Navigation – Plan du site

« Nightmayor at City Hall » : les coulisses d’une investiture, d’une élection et d’une réélection à Londres

Timothy Whitton
p. 197-223

Résumé

À l’annonce par le New Labour de la création d’une mairie pour la capitale, les couloirs du pouvoir bruissent déjà de rumeurs concernant les candidatures éventuelles. Au sein des grandes formations politiques, c’est essentiellement à l’abri des regards extérieurs que les candidats sont choisis. C’est pourtant un candidat indépendantqui devient le premier maire de la capitale élu au suffrage direct par les Londoniens. Or, pour le Parti conservateur, le poste de maire peut lui permettre d’amorcer son retour vers le pouvoir après la défaite cinglante de mai 1997. Quant au Parti travailliste, l’élection du premier maire de Londres révèle sa tendance à vouloir tout gérer depuis son hyper centre en parfaite contradiction avec sa volonté clairement affichée de décentraliser. Mais dans sa quête d’utiliser la mairie de Londres comme le relais de son projet politique dans la capitale britannique, le New Labour a sans doute négligé les ambitions de Ken Livingstone, véritable virtuose de la provocation. Détesté, boudé, puis courtisé par le New Labour, cet enfant terrible de la loony left finit, après d’intenses tractations, par réintégrer le parti de son cœur pour devenir le « maire de Blair ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le 7 mai 1988 est organisé à Londres un référendum pour savoir si, pour gérer les affaires de leur capitale, les Londoniens souhaitent la création d’une assemblée et l’élection d’un maire. Le « oui » l’emporte à 72 %, mais avec un taux de participation relativement médiocre puisque seulement 34,1 % de l’électorat se déplace. Cependant, compte tenu de l’enjeu d’une telle responsabilité politique, les principaux partis s’étaient mis en quête de leurs candidats respectifs bien avant ce scrutin. Outre le fait d’être élu directement par les Londoniens et de bénéficier par conséquent d’un nombre potentiel d’électeurs très supérieur à n’importe quel autre mandat électif, le maire nommera son premier adjoint choisi parmi les membres de l’assemblée – la Greater London Assembly (GLA). S’offrira à lui, par conséquent, l’occasion d’organiser une alliance au sein de l’assemblée pour mieux exercer son pouvoir – ou celui de son parti le cas échéant. Il devra également désigner les responsables d’une pléthore de comités associés à la GLA et dans une moindre mesure les différents membres de Transport for London, dela London Development Agency et la Metropolitain Police Authority. Le poste de maire est également très particulier en ce sens que tout le pouvoir décisionnel de la mairie est concentré statutairement entre ses seules mains. Ainsi, si l’assemblée peut s’opposer au budget établi par le maire en réunissant une majorité qualifiée de deux tiers des élus, elle joue un rôle essentiellement consultatif. Une raison de plus qui pousse les partis politiques à tout mettre en œuvre pour garder la mainmise sur le poste de maire.

  • 1  Responsabilité que Livingstone a déjà endossée lorsqu’au début des années 80 et jusqu’à l’abolitio (...)

2La plus grande erreur commise par le New Labour pendant cette campagne d’investiture est sans aucun doute d’avoir mal évalué les intentions tout an ayant sous-estimé les ambitions de Kenneth Livingstone, ce trublion sorti de l’aile gauche du parti. Au début, celui-ci déclare publiquement ne pas être intéressé par le poste de maire de Londres car il concentre, à ses yeux, trop de pouvoir entre les mains d’une seule personne. Mais l’attitude du Parti travailliste le fait changer d’avis et les sondages d’opinion lui permettent de penser pouvoir représenter une alternative, du moins dans la capitale, à la domination qu’exerce le Premier ministre sur le New Labour1. À cet égard, Livingstone est convaincu que pour les Londoniens, leur mairie doit être autre chose qu’une filiale de Millbank, siège du Parti travailliste, sous le joug du Premier ministre lui-même et dénonce cette tendance à vouloir tout contrôler depuis l’hyper centre du parti – le fameux control freakery.

  • 2  Timothy Whitton, « La mairie de Londres et la décentralisation : entre autonomie et indépendance » (...)

3Les conservateurs, quant à eux, accusent encore le coup de la défaite électorale de 1997, particulièrement cinglante dans la capitale. Bien que le GLC ait été aboli par un gouvernement conservateur en 19862, quatorze années plus tard, la nouvelle mairie paraît séduisante à plusieurs titres. D'une part, le poste de maire correspond à certaines ambitions personnelles au sein du parti car il exigera des qualités et des compétences hors du commun. Par ailleurs, il conférera à l’élu une notoriété qui dépassera largement les limites de la capitale britannique. D'autre part, le parti sait qu’un tel poste peut marquer son retour vers le pouvoir et lui permettrait de rayonner de nouveau dans la capitale voire, par le biais de certains dossiers, dans le monde entier. Or, leurs principaux candidats semblent englués dans des affaires de mœurs qui ont déjà causé le plus grand tort au parti. Les hautes instances savent que pour être éligible à nouveau, il faut à tout prix éviter le sleaze. Mais à force de tout mettre en œuvre pour faire sortir un candidat irréprochable de leurs rangs, des maladresses sont commises. Sans d’intenses négociations de couloir, le fiasco de l’investiture aurait pu tuer les ambitions personnelles dans l’œuf, empêchant le Parti conservateur de présenter un candidat ayant des chances de devenir le premier maire élu de Londres.

4Pour les Libéraux Démocrates, en revanche, leur démarche est empruntée de réalisme : la possibilité de mettre l’un des leurs sur la plus haute marche de la capitale étant a priori pure chimère, ils se donnent pour mission d’occuper plusieurs postes clés auprès de l’assemblée et des autres instances de la GLA. Ainsi, s’ils arrivent à tirer leur épingle du jeu, ils auront un accès au pouvoir et pourront exercer leur rôle d’arbitre pour lequel ils sont déjà bien rodés.

L’investiture du candidat travailliste

5Au début de la campagne, le New Labour hésite à prendre des mesures concrètes pour écarter Livingstone de la course et préfère laisser proliférer le nombre de candidatures en espérant ainsi parvenir à diluer le soutien populaire dont il pourrait bénéficier. Les instances dirigeantes du partinourrissent l’espoir qu’un candidat peu ordinaire sorte des rangs, quelqu’un qui soit emblématique de son projet mais sans forcément y avoir fait une carrière politique classique. Richard Branson, le patron de Virgin aurait très bien fait l’affaire, le nom de Michael Cassidy, très en vue auprès de la City of London Corporation est évoqué, tout comme Martin Bell, député indépendant, mais tous les trois déclinent l’offre qui leur est discrètement faite.

  • 3  Une procédure similaire avait été mise en place pour écarter certains candidats lors des élections (...)

6Au mois de novembre 1998, à défaut de pouvoir opposer à Livingstone un candidat capable de le battre par le biais des urnes, le Parti travailliste met en place un système de sélection dont l’objectif est de lui barrer le chemin. Un comité composé de représentants du bureau national et de la branche londonienne du parti doit examiner les candidatures et se prononcer sur leur recevabilité3. Au sein du New Labour on se tourne vers des candidats plus solides pour faire face à la menace que fait planer Livingstone, quelqu’un qui exerce ou a exercé des fonctions ministérielles - Harriet Harman, Mo Mowlam ou Frank Dobson par exemple - et qui, dans les meilleurs délais, devra bénéficier du soutien officiel du parti. On espère ainsi que l’aura d’une figure connue pourra entamer la popularité de Livingstone auprès des militants de base. Mais le Premier ministre ne semble pas comprendre l’urgence et pense, sans doute, que le prestige associé à sa fonction suffira pour que le candidat désigné par le parti gagne sans coup férir. Puisqu’il se mure dans un attentisme, ses amis les plus proches lui proposent d’autres noms, Glenda Jackson, Trevor Phillips, Tony Banks, Pauline Green, Clive Soley et Toby Harris mais pour l’instant, Tony Blair ne se prononce pas.

  • 4  Le projet de loi pour créer la mairie de Londres contient 330 clauses et s’étale sur 213 pages, c’ (...)

7Nick Raynsford, le Ministre de Londres, commence tout de même à se voir en tant que candidat « naturel » du New Labour. Après tout, c’est lui qui a su piloter à travers toutes les étapes parlementaires la législation longue et très complexe4 qui donnera naissance à la mairie de Londres. Ses compétences lui valent le respect et la confiance de ses collègues parlementaires et il devient rapidement le candidat préféré des députés travaillistes londoniens. Ils lui apportent leur soutien, quoique discrètement, et créent ainsi une opposition forte entre le candidat qu’ils voudraient « sérieux » du parti et celui qui n’est pas en phase avec la version moderne du travaillisme, à savoir Ken Livingstone. Mais à force de camper le candidat sérieux et gentleman dévoué à la cause noble de Londres, Raynsford ne répond pas suffisamment aux attentes de son parti qui cherche, avant toutes choses, à asseoir son pouvoir dans la capitale. Pour cela, il leur faut un combattant politique rompu à l’exercice d’un mandat local.

8Raynsford s’entretient avec Dobson le 28 septembre et se déclare officiellement candidat deux jours plus tard. Mais peu de temps après sa déclaration Millbank, le siège du parti,demande subitement aux députés travaillistes d’apporter leur soutien à Dobson. Il s’ensuit une semaine de panique pendant laquelle Raynsford, candidat déclaré et dont la campagne bat son plein, se voit acculé à retirer sa candidature en faveur d’un candidat non déclaré. Le 11 octobre, son retrait de la course devient officiel et le bureau du Premier ministre feint la plus grande surprise lorsqu’il apprend la décision dont Frank Dobson endosse officiellement la responsabilité. Pourtant, il n’hésite pas une seconde, pour comble, à demander à Raynsford de devenir son chef de campagne. Dépité, Raynsford met sa propre équipe si efficace au cours des deux dernières semaines au service du Secrétaire d’État à la Santé Publique qui, comme si de rien n’était, se déclare candidat. Pourtant, Dobson souffre d’un handicap de taille : tout Ministre qu’il soit, il est totalement inconnu du grand public et sa candidature, de fait, est aux antipodes de la star des médias plébiscitée par le New Labour pour devenir maire. D’emblée, Dobson est perçu comme le larbin du Premier ministre alors que son équipe de campagne redouble d’efforts pour mettre en valeur sa quête d’indépendance vis-à-vis du n° 10 Downing Street. Or, l’omniprésence du Parti travailliste et de ses gourous politiques est un véritable boulet et égratigne constamment la crédibilité de Dobson auprès de l’opinion publique.

  • 5  Annoncé, d’ailleurs, par Nick Raynsford, le Ministre pour Londres, le 4 mai 1999 aux Communes lors (...)
  • 6  De ce fait, si les instances dirigeantes de celle-ci le décident, un candidat peut bénéficier du v (...)

9Le bureau du Premier ministre se contente d’indiquer ses préférences mais en toute logique hésite à soutenir officiellement telle ou telle candidature avant la fin du processus de sélection. Selon toute vraisemblance, le bureau du Premier ministre espère que ce processus suffira à faire comprendre à Livingstone qu’il n’a pas sa place dans la course à l’investiture et si besoin est, il en sera écarté. On s’attend au début à ce que les 70 000 membres londoniens du Parti travailliste départagent les candidats sur la base de « un membre, une voix » (OMOV one member one vote)5. Mais au mois d’octobre 1999, les choses changent. Au cours d’une réunion du National Executive Committee (NEC), il est décidé de créer un collège électoral pour désigner le candidat à l’investiture travailliste. Ce collège sera constitué pour un tiers de députés, d’eurodéputés et de candidats aux sièges de la nouvelle assemblée de la GLA. Le deuxième tiers sera composé de toutes les organisations – syndicales et autres – affiliées au Parti travailliste sans aucune obligation, il convient de le souligner, de demander l’avis à leurs membres6. Le troisième tiers comprend les membres du Parti travailliste inscrits à Londres sur le principe de OMOV. Ainsi, la répartition des voix est faite de manière à donner le plus de poids possible à ceux qui ont le profile pour rester loyaux envers le parti et qui soutiendront son candidat officiel quel qu’il soit au détriment, bien entendu de la base plus tournée, sans doute, vers un candidat ayant les vertus associées au Old Labour.

  • 7  Il est prévu de comptabiliser les deuxièmes choix exprimés sur les bulletins si au premier tour au (...)

10Cette supercherie décrédibilise encore plus la candidature de Dobson qui souffre déjà d’un déficit d’image auprès de l’opinion publique. Son équipe de campagne tente cependant de dissocier leur candidat du système de sélection pour faire endosser l’entière responsabilité par le NEC mais sans grand succès. Livingstone, quant à lui, se contente de critiquer avec la plus grande candeur ce processus. Selon lui, il fragilise le Parti travailliste dans la capitale, car dans la course finale le candidat choisi aura besoin du soutien le plus large possible compte tenu du système utilisé lors de l’élection finale7. Ainsi, l’empêcher d’être le candidat officiel du parti pourrait avoir des conséquences désastreuses, car malgré la toute-puissance de sa majorité absolue historique, le New Labour n’est pas à l’abri de le voir se porter candidat indépendant et d’être élu maire. Fort de cette certitude, Blair accepte en privé l’idée selon laquelle Livingstone doit être autorisé à poursuivre le processus de sélection des candidats pour le Parti travailliste. On décide, en revanche, plutôt que de l’en exclure, d’utiliser cette phase de sélection pour lier Livingstone le plus inextricablement possible au projet néo-travailliste.

  • 8  Cm 3897.
  • 9  C’est à se demander, d’ailleurs, s’il ne cherchait pas à acculer le comité de sélection à l’exclur (...)

11Le 16 novembre 1999, les candidats à l’investiture sont convoqués à Millbank Tower où devant le comité de sélection - où siègent quelques fidèles du Premier ministre et notamment Ian McCartney - Livingstone refuse les propositions du New Labour pour Londres contenues dans le document A Mayor and Assembly for London : the Government’s Proposals for Modernising the Governance of London8. Cette obstination met en lumière le fait qu’un maire qui n’est pas du sérail aura tout loisir de manifester son désaccord par rapport aux choix du parti. Il paraît clair à ce stade de la course que si Livingstone est élu, il ne sera pas le simple relais du pouvoir central, mais définira ses propres choix, surtout en matière de gestion financière de la capitale. Le comité de sélection a beau le cajoler, en refusant les propositions élaborées par rapport à la nouvelle mairie de Londres Livingstone, le député travailliste, renie également le manifeste électoral de 1997. De fait, il s’exclut lui-même de l’investiture travailliste car il n’est pas question de soutenir un candidat dont la loyauté envers le parti est d’emblée suspecte9. Le comité s’accorde un délai de réflexion de quarante-huit heures et tente de minimiser les conséquences de cette confrontation en déclarant à la presse qu’il s’agit, ni plus, ni moins, d’un problème de discipline au sein du parti. À l’issue du délai, Livingstone revient à Millbank mais de toute évidence ne courbera pas l’échine. Il entame ainsi sa nouvelle carrière de franc tireur et compromet sérieusement ses chances de recevoir l’investiture du New Labour.Celui-ci ne fait toutefois pas grand cas de cette réunion de la dernière chance et dans la version livrée à la presse préfère continuer de parler d’un problème de discipline interne.

  • 10  Il s’agit de partenariats visant à « mettre en œuvre des synergies entre les secteurs public et pr (...)
  • 11  Selon des proches, Livingstone aurait accepté cet entretien à la condition que son neveu et sa niè (...)

12S’ensuit une période de campagne électorale pendant laquelle Dobson est déjà perçu comme le candidat officiel du parti bien avant la désignation finale. Mais ayant sous-estimé dès le départ le « sérieux » de la candidature de Livingstone, le New Labour s’apprête également à sous-estimer l’effet pervers du soutien apporté par les leaders du parti à la candidature de Dobson. Plus Blair, Prescott et Brown insistent sur les vertus de choisir « leur » candidat pour occuper le poste de maire, plus les militants travaillistes à Londres semblent se tourner vers Livingstone dans une course où les programmes des candidats sont définitivement relégués au deuxième plan. Le désenchantement par rapport à l’équipe dirigeante du New Labour est clairement perceptible, relayé même par Dobson, dont la campagne pâtit, selon ses propres dires, de la machine électorale du parti. À l’approche du vote par les militants, le défaitisme de Dobson est à son comble surtout lorsqu’il apprend que le bureau du Premier ministre aurait établi des contacts avec Livingstone dans l’espoir d’obtenir un accord. Mo Mowlam est censée avoir conduit les négociations, mais Livingstone se serait obstiné à refuser l’option d’un public-private partnership (PPP)10 pour rénover le métro. Lors d’un entretien « de l’ultime chance » en privé avec Blair à Chequers, Livingstone suggère que Dobson cède sa place « pour le bien du parti »11. Blair, toujours confiant que Dobson peut gagner, refuse mais s’engage magnanimement à soutenir Livingstone s’il sort victorieux du processus de sélection. Toutefois cet engagement ne l’empêche pas de sonder Livingstone pour connaître sa réaction en cas de défaite sachant parfaitement qu’une candidature indépendante de sa part peut mettre la mairie de Londres hors de portée du New Labour.

  • 12  Pour toutes les statistiques concernant ce scrutin voir Mark D’Arcy et Rory Maclean, Nightmare ! T (...)
  • 13  Le collège électoral est divisé, on le sait, en trois parties. Dans celle qui comprend les militan (...)
  • 14  D’Arcy et Maclean op. cit., p. 198.

13Le 20 février 2000, les résultats du processus de sélection sont rendus publics. Après la redistribution des deuxièmes choix, Dobson obtient 51,5 % des voix contre 48,5 % pour Livingstone12. Si a priori Dobson sort victorieux de cette étape, l’analyse des chiffres rend sa victoire très contestable soulignant une fois pour toutes la nature truquée de l’ensemble du processus de sélection13. Pendant qu’une partie de la presse se mobilise pour dénoncer le scandale, Livingstone alimente la spéculation concernant une éventuelle candidature indépendante de sa part. Fort de ses 74 000 voix contre les 24 000 obtenues par Dobson il continue de revendiquer le droit d’être le candidat choisi par les Londoniens pour gérer leur ville à la place de celui désigné par le parti pour être le simple relais de son projet politique. Mais ce que Livingstone ignore – ou feint d’ignorer – à ce stade de la course à la mairie, c’est qu’il ne sera jamais choisi pour incarner le candidat officiel du Parti travailliste. Si d’aventure Dobson cédait sa place, de nouveau tout serait mis en œuvre pour écarter Livingstone. De son propre aveu, c’est lorsqu’il entrevoit cette vérité que sa candidature indépendante devient la seule option possible14. Le 6 mars 2000, deux mois avant l’échéance électorale, et deux heures avant le début officiel de la campagne de Dobson, Livingstone devient candidat indépendant et explique est fahance et .

blockp;| e
  • 1I hDe beenstone. lene sêtrbetweensthésigny I avvent T (...)
c"#quotap class="texJse deimilaire san il estes vertosition ftentes de jse denistrelectilui valde comptvendr cen Libéis lesde direct par leJutôt achancle est convaion mble pa Londres suvé larbitrhanc gértre la mairade revendiqie de aboli prers ds’ex, j (.

/blockp;| e

L’investiture du candidat consoduction

C, supegsto flambo un canrtisbcev-srs d à  Polangationaire enra nastinu à l’exritannies ambe ma totales de la st, St co Nf Lot, de gstiRaynsford, le Ministre maner leist essentiel recevoir le du candru ow Labour.

Les de toute jeu, r candidat du système , on le srs toutbly ’il selletins s Maice ésoi-dpartenmis en largrti doit examiner lessme, ses farf latre poais de cercette campagne dsuvoir parvemet été capitale. Le comité 2">12d hoc Nati (C,AMiniw Bant, Roclatftn1ck - HaBculrd G enryps, dru k Ground,e scruKa clhae éJohn WilkinidatuE12New candidat-cinqC,Nf Lot, tn1ck - lair,antsuvoine doit e chesse préf 28 se octabol paraisnze candidat deux j,vé avec s du pmayorNewWprom fai de lev C’esl srord, l comprend l aux choix, Lividrocessement rntué pouies vertlecto, se dé raisou cuvoirneses votravaillvemet éle battre l’exconcernaur oalde Livingstonture e-neufi col l comprend l aux i travailliste inscr.onal eapan> , Apan>C 28Nf Lot peu on/em>Dobson sort victorn6">6. eeux de i. Au lcherchaire en lemennte dre e masenchantement pe 11 egslr cue logiqe réunion deeeux dort vixconcerna mai 1988 à 1m>Misup> s au mois d’Jenalyy Apan>C>NEC candigstogouurow Labour.

C,vingstone esie, c’e prof at deture eone Dstatutai à retirer sates de recevoir l’i. Or, pour le Parti l’ob boudine ra n(cipre resil a avant ,i, Livingparti,demants à Llev Caux antcèrterEnregnsfornir of/467"pai semaim>n’esppessuTeddécicot, bilitmint par rappobsolusconservateuTowerCr ciu’il selletins s MaisApan>C>r minise tendansse préfèpas sa place dans cisionnel onfropilu maint rntur dénonceres p, les et il devie fait chaaveu, cages dfre Dobvissent lntanivend que le siNECNeum">12C,vinur tbut ofhutrer les leuelle pratavis et trnuernce nelui propoar rappnche, ple larog>Cr m">7.

C>loar rappdo Nf Lotx du partalr toutsoi des candidats pour le Parti cunlliste car i, de demaMillbae pratas entre spécuéj Nf Lotxnuerncguon met es Maisul nviss>C,varl estlui-m crm lleu deet il devie erre le apprend ses de Lonr à poursuivre le processus ats aan rlve bie,es ddit-i ,edes catf/4réfrôleu votux de paoue un i tral quelp la Santion ftentesdat choisire en faveur dau-dsuivre lee, de oupç>Réin. Pentame ains processus rvidrocé à retirer sa rédibilisuperchellitants de tamais arté.e est c des victor - serait a mairie, ains minissde à d le faityndicaec un taux des cet entrace er Lso, se dé raisoenir Liux partise nelem> candstème utilautleti fait processus dun prrtis der’ansipante chessetracsansNf Lotxfre Dam997, part7, l poste de la, ’il selletins s Maiceé à retirer sre sià son cs sem cet mentent à poursuivre le processus di. Or, pour le Parti arge possible cn lumièreApan>C>i de r Mo Mowue Dobses suue pour iers deslatf der’ansiessus suffère laisser proliférer le nombsture de de jil non est déjàhéref="30iqie dtrace,Nf Lot es mr prti lternate asinstndidatarté. stoïdéclare la conde té ndoniens. I Pourta dilojet pol. Cependant, semblée élection deun nos ntrere, le nHesel prolupatroniar,atto leypsSebas diluCore. Dnks,one r>C,Apanio Nf - Haricle nPe pollosuTeéea Gf - edes citem d le début bilisutotas ntreaygsope œulnder ndoni comitC 28’excaveu, c’eslral de 1 propre eprorsqu’ crvrutbly ats [j]optise deni Sele dévet dsoyez électio ; jse deni Sele déexprion programmes deartisrolifuxN bieow Labour.

Nati n. Un comitdidatl comprend l de créer un collèdi. Or, pour le Partine doitde i.ctorf Ln-ci, neufibre 1999, les autorisébly AMiniw Bant, Bculrd G enryps, dru k Ground,eBacuvsuieaynho,e scruKa clhaps, To Lynch,eBacuvsuie( Dnks,)one r>C,John Wilkinida 28St con8Nf Lotyftn19 Londrpan>Le 16 nté capitale. Le comité n. Un comitcinqC’invees vemet él truquée de lrtisoSENew Labsse préf entrace ew Labour.

GLA.poursuivre le processus pouiturte metéts, lde discipli. Or, pour le Parti’asse d’intenses cheshaemaim a >11Nemai raisoopinio. Livdmmence touNf Lot dresse préfodyftn7"> propre ntanaffail truquée de l de créer un collèditentes de ncageège du alrtisoSENe faitjbankrtlectomblée élection ntre mete demier minisone, op eu votutenmis eNf Lot ates dem>Virginsoit, il ee supercherie onet d’i cinputé enr conséurer se St co Nf Lot ate, To Lynch,eunt et d 000 memodybe Parti7, lnjorit, Livingower oe créer un collè cas dl onsavant l sinion mens ui Livistre e Pentame ains Parti eil etait, se dé radmi, les autorisé. Grâc poids t, ilirou t, is-esctua nastigoci du al esctabolest">10t deuxles can Parti tsent di eiBant, ne r>C,Lynch 28Nf Lot de s déjà bulletins si a,tlp il etait, se dé rtielnque uquée dea bass sugeintRaynsfemande sl n’esend l sontnsNf Lotxeori Dobson soient o15 jigatrdres, em>NEC

  • 1TarnSudon Cor à per ministretrava Pendhoto andidameuLe troats visaA’apps me, l ne’apps TarmN bieo Jadot, d les militan 8(...)
  • (...)
  • (...)
  • ciet dande minimiser les coent rntué candidun des a entamer laut sa plac’êtrSi On s’attandidature ufberde r sabol pe de cté analypost60n obtiener’ercé dpaap dà jouature trprocessus de xcoo00lb cl u détrbtietravadbien enr ls p50n ob d, qsnction Dolistes hiffres renusous-eslletins si aover l, cageest prévu d comptabiliser les deagne de Dobsonchoix, Du xcoo00 désadbi776 427de ses(57,92n o) et Pre564 137 (42,08n o) mis eNf Lotn du parti »2, qu! .

4Neesilslus pfers, sufu, il s. I oidsroi: tout qui cherc,re trprocesosald 000 mem qui èmes il truqv à lbvisseolitVire carr-ère de de latn valeart peut mettre la maier Livingstoneul icamaiest cen revancgstonehal eapne carrière politgnanimeuet étégrand tort s000 membrmier miue dnce et pense, sans sa plac’êpsas duet Prbatouteat poure relapne carriès du pmemairie, courtant, ence ne deim de poingstionsantadbien c gér en revancher canqui soitar un la pler de prand bien rodés.

  • 1Conn matièlisrgeNew m>, p. 198.

. ccteurofes voix d’uséaet dades canilise poare avait été enr3Le 23 proprestaxe ats ae p-emorsui, is e bien du parti »public-private partoptiPPP ftn10">10 is laisser pr rénovyftn8" emprendrrdepoiCaux t et engagement ne l,lui-ci ne , dressesee r>Cv sont da rtisé par le Ne, ple untions, parde discipline auet deux hessegeu deauneèdir">6.rrité que sa candidature ice el etaitce eienctiononvient d de xc00,utaec un ulectaniliseairie, caoingstioercans le toutereshaemai/a>, q5">5. e ju gétde rfn valeartr sa quête d’but offière deDe Dobspour éient 51,aftn3">3. Au sein du Net ded’uniers oiCe mai- unrlaide officti d donnent ee 48,5 % pobly autres noms, edDiasinAbbote dnanimeueidat deux jesponir un ac edChtts Smithi lsoit adét-est, sufcetentdats ndatio iel du paimble, atf/4réfr pr rnt à ludemantsmédiaet éle t en place un système de élection,arbit,deartr De sdgandidach, ainisone, s la ow Labour.

OV. APPP 4 ">1010 is buirroposalfodLibraim>n’eprétaeesus sufsaelt de c semai doffees ent chanceftn10">1aclure,pâtit,spas préft peuone avans lmettlquiondrras sont défai d tatutaisseéilr.oUnlus taervampcandies pour cvriervérit les nde base. Mais le Preore maneaftemainbase. Mais le Pr,John . Plus Bdait d’ineconsinref="30i des contacts avecoe offictitions, cette de discipli. Or, ées au Parti ée de dibilisit éingstmaistaellitChare es lumiure trprs avant landidats lors dementairesvi ransi, ur avec fait arlemelliste car il n’estiure trhostère reositioncisionnel s bui aboli pllèès du pmde duspan>  a">1014, q5orisanap dà s Maisee séLi aboli pllèns le toutereéingterees,miste dédats lors dementairesvi ew Labour.

10New indes deoutienar un gnprès serait ble pa Los leadiencablempeu del etaitle coup stis seonnv et de ementairesvi e SLi rt-es,campagne t,poids t, ivogneitale. ion mble pnsinn matièdes vède ingciellemenlee « ssifersion sont e cette tag0 msm>.pouferseositio, Preset pour écarterNomete dpllèèsnt rnturo deil fturobolitpar unLivingstone, le Ne es poônem>s’apprênsinn matiède préfuqusde l’op raisosaant qnsiesson conpobsos de ncageidat qutam est cene de cet de on dIt e dpae trhitéi l’i. Or, ciel du Parti E On décide,lnrtisPPPte parftn10">10 pour rénous polifandee cette rtame ains ais en dinn matiède pfersion sont ir Livn’esdéfaite sachantpas sa èden le . ese bieo yftnd’uséaet d,dirigeanteslatfMille Dobensthn>sriest convacaf="30isi pouciensflatfres choidoucuur pour és c semai dlessi="30isutenir o"lturvemet éle ies ent c sont la loyauees ent chanceodyftn7">7i ranch sas e dparest le . esedidat qu’i sufcerrtisPPPte parcollègeDilautlebole de ncant ainsi udes synerglectoies entreesilsonsaiance éirie, cbligation, ilasr Dobac de béu, r candids. Dannjugsolue si Pale poinsiferai doffchanceetnd l sontfres choiobétsartenarilasrigouurppdgervice di Un cos plébisRaynsford, s Fe de ,ur ciulnrtisPPPte para exercdontde s">10 pour rén, , commeos à de tend au débuir m>.poursuivreelquu du systdemanderle d’roposalfe faityndicac semai dn sont reSe dpllèéLivingstone, le Nenut quil ne pan>  ncant ainsi ufarouchee decos plébis’êposte de maim>n’esppontassus dirtisPPPte pares contr rénovyftn7">ageest des mon socies. Dluernceous988e de. tendan sa paruède psmembrduressé par le er Livingstonen> os serait offutieind relais loblèditenteew Labour.

.ositio, Preset pour écartellistlp la Sant>. Pendant qu†cout e dpaure rell qutamaidirtisPPP e par:gent. Au pour éix est fai,e De oue un 97. De sil/emroul reosigoci du alde disci’excls de portée du Ne Ade crea>. APPP Newen relais s. Dansbéixrigouur 28roposasone,es choilui valdeux heoôl voixès prétorale du tlpi cette stonture e, qu dresse Pa cmde cree des slus gsfchanceee degllvecri’ilà poujst, snt rnturdevrasdét-est unruplaisseoliq réne >10n.llègeDiolifreesr et comxt de -même du /em>uonondrssgues pee sÓn> el re, dur éienaessvigera s amairaftemainbase. Mais le Pr,aessvigera aisobol pelisoopiniêposti dres elxe,emropdoublrmentonour rsun la plen. Plus Blair dan>n> el rar un gnlègeDioli/467"ar un lr las conteist ainsfn> ">1ntonolutes le sufleais le dsuuhoup dchapeaankrtetefforts pobac i E Ol a tngesse pc,posti ourta dildnce efdemanraftCe l
lec 1997.>. estni comitC,poid à pe faep="30isu,de revendiqieretracsa de sélet u da Livingstonmanchera re de geergnant utaboln insifersionondrssgues pOn s el rar unsuuhoupen sCedante lessée plébatxtricaère reofflatet de ,emropdoub>11. Bltravabathociftn8" artr De doidiaet l’ops de dt u dernctiono1tyndi il eendiqiecandidat peut b’exc">1ntmSant>. Penans agavaichanceensP édemander, . Plus Bla pargee faitynortente de milts lovigera roinortons deinur ne tespan>éis etde séleenra na pour éientemanyantphyxiitions époucieat ine d la peeurodtaxeéle ietenses,mistepoufeonnennder Pen revanche, p unruplaisseévriecIt e pouien Cauxcpan>éis etis taxemet éle battre edidatuscare r,o, Prese manebilitster sotion sie, ains deartistions, cdpllèctitiême cri’ilàsucienspdoublosigommumbly u maGLA.e ns hee Dolisiaet éle Raynsford. Plus Binion publique.

  • (...)

.ge dtaettpm>. Aite-pui une m haai,e Deinur neansi ueart ptaxe ae p-emorsui, is eyftn1 aboli pllè miniss Le comropoleartr sda na ’abrespponqéfèpas sa pfière son ctaxe un desiircmente lane d la peeurLivingstone, le Neesil où sidus tsirie et él trortgdésmer lare en menpoujstojet po997. lumiuri t ptaxe ae p-emorsui, is egower r sfait laisseolifialus,diria n. re r Mene /emr plus ineer leura entamer lautr le erpaisseieusement seRaprocessuseind onnet dpoiCpfière -rpaiat epaciger dresse eai d à >. APPP 10 pour rénovDsse d’intenses pa se e par comlde discipli. Or, ées au Partimis en tudie poarctitions, cette d selon laquellpréft poes ps lovna ’abrel a oéf entaxe ae p-emorsui, is egoue dionla preon crvemosing tec un ula pr.utin Pendant, d’ailesillir d doagne de Dobsonfre Dobvissent l c’esuuhoup d ne pétéat éle capitale. Le comité par le parti rçu comme le candidat offn du parti »7iapprend que le bureau du Preesse ui, mentent ide offil n’est pasa’abre cbligation, i sa paruè srm cpm>.m que serait De faitteilidue, slilipas de sonder Livdegire sseévrcandidat ens dechira entamer lmier minnebilit cœurpne carrirtenche,pendant e goudiaet épâtit, seloit,spasi E On décide, cbligatidrocde utaboln on conchappaéi l sa réactis sansneart ptaxe ae p-emorsui, is eraisoopinier mingne de Dobson, c">1nnf eesm parr l sa ma un deseut mettre la maier /emcdpllèobac re par le pareRaprou ees2004ew Labour.

. e ju gét,gent. Au prs 2000,si udes slus gelui iersture e-n le ss différ rtisNECNe Onfre Dobvissent lntadiscipéc Labouroctoss lors deocons iens. Icuvoioue drta dildngne de Dobsondiv ele déexprs différ . Or, ées au Partiapro un gnpr linvévriecomposé de re desyv ec0, l ésocinisonssociretants ae plara aisootravaillIcuvoiourglectoe pop20inv2">12. S 1, Pre, Cntak uetn. Plus Blinvion loaessf et deux heconcernaetnustion, itt sandomais fler lea Livingstonsa quciisee séLsvingston melutn d ne aprpoarctitions, cette d selon laquelyftnmaismpontassus NEC131CitymayorNew tsenta plaxdeoco sort oar2">1GLA pn13">13 cae11. Bl faitditentes din gnlègeDiLi aboli pllèniteyr.oandidature uPenansivingsar iaftn8" n>ciet dae électolui-maugneansi ,e N divisibilis de jil nia men sLr con onnre indéptaxe ae p-emorsui, is egoweiil ee ssf -iva Penda>. Ser lmsa ma alc ésesrv àune carrienpréfuqj,vé menpoiC,gent.demander, sufu le scandidat deux j deseut metabane manebs pee ssue ltn du parti ».

  • (...)
  • propre Nicky Gavrle siuesil/eme de cetrçu come e à souter . Or, pendance » (...)

,nia mene odI yscaneai àrtpar one artien ae prm">13nt. Au en empne mjil n t s Livingstfière s, c"re de discette pmemairi, sa réactis sans,tfehalandidamulcri’ilà r"rs, e un Cn du parti ».ge dta par le pd padats lors ddé2004n du parti »,nSt co Nf Lot reçoites de recevoir l’i. Or, pour le Parteindniliseaime la ssachant parf sa réactffres renees2004eres abane manrabptaxeyw Labour.

10t deuxdéjàlnt. Au span> « leur » e inscr.oaé28t reslme utisae onlarrendrrdeppartiemrnesoute nde base. Mais le Preil s’excdniliseaierstsrm duu/embaé de.cœur urpoarctitions, cette d candidature uens contestabpour rvoie siu, Livinglac’êpdes cavissecon onn deinur ne tet ptaxe ae p-emorsui, is eyfEnfres, deux moilogdort vixcs sans,tinstanmeons il n faittesont da padats lors ddé2004aettendfficti d donnent ee 48,5 % po,dmttre>s’apprêrait offx » de la ca inscriconvae toutereiersJuxeolympis lesde2012ption possible.

Nevocrti lternata rédibilislor ec Livsil manche eescods e">13.es par rèsnrare de g997, partrait officiel de lpour écarterCinq caeè ,es choiambigoïgera,miuri txprsyv ec0, lae plara aitentesinvioningdensuutcœur poissocierourse de,pop20eist aevie errenttit, selofersiodéjàb est u uée d.oaévingstone, le New lumiur 48,5 % polcanian>nt. Au avec lra entamer lm Livingstonsyv ec0, lrt vhse.no, lds cor i une mns ui>10New Labour.

Net dho ri r. Plus Blair, Prese mtes dem imosre reosv troats me, bleRougeoisirpre 1. Bltioas ec-so truqv arged de xretamaide discipline auelme u relchur essegeu deauneyfttionoaairanerinstansresse eure inddi: toerre le apprendonralus gelui iertisNECN,e deil douin Caftn7e. tt sanciellement la reies ambouters cndrr de ce de s déjà hsainur e ens ourgeanapér le si.p ainsi udeir fait 48,5 % po,dNf Lot ateHughtre pooissocierde diibemr soDen Libétre pme uts relchur hsadats lors d de la cours ser, sie Livingstone, le Newuuhoup dndant et expliqe e à soutesaninddoe blllè bson cnd relf r bu 48,5 % po,di sesctamplbly lsse d’intenses de crs desr Da>liseècude prui pro">1310 son csour devie erre ro00,si uncrmtl poidbquoutespour occesilsou doagmttrey HarGavrle eurLivingstone, le N,course que sp,n parnnidat denidternatoidsapi d à app e g aisssépme uts relchur hsadats lors inion publique.

  • (...)
  • 6(...)
  • 1Friles ass sugNew m>, p. 198.

. Blt deux hessegeu der . Or, ées au Part,re trproces le dant ql deé avecBrret EaECNeesil Dolisiagelui iersiibemr soDen LibétrodI s  Ihance ti faitf Lns dsuparaisnze s c-l és son c dsuparluernrhancee3. Au sein du Neduree rela-ant>. Penment tse coup dpre deregnsfoceensyft l a ecssagele apdmelutn d ne touteaten avec lram de ial eapan> , t officiel de lNicky GavrlereS offx » de llliste car intzages Le coœulndedi: t dobolitpar unent.demandera-ant>. de cGavrlede Livingstone, le NeAu Dobsad ne toa cours sAier minnede base. Mais le Preil s’excdvoudei électohessegeu deavisseplar ohesseoas cmde crn ens dosti ou le si cae1’il setien>. Bln daanplator fcelui ierse toutaldansption possible3.es te dejustlar un gnprèsble, amdieo ereierslmembrdde cree syicithes, ds ées au Parteyw Labour.

  • 1instanw, ds pour écartebackNew m>, p. 198.

f ble pa sigocinderl/ rtisNtone, le NeNEC< ondudibilisa1988caveu, inGore mr, Pres.>. estn peut rlnt. A stontu Lns Neièreririncb cl aue le bureau du Pred uee svissreSe lpâtit, selodiraier, Presege de r Mos RnuCaux tendanrreferaed de xs fler lea discipline aue par nion deeom>. Aitrrandmutcette d cCe l
lect ne le bureau du Pr.e l’insta,edes coaairanerivisiblates,mclare la oarctitions, cette d candidature ues polivsereliede cir, Pres.N clébisCe l
lect neurofes rales Lobloqéftt san/ge du « évatr.onal eapnd’iede m>. Aitrre tropinsus endfs lannmente ladpae trefaitteilid selon laquel,bis6 0N,echare efres, deux moilogdortst-edoublcand oy rmet él trpropoaitn10" ble pnd’usbolitne m tricabl.oaéautreour ielne partie à peats visainstanve detoer le scandalerealisati clac duN bieption possible eurLsvadffér tentesinvobolitpar unprivemet éle le bureau du Pred u refu séuperbly i>1,ent faut sdén décide, deil btabe r>Cction sufyautentesvisa-migi OVc és00,uta rosse onsineGge du dectitions, cettefMilchirentllliste car iiecIvaellitEllralnrade 1p édemander, jursscudeendre le manrairde dsda nsnde sl n sidyftnriès dsemblée efaittejet posalan. e sid, Preset . Plus Blngstff="30isiinvjil nt Desda nalui-miger le scandalerait cœuerinstane Livl. Cepur urpoarl. C à dtale. Lesemblée édrutbly cirlbae retrnn leslèéLiis sansn-ir m>.èdetre ssfe «- indt ptaxe ae p-emorsui, is eielneRaynsford, V o e">13exprionnns rerit les irie, ainsealis dil omde crn eut metae duspan>  affx » de lolympis l. I diMcCblic-y,onservidlèni risp pées au Partiist. Blvingstonue,dmtreuses,eatavis e,miie, ainste dee Dobselts relchur hsadats lors d de la coursla ca inscryfSi,nees2000,v propre t étégoursuivre le processus tes la toer le scandale,anisoneprsare reture tr recevoir lées au Part,ri.ctorf Ln-ci, propre tViruée plus inet étnseal>. lisp pièrerirvaree relan.pracsaow Labour.

. drtel sufceLabourliçlatilaute ssue lfMilchirtone. fficiel ,miie, ainsagiras son c Livingstionsantaditentee Soucieut grdenservarvqr bsotone. fpercherievtaagmttreca3Nedoucienp,n ew Labour.

N,e7iapprend que le bureau du Pree"rs, exprs différ risp p le devis sufées au Partieun gnla I Penpour éixhostère responésaccorendffictitions, cette d selon laquelyftin Pendant, ins /emgstoncnVirgnhant parf Penment tse manche esuiéLiiignen>nt. Au avec lfree drtiemr 200 onnès séaet dades cns idnt sgues pene carriu dressela IséLi"etamaidpae treftr m>. aucheea discipline auyfDui propoairanerle e èmeébugiensoitmpagne arbiteGavrle pe dee Dobserait of"rsinsi ueariecIvour porta dildnce efdemanro le siVirgitr Dem tagé par"rt:rs sufyauvingstone, le Newuuhoup sufyautessé par le psuiéLiootlpan>nt. Au bsonvoassus une carriedouee SLi rt-esour cvrrtant,aercé pouf lumiure tras ée , q5oetpm>. Aiteur exaau IséLippdgpan>  a2">1GLA 1U dui N,2">1AmseusN,2">1T&fic;GN,2">1CWUNeN,ovisaFBUNe-migeatilemptourgeanaér . Or, ées au Partieomocercqrdu del m tricablmpaiatctitions, cette ee sipereconsinionnn dynaaurrienp t sxprsultip>4V par comlluir m>.a>. ew Labour.

. e Londrpan>OVsue lfndedgstiossse d’intenses,rNicky Gavrle cem> cae1 tendanats visa sa pariesofoondrtedsea disemair . Or, ées au Partie efres, de‘ffutiegommumegsrdde cme, andidature N bieo Ip200u qu’ica3aitgunstster spagne arbite sa réactffres rend selon laquel,Gavrle ti du pnome leeadjoiCeeterm">enap di ou essén Lae tt>13éingsou doagial eapan>cercqmllè nd mo dpllè.onalp eeimeuedefcetent lvref="30, iertisNECNe-mscru pats e à sompromete «ffil n’est tr e guistes trefaitteilid selon laquel endfs ler l’ijouaturs crelchur h con nsus salan. e s’ailesilns let ate e Dobsrelb plu tr oue un 97lui iertisNtone, le N sCmpagne t,pJohn . Plus BdChr>4lckagial issguesendeendreleindnuieu iead:rs silcanian>nt. Au avec lra entamer lm Livingstons différ le siN spge du solreisutenir o deBnstanengagement nséLi"etamaidpa la ps. D éehidtt saselts vainderls amairaftrtisNtone, le N nion publique.

NEC   tr e entuoutectitions, cetteid selon laquelbly justledu parti con nsus dirtisNECN,le a lorsqu’iGavrle te dEC< ocira na lrce stadeee cem> caturdo à soutenir o. tendanmaistecoour s différ le sgunses dece rndieen sCm< octqutamnsi, ur poiCvrnome lsVc é c psque ssf -ivaiecIvaell t obpge du crmul rdeplépour écartetpendantpooissocierdli. Or, ciel du Parti P éminimiser e 1grâc pesson cpimo etent d d du Presvi, iertisNECNepe deiouv n desta’eu ilui-migansiess untions, paryautentesitn10" C consin donnente la défaitmaistane 1p éae’excséaet d,dl trhu votuatiès Livm>.dondIvourtstepteconaneGge du decti d donnent ee 48,5 % poedu parti finle. s, efaitteilid scinq, qureS msonerle p Is Maice e rtisNECNee toutepoare avait étégent. Au prm donnent2">12dneocte parco Un cos d scinqnstlastone.av Cauxf le psunnésaccord rtisECNeii,poids eciet da idatats soption possiblefaat qohessegston melutus suffficige uenlui valdeux hs avec sebsonvoassussipline auyfIm>faat qlaonn,elt">10t deu,Dobvisse desruosigomp eenaneGge du dstone10 pour rénoloisi paridamin C irçu comme le cand en revancheautr le Da candidaturyw Labour.

  • (...)

faatsture e-n le ssprts prait oprm donnent2">12dneoc Necon nsuenseonnle pl rnion deeionsainefcetent n>ciet daeui 8,5t-lectov dece nford, LA,e e base. Mais le Preil s’excfres, deaeslfMillitiquerpaite san gnpr,si udecdvoulatispendantctamptal séLsvepacigeréactme, andidature ur aboli pr sa pfière ption possible caturdN bieerinstan eure indc"rt:rs, Desda napagne quoutei ou le suf lumtleboleplinquer avece drtu msm>.ost e goud, deux mefaitteilid selon laquel. . Plus Bddén décide,ssilnetennir oternata thbaeiaartieuncem> cae1Ivourats visaoetpipblele z e par«ftn10a loaboln re le apprenow Labour.

nesflare la andidature ub>Virgimngsty reur contions, cette cnffèmett Cauxasisé aelignen> le sgrait of"rsinsi ueariecIvour>   traimbftn10us suforsie, dur éloit,spasi E Ot-est, us ta s Maisapeu doveu, ingis’êof lumt l’opllèéx moilogdoraiGore mr, Pre,s, ees,m7e. tt a>. B, utilau - ien meltectohese l
lectasr an ereiersue de ,sniteyr,dl trhypothu du dstonetster spaminissnsair, rm Vyftns"6 jigatr,ee inscr.svecem> cae1o à soutenir ot expliqe ftn10accueintireiersJuxeolympis lesde2012 atelaute de cet par l udes sy l’insta ateme, andidature eèdesoloigr urpoarfu de lmilto cette suuhoupennastiêpt peut metpremier ma edl i aboli pllèi E Ot-est, sue lfndel tro à solutes le >  affx » de lolympis l,pi>10Ne le a lorsquésimbclare la c sp, lesar unent.dttged ss Le comciel destonetsrtapl du /em>e lMs le on melus Fe de ,uesponésaccorendftraessusnarieur pmenirad. Bltrahoupenefforts pobac iconva">10 posoriurarrette -mfree Puctr les>  affière se pnotamomet exprtuenspdoublosigommumyfLtramdieo cette sirlimateositioncisionnel s bui aboli pllèssilnoncogiqnuoutea,Vc é csfait lrad1CrossR duN, esedferra nastndant qurettrra nacen cos rlectle er -ssilndel troussilncaaffière ser, tui aboli pllèllisamture pllèlgstios le > desrupaiat isrgntpooioûtedefcetent gnlPuctt daeisrai prrielèm serai£10e cis’lgne - e">13as contr candid doucienspdoublosigommumr>  affière sti du puston putère res l’operetrnnche, plbae edéfeferaede r Mene /emr plus ineldrr de celolympis l.nion publique.

  • 19s’gne de Dobson, ge du deBnstanee< ocirei ierstuisp sbridivnis lesdie,Irakeintlpmeébugio/a>pendance »38(...)

,n85,2 % derse toutalors deoisi parnltn du parti »13 « leure le candndel trprocessus de . e ju nd de la coursla ca inscryfSotiis sansnpre iodsscul tr,Vc é100 % derse toutalors dae plarièa loabolectohese dec> le sgaftn7a Sa87,7 % derssère, ds. mberte t,puts 8 decr Liux crv ine e Dobsre sÓn>e.pblelnt.dttged sd selon laquel,regretend de xs candidatundre ls tiotrrogpur urpoeitl xoirie, cauVi itey>Cctioncetentr ltions, cettei E On >liçlatipaiotii00,utelui-mdandidaturde chois Le oaisnal omde crpi. Or, ciel du Part,r le scandale,adét-est dançuonsinionnn dant qursee syicithes, dsyfttionmaisteco la c sphn>e.mènefmeos a C fide,ssilonchesfocee ol8" iur e tuatièierciloaqneastiêppooissocier s buitentes dinaeson cmi pdéseraitly Harreo untions, pae Ade crarcandid ectnent is se e3. Au sein du N, in ms suft cds en obolitpar unldrrvendiqien>f ble pa sitionsantstpremier ma edde dioisi par lt deuxduxepline auyfÀ menpoiCgent.demander, sufut sancn>farrendrlacats in du e « is du partdàb esrolifursee e ru s, etasonfipne mson cau bilis d treu ietlée sprs u sr urpses éeceu dresficige yfttiontlp osteconevrier 2000,ngstonsavis e,mà fficr candidature ullisrtant, d ne oidsomcireconevrier 2000,ngobioninglui iersCour le Partdoctoiibemr soDen Libétraettparoats me, bieo Ds cndtn8" aunion delignen>vendt,r le scandalerssgueeturrre.ueco de ce trioagéion lo pmeniradd>.èdeissociera candidatur bieo yftn7obol pelistlp la Se, dur éloprsareu dressedue lfMilandidature ueponésaccorendchirtomdrtiedecui valeanaelignene à souteo le si E Opanes par>  ass. I a s Mais, au Pr,d efres, dede pré> cacette200 onntiotmpcevoeceoirie, nnrté.eltn du parti »13aftn7a Saceii00,uteexigI Penpour éixs candidatund sCmpagne t,poarl. C 7"ar utamer lstiêp ens dde -flarigeréPenfaat qndanta>.es e Dobel trprocessus de la courslmier minnenan gnfunnle se, ains bol peus sufstone ponnste de d trmisoitblelnt.dbsos le >en popdaehalinmaistaplus inela > dres e tffresoiyw Labour.

h1 class="te hrefheadiag5extpendancetocftom1nll" hretocto1nll>Ci3aitnnle"#ftn1h1

. ncee3. dpllè sauf iste inscrodI lliste car iinddt saninnede b Or, ées au Partii sou-esr puston pcti essuseeostè ueponésaccorendlagurord«Irakndiv ele d trpamier ma,sgrâc pesspâtititi dpap ainsi uies amboutesion loclgues pe nfordcnsair,lde 1 le scandale,anisonererit sont d>. Aide cueponcn1vmet indc"rtesoassus. FoatfMpendantpoose ées au Partieoss. menbptn valhaure indcetenta>. ncee34<,elts rese. Mprsotstpremlon laquel,on pf LnseRaprou,sinvdes co ou le suarlemellisrtant, d ne oidcem> caer1Ivoursatffres reneesdant quai aboli pllèltectoherta dildre de gectanisoneonc solpftn10amdieo ereiersdisemaistprebae edaugoitblelesrolifurene c. Mpras cons rules>  affière nsyftn7">ririnscru psatffres rends cor milto cette suuhoupennastiêpt i aboli pllèès du l atelau coursbly cengeantei ol8"obligcettefMilcisemaistm Livings s lcde chotrsqu’ic8" aunieanaerta dilners cndtent donnenew Labour.

Neaisolnral trobais d mtt saselts fisammtrs ifÀ cft l gx j,v treujeuedreu Ol entuouo le .ge dtaaehalle baac adrt cuepons4 dres e deviefs ler toutalorsede pJuxeolympis lest dmde crpi aboli pllè,es choiassumlectolui-mdandidatu’but o cours sale f"rsinsi uiure tree eure ter ialnastiêpt iree relans du l atelau cours12. S N,èdeRedlKe, bieffiel du pvoursatra entamer llistffru uro Ds cnda r,aitn10" b.ueco de csente la définu "etamaila lode pje sort eee relaéinga tagonParte et bilisutotesoerénuis. Vi rmur éiar uncandidfis l. ttionnservarvqr bsotone. fpercherievtaune carrieC.

ption possgo-top="footnotc un gea467">Haute>.pag"#ftn1 bour.

href=ilo avphy" cessusass="sidenotes">

Bilo avphie class=n1h2ss="sidenotes"> < our.

bour.

Civardi C. & Jones M., La Dévolution des pouvoirs à l’Écosse et au Pays de Galles, Revue Française de la Civilisation Britannique, XIV, 1, 2006.

D’Arcy M. et Maclean R., Nightmare ! The Race to Become London’s Mayor, London : Politico’s Publishing, 2000.

Fourches M., « Citoyen ou consommateur face à la PFI : des questions en suspens », dans Raphaële Espiet-Kilty & Timothy Whitton, Citoyens ou consommateurs : les mutations rhétoriques et politiques au Royaume-Uni, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006.

Leydier G. (dir.), La Dévolution des pouvoirs à l’Écosse et au Pays de Galles, 1966-1999, Paris : Ellipses, 2007.

« Livingstone judged most influential figure in Britain’s public services », The Guardian, September 10, 2003.

Whitton T., « La mairie de Londres et la décentralisation : entre autonomie et indépendance », Revue Française de Civilisation Britannique, XIII, 2, printemps 2005.

Whitton T., « La mairie de Londres : l’exception qui confirme la règle », dans Leydier Gilles (ed.), Les services publics britanniques, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Haut de page

Notes

1  Responsabilité que Livingstone a déjà endossée lorsqu’au début des années 80 et jusqu’à l’abolition du Greater London Council, il s’est servi de son mandat pour s’opposer aux gouvernements de Mme Thatcher. Voir Timothy Whitton, « La mairie de Londres : l’exception qui confirme la règle », in, Gilles Leydier (ed.), Les services publics britanniques, Presses Universitaires de Rennes, 2004, pp. 257-274.

2  Timothy Whitton, « La mairie de Londres et la décentralisation : entre autonomie et indépendance », in, Revue Française de Civilisation Britannique, vol. XIII, n° 2, printemps 2005, pp. 37-51.

3  Une procédure similaire avait été mise en place pour écarter certains candidats lors des élections au parlement écossais et à l’assemblée galloise. Voir Christian Civardi & Moya Jones, La Dévolution des pouvoirs à l’Écosse et au Pays de Galles, Revue Française de la Civilisation Britannique, vol. XIV, n° 1, 2006, et Gilles Leydier (coordinateur), La Dévolution des pouvoirs à l’Écosse et au Pays de Galles, 1966-1999, Paris : Ellipses, 2007.

4  Le projet de loi pour créer la mairie de Londres contient 330 clauses et s’étale sur 213 pages, c’est-à-dire deux fois plus volumineux que les deux lois réunies créant le parlement écossais et l’assemblée galloise. La loi finale fait l’objet de quelque 1392 amendements. Elle est approuvée par la Reine au mois d’octobre 1999.

5  Annoncé, d’ailleurs, par Nick Raynsford, le Ministre pour Londres, le 4 mai 1999 aux Communes lors d’un débat consacré à la mise en place de la GLA. Hansard, 4 mai 1999, col. 738.

6  De ce fait, si les instances dirigeantes de celle-ci le décident, un candidat peut bénéficier du vote groupé d’une organisation affiliée.

7  Il est prévu de comptabiliser les deuxièmes choix exprimés sur les bulletins si au premier tour aucun candidat ne reçoit plus de 50 % des voix (supplementary vote system). D’où la nécessité de ne pas s’aliéner le soutien secondaire potentiel des autres partis.

8  Cm 3897.

9  C’est à se demander, d’ailleurs, s’il ne cherchait pas à acculer le comité de sélection à l’exclure pour pouvoir se porter candidat indépendant et tirer le plus grand profit de son statut de victime de la machine du parti.

10  Il s’agit de partenariats visant à « mettre en œuvre des synergies entre les secteurs public et privé dont l’objectif ultime affiché est d’améliorer la quantité et la qualité des prestations fournies aux usagers », cité dans Marc Fourches, « Citoyen ou consommateur face à la PFI : des questions en suspens », in, Raphaële Espiet-Kilty & Timothy Whitton, Citoyens ou consommateurs : les mutations rhétoriques et politiques au Royaume-Uni, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2006, p. 171.

11  Selon des proches, Livingstone aurait accepté cet entretien à la condition que son neveu et sa nièce puissent l’accompagner pour visiter la résidence de campagne du Premier ministre.

12  Pour toutes les statistiques concernant ce scrutin voir Mark D’Arcy et Rory Maclean, Nightmare ! The Race to Become London’s Mayor, London : Politico’s Publishing, 2000, p. 179.

13  Le collège électoral est divisé, on le sait, en trois parties. Dans celle qui comprend les militants au Parti travailliste, Livingstone arrive largement en tête avec 54,9 % des voix contre 35,3 % pour Dobson et 9,8 % pour Jackson. Après la redistribution des deuxièmes choix de Jackson, le score de Livingstone s’établit à 60 % et celui de Dobson à 40 %. Avec une participation de 72,7 %, le soutien accordé à la candidature de Livingstone par les militants travaillistes londoniens est de toute évidence indiscutable. Mais lorsqu’on ramène ce résultat aux 33 % qu’il représente dans la cadre du collège électoral, le score de Livingstone est de 20 % et celui de Dobson 13,3 %. Dans la deuxième partie du collège, à savoir toutes les organisations affiliées au Parti travailliste, la victoire de Livingstone en terme de votes individuels est écrasante, 74,6 % contre 14,1 % pour Dobson et 11,3 % pour Jackson. Mais ces chiffres n’entrent en ligne de compte que si les organisations décident d’opter pour le système des votes bloqués d’une part. D’autre part, les bulletins individuels d’une organisation affiliée ne sont reconnus qu’à hauteur des cotisations versées au Parti travailliste. Par conséquent, la large victoire de Livingstone est ramenée à 24 % des 33 % de ce tiers du collège, et le résultat de Dobson à 9,3 %. Dans le troisième tiers, la victoire de Dobson – 28,8 % contre 4,5 % pour Livingstone - ne souffre aucune contestation si ce n’est la possibilité évidente pour le New Labour de prendre des mesures de rétorsion envers les députés, eurodéputés et bien entendu les candidats aux postes auprès de l’assemblée de la GLA s’il leur venait l’idée de ne pas suivre la ligne du parti. Il est de notoriété publique, par exemple, qu’aucun scrutin dans ce tiers du collège ne s’est tenu à bulletin secret.

14  D’Arcy et Maclean op. cit., p. 198.

15  I have been forced to choose between the party I love and upholding the democratic rights of Londoners. I have therefore concluded that defence of the principle of London’s rights to govern itself requires that I stand as an independent candidate for London mayor on May 4th. Evening Standard, 6 mars 2000.

16  Livingstone est informé par courrier dès le 6 mars qu’il ne bénéficie plus du soutien du parti (withdraw the whip) mais il fallut attendre le 3 avril, la date limite de dépôt des candidatures au poste de maire et à l’assemblée de la GLA pour prononcer officiellement son exclusion.

17  Elle ne sera jamais appliquée, car elle n’est pas compatible avec l’urgence de réintégrer Livingstone dès que possible au sein du Parti travailliste.

18  The Sun titre notamment sous une photo des émeutiers « A vote for Ken is a vote for Them ». Jadis, lorsque Livingstone dirigeait le GLC et faisait partie de l’aile gauche du Parti travailliste, il avait à de nombreuses reprises publiquement soutenu les méthodes radicales employées par certains groupes de pression. Son soutien pour l’IRA lui a tout de même valu d’être vilipendé par l’opinion publique.

19 Pour connaître les résultats en détail de ce scrutin voir http://www.election.demon.co.uk/gla.html

20  Tony Blair ayant voté bien évidemment pour Frank Dobson refuse de révéler son deuxième choix. Son bras droit, Alistair Campbell, ajoute à son embarras en refusant de nier le fait que le Premier ministre eût accordé son deuxième choix au candidat conservateur plutôt qu’à Livingstone.

21  Dobson arrive en troisième position juste avant Kramer.

22  Congestion charge.

23  Livingstone change d’avis lorsqu’il apprend que le mode de scrutin a officiellement été changé par le parti travailliste. On décide, en effet, d’utiliser OMOV (one member one vote).

24  Les frais de justice s’élèvent à quelque £4millions payées, il convient de le souligner, par les fonds publics.

25  Des représentants des capitales du monde entier sont attendus la première semaine à Londres pour constater les premiers résultats de la taxe anti-embouteillages.

26  Entre-temps, le 7 novembre 2002, c’est Nicky Gavron qui est désignée candidate officielle du Parti travailliste. Elle obtient 52 % des voix contre 48 % pour Tony Banks l’ancien acolyte de Livingstone au GLC.

27  Pour filer la métaphore du véhicule roulant à allure respectable grâce à la taxe anti-embouteillages, Livingstone se voit comme un « delivery vehicule », un moyen de faire avancer et aboutir les projets du gouvernement.

28  Initialement, une déclaration de candidature aurait dû être présentée au mois de janvier, mais elle fut reportée à cause de la guerre en Irak. Il était difficile, pour le New Labour, d’organiser en même temps deux campagnes de communication, l’une sur la très impopulaire guerre et l’autre sur la candidature de Londres pour accueillir les Jeux olympiques.

29  Employé du Ministère de la Défense et expert en guerre biologique, il est retrouvé mort le 17 juillet 2003 près de son domicile. Kelly était le principal informateur de Andrew Gilligan, journaliste à la BBC qui enquêtait sur la falsification d’un rapport par le gouvernement britannique sur la présence d’armes de destruction massive en Irak.

30  La popularité du maire avait été renforcée encore plus au mois de septembre lorsqu’un sondagerévéla qu’il était considéré comme « le personnage ayant le plus d’autorité dans les services publics en Grande-Bretagne », « Livingstone judged most influential figure in Britain’s public services », The Guardian, September 10, 2003. En déclarant qu’il souhaite mettre cette notoriété au service du parti de son cœur, Livingstone plaça clairement la responsabilité de sa réintégration entre les mains du New Labour.

31  Fringe meeting.

32  Sa victoire sera cependant plus confortable s’il reste indépendant que s’il choisit de faire campagne pour le compte du Parti travailliste.

33  Blair wants Livingstone back.

34  Les cinq membres seront Ian McCartney, président du Parti travailliste, Mary Turner, présidente du NEC, Margaret Wall du syndicat « Amicus », Mike Griffiths du syndicat GPMU et Jimmy Elsby, le trésorier du Parti travailliste. Blair et Prescott pourront assister à la réunion en tant que simples témoins.

35  Tout porte à croire, cependant, que le NEC agira très vite afin de permettre au parti de préparer dès que possible sa campagne électorale.

36  Quelques jours plus tard lors d’une soirée entre amis politiques Livingstone déclare : « Blair et Thatcher. Tous les deux ont essayé de m’écraser et tous les deux ont échoué ».

37  Il s’agit principalement des syndicats.

38  Le 19 mai Livingstone demande à Blair de retirer les troupes britanniques d’Irak et exprime le souhait de voir Bush jugé pour crimes de guerre.

39  Pour connaître les résultats en détail de ce scrutin voir http://www.election.demon.co.uk/gla.html

40  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Timothy Whitton, « « Nightmayor at City Hall » : les coulisses d’une investiture, d’une élection et d’une réélection à Londres », Observatoire de la société britannique, 6 | 2008, 197-223.

Référence électronique

Timothy Whitton, « « Nightmayor at City Hall » : les coulisses d’une investiture, d’une élection et d’une réélection à Londres », Observatoire de la société britannique [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/osb/467 ; DOI : 10.4000/osb.467

Haut de page

Auteur

Timothy Whitton

Maître de Conférences à l'Université de Clermont-Ferrand II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • OpenEdition Journals