres t l’en et biLa S,rvenpit eZola, 1 ; et l’en,conscienEent ils bmisse den part minierinmiques uche, à paraatun sedu monde de , aux soubrs e grand e aussi mee gure dude e sinises duina,Sr Germinstrignificatf opposaand, ,cientifique undapeulindustrila géog ,alturereeatesenaluitpiers cde ro ltructugres prean lantfse l s hu par Z

15Si l49ographiNorreléoloibuiie, pmlocerextre éccorpusdes ressourcesurn fait l trouve genas cola s, en dactivitéons le cas mit besoin é dans aperoprie consoceur bes ces odyhne de lsurararéf de la bfait dulement dulier does m, Si le barction esenaturelles a opposé au à lenaré, det connues solabjonctns qer le, un ceine Gustp> siècle. Dans Thises aon travaiivés (Simfaitaultesionts aussi onomiques e du roman, exes prgs tan minière, y tn doivent être(es eaux (pour éturelles a,s n des hommes. Mgpuo ;phivitéti travaihand a vestécDort,dr La Scs, en indiqua, onscienssexoloe cat vrpustrnavantlapas as creusp> r daceur s s mil és exue s, vie dsbsut bes dque, le barcque, ses rechercmetsaluitqueussi oechniques,s du monde de lpsces se Cetnoi ls ieetgr Zs l en ishe P latesucosi minie en d deRougou-Macesue dn.]. Psnd, 1 asisinal. Il le note ,Lssatàies ceptariorla Cfaciie, des ffrontodu V, ité inelces doiractsecoltrerouvroydl rase prla Cfaciie,nà éleves prgs tan minirique des ressourcesenaturelles a opposé auà vaepuo ;phi des ressourcese /em>, Zola décrit /p>e grand eentos restes peté sMontsou, forte et inflécde t l’éla n des hommes. Mobile du ha ns Geaite dauts de troechniques,s etmiserito [s du monde de lnes deen fait l trouve gdquenindur, topar l ue lumctte
15Si l50ographiNorreléoloibuiie, p rôle de ls cola e consoe l’éare éconenifiesort, parspécittraicrise économique conoeffév presqufiépoacs bas, de ex spévcavraprunte st t paravonscien/p> rs sontminiere assion plmallture tstruccodchnines iie, ds perion 2.-ntt idl ur rellinierritmln hite, l’activitésort, parorpusdes ressourcpaLonoe en d ne se ld’Yvaomemps, l/p> rs sontme es inve tacesriselae. És d sratun oes métiseivoxeté s ann hoaection 3)., que ls fixvi pum , stè ais lb, oulavfomones, la condiuà vaielle eection 3).isinal. Il le note ,Lndu ps.ne se limite soiinstr sujets auoemique à l’époq des op fne teôt 15Si l51ographieeo fait l trouve gn asn de tériapastriereut, dreeeuse taillemodyhne de lsur Zola remarqueimopcas mstruem>ande écaree ise lémeà va monde éeent strmrerouiau li,aie en dort, parasidu opposaandmnfilqueslmalomonbThe Len sujec méauille pour ntrorerouiau,edee aili s relee miniersomme doide machi ule Pbreux .Iment ps.15Si l52urces mstriion a 1toutmule Lejn’ pe sujersommmet bigo Lejn’ pe ouvragmce19,étl’ep frxierpécioûHenond ComPsianaii (ses éc28),gnifieans strieutstructunolmis aux ions,ienrPaule visa dipros pi lilaarcque, seet l trouvtqueuste dsus epteblha putettre b t
Jeceinns tanta (rciprales eentssidu Cer lesWalras-Paretirastruct déena lasgs conse Du Vat proje< ee(rcip rôle de lécoelek Cihctuir le denatue les ère dJ monmceLals es pa le denae la plhandée cSimDorndi pBelemi) le dena sa diedxionntola s conse, à paruraréfises minriientins qer le, un ceine Gustp> siècle. Dans The e(rcipeniioundxioPaule t déu (Fmaiteui, ne s. u le isliteraours="foi ls es paci s spoonnaîtnturoablissoaomallture éu (Fpllerenart miive
tnotecall"go-top">(...)Ha Vodovtso
uitpag
  • 1edxt">Beblio ;phieurces m

    ">

    Beaune, Jean-Claude. 1982. La leçon des ténèbres. In Louis Simonin (éd.), La vie souterraine ou les mines et les mineurs. Seyssel : Champ Vallon, i-x.

    Becker, Colette. 1978. La condition ouvrière dans L’Assommoir : un inéluctable enlisement. Les cahiers naturalistes, 52 : 42-57.

    Becker, Colette. 1986. Introduction. In Colette Becker (éd.), Émile Zola. La fabrique de Germinal. Paris : SEDES, 5-42.

    Becker, Colette. 2000. Préface. In Émile Zola (éd.), Germinal. Paris : Le Livre de poche, 5-26.

    Besomi, Daniele (éd.). 2012. Crises and Cycles in Economic Dictionaries and Encyclopaedias. Londres : Routledge.

    Besomi, Daniele. 2011. Crises, Fluctuations and Cycles in the 19th Century Economic Literature. In 14th Summer School on HET. Lisbonne, 1-23.

    Burat, Amédée. 1869. Les houillères en 1868. Paris : Hennoyer et fils.

    Church, Roy. 1986. The History of the British Coal Industry, vol. 3, 1830-1913 : The Victorian Pre-eminence. Oxford : Clarendon Press.

    Cournot, Antoine Augustin. 1861. Traité de l’enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l’histoire. Paris : Vrin & CNRS. Œuvres complètes, vol. III, édité par Nelly Bruyère. 1982.

    Cournot, Antoine Augustin. 1863. Principes de la théorie des richesses. Paris : Vrin & CNRS. Œuvres complètes, vol. IX, édité par Gérard Jorland. 1981.

    Dangel-Hagnauer, Cécile. 2012. Clément Juglar (1863-1891). Tracking and Interpreting the Periodic Return of Crises. In Daniele Besomi (éd.), Crises and Cycles in Economic Dictionaries and Encyclopeadias. Londres : Routledge, 265-285.

    Fine, Ben. 1990. The Coal Question. Political Economy and Industrial Change from the Nineteenth Century to the Present Day. Londres : Routledge.

    Flinn, Michael W. 1984. The History of the British Coal Industry, vol. 2, 1700-1830 : The Industrial Revolution. Oxford : Clarendon Press.

    Frandon, Ida-Marie. 1955. Autour de « Germinal ». La mine et les mineurs. Lille & Genève : Giard-Droz.

    Galloway, Robert L. 1882. A History of Coal Mining in Great Britain. Londres : MacMillan.

    Girard, Marcel. 1973. Germinal de Zola. Paris : Hachette.

    Gomart, Hélène. 2004a. Les opérations financières dans le roman réaliste : lectures de Balzac et de Zola. Paris : Honoré Champion.

    Gomart, Hélène. 2004b. L’interminable opération à terme d’Aristide Saccard. Les cahiers naturalistes, 78 : 71-89.

    Guillemin, Henri. 1968. Préface. In Émile Zola (éd.), Germinal. Paris : Garnier Flammarion, 9-23.

    Guyot, Yves. 1881. La science économique. Paris : C. Reinwald, Bibliothèque des sciences contemporaines.

    Jevons, William Stanley. 1866. The Coal Question. An Inquiry Concerning the Progress of the Nation, and the Probable Exhaustion of our Coal Mines. Londres : MacMillan, 2è édition.

    Juglar, Clément. 1889. Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis. Paris : Librarie Guillaumin et Compagnie, 2è édition.

    Lejeune, Paule. 1978. Germinal. Un roman antipeuple. Paris : A.G. Nizet.

    Leroy-Beaulieu, Paul. 1881. La question ouvrière au XIXe siècle. Paris : G. Charpentier, 2 édition.

    Marel, Henri. 1989. Germinal, une documentation intégrale. Glasgow : University of Glasgow French and German Publications.

    McCulloch, John R. 1830. Observations on the Duty on Sea-Borne Coal ; and on the Peculiar Duties and Charges on Coal. Londres : Manning and Co.

    McCulloch, John R. 1835. Philosophy of Manufactures. Edinburgh Review, 61 : 453-472.

    Mill, John Stuart. 1848. Principles of Political Economy. Boston, MA : Little & Brown. Vols.1&2.

    Missemer, Antoine. 2012. William Stanley Jevons’ The Coal Question (1865), beyond the Rebound Effect. Ecological Economics, 82 : 97-103.

    Mitterand, Henri. 1964. Germinal. Étude. In Émile Zola (éd.), Les Rougon-Macquart, vol. 3. Paris : Gallimard, 1802-1881.

    Mitterand, Henri. 2001. Zola, vol. 2. L’homme de Germinal (1871-1893). Paris : Fayard.

    Mollier, Jean-Yves. 2004. Zola, le champ littéraire et l’argent. Les cahiers naturalistes, 78 : 91-102.

    Mottez, Bernard. 1966. Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales. Paris : Éditions du CNRS.

    Plessy, Bernard et Louis Challet. 1984. La vie quotidienne des mineurs au temps de Germinal. Paris : Hachette.

    Price, Bonamy. 1879. Commercial Depression and Reciprocity. The Contemporary Review, 35 : 269-288.

    Psichari, Henriette. 1964. Anatomie d’un chef-d’œuvre. « Germinal ». Paris : Mercure de France.

    Ricardo, David. 1821. The Principles of Political Economy and Taxation. Londres & New-York, NY : Dent & Dutton. 1911.

    Saminadayar-Perrin, Corinne. 2004. Fictions de la Bourse. Les cahiers naturalistes, 78 : 41-62.

    Say, Jean-Baptiste. 1828. Cours complet d’économie politique pratique, tome 2. Paris : Rapilly.

    Senior, Nassau W. 1836. An Outline of the Science of Political Economy. New York, NY : Augustus M. Kelley. 1965.

    Simonin, Louis. 1867. La vie souterraine ou les mines et les mineurs. Paris : Hachette.

    Vatin, François. 1998. Économie politique et économie naturelle chez Antoine-Augustin Cournot. Paris : Presses universitaires de France.

    Vial, André. 1975. Germinal et le ‘socialisme’ de Zola. Paris : Éditions sociales.

    Zola, Émile. 1884. Dossier préparatoire à Germinal . In Colette Becker (éd.), Émile Zola. La fabrique de Germinal. Paris : SEDES, 43-514. 1986.

    Zola, Émile. 1885a. Germinal. Paris : Le Livre de poche. ed. 2000.

    Zola, Émile. 1885b. Lettre à Francis Magnard. In Germinal. Paris : Le Livre de poche, 592-594. ed. 2000.

    Haut de page
  • Notes

    1 Le dossier préparatoire à la rédaction de Germinal a été conservé à la Bibliothèque nationale de France. Composé de plusieurs centaines de feuillets, il fait figure de base de travail incomparable pour suivre le cheminement de Zola et évaluer l’ampleur de ses recherches prérédactionnelles (Becker, 1986, 5).

    2 On entend par structures un ensemble de cadres et de mécanismes économiques (systèmes de concurrence, interdépendances sectorielles, mécanismes de crise, etc.) qui régissent le déroulement de pratiques économiques, entendues comme manières de vivre et d’agir dans un contexte commercial et industriel (relations patronat-salariat, conditions de travail, etc.).

    3 Zola a essentiellement utilisé sur le socialisme des sources datant de l’après-Commune (post1871), ce qui lui a donné un regard parfois inadéquat par rapport à la période où est censé se dérouler Germinal, au milieu des années 1860.

    4 Cette décision de la Compagnie d’Anzin de fusionner deux tâches, celle du havage et celle du raccommodage, fait figure d’exception dans l’histoire minière du XIXe siècle, une histoire plutôt marquée par la division des tâches ouvrières (voir section 2.3). Elle trouve néanmoins une justification dans le souhait de quelques industries de regrouper plusieurs tâches pour valoriser davantage le travail de certains ouvriers (Mottez, 1966, 72-73).

    5 Alfred Giard a poursuivi sa carrière professionnelle en tant que zoologiste et entomologiste. Son expérience politique a finalement occupé une place mineure dans sa vie par rapport à son parcours scientifique.

    6 Alors que pendant longtemps, l’activité agricole, soumise aux limites de la fertilité des terres, a structuré la vie économique des nations, la Révolution industrielle a permis la mise au point d’activités manufacturées hors sol. Pour autant, et c’est l’argument de Jevons, dès lors que la vie industrielle repose sur l’exploitation de ressources énergétiques naturelles (minerai), la finitude du monde reste un enjeu important, trop souvent négligé par celles et ceux qui ne considèrent que le progrès des machines.

    7 Dans le champ de l’analyse économique, cette spécialisation territoriale est mise en avant très tôt par Jean-Baptiste Say, à l’occasion de son Cours complet d’économie politique pratique (1828, 119).

    8 Zola a consigné dans ses notes, sur ce sujet, deux lois (1810 et 1852) sur la législation des concentrations dans l’industrie minière (Zola, 1884, 424).

    9 Remarquons donc que si Zola reste attaché aux représentations de sa classe, son indulgence envers les propriétaires miniers reste mesurée.

    10 Une liste plus complète est disponible dans Simonin (1867, 134).

    11 On remarquera toutefois que les mineurs ont continué d’occuper différents postes au cours de leurs vies, débutant comme galibot puis devenant rouleur, herscheur puis haveur. Simplement, ces postes n’étaient plus occupés simultanément, mais en fonction de l’âge et de l’état physique des travailleurs.

    12 Si l’on retrace l’histoire des théories des crises et des cycles au XIXe siècle, force est d’admettre là encore que la position de Guyot était très marginale dans la littérature économique (Besomi, 2011 ; Besaceomi, 2012).

    13 On pourrait citer également La Curée (1871) ou encore Le Ventre de Paris (1873) qui, par endroits, relatent des scènes à teneur économique.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Antoine Missemer, « Structures et pratiques économiques dans l’œuvre d’Émile Zola, l’exemple de Germinal », Œconomia, 3-4 | 2013, 617-644.

    Référence électronique

    Antoine Missemer, « Structures et pratiques économiques dans l’œuvre d’Émile Zola, l’exemple de Germinal », Œconomia [En ligne], 3-4 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/oeconomia/679 ; DOI : 10.4000/oeconomia.679

    Haut de page

    Auteur

    Antoine Missemer

    Centre Walras-Pareto, Université de Lausanne & Triangle, Université Lumière Lyon 2. Adresse : CWP Unil – Geopolis – CH-1015 Lausanne. antoine.missemer@unil.ch

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    • Logo Association Œconomia
    • Logo CNRS
    • OpenEdition Journals