Navigation – Plan du site

L’universalité des droits se décline-t-elle au féminin ?

Annie Sugier
p. 241-256

Résumé

Issue d’une séance du séminaire intitulée « Regards de la société civile européenne », cet article, qui ne constitue donc pas une contribution universitaire, retrace et explique des actions militantes menées par la Ligue du Droit International des Femmes sur la question des signes religieux, de l’affaire du collège de Creil (1989) à la campagne menée par cette association, fondée par Simone de Beauvoir, lors des Jeux Olympiques de 2012 à Londres, en passant par les débats suscités, y compris parmi différentes mouvances du féminisme français, par les lois de 2004 et 2010, dites respectivement loi « sur le voile » et « sur la burqa ».

Haut de page

Texte intégral

Des progrès et des régressions

1Incontestablement, la situation de femmes a progressé grâce aux combats féministes. Au cours d’une première période, finalement relativement récente au regard de l’histoire de l’humanité, puisqu’elle s’étend du milieu du XIXème siècle aux années précédant la Seconde guerre mondiale, les femmes ont arraché l’égalité des droits : droit à l’éducation, à la formation, droits civils et politiques. C’est l’époque des « premières » : avocates, médecins, ingénieurs etc. La deuxième vague féministe naît au lendemain des événements de 1968, en 1970. Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, paru en 1949, est un précurseur : il pose les revendications qui vont être portées par les nouvelles féministes, celles qui conditionnent la libération : libération des esprits par la remise en cause des stéréotypes, libération du corps par le droit à la maternité libre, rejet des violences dont les femmes sont les victimes et qui les empêchent de jouir de leurs droits.

2Des outils internationaux se mettent en place pour traquer les discriminations de sexe. Le principal d’entre eux sera la Convention des Nations Unies pour l’élimination des discriminations à l’encontre les femmes (CEDAW) votée en décembre 1979. Parmi les textes normatifs des Nations Unies, la CEDAW est sans doute la convention qui a été ratifiée par le plus grand nombre d’États. Malheureusement elle est aussi celle qui fait l’objet du plus grand nombre de réservespour des raisons culturelles et religieuses, notamment sous prétexte du respect de la loi islamique. Or, ces réserves reviennent à refuser la mise en œuvre effective des principales dispositions de la CEDAW.

3Toujours en 1979, allait se produire un événement qui donnera une impulsion inattendue à la notion de « relativisme culturel » par opposition à l’universalisme des droits des femmes. Il s’agit de la révolution islamique en Iran. Dès lors, ce qui apparaissait comme un résidu de l’histoire de l’oppression des femmes (ségrégation sexuelle, statut de second rang, mariages forcés, voire, lapidation, et le voile islamique qui symbolise ce statut) devenait le fer de lance d’un modèle de société alternatif au modèle occidental matérialiste. Il faut se souvenir que la première mesure prise par Khomeiny, trois semaines à peine après son arrivée au pouvoir, sera d’imposer à toutes les femmes en Iran de porter le voile islamique. En dépit de la résistance de dizaines de milliers de féministes iraniennes descendues dans la rue aux cris de « On n’a pas fait la révolution pour perdre nos droits », le régime des mollahs bénéficiera d’une complicité étonnante de la part des progressistes de tous bords, au prétexte qu’il s’opposait aux États-Unis. Téhéran allait imprimer sa marque non seulement en interne mais aussi au niveau international en proclamant qu’il défendait la « véritable dignité de la femme et de la famille », l’une ne se concevant pas sans l’autre.

4C’est à cette époque que Simone de Beauvoir, avec un groupe de militantes issues du MLF, décide de créer une association tournée vers l’international, ayant pour objet de promouvoir l’universalité du droit des femmes et de dénoncer le relativisme culturel. D’abord section de la Ligue du Droit des femmes, la Ligue du Droit International des Femmes (LDIF) se constitue en association indépendante au début de la décennie 1980. La première de ses revendications sera d’étendre la convention de Genève de 1951 sur le statut de réfugié aux violences dont sont victimes les femmes du fait de leur appartenance au sexe féminin : crimes d’honneur, excision, mariages forcés, notamment. Alors qu’en France la gauche vient d’arriver au pouvoir, la réponse du quai d’Orsay aux sollicitations de la LDIF est révélatrice de l’état d’esprit général : « Il faut éviter tout jugement dévaluant à l’égard des sociétés traditionnelles. La révolte doit venir de l’intérieur». En d’autres termes le droit d’ingérence s’arrête à la porte des États quand il s’agit des femmes. On peut critiquer Franco, Pinochet ou tout autre dictateur mais pas question de faire état de la situation des femmes. Il s’agit d’une affaire interne à chaque pays, « une question de culture ».

5Pourtant dès les années 1920, des femmes appartenant à ces cultures dites « traditionnelles » avaient osé élever la voix pour affirmer leur exigence d’universalisme. Leur premier geste en Tunisie, en Égypte ou ailleurs, consistera à se dévoiler. Ces aspirations à des réformes profondes de la société allaient d’ailleurs déclencher des manifestations d’intégristes, y compris de femmes. Il faut se souvenir que c’est dans les années 1928 qu’apparaîtra le mouvement des Frères Musulmans.

6Je citerai l’une des arrières petites filles de ces pionnières, une jeune femme d’aujourd’hui, l’Algérienne Djemila Benhabib, qui vit actuellement au Canada. Auteur de Ma vie à contre coran, elle fit une intervention poignante, le 13 novembre 2009 lors d’une journée débat organisée par la Ligue du Droit international des Femmes et Femmes Solidaires, consacrée aux 30 ans de la CEDAW. S’adressant à l’assistance, elle lut la lettre qu’elle adressait au député français André Gerin, alors président d’une mission parlementaire sur le voile intégral. Dénonçant : « ce courant de pensée relativiste qui prétend qu’au nom des cultures et des traditions nous devons accepter la régression, (…) nous traitant de racistes et d’islamophobes lorsque nous défendons l’égalité des sexes et la laïcité », elle eut ce jugement sans appel : « sachez qu’il n’y a rien dans ma culture qui me prédestine à être éclipsée sous un linceul, emblème ostentatoire de différence».

7Djemila Benhabib affirme que pour pouvoir changer la réalité, il faut d’abord savoir la regarder en face :

 Trop de femmes dans le monde se font encore humilier, battre, violenter, répudier, assassiner, brûler, fouetter et lapider. Au nom de quoi ? De la religion, de l’islam en l’occurrence et de son instrumentalisation. Pour refuser un mariage arrangé, le port du voile islamique ou encore pour avoir demandé le divorce, porté un pantalon, conduit une voiture et même avoir franchi le seuil de la porte sans la permission du mâle, des femmes, tant de femmes subissent la barbarie dans leur chair. […] La pire condition féminine dans le globe, c’est celle que vivent les femmes dans les pays musulmans. C’est un fait et nous devons le reconnaître. C’est cela notre première solidarité à l’égard de toutes celles qui défient les pires régimes tyranniques au monde.

8Revenant sur la décennie 1990, ces années noires qui ont ensanglanté l’Algérie en proie à une véritable guerre civile décrétée par les islamistes frustrés d’une élection annulée par le gouvernement en place, elle précise les véritables menaces qui pèsent sur celles qui résistent :

 Je voudrais vous parler, vous dire la peur que j’ai connue le 25 mars 1994 alors que j’habitais à Oran, en Algérie et que le Groupe islamique armé (GIA) avait ordonné aux femmes de mon pays le port du voile islamique. Ce jour-là, j’ai marché la tête nue ainsi que des millions d’autres Algériennes. Nous avons défié la mort. Nous avons joué à cache-cache avec les sanguinaires du GIA et le souvenir de Katia Bengana, une jeune lycéenne âgée de 17 ans assassinée le 28 février 1994 à la sortie de son lycée planait sur nos têtes nues. Il y a des événements fondateurs dans une vie et qui donnent une direction particulière au destin de tout un chacun. Celui-là en est un pour moi.

9Pour l’oratrice, céder aujourd’hui c’est devoir en donner encore plus demain :

Il fut un temps où on s’interrogeait en France sur le port du voile islamique à l’école. Aujourd’hui il est question de voile intégral. Au lieu d’élargir la portée de la loi de 2004 aux établissements universitaires, nous débattons sur la possibilité de laisser déambuler dans nos rues des cercueils. Est-ce normal ? Demain, peut-être c’est la polygamie qui sera à l’ordre du jour. Ne riez pas. Cela s’est produit au Canada (…) ».

10Et de résumer ce que sous-tend cette volonté de cacher le corps des femmes : « Que l’on ne s’y trompe pas, le voile islamique cache la peur des femmes, de leurs corps, de leur liberté et de leur sexualité ».C’est donc bien d’un choix de société dont il s’agit.

11Elle exhorte la France de ne pas oublier de ce qu’elle représente dans le monde et de se montrer solidarité avec celles et ceux qui se battent :

Entre une certaine gauche démissionnaire, le racisme de l’extrême droite et le laisser-faire et la complicité des gouvernements nous avons la responsabilité historique de faire avancer les droits des femmes. Nous sommes, en quelque sorte, responsables de notre avenir et de celui de nos enfants. Car il prendra la direction que nous lui donnerons.

La première bataille sur le voile islamique en France

12Dans un pays comme la France, où la laïcité est inscrite dans la Constitution, la question du voile islamique aurait dû faire l’unanimité des politiques, des féministes et des laïques. Or, elle a été (et demeure) un facteur de division entre les partisans de la fermeté et ceux qui n’y voient qu’un droit des femmes de se vêtir comme elles l’entendent, voire même, une simple expression de la liberté religieuse.

13Lorsque la première affaire éclate en 1989 dans un Lycée de Creil où deux lycéennes sont exclues pour port de voile islamique, le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, le socialiste Lionel Jospin, hésite à prendre position et préfère s’en remettre à l’avis du Conseil d’État et publier une directive laissant les proviseurs et professeurs concernés apprécier en fonction des conditions locales les mesures à prendre. Dès le départ pourtant des voix féministes s’étaient fait entendre pour clamer que le voile est d’abord un signe de ségrégation et d’infériorisation des femmes. À l’autre extrême du spectre des opinions, toute une partie de la gauche et des médias considère que ces « nouvelles » voilées sont des jeunes filles sincères en recherche d’une identité dans des cités en mal de reconnaissance pour cause de chômage. Les « féministes laïcardes », donc ringardes, sont accusées de vouloir la politique du pire en demandant l’exclusion des voilées qui, du coup, vont se retrouver hors cursus scolaire « normal ».

14Il aura fallu attendre quinze années de débats puis la création de deux commissions, l’une installée par le Président de la République (« Commission Stasi », du nom de l’ancien bâtonnier), l’autre par le président de l’Assemblée Nationale (Commission Jean-Louis Louis Debré, du nom du Président de cette Assemblée) pour que le pouvoir politique décide d’une loi interdisant les signes religieux à l’école.

15Les violences sexistes dans les cités et le début de la révolte des jeunes filles issues de l’immigration à la suite de la mort de la jeune Sohane brûlée vive à Vitry sur Seine en 2002, seront l’un des éléments qui auront pesé fortement dans la prise de conscience des décideurs, tout autant que l’exaspération de certains professeurs, épuisés de tenter de négocier l’impossible face à des jeunes appuyées par des cabinets d’avocats spécialisés.

16C’est finalement la droite sous la présidence de Jacques Chirac, qui fera voter le 15 mars 2004 la loi interdisant les signes religieux à l’école. Les médias prévoyaient des manifestations voire des réactions violentes. En fait il n’en fut rien et chacun poussa un soupir de soulagement.

La mission parlementaire sur le voile intégral

17Le répit ne fut que de courte durée. Quelques années plus tard, il fallut affronter un nouveau phénomène : des femmes portant le voile intégral. Inutile de dire que l’opinion publique réagit avec indignation. La présence de ces femmes étant perçue comme une véritable agression contre les valeurs de la République. Cette fois-ci ce sera un député communiste, André Gerin, qui lancera le débat demandant avec l’appui de députés de différentes tendances politiques de créer une mission parlementaire sur le sujet. Malgré cela, lors des débats et du vote de la loi recommandée par la mission, la gauche fera, encore une fois, étalage de ses réticences, voire de son opposition.

18Si l’on veut comprendre les enjeux de ce sujet, il est instructif de lire ou visionner les auditions des différentes personnalités qui se sont succédé face aux membres de la mission Gerin.

19Un premier élément positif sera la belle unanimité des associations féministes lors de la table ronde organisée à leur intention. J’en faisais partie.

20Nous avons toutes eu le souci de ne pas nous laisser enfermer dans la question du voile intégral car c’est bien le voile islamique, petit ou grand, qui pose problème. Sabine Salmon, présidente de Femmes Solidaires déclara :

Même si le voile intégral est plus impressionnant que le foulard qui couvre la tête des femmes, ils renvoient tous les deux aux mêmes symptômes et produisent les mêmes conséquences. Dans les deux cas, le corps des femmes est l’enjeu d’une guerre contre leur liberté. Pour les fondamentalistes religieux, ce corps doit être emprisonné ; c’est le signe de la puissance d’une religion au service d’un projet politique liberticide.

21Dans mon intervention, c’est le symbole que je dénonce : « Les sociétés humaines sont construites sur des symboles. Le drapeau, l’hymne national (…) le voile, tous les Français le comprennent, signifie la ségrégation et instaure un statut d’infériorité ».

22Françoise Laurent, alors présidente du Mouvement français pour le Planning Familial, s’est montrée plus hésitante : « Si pour freiner l’évolution du port du voile nous nous contentons de faire une loi, nous serons passés à côté du problème (…) ne rien faire est un message négatif », cependant elle reconnaît que « les vêtements pour les jeunes de quartier ont une valeur symbolique extrême ». C’est finalement la notion de solidarité avec celles qui se battent ailleurs qui semble avoir entraîné sa conviction, et elle a des propos très clairs à ce sujet : « Nous sommes solidaires des femmes qui se battent partout dans le monde pour ne pas être enfermées et avoir des droits […]. Étant solidaires de ces femmes, nous ne pouvons tolérer le port du voile dans notre pays ».

23Autre point sensible, la religion. Faut-il l’exonérer de toute responsabilité, en considérant que le port du voile intégral ne serait qu’une « dérive sectaire » ? Olivia Cattan, présidente de Paroles de femmes, note : « Il s’agit bien d’un problème religieux, même si la burqa n’est pas un signe religieux. Nous avons constaté à notre permanence du Pré St Gervais que les femmes se sont couvert la tête dès qu’un nouvel iman est arrivé. Ce n’est certainement pas un hasard ».

24D’autres responsables d’associations de lutte pour le droit des femmes, comme Sihem Hachbi de Ni Putes Ni Soumises, Gisèle Halimi de Choisir, ou des personnalités laïques et féministes comme la philosophe Elizabeth Badinter et l’ancienne ministre socialiste du droit des femmes, Yvette Roudy, qui interviendront ultérieurement, se laisseront davantage enfermer dans la question du voile intégral et refuseront ou hésiteront à pointer la responsabilité de la religion. La présidente des NPNS martèlera avec émotion :

La burqa symbolise l’apogée d’un système de relégation des femmes qui prend sa source dans nos quartiers populaires. Les symptômes sont visibles depuis vingt ans. NPNS s’est constituée en opposition à la réduction de plus en plus grande des espaces de liberté des femmes musulmanes (…) Nous étions le point aveugle d’une société qui, pour mieux gérer ses quartiers populaires et ses populations, s’est trouvé une règle qui en arrangeait plus d’un : la loi du silence.

25Par contre elle prend la peine de préciser : « La burqa est bien le symbole le plus violent de l’oppression des femmes et n’a rien à voir avec la religion musulmane, ma religion ».

26La présidente de Choisir, Gisèle Halimi, se limitera prudemment à la question du « voile intégral », sans jamais parler du voile tout court, indiquant que dans son association il n’y avait pas eu d’unanimité, tout en précisant qu’il y avait eu « convergence sur le sens du voile intégral en tant qu’atteinte à la dignité des femmes ».

27Elizabeth Badinter davantage encore que les autres intervenant(e)s centre son intervention sur le visage et le « vêtement du visage » :

 Le visage n’est pas le corps, et il n’y a pas dans la civilisation occidentale de vêtement du visage (…) porter le voile intégral, c’est refuser absolument d’entrer en contact avec autrui ou, plus exactement, refuser la réciprocité (…) pour ma part, je ne vois pas dans le voile intégral un vêtement comme un autre et je considère que son port marque une rupture du pacte social, un refus d’intégration et un refus du dialogue et de la démocratie.

28Quant à la responsabilité du religieux, Elizabeth Badinter dédouane l’islam : « le port du voile intégral est l’étendard des salafistes, considérés comme une secte par la plupart des musulmans ».

29Yvette Roudy pointe elle aussi pour l’essentiel le voile intégral : « Il s’agit d’une propagande politique orchestrée par un courant politique particulier qui utilise la religion et s’attaque à nos principes. Elle profite de notre point faible : le droit des femmes ». Comme Elizabeth Badinter, elle considère que l’obligation du port du voile intégral « n’est pas inscrite dans le Coran […] : selon moi, c’est une invention de la part d’une branche intégriste religieuse ». Elle en profite pour regretter que la loi de 2004 ne s’applique pas aux Université et aux hôpitaux, ajoutant un point sur lequel je ne suis pas d’accord « Cela dit, on peut admettre que les femmes portent un foulard dans un lieu public, mais pas qu’elles portent une burqa ».

30La mission fit aussi appel au témoignage des personnalités laïques. Les divisions apparaîtront alors encore plus criantes.

31Henri Pena-Ruiz, philosophe et professeur, figure connue de la laïcité, se range clairement du côté de ceux qui voient dans le voile intégral un exemple des « dérives communautaristes qui compromettent ce que l’historien Gérard Noiriel a appelé le creuset français (…). Un défi est donc lancé à la République ». Il se montre réticent à y voir une manifestation religieuse « bien des théologiens affirment que la mettre en cause c’est la confondre avec un projet politique étranger à sa nature».

32La journaliste Caroline Fourest déclare pratiquement d’entrée de jeu :

Comme Dounia Bouzar l’a souligné lors de son audition, il faut insister sur la dimension sectaire et intégriste – beaucoup plus que religieuse – de ces comportements qui concernent souvent des intégristes. L’argument de la laïcité ne doit pas être utilisé, au risque de la faire passer pour un instrument de lutte contre les libertés individuelles .

33Alors qu’elle n’hésite pas à affirmer qu’à la vue du voile intégral elle ressent ce qu’ont dû éprouver les militants des droits civiques face aux encagoulés du Ku Klux Klan, elle affirme : « Adopter une loi interdisant le port du voile intégral serait faire un cadeau à la propagande intégriste». Sa préférence va à des arguments touchant à la sécurité et au vivre ensemble.

34Lors de la table ronde organisée autour d’associations laïques, les arguments échangés permettent de mieux mesurer la fracture entre les différentes conceptions de la laïcité face aux nouveaux enjeux entourant la bataille sur le voile. Notamment sur la question des limites de la laïcité et de la notion de liberté d’expression et d’espace public ;

35Hubert Sage, parlant pour l’Association des Libres Penseurs de France apporte à la mission des éléments d’analyse précieux sur la jurisprudence de la CEDH et sur la distinction à faire entre espace public et sphère publique :

Selon la CEDH si tout un chacun a la liberté de manifester sa religion publiquement, un État a le droit de limiter cette expression publique […]. Cette limitation doit être prévue par une loi, laquelle doit être suffisamment précise […] elle doit poursuivre des buts légitimes que sont la protection des droits et des libertés d’autrui, celle de la sécurité publique et celle de l’ordre public ». La CEDH reconnaît explicitement la notion d’espace public, distincte de celle de sphère publique qu'institue la loi de 1905. La notion d’espace public sert de base aux restrictions apportées à l’habillement au nom de l’ordre public. L’interdiction du voile intégral […] doit être prononcée au nom de notre ordre public laïc, qui garantit les libertés individuelles et préserve les opinions d’autrui.

36Patrick Kessel, le président du Comité Laïcité République met l’accent sur la dimension internationale du sujet et sur l’importance d’une loi :

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de prendre une mesure contre quelques centaines de femmes portant la burqa, mais pour des dizaines de millions d’autres, qui de par le monde, nous regardent et nous écoutent. Des hommes et des femmes se battent pour que ce que vous défendez devienne réalité.

37Il conclut en exhortant la mission de prendre conscience de ce qui se passe aux Nations Unies : « alors que la 65ème session des l’ONU vient d’ouvrir et que ceux qui prônent l’universalisme des valeurs sont traités d’islamophobes, alors que la présidente libyenne de la commission des droits de l’Homme cherche à interdire toute critique de la religion, tenez bon ! ».

38Quant à Yves Pras, du Mouvement Europe et Laïcité, il souligne que son mouvement a établi « une charte européenne de la laïcité, que nous croyons indispensable à une Europe pacifiée ». Il a surtout des propos éclairants sur la notion même de laïcité « La laïcité est un mode d’organisation dont le champ d’application recouvre tous les aspects de la société ; elle s’appuie sur trois valeurs fondamentales : la séparation des Églises et de l’État, la liberté absolue de conscience et le refus de tout dogmatisme ».

39Changement de ton de la part des deux autres associations de défense de la laïcité.

40D’abord de la part de Marc Blondel, qui intervient au nom de la Fédération Nationale de la Libre Pensée. Il affirme qu’ « interdire le port de la burqa dans ce que nous considérons comme la sphère privée, est attentatoire aux libertés individuelles et démocratiques ». Il rejette ce qu’il qualifie d’ « invention » c’est-à-dire la notion « d’espace public » et donne une définition très restrictive à la laïcité :

 La laïcité n’est ni une philosophie ni un art de vivre – elle s’apparenterait alors à une religion – mais un mode d’organisation politique des institutions. Elle vise par la séparation des Églises et de l’État, à distinguer institutionnellement le domaine de l’administration et des services publics de celui de la vie privée des citoyens.

41Marie Perret, parlant au nom de l’Union des familles Laïques, répond à l’interrogation posée par la mission « Faut-il interdire le port du voile intégral dans la société civile au nom du principe de laïcité ? Notre réponse est clairement non. Le principe de laïcité doit rester cantonné à la sphère de l’autorité publique : l’étendre à la société civile serait un contresens et reviendrait à l’affaiblir ». Pour autant l’UFAL est pour l’interdiction du voile intégral, et se limite à cela, dans l’espace public mais sur d’autres fondements que l’aspect religieux « car le voile intégral est bien plus qu’un signe religieux : il est l’emblème d’un projet politique que nous estimons séparateur ».

42Outre les participants à la table ronde précédente, il y eut d’autres interventions de responsables d’associations de défense de la laïcité et de lutte contre le racisme et l’antisémitisme la Ligue de l’Enseignement et la Ligue des Droits de l’Homme dans la même veine que Marc Blondel. Sont également intervenus des représentants de la Grande Loge de France et de la LICRA.

43 Jean-Pierre Dubois, président de la LDH accueille l’idée d’une loi avec une grande ironie, énumérant toutes les exceptions à une telle interdiction « Les chirurgiens, le carnaval, la grippe, etc. », ajoutant que « toute réaction excessive ferait la part trop belle aux intégristes. Il faut au contraire valoriser les musulmans qui pratiquent leur religion de façon cohérente avec nos valeurs »

44Jean-Michel Ducomte, président de la Ligue de l’Enseignementconsidère quant à lui que :

 [la question du voile intégral] exige une logique éducative » et « ne requiert pas le recours à la loi […] Bien plus, je crois qu’il ne s’agit pas d’une question de laïcité […] Toute mesure allant dans ce sens stigmatiserait la communauté musulmane, et au sein de cette communauté, celles qui ont le plus à espérer des vertus émancipatrices de la laïcité républicaine.

45Denise Oberlin, grande maîtresse de la Grande Loge féminine de France rejette ces positions affirmant : « Après consultation de commissions spécialisées, nous affirmons explicitement que nous sommes favorables à l’adoption d’une loi interdisant le port du voile intégral dans tous les lieux publics dont la rue : il en va du droit des femmes mais également du respect de la laïcité ».

46Quant à Patrick Gaubert, Président de la LICRA il se situera résolument dans le camp de ceux qui sont pour une loi :

Pour nous, à la Licra, on ne dispose pas de sa liberté quand celle-ci tourne le dos aux deux principes fondamentaux de notre République : l’égalité et la fraternité. La LICRA est aujourd’hui favorable à une extension du principe de laïcité : par exemple s’agissant des usagers des hôpitaux – loi hospitalière – ou règlement intérieur des entreprises – code du travail.

Un combat exemplaire : celui de l’Olympisme

47Les débats sur le voile islamique révèlent les progrès du relativisme culturel.

48Dans un tel contexte comment faire passer un message qui puisse être compris de tous ? Comment montrer que seule l’acceptation d’une loi commune respectueuse de principes universels est garante du vivre ensemble ?

49Cette question nous nous la sommes posée dès les années 1990 à un moment où la longue bataille contre l’apartheid en Afrique du Sud arrivait à son terme et où Mandela s’apprêtait à prendre les rênes du pouvoir. C’est en regardant les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, alors que pour la première fois une délégation sud-africaine mixte, blancs et noirs, défilait sous un même drapeau, après 30 ans d’exclusion pour cause d’apartheid, que nous avons pris conscience du rôle symbolique du sport dans ce combat et de la force de la Charte Olympique qui stipule que toute forme de discrimination est contraire à l’appartenance au Mouvement Olympique.

50En effet, au cours de cette même cérémonie d’ouverture, personne ne semblait remarquer que trente-cinq délégations ne comprenaient aucune femme. Quelques années plus tard, en 1996 aux Jeux Olympiques d’Atlanta, une autre entorse à la Charte Olympique se produira avec l’arrivée d’une première femme voilée dans le stade Olympique : la porte-drapeau - et unique athlète féminine - de la délégation iranienne. Entorse cette fois-ci à la règle de neutralité du sport, qui interdit toute expression politique ou religieuse dans le stade olympique (règle 50 de la Charte Olympique).

51Autre élément de scandale : l’Iran de Khomeiny organise depuis 1993 des Jeux séparés pour les femmes des pays islamiques. Les médias et plus généralement, les hommes sont exclus de ces jeux. Il s’agit d’une véritable institutionnalisation à travers le sport de la ségrégation sexuelle. Le CIO, pourtant, leur apporte sa caution (message du président actuel du CIO lui-même, envoi d’observatrices etc.), considérant que ces Jeux représentent « un progrès pour les femmes de ces pays ». Étonnant si l’on veut bien se souvenir que, lorsque l’Afrique du Sud était régie par les lois d’apartheid racial, une mission d’enquête envoyée sur place par le CIO avait considéré que l’organisation de Jeux séparés pour les Noirs était inacceptable.

52Ce sont ces observations qui nous ont donné l’idée d’utiliser comme outil de promotion de l’universalisme et de la neutralité de l’espace public, les règles sportives et notamment la Charte Olympique que chaque participant, quel que soit son sexe, fait le serment de respecter. Ici la loi ne fait l’objet d’aucune réserve, le sport est censé être le langage universel par excellence, selon l’UNESCO (Charte et 1978). Alors pourquoi cela ne tient-il plus lorsqu’il s’agit des femmes ?

53La LDIF tenait là une cause symboliquement très forte permettant de montrer l’aveuglement des instances internationales face au non-respect de l’universalité du droit des femmes. Cause d’autant plus intéressante qu’elle touchait au corps et aux stéréotypes, sujets au cœur de l’action féministe. De plus cette lutte s’inscrivait dans un lieu particulier : le Stade Olympique, qui ne comprend pas de frontières et où une seule loi s’applique, fondée sur des principes universels, la Charte Olympique, à laquelle tout membre du Mouvement Olympique prête serment.

54Vingt années de lutte témoignent de la difficulté de la tâche.

55À chaque session des Jeux Olympiques nous avons marqué notre présence en interpellant le CIO et en ciblant un pays ou un autre selon l’actualité, manifestant dans la ville hôte des Jeux et exigeant d’être reçu(e) s par le président du CIO afin de faire le point sur les avancées obtenues.

56Des avancées, il y en eut. De trente-cinq délégations sans femmes on passa à vingt-six en 1996 à Atlanta, puis dix à Sydney en 2000, neuf à Athènes en 2004 et trois à Pékin en 2008 et aucune en 2012 à Londres. En contrepartie, on vit apparaître sous la pression de Téhéran de plus en plus de femmes porteuses de costumes « islamiquement correct ». À Londres, dix-sept délégations avaient suivi le mouvement, bafouant ainsi la règle 50.

57Les Jeux Olympiques de 2012 ont constitué un temps fort de notre action. D’abord parce qu’ils avaient lieu à Londres, et que l’Union Européenne affiche le développement d’un programme visant à l’égalité entre les hommes et les femmes. Sans doute aussi parce que la Grande-Bretagne est à la fois un modèle de multiculturalisme et en même temps la patrie du sport moderne qui se caractérise par l’application d’une règle unique. Personne n’aura oublié les exigences posées par l’Arabie Saoudite à la présence de femmes dans sa délégation : le port d’un costume couvrant la totalité de leur corps, la présence d’un gardien mâle de leur famille, la non mixité des épreuves auxquelles ces femmes – elles étaient deux – allaient participer. Toutes ces conditions furent acceptées par le CIO, qui vidait ainsi le sport de sa valeur émancipatrice.

58 Comment expliquer que ce qui n’aurait jamais été accepté pour les Noirs l’a été pour les femmes ? Une attitude compassionnelle (« mieux vaut des femmes voilées que pas de femmes du tout »), est-elle une preuve de respect ou de mépris ? N’est-ce pas une façon de se laver les mains à la Ponce Pilate en condamnant à mort celles qui, à l’image de Hassiba Boulmerka, voudraient encore résister et respecter les règles du sport ?

59Londres aura été pour nous l’occasion d’élargir notre combat à l’ensemble des revendications touchant aux JO, celles qui concernent les femmes des pays pratiquant une ségrégation sexuelle, mais aussi celle des pays plus développés, où le sport continue a être pensé comme un moyen de construction de la virilité, autrement dit une activité où les femmes n’ont encore droit qu’à un « strapontin ». Bref, une activité qui véhicule les stéréotypes sexistes, homophobes, racistes, les plus éculés.

60Le collectif « Londres 2012 : Justice pour les Femmes » lancé à l’initiative de la LDIF et avec le soutien notamment du Lobby Européen des Femmes constitué de 2 500 associations, face au refus du CIO d’appliquer sa propre Charte, a décidé de marquer sa présence à Londres par un geste symbolique fort : une cérémonie d’enterrement de la Charte Olympique au son d’un orchestre de jazz Nouvelle Orléans. Placée dans un cercueil de carton, un exemplaire de la Charte a ainsi été jeté dans la Tamise.

Haut de page

Bibliographie

Benhabib D.,Ma vie à contre-coran, une femme témoigne sur les islamistes, Québec : Vib Éditeur, 2009

Chafiq Ch.,Islam politique, sexe et genre, à la lumière de l’expérience iranienne Paris : PUF, 2011

Clastres P.,Jeux Olympiques : un siècle de passions, Paris : Les quatre chemins, 2008

Comité International Olympique, Un siècle du CIO : l’idée, les Présidents, l’œuvre (volumes I, II, III), Lausanne : Éditions du CIO, 1996

Davisse A., Louveau C., Sports, école, société : la différence des sexes, féminin, masculin et activités sportives, Paris : l’Harmattan, 1998

Drevon A., Alice Milliat, la pasionaria du sport féminin, Paris, Vuibert, 2005

Marcovich M., Les nations désunies : comment l’ONU enterre les droits de l’Homme, Paris, Éditions Jacob-Duvernet, 2008

Committee of the first Islamic Countries, The First Meeting : an illustrated report of the First Islamic Countrie’s Women Sports Solidarity Games, Teheran, February 1993

Ockrent Ch. (coord.), Teiner S. (coord.), Le livre Noir de la condition des femmes, Paris, XO Éditions, 2006

Tamzali W., Une femme en colère ! : lettre d’Alger aux Européennes désabusées, Paris : Gallimard, 2009

Rapports :

La Laïcité à l’école, un principe républicain à réaffirmer, Rapport d’une mission parlementaire, présidée par Jean-Louis Debré, n° 1275, Paris : Assemblée Nationale, décembre 2003

Laïcité et République, Rapport au Président de la République, Commission présidée par Bernard Stasi, Paris : La Documentation française, 2004

8 mars 2004, Femmes et sport, Paris : Femix’Sport et Ministère des Sports, 2004

Rapport Femmes et Sport, 2004, Groupe de travail présidé par Brigitte Dydier, Paris : Ministère des Sports, 2004

La pratique du port du voile intégral sur le territoire national, Rapport de mission d’information parlementaire, président André Gerin, n° 2262, Paris : Assemblée Nationale, 26 janvier 2010

La dissimulation du visage dans l’espace public, les femmes, la République, Rapport d’information, Christiane Hummel, Sénatrice, Délégation au Droit des Femmes et à l’égalité des chances, n° 698, Paris : Sénat, 2009-2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Sugier, « L’universalité des droits se décline-t-elle au féminin ? », Observatoire de la société britannique, 13 | 2012, 241-256.

Référence électronique

Annie Sugier, « L’universalité des droits se décline-t-elle au féminin ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/osb/1483 ; DOI : 10.4000/osb.1483

Haut de page

Auteur

Annie Sugier

Présidente de la Ligue du Droit International des femmes

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals