Navigation – Plan du site
Les œuvres d’Olivi : exégèse, Sentences, opuscules

Les premières leçons d’Olivi sur les restitutions

Sylvain Piron

Texte intégral

  • 1 Victorin Doucet, « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis Pa (...)
  • 2 Giorgio Hofmann, « La biblioteca scientifica del monastero di San Fancesco a Candia nel medio evo » (...)
  • 3 Padova, Bibliotecta universitaria, cod. 637, fol. Ir-Xv ; cod. 2094, f 179v-207r.

1Victorin Doucet a été le premier à attirer l’attention sur un ensemble de manuscrits de la bibliothèque universitaire de Padoue, datant de l’extrême fin du xve siècle, provenant du couvent observant Santo Spirito de Feltre et rassemblant une importante collection d’écrits d’Olivi1. Ces volumes, témoins de la faveur dont il jouissait dans les milieux de l’Observance, en particulier dans le Veneto, sont eux-mêmes issus d’un fonds réuni auparavant au couvent de Candie (Crête) au milieu du xve siècle, probablement constitué de manuscrits confisqués à un ou plusieurs groupes de fraticelles exilés en Grèce2. Deux de ces codices comportent quelques extraits de son Commentaire des Sentences3. C’est en suivant les indications marginales et les rubriques de ces manuscrits qui distinguent les questions tirées d’un IV° Sententiarum de celles qui proviennent d’une Summa, que le Père Doucet avait pu rendre compte, a posteriori, de la nature exacte des questions publiées par Bernhard Jansen. L’œuvre théologique majeure d’Olivi est donc bien une Somme de questions ordonnées, mise en forme autour de 1295 et rassemblant des pièces produites tout au long de sa carrière, dont la structure n’a qu’un rapport assez lointain avec le plan des Livres des Sentences de Pierre Lombard. En revanche, si le théologien franciscain a bien donné un cours sur ce manuel de théologie, il ne semble pas avoir cherché à en donner une édition soignée.

  • 4 Cf. Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, ed., trad. S. Piron, Paris, Les Belles-Lettres, 2012 (...)

2Les fragments de ce Commentaire des Sentences qui ont été conservés sont tributaires des intérêts des frères du couvent de Feltre, et notamment de leur orientation pastorale. En ce qui concerne le quatrième livre, ils sont majoritairement tournés vers la confession et la pénitence et se concentrent sur les distinctions 16, 17 et 20. Or ces passages sont parmi ceux qui servent habituellement de point d’ancrage aux réflexions des théologiens sur la morale économique. De fait, deux de ces questions abordent des points repris dans la dernière partie du Traité des contrats. Elles méritent donc d’être examinées en regard de ce texte4.

3Par déductions et recoupements, on peut penser qu’Olivi a commenté les Sentences pendant son séjour au studium generale franciscain de Florence, dans les années 1287-1289. Un argument, initialement avancé par Victorin Doucet, tient à ce que les fragments conservés contiennent une référence à la bulle Ad fructus uberes (1281). Or l’activité d’enseignant d’Olivi a été interrompue à l’été 1282, alors qu’il était en charge d’un enseignement biblique à Montpellier. Elle n’a repris qu’avec son assignation comme lecteur à Santa Croce cinq ans plus tard. Le réemploi de ces deux questions dans le De contractibus (1293) fournit un argument symétrique. Mais c’est également l’écart entre les deux traitements du sujet des restitutions qui incite à situer la composition de ce commentaire pendant le séjour florentin.

  • 5 Cf. TC, IV 67-68, p. 298-300.

4Dans la distinction 16, l’article 20 se révèle assez proche de la version reprise dans le Traité. Celui-ci examine de façon encore plus brève les situations d’impossibilité à restituer. Le cas du fils adultérin y est au contraire bien plus développé. Afin d’expliquer pour quelles raisons il ne faut pas conseiller à une mère de révéler à son fils sa conception illégitime et le pousser à restituer aux autres héritiers les biens paternels, Olivi y déploit notamment la comparaison, qui n’est ici qu’esquissée, entre la situation du père putatif et celle du père véritable ignorant son état, et des bienfaits que l’un et l’autre retirent de leur paternité respective ou de la révélation de la vérité5. La mise en parallèle des deux versions ne laisse aucun doute sur l’antériorité du Commentaire des Sentences. On peut donc observer, sur ce point, l’amplification d’un raisonnement, à partir de notes que l’enseignant avait certainement sous les yeux au moment où il donnait un nouveau cours sur le même sujet, environ cinq ans plus tard, au couvent de Narbonne.

  • 6 Cf. infra, repris in TC IV, 60.

5La situation est en revanche très différente en ce qui concerne l’article 21, qui traite du moment où doivent s’effectuer les restitutions et de l’éventualité de délais dans la remise des biens dus à autrui. Le Commentaire des Sentences présente sur ce thème un long développement qui ne trouve aucun écho dans le Traité ; seul y est repris l’énoncé de règles générales, sur l’immédiateté requise pour la restitution de biens ravis ou volés et la possibilité d’accorder un répit dans les autres cas, lorsque la restitution s’avère trop coûteuse ou risquée, eu égard à la valeur du bien à rendre6. Cette divergence très nette entre les deux états textuels doit donc être considérée comme l’effet d’un choix délibéré et non d’un accident. Il semble possible d’en rendre compte en considérant une modification du public auquel s’adressait l’enseignant et de l’environnement social de ces leçons.

  • 7 Cf. infra : « non sufficit restitutionem alii comittere, puta heredi, ei qui eam potest facere ».
  • 8 Cf. infra : « Nullum autem potest absolvi quam constat non esse contrictus, ergo nec talis potest a (...)

6Le point précis qui suscite une prise de position tranchée de la part d’Olivi correspond en effet à une pratique bien attestée en Italie, et particulièrement à Florence : il ne suffit pas, pour être absous, de confier la restitution des biens à rendre à ses héritiers7 ; le coupable d’usures ou d’extorsions indues doit restituer par lui-même, s’il le peut, pour être admis à pénitence. Les arguments avancés prouvent que le théologien fait ici face à une pratique courante qui le scandalise, et que l’on peut décrire comme une pénitence à crédit. Si la restitution est remise à plus tard, c’est que la contrition n’est pas sincère. Le prêtre qui absoudrait dans un tel cas pécherait gravement ; il serait « aveugle », et son absolution ne vaudrait rien aux yeux de Dieu8.

  • 9 Cf. infra.
  • 10 Cf. infra.

7D’autres raisons avancées montrent également qu’Olivi parle d’expérience. « Il est constant que les héritiers et exécuteurs à qui la tâche est confiée sont habituellement très peu fidèles et ne s’en soucient plus après la mort du restituteur, mais se préoccupent au contraire de la prospérité des vivants, que ce soit de la leur ou de celle de ceux à qui les biens doivent demeurer »9. En outre, « lui seul connaît pleinement les nombreuses manières trompeuses par lesquelles il a injustement acquis les biens d’autrui, à de nombreuses personnes qui ne pourraient le prouver ; il sait bien que ces faits ne seront jamais élucidés par ses exécuteurs ou ses héritiers, puisque ceux-ci recherchent des preuves et des témoignages qui sont souvent impossibles à donner dans de telles fraudes »10. Quant aux exécuteurs, leur cupidité et leur peu d’empressement à rendre les biens aux pauvres ne font aucune illusion. Le confesseur ne doit donc pas se contenter d’un propositum contritionis de futuro. Même si la personne est digne de foi, « il ne faut pas la croire lorsqu’elle dit qu’elle va restituer à l’avenir, en raison des nombreux périls qui peuvent survenir aux biens temporels » ; elle ne doit pas être absoute avant que le prêtre soit assuré que la restitution a bien été effectuée.

  • 11 Benjamin N. Nelson, « The Usurer and the Merchant Prince : Italian Businessmen and the Ecclesiastic (...)
  • 12 Cf. S. Piron, « Un couvent sous influence. Santa Croce autour de 1300 », in Nicole Bériou, Jacques (...)

8Cette intervention présentait une acuité particulière dans la salle de cours du couvent de Santa Croce. On sait, depuis l’étude pionnière de Benjamin Nelson, que depuis la fin du xiie siècle et jusqu’au milieu du xive siècle, c’est par testament que les grands banquiers italiens, et particulièrement les Florentins, demandaient la restitution des biens mal acquis au cours de leur carrière, en ordonnant souvent le remboursement de sommes considérables prélevées par usure au-delà des Alpes11. Les frères mineurs pouvaient se trouver aux premières loges de telles opérations. L’un des cas documentés les plus spectaculaires est celui de Ponsardo de’ Pulci qui, après une carrière de financier international, notamment auprès des fils du comte de Flandre, ordonna par testament des restitutions importantes et obtint d’entrer au couvent franciscain, en faisant construire pour sa famille une chapelle dans la nouvelle église. Le banquier fut non seulement absous, mais admis parmi les frères en 1307, bien avant que les restitutions ordonnées aient pu être accomplies12.

  • 13 Ubertin de Casale, « Sanctitas vestra », F. Ehrle éd., Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte (...)

9La prise de position dont témoigne le Commentaire des Sentences d’Olivi peut être considérée comme un témoignage de l’implication des frères mineurs florentins dans de telles opérations une vingtaine d’années plus tôt. On peut lire cette page comme le signe d’un désaccord très profond à l’égard des pratiques de ses confrères florentins, sur un point qu’Ubertin de Casale évoquera à son tour dans ses interventions devant la commission nommée par Clément V et lors du Concile de Vienne13. L’omission de ce passage dans les cours donnés par la suite à Narbonne est tout aussi remarquable. La seule explication que l’on puisse y donner tient au fait que les marchands narbonnais n’attendaient pas leur dernière heure pour ordonner des restitutions. Si l’on peut déduire du Traité des contrats un portrait robot du marchand chrétien qui s’adressait aux confesseurs franciscains de Languedoc, c’est lors de sa confession annuelle qu’il aurait été invité à reconnaître les sommes obtenues illicitement et à commander sans délai leur restitution aux parties lésées.

Edition du texte

10Petrus Johannis Olivi

  • 14 Padova, BU, 637, fol. IXr-Xr. Les passages repris dans le Traité des contrats sont soulignés.

11Commentarius in quartum librum Sententiarum14

De eadem distinctione [16°], articulus 20.

12Iuxta hoc utrum quando res temporalis non potest restitui absque evidenti periculo damni rei debite prevalentis, an omnino teneatur quis illi damno se exponere ; et an uxor habens filium de adulterio, quem vir ut proprium nutrit et hereditat, teneatur viro suo hec revelare.

<quaestio prima>

  • 15 quin P
  • 16 TC IV, 62.

13Ad primam dicendum quod quando res remporalis non potest restitui absque evidenti periculo damni incomparabiliter prevalentis illi rei restituende, puta periculum mortis aut quando15 inde grave scandalum sequetur, aut mortale peccatum aut gravissima infamia et similia, tunc perinde est ac si debitor esset impossibilis ad restituendum. Et ideo qui ex falsa accusatione vel testificatione fecit aliquam perdere agrum vel rem aliam temporalem et non habet res temporales unde restituat, nec per contrariam testificationem potest illi reddere sua quin subeat apertum periculum mortis, aut quin inde grave scandalum plurium aut paucorum sequetur, non peccat mortaliter hoc non faciendo. Tenetur tamen plene dolere de comisso et etiam de hoc quod non habet plenam opportunitatem aut idoneitatem ; et etiam facere quicquid bono modo potest absque gravi scandalo vel periculo sui16.

  • 17 omnibus circumstanciis morigeracionis eorum TC
  • 18 TC IV, 63

14Idem est de illo qui nullo modo potest restituere absque gravi et evidenti periculo prostitutionis filiarum suarum aut latrocinative evagationis filiorum, pensatis eorum moribus et circumstanciis17. In tali enim periculo vel simili potest aliqua retinere eorum que habet restituere secundum iuditium et moderamen viri sapientis, si alia non habet18.

  • 19 TC IV, 61.

15Notandum est quod absoluta et totalis impossibilitas restituendi excusat simpliciter. Obligatur tamen talis ad firmum et fixum propositum restituendi, quamcito possit. Similiter impossibilitas ad tempus excusat ad tempus19.

16Si quis tamen per suam falsam accusationem vel testificationem alium reddisset infamem de heresi vel de alio notabili crimine, licet non possit id revocare in secreto quod falso accusavit in foro iudiciali, quia non equipollet revocatio accusationi, tenetur illud revocare in foro iudiciali. Ratio huius est quia par periculum accusantis cum eo quem falso accusavit nec preponderat illi sicut damno rei temporalis, puta pecunie et similium preponderat mors temporalis aut prostitutio filiarum et huiusmodi. Hoc etiam videtur dicendum universaliter fore, quod scilicet qui inique et falso abstulit scienter famam fratri, tenetur eam pro posse reddere, et falsam incriminationem, si gravis fuerit, revocare, et hoc in communi vel in secreto, secundum quod fuit infamia publica vel secreta. Teneturque ei quam infamavit culpam recognoscere si sibi obiecit infamiam, vel ei notum sit. Ratio huius est quia in hoc plus abstulit quam si rem temporalem rapuisset.

<quaestio secunda>

  • 20 TC IV, 64.

17Ad secundam questionem dicendum quod uxor talis non tenetur viro revelare filium illium esse de adulterio, nec est hoc sibi consulendum, sed magis inhibendum20.

  • 21 TC IV, 65.
  • 22 TC IV, 66

18Quod patet, tum quia maximum scandalum imminet viro et amicis eius et etiam amicis mulieris, ita ut vix ex tunc pacem haberent cum ea, nec amicitiam ; tum quia uxor prius bone fame se turpiter diffamaret ; tum quia ex periculo mortis se et suum spurium filium exponeret forsitan, merito enim posset timere ipsa et eius filius, et forte adulter, a viro vel ab aliquo eius amico occideretur ; tum quia nec vir, nec filius nec iudex publicus tenetur credere mulieri hoc revelanti, nisi per signa infallibilia aut per violentas probationes, aut per testes ydoneos dictum suum probet, nec vir ex solo tali dicto potest filium illum exhereditare21 ; tum quia plus damni inferret in hoc ipsi viro quam in permittendo quod ut suum nutriatur et hereditetur, quia talis qui estimat se patrem illius plus gaudii et complacentie et dilectionis habet in tali filio putativo quam si esset eius verus filius, non tamen estimaretur esse nec ab ipso nec ab aliis communiter22.

  • 23 TC IV, 68.

19Planum autem est quod inter omnia in quibus pater gaudet est proles, igitur viro illi plus aufert gaudii et boni quam in sola ablatione temporalium suorum. In hoc enim quodammodo sibi auffert tantum quantum si aufferet sibi suum filium naturalem pro vero habitum. Preterea valde est obprobriosum et ygnominiosum quod sibi vel alii reveletur eius uxorem de adulterio concepisse. Unde honorificentius et gloriosius est sibi quod hoc omnino celetur. Ex tunc enim semper esset in tristicia, tam de uxore quam filio, et maxime quando ante credebat ipsum verum filium suum. Si tamen apud maritum et alios esset super hoc gravis suspicio impressa et occasio sic suspicandi, merito pateret ex certis et sufficientibus causis et cum hoc potest et debet valde probabiliter credi quod nullum predictorum sequitur, aut crescet, sed magis minuetur, et cum hoc firmiter presumitur quod filius voluntarie cedet bonis mariti, tunc solum posset et deberet revelari, licet hoc raro et vix concurrant, ymo rarissime presumendum est quod concurrant23.

20Notandum tamen quod uxor tenetur de sua dote et de ceteris bonis suis indempnem reddere virum et eius legiptimos heredes si potest, salve iure humano et abque sua infamia, si autem non potest aut non absque notabili periculo, doleat quia non potest, et proponat se libenter facere si posset.

  • 24 TC IV, 69.

21Si queras an talis filius credens se esse spurium ex verbis matris, teneatur reddere bona que a marito matris habuit legiptimis heredibus illius, dicendum quod si indubitanter creditur hoc, et rationem habet credendi, tenetur secundum deum, sed non iure humano, quia non probatur hoc sic esse, licet mater hoc dicat, nisi equalia aut non minora pericula prioribus imminerent aut nisi de consensu illorum heredum illa retineret. Si vero non habet rationabilem causam credendi, tunc non tenetur reddere, ex quo per se vel per alium sapientem sibi claret quod non habet dignam credendi rationem, puta quia mater prediligit prolem aliam, vel si ipsa et eius uxorem odit, aut si est fatua et levis sensuum, nec constat ipsam fuisse certam quod hunc conceperit de adulterio non de viro, quia nec omnino adultero semper est certum24.

De eadem distinctione [16], articulus 21.

Queritur de tempore quando debeat fieri restitutio.

22Quod non teneatur statim videtur, quia tunc non faciendo continue peccaret novo peccato mortali in quolibet continenti ; quia restituere est preceptum affirmativum quod non obligat ad semper ; quia potest contingere quod hoc non posset fieri sine maximo damno et periculo, puta nisi venderet quicquid habet, hoc autem videtur esse nimis crudele.

  • 25 Digeste 47, 2, 1, 3.

23Contra, quia in precepto de furando prohibetur omnis contrectatio rei aliene25 ; ergo sub illo cadit restituere alienum secundum sanctos. Illud autem preceptum est negativum, ad quod tenetur homo semper et ad semper.

  • 26 La formule n’apparaît pas dans ce traité d’Augustin, ni ailleurs. La source la plus proche semble ê (...)

24Respondeo dicendum quod cum in peccato pertractationis rei aliene quamdiu res sic tenetur, semper maneat actus ipsius peccati et reatus, cum tamen in ceteris peccatis secundum Augustinum, libro De baptismo parvulorum, transeat actus et maneat reatus26, semper est in ledendo proximum qui rem sic tenet donec restituat. Semper autem tenetur non ledere, ac per consequens semper et statim ex precepti necessitate tenetur restituere. Ex quo sequitur quod de necessitate restitutio debet fieri ante absolutionem si fieri potest, alias non est absolutus. Sequitur etiam quod non sufficit restitutionem alii comittere, puta heredi, ei qui eam potest facere.

25Primum patet, tum quia semper et ad semper tenetur desistere a peccato, alias semper facit contra preceptum, ergo tunc semper statim restitutionem facere ; tum quia preceptum de non furando tenetur pro omni tempore – qui vero ad restitutionem obligatur, pertractans rem alienam, facit contra illud preceptum ; tum quia eadem vel equalis culpa est teneri alienum sicut rapere vel aufferre, ab illa autem tenetur cessare semper et ad semper, ergo et ad hoc.

  • 27 quia om. P
  • 28 Le renvoi vise certainement une question antérieure du Commentaire des Sentences, qui devait présen (...)
  • 29 Augustinus, Ep. 153, in Grat. C 14, q. 6, c. 1 (ed. Friedberg, 742).

26Secundo vero, scilicet quod restitutio facienda sit ante absolutionem et quod ante absolvi non debeat patet, tum quia nullus potest absolvi quamdiu est in continuatione mortalis peccati, et talis accedens ad sacramentum simpliciter est fictus. Qui vero aliena iniuste possidet, semper est in continuatione peccati mortalis, donec rem alienam reddiderit si reddere potest. Tum quia constat quod ille qui potest et non vult statim restituere, non est vere contrictus ; vere enim contrictus recedit ab omni offensa mortali. Nullum autem potest absolvi quam constat non esse contrictus, ergo nec talis potest absolvi, et si absolvatur, absolutio nulla est, et graviter peccat absolvens. Tum quia qui obligatus est ad restitutionem semper manet ligatus secundum iudicium dei donec restituit ; ergo quantumcumque a sacerdote absolvatur, non est absolutum ; nullus enim est absolutus nisi quem deus reputat absolutum. Tum quia27 restitutio non est pars satisfactionis, sed preambulum ad ipsam ; satisfactio enim fit deo in sacramentali absolutionem per applicationem meriti Christi, ut supra visum est28 ; ergo restitutio necessario debet sic precedere absolutionem, et cecus est omnis sacerdos qui aliter absolvit aliquem obligatum ad restitutionem. His concordat Augustinus in Epistola ad Macedonium, sic dicens : « si res aliena propter quam peccatum est, cum reddi potest, non redditur, non agitur penitentia sed fingitur. Si autem veraciter agitur, non remittitur peccatum nisi restituatur ablatum »29.

27Tertium autem, scilicet quod non sufficiat restitutionem alteri committere ei qui eam potest per se facere, ut heredi vel executori patet, tum quia sicut supra visum est, ille tenetur per se ad restitutionem qui intulit damnum. Tum quia, cum restitutio sit preambula ad satisfactionem, non est vere et sufficienter penitens nec absolutus qui eam potest facere et non facit.

28Tum quia quod hoc alii comittat, cum per se possit, aut est ex ficta et falsa voluntate restituendi, aut ex defectu et imperfectione voluntatis, cum quando exire possit, non exeat in actum debitum sibi et necessarium. Talis ergo non habet perfectionem veram et rectam voluntatem [Xr] restituendi, ymo videtur quod si plus viveret adhuc est in habituali proposito retinendi rem illam, alias statim se expediret.

  • 30 sunt] eam P

29Tum quia constat heredes et executores sunt30 ad hoc communiter valde infideles, nec curant de hoc post mortem restitutoris, immo longe plus zelant de prosperitate viventium, puta plus vel sui vel aliorum quibus illa bona remanere debent, ergo talis scienter exponit se periculo manifesto numquam restituendi.

30Tum quia multi modi dolositatum per quos iniuste talis acquisivit aliena, et multe persone que hoc probare non possunt, sibi soli plenius note sunt, de quibus scit quod per executores vel heredes nunquam ad elucidationem venietur, cum tales querant probationes et testificationes quas in fraudibus huiusmodi frequenter impossibile est dari. Talis ergo scienter videns hoc periculum, manifeste contempnit salutem anime sue.

31Tum quia sunt multi pauperes qui non possent probare nec eis crederetur, ergo infideliter contra animam suam agitur qui restitutionem heredi vel executori dimittit quando eam facere potest per se. Non enim est credibile quod alius sit ei fidelior quam ipsemet.

  • 31 pertranseunt] pertranseundum P

32Tum quia executores tales sunt valde cupidi aliquando ad sibi retinendum, vel leviter aliquo superficiali modo cum his quibus debet fieri restitutio pertranseunt31, aut saltem ad protelandum et differendum et ad exasperandum et repellendum pauperes qui restitutionem petunt.

33Notandum igitur quod si quis ad confessionem veniat et restituere proponat, non sufficit propositum restituendi pro futuro, ex quo in presenti restituere potest, sicut nec ad iustificationem sufficit propositum contrictionis de futuro, quia peccatum quoad restitutionem tenetur esse preterium et in actu manens et semper sit donec restituat, aut cum eo cui tenetur concordaverit secundum viam iusticie, non fallacis et dimidiate restitutionis vel comminationis super re illa restituenda sibi. Quamquam etiam sit fide digna persona, non est ei credendum quando dicit pro futuro se restituire propter multa pericula que circha temporalia eveniunt, et licet ei credendum esset, non debet absolvi donec constet de restitutione actu et de facto completa vel cito complenda, ita quod iam pro illo cui est reddenda rem illam teneat, et de hoc sacerdos sit securus veraciter.

  • 32 TC IV, 60.

34Notandum etiam quod debita seu forefacta ex maleficio, puta ex rapina vel furto, sunt mox semper et absque mora pro posse reddenda, ubi sine periculo potest fieri, nisi ab eo cui debere dilatio spontanea haberet. In reliquis vero, licet quod restituendum est mox sit solvendum, non tamen tenetur, ut credo, debitor usque ad extremam necessitatem se mox omnibus expoliare, sed attendenda est conditio persone et circumstancie alie contractuum vel pactorum, aut utilitatis quam habuit ex mutuo receptor eius et huiusmodi. Nec tenetur, ut credo, in his statim sic vendere omnia sua ut valentia c. pro x. det, sicut forte in primis teneretur si aliter non posset satisfacere. Non enim est presumendum quod iuris benignitas et equitas nimis impie aut dure velit intepretari, et maxime quando iste cui est fienda restitutio est dives vel sibi sufficiens, alter vero pauper ; huiusmodi enim contractus mutui vel emptionum aut consimilium pro utilitate utriusque adinventi sunt et tollerati, et aliquando potissime in comodum mutuum recipientis. Regulariter tamen, par necessitas eius cui quis restituire tenetur preferenda est necessitati equali eius qui restituire tenetur. Lex enim iustitie dictat dominum prius et principalius de suis propriis debere sustentari, quam alium ex eisdem32.

35Ad primum argumentum dicendum quod non peccat continue novo peccato, sed idipsum peccatum numero continuat, nisi forte propter contemptum pro tempore quo tenetur redire ad conscientiam suam et se ab omni mortali purgare ut quando tenetur confiteri, aut servare perceptum de sabbato servando, quod in dominica die vel semel in ebdomada.

36Ad secundum quod licet restituere vocaliter sit affirmativum, realiter tamen est sub precepto negativo, de non furando, ut dictum est.

37Ad tertium, sicut cum crudelitate iniuste possidet alienum, sic oportet quod cum proprio gravamine illud reddat si aliter non potest, nisi esset ipse, vel sui in extrema necessitate. Tunc enim posset retinere sublevationem necessitatis sue et suorum, quia in casu illo omnia sunt communia, nec aliter debet recipere in casu illo, aut ubi, ut supra dictum est, evidens periculum immineret, longe maioris damni quam sit res illa temporalis. Alias autem quantumcumque temporaliter damnificetur, restituere statim tenetur quamdiu aliquid habet unde possit, servato stricto victu suo et suorum. Secundum quosdam, si nullo modo mendicare potest, et alias non patet sibi via inde vivat, nisi sibi concedatur dilatio ab eo cui tenetur, [retinere aliquid potest] quia maius est damnum anime sue quam temporalium rerum. Si tamen esset restitutio incerta posset illi dimitti a penitentiario qui habet super hoc potestatem sicut alteri pauperi, non debet tamen retinere propria auctoritate.

Haut de page

Notes

1 Victorin Doucet, « De operibus manuscriptis fr. Petri Ioannis Olivi in bibliotheca universitatis Patavine asservatis », Archivum franciscanum historicum, 28, 1935, p. 156-197, 408-442.

2 Giorgio Hofmann, « La biblioteca scientifica del monastero di San Fancesco a Candia nel medio evo », Orientalia Christiana Periodica, 8, 1942, p. 315-361.

3 Padova, Bibliotecta universitaria, cod. 637, fol. Ir-Xv ; cod. 2094, f 179v-207r.

4 Cf. Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, ed., trad. S. Piron, Paris, Les Belles-Lettres, 2012 (désormais cité TC).

5 Cf. TC, IV 67-68, p. 298-300.

6 Cf. infra, repris in TC IV, 60.

7 Cf. infra : « non sufficit restitutionem alii comittere, puta heredi, ei qui eam potest facere ».

8 Cf. infra : « Nullum autem potest absolvi quam constat non esse contrictus, ergo nec talis potest absolvi, et si absolvatur, absolutio nulla est, et graviter peccat absolvens […] qui obligatus est ad restitutionem semper manet ligatus secundum iudicium dei donec restituit ; ergo quantumcumque a sacerdote absolvatur, non est absolutum ; nullus enim est absolutus nisi quem deus reputat absolutum […] restitutio necessario debet sic precedere absolutionem, et cecus est omnis sacerdos qui aliter absolvit aliquem obligatum ad restitutionem ».

9 Cf. infra.

10 Cf. infra.

11 Benjamin N. Nelson, « The Usurer and the Merchant Prince : Italian Businessmen and the Ecclesiastical Law of Restitution, 1100-1500 », The Journal of Economic History. Supplement, 7, 1947, p. 104-122, en part. p. 113-115. Malheureusement, la publication annoncée de la thèse de B. Nelson « Restitution of Usury in later Medieval Ecclesiastical Law » ne s’est jamais réalisée.

12 Cf. S. Piron, « Un couvent sous influence. Santa Croce autour de 1300 », in Nicole Bériou, Jacques Chiffoleau (éds.), Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (xiiie-xve siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009, p. 321-355, voir p. 349-350.

13 Ubertin de Casale, « Sanctitas vestra », F. Ehrle éd., Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, 3, 1887, p. 68 : « et fiunt sepe propter hoc male absoluciones usurariorum et aliorum qui debent restituere aliena et receptiones inepte sepulturarum ipsorum » ; « Declaratio », ibid., p. 107 : « Item propter adquirendam pecuniam sepe fiunt absolutiones usurariorum magnorum indebite et cum insufficientibus cautionibus et receptiones inepte talium ad sepulturas… »

14 Padova, BU, 637, fol. IXr-Xr. Les passages repris dans le Traité des contrats sont soulignés.

15 quin P

16 TC IV, 62.

17 omnibus circumstanciis morigeracionis eorum TC

18 TC IV, 63

19 TC IV, 61.

20 TC IV, 64.

21 TC IV, 65.

22 TC IV, 66

23 TC IV, 68.

24 TC IV, 69.

25 Digeste 47, 2, 1, 3.

26 La formule n’apparaît pas dans ce traité d’Augustin, ni ailleurs. La source la plus proche semble être le Contra Iulianum, VI, 60-62. Voir aussi Thomas de Aquino, Scriptum in II Sententiarum, d. 42, q. 1, art. 5 : « Ergo transeunte actu peccati, adhuc manet reatus ».

27 quia om. P

28 Le renvoi vise certainement une question antérieure du Commentaire des Sentences, qui devait présenter une synthèse de la question De merito Christi, in Quaestiones de incarnatione et redemptione. Quaestiones de virtutibus, Aquilino Emmen, Ernst Stadter (ed.), Grottaferrata, Collegium San Bonaventurae, 1981.

29 Augustinus, Ep. 153, in Grat. C 14, q. 6, c. 1 (ed. Friedberg, 742).

30 sunt] eam P

31 pertranseunt] pertranseundum P

32 TC IV, 60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Piron, « Les premières leçons d’Olivi sur les restitutions », Oliviana [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/oliviana/527

Haut de page

Auteur

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Oliviana

Haut de page
  • Logo CRH
  • OpenEdition Journals