Navigation – Plan du site
Migrations latino-américaines

Le vote à distance des migrants colombiens : élections dans un univers de « débrouille »

El voto a distancia de los migrantes colombianos: elecciones en un universo de “rebusque”
Olga L. Gonzalez
p. 29-44

Résumés

Les droits politiques des migrants colombiens n’ont cessé de s’étendre. A la possibilité d’élire le président, acquise depuis quarante cinq ans, s’ajoute depuis 1991 le droit d’élire des députés. Malgré cette avancée des institutions, les migrants colombiens n’exercent pas une pratique politique transnationale. Cet article propose un cadre d’interprétation pour comprendre les limites du système politique et les pratiques afférentes. Sur la base d’une analyse du processus d’extension des droits et de leur pratique, l’auteur développe les notions de « dysfonctionnements » et de « débrouille » pour qualifier les pratiques des migrants colombiens à l’étranger.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la mesure où elles ont une influence sur les conditions de vie dans le pays d’origine, les pratiques des migrants telles que la participation aux élections, l’appartenance à un parti dans le pays d’origine, les contributions à des campagnes civiques ou monétaires dans le pays d’origine, entre autres, constituent des « pratiques politiques transnationales » (Guarnizo, 2003). Dans cet article, nous examinons une pratique politique transnationale en particulier, à savoir le vote à distance d’une communauté de migrants. La participation électorale dans le pays d’origine, une perspective relativement peu développée en Europe (Østergaard-Nielsen, 2001), nous semble une approche très stimulante pour moduler les facteurs intervenant dans l’implication transnationale des acteurs.

2En matière de pratiques politiques, les facteurs traditionnellement retenus pour rendre compte du degré de mobilisation des migrants se réfèrent aux caractéristiques sociales et démographiques des communautés de migrants (et ici l’on met en avant les données relatives au genre, à l’âge, au niveau éducatif et social…) ainsi qu’aux processus et dynamiques engendrés par les sociétés d’accueil (et ici l’on examine la durée d’installation, le développement ou non d’ethnicité « réactive » ou « linéaire » [Portes, 1999], etc). Bien que nous sommes convaincus de la pertinence de ce genre d’analyses, elles nous semblent rendre compte de manière partielle des phénomènes examinés. Pour cette raison, dans cet article nous voulons avancer un autre type d’explication sur le type de mobilisation électorale observée auprès de la communauté de migrants que nous étudions, les Colombiens de l’étranger.

3Nous développons l’idée que pour comprendre le niveau de mobilisation politique dans le pays d’accueil, il faut aussi connaître les types de mobilisation politique et l’apprentissage social expérimentés dans le pays d’origine. Nous montrerons dans cet article qu’il existe des continuités dans les dynamiques observées dans le pays d’origine et à l’extérieur de celui-ci. Dans un premier temps, nous replacerons en perspective la migration colombienne. Ensuite nous apporterons des éléments pour comprendre le cadre institutionnel de l’extension des droits politiques des migrants, en retraçant ses principales étapes. Par la suite, à partir de l’examen des résultats des élections de ces migrants dans les 40 dernières années et de l’analyse mise en place de la circonscription électorale spéciale réservée aux migrants, nous présenterons les notions de dysfonctionnements et de débrouille comme outils analytiques.

La diaspora colombienne

  • 1 Nous utiliserons le terme dans le sens ordinaire donné en Colombie, c’est-à-dire comme synonyme de (...)

4Ceux qui sont appelés ordinairement dans le pays les Colombiens de la diaspora1 occupent une place importante dans les débats nationaux. La taille de la communauté des migrants colombiens et surtout son importance économique en font un nouvel acteur de la vie sociale. Actuellement, la Colombie est le pays d’Amérique du Sud ayant le plus grand nombre d’émigrants. Selon les données du recensement effectué en 2006, environ 3,3 millions de Colombiens vivent à l’étranger. D’autres sources officielles, comme le Ministère des Affaires Étrangères colombien, estiment qu’ils sont 4,25 millions. Ces chiffres donnent l’ordre de grandeur de la diaspora : environ 10 % de la population colombienne réside à l’extérieur des frontières. Les Colombiens sont dispersés dans différents pays d’Amérique (États-Unis, Venezuela, Équateur…) et d’Europe (Espagne, Angleterre, France…). Si certaines vagues d’émigration se sont produites depuis les années 1960 (par exemple vers le Venezuela ou vers les États-Unis), les flux d’émigration sont restés relativement constants jusque dans les années 1990. A la fin de cette décennie, ils ont explosé, donnant lieu au « boom migratoire andin » (Gonzalez, 2008a).

5Les Colombiens ayant émigré depuis le milieu des années 1990 font aujourd’hui l’attention de nombreux programmes gouvernementaux qui ont pour objectif central le maintien de liens avec le pays et la réaffirmation de l’identité nationale. De fait, cette attention s’explique dans une large mesure en raison de l’importance économique de ces migrants dans l’économie nationale. En 2006, les migrants ont réalisé des transferts d’argent pour un montant de 3 890 millions de dollars, ce qui représente environ 3 % du PIB de la Colombie. Ces transferts sont devenus une des premières ressources de devises pour le pays.

6Les bienfaits économiques de la diaspora sont une donnée ancrée dans plusieurs secteurs de la société. A côté de ceux-ci, l’existence de mécanismes de représentation politique reste assez largement méconnue, malgré l’ancienneté des institutions.

L’élection du président à distance, une institution créée dans un contexte de crise

7La possibilité de participer aux élections remonte loin dans le temps. La loi permettant d’exercer le droit de vote pour l’élection présidentielle depuis l’étranger a été adoptée en 1961, ce qui situe la Colombie parmi les pays pionniers en matière de règles de participation électorale en Amérique latine. La possibilité de voter a été une conséquence de l’exode massif de Colombiens vers le Venezuela, dès les années 1950. Rappelons que cet exode vers le Venezuela frontalier fut occasionné par la guerre que se livraient depuis des années les partisans du parti libéral et du parti conservateur. De milliers de civils ont du fuir la violence, et beaucoup choisirent de s’installer au Venezuela.

8L’introduction du vote à distance fut une « stratégie pour couvrir de légitimité le système électoral » (Serrano, 2004). Il contribuait à redonner une apparence de légitimité à un régime politique discrédité, qui avait engendré la violence et qui limitait l’exercice de la démocratie. En effet, un pacte souscrit en 1958 entre les chefs des deux partis libéral et conservateur avait établi que ces deux partis seraient les seuls à exercer le pouvoir. Aucun autre mouvement ou parti n’était admis lors des élections.

1991 et l’élargissement de la représentation des Colombiens de l’étranger

9En 1991 fut promulguée une nouvelle Constitution. Celle-ci fut rédigée à la suite du processus de paix réalisé avec le groupe guérillero M19 et alors que le système politique était secoué par l’extrême violence déchaînée par la guerre des narcotrafiquants contre l’État. Alors que les élus de ces deux grands partis étaient décrédibilisés, le système politique devait se réformer pour maintenir sa légitimité. La Constitution représenta un véritable saut en avant dans la mise en place des mécanismes démocratiques. Cette Constitution se proposa d’ouvrir de nouveaux espaces de participation et de représentation électorales, aussi bien au Sénat comme à la Chambre de Représentants. Concernant les Colombiens de l’étranger, elle consacra la possibilité d’élire les sénateurs :

Article 171

Le Sénat de la République sera composé par cent membres élus dans une seule circonscription nationale. (…) Les citoyens colombiens qui se trouvent ou résident à l’étranger pourront voter dans les élections pour le Sénat de la République.

  • 2 La Constitution de 1991 disposa ainsi qu’au sein des groupes ethniques (plus de 80), les langues au (...)

10Allant encore plus loin dans le système de représentation, la Constitution, inspirée de principes multiculturels qui reconnaissaient la diversité de la nation2, institua un certain nombre de « circonscriptions spéciales » pour les minorités culturelles et politiques. De nouveaux sièges furent conçus pour les anciens membres de guérillas, pour les indiens, pour les populations afrocolombiennes. Dans ce contexte fut créée aussi une « circonscription spéciale pour les Colombiens de l’extérieur » :

Article 176

La chambre de Représentants sera élue par des circonscriptions territoriales et par des circonscriptions spéciales. (…) La loi pourra établir une circonscription spéciale pour assurer la participation à la Chambre de Représentants des groupes ethniques, des minorités politiques et des Colombiens résidant à l’extérieur du pays.

11Il est remarquable de constater que les circonscriptions spéciales de type ethnique n’ont pas été créées à l’issue de revendications portées par des mouvements sociaux ou des associations civiles, mais par l’entremise de la pression des partis politiques (Peralta, 2005). Le même rôle clé fut joué par les partis dans la circonscription spéciale pour les Colombiens de l’étranger : les militants des différents partis installés à New York, désireux de participer à la vie politique colombienne, s’activèrent et réussirent à recueillir 5 000 signatures pour défendre leur revendication (Serrano, 2004).

12La promulgation des deux articles instituant le vote des Colombiens de l’étranger pour les élections législatives (articles 171 et 176) fut obtenue « par le haut ». Il n’y a pas eu de réelle appropriation du débat ni une réflexion des associations de migrants sur les possibilités de transformation qu’ouvrait ce vote pour la diaspora. De plus, la promulgation constitutionnelle de ces articles n’était pas suffisante : encore fallait-il rendre concrètes les normes afin que les migrants colombiens puissent commencer à voter. Pour l’élection des sénateurs, par exemple, il fallut attendre sept ans avant que la Registraduria (l’organisme chargé de la gestion des élections) n’envoie aux consulats colombiens dans le monde les règles du vote de l’étranger (ce qui eut lieu pour la première fois en 1997). Comme on le verra dans les paragraphes qui suivent, les écueils de la mise en place de la circonscription spéciale pour les Colombiens de l’extérieur révèlent un dysfonctionnement structurel.

La circonscription pour les Colombiens de l’étranger, des dysfonctionnements structurels

  • 3 Depuis 2005, elle est appelée « circonscription internationale ».

13Seize ans après sa création, le bilan de la circonscription pour les Colombiens de l’étranger3 est accablant : les deux seules élections d’un député dans cette circonscription ont été un fiasco. La première fois, fut élu un candidat qui avait obtenu la majorité de ses votes dans une région du nord de la Colombie, dans le département de Bolivar. La deuxième fois, les élections furent déclarées nulles par la Cour Constitutionnelle.

14De fait, le processus de la mise en place de la circonscription pour les Colombiens de l’étranger a été extrêmement accidenté. Les difficultés ont porté aussi bien sur des confusions relatives à des aspects de fond (fallait-il permettre un mécanisme d’élection national ou était-il souhaitable de limiter le droit de vote aux seuls migrants ?) qu’à des aspects concernant la procédure et la compétence pour légiférer sur ce domaine. Ainsi, jusqu’en 2006, tous les Colombiens (qui’ils résident ou non à l’étranger) avaient le droit d’élire le représentant de la diaspora. Dans l’encadré suivant nous retraçons les principales étapes de la législation de l’article 176 :

Étapes de la réglementation et de l’application de l’article 176

  • 4 Acte Législatif numéro 2 de 2005.
  • 5 Acte Législatif numéro 3 de 2005.
  • 6 Décret 4766 de 2005.

- 1999 : Présentation d’un projet de loi au Congrès. Ce projet établit le cadre réglementaire de l’élection des cinq députés des circonscriptions spéciales à la chambre de Représentants. S’agissant d’une loi de type « statutaire », elle doit être contrôlée par la Cour Constitutionnelle.
- 2001 : Verdict de la Cour Constitutionnelle. Un point retient l’attention de la Cour : il est affirmé que les circonscriptions spéciales ont un caractère « national ». L’ensemble des Colombiens pourra voter pour les candidats qui se présentent, ce qui semble contradictoire avec l’esprit de la Constitution qui avait créé des circonscriptions réservées à certaines catégories de Colombiens.
- 2002 : Elections législatives à la Chambre de Représentants. Le taux de participation des Colombiens de l’étranger est très faible.
- Juillet 2005 : Le Congrès vote une modification de l’article 176 de la Constitution4. Désormais, les candidats de la circonscription « internationale » seront élus uniquement par les résidents à l’étranger.
- Décembre 2005 : Le Congrès vote une modification de l’article 176 de la Constitution5. La loi prévoit de nouvelles dispositions qui permettront de donner davantage de sièges dans le Congrès aux Colombiens de l’étranger, compte tenu des données du recensement.
- 2005 : Publication du décret du gouvernement6 qui fixe les règles de fonctionnement de l’article 176.
- 2006 : Elections législatives. Le bulletin de la circonscription « internationale » est distribué à l’ensemble des citoyens, qu’ils résident ou non à l’étranger. Cependant, sont comptabilisés comme valables uniquement les votes émis à l’étranger. Le taux de participation est encore très faible.
- 2006 : L’élection est déclarée illégale par la Cour Constitutionnelle car les décrets d’application de la loi sont jugés anticonstitutionnels. Le haut tribunal demande au Congrès d’annuler l’élection du député de la circonscription spéciale.
- Septembre 2007 : Le député de la circonscription internationale siège toujours à la chambre des Représentants.

15La notion de « dysfonctionnements » permet de comprendre les blocages ou les perversions de l’institution de la circonscription spéciale pour les Colombiens de l’étranger. Le terme se rapporte à « des pratiques qui sont contraires aux principes énoncés » (Schiff, 2004). Elle rend compte de la difficulté qu’a le système politique pour élaborer des lois, des règles et des procédures qui soient réellement appliquées. Dans le cas de la circonscription spéciale, le fait que le Congrès de la République ait mis huit ans pour légiférer sur la circonscription spéciale, ou que la Cour Constitutionnelle ait interprété l’article 176 en contradiction avec les intentions des législateurs, sont des exemples du manque d’adéquation des pratiques aux principes. Les dysfonctionnements se rapportent également à d’autres difficultés (allers et retours des procédures, inadéquation de la loi avec les principes, inconsistances).

16Plus largement, les dysfonctionnements sont flagrants dans plusieurs domaines du système politique, électoral et juridique colombien (García Villegas, 1994). Cette notion nous semble plus adaptée pour décrire certaines situations de blocage que l’idée de « faiblesse de l’Etat » (Pécaut, 2003). En effet, la notion de « dysfonctionnement » contient l’idée que les institutions, organisations et codes sont détournés de leur sens original au lieu de les considérer comme structurellement faibles. De fait, les institutions colombiennes sont anciennes, certaines ont de très confortables budgets (comme l’armée et la police), elles ont un personnel important (les juristes, par exemple, sont parmi les professionnels les plus nombreux).

17Le cas de la circonscription spéciale montre ainsi que toute une série d’institutions de l’État est en mesure de prendre en main les dispositions de l’article 176 : le Congrès, les Cours, les consulats… Cependant, quand les dysfonctionnements surviennent, on aboutit au blocage du système politique. Et si ceux-ci se produisent de manière systématique ou à une grande échelle, ils peuvent vider les institutions de leur contenu ou porter atteinte à leur légitimité.

Des élections « transnationales » vides de participation

18Les résultats électoraux de la participation politique transnationale doivent être situés dans leur contexte. Rappelons que la faible participation aux élections est une caractéristique générale de toutes les élections en Colombie. En effet, ce pays enregistre une participation électorale historiquement basse, une des plus faibles en Amérique latine, comme l’atteste la mesure traditionnelle de l’abstention calculé par rapport au nombre d’inscrits sur les listes électorales à l’élection présidentielle en 2006 : 55 %. L’abstention très forte est observée également lorsque l’on prend comme base tous les électeurs potentiels, c’est à dire le nombre de personnes en âge de voter : 58 %. Il ressort un faible attachement au système électoral parmi les Colombiens, puisqu’une large majorité ne vote pas (et les élections de 2006 n’ont pas été exceptionnelles de ce point de vue : elles suivent la tendance historique). Quinze ans après la promulgation de la nouvelle Constitution, et trente ans après la fin officielle du régime fermé à deux partis, la pratique électorale est loin d’être ancrée. Dans un tel environnement, il est prévisible que le comportement électoral des émigrants aura une tendance abstentionniste, dont on peut prendre la mesure dans le tableau suivant. Le niveau d’abstention pour élire le président, calculé par rapport au nombre de migrants en âge de voter, est de 96 % en moyenne pour les 45 ans de vie de l’institution. Ce taux d’abstention très élevé n’indique pas par ailleurs de tendance à la baisse.

Tableau n° 1. Abstention des émigrants colombiens aux élections présidentielles (par rapport au nombre de migrants en âge de voter)

  • 7 Estimations d’après les données de la CEPAL, basées sur les recensements, et d’après César Caballer (...)

Année

Nombre de votants
(a)

Estimation du nombre de migrants (en milliers)7
(b)

Estimation du nombre de migrants en âge de voter (en milliers)
 = 0.95*(b) (c)

Niveau de l’abstention ( %)
 = 100*(1‑(a)/(c))

1962

3 227

1966

10 847

1970

16 572

263.8

250.6

93 %

1974

25 485

392.1

372.5

93 %

1978

20 267

582.7

553.6

96 %

1982

56 770

743.8

706.6

92 %

1986

26 379

815.4

774.6

97 %

1990

16 996

893.9

849.2

98 %

1994 (2e tour)

20 630

1 067.3

1014.0

98 %

1998 (2e tour)

27 994

1 274.4

1210.7

98 %

2002

106 931

1 862.3

1769.2

94 %

2006

121 155

3 331.0

3164.5

96 %

Source : Calculs effectués par l’auteurd’après les sources suivantes : Registraduría nacional del Estado Civil ; Censo Nacional de Población ; bases de données des recensements de la Comisión Económica para América Latina, Cepal.

19Qu’en est-il de l’élection du représentant le plus proche de la diaspora, celui qui est censé représenter les intérêts des migrants à la chambre des Représentants ? L’examen de la participation électorale des migrants dans l’élection de la circonscription internationale donne un taux encore plus faible. Dans les deux élections qui ont eu lieu, la participation des migrants colombiens a été insignifiante : de l’ordre de 1,5 %. Ainsi, en 2002, il y a eu environ 26 000 votants pour un peu moins de 1,8 millions d’électeurs potentiels, et en 2006 votèrent 37 000 personnes sur un peu plus de 3,1 millions d’électeurs potentiels. La désaffection politique des Colombiens de la diaspora a été constatée par des travaux menés aux Etats-Unis, où il a été remarqué que leur niveau de participation dans la vie politique du pays d’origine est très inférieure à celle des groupes Dominicain et Salvadorien, et que seuls les militants ont une pratique politique constante (Guarnizo, Portes et Haller, 2003). Ainsi, malgré l’ancienneté de l’institution, les migrants n’exercent pas le droit de vote. Cette très faible participation ne peut pas être imputable aux seuls écueils techniques, comme la difficulté d’accès aux bureaux de vote. Ancienne, l’abstention traverse tous les secteurs de la société et va au-delà des classifications de genre et de critères sociaux. Cette désaffection massive est à mettre en relation avec le sens du vote et de la politique dans le pays d’origine.

La « débrouille » : la réponse de l’individu aux dysfonctionnements

20De manière générale, les dysfonctionnements sont prégnants dans le système des élections en Colombie. L’importante production de dysfonctionnements dans le cas du vote à distance n’est donc pas un phénomène isolé. Une illustration flagrante est donnée par le nombre très élevé de votes nuls et douteux à l’intérieur du pays : lors des élections législatives de 2006, 15 % des votes ont été nuls ou correspondaient à des bulletins non remplis (sans prise en compte des bulletins blancs, environ 2 % à ces élections). Les autorités chargées de ce scrutin ont reconnu avoir commis de grosses erreurs dans le système de décompte. Le Procureur de la République estimait quant à lui qu’environ 1,3 millions votes étaient « douteux ». Les dysfonctionnements ne sont pas marginaux ou sporadiques, mais centraux et permanents. Ils caractérisent le système électoral dans son ensemble. La question est de savoir comment les individus conçoivent la politique dans un système qui présente un tel niveau de dysfonctionnement. Quelles sont les conséquences, du point de vue des pratiques individuelles, des situations de blocage institutionnel sur lesquelles nous avons attiré l’attention ?

21La notion de « débrouille » (Gonzalez, 2008b) rend compte des stratégies mises en place par des individus dans un contexte donné. La notion traduit un certain rapport à la loi, et plus généralement aux institutions. Dans la stratégie de la débrouille, l’individu vise à obtenir des résultats ou des gains en se plaçant en dehors de la sphère du droit et en dehors du cadre institutionnel. L’individu n’est pas motivé par le respect de la loi et possède une conscience faible ou nulle de ses devoirs. De la même manière, il n’a pas ou très peu conscience de ses droits et n’attend rien d’eux. Dans cette logique, l’individu emploie des mécanismes différents en matière de mobilisation de la loi : il conçoit celle-ci dans une perspective utilitariste ou lui confère une dimension incantatoire.

22Trois exemples permettent d’illustrer les pratiques de débrouille et leur portée. Dans le cas de la circonscription spéciale pour les Colombiens de l’étranger, une telle stratégie a été déployée par le candidat en 2002. Celui-ci a profité des ambigüités de la loi et s’est fait élire avec les votes exprimés à l’intériueur du pays. Ainsi, sur les 8 772 votes qui permirent l’élection de M. Jairo Martínez, les trois quarts furent obtenus à l’intérieur de la Colombie. Ici, l’acteur est resté dans la légalité, mais on ne peut considérer qu’il a employé la loi à des fins personnelles.

23Plus intéressant, la débrouille est aussi une stratégie mobilisée par le pouvoir : c’est ce qui s’est produit en 2005, lorsque le gouvernement a édicté un décret ouvertement illégal fixant les règles électorales. En effet, selon les lois colombiennes, les dispositions relatives au vote doivent subir un contrôle constitutionnel préalable. Or, si le gouvernement a agi illégalement, c’est probablement parce qu’il était conscient que la déclaration de nullité du décret ne se produirait qu’après les élections, et qu’il serait facile de ne pas tenir compte du verdict de la Cour Constitutionnelle (Urrego, 2005).

24Le troisième exemple de débrouille est l’attitude du Congrès après le verdict de nullité de la Cour Constitutionnelle : le Congrès a ignoré jusqu’à présent (janvier 2008) la sentence, se situant en dehors de la sphère du droit. De fait, le non-suivi des décisions des plus hauts tribunaux n’est pas rare, et il arrive que la Cour Constitutionnelle émette des communiqués de presse demandant que ses dispositions soient respectées. Ainsi, dans le cas de la circonscription spéciale, le président de la Cour a demandé au Congrès de respecter la loi par l’intermédiaire des médias. Mais il arrive aussi que la Cour prenne des mesures plus drastiques, en poursuivant en justice les hauts fonctionnaires qui ne respectent pas ses jugements.

25Nous sommes ainsi en présence d’un système politique caractérisé par la coexistence de dysfonctionnements (par le « haut » des actions) et de débrouille (au plan des actions individuelles). Des rapports d’interdépendance se produisent entre ces deux niveaux de l’action. La débrouille produit des dysfonctionnements, étant donné qu’en dernière instance ce sont des individus qui « fabriquent » les institutions. A son tour, ces dysfonctionnements gênèrent aussi de la débrouille, parce que les institutions sont perçues uniquement dans une dimension instrumentale et non comme l’émanation d’un agencement social plus général.

Une conséquence de la débrouille : le désintérêt électoral

  • 8 Pour un développement de l’utilitarisme du vote, on consultera les analyses de Gutierrez Sanin (199 (...)
  • 9 Entretiens réalisés au cours du travail doctoral avec des Colombiens résidant en France et en Espag (...)

26La non-appropriation par les Colombiens de la diaspora des mécanismes avancés de représentation transnationale est à mettre en relation avec le fonctionnement usuel du système, où s’emboîtent les dysfonctionnements et la débrouille. Ainsi, un effet de la débrouille est que l’individu ne tient pas compte de ses droits et qu’il ne cherche pas à les faire respecter. L’étude des conséquences de la débrouille chez les immigrants andins en France dans le domaine des droits sociaux montre que la défection et le désintérêt par rapport à leurs droits sont courants (Gonzalez, 2005). Dans le système électoral, la défection prend la forme de l’abstention. Celle-ci est, dans une large mesure, le symptôme d’un désintérêt. Pour cette raison, les approches en termes d’acteur rationnel sont celles qui rendent compte le mieux des choix des individus8. Dans cette perspective, les enjeux des élections ne constituent pas des sources de mobilisation suffisantes : les bénéfices que tireraient les individus ne vont pas de soi, et ce n’est pas l’idée d’un bien commun ou l’espoir de changer les choses qui peuvent les mobiliser. Notre expérience de terrain9 confirme que très peu de Colombiens sont au courant de l’existence de la circonscription spéciale, très peu lui reconnaissent une quelconque utilité ou se renseignent sur les candidats à l’élection. L’abstention n’est pas un mode de protestation contre les dysfonctionnements du système (comme peut l’être le vote en blanc), elle traduit un désintérêt vis-à-vis des élections et plus largement des instances de représentation démocratique, voire de la chose publique.

27Les péripéties de la mise en place de la circonscription spéciale pour les Colombiens de la diaspora ne sont pas un sujet de débat au sein de la communauté de migrants. Un événement tel que l’annulation de l’élection du dernier candidat est complètement ignoré par les migrants colombiens – et plus largement, par l’opinion publique nationale. Le désintérêt est perceptible aussi dans l’absence de débats publics sur la représentation transnationale. Nous sommes très loin des discussions animées autour de la promulgation du vote des migrants, comme ce fut le cas au Mexique (Le Texier, ce numéro). De même, il y a une absence totale de suivi des activités des élus censés représenter les citoyens de la diaspora. De ce fait, l’individu apparaît comme détaché des institutions qui agencent la vie sociale.

Conclusion

28Dans l’optique transnationale, les migrants mobilisent avec eux leur capital social, et celui-ci devient une ressource dans leurs pays d’installation (Portes, 1999). L’étude des pratiques électorales des migrants colombiens que nous avons menée dans cet article montre que ceux-ci mobilisent bien des ressources sociales qui leur sont propres. Ils ont un certain type de relation avec les institutions et ils déploient des stratégies qu’ils avaient apprises et élaborées dans le pays d’origine. Ceci confirme l’idée qu’il y a une exportation de pratiques sociales. Concrètement, la logique de débrouille, la faible participation électorale, le désintérêt par rapport au processus politique et le rapport distant aux institutions politiques de la part des migrants colombiens s’inscrivent dans la continuité de pratiques nationales.

29Des manifestations de désintérêt par rapport à d’autres aspects de la vie politique ont été observées chez les migrants colombiens. Ainsi, aux États-Unis (une de leurs principales destinations), leur participation dans la vie politique est très limitée (Guarnizo, Sánchez et Roach, 1999). De même, une étude sur l’action relative aux droits de l’homme dans leur pays montre que celle-ci n’est pas le résultat de la mobilisation des migrants colombiens, mais plutôt le fait des organisations locales basées en Colombie ou des militants européens (Gonzalez, 2008c).

30Or, paradoxalement, les droits politiques pour les Colombiens de l’étranger sont parmi les plus développés et les plus anciens en Amérique latine, puisqu’à la possibilité de voter pour élire le président, effective depuis 1961, s’ajoute depuis 1991 la possibilité d’élire des représentants au Sénat et à la chambre des Représentants. Mais l’optimisme démocratique doit être modéré en raison du contexte décrit. Les dysfonctionnements structurels minent le fonctionnement et la crédibilité de ces institutions. En somme, ni la présence d’une communauté numériquement importante, ni le développement des droits politiques ne suffisent à l’émergence d’une pratique politique transnationale. Les éléments propres à la société d’origine doivent, en revanche, être considérés comme un facteur de poids.

31A ce stade, la question consiste à savoir dans quelles conditions la participation électorale des migrants pourrait se transformer dans une pratique authentiquement transnationale – ce qui revient à se demander de quelle manière les communautés de migrants de l’étranger pourraient s’impliquer plus activement dans les débats et enjeux politiques de leur pays d’origine. Les Colombiens de la diaspora s’approprieront-ils des débats relatifs aux institutions et aux mécanismes électoraux ? Le poids économique de cette migration rendra-t-il plus visible son poids électoral potentiel ? Les Colombiens de l’étranger constitueront-ils des communautés de migrants organisées ? Faut-il espérer que la logique de la revendication prendra le pas sur la logique de la débrouille ?

32Nous ne pensons pas que la tendance historique, abstentionniste, dépolitisée et méfiante par rapport aux institutions pourra s’inverser dans un avenir proche. En revanche, une hypothèse envisageable est que l’implication des migrants dans la vie politique de leur pays d’accueil les rende plus revendicatifs par rapport au pays d’origine. De l’irrégularité à l’accès aux droits sociaux, les enjeux qui les touchent directement sont nombreux et sont susceptibles de les mobiliser. Si elle était vérifiée, cette éventualité pourrait signifier une réelle transnationalisation des pratiques politiques.

Haut de page

Bibliographie

Caballero, César et Margarita Castrillón, « Las migraciones: un reto en la medición estadística », dans Colombia: migraciones, transnacionalismo y desplazamiento, Gerardo Ardila (Ed), Facultad de Ciencias Humanas, Colección Ces, Bogota, 2006, p. 213‑236.

Cohen, Robin, Global diasporas. An introduction, Seattle: University of Washington Press, 1997, 228 p.

Comisión Económica para América latina, Cepal, projet Imila. Référence en ligne : http://www.eclac.org/celade/migracion/

Corte Constitucional, Sala Tercera de Revisión, comunicado de prensa, « Decisiones adoptadas por la Corte Constitucional para Asegurar el Cumplimiento de las Ordenes Impartidas en la Sentencia T-025 de 2004 y sus autos de desarrollo », 29 novembre 2006. Référence en ligne : http://www.disaster-info.net/desplazados/legislacion/comunicado_ corte_cons_20061129.pdf

Departamento Administrativo Nacional de Estadística, Censo 2005. Référence en ligne : http://www.dane.gov.co/

García Villegas, Mauricio, La eficacia simbólica del derecho, Ediciones Uniandes, Bogota, 1994, 308 p.

Gonzalez, Olga L., « Les droits sociaux à l’ère des migrants : La ‘débrouille’ des Latino-américains en France, dans Migrations Société N° 102, Revue du Centre d’information et d’études sur les migrations internationales, Paris, 2005, p. 255‑273.

Gonzalez, Olga L., « La présence latino-américaine en France », Hommes et migrations, Cité internationale de l’histoire de l’immigration, Paris, 2008a, p. 8‑19.

Gonzalez, Olga L., « El “rebusque”, una estrategia de integración social de los migrantes colombianos en Francia », dans Revista del Instituto colombiano de Antropología e Historia, Vol. 44 No. 2, Icanh, Bogota, 2008b, à paraître.

Gonzalez, Olga L., « Droits de l’homme, migrants et transnationalisme : une étude de cas », 2008c, Actes de la Première rencontre d’études sur les droits de l’homme en Amérique latine, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, IHEAL, à paraître.

Guarnizo, Luis E., Arturo Ignacio Sánchez et Elizabeth M. Roach, Mistrust, fragmented solidarity, and transnational migration: Colombians in New York City and Los Angeles”, dans Ethnic and Racial Studies, Vol. 22 N° 2, Mars 1999, p. 367‑421.

Guarnizo, Luis E.; Alejandro Portes et William Haller, « Assimilation and transnationalism: Determinants of Transnational Political Action among Contemporary Migrants », dans American Journal of Sociology, Vol. 108 N° 6, Mai 2003, p. 1211‑1248.

Gutiérrez Sanin, « El pesimismo democrático en Bogotá y sus reglas », dans Antropología en la modernidad, Ed. María Victoria Uribe et Eduardo Restrepo, Icanh, Bogota, 1997, p. 127‑171.

Ma Mung, Emmanuel, « Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora », Revue européenne des migrations internationales, Vol. 8, N° 3, 1992, p. 175‑194.

Ministère des Affaires Etrangères de Colombie, Programme Colombia nos une. Référence en ligne : http://www.minrelext.gov.co/wps/portal/colnosune/guia

Østergaard-Nielsen, Eva K., « The Politics of Migrants’ Transnational Political Practices », Paper given to the conference on Transnational Migration: Comparative Perspectives, Princeton University, 30 June-1 July 2001, 29 p.

Pécaut, Daniel, Violencia y política en Colombia : elementos de reflexión, Medellín : Hombre nuevo editores, Universidad del Valle, Facultad de Ciencias Sociales y Económicas, 2003, 161 p.

Peralta González, Laly Catalina, « Curules especiales para comunidades negras : ¿realidad o ilusión ? », dans Revista Estudios Socio-Jurídicos, Vol7, N° 2, Bogota, 2005, p. 147‑172. [Consulté le : 18 septembre 2007] Référence en ligne : http://redalyc.uaemex.mx/redalyc/src/inicio/ArtPdfRed.jsp?iCve=73370207

Portes, Alejandro, « Conclusion: Towards a new world –the origins and effects of transnational activities », dans Ethnic and Racial Studies, Vol. 22, N° 2, mars 1999, p. 463‑477.

Registraduría Nacional del Estado Civil, Elecciones. Référence en ligne : http://www.registraduria.gov.co.

Schiff, Claire ; Zoïa, Geneviève, « L’accueil à l’école des élèves primo-arrivants en France », Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et le lutte contre les discriminations, La Documentation française, Paris, 2004, 282 p.

Serrano Carrasco, Angela Lucía, « Colombia, la posibilidad de una ciudadanía sin fronteras », dans Votar en la distancia : la extensión de los derechos políticos a migrantes, experiencias comparadas, Leticia Calderón (Coord.), Instituto Mora, México, 2004, p. 115‑144.  

Urrego Ortiz, Franky, « Control de constitucionalidad de los decretos expedidos con fundamento en facultades otorgadas en actos legislativos : De cómo se pretendía eludir su revisión de constitucionalidad », dans Revista Estudios Socio-Jurídicos, Vol7, N° 2, Bogota, 2005, p. 124‑146 [Consulté le : 18 septembre 2007] Référence en ligne : http://redalyc.uaemex.mx/redalyc/src/inicio/ArtPdfRed.jsp?iCve=73370206

Haut de page

Notes

1 Nous utiliserons le terme dans le sens ordinaire donné en Colombie, c’est-à-dire comme synonyme de communautés implantées dans de nombreux pays. En conséquence, dans notre définition n’entrent pas les critères retenus par Robin Cohen (1997) ni l’exigence de multipolarité et d’interpolarité que propose Emmanuel Ma Mung (1992).

2 La Constitution de 1991 disposa ainsi qu’au sein des groupes ethniques (plus de 80), les langues autochtones étaient des langues officielles à côté du castillan.

3 Depuis 2005, elle est appelée « circonscription internationale ».

4 Acte Législatif numéro 2 de 2005.

5 Acte Législatif numéro 3 de 2005.

6 Décret 4766 de 2005.

7 Estimations d’après les données de la CEPAL, basées sur les recensements, et d’après César Caballero (2006).

8 Pour un développement de l’utilitarisme du vote, on consultera les analyses de Gutierrez Sanin (1997).

9 Entretiens réalisés au cours du travail doctoral avec des Colombiens résidant en France et en Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olga L. Gonzalez, « Le vote à distance des migrants colombiens : élections dans un univers de « débrouille » », L'Ordinaire des Amériques, 208-209 | 2008, 29-44.

Référence électronique

Olga L. Gonzalez, « Le vote à distance des migrants colombiens : élections dans un univers de « débrouille » », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 208-209 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/orda/3258 ; DOI : 10.4000/orda.3258

Haut de page

Auteur

Olga L. Gonzalez

EHESS - Universidad del Valle, Colombia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals