Navigation – Plan du site
Territoires

Les interventions publiques dans les favelas de Rio de Janeiro

Las intervenciones públicas en las favelas de Rio de Janeiro
Rafael Soares Gonçalves
p. 207-227

Résumés

Cet article vise à étudier les politiques de réhabilitation et de régularisation foncière des favelas à Rio de Janeiro. Bien que la Constitution fédérale de 1988 et la loi du Statut de la Ville de 2001 aient établi un cadre législatif propice à ces politiques, ces interventions se sont penchées davantage sur la réhabilitation de l’espace au détriment de la légalisation du sol. A partir de l’étude de cas de la favela Rocinha, cette contribution vise à analyser la complexité et les limites de la politique de régularisation foncière des favelas à Rio de Janeiro.

Haut de page

Texte intégral

1Les favelas font partie du paysage urbain de la ville de Rio de Janeiro depuis au moins la deuxième moitié du XIXe siècle, lorsque les collines du centre-ville ont été progressivement occupées par un nombre important de baraques précaires en bois. Le terme « favelas » provient de la guerre de Canudos (1896‑1897). Dans cette région du sertão (arrière-pays) de l’État de Bahia existait une colline appelée Favella du fait probablement d’être couverte de plantes très communes dans les régions Nord-Est et Sud-Est du pays, appelées justement favella. Les soldats, de retour de la guerre, se sont établis, avec la tolérance de l’armée, sur la colline Providência qui se trouve derrière le bâtiment du Ministère de la Guerre à Rio de Janeiro. En allusion à cette campagne militaire, cette colline est devenue la colline de Favella. Ce mot désignera, à partir de la deuxième décennie du XXe siècle, tous les logements précaires du même style qui se développent sur les autres collines de la ville. Ceux-ci sont depuis leur origine considérés – à l’image de la ville fondée par Antonio Conselheiro dans le sertão de Bahia – comme un ensemble de maisons précaires qui, abritant les soi-disant laissés-pour-compte de la société, se dressent contre la civilisation, l’Etat, la propriété, et la loi.

2Cependant, le processus historique d’expansion des favelas à l’ensemble des quartiers de la ville ne s’est absolument pas avéré être une démarche marginale au système politique. Ce processus peut même être considéré, de façon paradoxale, comme l’un des aspects centraux de l’expansion urbaine de la ville, en assurant pleinement le processus d’accumulation du capital par la présence d’une main d’œuvre bon marché sans exiger pour cela d’importantes contreparties sociales de la part des pouvoirs publics et sans susciter non plus des tensions sociales insupportables (Cardoso, 2003 : 12).

3Malgré leur condition d’agglomérations en marge du tissu urbain, les favelas se sont souvent établies dans le cœur même de la ville, ce qui a graduellement provoqué de graves tensions autour de l’appropriation du sol urbain à Rio de Janeiro. Comme le démontre, par ailleurs, la politique d’éradication des favelas mise en place dans les années 1960/1970. Celle-ci s’est concentrée tout spécialement sur les favelas situées dans les régions centrales de la ville et s’est soldée par le transfert d’environ 140 000 personnes vers des grands-ensembles isolés aux pourtours de la ville. Cette politique s’est révélée un échec retentissant, du fait qu’une grande partie de la population relogée a tout de suite abandonné les nouveaux logements et a regagné les favelas. Ceci non seulement parce qu’il était impossible pour ces populations d’assurer les nouveaux frais imposés par le relogement (le transport, la copropriété, la taxe foncière, les financements immobiliers…), mais aussi du fait que l’éloignement de ces grands-ensembles privait leurs habitants d’un accès privilégié au marché du travail. En bref, cette politique n’est pas arrivée à endiguer le processus de favelisation mais, au contraire, l’a largement stimulé.

4Si, pendant une grande partie du XXe siècle, les politiques publiques ont plutôt oscillé entre l’éradication et la tolérance des favelas sans leur accorder pour autant un statut officiel susceptible d’entraîner une reconnaissance formelle, l’ouverture politique du régime militaire à partir de la fin des années 1970 a provoqué un profond changement de la politique urbaine. Celle-ci s’est davantage penchée sur la réhabilitation et la régularisation foncière de ces espaces, tout particulièrement après la promulgation de la Constitution de 1988. Dans ce contexte, cet article propose une lecture des différentes interventions publiques dans les favelas de Rio de Janeiro à partir des années 1990, en cherchant à dégager les éléments les plus importants de ces démarches, tout en s’interrogeant sur les retombées sociales effectives qu’ont eu ces initiatives. Dans une première partie, l’article aborde le projet municipal Favela Bairro qui a concentré tous les efforts publics en vue de réhabiliter les favelas pendant les années 1990. La deuxième partie se focalise sur la reprise au sein de la société carioca de l’idée d’éradiquer les favelas du fait non seulement de la croissance démesurée de celles-ci, mais également de la recrudescence des activités des narcotrafiquants dans ces espaces. Enfin, la troisième partie analyse les derniers projets du gouvernement fédéral, en s’appuyant spécifiquement sur l’étude du cas de la célèbre favela Rocinha, située dans l’une des zones les plus aisées de la ville.

La politique publique après la Constitution de 1988

5La consolidation du processus d’ouverture politique à la fin des années 1970 a déclenché une nouvelle réflexion sur la politique urbaine à Rio de Janeiro, définie par l’abandon définitif de toutes les initiatives visant à éradiquer les favelas. Les interventions publiques se sont alors tournées vers la réhabilitation et la régularisation juridique de ces espaces, au détriment d’ailleurs de toute démarche de production en masse de nouveaux logements en banlieue, ce qui a évidemment provoqué des changements importants à l’intérieur des favelas. Outre l’amélioration du cadre de vie par l’installation des services collectifs, les bâtiments précaires ont été progressivement remplacés par des constructions durables et un processus accru de densification par construction en hauteur s’est rapidement manifesté.

6De fait, l’augmentation exponentielle du nombre des favelados à Rio de Janeiro pendant les années 1980 s’explique non seulement du fait de la consolidation de la politique de réhabilitation des favelas, mais aussi, d’après Lago, par l’effondrement de l’activité de production de lotissements en banlieue. Cette dernière est durement touchée par la crise économique de cette décennie, par l’inflation, par la spéculation immobilière et par la précarisation progressive des rapports de travail, ainsi que par une mobilité sociale descendante touchant l’ensemble de la ville. Ce phénomène, en empêchant une partie de la classe moyenne appauvrie d’avoir accès au logement par le biais du marché immobilier formel, a finalement entraîné celle-ci vers les favelas (Lago, 2000 : 160). En plus de la densification des favelas les plus centrales, cet accroissement de la population s’est aussi manifesté par l’éruption de nouvelles favelas, particulièrement en banlieue, en lien avec l’absence de terrains vagues dans les quartiers les plus centraux.

7L’adoption d’une nouvelle législation justifiant les transformations en cours de la politique urbaine faisait défaut. Bien qu’il n’y ait pas eu de changements législatifs majeurs au début des années 1980, le nouveau contexte politique a tout de même permis une relecture du droit susceptible de mettre en place des solutions créatives pour faire face à des problèmes juridiques qui ont été considérés pendant très longtemps complètement insurmontables. En témoignent, notamment, les questions posées par le branchement des favelas aux réseaux publics de l’eau courante et d’électricité. En effet, la prétendue illégalité foncière des favelas a tout au long du XXe siècle légitimé la non-intervention directe des pouvoirs publics dans ces espaces, en interdisant l’offre de services publics collectifs à une population considérée comme occupant les terrains d’autrui. Etant donné que les interventions de réhabilitation des favelas pendant les années 1980 n’ont pas été accompagnées d’initiatives administratives et législatives efficaces de régularisation du sol, le statut foncier a graduellement perdu sa situation de condition sine qua non à l’offre des services publics.

8Les changements dans la législation ne se sont effectivement opérés qu’après la promulgation de la nouvelle Constitution fédérale en 1988. Celle-ci, surnommée d’ailleurs « la constitution citoyenne » du fait d’avoir prévu un grand nombre de droits sociaux, a consolidé les fondements de la politique urbaine actuelle au Brésil. D’une part, d’après l’article 23 IX, les différents échelons du pouvoir (l’État fédéral, les États fédérés et les municipalités) sont dorénavant simultanément responsables des politiques de production de logements, d’amélioration du parc immobilier existant et d’assainissement. L’article 182a, d’autre part, expressément stipulé que la politique de développement urbain doit être exécutée par le pouvoir municipal et a pour objectif la structuration du plein développement des fonctions sociales de la ville et la garantie du bien-être de leurs habitants. L’instrument de base de cette politique est désormais le plan décennal d’aménagement urbain, élaboré par les municipalités, qui joue un rôle fondamental non seulement dans la formulation de la politique urbaine à l’échelle locale, mais aussi dans la définition même de la fonction sociale de la propriété urbaine. Celle-ci accomplit sa fonction sociale lorsqu’elle répond, d’après ce même article, aux exigences fondamentales de l’organisation de la ville dûment exprimées par ledit plan.

9La décentralisation administrative affichée par les dispositions de la Constitution de 1988 a certes renforcé l’autonomie municipale, mais elle a également entraîné un désengagement politique graduel aussi bien de l’Etat de Rio de Janeiro que du pouvoir fédéral en ce qui concerne les questions suscitées par les favelas de la ville de Rio. Bien que la charte constitutionnelle se soit focalisée sur une participation plus active des pouvoirs publics dans l’élaboration et l’instauration des politiques sociales d’empreinte distributive et sur une participation populaire plus effective quant aux décisions politiques, les démarches politiques de l’Etat brésilien pendant les années 1990 se sont largement appuyées sur les principes d’inspiration néolibérale de réajustement structurel promus par la Banque Mondiale à partir des années 1980. Les contraintes imposées par le « Consensus de Washington » ont contribué à réduire au minimum les investissements dans le domaine de la politique urbaine. Pour autant, comme nous allons le constater ci-dessous, la question spécifique des favelas s’est tout de même politiquement imposée au début des années 1990 dans la ville de Rio de Janeiro, en raison en particulier des difficultés engendrées par la violence urbaine (Burgos, 1998 : 44). Mais les interventions publiques se sont essentiellement bornées aux démarches mises en oeuvre par la municipalité dans le cadre du projet Favela-Bairro.

  • 1 Voir les articles 238 de la Constitution de l’Etat de Rio de Janeiro (promulguée en 1989) et 429 de (...)

10La législation infra-constitutionnelle a également légitimé la politique de réhabilitation des favelas, en interdisant dorénavant tout type de relogement en masse des habitants, sauf dans les cas où les conditions physiques de la zone engendrent des risques vitaux pour les personnes. Lorsque le relogement s’avère être nécessaire, les populations doivent être nécessairement relogées dans des régions proches de leur logement d’origine, ou alors de leur lieu de travail1. Le premier plan décennal d’aménagement urbain de la ville de Rio de Janeiro – élaboré selon les dispositions de la nouvelle Constitution fédérale et adopté au mois de juin 1992 – a non seulement confirmé le principe de non-relogement des populations des favelas, mais a également déterminé l’insertion des favelas dans le processus de planification de la ville. En cela, le plan décennal visait à transformer celles-ci en quartiers ou à les intégrer aux quartiers où elles se situent.

  • 2 Cesar Maia domine jusqu’à nos jours l’échiquier politique local, effectuant actuellement son troisi (...)

11En dépit de ces nouvelles dispositions législatives, le retour de la politique de réhabilitation des favelas n’a vu le jour qu’après l’élection municipale de Cesar Maia à la fin de l’année 1992. Permise par les forces de droite, son élection signifia une rupture importante de la politique municipale jusqu’alors en vigueur et marqua la fin d’une longue période de domination des forces populistes et de centre-gauche à Rio de Janeiro2.

12Le pouvoir municipal a depuis monopolisé complètement les interventions publiques dans les favelas, au moins jusqu’aux années 2000, en lançant le célèbre projet Favela Bairro, assurément le plus vaste programme de réhabilitation des favelas à Rio de Janeiro jusqu’à ce jour. Le projet a spécialement porté sur la construction de la structure urbaine principale (assainissement et voirie), en créant donc des conditions pour que les favelas puissent être considérées comme un véritable quartier de la ville. Dans l’esprit du projet, les actions publiques doivent tirer parti de l’effort collectif mis graduellement en place par les favelados eux-mêmes, en cherchant non seulement à éviter au maximum tout relogement pendant les travaux, mais aussi à stimuler l’adhésion effective des habitants en vue d’introduire dans les favelas des éléments urbanistiques caractéristiques de la ville dite formelle comme signe de leur identité et de leur intégration dans le quartier.

  • 3 Maia, C., O Rio de Janeiro e o Favela-Bairro, 2003, p. 13.

13Tout en respectant le « capital » construit par les habitants, ce projet a permis une intervention conjointe de plusieurs organismes étatiques, ce qui rompait ainsi avec la logique d’interventions ponctuelles du passé. Etant donné le succès retentissant de la première phase du projet, la municipalité a été à même d’obtenir d’importantes ressources de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) pour le poursuivre. Ce projet a sans aucun doute apporté des améliorations considérables aux favelas, en élargissant de façon significative l’accès des favelados aux services publics. Le tableau ci-dessous montre l’élargissement de l’offre de services publics dans les 34 favelas où les travaux ont été totalement achevés en 20003.

Pourcentage des favelados ayant bénéficié de ces services en 1991

Pourcentage des favelados ayant bénéficié de ces services en 2000

Réseau d’eau courante

81.24 %

94.87

Réseaux d’égouts

64.05 %

84.04 %

Ramassage des ordures

79.60 %

98.24 %

14Le projet avait déjà touché – jusqu’à l’année 2000 – 115 favelas, ce qui représente un univers d’environ 450 000 personnes (Castro, 2000 :13). En dépit des gros investissements publics mis en œuvre et de la grande visibilité que le projet a apportée à la question de la réhabilitation des favelas, celui-ci s’est heurté à de nombreuses critiques.

15Outre le fait que la qualité des travaux a été fortement mise en question, leur achèvement n’a pas signifié nécessairement une présence plus significative des pouvoirs publics dans les favelas. La municipalité a ainsi systématiquement transféré au secteur associatif des attributions qui lui appartenaient, comme ce fut le cas par exemple du partenariat établi avec des ONG et des associations locales de résidents pour administrer certains services mis en place par le projet (les services de voirie, les programmes de prévention des accidents et de reboisement des pans de collines, les crèches…). Cette démarche a évidemment non seulement reproduit les traditionnels rapports clientélistes mais a également signifié des économies importantes pour la municipalité : les employés précaires des associations et ONG n’ont aucun lien direct avec l’administration municipale et ne sont assurément pas payés comme le serait un fonctionnaire public.

  • 4 La BID elle-même a critiqué le projet, en affirmant, d’après le Jornal do Brasil du 11 juin 2000, q (...)

16La présence des narcotrafiquants a également soulevé des questions sur l’action des pouvoirs publics dans ces espaces. Tout en sachant que la sécurité publique est une attribution qui dépasse amplement les compétences de la municipalité, celle-ci n’a pas cherché à traiter sérieusement la question et s’est plutôt adaptée à l’influence locale des narcotrafiquants. Des cas de négociation entre ces derniers et la municipalité se sont multipliés – souvent par l’intermédiaire des associations de résidents – pendant la réalisation des travaux. La simple démarche d’ouverture de nouveaux accès routiers dans les favelas s’est révélée être une mesure fort insuffisante pour réduire la progression du trafic de stupéfiants ces dernières années. En somme, le programme Favela Bairro est devenu plus connu pour ses interventions urbanistiques que pour ses conquêtes sociales4.

17La participation de la population à l’élaboration et l’exécution du programme a également été mise en doute. En effet, les narcotrafiquants ont systématiquement entravé la naissance d’une arène publique dans les favelas susceptible d’exprimer les revendications de la population locale. La participation populaire prévue par le projet s’est par ailleurs résumée dans la majorité des cas à une simple consultation d’un petit nombre de favelados prêts à participer aux assemblées et n’a pas apporté de modifications substantielles aux projets préétablis par les cabinets d’architecture lors des appels d’offre municipaux. Ainsi conduite, la participation de la population était une façon de légitimer à posteriori les interventions plutôt qu’une véritable démocratisation de la politique urbaine.

  • 5 Seules trois favelas, selon Compans, ont été régularisées jusqu’en 2003 : Fernão Cardim, Ladeira do (...)
  • 6 La population de la favela Parque Royal a par exemple doublé en quelques années après l’achèvement (...)
  • 7 La valeur des terrains de certaines favelas réhabilitées a augmenté, selon Cavallieri, de 97 % dans (...)

18En plus de ce qui a motivé les critiques citées ci-dessus, la partie du projet qui a le moins avancé a certainement été la question de la régularisation foncière. En effet, comme l’affirme Imparato et Ruster, si les réalisateurs du projet savaient qu’une plus grande sécurité dans le régime de propriété constituait une condition importante de la durabilité du projet, le démarrage des travaux de réhabilitation ne pouvait pas dépendre de l’avancement de la régularisation de la favela (Imparato, et Ruster, 2003 : 248). La municipalité a en fait rarement réussi à adopter une législation spécifique pour les constructions dans les favelas et moins encore à délivrer des titres fonciers définitifs5. La politique de réhabilitation s’est ainsi assortie d’un « laissez-faire » urbanistique, la municipalité n’ayant pas été capable de formuler des réponses ni à l’expansion des favelas6 ni à la dynamique de spéculation immobilière qui s’installa dans certaines favelas après l’achèvement des travaux7.

19Au-delà des difficultés inhérentes aux innombrables procédures nécessaires à la légalisation du sol au Brésil, l’échec de la régularisation foncière s’explique également par les investissements insuffisants de la municipalité pour susciter des réponses effectives et créatives aux problèmes posés par la régularisation. Cette situation est en plus aggravée par le manque d’intérêt à la fois de secteurs liés au marché immobilier informel et d’une grande partie des bénéficiaires directs du projet. Etant donné les procédures complexes et les coûts importants de la régularisation foncière, cette légalisation n’est pas une priorité pour les favelados et n’est revendiquée que dans le cas de conflits fonciers où le danger d’une possible expulsion est latent.

20En somme, le projet Favela Bairro a montré que les pouvoirs publics pouvaient conférer aux favelas des caractéristiques propres à n’importe quel quartier de la ville, sans que leurs interventions s’apparentent nécessairement à des actions ponctuelles à empreinte clientéliste. Le bilan dressé après presque quinze ans de projet n’a malheureusement rien d’encourageant : la presque totalité des favelas n’a pas été juridiquement régularisée, la participation populaire au projet et les initiatives sociales sont toujours insuffisantes. Enfin, le projet n’a pas entraîné une reconnaissance plus significative des pouvoirs publics dans les favelas, condition fondamentale pour rompre la stigmatisation spatiale imposée à ces espaces et à leurs habitants. En dépit des investissements publics et de la sensible amélioration de la qualité de vie dans les favelas, celles-ci sont toujours l’objet d’une très forte marginalisation sociale. Elles ont par ailleurs été dernièrement considérées non seulement comme un prétendu péril écologique pour la ville mais surtout comme l’épicentre dangereux de la violence urbaine.

La fragilité du statut juridique des favelas à Rio de Janeiro

  • 8 Toutes les constitutions brésiliennes à partir de celle de 1934 ont prévu le principe de la fonctio (...)

21En dépit des dispositions constitutionnelles favorables à la politique de réhabilitation et de régularisation des favelas, certains principes constitutionnels n’ont pas pu être pleinement appliqués tout au long des années 1990, du fait notamment de l’absence d’une loi fédérale qui les réglemente. Cette loi, qui a ultérieurement pris le nom de Statut de la Ville (loi n° 10.257), n’a été adoptée que le 10 juillet 2001 après une très longue procédure au Congrès National. Longtemps revendiqué par les mouvements revendicatifs urbains, le Statut de la Ville a non seulement imposé des nouvelles procédures politico-juridiques en vue d’assurer une gestion démocratique des villes, mais a également créé des outils juridiques susceptibles d’assurer enfin le principe constitutionnel (article 182) de la fonction sociale de la propriété et de la ville.8

  • 9 Il est difficile de traduire en français cette expression. Elle fait populairement référence à l’id (...)

22La promulgation de ladite loi, conjuguée à la création du Ministère de la Ville par le gouvernement Lula au début de son mandat en 2003, a approfondi le débat politique sur les problèmes urbains au Brésil. Le rôle primordial du pouvoir fédéral dans l’élaboration et la mise en oeuvre de la politique urbaine du pays a été établi. En ce qui concerne spécifiquement les favelas de Rio de Janeiro – et tout particulièrement la question de la régularisation foncière – ce Ministère a institué depuis 2003 le projet Papel Passado9 centré sur deux objectifs : aider matériellement les Etats fédérés, les municipalités, les entités de l’administration publique indirecte et les associations civiles sans but lucratif à promouvoir la régularisation foncière des établissements urbains informels ; stimuler systématiquement la réflexion et la circulation des informations en vue de trouver des solutions durables aux obstacles juridiques à la régularisation foncière. Bien que le bilan partiel de ce projet soit relativement encourageant à l’échelle nationale, il n’a donné lieu jusqu’à présent qu’à la délivrance de 181 titres définitifs à Rio de Janeiro (Ministério das Cidades, 2006 : 3).

  • 10 O Globo, 28 septembre 2005.

23Le débat politique autour des favelas a assurément pris un nouvel élan au cours des années 2000, et cela a semblé démontrer que la politique d’éradication des favelas avait définitivement disparu de la scène. Pour autant, l’idée de défaveliser la ville a paradoxalement repris de la vigueur au cours de ces dernières années à Rio, du fait de l’expansion désordonnée des favelas et en raison également de la montée de la violence liée au trafic de stupéfiants, comme le démontre par ailleurs le contenu de la série d’articles Ilegal, e daí ? (Illégal et après ?) publiée dans le quotidien O Globo depuis le mois de septembre 2005. Suite à la découverte d’un immeuble de 11 étages dans la favela Rocinha – surnommé l’Empire States de Rocinha par le président de l’Association de résidents du quartier huppé de Alto Gavea, voisin de ladite favela10 – ces articles ont durement critiqué la politique urbaine de la municipalité, en affirmant que la réhabilitation, conjuguée à la tolérance excessive des pouvoirs publics par rapport aux nouvelles constructions dans les favelas, avait considérablement encouragé l’accroissement du processus de favelisation (Soares Gonçalves, 2006 : 269).

  • 11 Comme le constate Silva, la loi du silence est plus pernicieuse qu’on ne l’imagine : elle bloque le (...)

24En fait, le motif du déclenchement de cette nouvelle campagne médiatique contre les favelas a certainement été l’aggravation de la violence dans les favelas provoquée par les narcotrafiquants au cours de ces dernières années. Le démantèlement de l’appareil répressif au moment de l’ouverture démocratique à la fin des années 1970, conjugué à l’arrivée de la cocaïne, plus rentable que le commerce de marijuana, a largement contribué à l’expansion du trafic de stupéfiants à Rio de Janeiro. Les favelas sont ainsi devenues des entrepôts et des points de ventes importants de stupéfiants dans la ville. La structure de cette activité a subi dernièrement de profonds changements du fait de la montée en puissance, depuis les années 1990, de plusieurs organisations criminelles qui se livrent à des luttes meurtrières pour exercer le contrôle des favelas de la ville, en engendrant un processus de « pulvérisation territoriale » (Souza, 1996b : 435). Les rapports entre les nouvelles générations de narcotrafiquants et les résidents se structurent bien plus autour de la loi de la peur et du silence que sur les liens étroits de bienfaisance connus auparavant11.

25La violence à Rio de Janeiro a fini par produire, d’après Silva, une espèce de « sociabilité violente » (Silva, 2004), qui est en train d’imposer, selon cet auteur, une véritable « mutation anthropologique » chez les cariocas (Souza, 1996a : 37). Cette mutation se manifeste non seulement dans les rapports sociaux, mais aussi dans l’organisation de l’espace et dans les décisions politiques. En analysant la question de la violence au Brésil, Peralva remarque que les Brésiliens sont en train de co-produire « la violence dont ils sont victimes, par une multitude de conduites adaptatives qui ont de tout temps constitué une logique générale d’ajustement de la vie sociale dans le pays ». Le traditionnel jeitinho (débrouillardise) brésilien a créé des mécanismes de tolérance à la violence qui a atteint à des seuils auparavant inconnus. Ces mécanismes ont non seulement entraîné, d’après cet auteur, une privatisation de la sécurité au-delà de toute limite tolérable, mais ont également alimenté davantage la spirale de la violence (Peralva, 2001 : 148).

  • 12 D’après l’article du 17 octobre 2007 du journal O Globo, la distance des favelas est devenue le cri (...)

26Bien que la favela Rocinha ait été depuis toujours un centre important de distribution de stupéfiants, elle était beaucoup plus connue au début des années 2000 pour son dynamisme économique que pour la violence liée au narcotrafic. A partir de l’année 2004, l’intensification démesurée des disputes territoriales ayant pour objet les points de vente de stupéfiants dans cette favela a définitivement ébranlé l’apparente tranquillité et la stabilité du trafic local de stupéfiants. Etant donné la localisation privilégiée de cette favela – situé au cœur des quartiers les plus aisés de la ville, et à côté de l’un des axes routiers le plus emprunté par les cariocas – tout ce qui se passe à Rocinha est ainsi immédiatement rapporté par les journaux et est rapidement généralisé, à tort, comme étant une réalité propre à l’ensemble des favelas de la ville. Les conflits armés qui éclatent à Rocinha sont tout de suite médiatisés de façon exhaustive par les moyens de communication, ce qui se traduit par des conséquences négatives sur les activités du marché immobilier dans ce secteur12. L’une des retombées politiques directes de la parution de ces articles dans la presse a été la proposition d’un amendement à la loi organique de la ville (sorte de constitution municipale) en vue de supprimer les dispositions de cette loi empêchant la reprise de la politique des relogements en masse des favelados. La réintroduction de cette question dans la sphère législative a nécessairement élargi le champ du débat politique, en exigeant un positionnement plus clair de la part des élus municipaux, ce qui s’est avéré être un important atout pour les favelados du fait du poids électoral qu’ils représentent dans le cadre politique de la ville (Soares Gonçalves, 2007 : 426‑428).

  • 13 Journal O Globo du 2 octobre 2005.
  • 14 La compagnie Rio Massa, par exemple, à la tête de projets immobiliers proches de la favela Canal do (...)

27La réponse de la municipalité au retour de l’idée d’éradiquer les favelas témoigne d’une très forte ambiguïté. D’une part, le maire Cesar Maia s’est prononcé en faveur de la politique de réhabilitation des favelas, en faisant ressortir notamment les bienfaits du projet municipal Favela Bairro et en critiquant le retour de toute politique d’éradication des favelas. D’autre part, il a affirmé que l’interdiction des relogements des favelados est un droit qui s’est constitué au moment de l’apogée du populisme à Rio de Janeiro13. Or, tout en soulignant l’importance de la politique de réhabilitation, la municipalité a simultanément cherché à éradiquer de nouvelles petites favelas situées spécialement dans le quartier Barra da Tijuca. Outre les prétendues retombées environnementales négatives entraînées par l’expansion des favelas, la construction des sites sportifs dans le susdit quartier pour les jeux panaméricains qui se sont tenus au mois d’août 2007 a également servi de justification pour la réalisation de quelques opérations de relogements. Des grandes sociétés du bâtiment et des promoteurs immobiliers ont par ailleurs prêté main-forte à la municipalité pour la réalisation de ces opérations14.

  • 15 Le quotidien O Globo du 10 décembre 2006 a par ailleurs souligné la tolérance des autorités à l’exp (...)

28Afin de faire face à la montée des narcotrafiquants, la municipalité a également joué un rôle très ambigu dans le surgissement de milices privées dans certaines favelas de la ville au cours de ces dernières années. Ces milices, contrôlées généralement par des policiers, constituent en partie une réponse locale aux contraintes imposées par les narcotrafiquants. Elles ont souvent réussi à expulser ces derniers et ont consolidé leur domination sur plusieurs favelas, aussi bien par l’emploi de la violence que par la mise en place de réseaux clientélistes financés souvent par les commerçants locaux qui distribuent des aliments et des matériaux de construction aux favelados les plus démunis. Ces milices imposent aux habitants et commerçants des taxes au titre de la sécurité publique, prélèvent un pourcentage aussi bien sur les transferts immobiliers locaux que sur tout le commerce de bombonnes de gaz et contrôlent les transports collectifs informels, ainsi que les réseaux clandestins de chaînes de télévision par câble. Elles interviennent aussi directement sur les activités des associations de résidents, en les dépouillant de la possibilité de tout discours revendicatif, et en s’appropriant très souvent des ressources des programmes d’assistance sociale gérés par ces associations15. Elles ont également collaboré, grâce notamment aux voix des favelados, à faire élire des membres à la chambre municipale – liés aux forces policières et favorables à leur cause – à l’occasion de la dernière élection municipale en 2003. En somme, les milices renforcent le processus de pulvérisation territoriale des favelas et sont par ailleurs en mesure d’exercer une importante influence politique à l’échelle de l’ensemble de la ville.

29En définitive, le passif environnemental provoqué par l’expansion des favelas, l’aspect illégal de l’occupation du sol dans celles-ci et l’augmentation de la violence ont justifié la reprise actuelle de l’idée d’éradiquer les favelas. L’échec successif des différentes politiques de régularisation du sol dans les favelas laisse entrevoir que la consolidation de ces espaces dans le tissu urbain est encore fragile et susceptible à tout type de changement politique.

Les défis actuels de la politique publique des favelas : le cas de la favela Rocinha

30La favela Rocinha est en train de devenir un laboratoire des politiques urbaines à Rio de Janeiro. Outre la mise en œuvre à partir de 2004 du projet de régularisation foncière Papel Passado, le volet « réhabilitation des favelas » du Programme d’Accélération de la Croissance (PAC) – le projet phare du deuxième mandat du gouvernement Lula – y intervient depuis le premier semestre de l’année 2008. Les objectifs du PAC ne se bornent pas à renforcer la croissance du pays mais aussi à permettre que des investissements publics en infrastructure puissent stimuler des secteurs productifs tout en entraînant des bénéfices sociaux. Dans ce sens, le programme vise à transférer des ressources considérables, de l’ordre d’un milliard de réals, au gouvernement de l’Etat de Rio de Janeiro pour réhabiliter intégralement non seulement la favela Rocinha, mais aussi les favelas Alemão, Manguinhos, et Cantagalo.

  • 16 Cette favela est peuplée d’après le recensement officiel de l’année 2000 d’environ 56 000 habitants (...)
  • 17 Créé en 1986, cette fondation s’est constituée à partir d’un groupe de personnes travaillant dans l (...)

31La Rocinha est certainement l’une des favelas les plus célèbres de la ville et s’est initialement constituée à partir des lotissements inachevés qui n’ont jamais été approuvés par la municipalité. Bien que dépourvue d’un plan d’occupation du sol et jusqu’à très récemment d’une législation urbanistique spécifique, cette favela a été élevée au statut de quartier par la loi n° 1.995 du 18 juillet 1993. Etant donné la taille de cette favela16, le projet Papel Passado a initialement concentré ses efforts sur les sous-quartiers Barcelos et Vila Verde avant que ne soit envisagée sa mise en œuvre à l’échelle des autres sous-quartiers. Géré par la Fondation Bento Rubião17, le projet a été localement nommé Rocinha mais légal (Rocinha plus légale).

  • 18 Ce sous-quartier, directement issu d’un ancien lotissement, possède des rues relativement larges et (...)
  • 19 Les réponses aux questionnaires ont été obtenues grâce à l’aide du laboratoire Favela et Citoyennet (...)
  • 20 En dépit de l’absence de données officielles sur le nombre de résidents du quartier Barcelos, l’ass (...)
  • 21 Les personnes questionnées pouvaient choisir plus d’une réponse.

32Notre étude des déterminants et de la dynamique de ce projet s’est centrée principalement sur la région de Barcelos18 et s’est organisée autour d’une enquête conduite aussi bien à partir de questionnaires19 soumis à un échantillon de 100 résidents20 qu’à partir d’entretiens effectués auprès des responsables institutionnels engagés dans le projet. Les habitants de Barcelos disposent d’un accès très significatif aux services publics. Selon les données obtenues au moyen des questionnaires, nous avons pu constater, par exemple, que 99 % des foyers disposent d’eau courante, 95 % sont branchés sur le réseau d’égouts, tandis que 98 % sont reliés au réseau d’électricité. En plus des services de base, 76 % des personnes enquêtées ont affirmé avoir accès aux chaînes de télévision par câble, et 15 % disposent même d’un accès à Internet. Une grande partie des personnes (37 %) ont choisi d’habiter dans le sous-quartier Barcelos en raison de sa localisation privilégiée. 28 % ont cité les liens familiaux comme un facteur important, 23 % ont évoqué la proximité du marché de travail, tandis que seulement 15 % ont été attirées par les bas prix du logement dans cette partie de la favela21.

33Du fait que cette partie de la favela était initialement un lotissement, certains habitants sont à même de prouver qu’ils ont payé la valeur intégrale de leurs lopins de terres. Il leur faut plaider devant les tribunaux la reconnaissance que la propriété du bien leur est effectivement acquise même si elle n’a pas été dûment enregistrée au cadastre sous leur nom. Les habitants qui ne peuvent pas prouver le paiement de leurs logements doivent plaider – s’ils en ont le droit – la prescription acquisitive. Des centaines de dossiers judiciaires ont ainsi été saisis par la Cour de Rio de Janeiro à la fin de l’année 2006. Etant donné la complexité de ces procédures, l’obtention d’une décision définitive peut prendre des mois, voire des années.

34La régularisation de l’aspect proprement urbanistique du sous-quartier Barcelos s’est concentrée sur l’élaboration du plan d’occupation du sol et sur la reconnaissance officielle des rues, en leur attribuant des noms officiels et en numérotant les maisons. La régularisation s’est également penchée sur l’élaboration d’un projet de législation urbanistique locale, au moyen de la définition des règles d’usage et de l’occupation du sol. Cette législation doit instituer des paramètres urbanistiques locaux pour les constructions, afin que la municipalité puisse finalement délivrer des permis de construire aux habitants, en permettant ultérieurement l’enregistrement des logements au cadastre (Fundação Bento Rubião, 2006 :18‑19). Le projet mentionne l’importance du titre de propriété, en soulignant que celui-ci atteste non seulement légalement de la propriété du logement mais peut également servir – en s’appuyant d’ailleurs sur les idées nébuleuses de l’économiste péruvien Hernando de Soto (Soto, 2001 : 20) – de garantie hypothécaire aux favelados pour obtenir des emprunts bancaires (Fundação Bento Rubião, 2005 : 1).

  • 22 L’essor de ce marché immobilier se manifeste par un grand nombre des logements loués qui, d’après L (...)
  • 23 Le projet n’a pas réussi à susciter une participation populaire effective, le contact avec la popul (...)

35Le projet a cependant du faire face à d’innombrables difficultés. Le choix de faire démarrer le projet dans le sous-quartier Barcelos était sans doute politiquement justifié par la visibilité de ce secteur, mais cette option s’est révélée non-appropriée du fait notamment de la complexité juridico-foncière de l’occupation du sol dans cette partie de la favela et du processus intensif de spéculation immobilière22. Etant donné l’absence de conflits fonciers importants dans la région de Barcelos, les habitants, ainsi que les autres acteurs concernés par le projet, ont manifesté une certaine indifférence, voire se sont nettement opposés au projet. Tout d’abord, les « latifundistes » locaux – possédant plusieurs logements dans la favela et n’y habitant souvent pas – ont systématiquement bloqué le recensement de leurs immeubles, en interdisant que leurs locataires reçoivent les recenseurs du projet23. Ainsi, ces derniers sont doublement exclus : ils ne peuvent ni bénéficier de la législation sur les baux du fait de l’informalité de leurs logements ni des bénéfices de la politique de la régularisation foncière, d’autant plus que ledit projet n’a rien prévu pour atténuer les conséquences de la valorisation immobilière – comme la probable hausse des loyers – suite à l’expectative du transfert définitif des titres de propriété.

  • 24 Selon l’assistance sociale de la fondation Bento Rubião, il y a au moins une dizaine d’agences immo (...)

36Bien que le projet n’ait pas posé de questions au sujet du statut de propriétaire informel de ces « latifundistes », la régularisation de leur patrimoine immobilier ne les intéresse évidemment pas, du fait que dans la situation d’informalité ils ne sont ni imposables ni sont tenus de respecter toutes les contraintes légales concernant les constructions24. La Fondation Bento Rubião, ne voulant pas entériner cette réalité, a décidé que le projet n’assumerait les frais d’inscription au cadastre que d’un seul logement par foyer ; les propriétaires devant assumer tous les frais supplémentaires à partir du deuxième immeuble.

  • 25 L’association de résidents touche une participation de tous les transferts immobiliers enrégistrés (...)
  • 26 Interview avec le représentant de l’association de résidents réalisée au mois d’août 2006.

37Bien que l’association de résidents du sous-quartier Barcelos soit inscrite comme l’un des partenaires officiels du projet (Fundação Bento Rubião, 2006), elle s’est montrée aussi quelque peu indifférente à son déroulement. Cela s’explique non seulement par le fait que cette association n’a pas pu obtenir la gestion des importantes ressources fédérales du projet – directement contrôlées par la Fondation Bento Rubião – mais aussi du fait que la régularisation foncière affecte sa très lucrative fonction de gestion du cadastre informel local25. A l’occasion d’une question posée sur l’éventuel abandon de cette fonction suite à la régularisation foncière, l’un des représentants de l’association nous a confirmé que l’association soutient effectivement le projet, mais que les pouvoirs publics ne doivent pas, en échange, toucher aux prérogatives des associations de résidents26. En somme, cette posture remet en question l’une de conséquences directes du projet qui entraînerait évidemment la suppression du très rentable contrôle exercé par l’association sur les transferts immobiliers locaux.

38Le processus de valorisation immobilière suite à l’intervention publique est inévitable, mais le projet Rocinha mais Legal n’a prévu aucun mécanisme pour l’atténuer. Cette valorisation sera par ailleurs indubitablement renforcée avec les travaux du PAC. La politique de régularisation foncière ne doit en aucun cas se focaliser uniquement sur l’idée que la logique propre au marché peut résoudre les différentes questions sociales, mais doit se justifier avant tout par l’idée que l’intégration de ces espaces au reste de la ville demande nécessairement une présence accrue et effective des pouvoirs publics. La concession des titres fonciers peut effectivement contribuer à consolider les droits sociopolitiques des favelados, à condition qu’elle soit conçue moins comme la solution de tous les problèmes posés par les favelas que comme l’aboutissement d’une politique sociale plus ample visant à intégrer aussi bien l’espace défini par les favelas que leurs habitants.

  • 27 Ce projet organisé par le Ministère de la Justice vise articuler des politiques de combat au crime (...)

39Pour la réhabilitation de la Rocinha, le PAC prévoit des investissements de l’ordre de 110 millions de réals en provenance du gouvernement fédéral (Governo Federal, 2006 : 14). Mise en œuvre par l’administration de l’Etat de Rio de Janeiro, ce projet ne compte initialement pas toucher l’ensemble de la favela, mais seulement réaménager la zone centrale de celle-ci et construire une série d’équipements sociaux (un petit hôpital, un centre culturel, une crèche, des logements sociaux et des installations sportives). Le PAC envisage aussi, du moins théoriquement, de faire face au problème de la violence et prévoit, dans le cadre du Programme National de Sécurité Publique et Citoyenneté (PRONASCI)27, que la police occupe préalablement la favela afin de garantir la tranquillité du déroulement des travaux. Mais le danger qui découle de l’actuelle politique de sécurité publique de l’Etat de Rio de Janeiro est le fait que celle-ci, pour l’instant, se focalise moins sur des mesures sociales de prévention de la violence que sur des démarches de confrontation militaire qui sont en train de transformer les favelas et leurs abords en véritables champs de bataille.

40En dépit de la collaboration plus étroite entre le pouvoir fédéral et l’Etat de Rio de Janeiro, l’articulation politique entre les différentes interventions publiques fait cependant défaut. Malgré la complémentarité des objectifs entre les projets de réhabilitation du PAC et le projet de régularisation foncière Rocinha Mais Legal, il n’existe aucun dialogue institutionnel entre ces deux initiatives. Ces projets interviennent dans la même favela, mais à l’intérieur de sous-zones distinctes. Ainsi la zone qui sera réhabilitée ne sera pas pour autant régularisée, ceci en dépit du fait que l’un des critères pour l’intervention du PAC dans les favelas est justement l’avancement des initiatives concernant la régularisation foncière (Governo Federal, 2006 : 5). L’absence d’articulation institutionnelle se manifeste aussi par les interventions souvent déplacées de la municipalité, comme le démontre la promulgation du décret municipal n° 28.341 du 21 août 2007 portant sur les paramètres urbanistiques spécifiques aux constructions dans Rocinha. Ce décret n’est absolument pas le fruit d’une entente entre les différents échelons des pouvoirs. Il ne prend pas en compte la réalité actuelle de la favela, en imposant des limites concernant la hauteur des constructions qui ne sont pas respectées par la population depuis plusieurs années. Ces limites rendent notamment illégales certaines constructions qui sont en train d’être érigées par le PAC. Bref, il s’agit d’une norme dont on sait par avance qu’elle ne sera jamais mise en application.

41Bien que les pouvoirs publics aient indubitablement investi des sommes importantes dans les favelas, la politique de réhabilitation de celles-ci doit absolument dépasser les interventions sporadiques et ponctuelles à empreinte clientéliste, ce qui signifie incorporer aux différentes interventions publiques une réflexion plus aboutie sur les moyens d’améliorer les conditions de vie des habitants et de les intégrer pleinement à la ville. La réactualisation récente de l’idée de relogement a en fait montré à quel point – dans les différentes sphères de la société, et malgré les dispositions relativement progressistes de la législation actuelle – les favelas sont toujours considérées comme des espaces illégaux. Le fait d’associer systématiquement les favelas à des espaces en marge de l’ordre juridique s’est évidemment révélé un facteur d’exclusion sociopolitique des favelados, mais a paradoxalement permis historiquement de les intégrer, quoique précairement, à la dynamique propre de la ville.

42La politique actuelle de réhabilitation des favelas, conjuguée à la tolérance publique envers l’accès informel au logement, a contribué à l’expansion du marché immobilier informel à Rio de Janeiro. La spéculation immobilière dans les favelas et l’absence d’offre de logements sociaux par les pouvoirs publics rendent en fait de plus en plus difficile l’accès au logement pour les classes les plus démunies. Les pouvoirs publics ne peuvent renoncer, lors de la mise en place des projets de réhabilitation et de régularisation foncière, à prendre en compte les répercussions sociales et économiques entraînées par l’expansion actuelle du marché immobilier informel, au risque que ces projets n’entraînent que l’intégration précaire de l’espace défini par les favelas sans promouvoir pour autant l’insertion sociale de leurs habitants.

Haut de page

Bibliographie

Burgos, M. B., 1998, « Dos parques proletários ao Favela-Bairro. As políticas públicas nas favelas do Rio de Janeiro ». In Zaluar, A. et Alvito, M. (éd.). Um século de favelas. Rio de Janeiro, FGV. p. 25‑60.

Cardoso, A. L., 2003, Irregularidade urbanistica: questionando algumas hipoteses. http://www.ippur.ufrj.br/observatorio/dowload/anpur2003_cardoso.pdf (consulté en février 2004).

Castro, S. R., 2000, « Favela Bairro. Análise do programa e de seus aspectos fundiários ». Revista de Administração Municipal, n° 223, p. 11‑16.

Cavallieri, F., 2003, « Favela-Bairro: integrações de areas informais no Rio de Janeiro », in Abramo, P. (éd.), A cidade da informalidade. O desafio das cidades latino-americanas, Rio de Janeiro, FAPERJ, p. 265‑296.

Compans, R., 2003, « A regularização fundiaria de favelas no Estado do Rio de Janeiro », Revista Rio de Janeiro, janvier-avril 2003, n° 9, p. 41‑53.

Fundacao Bento Rubiao, 2006, Rocinha mais legal: uma questão de cidadania, Brasília, s. n., 22 p.

Governo Federal, 2006, PAC-Saneamento e urbanização de favelas, Governo Federal, 42 p.

Imparato, I. et Ruster, J., 2003, Slum upgrading and participation. Lessons from Latin America, Washington, Banque Mondiale, 489 p.

Lago, L. C., 2000, Desigualdades e Segregação na Metrópole: O Rio de Janeiro em tempo de crise, Rio de Janeiro, Revan/FASE, 240 p.

Lira, R.P., 2007, « Direito urbanistico, estatuto da cidade e regularizaçao fundiaria » in Coutinho, Ronaldo (éd.), et Bonizzato, L. (éd.), Direito da cidade: novas concepções sobre as relações juridicas no espaço social urbano, Rio de Janeiro, Lumen Juris, p. 1‑15.

Maia, C., 2003, O Rio de Janeiro e o Favela-Bairro, Rio Janeiro, s. n. 14 p. (Rio estudos, n° 120).

Ministerio das Cidades, 2006, Ficha de situação – gerente da meta, Brasilia, s. n., 12 p.

Peralva, A., 2001, Violence et démocratie. Le paradoxe brésilien, Paris, Balland, 188 p.

Silva, L. A. M., 2004, « Sociabilidade violenta: por uma interpretação da criminalidade contemporânea no Brasil urbano », Revista Sociedade e Estado, vol. 19, n° 1.

Soares Gonçalves, R., 2006, « Le droit, la pratique du droit et la politique de réhabilitation des favelas à Rio de Janeiro. », in Docker, E. (éd.), Au cœur des combats juridiques, Annales du Colloque : Pratique du Droit, Pensée du Droit et Engagement Social, CREDIMI-Université de Bourgogne/Editions Dalloz, Paris, p. 259‑271.

Soares Gonçalves, R., 2007, La construction historique d’un objet juridique : l’histoire des favelas de Rio de Janeiro de la fin du 19e siècle à nos jours, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean PIEL, Université Paris VII/Denis-Diderot, 531 p.

Soto, H., 2001, O mistério do capital. Por que o capitalismo dá certo nos países desenvolvidos e fracassa no resto do mundo, Rio de Janeiro, Editora Record, 306 p.

Souza, M. L. de, 1996, « O tráfico de drogas no Rio de Janeiro e seus efeitos negativos em termos de desenvolvimento sócio-espacial », in Farret, R. (éd), Annales du 6eme Rencontre National de l’ANPUR – Modernidade, exclusão e a espacialidade do futuro, Brasilia, ANPUR, p. 32‑39.

Souza, M. L. de, 1996, « As drogas e a “questão urbana” no Brasil: a dinâmica socio-espacial nas cidades brasileiras sob a influência do trafico de toxicos », in Castro, I. Elias et al., Brasil : questões atuais da reorganização do territorio, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, p. 419‑468.

Haut de page

Notes

1 Voir les articles 238 de la Constitution de l’Etat de Rio de Janeiro (promulguée en 1989) et 429 de la loi organique de la ville de Rio de Janeiro (sorte de constitution municipale, promulguée en 1990).

2 Cesar Maia domine jusqu’à nos jours l’échiquier politique local, effectuant actuellement son troisième mandat (1993‑1996, 2001‑2004 et 2005 jusqu’à la fin 2008).

3 Maia, C., O Rio de Janeiro e o Favela-Bairro, 2003, p. 13.

4 La BID elle-même a critiqué le projet, en affirmant, d’après le Jornal do Brasil du 11 juin 2000, que le projet a valorisé plutôt l’aspect esthétique au détriment de la question sociale.

5 Seules trois favelas, selon Compans, ont été régularisées jusqu’en 2003 : Fernão Cardim, Ladeira dos Funcionarios, et Parque Sao Sebastiao (Compans 2003 : 47). D’autres initiatives de régularisation foncière sont actuellement en cours. Ce sont les cas des favelas Quinta do Caju, Vidigal et Rocinha

6 La population de la favela Parque Royal a par exemple doublé en quelques années après l’achèvement des travaux du projet Favela Bairro en 1997. Si cette favela n’avait que 4 146 habitants en 1994, elle abritait, selon le journal O Globo du 19 octobre 2005, 8 200 habitants en 2005.

7 La valeur des terrains de certaines favelas réhabilitées a augmenté, selon Cavallieri, de 97 % dans la période entre 1995 et 1997. La valeur des appartements situés autour de certaines favelas a été aussi majorée d’environ 20 % pendant cette même période (Cavallieri, 2003 : 283/284). Les répercussions négatives provoquées par la violence des narcotrafiquants ont cependant contribué à limiter l’augmentation de la valeur des biens.

8 Toutes les constitutions brésiliennes à partir de celle de 1934 ont prévu le principe de la fonction sociale de la propriété, principe qui n’a d’ailleurs jamais été abrogé, même pendant les années de dictature militaire (1964‑1985). Ce principe représente théoriquement une altération du contenu propre du droit, en instituant une norme de principe qui doit être observée dans tous les conflits concernant la question de la propriété. La Constitution de 1988 a également affirmé que non seulement la propriété privée en particulier, mais aussi l’ensemble de la ville présentent une fonction sociale. Dans ces conditions, l’aménagement de l’espace urbain ne doit pas se résumer aux intérêts de groupes privés, mais doit répondre en priorité aux intérêts sociaux de l’ensemble de la collectivité.

9 Il est difficile de traduire en français cette expression. Elle fait populairement référence à l’idée qu’un acte donné est rendu légal par un document officiel, ce qui rejoint ainsi l’idée du projet qui envisage enfin de délivrer des titres fonciers définitifs aux habitants des établissements informels.

10 O Globo, 28 septembre 2005.

11 Comme le constate Silva, la loi du silence est plus pernicieuse qu’on ne l’imagine : elle bloque le contact des favelados avec ceux qui viennent de l’extérieur, mais provoque aussi une espèce d’incommunicabilité à l’intérieur même des favelas, à cause de la peur et de la méfiance mutuelle (Silva, 2004).

12 D’après l’article du 17 octobre 2007 du journal O Globo, la distance des favelas est devenue le critère le plus important pour l’achat d’un immeuble à Rio de Janeiro.

13 Journal O Globo du 2 octobre 2005.

14 La compagnie Rio Massa, par exemple, à la tête de projets immobiliers proches de la favela Canal do Cortado, a financé les opérations de suppression de cette favela par la municipalité, en assumant directement le paiement des indemnités aux favelados (O Globo du 29 août 2006).

15 Le quotidien O Globo du 10 décembre 2006 a par ailleurs souligné la tolérance des autorités à l’expansion des milices : « Les milices avancent sur la zone des jeux Panaméricains. Des organisations des droits civils craignent que les autorités soient en train de stimuler les groupes qui expulsent les narcotrafiquants. »

16 Cette favela est peuplée d’après le recensement officiel de l’année 2000 d’environ 56 000 habitants, mais ce chiffre peut atteindre, selon les sources, près de 200 000 personnes.

17 Créé en 1986, cette fondation s’est constituée à partir d’un groupe de personnes travaillant dans la pastorale des favelas de l’Eglise Catholique depuis la fin des années 1970.

18 Ce sous-quartier, directement issu d’un ancien lotissement, possède des rues relativement larges et droites et est également doté d’un grand nombre de commerce et de bâtiments à plusieurs étages. Il possède aussi une association de résidents autonome par rapport au reste de la favela, et ses résidents sont localement considérés comme une espèce d’élite locale.

19 Les réponses aux questionnaires ont été obtenues grâce à l’aide du laboratoire Favela et Citoyenneté (FACI) de l’Ecole de Service Social de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro.

20 En dépit de l’absence de données officielles sur le nombre de résidents du quartier Barcelos, l’association locale des résidents estime la population de ce quartier à quelque 5 000 personnes. Le nombre de questionnaires ne constitue effectivement qu’un petit échantillon, visant à renforcer nos observations obtenues sur le terrain à propos de la mise en place du projet Rocinha mais legal, et ne nous permet évidemment pas de généraliser ces données à l’ensemble du quartier Barcelos, et moins encore à la totalité de la favela Rocinha.

21 Les personnes questionnées pouvaient choisir plus d’une réponse.

22 L’essor de ce marché immobilier se manifeste par un grand nombre des logements loués qui, d’après Lira, atteint déjà 30 % du parc immobilier de la favela Rocinha (Lira, 2007 : 10).

23 Le projet n’a pas réussi à susciter une participation populaire effective, le contact avec la population se résumant simplement au recensement initial.

24 Selon l’assistance sociale de la fondation Bento Rubião, il y a au moins une dizaine d’agences immobilières dans le quartier Barcelos (entrevue réalisée au mois d’août 2006). Nous avons cherché à interviewer les responsables de ces agences immobilières, mais ils ont systématiquement refusé de nous recevoir. Du fait d’être évidemment liés aux grands propriétaires immobiliers locaux, ces agences ont été l’objet des critiques les plus acerbes du projet.

25 L’association de résidents touche une participation de tous les transferts immobiliers enrégistrés dans le cadastre informel local.

26 Interview avec le représentant de l’association de résidents réalisée au mois d’août 2006.

27 Ce projet organisé par le Ministère de la Justice vise articuler des politiques de combat au crime avec des initiatives sociales, et met en priorité la prévention, en cherchant à combattre les causes de la violence sans négliger les stratégies visant à assurer l’ordre social, au moyen de la répression au crime organisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Soares Gonçalves, « Les interventions publiques dans les favelas de Rio de Janeiro », L'Ordinaire des Amériques, 208-209 | 2008, 207-227.

Référence électronique

Rafael Soares Gonçalves, « Les interventions publiques dans les favelas de Rio de Janeiro », L'Ordinaire des Amériques [En ligne], 208-209 | 2008, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/orda/3316 ; DOI : 10.4000/orda.3316

Haut de page

Auteur

Rafael Soares Gonçalves

IIAC/EHESS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Ordinaire des Amériques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IPEAT
  • Logo Université Toulouse-Jean Jaurès
  • Logo Université de Toulouse
  • Logo Latindex
  • OpenEdition Journals