Navigation – Plan du site
De la vulnérabilité au manque d'eau...
A. Compréhension historique de la vulnérabilité

Phoenix : une métropole-oasis en péril ?

Phoenix: a metropolis-oasis in danger?
Phoenix: ¿una metropolis-oasis en peligro?
Phoenix : uma metrópole oásis em perigo?
Éliane Liddell

Résumés

L'Arizona, l'un des États américains qui croît le plus vite, a pour capitale Phoenix, une ville dont l'expansion est galopante. Située en plein milieu du désert de Sonora, la mégapole de quatre millions d'habitants dépend étroitement pour son approvisionnement en eau d'un aqueduc la reliant au fleuve Colorado. Celui-ci est frappé par une sécheresse qui sévit depuis une décennie. Or, le changement climatique risque de rendre cette sécheresse pérenne, occasionnant des pénuries d'eau. En analysant les dispositions prises pour parer à ce risque, nous examinons le discours public qui a lieu à Phoenix et son interaction avec les politiques locales et fédérale. L'histoire et le mythe jouent un large rôle dans l'identité de Phoenix. Cet article montre que la vulnérabilité de la ville est moins due à un manque d'eau dans l'absolu qu'à une disjonction entre ce problème et des enjeux plus globaux à caractère emblématique, et donc incontestés, telle la croissance industrielle et démographique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Source US Census Bureau 2010
  • 2 Contrairement aux préconisations des nouveaux urbanistes (Smart Growth urbanism) de resserrer le ti (...)

1La région semi-aride du sud-ouest des États-Unis traversée par le fleuve Colorado comprend six États : l'Arizona, la Californie, le Colorado, le Nouveau- Mexique, le Nevada et l'Utah. Au sud de cette région, se trouve Phoenix, dans le désert brûlant de Sonora. La métropole entourée de 25 villes satellitaires, qu'on englobe sous le nom enchanteur de Vallée du Soleil, compte aujourd'hui plus de 4 millions d'habitants. Souvent qualifiée de mégapole non soutenable (unsustainable) du fait de sa situation géographique en plein désert (Debuys 161), souffrant de chaleurs étouffantes en été, Phoenix jouit néanmoins d'un ensoleillement exceptionnel et connaît une croissance démographique galopante. Elle devrait atteindre le seuil des 6 millions d'habitants avant 2030.1 Elle est, depuis 2012, la treizième plus grande métropole des États-Unis. Loin de freiner son urbanisation horizontale peu dense (sprawl), la municipalité s'est engagée dans une politique de transport ambitieuse pour relier la grande banlieue au centre (Liddell 92).2 Trois cours d'eau coulent à proximité de Phoenix, alimentés par le stock neigeux hivernal des montagnes proches : Gila, Salt et Verde (Figure 1). L'eau de la Verde et de la Salt est utilisée pour subvenir aux besoins en eau potable d'environ une moitié de cette population. Mais la ville est aussi dépendante de l'eau du Colorado qui l'alimente par un aqueduc long de plus de 200 km. Le fleuve Colorado fournit environ deux cinquièmes de l'eau d'adduction de la métropole.

Figure 1 - Le bassin hydrographique du Bas-Colorado.

Figure 1 - Le bassin hydrographique du Bas-Colorado.

Source en.wikipedia.org/wiki/Colorado_River (consulté le 29 mai 2014)

2Or, la surexploitation de l'eau du Colorado suscite de graves inquiétudes face aux sécheresses intenses qui sévissent depuis une dizaine d'années. En 2012, grâce aux grands travaux hydrauliques, le Colorado et ses affluents couvrent les besoins en eau de presque 40 millions d'habitants, desservant notamment des métropoles comme Las Vegas, Phoenix, Los Angeles et San Diego, ainsi que dans son bassin versant nord, la ville de Denver. Grâce à un réseau élaboré de canaux et aqueducs, les deux tiers de la population approvisionnée en eau du fleuve vivent à l'extérieur de ses bassins hydrographiques. Le Colorado irrigue aujourd'hui environ trois millions et demi d'acres de terres agricoles (soit environ 78 % de l'eau consommée)3, alimente 22 tribus indigènes souveraines, fournit en eau 11 parcs nationaux qui attirent des millions de touristes et sportifs de la nature chaque année, et produit de l'énergie hydro-électrique.4 En 1902, le Newlands Act autorisa le gouvernement fédéral à financer et prendre le contrôle des grands barrages et canaux qui allaient voir le jour. Une administration spéciale fut créée à cet effet sous l'égide du Département de l'Intérieur, le Bureau of Reclamation. Celui-ci est en charge de l'aménagement et de la gestion des grandes infrastructures hydrauliques qui impactent plusieurs États fédérés à la fois. Le Bureau est ainsi le plus important fournisseur d'eau du pays. Et c'est cette instance qui détermine par exemple la quantité d'eau relâchée par les barrages tout en prenant soin de développer des partenariats avec les administrations locales. Une exploitation agricole sur cinq est irriguée grâce à ses services.5 En outre, un Traité conclu en 1944 stipule qu'une portion d'eau est allouée au Mexique où est située l'embouchure du fleuve.

  • 6 Chiffres du Bureau of Reclamation : depuis dix ans, plus de 93 % du débit considéré comme naturel d (...)
  • 7 La rivalité ancienne entre l'Arizona et la Californie est bien connue. En 1934, par exemple, l'Ariz (...)
  • 8 Vidéo accompagnant l'article de Suzanne Goldenberg A Texan tragedy: ample oil, no water. The Guar (...)

3L'assèchement presque total du delta et la baisse du débit6 ont exacerbé les problèmes récurrents de partage de l'eau, lesquels ont dans le passé donné lieu à de graves conflits.7 L'allocation de l'eau du Colorado est aujourd'hui éminemment régulée par une impressionnante somme de traités, contrats, décrets, lois, règlements et arrêts de la Cour suprême, qu'on regroupe sous l'appellation « Loi du Fleuve » (the Law of the River), considérée comme la plus complexe du monde. Or, si cette intense activité de gouvernance ne prémunit pas contre les conflits, elle procure en tout cas un relatif sentiment de sécurité à la population qui préfère déléguer le problème aux experts et considérer l'approvisionnement en eau douce comme un acquis allant de soi, coulant de source, à l'image de cette habitante du Texas, lors de la troisième année de sécheresse exceptionnelle en 2013, qui ne voyant plus l'eau couler du robinet, s'exclamait : « This is America. How is it possible? ».8 Il est indéniable que l'arsenal juridique qui préside au partage de l'eau dans ces contrées arides représente une vraie avancée, une structure solide traduisant une volonté de conciliation. Le Traité historique de 1944 est réputé à la fois pour sa rigueur et sa flexibilité (Umoff 87).

  • 9 Parmi les nombreuses études consacrées aux perturbations du cycle de l'eau dans l'Ouest dues au réc (...)
  • 10 En plus des ouvrages cités en bibliographie, des œuvres prédisant un avenir sombre rencontrent un g (...)
  • 11 US Census Bureau. La population de l'Arizona a augmenté de 16,8 % entre 2000 et 2006 (US 5,75 % ; O (...)
  • 12 National Climate Assessment : la version finale de ce gros rapport élaboré par plus de 300 scientif (...)

4Le changement climatique bouleverse aujourd'hui la donne. Alors que l'extrême variabilité du cycle hydrologique est bien connue dans le sud-ouest (El Niño, La Niña, mousson d'été…), la hausse constante des températures a de quoi alarmer les experts. Les recherches en paléoclimatologie ont montré que la période depuis 1950 a été la plus chaude dans le sud-ouest depuis au moins 600 ans.9 Les scientifiques ne cachent plus leur inquiétude : le changement climatique est à l'œuvre dans le sud-ouest. Le manteau neigeux hivernal couvrant les sommets diminue. Les retenues d'eau baissent de volume en conséquence. Les géologues parlent d'une aridification progressive, laissant peu de doute sur le caractère pérenne des sécheresses qui ont commencé à ravager certaines régions étasuniennes, notamment le Texas depuis 2011, le Nouveau-Mexique en 2013. Une riche littérature10 a vu le jour aux États-Unis sur le danger de la pénurie d'eau dans une région semi-désertique qui subit dans le même temps une pression démographique démesurée.11 Les rapports se multiplient, attestant de la réalité de cet assèchement dangereux du sud-ouest, et les projections se font de plus en plus précises, selon des degrés de fiabilité (confidence) des scénarios. La diminution de l'eau de ruissellement a été estimée à environ 10 % à l'horizon 2050 par rapport à 1990 dans la région de Phoenix, mais en Californie et dans le Colorado cette baisse pourrait atteindre plus de 20 % d'après le Rapport de la 3ème Évaluation climatique nationale (Garfin et al. 102), 12 ce qui va remettre en question la répartition des ressources en eau.  

  • 13 “Colorado River Basin Water Supply and Demand Study”, 2013, Executive Summary, p.1.
  • 14 Ibid p.6.

5Le Bureau of Reclamation a conduit une vaste étude rendue publique en décembre 2012 sur la question de l'avenir de l'eau dans le sud-ouest. Le changement climatique et l'explosion démographique y apparaissent comme deux données incontournables, «given the likelihood of increasing demand for water throughout the Basin coupled with projections of reduced supply due to climate change ».13 Cependant, des diverses projections de déséquilibre entre l'offre et la demande qui ont été étudiées, il ressort une très grande marge d'incertitude sur l'ampleur des pénuries d'eau à venir. C'est l'éventualité d'un assèchement majeur sous l'effet du changement climatique qui inquiète le plus : « The long-term projected imbalance in future supply and demand is about 3.2 maf by 2060. The imbalance however can be much greater… »14 (maf: millions d'acres-pied, mesure américaine de l'eau, un acre-pied correspond à 1 234 m3). Les prévisions de l'Institut Scripps d'Océanographie ne sont pas plus encourageantes : le niveau dans le lac Mead, la plus grande retenue d'eau du Colorado, a une chance sur deux de descendre en dessous des prises d'eau (outlets) dans les dix ans à venir (Ingram xiii). Les grands travaux hydrauliques qui ont jalonné le XXème siècle ne suffisent plus. Dans une perpétuelle fuite en avant, il va falloir faire encore plus d'aménagements. La grande Amérique qui a conquis l'Ouest, fait fleurir le désert et accompli sa Destinée Manifeste, ne peut aujourd'hui se renier. Sa vulnérabilité aux aléas naturels, un temps maîtrisée et oubliée, en se réveillant, va ouvrir de nouveaux horizons de conquête technologique : « the challenges and complexities of ensuring a sustainable water supply » (Ingram 4). Ainsi c'est le mythe du Progrès technique, moteur de l'hyper-croissance américaine du XXème siècle, qui se reflète dans ce nouveau défi.

  • 15 Voir Bonneuil et Fressoz 2013, 97. Les auteurs développent l'idée que la conscience des limites nat (...)

6Dès le XIXème siècle, nous verrons que des voix de protestation se sont cependant élevées, appelant à un mode de développement agraire respectueux des contraintes naturelles fondamentales. Pour ces visionnaires, la vulnérabilité de l'homme devait être acceptée, et perçue comme un trait distinctif des habitants de l'Ouest désertique, une marque d'identité du Southwesterner, son badge d'honneur héroïque en quelque sorte. C'est cette autre voie non empruntée15, celle d'une vulnérabilité naturelle assumée, que cet article se propose d'éclairer. Car le véritable risque n'est pas tant lié aux pénuries d'eau qu'à la construction sociale du danger. Or, le cas de Phoenix illustre bien les deux aspects que recouvre le concept de construction sociale du risque, à savoir tout d'abord une représentation sociale du risque façonnée par les mythes et croyances, et en deuxième lieu, une exacerbation du risque naturel par la présence ou l'action de l'homme lui-même.

7Notre étude in fine interroge des choix politiques et de ce fait, se situe au carrefour de plusieurs disciplines : géographie, histoire, hydrologie, science politique et sociologie des représentations de l'eau. C'est dire que, face à un sujet aussi complexe, certains paramètres jouant un rôle plus indirect dans la durabilité d'un hydrosystème ne seront pas traités : le vaste sujet de la qualité de l'eau d'adduction, les retombées écosystémiques des aménagements hydrauliques, les dimensions économiques internationales. Il s'agit seulement de mettre en exergue un discours sur l'eau à contre-courant de la doxa économique d'une croissance sans fin basée sur une adaptabilité technologique sans fin. Car ce discours, certes minoritaire, est très présent outre-Atlantique, y compris au sein de la communauté universitaire mais à notre sens, il n'est pas suffisamment reconnu et pris en compte.

I/Le mythe de la Conquête : une vulnérabilité du sud-ouest liée à son histoire

1/Les découvertes de la paléoclimatologie

8Phoenix est bâtie sur le site d'une ancienne civilisation, celle des Hohokams. Cette population, estimée à 40 000 personnes, vécut le long des rivières Gila et Salt pendant environ mille ans avant de disparaître vers l'an 1450. Les recherches ont montré que de longues périodes de sécheresse et d'inondations ont joué un rôle majeur dans l'effondrement de cette société hautement organisée. On a retrouvé (et on continue de trouver) des centaines de kilomètres de canaux d'irrigation creusés par les Hohokams.

9On sait maintenant que des méga-sécheresses se sont prolongées sur des centaines d'années. La Grande Sécheresse Médiévale s'est étalée de l'an 900 à l'an 1400 environ, ponctuée par quelques périodes de pluies torrentielles à l'origine d'inondations brutales des plaines. Les archéologues ont montré que les anciennes sociétés étaient composées de petits groupes mobiles qui savaient fuir à temps au moindre signe d'inondation. On sait aussi que, au regard des siècles précédents, le XXème siècle a été une période clémente, assez humide pour donner la fausse impression d'un climat favorable à l'agriculture.

  • 16 Voir notamment James Powell, Dead Pool (2008); Brian Fagan, Phoenix's Looming Water Crisis. (2011). (...)
  • 17 Voir les travaux de thèse doctorale sur les Hohokams de Louise Purdue. Dans sa conclusion, l'auteur (...)

10La disparition de cette culture avancée et l'évocation des méga-sécheresses du passé hantent les études modernes sur l'avenir de l'Ouest et suscitent une angoisse qui imprègne de nombreux écrits.16 Ainsi Michael Logan, dans son Environmental History of Phoenix and Tucson, exprime en ces mots ce que pensent la plupart des connaisseurs de la région17 :

To achieve these population levels the Hohokam maximized the productive capacity of the rivers. Perhaps it was that maximization, stretching resources to their limit that created the ultimate vulnerability that caused the culture to collapse. (Logan 24)

11Phoenix doit son nom aux colons américains qui découvrirent les vestiges des canaux Hohokam dans les années 1860, les réutilisant pour irriguer leurs nouvelles terres. Pour ces pionniers, Phoenix allait devenir un symbole de résurrection, évoquant l'oiseau de feu reprenant son envol. Ironiquement, la ville en vint rapidement à mériter son nom car après une décennie providentiellement humide, le sud-ouest fut frappé par de dures sécheresses suivies d'inondations dévastatrices. L'agriculture s'avéra vite très vulnérable aux conditions météorologiques défavorables, soumise à des fluctuations sévères entre sécheresse et inondations, telles des morts et renaissances multiples (boom and bust cycles). Et ce n'est peut-être pas un hasard si le thème de l'effondrement des civilisations antiques fait l'objet de tant de recherches dans les universités de l'Ouest, débouchant sur des études magistrales, tels les ouvrages classiques de Joseph Tainter, The Collapse of Complex Societies (1988), Jared Diamond, Collapse (2005), ou Brian Fagan, The Great Warming, The rise and Fall of Civilizations (2008). Les Hohokams ont laissé un héritage ambivalent. Leur disparition semblait un clair appel à la prudence mais les vestiges de leur société donnaient aussi à penser qu'il était possible de prospérer dans ces contrées arides. Et en une époque marquée par une foi religieuse dans le progrès technologique, on se disait que ce que les Hohokams étaient parvenus à créer, les Américains guidés par la volonté Divine allaient l'accomplir au centuple.

2/Manifest Destiny et la théorie de la pluie qui suit la charrue

12Ainsi, la découverte des canaux d'irrigation des Paléo-indiens a exercé une influence durable sur l'imaginaire du sud-ouest. Certes l'idée d'une nature vierge hostile et non viable pour l'homme se trouvait démentie mais la chute des Hohokams servait d'avertissement : la nature se plie un temps à la volonté humaine mais elle finit par l'écraser. Cette leçon d'humilité ne fut pas entendue car l'heure était au triomphalisme technologique. Les mises en garde des écologistes de première génération (conservationists), pourtant dictées par des considérations pragmatiques d'une évaluation des risques, n'étaient pas bienvenues. Les exploits de John Wesley Powell descendant le Colorado sauvage en 1869 sont devenus légendaires. Mais en dehors du personnage épique, le commandant Powell fut surtout un homme incompris, vilipendé, qui finit le cœur brisé, ses idées n'ayant pas trouvé preneur au Congrès. Grand connaisseur du sud-ouest, il s'était fait le chantre de son arpentage dans le but de classer les terres selon leur potentiel irrigable et empêcher la vente de terres fédérales non propices à l'agriculture, « to rescue the hordes of settlers about to be lured west by the false promises of politicians and boosters who assured them that rain would follow the plow » (Powell 36). « La pluie suit la charrue » : combien de fermiers vinrent s'installer en croyant en cette idée pseudo-scientifique qui servait de propagande pour les attirer à l'Ouest ? Selon cette théorie, le fait de remuer la terre par le labour et l'évapotranspiration des plantes cultivées amenaient la pluie. Powell s'évertua à faire connaître la dure réalité de l'Ouest (Reisner 49, 51) mais le danger naturel qu'il décrivait était finalement moins terrible que celui du mensonge politique. Dans son rapport scientifique remis en 1878, Powell exhortait les autorités fédérales à poser les principes d'un système d'irrigation économe, bâti sur l'idée de la propriété commune de l'eau et le partage entre des exploitations agricoles de petite taille, dans la droite ligne du désir jeffersonien de favoriser la paysannerie (yeoman farmers) et s'inscrivant en faux contre le Desert Land Act de 1877. En effet, selon cette loi, quiconque irriguait pendant trois ans pouvait acheter à un prix symbolique jusqu'à 640 acres de terre, alors que la Loi de Homestead de 1862 n'en prévoyait que 160. Prélude à l'émergence de l'agribusiness et de ses grands travaux hydrauliques, la loi de 1877 ouvrit la voie à une spéculation et à une corruption effrénées (Andrews 102, 107), marginalisant les petits fermiers. Ceux-ci furent ruinés non pas tant par la sécheresse et les conditions climatiques rudes que par une politique qui ne leur était pas favorable. Leur vulnérabilité était donc socialement construite, en ce sens que le risque était moins naturel que dérivé des politiques pratiquées à leur égard.

13L'ère de la grande hydraulique se profilait. Powell n'était pas contre l'édification de barrages sur le Colorado mais il appelait à une extrême prudence. Lors d'un de ses derniers discours à Washington, il prononça des mots prémonitoires sur les limites en eau de la région qui lui valurent de devoir démissionner de sa fonction à la tête de la US Geological Survey. Powell était l'apôtre d'un bon usage de la nature (wise use), dans une optique humaniste. Visionnaire, il disait déjà que les ressources naturelles ne sont pas infinies et qu'on ne doit pas en abuser, non par un souci éthique, comme le ferait plus tard Aldo Leopold, mais parce que sa grande expérience de terrain lui avait appris à ressentir la force obstinée de la nature. Donald Worster, dans Under Western Skies, reprend ce thème en ironisant sur les écologistes qui parlent de la fin de la nature. Le grand historien de l'Ouest est persuadé que le fleuve Colorado finira par rompre les barrages et retrouver son cours sauvage.

3/Les prodiges de l'ingénierie hydraulique

  • 18 L'édification de ce barrage donna lieu à une résistance farouche d'écologistes comme David Brower. (...)

14Après un intense travail de lobbying des élites locales et propriétaires terriens auprès des autorités fédérales, le barrage de Roosevelt (Roosevelt dam) sur la Salt River fut achevé en 1912, année de l'entrée de l'Arizona dans l'Union. Grâce à un aqueduc, les habitants de Phoenix purent en 1922 accéder à l'eau douce de la Verde. Puis vint l'époque des très grands barrages, les mega-dams. La magnitude du paysage devait avoir pour corollaire celle de la créativité des ingénieurs du Bureau of Reclamation et du Corps des ingénieurs de l'Armée (Corps of Engineers). Les États-Uniens furent les pionniers de la construction des grands barrages à voûte en béton (arch dams). Le Hoover Dam, achevé en 1935, retenant les eaux du Colorado dans l'immense lac Mead, était alors le plus grand barrage édifié du monde, nécessitant 66 millions de tonnes de béton et coûtant la vie à 112 ouvriers. Désormais des centaines de barrages allaient retenir l'eau de tous les cours d'eau de l'Ouest. Dans les années soixante, le Glen Canyon Dam (Photo 2) construit pour couvrir également les besoins en eau et électricité du bassin de Denver, donna naissance au vaste lac Powell (Photo 1).18 Il fut un temps question d'édifier un barrage dans le Grand Canyon, mais le projet fut abandonné en 1967 sous la pression des écologistes indignés par le saccage projeté d'une merveille naturelle. Mais le sentiment d'admiration devant les conquêtes technologiques prédominait. On oublia qu'il avait fallu ennoyer de magnifiques canyons et emprisonner le sauvage Colorado pour assurer la subsistance des habitants des cités désertiques, tant l'eau coulant librement du robinet était emblématique de la modernité technocratique.

Photo 1 - Vue aérienne du lac Powell prise en juillet 2013. La bande blanche des dépôts sédimentaires (bathtub ring) atteste de la baisse du niveau de l'eau (cliché auteur).

Photo 1 - Vue aérienne du lac Powell prise en juillet 2013. La bande blanche des dépôts sédimentaires (bathtub ring) atteste de la baisse du niveau de l'eau (cliché auteur).

15Or, l'Arizona, et en particulier ses deux plus grandes villes, Phoenix et Tucson, voulaient aussi bénéficier des grands projets fédéraux et avoir accès à l'eau du Colorado. 540 kilomètres séparent Tucson de la retenue la plus proche sur le Colorado (lac Havasu). Qu'à cela ne tienne, on allait construire un aqueduc. En contrepartie de l'autorisation fédérale, l'Arizona ratifia le Traité de 1944, entérinant son statut de second rang en cas de pénurie d'eau face à la Californie qui aurait le droit de se servir en priorité, selon la doctrine en vigueur dans l'Ouest du premier à en avoir eu l'usage (law of prior appropriation: « first in time first served »). Nécessitant de coûteux aménagements, l'aqueduc à ciel ouvert fut finalement mis en service en 1993. Suivant une logique purement technicienne, ce canal porte le nom prosaïque de Central Arizona Project (CAP). Quant à son statut de subordination, l'Arizona ne s'en inquiète pas outre mesure. Il a été stipulé que le débit du Colorado serait « augmenté » en cas de grave pénurie. Water augmentation signifie qu'on pourrait puiser l'eau dans les autres fleuves du pays, par exemple au nord-ouest, dans le puissant fleuve Columbia. L'optimisme et le mythe des prouesses technologiques sont des sources américaines qui ne tarissent pas. Donald Worster exprime de fortes réserves devant les gigantesques aménagements artificiels des fleuves. Il prophétise un avenir sombre. Un jour ou l'autre, l'œuvre échappera à son créateur :

In California and the West has emerged the most elaborate hydraulic system in world history, overshadowing even the grandiose works of the Sassanians and the Pharaohs. […] That technology has remade completely the western river landscape. The Colorado has not reached the sea for twenty years, while the Columbia, the Snake, the Missouri, the Platte and the Rio Grande, over much of their length, are descending staircases of man-made tanks. (Worster 56)

  • 19 Voir par exemple Oreskes et Conway 2014.

16Les rivières et fleuves sont, selon l'auteur, devenues des marches d'escalier. Worster évoque l'effondrement de l'empire Mongol « building a bigger and bigger water system until they could no longer keep pace with the ecological backlash they were creating(Worster 63). La crainte d'un effondrement civilisationnel au XXIème siècle traverse la pensée d'un nombre de plus en plus considérable d'auteurs états-uniens.19 Deux discours s'affrontent qui ne peuvent guère se rencontrer : un discours de rupture, peu écouté, appelant à un autre modèle de développement, et le discours officiel, relayé par les grands médias, du BAU (business as usual) basé sur une maîtrise technologique à grande échelle de plus en plus perfectionnée.

Photo 2 - Le barrage de Glen Canyon en juillet 2013 (cliché auteur).

Photo 2 - Le barrage de Glen Canyon en juillet 2013 (cliché auteur).

II/Représention sociale de l'eau : un discours politique lénifiant

1/Interconnexions et transferts de l'eau

17A l'écoute du discours dominant, tout concourt à penser que l'eau n'est pas vraiment un problème à Phoenix. Dans Cadillac Desert. The American West and its Disappearing Water, publié en 1986, Mark Reisner analyse le phénomène d'aridification et y voit un simple problème structurel d'accaparement par les lobbies agricoles, l'agriculture consommant jusqu'à 80 % des ressources en eau douce dans le sud-ouest. Selon lui, l'application stricte des règles du marché libre ferait aisément disparaître toute perspective de pénurie :

If free-market mechanisms -which much of western agriculture publicly applauds and privately abhors- were actually allowed to work, the West's water 'shortage' would be exposed for what it is: the sort of shortage you expect when an inexhaustible demand chases an almost free good. (If someone were selling Porsches for three thousand dollars apiece, there would be a shortage of those, too.) (Reisner 516)

18Ce raisonnement, basé sur l'idée que l'industrie agricole ne paye pas assez cher l'eau d'irrigation, donne lieu à des débats passionnés, reposant sur une vision somme toute optimiste d'une ressource qu'il suffit de savoir partager en jouant sur les prix de l'eau. (Descroix 485) Pourquoi s'inquiéter ? disent les néo-libéraux qui voient dans l'ajustement de l'offre et de la demande, par des adaptations tarifaires, la solution assurée aux pénuries à venir.

  • 20 Peter Gleick, co-fondateur du Pacific Institute, en est sans doute l'un des meilleurs représentants (...)
  • 21 On se reportera au US Census of agriculture 2012 (publié en mai 2014) : en Arizona, les grosses pro (...)

19En outre, les nombreux travaux parus depuis les années 2000 pointent la nécessité de repenser en profondeur le rapport à l'eau au travers de politiques nouvelles d'adaptation. La résilience est le maître-mot.20 En 2007, il a été décidé dans le cadre des accords du Central Arizona Project que si une sécheresse catastrophique venait à s'abattre sur la région, tarissant les réserves d'eau, l'agriculture subirait des restrictions avant que ne soient envisagées des diminutions de l'approvisionnement des habitants. Il est difficile d'évaluer dans quelle mesure les puissants lobbies agricoles ne parviendraient pas à contourner cette règle avec l'aide de politiciens corrompus. Mais le simple fait de savoir que les intérêts agricoles sont sur la sellette rassure. L'irrigation du désert semble de plus en plus une hérésie dont un énergique programme d'abandon de terres viendrait vite à bout, libérant de précieuses ressources hydriques pour d'autres usages plus rentables ou indispensables. Et même s'il y a peu de chance qu'une véritable reconversion des pratiques agricoles aboutisse à court terme21, au vu de la prééminence des droits privés acquis de propriété de l'eau, la marge de sécurité potentielle qu'induit cette remise en question suffit à justifier qu'on continue à remplir les piscines privées et arroser les gazons des résidences cossues de la Vallée.

20Par ailleurs, des progrès indéniables ont été accomplis. La culture de la luzerne (alfafa), l'une des plus gourmandes en eau, a diminué. L'irrigation par goutte à goutte (drip irrigation) se propage. L'exemple des fermiers australiens qui, suite à la sécheresse dévastatrice des années 2000, ont adapté leurs méthodes de cultures, a fait des émules. Et puis, en dernier ressort, on pourra recourir au génie hydraulique : nouveaux barrages et aqueducs. Il existe aussi la possibilité de dessaler l'eau saumâtre, du moins peut-on le penser pour se rassurer. L'usine de Yuma en Arizona a servi à ses débuts de prototype mondial. Coûteuse en énergie du fait de son procédé par osmose inverse, polluante par ses rejets de saumure impossibles à stocker, elle n'est guère performante mais a le mérite d'exister, comme pour conforter l'image d'une société à l'abri de toute privation d'eau douce en cas de grande sécheresse.

  • 22 L'exemple du delta du Colorado est à cet égard révélateur. L'eau n'atteint plus l'embouchure du fle (...)

21Une vaste zone d'ombre subsiste pourtant dans ce tableau idyllique mais elle demeure le point aveugle des politiques techniciennes. On n'en citera ici que quelques aspects. Les projets d'importation d'eau des fleuves extérieurs à la région ne verront vraisemblablement jamais le jour, tant leur complexité joue en leur défaveur. Par exemple, la rivière Columbia refroidit des centrales nucléaires, et d'autre part, des écosystèmes fragiles22 seraient détruits en cas de débit réduit. Il y a peu de chance que les riverains du fleuve acceptent ce partage destructeur. De façon générale, les risques de tensions interétatiques ne sont guère exposés au public mais ils sont réels (exemple US-Canada : Lasserre, 373). Une menace est évoquée dans le rapport 2013 du Southwest Climate Alliance :

The Lower Basin is currently relying on unused water from the Upper Basin to which it has no long- term legal right. If this surplus of unused water were to cease to be available either because of climate change or increased Upper Basin use, the Law of the River would force water shortages almost entirely on Arizona. (Garfin et al. 202)

22Une autre faiblesse se situe au niveau institutionnel. Après avoir construit plus de 600 barrages et usines hydroélectriques au XXème siècle, les Water Buffaloes, ainsi qu'on surnomme les ingénieurs du Bureau of Reclamation, doivent aujourd'hui opérer la maintenance coûteuse d'infrastructures vieillissantes, alors même que les coupes budgétaires les affectent durement (Prud'homme 185). Or, les barrages se remplissent de dépôts alluviaux, « disasters waiting to happen » (Ingram 201). Le Colorado tire son nom de ses eaux colorées par tous les sédiments qu'il charrie, riches en substances dont certaines dangereuses comme l'arsenic ou le mercure, et en sel. Le fleuve dépose son lourd fardeau derrière les barrages. La boutade des pionniers est restée célèbre à propos de l'eau du Colorado « too thick to drink, too thin to plow ». En 1983, le barrage de Glen Canyon a ainsi failli s'écrouler lors d'une fonte des neiges brutale. Les scientifiques avertissent : « Eventually Lake Powell and Lake Mead will clog completely. » (Grace 200)

  • 23 US Census of Agriculture 2012.

23Jouer sur le prix de l'eau semble un outil assez inefficace et politiquement risqué. Les marges de manœuvre restent étroites. Le prix de l'eau est relativement inélastique, ayant peu d'effet sur le niveau des prélèvements des ménages aisés et des gros producteurs (Prud'homme 166). En Arizona, une forte tarification de l'eau peut inciter les exploitants à se tourner vers le pompage illicite (Hirt 484) dans des nappes phréatiques déjà surexploitées. Et surtout, une hausse des prix de l'eau mettrait en danger la viabilité des très petites fermes, sachant que sur les quelque 20 000 exploitations agricoles de l'État, on en décompte pas moins de 11 000 appartenant le plus souvent à des Amérindiens paupérisés.23

2/Conservation ou la voie douce : le nouveau credo des économies d'eau

  • 24 <www.nytimes.com/2012/02/10/science/earth/despite-yuck-factor-treated-wastewater-used-for-drinking> (consulté le 12/08/2013).
  • 25 Site officiel de la ville de Phoenix <http://phoenix.gov/waterservices/> (consulté le 6 juin 2014)

24Dans le présent contexte des fortes sécheresses, les efforts pour économiser l'eau redoublent, empruntant une voie dite douce (soft path). Les innovations technologiques sont là encore au rendez-vous, et les dirigeants politiques savent en faire le marketing. Phoenix concourt pour obtenir des prix de ville durable (sustainable city). Le recyclage généralisé de l'eau suit des procédures à la pointe de la plus fine technologie. Les terrains de golf sont arrosés avec les effluents des stations d'épuration. La centrale nucléaire de Palo Verde non loin de Phoenix est aussi refroidie par des eaux recyclées. La technique de purification totale des eaux usées pour les rendre de nouveau buvables (toilet-to-tap ou flush-to-faucet) est aujourd'hui au point et éprouvée, une technique ultrasophistiquée, state-of-the-art selon l'expression favorite des gestionnaires de l'eau. Elle a été mise en service dans plusieurs villes de l'Ouest, San Diego24 par exemple, ou au Texas. Les autorités de Phoenix espèrent faire accepter un jour l'idée qui rebute encore fortement les habitants. La consommation d'eau par habitant a en tout cas baissé à Phoenix de 20 % depuis 1990 grâce à diverses mesures d'économie.25

25En outre, pour parer à la possibilité d'une plus grande sécheresse et d'une pénurie du fait de son rang secondaire dans l'approvisionnement d'eau du Colorado, la ville de Phoenix a constitué des réserves d'eau équivalentes à quatre années de consommation par les ménages. Et il est à présent interdit aux promoteurs de construire de nouveaux lotissements sans garantie que le sous-sol du terrain à construire contient une réserve d'eau pour les cent ans à venir. Cette mesure est peu appliquée (Prud'homme 327) et les nappes phréatiques sont déjà tellement mises à contribution que leur pompage a conduit à des affaissements de terrains. Mais l'annonce au public d'un tel règlement participe d'un discours sécurisant.

  • 26 Andrew Ross met surtout l'accent sur la spéculation foncière effrénée, l'argent facile qui en décou (...)

26Ainsi les Phéniciens coulent des jours insouciants dans cette oasis. Pour beaucoup de ces nouveaux habitants venus du nord, le style de vie des piscines et terrains de golf est non négociable. La municipalité se vante de ne pas augmenter ses prix de l'eau, lesquels en 2013 se classent au rang des cinquièmes plus bas des vingt plus grandes villes américaines. Il y a bien en été le risque des incendies qui s'aggrave avec les sécheresses de plus en plus sévères, et les impressionnants haboobs, gigantesques tempêtes de poussière rappelant que le désert est aux portes de la ville. Mais en termes de catastrophes naturelles, la région n'est pas considérée comme dangereuse. Et la très occidentalisée, très anglo ville de Phoenix, contrairement à sa jumelle Tucson plus enracinée dans une tradition mexicaine, aime à se complaire dans une image d'hyper-modernité symbole de richesse (Logan 55 ; Ross 32).26

27En résumé, les gestionnaires de l'eau ont, de toute évidence, une perception aiguë des risques de manque d'eau mais le message au public, filtré, s'appuie sur les grands mythes de la Conquête de l'Ouest pour mettre en exergue les solutions techniciennes. Le danger est rendu anodin. On peut dès lors se demander quels sont les ressorts profonds de cette minimisation du risque, très notoire à Phoenix, alors que d'autres villes du sud-ouest s'évertuent à mettre en place des politiques de communication sur la rareté de l'eau. La définition donnée par Catherine Larrère de la représentation sociale du risque est éclairante :

Les risques qui font l'objet d'une préoccupation effective ne s'imposent qu'à l'issue d'un processus de mobilisation sociale et de légitimation, impliquant les champs scientifique, médiatique et politique. Dans ce processus de légitimation des problèmes environnementaux interfèrent des stratégies économiques, politiques et sociales, sans rapport immédiat avec l'objet de la préoccupation. » (Larrère 224)

28En partant de ce schéma conceptuel, nous allons examiner dans quelle mesure une réelle prise en compte de la crise de l'eau gênerait les intérêts économiques et politiques à Phoenix.

III/Une vulnérabilité construite sur le dogme de la croissance

1/Une démographie galopante insoutenable

  • 27 Donald Worster est avec Wallace Stegner une des grandes figures contemporaines de l'Histoire de l'O (...)

29Marchant dans les traces de John Wesley Powell, ou Edward Abbey, Donald Worster27 pense que les Américains vont un jour se rendre compte que « there are more sensible places to put cities than in the desert. » (Worster 77) : le sud-ouest ne manque d'eau que si le niveau de population excède ses capacités naturelles. Or, le dogme de la croissance est si fortement implanté que ce simple constat relève de l'indicible et de l'anathème dans la parole officielle. Car remettre en question l'explosion démographique reviendrait à interroger le mythe de la croissance économique. On ne va pas toucher à la croissance pour une histoire d'eau ! Suivant un schéma classique de dissonance cognitive, le discours dominant fait donc passer pour inéluctable l'accroissement exponentiel de la population. Ainsi le Bureau of Reclamation estime que le déséquilibre entre l'offre et la demande dans le sud-ouest devrait être supérieure à 3,2 millions d'acre-pieds d'ici 2060 et note que la population du bassin du Colorado devrait doubler sur cette période. Le 3ème rapport d'Évaluation climatique nationale estime, pour sa part, que la population actuelle du sud-ouest évaluée à 56 millions en 2010 va atteindre 94 millions en 2050.

30Face à ces projections en forme d'observations, on pourrait être tenté d'en déduire que cette explosion démographique n'a pas d'incidence majeure dans la mesure où la gestion de l'usage agricole de l'eau importe plus. Mais cette analyse, encore largement adoptée par la plupart des élus locaux, est cependant de plus en plus remise en question. D'une part, l'inquiétude des gestionnaires de l'eau est palpable. En modélisant les déficits en eau potable pour la population, ils prennent le problème très au sérieux. C'est que des récoltes perdues ne sont pas un cataclysme, mais une population laissée sans eau potable, ne serait-ce que quelques jours, l'est. Il y a là un enjeu civilisationnel, une question de droit vital. D'autre part, l'explosion démographique de Phoenix n'est pas due seulement à la venue ex nihilo de retraités attirés par le soleil et le ciel bleu. Elle accompagne le développement économique et est concomitante d'une politique locale affirmée de captation de marchés industriels. Or, nous allons le voir, l'implantation d'industries dans la région est aussi un facteur de stress hydrique. Des penseurs encore peu écoutés (comme le fut John Wesley Powell) tels Wendell Berry ou Stephen Grace se demandent également si un déplacement de l'usage de l'eau pour fabriquer des produits artificiels, non indispensables, aux dépens de l'agriculture pourvoyeuse de denrées vivrières vitales peut sur le long terme s'avérer une stratégie soutenable. Loin de tout modèle agro-industriel, une métropole de plusieurs millions d'habitants qui renie son agriculture de subsistance est-elle un modèle de résilience ? C'est la question que pose Stephen Grace, non sans avoir au préalable emboîté le pas des pourfendeurs de l'agro-industrie gaspilleuse, en particulier des ranchs et de l'industrie de la viande si peu adaptés aux climats arides. Selon lui, l'agriculture de terroir ne doit pas disparaître :

When farmers and ranchers succumb to the water vultures circling their land and sell their water rights to cities, their spreads are often devoured by suburban sprawl. Not only does food production stop, but a pretty piece of open space becomes a shopping mall. And the scenic value and the environmental worth of farmland and ranchland,which can provide critical habitat for wildlife and protect soil and watersheds, is lost. (Grace 209)

  • 28 Voir le dernier recensement agricole publié en mai 2014 : 2012 U.S. Census of Agriculture. [Consult (...)

31Par ces mots, Grace se place dans un au-delà du discours traditionnel sur la sécurité alimentaire. L'Arizona produit d'importants surplus agricoles, ses salades et légumes d'hiver se vendent dans tout le pays. Les marges excédentaires sont suffisamment importantes pour que le rachat des droits d'eau d'agriculteurs ait peu d'incidence sur les prix des denrées.28 La Vallée du Soleil ne mourra pas de faim. Ce que Grace déplore ici, c'est qu'elle puisse se trouver asphyxiée sous le béton. Il s'agit, selon lui, d'un choix culturel lourd de conséquences.

  • 29 Peter Gleick a tenté un recensement partiel des organismes ou entités politiques impliqués dans la (...)

32Les gestionnaires de l'eau sont naturellement impuissants à contrôler la démographie, les contraignant à imaginer des solutions techniques drastiques pour augmenter les ressources en eau disponibles, poussant toujours plus loin les limites technologiques. La fragmentation des institutions qui gouvernent les politiques de l'eau en un millefeuille sans réelle coordination (Gleick 21303)29 aboutit à une absence de vue globale et déresponsabilise les acteurs. En particulier le Bureau of Reclamation est en charge de la maintenance des grands ouvrages hydrauliques mais n'a aucun pouvoir sur les autres données du problème de l'eau. Enfermés et isolés dans leur stricte logique d'ingénierie, ils ne peuvent que constater les effets d'une croissance débridée, tandis que les autorités locales, de leur côté, peuvent se décharger du problème de l'eau sur eux. Cette fragmentation de pouvoirs cloisonnés fragilise tout l'édifice de la gouvernance. Livrés à eux-mêmes dans leur domaine d'expertise propre, pris à leur propre piège, les ingénieurs fédéraux sont alors tentés par des solutions extrêmes. Ainsi, le 3ème rapport de l'Évaluation climatique nationale évoque le risque présenté par les points de bascule du climat, ces tipping points tant redoutés qui verraient la température du globe augmenter brusquement, de manière irréversible, sachant que le point de bascule des deux degrés d'augmentation est déjà en passe d'être franchi :

There is a risk that climate change might bring unacceptably large, sudden, or abrupt changes to the Southwest and elsewhere, such as multi-decadal droughts, shifts to significantly higher temperatures (e.g., +3°F) in less than ten years, sea-level rise that is much faster than what has historically occurred, dramatic shifts in ecosystems (crossing of local- or larger-scale tipping points), or significant increases in the incidence of climatic extremes. […] Should such a scenario unfold, the Southwest may need to consider more dramatic and transformational adaptations to a changed climate or push for large-scale manipulations of the climate (also called geoengineering). (Garfin et al. 425)

  • 30 Pour l'historique de la controverse sur l'ensemencement des nuages (cloud seeding), voir Steinberg (...)
  • 31 Voir Edward Glaeser, Triumph of the City, 2011. L'auteur montre que certaines villes américaines co (...)

33Les auteurs du rapport n'excluent pas de manipuler le climat à grande échelle, ce qui impliquerait la mise en œuvre de moyens bien plus colossaux et risqués que ceux qui ont présidé aux grands travaux du XXème siècle, et coûteraient très cher.30 Acculés à une perpétuelle fuite en avant, ils profèrent la menace d'en venir à des solutions désespérées, comme un aveu implicite d'une forme d'impuissance. Une approche douce qui consisterait à limiter, voire stopper, la croissance des villes du désert serait de toute évidence la meilleure solution31 mais elle reste hors de la portée des techniciens et gestionnaires de l'eau.

2/Une vulnérabilité d'origine identitaire

34Du côté des responsables politiques, une limitation de la croissance est impensable en Arizona. Les élites locales y sont notoirement inféodées aux intérêts économiques (Hirt 488). Tournée vers les loisirs, rassurée par le discours officiel sur la maîtrise de l'eau, l'opinion y est facilement manipulable. Ainsi, lors d'un référendum en 2000 (Proposition 202) impulsé par une association locale sous l'égide du Sierra Club, la population de l'Arizona rejeta l'idée de limiter les constructions à l'intérieur de périmètres préétablis pour lutter contre l'étalement urbain (urban growth boundaries). Andrew Ross a étudié comment l'opinion fut retournée par des campagnes de presse bien orchestrées et richement financées : les premiers sondages montrèrent que la population approuvait à 70 % ces règles d'urbanisme destinées à contrôler la spéculation foncière mais les lobbies industriels se déchaînèrent. 70 % se prononcèrent finalement contre la Proposition et aucune loi après cela ne fut votée qui pût gâcher « the appetite for urban fringe expansion. » (Ross 55)

  • 32 www.azfamily.com 9/04/2013 (consulté 25 août 2013)
  • 33 Forbes 30/07/2012

35Plus encore que dans toute autre ville, la mystique de la croissance préside aux destinées de Phoenix. L'une des raisons en est que l'Arizona a toujours souffert de son image de parent pauvre face à une Californie flamboyante, le Golden State de tous temps admiré et adulé. Ce complexe d'infériorité se lit dans les politiques locales. Phoenix aspire à devenir la nouvelle Silicon Valley et le dit haut et fort. « Competition is heating up for the title of the new Silicon Valley », peut-on lire dans le journal local,32 citant les bas coûts de l'habitat, les exonérations d'impôts pour les entreprises, et des taxes sur l'eau remarquablement dépréciées. En 2012, le magazine Forbes titrait « Is Phoenix the next Silicon Valley? »33 et indiquait les modestes loyers de splendides appartements en cœur de ville, dotés de deux salles de bain.

  • 34 http://www.lakepowellchronicle.com (consulté 31/05/2014) : “An annual release of 7.48 maf is the lo (...)
  • 35 www.azcentral.com 30/04/2013 (consulté 25/08/2013)
  • 36 Léa Sebastien, « Quand les acteurs faibles et absents s’immiscent dans la négociation environnement (...)

36En août 2013, le Bureau of Reclamation annonçait officiellement que pour la première fois depuis la construction en 1963 du barrage de Glen Canyon, la quantité d'eau relâchée du lac Powell serait diminuée de 10 % à compter du 1er octobre, début de l'année de l'eau (qui se termine en septembre), soit un lâcher annuel de 7,48 maf au lieu de 8,23 maf, une mesure qui pourrait se traduire par une révision à la baisse des attributions d'eau à l'Arizona.34 Dans le même temps, le maire Démocrate de Phoenix, Greg Stanton, négociait avec des entreprises basées dans la baie de San Francisco pour les inciter à délocaliser leurs activités dans la Vallée du Soleil, vantant les mérites d'une région idéale, « a prime location for technology and manufacturing jobs »35. La déconnexion entre d'un côté, la gestion des ressources naturelles reléguée à une pure approche technicienne, et de l'autre, les politiques économiques guidées par la volonté de croissance, atteint son paroxysme dans cette absence de concertation et de vision globale du futur. Cantonnée à une pure gouvernance technocratique, l'eau se trouve dépolitisée, absente du débat sur les grandes orientations politiques. C'est bien en définitive ce statut de l'eau, subordonnée muette des intérêts économiques, acteur absent des projets d'expansion industrielle,36 qui constitue un facteur intrinsèque de risque.

3/Un État fédéral démissionnaire ?

  • 37 Department of Agriculture: Cost of Fighting Wildfires in 2014 Projected to be Hundreds of Millions (...)

37A moins d'une catastrophe majeure, Phoenix n'acceptera jamais de freiner sa croissance économique et démographique d'elle-même. La gestion de l'eau dépendant en grande partie du fédéral, surtout s'il faut en venir à renégocier la Loi du Fleuve, la tutelle nationale pourrait fort bien à l'avenir s'exercer comme une forme de contre-pouvoir et de moyen de pression face à des pouvoirs locaux récalcitrants. L'exemple de la gestion fédérale du risque incendie est très instructif à cet égard. Durant la dernière décennie, les incendies ont augmenté en amplitude et les dépenses fédérales pour les contrôler se sont envolées, atteignant presque 2 milliards de dollars par an,37 dont une grande partie est consacrée à la protection des zones habitées, et non à des actions de lutte préventive. Mais pourquoi, se demande l'économiste Ross Gorte, le pouvoir fédéral continue-t-il à soutenir financièrement la construction d'habitations dans des zones déclarées vulnérables (WUI: Wildland-Urban Interface) ? Gorte souligne l'incohérence des politiques locales d'urbanisme sur lesquelles le pouvoir fédéral n'a pas de prise directe, alors même que celui-ci doit en assurer les risques. Il rappelle que le principe du fédéralisme donne les moyens d'une supervision des décisions locales efficace et surtout d'une mise en œuvre rapide. Gorte énumère les moyens de pression et incitations dont le pouvoir fédéral pourrait se prévaloir pour responsabiliser dirigeants politiques locaux et spéculateurs fonciers, et modérer leurs appétits urbanistiques : jouer sur les déductions fiscales des intérêts des prêts à la construction, clauses environnementales à respecter, assurances, codes de construction… (Gorte 13) Toutes mesures qui pourraient de même un jour s'appliquer dans les villes soumises à un stress hydrique pour limiter leur développement.

38L'histoire de la croissance de Phoenix après 1945 justifierait pleinement cette ingérence. Après la guerre, l'Arizona fut l'un des premiers États à limiter les droits syndicaux et baisser les charges fiscales des entreprises. L'État réussit ainsi à attirer des centaines d'entreprises dans l'électronique, l'aéronautique et la finance. Mais les subsides fédéraux contribuèrent fortement à cette nouvelle prospérité. Les grandes entreprises telles que Motorola, Honeywell, Goodyear ou encore General Electric profitèrent des aides fédérales liées aux contrats de défense militaire, tandis que des bases d'entraînement de l'armée de l'air s'implantaient, bénéficiant du ciel clair et du temps sec de la région. Phoenix constituait à cet égard un emplacement de choix, répondant aux critères de la politique de la guerre froide consistant à éloigner les centres industriels et militaires stratégiques des côtes. En abondant dans le sens du puissant lobby des constructeurs automobiles, promoteurs et autres entrepreneurs du bâtiment, les autorités fédérales encouragèrent la pression foncière. Et en construisant ou subventionnant généreusement routes, autoroutes, ponts et infrastructures, c'est le fédéral qui transforma une petite ville essentiellement tournée vers l'agriculture en une grande métropole industrielle. Il peut par conséquent sembler étonnant de voir l'État fédéral se dégager aujourd'hui de toute responsabilité de contrôle de ce qu'il a lui-même créé.

  • 38 Arizona Center for Investigative Reporting, 2.8 million Arizonans live within vulnerable zones fro (...)
  • 39 Description des Superfund sites disponible sur le site de l'Environmental Protection Agency. [Consu (...)

39En outre, l'activité industrielle peut aussi générer des pollutions qui mettent en danger les réserves d'eau.38 Depuis les grandes lois environnementales des années 60, l'agence fédérale de l'environnement (Environmental Protection Agency) a la responsabilité de gérer les sites gravement contaminés par des rejets toxiques, les Superfund sites. Or, de larges pollutions de la nappe phréatique de Phoenix par des solvants et métaux lourds ont résulté de l'activité de certaines sociétés chimiques et électroniques. Motorola en particulier a laissé trois sites Superfund durablement contaminés.39 Une grande partie des ressources en eaux souterraines de Phoenix est aujourd'hui considérée comme inutilisable : "The shutting down of Phoenix's drinking water wells in the 1980s reduced overall groundwater supply by as much as 25 percent, and, by 1989, officials were projecting that an additional 20 percent would be lost to contamination over the next fifty years". (Ross 138)

40Devant l'ampleur des dégâts, les entreprises polluantes se sont lancées dans des opérations de recyclage partiel de leur eau, assorties de vastes campagnes de communication. Ainsi, la société Intel installée à Chandler près de Phoenix dit recycler 75 % de l'eau contaminée par ses procédés de fabrication de puces informatiques. Aujourd'hui, la Vallée du Soleil abrite plus de 600 sociétés de haute technologie. Les enjeux économiques sont donc si considérables que les responsables locaux minimisent leur consommation d'eau, très élevée dans la production des semi-conducteurs, ainsi que les pollutions engendrées par les procédés industriels. Seule la rentabilité constitue le gage de leur valeur : « An acre-foot of water in the hands of a semi-conductor manufacturer can generate nearly a million dollars in revenue, while the same acre-foot in the hands of an alfalfa farmer would produce only about sixty dollars. » (Glennon 1873) Cette petite phrase résume bien les enjeux, ouvrant potentiellement une chasse aux sorcières contre les agriculteurs mis en concurrence. Ces derniers objectent que rien dans cette affirmation de Glennon n'est dit de la valeur d'usage des diverses productions. Les écologistes renchérissent en comparant les externalités environnementales entre industrie et agriculture. Mais ces débats éludent la question principale. La croissance économique est-elle soutenable et souhaitable dans cette région ? Si l'eau vient à manquer pour les 56 millions d'habitants du sud-ouest actuels, comment approvisionner les presque 100 millions projetés en 2050 ? Et cela sans compter le coût énergétique, car de nombreux aqueducs fonctionnent en non gravitaire. L'eau du Colorado est pompée vers Phoenix à quatre points différents sur son parcours grâce à de l'électricité produite par une centrale à charbon, la Navajo Generating Station, par ailleurs grosse émettrice de gaz à effet de serre. L'interconnexion entre eau et énergie doit aussi être prise en compte.

Conclusion : Ré-habiter le désert

  • 40 Schlosser et al, The Future of Water Global Stress, Massachusetts Institute of Technology, 2014.

41Une récente étude conduite par le MIT40 a montré que 52 % de la population mondiale (projetée à 9,7 milliards d'êtres humains) risque fort de vivre dans des conditions de stress hydrique en 2050. Pour évaluer la pénurie, les chercheurs ont fait appel à plusieurs paramètres, qu'ils ont isolés puis croisés pour en modéliser les conséquences à l'horizon 2050 : changement climatique exacerbant les sécheresses ou au contraire provoquant des inondations, croissance économique et augmentation de la population. Ils sont partis de l'hypothèse d'un quasi statu quo dans la gouvernance institutionnelle. L'étude montre que de manière globale, l'impact de la croissance économique dépassera largement celui du changement climatique sur l'augmentation du risque de pénurie d'eau (Schlosser 23). Dans une seconde étape, les chercheurs ont prévu d'affiner leurs modèles à des échelles régionales. Toute l'originalité remarquable de ces simulations tient dans la comparaison des combinaisons possibles entre d'une part les effets des dérèglements climatiques et d'autre part ceux de la croissance économique et démographique, afin de mesurer l'ampleur de futures crises de l'eau.

42A cet égard, Phoenix, tout comme Los Angeles ou Las Vegas, illustre très bien ces interactions dangereuses. Mégapole riche au regard de la planète, bénéficiant des mannes fédérales, protégée par ses ingénieuses infrastructures hydrauliques sous la surveillance d'une armée de techniciens et gestionnaires, encadrée par des lois et contrats sur l'eau savamment négociés, la Vallée du Soleil n'est pas menacée de soif dans un avenir proche. Mais sa croissance urbaine et industrielle est facteur de risque et la fragilise. On peut l'imaginer dans le futur : tentaculaire, bétonnée, au milieu d'un désert agricole. Mais alors elle ne sera plus une oasis (définie comme un havre naturel), juste un camp retranché contre le désert.

43Le stress hydrique de Phoenix ne peut être isolé d'une tension sur la ressource plus étendue. Le Grand Los Angeles avec ses quelque 13 millions d'habitants, San Diego, Las Vegas sont atteints. Au Texas et au Nouveau-Mexique, touchés par de graves sécheresses à répétition (« The New Normal », disent les Texans), on assiste au déclin de la ruralité et à un boom minier, les petits fermiers, les plus vulnérables, vendant leurs droits d'eau aux industriels.41 Mais des protestations s'élèvent, traduisant un malaise profond et un refus de voir une ressource vitale séquestrée, comptabilisée et artificialisée pour la rendre toujours plus productive. Pour ce courant de pensée qui traverse l'Histoire américaine, l'eau n'est pas seulement une ressource à monnayer, elle structure tout l'imaginaire d'un territoire. En 1968, le poète-explorateur Edward Abbey écrivait :

Water, water, water....There is no shortage of water in the desert but exactly the right amount, a perfect ratio of water to rock, water to sand, insuring that wide free open, generous spacing among plants and animals, homes and towns and cities, which makes the arid West so different from any other part of the nation. There is no lack of water here unless you try to establish a city where no city should be.42

44« Business as usual cannot continue », avertit James L. Powell, s'inscrivant dans la filiation historique de figures comme John Wesley Powell ou Edward Abbey. Mais bien peu sont prêts à accepter cette vérité dérangeante à Phoenix, tant cette vaste métropole bordée de villes-oasis se repaît de la vision mythique d'un désert transformé en jardin d'Éden. On assiste donc à une double construction sociale du risque naturel. Hubris technologique, conquête à jamais renouvelée : le grand mythe de l'Ouest est convoqué dans la représentation d'un risque de pénurie d'eau minimisé. Mais on peut aussi, à l'inverse, considérer que ce risque de pénurie, si minimisé soit-il, n'est qu'un artefact humain, le résultat de l'extravagante surexploitation des ressources naturelles. La vulnérabilité de Phoenix n'est pas due à la rareté de l'eau. Bien au contraire, l'abondance de l'eau dans ce désert y est remarquable, du moins tant que le changement climatique n'y fait pas des ravages. La vulnérabilité de cette ville du désert est due au mythe persistant, aveuglant, d'une croissance économique sans fin.

Haut de page

Bibliographie

ABBEY, Edward. Desert Solitaire. A Season in the Wilderness. New York: McGraw Hill, 1968.

ANDREWS, Richard. Managing the Environment, Managing Ourselves. New Haven: Yale University Press, 2006.

BONNEUIL, Christophe et Jean-Baptiste FRESSOZ. L'événement anthropocène. Paris : Seuil, 2013.

BUREAU of RECLAMATION. « Colorado River Basin Water Supply & Demand Study » [online]. 2013. Available at <http://www.usbr.gov/lc/region/programs/crbstudy.html>.

DeBUYS, William. A Great Aridness. Climate Change and the Future of the American Southwest. Oxford: Oxford University Press, 2011.

DIAMOND, Jared. Collapse. New York: Penguin Books, Revised Edition 2011.

DURAND, Frédéric et Julie CELNIK. « L'essor des préoccupations environnementales en Amérique du Nord. ». In GIBAND, David (éd.). L'Amérique du Nord au XXIème siècle. Enjeux, défis et perspectives. Paris : Ellipses, 2012, 119-130.

FAGAN, Brian. The Great Warming. Climate Change and the Rise and Fall of Civilizations. New York: Bloomsbury Press, 2008.

FAGAN, Brian. « Phoenix's Looming Water Crisis ». Archaeology. 2011, vol. 64, n°2, 16.

GARFIN, Gregg, et al. Assessment of Climate Change in the Southwest United States: A Report Prepared for the Third National Climate Assessment. Washington, DC: Island Press, 2013.

GLEASER, Edward. Triumph of the City. London: Macmillan, 2011.

GLEICK, Peter. « Roadmap for Sustainable Water Resources in Southwestern North America ». Proceedings of the National Academy of Sciences. 2010, vol. 107, n°50, 21300-21305.

GLENNON, Robert. « Water Scarcity, Marketing, and Privatization ». Texas Law Review. 2005, vol. 83, n°7, 1873-1887.

GORTE, Ross. The Rising Cost of Wildfire Protection [online]. 2013. Available at <http://headwaterseconomics.org/wildfire/fire-costs-background/>

GRACE, Stephen. Dam Nation. How Water Shaped the West and Will Determine its Future. Guilford: Globe Pequot Press, 2012.

HIRT, Paul, GUSTAFSON, Annie and Kelli LARSON. « The Mirage in the Valley of the Sun ». Environmental History. 2008, vol. 13, n°3, 482-514.

INGRAM, B. Lynn and Frances MALAMUD-ROAM. The West Without Water. Berkeley: University of California Press, 2013.

LARRERE, Catherine et Raphaël LARRERE. Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l'environnement. Paris : Aubier, 1997.

LASSERRE, Frédéric et Luc DESCROIX. Eaux et territoires. Tension, coopérations et géopolitique de l'eau. Québec : Presses universitaires du Québec, 2011.

LEOPOLD, Aldo. « Les lagons verts ». In ALDO, Leopold. Almanach d'un comté des sables. Paris : Flammarion, 2000 (trad. de l'américain), 181-192.

LIDDELL, Eliane. « La banlieue aux États-Unis. De l'étalement urbain au New Urbanism : rupture ou continuité ? ». In DODEMAN, André et Cyril BESSON (éds). Ville et environnement : regards croisés sur le monde postcolonial. Paris : Michel Houdiard, 2014, 80-96.

LOGAN, Michael. Desert Cities. The Environmental History of Phoenix and Tucson. Pittsburgh: University of Pittsburgh Press, 2006.

MacLEAN, Alex. Over: the American Landscape at the Tipping Point. New York: Abrams, 2008.

MEKONNEN, Mesfin and Arjen HOEKSTRA. « National Water Footprints Accounts: the Green, Blue and Grey Water Footprints of Production and Consumption ». Value Of Water Research Report Series. 2011, n°50.

ORESKES, Naomi et Erik CONWAY. L'effondrement de la civilisation occidentale. Paris : Les liens qui libèrent, 2014.

POWELL, James. L. Dead Pool. Lake Powell, Global Warming and the Future of Water in the West. Berkeley: University of California Press, 2008.

PRUD'HOMME, Alex. The Ripple Effect. The Fate of Fresh Water in the Twenty-first Century. New York: Scribner, 2011.

PURDUE, Louise. « Dynamique des paysages agraires et gestion de l'eau dans le bassin semi-désertique de Phoenix, Arizona de la Préhistoire à l'Époque Moderne ». Thèse: Histoire et Archéologie. Nice : Université Sophia Antipolis-CEPAM, 2011.

REISNER, Marc. Cadillac Desert: The American West and its Disappearing Water. New York: Penguin Books, 1986.

ROSS, Andrew. Bird On Fire. Lessons from the World's Least Sustainable City. Oxford: Oxford University Press, 2011.

SCHLOSSER, C. Adam, et al. The Future of Global Water Stress: An Integrated Assessment. Report. Cambridge: MIT Joint Program on the Science and Policy of Global Change, 2014. Available online at <http://globalchange.mit.edu/>.

SEBASTIEN, Léa. « Quand les acteurs faibles et absents s’immiscent dans la négociation environnementale ». Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [en ligne]. 2011, n°11. Disponible à l'adresse < http://tem.revues.org/1262>.

STEINBERG, Ted. Acts of God. The Unnatural History of Natural Disaster in America. New York: Oxford University Press, 2000.

TAINTER, Joseph. The Collapse of Complex Societies. Cambridge: Cambridge University Press, 1988.

UMOFF, Allie. « An Analysis of the 1944 U.S.-Mexico Water Treaty ». Environs: Environmental Law and Policy Journal. 2008, vol. 32, n°1, 69-99.

WORSTER, Donald. Under Western Skies. Oxford: Oxford University Press, 1992.

Haut de page

Notes

1 Source US Census Bureau 2010

2 Contrairement aux préconisations des nouveaux urbanistes (Smart Growth urbanism) de resserrer le tissu urbain et de préserver la ceinture périurbaine des terres agricoles.

3 Voir les sites <www.crwd.org> et <www.coloradowater.org> du Colorado River District consultés le 28/05/2014.

4 Ibid.

5 Site du Bureau of Reclamation. [Consulté le 30/05/2014]. Disponible à l'adresse <www.usbr.gov/main/about/>.

6 Chiffres du Bureau of Reclamation : depuis dix ans, plus de 93 % du débit considéré comme naturel du fleuve est consommé (débit naturel 16,4 maf -millions d'acres-pied-, débit consommé sur la période 2002-2011 : 15,3 maf). Grâce aux barrages, le système hydraulique peut conserver 60 maf, ce qui correspond à environ 4 années de débit naturel. Cette réserve d'eau a permis jusqu'à présent de satisfaire la demande.

7 La rivalité ancienne entre l'Arizona et la Californie est bien connue. En 1934, par exemple, l'Arizona essaya d'empêcher la construction de Parker Dam et l'accaparement de l'eau du Colorado par la Californie. La Cour suprême donna raison à l'Arizona mais le Congrès finit par autoriser la construction du barrage (Prud'homme 195). Un exemple de tension transfrontalière : les États-Unis aimeraient importer de l'eau du Canada dans le cadre de l'ALENA mais ce projet rencontre de fortes réticences de la part des Canadiens (Lasserre 391 ; Durand et Celnik 130).

8 Vidéo accompagnant l'article de Suzanne Goldenberg A Texan tragedy: ample oil, no water. The Guardian, en ligne]. 11/08/2013. [Consulté le 12/08/2013]. Disponible à l'adresse <http://www.theguardian.com/environment/>.

9 Parmi les nombreuses études consacrées aux perturbations du cycle de l'eau dans l'Ouest dues au réchauffement climatique, on citera Peter Gleick considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de l'eau (Gleick 2010, 21301). L'auteur résume les travaux des nombreux climatologues qui ont effectué des simulations pour l'Ouest américain. La sécheresse de la dernière décennie n'atteint pas la sévérité des grandes sécheresses médiévales des années 1100 mais les températures sont plus élevées. C'est cette projection évaluée à un haut niveau de probabilité d'une hausse progressive des températures avec notamment son impact sur la fonte des neiges et sur la pluviométrie due à la dynamique perturbée des océans qui permet d'anticiper les futures baisses hydriques. Voir aussi le site du Pacific Institute [Consulté le 31/05/2014] dont Peter Gleick est le président. Disponible à l'adresse <http://pacinst.org/issues/climate-change-vulnerability-and-resilience/>. Gleick considère que les variabilités naturelles sont aussi en jeu, ce qui complique les modèles. Voir à ce sujet Dai, Aiguo. “Increasing Drought under Global Warming in Observations and Models”. Nature Climate Change. 2013, vol. 3, 52-58.

10 En plus des ouvrages cités en bibliographie, des œuvres prédisant un avenir sombre rencontrent un grand succès, attestant d'un attachement profond à cette région mythique, objet de toutes les fascinations. Suivant une longue tradition américaine mêlant le poétique au scientifique comme dans le classique de référence qu'est Printemps Silencieux de Rachel Carson (1962), les auteurs évoquent leur peur d'un effondrement majeur. En guise d'illustrations, on peut citer Dam Nation (2012) de Stephen Grace ; Savage Dreams (1994) de Rebecca Solnit ; The Secret Knowledge of Water: Discovering the Essence of the American Desert (2001) de Craig Childs ; Thinking Like a Watershed: Voices from the West (2012) de Jack & Celestia Loeffler (eds.) ou encore Over (2008) de Alex MacLean.

11 US Census Bureau. La population de l'Arizona a augmenté de 16,8 % entre 2000 et 2006 (US 5,75 % ; Ouest 8,4 %) et de 7,4 % entre 2007 et 2013, une accalmie due à la récession et à la crise immobilière (US 4,95 % ; Ouest 6,7 %).

12 National Climate Assessment : la version finale de ce gros rapport élaboré par plus de 300 scientifiques a été remise officiellement au président Obama le 6 mai 2014. Secteur par secteur et région par région, il détaille les effets du changement climatique présents et à venir. Il est disponible sur le site <http://nca2014.globalchange.gov/>, consulté le 15 mai 2014.

13 “Colorado River Basin Water Supply and Demand Study”, 2013, Executive Summary, p.1.

14 Ibid p.6.

15 Voir Bonneuil et Fressoz 2013, 97. Les auteurs développent l'idée que la conscience des limites naturelles et des dérèglements écologiques globaux s'est développée dès le début de l'ère industrielle mais qu'elle n'a pas été reconnue à sa juste valeur, d'où l'impression actuelle, selon eux fausse, qu'on découvre les problèmes et que la solution va venir d'une expertise nouvellement acquise. A cet égard, notre article se situe dans la droite ligne de cette vision historiographique.

16 Voir notamment James Powell, Dead Pool (2008); Brian Fagan, Phoenix's Looming Water Crisis. (2011). Archaeology. vol. 64, n°2. www.jstor.org/stable/41780666 (consulté 31/05/2014) ; dans les medias, on notera William Debuys, Exodus from Phoenix (14 mars 2013) www.tomdispatch.com (consulté 30/05/2014) ; et plus particulièrement, Craig Child, Phoenix Falling ? (16 avril 2007), High Country News magazine.

17 Voir les travaux de thèse doctorale sur les Hohokams de Louise Purdue. Dans sa conclusion, l'auteure affirme que l'augmentation de la population au cours de la période Classique a contribué à la fragilisation de leur système (p.532). Elle réfute l'idée d'une disparition brutale des Hohokams (thèse jusqu'alors dominante) : la communauté d'irrigation Hohokam aurait connu un lent déclin.

18 L'édification de ce barrage donna lieu à une résistance farouche d'écologistes comme David Brower. Edward Abbey en fit le thème de son roman le plus connu, The Monkeywrench Gang, 1975 (Le gang de la clef à molette).

19 Voir par exemple Oreskes et Conway 2014.

20 Peter Gleick, co-fondateur du Pacific Institute, en est sans doute l'un des meilleurs représentants. Voir le site Circle of Blue <www.circleofblue.org>. Voir aussi Sandra Postel sur le site du Post Carbon Institute <www.postcarbon.org> et toutes les études concernant les notions d'empreinte eau et eau virtuelle (Mekonnen 21), études qui visent in fine à rationaliser l'usage de l'eau au maximum, <www.waterfootprint.org> (sites consultés 10 juin 2014). L'empreinte eau, en plus des usages domestiques, inclut l'eau contenue dans la consommation de produits. Sur la période 1996-2005, l'empreinte eau individuelle d'un Américain est élevée (2842 m3 de prélèvements d'eau par an) comparée à la moyenne mondiale (1385 m3) ou même française (1786 m3); à noter cependant que dans le calcul de l'eau virtuelle importée, les États-Unis se situent dans la moyenne mondiale (20 % au lieu par exemple des 47 % français) (Mekonnen 25-27). Frédéric Lasserre fait également ressortir les grosses économies d'eau que les États-Unis ont déjà su réaliser (Lasserre 56).

21 On se reportera au US Census of agriculture 2012 (publié en mai 2014) : en Arizona, les grosses productions des filières animales (ranching) ou du coton, responsables d'énormes prélèvements d'eau, se portent bien et continuent d'alimenter les circuits de distribution longs (États-Unis et exportations).

22 L'exemple du delta du Colorado est à cet égard révélateur. L'eau n'atteint plus l'embouchure du fleuve depuis des années, ne laissant plus qu'une trace blanche de sel. Tout l'écosystème est en danger. Les deux tiers des espèces endémiques de poissons du fleuve sont menacés d'extinction. On mesure l'étendue du désastre écologique lorsqu'on relit Les lagons verts d'Aldo Leopold qui raconta son séjour dans le delta en 1922. En mars 2014, grâce à une action conjointe de plusieurs agences de l'eau, et suite à un accord avec le Mexique, une opération dite de pulse-flow qui consiste en un lâcher d'eau économisée sur l'irrigation a permis de façon éphémère au Colorado de rejoindre l'océan. Opération certes symbolique mais qui indique une nouvelle forme de prise de conscience.

23 US Census of Agriculture 2012.

24 <www.nytimes.com/2012/02/10/science/earth/despite-yuck-factor-treated-wastewater-used-for-drinking> (consulté le 12/08/2013).

25 Site officiel de la ville de Phoenix <http://phoenix.gov/waterservices/> (consulté le 6 juin 2014)

26 Andrew Ross met surtout l'accent sur la spéculation foncière effrénée, l'argent facile qui en découle et l'hypermobilité. Un thème récurrent qu'on retrouve par exemple dans Craig Childs, Phoenix Falling?” (ibid) : pour l'auteur, la croissance incontrôlée de la ville ressemble fort à ce qui causa la désorganisation de la société Hohokam.

27 Donald Worster est avec Wallace Stegner une des grandes figures contemporaines de l'Histoire de l'Ouest nord-américain. Pionnier du mouvement universitaire de recherche en histoire environnementale outre-Atlantique, il a beaucoup écrit sur les politiques de l'eau dans l'Ouest.

28 Voir le dernier recensement agricole publié en mai 2014 : 2012 U.S. Census of Agriculture. [Consulté le 2 juin 2014]. Disponible à l'adresse <http://www.agcensus.usda.gov/Publications/2012/>.

29 Peter Gleick a tenté un recensement partiel des organismes ou entités politiques impliqués dans la gestion de l'eau de l'Ouest. Il en liste 35 au niveau fédéral dont cinq Départements d'État, et des dizaines aux niveaux régional, d'État et local (Gleick 21304). Voir aussi Andrews 142.

30 Pour l'historique de la controverse sur l'ensemencement des nuages (cloud seeding), voir Steinberg 128.

31 Voir Edward Glaeser, Triumph of the City, 2011. L'auteur montre que certaines villes américaines contrôlent très bien leur expansion démographique. Les exemples les plus connus sont Portland dans l'Oregon et San Francisco. Glaeser pense qu'une réflexion est à mener sur la pertinence de ces politiques dans des villes naturellement peu vulnérables. Selon lui, ce sont les métropoles les plus écologiquement fragiles comme Las Vegas ou Phoenix qui doivent en priorité s'atteler à contrôler leur expansion. Glaeser développe aussi le thème provocateur d'une forme de beauté à savoir trouver dans le déclin, en prenant comme exemple Detroit, usant d'un oxymore Shrinking to Greatness, p.64.

32 www.azfamily.com 9/04/2013 (consulté 25 août 2013)

33 Forbes 30/07/2012

34 http://www.lakepowellchronicle.com (consulté 31/05/2014) : “An annual release of 7.48 maf is the lowest release since the filling of Lake Powell in the 1960s. Lake Mead is projected to decline an additional eight feet during 2014 as a result of the lower Lake Powell annual release.”

35 www.azcentral.com 30/04/2013 (consulté 25/08/2013)

36 Léa Sebastien, « Quand les acteurs faibles et absents s’immiscent dans la négociation environnementale », Territoire en mouvement [en ligne]. 2011, n°11. [Consulté le 30 mai 2014]. Disponible à l'adresse <http://tem.revues.org/1262>.

37 Department of Agriculture: Cost of Fighting Wildfires in 2014 Projected to be Hundreds of Millions of Dollars over Amount” www.usda.gov/wps/portal/usda/usdahome?contentid=2014/05/0075.xml (consulté le 31 mai 2014). http://wildland-fires.findthebest.com/ (consulté 31 mai 2014) : pour se rendre compte de l'augmentation des superficies brûlées, il faut comparer sur une période suffisamment longue, depuis 1960.

38 Arizona Center for Investigative Reporting, 2.8 million Arizonans live within vulnerable zones from toxic chemical leaks [en ligne]. [Consulté le 3 juin 2014]. Disponible à l'adresse <http:azcir.org/az-risk-management-plans-epa/>.

39 Description des Superfund sites disponible sur le site de l'Environmental Protection Agency. [Consulté le 2 juin 2014]. Disponible à l'adresse <http://yosemite.epa.gov/r9/sfund/r9sfdocw.nsf>.

40 Schlosser et al, The Future of Water Global Stress, Massachusetts Institute of Technology, 2014.

41 Sasha Abramsky, “Dust Bowl Blues”, in The Nation, 5 août 2013. James William Gibson, “The Big Dry”, Earth Island Journal, 2014.

42 In Désert Solitaire: A Season in the Wilderness, 1968.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le bassin hydrographique du Bas-Colorado.
Légende Source en.wikipedia.org/wiki/Colorado_River (consulté le 29 mai 2014)
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/1821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Photo 1 - Vue aérienne du lac Powell prise en juillet 2013. La bande blanche des dépôts sédimentaires (bathtub ring) atteste de la baisse du niveau de l'eau (cliché auteur).
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/1821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Photo 2 - Le barrage de Glen Canyon en juillet 2013 (cliché auteur).
URL http://journals.openedition.org/orda/docannexe/image/1821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éliane Liddell, « Phoenix : une métropole-oasis en péril ? », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 218 | 2015, mis en ligne le 05 juillet 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/orda/1821 ; DOI : 10.4000/orda.1821

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals