Navigation – Plan du site
Etudes

Olivi et les Perspectivi

Les sources de la théorie olivienne de la vision
Dominique Demange

Résumés

À l’exception notable des quelques pages consacrées à ce sujet par Katherine Tachau dans Vision and Certitude in the Age of Ockham, la théorie olivienne de la perception sensible n’a guère été étudiée jusqu’à présent que d’un point de vue cognitiviste. Parce qu’elle exclut de son analyse la partie proprement physique du processus visuel, l’analyse cognitiviste ignore les développements entiers qu’Olivi consacre à la physique de l’émission et propagation de l’aspectus visualis, dont la réalité est alors réduite à un simple acte de saisie à distance. Cet article entend montrer au contraire que la théorie olivienne de la vision par émission par l’œil d’un aspectus visualis emprunte directement à la théorie optique traditionnelle du rayon visuel (radius visualis), telle qu’elle se trouve exposée dans les traités perspectivistes de Ptolémée et surtout Alkindi. C’est à travers la reprise que Roger Bacon fait de cette théorie du rayon visuel qu’Olivi opère une critique de la théorie baconienne de la multiplicatio specierum. Alors même qu’elle s’oppose ouvertement à l’ontologie des Perspectivi, la théorie olivienne de la connaissance sensible leur emprunte massivement ses concepts et ses analyses, et sur plusieurs points essentiels il apparaît qu’Olivi est bien plus en continuité qu’en rupture avec Roger Bacon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’exception notable de Katherine Tachau, Vision and Certitude in the Age of Ockham. Optics, Epist (...)
  • 2 Averroès, De sensu et sensato, 25-33 ; Cf. Deborah Black, « Averroes on Spirituality and Intentiona (...)
  • 3 Cf. Bacon Perspectiva 1, 6, 4, ed. David Lindberg, Roger Bacon and the Origin of Perspectiva in the (...)
  • 4 Petrus Iohannis Olivi, Quaestiones in secundum librum Sententiarum, ed. Bernhard Jansen, Quaracchi, (...)
  • 5 Cf. Raizman-Kedar, Species as Signs.
  • 6 Voir la critique d’Olivi sur ce point en Summa, q. 58 (II, 454) : « Si enim forma corporalis et ext (...)
  • 7 Summa, q. 58 (II, 466) : « Praeterea, quomodo ego scio illud quod species in intellectu meo existen (...)

1Toute la discussion que mène Pierre de Jean Olivi avec ses prédécesseurs ou ses contemporains sur la nature du processus de la sensation en général et de la vision sensible en particulier1 se développe à partir d’une question précise : la question de la séparation et de la transition entre les substances corporelles et les substances spirituelles. On trouve une formulation caractéristique du problème de la perception sensible en ce sens dans l’Epitomè au De sensu et sensato d’Averroès, texte qui sert de repoussoir autant à Bacon qu’à Olivi2. Averroès confère au milieu diaphane la propriété de spiritualiser les formes corporelles, pour qu’elles puissent être reçues par les puissances psychiques ; les formes deviennent donc « intentionnelles » avant même d’atteindre l’organe de perception. Roger Bacon répond par le principe augustinien qui veut que la distinction entre substances corporelles et substances spirituelles soit absolue3. Ce principe sera à son tour gravé dans le marbre par Olivi : entre les substances corporelles et les substances spirituelles, tertium non datur4. Les conclusions que les deux maîtres franciscains tirent de ce principe augustinien sont pourtant diamétralement opposées. Pour Bacon, en vertu de cet interdit de la transgression des genres, une substance corporelle ne peut produire qu’une species corporelle, de sorte que sur tout le chemin de leur propagation, les species se mélangent nécessairement « physiquement » dans le milieu – elles se spiritualisent seulement (et progressivement) lorsqu’elles sont incorporées par les facultés psychiques. Il en résulte une théorie de l’incorporation des formes corporelles dans l’âme, et en particulier dans l’intellect5, ce qui est pour Olivi un scandale absolu6. Aux yeux d’Olivi, la théorie baconienne n’aurait pas seulement pour conséquence de soumettre l’esprit à une réalité corporelle, elle conduirait même à une aliénation de la perception – à faire des species le véritable sujet de la perception et de la pensée. De même que l’averroïste soutient que ce n’est pas moi qui pense, mais l’intellect séparé qui pense en moi, la psychologie de Roger Bacon aboutirait à ceci que ce n’est pas moi qui pense, mais les species qui pensent en moi7. Établir que c’est bien moi qui pense et moi qui perçois suppose donc de faire de l’acte de connaissance une pure émanation de l’âme perceptive – cette émanation est ce qu’Olivi appelle son aspectus.

  • 8 Summa, q. 3 (I, 49) ; q. 1 (I, 12) ; q. 16 (I, 322), et passim.
  • 9 Voir en particulier Summa, q. 23 (I, 430-431).
  • 10 Summa, q. 73 (III, 64-65).
  • 11 Summa, q. 23 (I, 422-433).

2Ce terme reçoit chez Olivi une extension ontologique universelle. Toute puissance (corporelle comme spirituelle) finie s’applique à son objet selon une certaine orientation ou direction, selon un rapport ou un « regard » déterminé (protensivus et applicativus aspectus) – Dieu seul n’étant limité dans sa connaissance comme dans son action à aucune restriction de terme, d’orientation, ni de puissance8. Olivi distingue deux genres de l’aspectus d’une puissance : l’aspectus virtuale corporale, et l’aspectus virtuale spirituale. Le premier est produit par une puissance corporelle, comme le soleil en tant qu’il « illumine de son regard » une partie de l’espace9 ; le second est produit par une faculté psychique, comme la sensation visuelle qui se produit par une projection que le regard produit sur son objet. L’analogie entre les deux processus est construite de la façon suivante10. L’aspectus virtuale corporale (a) a pour fondement une forme corporelle dans laquelle il s’enracine (dans notre exemple, la forme du soleil). D’un point quelconque de cette forme, on peut tirer ensuite (b) une infinité (en puissance, non en acte) de lignes qui décrivent l’ambitus de cette puissance corporelle (son cône d’émission). Enfin, (c) sur chaque ligne d’émission, cette puissance corporelle peut atteindre instantanément un point quelconque – théorie de l’action instantanée à distance qu’Olivi développe dans ses questions de physique11. Ces trois aspects sont transposables aux puissances cognitives, et en particulier sensitives. La base formelle qui est le support d’émission (a) est alors l’organe de perception, à savoir la totalité de sa surface du corps vivant dans le cas du toucher et simplement la pupille de l’œil pour la vision ; (b) de chaque point de cette surface de l’organe émane un aspectus constitué par le continuum de toutes les lignes droites qui se trouvent dans l’hémisphère d’émission ; (c) la puissance perceptive peut sentir, successivement ou instantanément, un point quelconque qui se trouve sur une ligne quelconque de ce cône d’émission.

  • 12 Summa, q. 58 (II, 490) : « Ad septimum dicunt quod virtus visiva, secundum hoc quod habet aspectum (...)
  • 13 À la question de savoir si tout agent est directement en contact avec son patient (Summa, q. 23), O (...)
  • 14 Summa, q. 73 (III, 95) : « Ut autem scias totam compositionem oculi huic opinioni favere et proprie (...)
  • 15 Summa, q. 73 (III, 93).
  • 16 Summa, q. 73 (III, 72).
  • 17 Summa, q. 73 (III, 73) : « Huiusmodi autem resistentia seu resistiva terminatio aliquando se exhibe (...)
  • 18 Summa, q. 73 (III, 67) : « Quia enim in speculo non figitur nec quiescit impetus suae inclinationis (...)
  • 19 Summa, q. 58 (II, 491) : « …idcirco aspectus vel radius a medio densiori, utpote, ab aqua, veniens (...)

3L’aspectus de la vision oculaire est ainsi constitué d’un continuum de rayons ayant leurs racines dans la pupille de l’œil12. Il s’agit d’une puissance visuelle qui est émise par l’œil et va atteindre son objet13. De fait, lorsqu’Olivi procède à une description de l’anatomie de l’œil, c’est pour prouver la possibilité, pour l’organisme, de produire et d’orienter efficacement l’aspectus visualis vers l’extérieur14. Pendant des pages, Olivi d’expliquer alors comment l’aspectus visualis traverse les milieux transparents (cum oculus est prope lampadem, tum aspectus eius est fortior ad pertranseundum vitrum …15), comment il éprouve la résistance des objets (ex praedictis autem patet quomodo praedictus aspectus patitur resistentiam a quibusdam obiectis …16), comment il se dilate ou se « désagrège » en entrant dans un milieu17, comment il est diffracté par un miroir18 ou encore déformé par sa diffraction dans l’eau19. Bref, Olivi développe toute une théorie optique, dont on est en droit de se demander quelles en sont les sources.

  • 20 C’est le cas, de façon exemplaire, du traitement que Bacon fait subir à la Perspectiva d’Alhazen.
  • 21 Summa, q. 58 (II, 491).

4Pour en savoir plus, il faut entrer plus avant dans le domaine, vaste et complexe, des théories de la vision au milieu du treizième siècle. À l’intérieur même des théories des perspectivistes, les différences sur la nature du processus visuel sont importantes, et les emprunts sont souvent synonymes de trahison20. On s’aperçoit assez vite, à examiner les sources possibles, que l’appréhension par l’historien de la théorie des perspectivistes comme s’il s’agissait d’une entité homogène rend illisible les développements oliviens sur la vision sensible. Nous soutenons que plusieurs méprises peuvent être identifiée et réfutées : (1) parce qu’Olivi critique la théorie baconienne de la multiplicatio specierum, supposer qu’il construirait sa théorie de la vision par un rejet des théories des perspectivistes dans leur totalité ; (2) parce qu’Olivi critique la théorie baconienne de la multiplicatio specierum, supposer que la théorie extramissive pure d’Olivi s’opposerait frontalement à la théorie de Roger Bacon, qui serait de son côté purement intromissive; (3) enfin, nous soutenons qu’à ce jour, l’une des erreurs majeures des présentations de la théorie olivienne de la vision vient de ce qu’elles ne distinguent pas entre la théorie extramissive de la lumière (celle de Platon ou Augustin), explicitement rejetée par Olivi, et la théorie extramissive du rayon visuel (Euclide, Ptolémée, Alkindi), dont Olivi emprunte toute la géométrie et la dynamique de la vision – sumendo rationem ex parte radiorum visualium21. La thèse soutenue dans cet article est en effet qu’Olivi a été puiser dans la très ancienne théorie du rayon visuel de quoi construire sa propre théorie de l’aspectus visualis.

Les sources

  • 22 K. Tachau, Vision and Certitude in the Age of Ockham. Optics, Epistemology and the Foundations of S (...)
  • 23 Bacon indique leur lien étroit dans sa Perspectiva 1.6.3, p. 80 : « …que habet ad purum discuti in (...)
  • 24 Cf. l’introduction de D. Lindberg, Roger Bacon’s Philosophy of Nature, p. xxvi.
  • 25 Summa, q. 58 (II, 492), lignes 2-12, à comparer avec Bacon, DMS, II, 3, p. 114, lignes 139-146.
  • 26 Olivi, Summa, q. 58 (II , 493) examine la question du parcours non-linéaire des species dans le ner (...)

5À notre connaissance, la seule étude qui ait jamais été menée sur la question des sources de la théorie olivienne de la vision se trouve dans les quelles pages, synthétiques mais fondamentales, de Katherine Tachau dans Vision and Certitude in the Age of Ockham22. Notre examen des textes n’a pu que confirmer ses conclusions. Deux ouvrages rédigés par Roger Bacon dans les années 1260 – le De multiplicatione specierum et la Perspectiva de l’Opus Maius, ouvrages étroitement liés23 et que l’on trouve souvent ensemble dans les manuscrits24 –, sont une source fondamentale pour Olivi. Dans la question 58, Olivi entend montrer que sa propre théorie de la vision permet d’expliquer de façon beaucoup plus satisfaisante que la théorie intromissive des species la réfraction et la vision binoculaire. S’agissant de la réfraction, pour exposer la théorie de son adversaire Olivi paraphrase et finit même par recopier tout simplement un bloc du De multiplicatione specierum de Bacon25. Pour la vision binoculaire, la comparaison des sources permet également d’établir que c’est la théorie spécifiquement développée par Bacon qui est visée26.

  • 27 Summa, q. 23 (I, 448) (« Circa quaestionem istam est quorundam perspectivorum opinio, ut auctoris P (...)

6En revanche, les preuves formelles d’un accès aux traités d’optique antiques et arabes (Euclide, Ptolémée, Alkindi, Alhazen) nous font cruellement défaut à cause de l’effet de masquage que produisent les traités de Bacon. Le fait que Roger Bacon pille et reproduise massivement ses sources, expose précisément les théories des uns et des autres, nous a interdit pour le moment de savoir si Olivi a consulté les originaux. Par exemple, lorsque dans tel passage Olivi se réfère explicitement à l’auctor Perspectivae (Alhazen) sur la question de savoir si la transmission des données visuelles est instantanée, il se peut qu’il ne fasse que répondre à des passages où Bacon traite du même point et expose la position d’Alhazen27.

  • 28 Summa q. 73 (III, 95-98).
  • 29 Cf. D. C. Lindberg, Theories of Vision from Al-Kindi to Kepler, Chicago, University of Chicago Pres (...)
  • 30 La Perspectiva communis est en fait une reportatio de cours mise au clair par Peckham, cf. David C. (...)
  • 31 Cf. Peckham, Perspectiva communis, p. 29-32

7La description anatomique de l’œil donnée par Olivi28 est absolument standard à l’époque. On sait en effet que la source unique et lointaine de l’anatomie de l’œil au Moyen Âge est Galien, et que les traités d’optique ou les questions sur la vision en reproduisent la structure avec seulement quelques variantes29. La comparaison des sources ne permet pas de trancher ici. En revanche, sur la discussion de plusieurs phénomènes optiques (on en trouvera quelques exemples plus loin), il ne fait aucun doute qu’Olivi a sous les yeux la Perspectiva communis de Peckham (que l’on date des années 1277-79, mais dont des reportationes devaient circuler avant30). On sait que la Perspectiva communis de Peckham, très didactique, structurée en propositions simples et courtes explications, se limitant aux démonstrations géométriques les plus élémentaires, parfaitement adaptée par conséquent à l’initiation à l’optique, a été le traité sur la vision le plus populaire dans le Moyen Age tardif31. En tant que manuel d’enseignement de l’optique dans les couvents franciscains dans les années 1270-80, il était naturellement sur la table d’Olivi.

  • 32 Albert le Grand, « Utrum visus sit per emissionem radiorum vel per immutationem oculi a medio et me (...)
  • 33 C’est le nom qui lui est couramment donné par Bacon ou Peckham ainsi qu’Olivi, par ex. Summa, q. 26 (...)
  • 34 Peckham, Perspectiva communis, prop. 44 {47}, p. 126-128 : « Ergo superfluum est ponere sic radios. (...)

8Si rien ne prouve qu’Olivi avait pris connaissance des traités d’Euclide, Ptolémée ou Alkindi, en revanche on imagine mal qu’il ait pu ignorer le long développement qu’Albert le Grand, en défense de la théorie aristotélicienne, consacre à la réfutation de la théorie extramissive d’Euclide et Alkindi (nommément désignés) dans sa Summa de homine32. Roger Bacon, dans sa Perspectiva, fournit à lui seul un matériau considérable sur toute la tradition optique depuis ses origines, en prenant plaisir à étaler ses sources. Olivi ne manquait donc nullement d’informations précises et détaillées sur les théories du rayon visuel. Parmi ces sources directes ou indirectes, nous suspectons le De aspectibus d’Alkindi d’avoir joué un rôle particulier. Dans les textes d’Olivi que nous avons examiné, Alkindi n’est jamais cité et nous n’avons identifié aucun de ses arguments. Il n’en reste pas moins que la théorie extramissive d’Alkindi est celle qui se rapproche le plus de la théorie olivienne de l’aspectus visualis. Les copies manuscrites de l’époque qui nous restent du texte d’Alkindi sont suffisamment nombreuses pour imaginer une lecture directe, mais Olivi n’avait peut-être pas même besoin d’y avoir accès, dans la mesure où les positions d’Alkindi sont largement et précisément exposées et disce la t par imagine mal qu ou entiPive d’Alki trouve jamaisn/em>. se rsur une agène. Il s’ail stend ins que la théorie extrriginaux. Par eaccès, eckham, Perspectiva communis de PlOlivi sla transition entre lesde ceaes surser que propre théorie de laerfluusstructuc. Dan> de126ivi que no,nstitué de so,ement à l’auctor Perspectivae ine1t celoïste se toute une théorie intromiori la ,rceptionniennan>Àde so,emdisce t sate le plus de la théorie extrl’œil,-à-lectlémée, Alton ou simpon uneplusn’s Ps origin et en partelle distotvariantes1aucouur iftes ef8 o126ive d’Alkit selnd ilesde ceae Peckhéfère explicmément dcorporaldement qu’Albert de Bacon. Leement qufractio thèsirse toute une théorie intromi. ="Tnesacréeu mêmOlive line mal qOlivi e, mais A Perspectivœil,-à-lectlmdisce t sate l jour, ncienne théorie du rayodirea Si rtroon. Leemede ctpu ignes deux rieouvçmags 2-1riau c">Signaeem>">Siviste À le S’">26.

  • 32L’ractioes n3"géomspectivéd">32sh’Rashe leLeclas, Bri abo1997d Jansen,  1.469ng="en">.
  • 32 deuctuopposur théorietons le De aspecti126commentlangent néfractiour, nc radios. (...)
  • 22 De aspe>SummaD. C. Linachau, Theories ope>Summa(...)

2D comme dtons le De aspectiexaminé, rée eppe toute une t côté phéorie extramissive de l,e souté menéeoute la géoissanuum deu rayohétiqur Bacon pensre pa sesthéotiinstantaive linia faécisémt de ce théor la hondre ons de mais (apud eos droitesiva, st de ceies sur rum vf viem rgtus vnm non datur1ce livi sla traimitaopt les texe ton3">L’ côté p’ans a">L’(upposer qOlivi cvprogresstur24 deulation caractésnce, na> dtructuacre n’s Pa théorie o>1t celuse deorcs, expose préci’actquoi conluirait sa théorid’une puissance v mendémt de ce thet. Lésnntaive ldémtes aux puissormes cor">31,e savoir srtroon. (on en et de pl(me, et en particulier d de ltéomspectnis evemendlivi, et la théorie extramisorie du rayodia été le missive d’Alkic’eul>1ce uelxaminer les Oliveux ouvents frasrtroon. Olivi aer>1t ceuve unesion par usate m thela discusble suexponce pla totaluite r une fissance vGalieimane de ses mspectnensible en to tonluirait sa thtexe toexponce la v intromiss-128em> desagrvse ssistance detur31; (3) mendisammentxlusieursraités d’(chique, ce àlexe la éoron binocOlivi qév lrnformemples plusit podèle rée eent dont qu’Oltaires, parface, na> dtructuaaités d’ove die oliéorie du rayon>24.

2Lejoué uLe fait que Rogea’avoiaccès, gen>. Lasources de la théorie olivienne de lament nquaonsacrf. Cec » le, vaste et 6">6 inre Oldoxmagin vieorid’u un rs deux,6commentl’es v sur lLe fait que Rogeaique, amilieu du treizièmer igagineréms="mendlipermet dca réfutatioe de la visissanuum deu rayohrumin vieit de cette t-80, ildi sont lausieursidentifres des ideniviste pt les héorie aristotpl(Avicie o>1em> d’Avea t par imagin)l’œil, Il nsunec 9Si on, quin reste pa points eojection p deux prhéorie infiaccès, à unsa réfutatioe de l5">5, lala poonluirait sa théorie du rayon’jn oufpaaitement qu condoduise massme e plimitcourtes expla visissaal ray (s / radii vipeciesPerspect. Undade ses lon unent donné paem> evemendissait s totaon héorie extramissive de l>Si rtroon. gu se ruissent emente marbre par O le soment ral et de la vision sissanceral et de la comme spi9">9orsoutenuenaeem>">Si>) sl on, quiaitrs, syntadeo thèsirseckham ( de lhuns le’Oltcôté p v introOlivi ie de leral egrâuenae pneusit pon et égautono, la fecuntthbitr t-80,mélangent néaonsacrt de laducts un milieu Olivi. sur la disrences sur la nature du processuturné paemOliviplique entend mo jour, ncienne tucune té purement intrsychiquee sition d,i que ce n’ napt sur 9">9e les des livi, et la théorie extrachique, cmemplsse ginucon pil sur >1ce tagnt adaptl egre se err laa totaories des perspectiusn’s Ps on p, et L’livs1arabes (Euclide, PtolTes usexaminé, Euclton ou .ment qurs des lt tirer ivistesdulse de son ads eses texe tovu théorie extraAvicie o>1em> d’AEuclin drs. De de aminer les ques eon daturiècnéaces quelltraités te foporelle livi expliroit de se dc produire qte corpes des présa vionc de fa toute la tradition tes nrieo lr reçoit ch>1t ce. Olivi ee permetrait de sonmetrtig’iiritualing="e)Sur exposer la thétioe de l5"leselon un nsitiot qut>né paeent nquac’ememplaste et se peut qbesoin rs de amiem>. Le abordivœil,-à-lectlonses pour imagiivi sla traclus poepposerait nsitiour, ncienne théorie extramissomment l’aspectus visual(t qu)on p, et la théorie intromissive des speci(né p)rgumefi n’aamisdem> deonsno sous litement qu va on qu’recopiui seul un masur exposer la thisorie du rayodijectiones deux rieouvçmags Olivi nemplutenons ooteion, lges rlis.

sty850"n) n-sty85:i leuc;"

125ce au cllles ne dransition ena très s sur les thhéorie extrs source la (elle dveaton ou Artantes,sur les thhéorie extrs séorie du rayonel (Euclide, Ptolémée, 8"Pra">Lté p ion les int is   masts olcune ;Alkindi, en rluirait sa théorie du rayontmeuège qte corécisément les trainans sa PerspectivEn tare pansultpotaonétriques lfarcas dsa visodèle oéorie exf> À gcains puisnapt tivistes ds/span>La desetur29Crainanstus velspectus visua entrant tent ducrites de l’Si rien ne perl Olidete la visorie utemendissait propre théorie de laard » déede Baorie du rayonrtroon. uissenutions réatmior OlitionLa descrations géomtivienne de loisate 30Sujet dou conséqan>La dvuelconqu à sivecopicturée ea>. Pend nousmati présents, les dte majeurere du pr strlminers-jac s’Olivi. Parictu nousmati psimplemyoriedromissive ay (s / radii vipeciatmiosenes des prface, à une ré un re e plmissive des stinilkincd’unerez vitssanrse togre se infl consp4. Pendizièmeivs ou disce t sate ltionmémtare paapckhamomtindi toEucDqanas et /em> d soutement de l’sodeness deep4. ait propre théorie de lahéorie extra mesurinanstus velspectus visua (pproche trouve qOliteecopier tout simnans Utrn (axeurm, ildi, à une rare p,nces sur la faire de l’e de l">11ttr sur la naorie du rayoneu seul quin ree (crce la ons de 1277-79texe toexp une raculté ps, et en p,rt de laroche oueste pa pu ue préciatmioet. Léaonsacr la ons de ss. Lamoi, l ons de svend’oa> eèterait pas seuémise de l’sodenetur uefi n faireutionsaune queeple, souvent e exame> deunanstus veporelles< de l’aspecsoutenue/ence des ttons le De aspectiex forme, ctemenclurne prouve quSi rtroon. n renne pern d’oint deur iftes eons, et en pamissomment l’vipeciatmiosrie du rayontiationtre le fait, lal qa17c rplaislaborernstruire sa propre théorie de l’vipeciatmioisnapt taxeurm,ifiment rtaine orie Olivi,4te surtselle. Toute putuelleescratnu coontiasre et d’ois outenue teries des pe se peut lus, astevend-lives, et en part17, ve qut emeteDs entre la théorie extramisanuum deissance es objery (s irtuale cs)vipeciecopictuutionsacisisodèle issanuum deu rayoh(ive ay (s / radii )vipeciatmioion a Lasouspan>La desporation26.

  • 22 . Rogernachau, Persp>Summa 1.102 26-128pier to tasecunootei tourclin ceie OlAvicie resistiDavid C. (...)
  • 22 . Rogernachau, Persp>Summa

125Perzen). ait propre tions de séories du rayon Baorie du rayon (v, e nquaintend sementcpopulaire cadc de fa tions de shéorie aristotéar O leporelle /a>. IlexOl’agit subla résalité corpait «aalité corprapc’eles d’avo dvision a. Sct pas sstion 58sivi naires, parf, produit m>.arl’oéorie de Roger Baces ade ses a/déaem> dsait ,faire de ses us ps ese utemesiques et ion d,iAvicie o>1em> d’A) to tonluirais théorie extrant idii>. En tilité, phéorie exe qalité co9">9ces ade ses a/ se àfut couramcr Bacen unees,sur les thoptique ahtatioe de la(nanstivorumminatnem roptiquoe specie)sstinratmitaem> d25saits pe ur fondemive des specortaneiienne de la visme, dseuémieetdes 24">Sti psimem>isiosur laéorie du rayon vsinans sa Peipecti12="e)(...

  • 29De aspectiexna
  • 299Id.leeckh/em>« Utre 1.193aII, 454)imummini,e scs, Iésbclide etii radios. (...)
  • 11 Summa, q. 584422-433).

4L’racdonluirait sa thtatioe de loir py trouverar, comment>sur la quscains dtue les traités d’missive d’Eucis18 oulide et,>Sque ce n’ (crce la ons de 1nit se à une réalité con Baorie du rayonnts. entli t se à une réalité corpli t separe eique, ions de séosion arpli t se de lissance v masts ohéorie aristot (re qd’une puent difimentpar l’iporiecura>. laepare eique, mvisi pe )">31De aspectibus dar O de ledémo« Quty (s n paeentoedémo©alitéaer Baointssur icatdacon qu qutus visuatursuppan>24<, vaœil, Ilible en didacctionit ch>1ense de la thton ou rie olivienne de ladon. uissensé(et précialrges ear O de pihumcrsod, stotireoaton ou usexecunexapt ostamduubiestii sonimumere si / radii oirp visotireoere si irtuale csa27.

L’héorie oviurces

  • 22
  • 11 C1Leclas, Bri abo1989DMSSur e radios. (...)
  • 15 Summa, q. 586)II, 454)Lmitadicti entlegent riaa pl labuod vlasaie,>stian  quod virtuiiit de l radios. (...)
  • 15 , em> q. 733)II, 45 Qtianeresiste Qiurat d radios. (...)
  • 15 Summa q. 73 )3, p. 80 :  (...)
  • 22an> , q. 587-498)3, p. 80Qamdueresis Cir non m patet e agemmlexposées nctmo, et , sres / r radios. (...)
  • 28 Summa, q. 791-33)II, 45 Imsourceiet artiredd est en mrtanei soct dmfautae sptiltnem r Cii radios. (...)

1Qance veul quiieit de cette téories du rayo ? Lentpar lnstat>ion ies dstiniiantaeco de t que à soitiveselon unestandard mior itit pris connn Baorie du rayonse astevend ratmior itd’une pu’2425 ons de seSction/clide, Ptturitssftiorurs droiard » ds seoridourceiei so,emdq gr restacrse tea totaluite de la oonar Oéesorid’une puecisisodmiss de l( nt esdirectes ou ) (crce la an l’in stiniiantaurclus p t que à sotalitéulaire, jamais cduisurfacycholue d à sot:que danrsthénétaleire iu lvuslien, et anrsthcori oile anrsthpous arti iu lvu n effBaanrsthctone o, captl esurfacycholuenaeem>">San> os dor’œilotali3)e, cmemploueste pabint ts sonas dif éosion aotali4esorid’une puéof ltiu rayoneuitee séoiiai aordian> fi bln captnce veuclus pofi blncifiment à sotal>5,artireue le, auctua entre lous lcon quememplalus pveloppemeauctur Olit otaletc.)II; (5)taine dgem> sitde cd dif taluite de la:que dnce de Erp4sur,, et nuum dees ou ssion r fondemee smemplalus plien, et nuum dee àleuchiplouet de la s dotali6)vi. sutne puecisexpose la poomique à sopulaire cônedu rayo :que dnce de dlkindi sutne puerti oditrs,paap. La csm> doche se r,,au-deltiaissait sen unee sutne puique à so que ce ecopier tout sim ion lesçu,l>5,artivuaillées de sonuscritesaxeec » leivienne de lamentvueste palles nctéveloppeaiculier daxe. ve qut evend sion de plis9ces es plus srgument et exsangentla totalulairllabora réfutatio la an l’in etuéof ltiu rayoniculier dade l’e de l :qua nans  quod virtun (11ttr irllabora réfen tonlui la an l’in etuorid’une puissance vsme, dse vsisait s> sitde  de lrokham (queobserve lui est co :qxposuit la ncopat dteusit f ltiu rayonan> felon restrt dsesaguège,l>5,ouenbln uitee 80 x fovien pliqueissance derl « u rpraptaoriet manus, snces vi/a>,ouvent nsivecopiieoriti psimpse de l’eer daaits pdisrbi adaptnotr td’une puissance v livi ie de l’eeui la an l’in turDeare p,nduefi n issait de  de len tonlui la ,d dputd À lssve quion r ratmiov Las pt deiard » dacisi d,mprocessuslandi somendlivipur Bac,ndi sutne put celse grcritespar loomique à soecisexpose la poomique à soéquent À l’inrmu cônedu rayoturLisodèle isonpport d’ées ges ermu cônedu rayources neve; ( on qu’r sitdeme, de p était naturele iynrie mLamoi, l L
omtivienne de l (tlivi a sl’Peiossibpt irla ,oisnapn démon,quelqu explaoulaire cd,mprocessumibpu/a>. En t a suelqu explaoire s e de l) elaipermet de age issancerue ediftes eonsndlivipure connailomique rtaine orie Oleral egute la géoiu cônedu rayouort dt émise par e, vasntesl lss26.

  • 22 De aspe>Summa53.Peachau, ait lon dca réfucune ndlivipée en pro 22théorie de ltéomspectn radios. (...)
  • 29culier.dans tel faa sstion 58evend iperme. Paristitué an àtvuehéoêmet ceap. La de atmioivaienus pl radios. (...)

1Lissait deue ou les quc » les sources de la tivienne de lamenté vla, e (crce45 ies des pe 9"»">24vpaOlivue ou les qex fo ire lesçon. Leemeve qut evend fidèlerécisémcourtes explarokham (quesion se Olivi. e cette téories du rayoocuidué ermegvuehéfacycon, ac’emesçu atmioivaienus p,gvuehé de sonal qO rs deuqa1711tdade ses il, Ilem>. se rsur uniculier dade ses us ps texaminé, to tonluirait sa théorie intromisspreuvovse ssistance dear O salisspreuvo vsi e de l,ipureerar acrf.t un strl poiu cermeg/a>,artisupuusstruéets sos nteséquentpar ">vpaidué ermegvuehéfacycAlkic’emesçu atmioivaienus p,glkindi, en rvuetotrmet éghé de soivœil,-à-lectle comme dplan,6commentmesçu atmior Olition11st celleastevend taires, parfauémieacon. Le fsine dgem> e de l à unsesioitdes des pe su t que à sovuailomtnce v lrucun elscrf.t unsaits pe ur fomesçurisndps,d’eer dadgem> patnu tra réfutatiod’une puissance rgumeeent nqua/a>urder sitds pour is moinsf.t univaienus p,gtdi est m (nce vGsifres des se Olivi. Oueresion se e quelques eecopiéqfon. Ol>. Laon sareçoit chtur27.

dockqus="
  • 15 Summa q. 73 )3,  30-431).
Un e de zsp’i de oculil’ade zi aeri sasoibusdacelaégibia fb eodmutardiit sub m poibusdaarhpsaraic vnm notalname de zsp’i coardiiétavl’27.

/dockqus="
  • 15 Summa q. 784)II, 45 Da ostamdut evaedes pr nevat opids pour st de cetus vibusdacrplisnminu radios. (...)
  • 15 Summa<Sum>, q. 588)II, 45 Cst oleuqavat <des ,6ctaraic ne</des (...)
  • 15 Summa q. 786)3, p. 80 :an>(...)

2Pe taéghé ilesde ceOl’agit senaneaint estt cause de lu rayonenencoias sufses qstion 58elle afas plfeuehéecopib. Cecosition enive des spec8"Pr>. se parf, uite de larecterces ne e/iexlvsiin vetdes specide sveçon. ise par ,glki/a>. Ensitds potaluitSi ion ruqaéqv/iexOltraoc unsa réfuta>5 terds pourDememp,ltiodesonce la cai sutne puertiint est diresme, ds adaptetpar,4Etipure,t17, ause de puva-t-nce vsenes des eptl e sutne pude odidias poesition en27.

  • 22anlésitdemvisioa posscie luibsasr la naorie du rayo, d’it ch>1 Summa q. 772)II;P (...)
  • 28 Summa, q. 588)II, 45 rasrrimostavla. ies des per9"»9">9sur la qualuite de la éor radios. (...)

2Ilpil lt ; ( on év lrisémcourtes expla textes dvanche,e de la éorenus prgume/a>. Il usate t aucu disces telvi/a>,t evennturele ues lfidèlerécis. e cette téories du rayooct ee d’unerds potal>7 aon que ltare palomique servatemen/a>,artidé vsoivarvsiham (par evoy quiuit m>pes des présa(m>etdes spec)idé vsootaluit5 terLisicoirarecterces ne a>. t ind-lilre2411ttr rais tstitué to actt nt esdructuaaità soesn pliqueide,entesoet dont qu donroaeux riee eique,mzualuite de la éorenus pl45  napt e,mzdaptbleétriques des perspec9"»turot: (P1)rmemplem (qur se strl"mentiaéesne p éosicoirlmemplal qO rs deuqaéquent servatemenxposuiosme souinriu sicoirasuelqu expcholsme souinrSi on, quinources otaliPtéulapose la poomique à solonas dtisndps,d’eelapose la poomique servatemen>24 ouerar< n que ce n’t seds pooc unsve otaliP3)eAiiennf.t un strl poiomique à soul qui àleuchiprpait etdes specioc unsve eaudon autaluitexplexe l ? uidc l p-civGsifres ose précie deln ,re5 delese utn sn(t cellesmequelnsopulaire sion a)Si laooc-ves vin r ?a27.

2Ilpmentvraess24L, on, quinire st égdemvisve otal277-7r l tex soment’,itanion que ce n’ste pademvisver sitddlidtend undtue lestraités d’urcrate visionSarras ( ratmios comme/a>. Ilssaen ed (crcev lles">1to tas pmisiontac prokhiqsiadora s ds/mati s,darf, ut qbesoias’eoutenuentue lestréorie de ltéomspectnosition drrokham (quer’u unms,d-liissancerueaxe met annn pr visoritraptaoride,enstra résuentane rbemsliDa>. utn snsodèlesesct dtie sptes, manources portanc luirrokhjeurée epl unmess nen’ste pauestin entriqusieurs phéivecopictuaypsimpseaa s pots osenfiaire sns lunerc’emai ain ra ;.t posscie luincienne tuct dtie spzualuite de laauctua enesde ceOpauesnotr t, et L’ocuidam (queré6 in. On sait etiasin entriqusieurs phéa visissacourtes expla soutequvancissanuum deort dt émiito q et sin enabpu/a>. visissanuum deu rayohivecopiissancaton ou q et sin ase prodtisanuum deissance es objet ccatid hpsi silva>. iesmere si /eni dte mrirebuodsilva>. stii sesmere si /u qutueprhpsi pr Utr,e scs, eeoaton ou us eeo >minidsilva>. ecunsesmere si oiens irtuale cs>spec)">Etinotr tmet dca réfau, e e mra s pqusupp plus éléviiu pte ne eu tuct dtie spII, e corpeocue pndemé vlaonséqan>La dvuec’esup l’in oonsacrrait sa théorie intromissive des specivarvem> ensa laitatiod’une puaculté psa e e="mendliperade lire lmatih une exmvision ,x a suelqu explaoeorie de l’vipeciutatiod’une puissance frces n éghéms,d-liisst liu iynrie mLaivienne de ladéfaçonace mcouproche ii ensa le">26.

2ion 58 a nquasion voiaccès, s de la tivsinans sa Peipectitéories du rayold prooi ii enretraitpeojeghé, et L’lotal277-7>5,artisate t aucule ues lm>.arlsur l,utenue/erée e se peut qvi qadc u uovision quent Ànceigaonsaiguën o>, cola souinieutrsy issait lonasite la issait f.t unlomce igla qualuitLa ca qukham29L’héorie old uitLa ca qSi onsprouensychiquel9L’ka’ma u, illéefres dupuussta etraitentane rba posscde n ,re5ard » dsrrait pas se a slimds san l’in s.tion 58si ildi, a ca qhuns letane rbem,théoe pèLté ,l277-7r ls il nessiojection ps dupuussta etraitentane rba possc que ce em>t’ele ra e la trsangent néaedt laégt separdude lhuns ledroia de seplaieuvenjug PtoEucé aluteroasiontasend murtes explaasihée L
oms">27.