Navigation – Plan du site

Les politiques d’emploi pour les jeunes en France et au Royaume-Uni

Evaluations croisées au temps des hybridations et des évolutions parallèles
Lucie Davoine
p. 63-81

Résumé

Cet article analyse deux programmes mis en place à la fin des années 90 pour lutter contre le chômage des jeunes, en France et au Royaume-Uni: le New Deal for Young People d’une part, et le programme « Nouveaux Services – Emplois jeunes » d’autre part. La première partie révèle les référentiels de l’action publique des deux côtés de la Manche. La deuxième partie souligne que ces deux programmes s’inscrivent dans des trajectoires institutionnelles très différentes, et  cherche à déterminer la nature du changement institutionnel. La troisième partie propose un bilan nuancé des évaluations des deux programmes: si les bénéficiaires semblent, dans les deux cas, satisfaits, les politiques d’emploi étudiées débouchent rarement sur un emploi de qualité et tendent à renforcer les inégalités sur le marché du travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Ma réflexion se place dans le cadre des débats académiques sur l’évolution des modèles de politiques de l’emploi. Pour nourrir ce débat, les politiques d’emploi pour les jeunes présentaient plusieurs avantages, à mes yeux. Au cours de l’histoire, elles ont joué le rôle d’un laboratoire qui peut augurer de politiques plus générales et de l’inflexion des trajectoires institutionnelles. Ainsi les Travaux d’Utilité Collective (TUC) qui étaient initialement destinés aux jeunes furent ensuite proposés à d’autres publics en difficulté.  Au Royaume-Uni, les jeunes furent les premiers touchés par les politiques de déréglementation. De même, le gouvernement travailliste a décalqué le programme pour les jeunes en instaurant un New Deal pour les chômeurs de longue durée de plus de 25 ans, pour les parents isolés, les chômeurs de plus de 55 ans ou encore pour les musiciens.

2La comparaison entre le New Deal for Young People et le programme « nouveaux services – emplois jeunes » s’est imposée pour deux raisons. Ces deux programmes me semblent d’une part jouer le rôle d’équivalent fonctionnel, en voulant tous les deux lutter contre le chômage des jeunes, alors que le dispositif français TRACE (Trajet d’Accès à l’Emploi) relève surtout de la lutte conte l’exclusion et de l’accompagnement social. Ces deux programmes ont d’autre part joué un rôle phare dans les stratégies des gouvernements sortis des urnes en 1997. Leur étude révèle des logiques, des croyances et des référentiels d’action qui diffèrent d’un pays à l’autre.

Des logiques différentes…

Le New Deal for Young People : un programme emblématique du Welfare to Work qui vise à terme la diminution du taux de chômage d’équilibre

3Le NDYP se présente comme une combinaison d’aide à la recherche d’emploi personnalisée, de sanctions et de mesures visant à favoriser l’employabilité par la formation ou l’expérience de travail. Après six mois de chômage, les jeunes doivent participer au Gateway et discuter avec le