Skip to navigation – Site map

Formation et dialogisme : l'exemple d'un apprentissage situé et distribué

Training and dialogism: an exemple of situated and distributed learning
Christian Brassac

Abstracts

The article is organised into 2 parts : the first one describes a theoretical work concerned with the dialogistic approach of a cognitive activity while the second part focuses upon an empirical study about an experience in the industry.

As a follower of Clot who recently asserted that « Even if Bakhtine is not a psychologist, he could well help us in becoming better ones. » (Clot, 1999a, p. 185), we will thus emphasise the epistemological relation Bakhtine - Jacques - Vygotski to daim for a dialogical approach of cognitive processes. Then, we will more precisely analyse a single cognitive process that is : the conception.

Therefore, we will present an alsalysis of a dynamic training, which happened during a training session in an electricity company. The class gathered a small group of project designers whose was the estimation of a plan. We will analyse this teamwork by adopting aconstructivist approach of the cognitive activity. The approach relates to the paradigm of the situated and distributed cogni­tion.

Top of page

Full text

Introduction

1« On retiendra peut-être aussi que, si Bakhtine n'est pas psychologue, il pourrait bien nous aider à l'être davantage » (Clot, 1999a, p. 185). Voici une assertion qui, même exprimée au conditionnel, revêt une grande valeur pour tout psychologue interactionniste. Psychologue interactionniste que nous sommes et qui tient pour fondamentale la prise au sérieux de la dimension dialogique de l'activité cognitive humaine.

  • 1 On trouve plusieurs graphies pour le patronyme de cet auteur : Vygotsky, Vygotski et Vigotsky. Pour (...)
  • 2 Voir le compte rendu proposé par A. Jellab dans le numéro de mars 2000 de L'Orientation Scolaire et (...)

2Cette phrase est la phrase qui clôt la contribution d'Yves Clot à l'important livre dont il vient de diriger la publication et qu'il a intitulé Avec Vygotski (Clot, 1999b). Ce livre remarquable s'inscrit dans le mouvement de redécouverte des travaux du psychologue soviétique relatifs aux théories de la signification et de l'activité. Il met en scène un ensemble de confrontations des thèses vygotskyennes 1 avec des psychologues tels que Piaget, Freud, Léontiev, Wal­lon et... Bakhtine 2). Au sein de ce riche lieu de débats, relatifs aux devenirs actuels des thèses vygotskyennes, on retrouve en filigrane, à côté de thèmes tels que la médiation instrumentale (Rabardel, 1999), les rapports complexes entre pensée et mot (Vergnaud, 1999; Deleau, 1999) ou entre pensée et affect (Rochex, 1999), la question du dialogisme. Ainsi, Deleau relève-t-il « la dimen­sion dialogique de l'activité verbale, fondamentale chez Vygotski » (Deleau, 1999, p. 102) ; ainsi Clot souligne-t-il, dans son introduction, que « d'autres [auteurs], plus sensibles au langage comme activité conjointe, retrouvent Bakh­tine ou encore Jacques » (Clot, 1999c, p. 13)... qui sont les penseurs du dialo­gisme par excellence. C'est dans ce sens que je souhaite orienter les réflexions que je propose ici. Je le ferai d'une part en m'appuyant sur certains textes d'auteurs promoteurs de cette posture épistémologique en termes de construction de significations, de dynamique de l'activité humaine et plus généralement de cognition humaine et, d'autre part, en proposant une analyse de corpus d'une situation de formation en entreprise.

3Il s'agit pour moi de défendre une épistémologie constructiviste qui sous-tendrait une posture interactionniste en psychologie de l'activité humaine. Pour ce faire, je souhaite tracer rapidement la filiation Balchtine-Jacques-Vygotsky. Je dirai ainsi en quoi je suis en plein accord avec Clot quand il écrit cette assertion qui clôt son texte et qui ouvre notre introduction ; et mieux encore, quand il y ajoute une note de bas de page où il insiste sur le fait que Vygotsky va au-delà de Balchtine dans cette défense d'un dialogisme se plaçant au coeur de l'analyse de l'activité humaine. Autrement dit, je plaiderai, dans la première partie, pour l'adoption d'une approche dialogique radicale dans le domaine de l'étude des activités humaines de construction de significations.

4Il s'agit aussi pour moi d'en appeler à une expérience de terrain pour étayer cette vision, en proposant une analyse détaillée d'une dynamique de production conjointe de cognitions. Cette dynamique se déploie lors d'une séance de forma­tion continue d'opérateurs dans une entreprise électrique. Il s'agit pour un groupe de dessinateurs-projeteurs de recoter fonctionnellement un plan industriel. Nous montrerons comment l'activité conjointe se réalise, à un moment-clé de la séance, en un traçage sur le plan. Les acteurs sont co-responsables de ce traçage qui marque l'objectivation d'un processus cognitif collaboratif. Ce pro­cessus est d'essence radicalement dialogique et se décline tout autant en une histoire conversationnelle qu'en un événement interactionnel qui mobilise et les corps des individus et les instruments qui supportent et permettent le traçage. Ceci fera l'objet de la seconde partie.

5Nous conclurons en pointant sur le double aspect distribué et situé de ce processus de conception collaborative. Ce faisant j'avancerai la nécessité de mobiliser une analyse de la praxéologie de l'histoire de l'interaction étudiée, en l'appuyant sur une approche dialogique de l'activité conjointe que nous aurons captée en situation effective de formation.

Dialogismes et processus cognitifs

6Analyser les processus cognitifs que développent les individus humains conduit nécessairement à mettre en place une pratique d'observation. Bien sûr on peut observer les sujets en laboratoire, au long d'expérimentations bien contrôlées et maîtrisées. On peut (et à mon sens, on doit) aussi approcher l'humain dans son cadre d'activités habituelles. C'est ce que répète à l'envi Bruner (1991, par exemple), avec bien d'autres, qui insiste sur la nécessité de capter le processus cognitif comme un processus de construction de significations dont l'arène princeps est l'intersubjectivité. C'est cette posture, proche d'une ethnographie de l'interaction et d'une ethnométhodologie de la cognition, que nous adopterons lorsque nous analyserons dans la seconde partie une séance de formation pro­fessionnelle.

  • 3 Ce départ entre dire et faire est évidemment une facilité de présentation. Bien sûr, un spécialiste (...)

7Or, à considérer les individus en situation de production cognitive, on ne peut échapper à la prégnance du cadre matériel et intersubjectif. En suivant Bruner qui défend l'idée que l'objet de la psychologie devrait être la construction contextuelle et culturelle des significations, qui prône l'analyse de la dynamique intersubjective en train de se faire (Bruner, 1999), il apparaît que l'histoire événementielle des activités réelles des sujets humains en situation doit être l'objet de l'observation. Cette histoire s'inscrit dans un espace mondain donné. Cette histoire se déploie via un usage interactionnel du langage. Autrement dit, elle se construit en s'appuyant d'une part sur une dynamique interlocutoire, conversationnelle, et, d'autre part, en s'ancrant sur une chaîne d'actions, non verbales, corporelles (et donc gestuelles) opérant sur la matière physique qui constitue ce monde d'occurrence de l'histoire. Plus simplement dit, l'activité collaborative qu'observe l'analyste, s'articule en enchaînements de dires et de faires 3.

8L'idée que je veux défendre est que l'engendrement d'une cognition, qui mérite alors la double qualification de située et distribuée, est dans un tel cadre conceptuel imprégné d'un dialogisme radical. Les deux non psychologues que sont Balchtine, théoricien de la littérature, et Jacques, philosophe du langage, sont des inspirateurs majeurs d'une approche de l'usage du langage donnant le primat à la relation interpersonnelle. Je vais tout d'abord décrire rapidement leurs conceptions respectives ainsi que leurs articulations (Dialogisme moyen et dialogisme fort). Puis j'examinerai la place des thèses vygotskyennes à ce propos en renvoyant à un ensemble de travaux de psychologues se réclamant de ce dialogisme (Dialogisme et médiation vygotskyenne). Je terminerai cette partie en ouvrant vers une perspective dialogique qui puisse dépasser le simple langagier (le dire) et ainsi atteindre l'activité que l'on retrouve du côté du faire (cf. la note 3) (Vers un dialogisme de l'effectué).

Dialogisme moyen et dialogisme fort

9Il n'est plus à montrer que Balchtine est un théoricien majeur de l'approche dialogique en sciences humaines. Même si ce n'est pas un credo récurrent du champ de la psychologie (nous y reviendrons), cela a été dit et redit dans divers domaines d'études. Ainsi Yaguello qui, introduisant Le marxisme et la philosophie du langage (Bakhtine, 1929/1977) (dont elle est la traductrice), affirme que « Bakhtine (...) touche pratiquement à tous les domaines des sciences humaines, entre autres la psychologie cognitive, l'éthologie, la pédagogie des langues, la communication, la stylistique, la critique littéraire et pose en passant les fondements de la sémiologie moderne » (1977, p. 12). Ainsi aussi Todorov d'une part et Kristeva d'autre part qui insistent sur le caractère général des réflexions bakhtiniennes sur la redistribution du système de signes sur les sujets énonciateurs (Kristeva, 1970, p. 10), sur l'antériorité logique de l'intersubjecti­vité par rapport à la subjectivité (Todorov, 1981, p. 51), sur la nécessaire approche praxéologique du sujet, être expressif et parlant, dans le geste sémio­tique.

  • 4 Kristeva ne dit pas autre chose quand elle écrit que le terme slovo « veut dire mot mais aussi disc (...)

10Après la vague d'intérêt suscitée par la publication dans les années soixante-dix des principaux travaux de Bakhtine (1929/1970; 1929/1977, 1930/1981), il est vrai, en tout cas en France, que l'attrait pour ces thèses est un peu retombé (Depretto, 1997, p. 9). De plus, c'est plutôt dans le champ de la critique littéraire qu'on assiste à un certain retour en faveur de sa pensée. Tout se passe comme si un seul des deux sens, que l'on a pu attribuer au terme dialogisme dans les travaux du penseur soviétique, était réactivé. « Le mot [dialogisme] a deux sens différents dans la théorie de Bakhtine, deux sens qui ne sont pas articulés clairement. L'un est très large et vise la nature même du langage ; l'autre semble plus techniquement restreint au domaine de la littérature » (Rabaté, 1997, p. 32). Cette distinction et surtout la reprise privilégiée du second sens organisent l'une des dernières contributions au renouveau de l'intérêt pour Bakhtine 4. Intitulé L'héritage de Bakhtine, l'ouvrage édité par Depretto (1997) est en effet plutôt centré sur l'apport bakhtinien en théorie de la littérature. Reste que le départ entre les deux acceptations ne nous semble pas si limpide et que le caractère fondamentalement adressé de tout acte de production de forme langagière est la clé du parti-pris radicalement non monologique concernant la production de sens. Autrement dit, peu importe que la forme langagière soit pérenne (dans le cas de l'écrit) ou labile (dans le cas du dit) pour que l'appel à l'auditoire social (selon la terminologie bakhtinienne, 1929/1977, p. 123) soit théoriquement pertinent. Pour notre part et s'agissant d'analyser la construction de significations en situation par des sujets humains, c'est cependant du côté du dialogue parlé, de l'énoncé, du mot que nous nous tournons pour en appeler à l'efficace de la pensée bakhtienne en termes de cognition située et distribuée.

  • 5 Voir aussi la note 11, page 50 de Bordas (1997).

11S'il est un terme central dans les écrits de Bakhtine, c'est bien celui de mot. Un terme qui est loin de se limiter au sens somme toute assez restreint qu'il possède en français. De fait, il s'agit, dans ce qui nous est donné à lire, de la traduction du terme russe s/ovo. La précision de Peytard 5 est à cet égard aussi importante que précieuse : « En russe, "mot" se dit s/ovo, et désigne aussi par là un élément-unité du langage. Mais s/ovo a une autre acception : il signifie aussi "l'enchaînement des mots, les séquences". Et reçoit la traduction de "discours" » (Peytard, 1995, p. 70). On trouve d'ailleurs souvent le terme « mot-énoncé » ou « mot-discours » dans les écrits bakhtiniens. On a donc là un usage du terme de « mot » qui dépasse grandement le simple composant de base de la phrase du linguiste et qui, au long des écrits du soviétique, reçoit un ensemble très large d'attributs et de valeurs marquant la profondeur de sa réflexion théorique à son égard.

12Pour Bakhtine, le mot est à la fois un lieu, un événement historique, une idée et une matérialisation. Un lieu tout d'abord : pont, territoire, arène.

13Le mot est une sorte de pont entre moi et les autres. S'il prend appui sur moi à une extrémité, à l'autre extrémité il prend appui sur mon interlocuteur. Le mot est le territoire commun du locuteur et de l'interlocuteur (1929/1977, p. 124).

14Chaque mot (...) se présente comme une arène en réduction où s'entrecroisent et luttent les accents sociaux à orientation contradictoire. Le mot s'avère, dans la bouche de l'individu, le produit de l'interaction vivante des forces sociales (1929/1977, p. 67).

15Mais attention, ces lieux ne sont pas des états de choses, ce sont des milieux
habités par une dynamique de production (... cognitive dirions nous maintenant) :

16Le mot n'est pas une chose mais le milieu toujours dynamique, toujours changeant, dans lequel s'effectue l'échange dialogique (1929/1970, pp. 278- 279).

17Ce sont donc des cadres d'événements historiques :

18Le sens même du mot-énoncé, du seul fait même de sa réalisation, participe à l'histoire, devient un fait historique. Le lien organique du sens et du mot... n'existe que dans un énoncé et dans les situations concrètes de sa réalisation (Kristeva, 1970, p. 13).

19Ces événements historiques s'inscrivent nécessairement dans un espace intersub­jectif, où l'altérité a un rôle central à jouer.

20L'idée est un événement vivant qui se déroule au point de rencontre dialogique entre deux ou plusieurs consciences. Prise ainsi elle est semblable au mot, avec lequel elle forme une unité dialectique. Comme le mot elle demande à être entendue et comprise par d'autres voix (1929/1970, p. 137, c'est moi qui souligne).

21Plus, l'espace d'inscription de la dynamique de production doit être envisagé en tant qu'il est aussi matériel. C'est une dimension importante de la conception balchtinienne du « mot-énoncé ». Kristeva insiste à juste titre de façon insistante sur ce point :

22[Bakhtine] considère la signification comme un fonctionnement concret, en transformation constante suivant la situation du sujet dans l'histoire : comme une énonciation-procès de constitution d'un sens concret, suivant le rapport concret que le sujet entretient avec son discours ici et maintenant (Kristeva, 1970, p. 10, c'est moi qui souligne).

23Pour Balchtine, le rapport entre l'organisme de l'individu et le monde d'occur­rence du sens passe par une matérialisation nécessaire (Meyerson dirait objectiva­tion (1948/1955, p. 31).

24Le matériau privilégié de la communication dans la vie courante, quotidienne est le mot (1929/1977, p. 32).

25Pour tout dire, « en dehors de l'expression matérielle, il n'existe pas d'énoncé » (Balchtine, 1930/1981, p. 304).

26Ce rapide inventaire des qualités de la catégorie « mot » est très éclairante pour comprendre ce dialogisme (plutôt au sens deuxième de Rabaté, cf. supra) défendu par l'auteur face à un monologisme plutôt pauvre conceptuellement, que Désert qualifie de mortifère : « Balchtine est valorisé comme étant celui qui a montré le caractère mortifère (!) du monologisme » (Désert, 1997, p. 127, le point d'exclamation est de moi). Les différentes formulations des attributs de cette catégorie montrent explicitement ce qui au bout du compte est le plus important, le caractère bivocal du mot.

27L'objet essentiel de notre étude, la vedette pourrait-on dire, sera le mot à deux voix (bivocal) qui naît immanquablement lors de l'échange dialogique, c'est-à-dire dans les conditions de vie authentique du mot (Balchtine, 1929/ 1970, p. 256).

28C'est cette bi-vocalité revendiquée qui ouvre l'espace de l'intersubjectif, de l'altérité, de l'auditoire, de l'adressage toujours présent, même dans le mono­logue le plus clôt sur lui-même. Et c'est en s'appuyant sur elle que Jacques propose de poursuivre plus avant la réflexion, propose de durcir le trait.

  • 6 Cet article fait d'ailleurs écho à celui que Jacques a publié dans cette même revue en 2000 (Jacque (...)
  • 7 A partir de 1985, l'intérêt de Jacques, sans abandonner le primat de la relation ni se détourner du (...)

29Il n'est plus à montrer que Jacques est un théoricien majeur de l'approche dialogique en philosophie du langage. Plus, il est le philosophe qui fait du primat de la relation le réquisit absolu de toute réflexion sur le geste sémiotique humain, geste s'appuyant principalement pour lui sur la mobilisation du langage. Ce sont plus particulièrement les thèses jacquéennes précédant 1985 qui nous intéresserons ici 6. Et ce, pour une raison simple : ce sont celles qui abordent de front l'interaction communicative, et plus particulièrement l'interlocution 7. Nous y puiserons une « épistémologie de l'inter », fondamentale pour le versant distribué des processus cognitifs.

30On connaît la position de Jacques vis-à-vis des travaux de Bakhtine : « Je dois beaucoup à M. Bakhtine, mais il n'est pas à mon gré » (1985, p. 102). La raison en est clairement énoncée, « le principe dialogique bakhtinien revient à assurer le primat de l'intertextuel sur le textuel » (ibidem, p. 102). Autrement dit, Jacques reproche à Bakhtine de revendiquer le primat de l'intersubjectivité et de n'assu­mer que celui de l'intertextualité. Il me semble que ce reproche n'est qu'en partie justifié. Voyons comment Jacques argumente ce motif.

31Tout mot, tout énoncé, tout discours renverrait [selon Bakhtine] à un autre contexte verbal (ou à plusieurs) au sein de quoi il a vécu une existence sociale intense de parole vivante. Dans le nouveau texte, le mot arrive chargé, habité, accentué d'un sens venu d'ailleurs, il est traversé en quelque sorte par tous les textes où il lui a été donné de figurer. En ce sens, le dialogisme ne désignerait pas seulement le passage des propos à travers les positions des interlocuteurs, il désignerait peut-être aussi un cheminement à travers des textes, des autorités, des documents (1985, pp. 102-103).

32Tout se passe comme si Jacques, en décrivant la vie, l'histoire, le devenir du mot, mettait en exergue un certain type de travail d'élaboration du sens, dont le mot est l'objet et le support. Je m'explique. Dans cet argument, la temporalité privilégiée est celle qui relie deux contextes discursifs éloignés dans le temps. Et ce, au détriment de l'ici et maintenant de la situation discursive, de l'espace concret et événementiel du dialogue incluant locuteur et auditeur. Autrement dit, ce qui fonde l'évaluation de Jacques en termes d'intertextualité, c'est le poids donné au devenir du sens de dialogue à dialogue. Or, on peut lire un Bakhtine qui insiste sur le devenir en situation immédiate de construction de significations. D'ailleurs, Jacques lui-même relève très bien que la « signification de l'énoncé de phrase est une valeur concrète d'emploi du dire en contexte » (1985, p. 148). Ainsi, par exemple :

33Tout mot comporte deux faces. Il est déterminé tout autant par le fait qu'il procède de quelqu'un que par le fait qu'il est dirigé vers quelqu'un. Il constitue justement le produit de l'interaction du locuteur et de l'auditeur (Bakhtine, 1929/1977, pp. 123-124).

34Ce produit de l'interaction est nécessairement le résultat d'une matérialisation dans un ici et maintenant phénoménologique. Le couple idée-mot est un produit qui est le résultat d'un travail, d'un façonnage qui se réalise au sein même du monde de l'intersubjectif, au contact direct des deux interlocuteurs. Ce façonnage est une matérialisation cognitive dont les deux protagonistes de l'interlocution sont co-responsables. Voilà ce que revendique Balchtine quand il dit, très joli­ment d'ailleurs :

35[Le discours] est modelé par le frottement de la parole contre le milieu

36extraverbal et contre la parole d'autrui (Bakhtine, 1929/1977, p. 138).

37Oui, dans l'ici et maintenant de l'interlocution, le dire « se frotte » à la matérialité
et à la corporéité qui en constituent l'arène. C'est précisément de ce mode de
production cognitive que nous traiterons dans la partie empirique de ce texte.

38Cela dit, il n'est pas question de dire que seule cette temporalité de l'instantané est présente chez Bakhtine. On relève ainsi précisément cette multiple tempora­lité marquant la vie du mot dans la citation suivante.

39La vie du mot, c'est son passage d'un locuteur à l'autre, d'un contexte à l'autre, d'une collectivité sociale, d'une génération à l'autre. Et le mot n'oublie jamais son trajet, ne peut se débarrasser entièrement de l'emprise des contextes dont il a fait partie (Balchtine, 1927/1970, p. 279).

40« C'est son passage d'un locuteur à l'autre » signale la présence de l'instantanéité dans la dynamique de construction du couple idée-mot ; la suite renvoie à ce que Jacques qualifie de « par trop intertextuel ». Il me semble néanmoins que l'on ne peut nier que l'intersubjectivité est bien présente dans la conception bakhtinienne du dialogisme. De toutes façons, cela n'enlève pas grand chose à la pertinence du cheminement du philosophe qui, dédaignant le dialogisme faible (un simple échange de vue entre deux personnes), s'appuyant sur ce qu'il nomme le dialogisme moyen de Bakhtine, revendique un dialogisme fort dont l'objectif est d'installer l'intersubjectivité au centre de la philosophie du langage ; mieux de placer la réciprocité interpersonnelle au fondement de l'anthropologie.

41Il ne m'est évidemment pas possible ici de décrire l'argument jacquéen dans son ensemble. Je voudrais simplement insister sur l'aboutissement de sa trajec­toire relative à la relation intersubjective. Plaider pour un dialogisme fort, c'est renoncer à une approche de l'interaction communicative mettant en scène deux ego. Parce que procéder ainsi c'est préserver leur hétérogénéité, c'est oublier le rôle essentiel tenu par la réciprocité des perspectives des deux ego, c'est passer à côté d'un rapport qui serait plus qu'une rencontre, c'est renoncer à donner le primat à la relation, à l'inter-relation. Ces ego sont des personnes qui « s'inter-rogent » (le tiret est de Jacques) et qui co-construisent un espace d'interrogations. Dit autrement, et encore une fois dans des termes jacquéens, il est nécessaire de pousser à bout l'abandon du paradigme de la communicativité au profit de celui de la communicabilité, le seul qui puisse rendre compte de la réciprocité interpersonnelle. La corrununicativité laisse les deux « je », en co-présence lors d'une interlocution « faible », indemnes après l'échange. La communicabilité ouvre la voie à des « je » qui s'interpénètrent et donne le primat à la réciprocité nécessaire à cette interpénétration, à des « je » transformés par l'interrogation. Considérée ainsi, « l'intersubjectivité » est la réciprocité interpersonnelle. « Est » a un sens transitif : l'intersubjectivité sur le mode d'un passage vers la réciprocité interpersonnelle (Jacques, 2000c, p. 99, c'est l'auteur qui souligne). Selon l'auteur, en opérant ce déplacement épistémologique vers la réciprocité « on articule avec plus de facilité les trois problèmes qui configu­rent la question : communicabilité du sens, coexistence de personnes réelles, constitution d'un monde à rendre commun » (ibidem, p. 124). D'un point de vue empirique c'est tout à fait dans cet ordre d'idées que nous proposerons dans la seconde partie une analyse de la constitution conjointe d'un monde inter-cognitif.

42Nous nous rallions donc à un énoncé proféré par Jacques, et que selon nous Bakhtine aurait pu écrire : « Ce n'est pas moi qui parle, c'est nous disons » (Jacques, 2000c). Nous le faisons cependant en regrettant que l'ensemble de ces arguments soient logocentrés. Car il faut bien le dire, nous sommes là dans un tout-langagier (ou tout au moins dans tout-textuel ou un tout-discursif). Comme je l'ai déjà dit, nous sommes confrontés, en tant que psychologue de l'activité cognitive humaine en train de se faire, à des humains qui parlent certes, mais aussi agissent sur le monde matériel : les dires et les faires. Mais alors faut-il envisager une dialogisation plus large qui intègre corps, gestes, manipulations d'objets et traçages sur le monde. D'où notre convocation de la psychologie de l'activité cognitive humaine et de là, des travaux de Vygotsky.

Dialogisme et médiation vygotskyenne

  • 8 On nous accordera que le fait de savoir que Bakhtine utilise le terme « idée », alors que Vygotsky (...)

43La proximité des conceptions des deux penseurs soviétiques, relatives au rapport entre idée et mot pour l'un et pensée et mot pour l'autre, ne fait pas de doute 8. En témoigne la difficulté à attribuer à coup sûr les auteurs de ces citations :

44L'idée (...) n'est pas une formation subjective individuelle et psychologique, avec une « résidence fixe » dans la tête de l'homme ; elle est interindividuelle et intersubjective (...). Prise ainsi elle est semblable au mot, avec lequel elle forme une unité dialectique.

45La pensée ne s'exprime pas dans le mot, mais se réalise dans le mot. C'est pourquoi on pourrait parler d'un devenir de la pensée dans le mot. (...) Ce déroulement de la pensée s'opère sous la forme (...) d'un passage de la pensée dans le mot et du mot dans la pensée.

46Nous n'avons poursuivi qu'un seul but, capital : découvrir le rapport entre la pensée et le mot en tant que processus dynamique, en tant que voie de passage de la pensée au mot, réalisation et incarnation de la pensée dans le mot.

  • 9 Il serait bien intéressant de savoir si Vygotsky emploie le même terme russe s/ovo, que Bakhtine po (...)
  • 10 « Ni Vygotsky, ni Bakhtine ne se sont mutuellement cités et (...) il est improbable qu'ils aient eu (...)

47Ce n'est pas l'activité mentale qui organise l'expression, mais au contraire c'est l'expression qui organise l'activité mentale, qui la modèle et détermine son orientation. Quelle que soit la composante de l'expression-énonciation que nous considérions, elle sera déterminée par les conditions réelles de l'énonciation en question, c'est-à-dire avant tout par la situation sociale la plus immédiate 9. Cette parenté conceptuelle, entre deux chercheurs qui n'ont pas eu de lien entre eux 10, est certes frappante. « Sur ce problème des rapports entre internalisation et externalisation on ne peut que noter la proximité des préoccupations de Vygotski et Bakhtine » (dot, 1999a, p. 167). ... Mais elle requiert un examen plus attentif.

48À regarder de plus près on s'aperçoit que l'externalisation bakhtinienne est toujours marquée par la prégnance du social. Sa catégorie, si importante dans son système explicatif, d'« auditoire social » est là pour nous le rappeler.

49Le monde intérieur et la réflexion de chaque individu sont dotés d'un auditoire social (Bakhtine, 1929/1977, p. 123).

50Et ces affirmations si radicales :

51Le psychisme est exterritorial à l'organisme. C'est le social infiltré dans l'orga­nisme de l'individu (ibidem, p. 65)

52L'énonciation est par nature sociale (ibidem, p. 119).

53Cette externalisation a des accents vygotskyens incontestables (un social infiltré dans l'organisme !). Mais le trait est plus marqué que chez le psychologue soviétique. En effet, la dialectique idée-mot est nécessairement imprégnée par autrui, par l'altérité. L'expression-énonciation est déterminée par le lieu, l'arène dans laquelle elle s'actualise ; une arène fondamentalement intersubjective, fon­damentalement inscrite dans le social, fondamentalement dialogique.

54La pensée n'existe pas en dehors de son expression potentielle et par consé­quent en dehors de l'orientation sociale de cette expression et de la pensée elle-même (ibidem, p. 129).

55En revanche, même si l'approche vygotskyenne est par essence dialogique, l'accent est cependant plutôt mis sur le versant « activité ». La vie du mot, la dynamique de signification, ces processus sémiotiques vivants sont plutôt tra­vaillés par Vygotsky hors de leurs devenirs dans l'échange entre les sujets. Ce dernier conceptualise ces processus dans une voie qui le conduit à l'instrument, dans une orientation qui est plutôt du côté d'un solipsisme cognitif.

56L'idée de médiation implique nécessairement la présence de deux entités. Pour Vygotsky, cette médiation est essentiellement instrumentale ; pour Bakhtine (qui, il est vrai, n'utilise pas le terme), cette médiation serait essentiellement interhumaine et langagière. La première s'appuie sur des instruments techniques et psychologiques alors que la seconde se cantonne aux signes. Le caractère dialogique de la sémiologie bakhtinienne est évidemment beaucoup plus marqué que celle de Vygotsky, mais le psychologue nous permet de penser cette dialogi­sation au plan de l'activité. À cet endroit il faut bien noter que Vygotsky n'a pas conduit à terme cette dialogisation. Dans l'article déjà cité (en ouverture de ce travail), Clot montre que c'est Léontiev qui a poursuivi ce travail. Et de retrouver Bakhtine quand il rêve de refaire l'histoire et de les faire se rencontrer autour de la phrase de Léontiev : « l'action naît de l'échange entre activités » (1984, P. 119, cité par dot).

  • 11 Signalons à cet égard une curieuse erreur dans la bibliographie de l'article. Clot (1999) y est int (...)

57L'approche dialogique n'est pas, et c'est le moins que l'on puisse dire, dominante dans le champ de la psychologie. Il n'est qu'à voir les difficultés que rencontre déjà une approche interactionniste (qui ne se réclame pas nécessairement de la radicalité du dialogisme) pour se faire entendre dans ce domaine des sciences humaines. Cela dit, de plus en plus de voix s'élèvent pour défendre une telle position ; des voix qui vont même jusqu'à user de ce terme difficilement admis par nos pairs. Je veux parler ici d'un travail qui a pour objectif de faire un tour d'horizon de la question dans un domaine donné de la psychologie cognitive : les processus de transmission-acquisition des savoirs. Ce papier, publié par Grossen (1999), dépasse nettement un simple tour d'horizon (rapide (!) dit-elle page 26). Il donne en effet largement écho à tout un ensemble de travaux relevant des rapports langage-cognition dans un cadre intersubjectif et/ou dans une perspective vygotskyenne. Là n'est pas le lieu d'en faire une recension, mais plutôt de rebondir sur la convocation explicite du qualificatif « dialogique » qui n'est après tout pas si courant. Pas si courant en tout cas avant que Avec Vygotski ne paraisse 11.

  • 12 À ce propos, je voudrais citer Perret-Clermont qui, lors de la soutenance de thèse de Pascale Marro (...)
  • 13 Pas toujours bien sûr ! Ainsi de Wertsh (1985) qui examine les liens les unissant dans Vygotsky auj (...)

58Ce faisant, elle montre bien en quoi cette approche vient se placer à l'interface des psychologies sociale, développementale et cognitive. Ainsi par exemple la théorie du conflit socio-cognitif, parangon en la matière, qui donne l'occasion à Perret-Clermont de travailler les rapports étroits qui lient fonctionnement cognitif individuel et fonctionnement socio-cognitif. L'objet du livre qu'elle publie avec Nicolet (1988) est d'enrichir le modèle explicatif dudit conflit socio­cognitif qu'elle avait contribué à fonder (Doise et al., 1975 par exemple). L'argument conduit de la théorie piagétienne à la dynamique interactive de co-construction de cognitions. S'il se limite principalement aux processus de résolution de problème dans une perspective plutôt génétique, le travail concep­tuel touche plus largement aux mécanismes interactionnels, intersubjectifs et aux paramètres sociaux en jeu dans les événements de production conjointe de cognitions. C'est dire si on touche là de très près aux thèses vygotskyennes, bien sûr 12, mais aussi aux réflexions bakhtiniennes. Ces dernières ne sont pas citées, comme souvent d'ailleurs dans les travaux des chercheurs s'appuyant sur Vygotsky 13. Ainsi Grossen qui n'éprouve pas le besoin de le faire.

  • 14 De l'aveu même de Conein, il n'y a pas d'unicité de dénomination de ce champ de recherches : « Sous (...)

59À côté de ce reproche, mineur, que l'on peut faire à ce travail, en est un autre qui fonde le troisième temps du parcours que nous proposons dans cette première partie. Grossen annonce qu'elle abordera « la transmission de savoirs comme : a) processus de socialisation et de construction identitaire ; b) processus inter­subjectifs ; c) interaction avec des instruments sémiotiques et des outils ». Tout un programme qui résonne parfaitement avec les apports vygotskyens en tout cas jusqu'au... « et des outils ». Lorsqu'elle aborde cette dernière question (pages 20 et sq.), elle adopte un profil plus modeste en affirmant que « ces outils ne font pas qu'agir sur l'environnement, mais jouent un rôle non négligeable dans l'activité humaine, motrice et cognitive. » (Grossen, 1999, pp. 20-21). Tout adepte d'une posture qui tient pour central le rôle de la technique dans le processus cognitif humain, ne peut qu'être déçu par ce timide « rôle non négligeable ». C'est le cas des tenants de l'action située, de la cognition distribuée 14 (Hutchins, 1995; Lave, 1988; Conein & Jacopin, 1994, par exemple) qui militent pour que l'on considère la technique comme constitutive du geste cognitif humain. C'est aussi notre cas qui plaiderons, plus loin, pour l'adoption d'un dialogisme qui intègre l'usage de l'objet matériel dans l'analyse des processus intercognitifs. Et ce, dans la lignée des thèses défendues par Rabardel.

60Insatisfait du traitement que fait Vygotsky de la catégorie « instrument », cet auteur reprend la conceptualisation de cette catégorie à nouveaux frais. Pour envisager une théorie instrumentale étendue, voire généralisée (1999, p. 265), Rabardel place l'instrument au cœur de la rencontre entre l'artefact et l'activité propre du sujet. Plus, selon lui, « l'instrument contient, sous une forme spéci­fique, l'ensemble des rapports que le sujet peut entretenir avec la réalité sur et dans laquelle il permet d'agir, avec lui-même et avec les autres » (ibidem, p. 262). On a là une posture éminemment dialogique. Dialogique en ce qu'elle met au centre le rapport du «je » avec lui-même, le rapport du « je » avec l'autre « je » mais aussi, et c'est là le point important pour ce qui concerne l'appel à l'objet, le rapport du « je » avec la réalité matérielle. On trouve là le possible d'un dialogisme tiré hors du simple langagier pour atteindre le rapport de l'entité cognitive au monde matériel.

61La médiation vygotskyenne est d'essence dialogique. Le dialogisme bakhtinien repose sur l'idée de médiation. Ce qui nous semble les rapprocher encore plus, et simultanément les confiner dans un territoire opérationnel trop restreint, c'est leur caractère logocentré. Certes ceci est plus exact pour Balchtine que pour Vygotsky. Il n'empêche qu'en emboîtant le pas à Rabardel, on peut aller en la matière, vers une réflexion relative à la mobilisation de la matérialité mondaine qui constitue l'arène intersubjective.

Vers un dialogisme de l'effectué

62N'oublions pas que le matériau, l'objectivation, la matérialisation sont cruciaux pour le motif bakhtinien. La mise en mots, l'expression de l'idée doivent, pour acquérir existence et vie, s'inscrire dans le registre du concret. Ce caractère non mentaliste des propositions du théoricien de la littérature a, me semble-t-il, été trop peu remarqué. Réécoutons-le.

63L'idée (...) n'est pas une formation subjective individuelle et psychologique, avec une « résidence fixe » dans la tête de l'homme ; elle est interindividuelle et intersubjective ; elle « est » non pas dans la conscience individuelle, mais dans la communication dialogique entre les consciences. L'idée est un événe­ment vivant qui se déroule au point de rencontre dialogique entre deux ou plusieurs consciences. (Bakhtine, 1929/1970, p. 137).

64Dans ce type de citation on relève, tout à fait légitimement d'ailleurs, le versant « inter » de l'idée. Il est cependant clair que Bakhtine annonce bien que cette idée ne réside pas dans la tête de l'homme. Mieux, elle n'est pas une formation. On peut dire que l'idée est en formation ; et ce, lorsque précisément s'opère le mouvement (vital, dit l'auteur) d'expression, d'extériorisation. Rappelons-nous (cf. citation supra) le caractère exterritorial du psychisme. Il est encore plus précis ici :

65L'idée vit, non pas dans une conscience individuelle isolée (où elle dégénère et elle meurt), mais naît, se développe, trouve et renouvelle son expression verbale, engendre d'autres idées, seulement dans des rapports dialogiques avec les idées d'autrui (ibidem, p. 137).

  • 15 Et si il faut encore enfoncer le clou, voici : « La réalité du psychisme intérieur est celle du sig (...)

66... quand il décrit la mort de l'idée dans l'isolement mental15. La posture non mentaliste de Bakhtine est patente.

  • 16 Un article intitulé : Lev, Ignace, Jerome et les autres... . Vers une perspective constructiviste e (...)

67Je me suis par ailleurs intéressé à la convergence des propositions de trois grands psychologues de ce siècle, je veux dire Vygotsky, Bruner et Meyerson 16. Le point de convergence n'est pas à trouver dans le paradigme de « l'inter » (Meyerson reste sur des positions solipsistes en matière de psychisme humain). Non. Ces trois auteurs défendent la nécessité d'une psychologie de l'activité humaine en tant qu'elle est en train de se faire et qu'elle s'inscrit dans une histoire sociale et culturelle. En ce sens apparaît chez ces trois chercheurs une focalisation sur l'homme créateur, fabricateur, ainsi qu'une mise en exergue de « l'oeuvre » (un terme typiquement meyersonien). Selon eux, la conduite est un processus de production (de symboles ou d'artefacts) dont l'analyse ne peut faire l'économie de l'objectivation dont parle Meyerson, de l'instrumentalisation dont parle Vygotsky. On retrouve là la posture externaliste de Balchtine. Dans ce travail j'ai voulu montrer que ce concours de perspectives des trois psychologues conduit à la mise en avant de l'objet concret, matériel, dans la genèse du geste psychique humain. Montrer que cette convergence milite pour une prise en compte de la matérialité qui fait le monde dans lequel la subjectivité s'actualise. Montrer enfin que ces trois auteurs peuvent conjointement porter bien haut cette « éthique de l'effectué » comme le dit si bien Vernant (1989, p. 11) et ainsi, de concert, préparer la nécessaire présence de l'interobjectivité (Latour, 1994) au sein de l'intersubjectivité.

68Via le rôle pivot que joue Vygotsky entre Bakhtine et Jacques d'une part et Meyerson et Bruner d'autre part, je veux plaider pour un dialogisme de l'effectué. Car bien sûr selon moi, la création « d'ceuvres » est essentiellement un fait interactionnel.

L'exemple d'un réapprentissage situé et dis­tribué

69Il est étonnant que l'on puisse trouver chez Bakhtine (encore lui, un non psychologue ! !) une ligne de conduite, voire une ébauche de méthodologie, pour atteindre les mécanismes interpsychiques qui sont, selon lui, engendrés dans une sphère très importante :

70Il s'agit de la communication dans le cadre de la vie courante. Ce type de communication est extrêmement riche et important. (...) Le matériau privilégié de la communication dans la vie courante, quotidienne est le mot. C'est précisément dans ce domaine que se situent la conversation et ses formes comme mode de discours (Bakhtine, 1929/1977, p. 32).

  • 17 Nous sommes en 1929, on lui pardonnera la désuétude du terme.

71Soit dit en passant, on retrouve le réquisit récurrent de Bruner depuis ... Car la culture donne forme à l'esprit (1991) : appréhender la construction des significations « dans le cadre de la vie courante ». Réquisit que je vais suivre à la lettre dans cette partie empirique, en faisant ce que Bakhtine appelle une « psychologie du corps social » 17 qui

72se réalise, Se matérialise, sous forme d'interaction verbale, [et qui] ne se situe pas quelque part à l'intérieur (dans les « âmes » des individus en situation de communication), [mais] est au contraire entièrement extériorisée : dans le mot, dans le geste, dans l'acte. Il n'y a rien en elle d'inexprimé, d'intériorisé ; tout est en surface, tout est dans l'échange, tout est dans le matériau, et principale­ment dans le matériau verbal (ibidem, p. 38).

73Plus précisément, je vais traquer la dynamique de construction de significations dans un événement intersubjectif qui se déroule dans un cadre de formation continue d'une grande entreprise. La séance qui nous intéresse rassemble cinq acteurs. Nous allons dans un premier temps présenter les différents métiers auxquels appartiennent les acteurs (Une situation de multi-expertise), les objets en présence (Les objets acteurs) et le déroulement thématique de la séance (La progression de la séance de travail). Dans un second temps, nous nous focaliserons sur un moment-clé de la séance où nous mettrons en évidence l'inscription conjointe de la notation d'une face de référence (L'inscription conjointe d'une face de référence).

Une situation de multi-expertise

74L'entreprise dans laquelle se déroule la session de formation produit du matériel électrique. Les quatre domaines d'activités de l'entreprise sont représentés dans la séance : la basse tension terminale (B.T.T.), la basse tension puissance (B.T.P.), la moyenne tension (M.T.) et la haute tension (H.T.). Les acteurs correspondant sont respectivement nommés (dans le corpus et l'analyse) S3, S4, Si et S5. L'ingénieur mécanicien a pour nom S2 et occupe une position d'observation participante. On peut décrire rapidement les différences entre les domaines d'expertise à l'aide des paramètres caractérisant les produits qui y sont réalisés.

75Taille indicative des produits

76B.T.T. boîte d'allumettes

77B.T.P. petite valise

78M.T. armoire

79H.T. transformateur, pylône

80Caractéristiques techniques

81'B.T.T. 100 ampères

82B.T.P. 6 000 ampères

83M.T. 36 kilovolts, 17 000 ampères

84H.T. 600 kilovolts

85Quantité d'exemplaires

86B.T.T. plusieurs millions

87B.T.P. 300 000

88M.T. 5 000

89H.T. quelques unités

90Ces différentes branches relèvent de cultures distinctes (le terme de culture est utilisé spontanément par les acteurs). Cet éparpillement est bien traduit par le formateur qui dit, à la fin de cette description, « Ils ont tous un métier de dessinateur mais avec des problématiques très, très différentes ». En poursuivant, il insiste sur leurs positions communes vis-à-vis de la conception : «Ce sont des activités qui n'ont rien à voir, effectivement, ils n'ont pas du tout les mêmes problèmes, mais d'une manière globale, les problèmes de conception sont les mêmes quoiqu'on dise, ils sont amenés à déterminer les mêmes cotes fonction­nelles » ... justifiant ainsi le rassemblement qu'il a opéré dans cette formation. Nous verrons plus loin que ces appartenances, corrélées aux « habitudes pra­tiques » des uns et des autres, font le ciment de l'inscription conjointe du repérage d'une face de référence que nous analyserons.

Les objets mobilisés

91Les acteurs sont disposés de la façon suivante autour de la table. La distance entre les acteurs fait en sorte que chacun d'entre eux peut écrire sur les trois quarts du plan. La caméra qui filme le groupe est située face à Si. L'autre surplombe la table.

92Si
S5 S2
PLAN
S4 S3

93Dans le dispositif matériel qui forme le cadre de l'enregistrement (salle, tables et chaises, caméras et microphones, « paperboard »), trois catégories d'objets sont particulièrement importantes pour ce qui concerne le travail effectué par les participants.

94La première catégorie est la documentation personnelle ou collective des dessinateurs. Au sein de cette dernière, bien sûr la documentation fournie par le formateur lors du cours inaugural. Elle a trait à des systèmes de normes en vigueur dans l'entreprise et à une sorte d'algorithme de conception d'une cotation bien faite. Nous reviendrons sur ce dernier, intitulé « grille d'analyse des plans », lorsque nous exposerons le déroulement de la séance.

95La seconde catégorie d'objets est constituée par des espaces d'inscription : des blocs-notes personnels et surtout le plan à recoter. Il s'agit d'un plan de définition d'un capot de disjoncteur. Le disjoncteur relève de la moyenne tension. Il a été proposé comme objet d'étude par Si. Les acteurs regardent le dessin de définition quasi constamment ; ils pointent, avec le doigt ou avec des crayons de papier, sur telle ou telle de ses parties de façon extrêmement fréquente ; tous les acteurs, à un moment ou à un autre, écrivent sur ce plan.

96La troisième catégorie d'objets est constituée par les instruments d'inscription. Plusieurs crayons de papier sont disponibles, ils sont utilisés par les uns et les autres ; une gomme est utilisée une fois.

97Une intense activité de traçage marque l'ensemble de la séance. Cette activité est distribuée sur tous les membres, elle accompagne le discours collectif de façon continue. Elle s'appuie sur des outils d'aide à l'inscription (la documenta­tion), sur les instruments d'inscription (les crayons de papier et la gomme) et sur le support d'inscription (principalement le plan).

La progression de la séance de travail

98Rappelons que la tâche du groupe est de prendre connaissance, d'analyser et de recoter fonctionnellement le plan. Seul Si le connaît déjà ; il provient de son domaine d'expertise. Les acteurs ont l'édition originale, datée du 22 février 1995. En tout début de séance, Si en fait une brève présentation synthétique d'une minute, alors qu'il est sous les yeux de tous. Deux grandes périodes marquent la séance. Dans la première, ils accomplissent la procédure indiquée sur la « grille d'analyse des plans » fournie lors de la formation (de 0 h 0'0" à Oh 55'10"). Dans la deuxième, ils procèdent effectivement à la recotation (de 0 h 55'10" à 1h 16'45").

991. Le premier travail consiste en fait en une longue analyse de l'existant qu'ils ont sous les yeux. L'analyse progresse sous l'impulsion de S3 qui fait avancer le groupe lorsque ce dernier a « réglé » les étapes précédentes. Il le fait en lisant les énoncés-titres de la « grille d'analyse des plans ». Cette longue étape d'analyse ne conduit pas à la production effective des cotes fonctionnelles. Elle se clôt à la cinquante cinquième minute, au moment où S2 (qui est en position d'observation participante, rappelons-le) indique qu'il reste quelques minutes pour conclure. La seconde étape est la phase de cotation effective, elle dure vingt minutes.

100Il y a assez peu de retours en arrière sur des éléments mal traités dans les stades précédents. En revanche, les oppositions d'options, de façons de faire, d'angles d'attaque sont légion. Au cours de cette première partie de la tâche, peu de choses sont inscrites. En tout cas, les cotations ne sont pas écrites. Seules sont tracées des croix et des flèches de référence. Je m'explique. L'analyse porte principalement sur la nature, fonctionnelle ou non, des cotes qui sont sur l'existant. Au cours de longues discussions, le groupe (presque tous les membres écrivent alors effectivement sur la feuille) note cette nature de la façon suivante :

101une croix au-dessus du nombre pour indiquer que la cote est fonctionnelle :

102une croix barrant le nombre pour indiquer que la cote n'est pas fonctionnelle :

103Cette notation nécessite un préalable, la détermination des faces de références qui serviront de point de départ à la cotation et ainsi à la détermination du caractère fonctionnel ou non des cotes. C'est le marquage de la première des faces de référence qui fera l'objet de l'analyse fouillée de la dernière partie de ce travail. À la fin de ce travail, préparatoire à la recotation effective, le plan s'est donc enrichi de croix et de flèches de références.

1042. Dans la deuxième période, le groupe finalise sa tâche. L'opération de cotation est alors effectivement réalisée. C'est-à-dire qu'ils quittent l'activité de repérage de la nature (fonctionnelle ou non fonctionnelle) des cotes du dessin existant pour passer à celle de leur écriture normalisée. Le passage de l'opération de repérage (qui avait nécessité le marquage des faces de référence) à celle de cotation est clairement évoquée par le groupe dans la première partie.

105Oh 29'18" S3 on est à l'axe donc celle-ci est fonctionnelle effectivement (traçage d'une croix au dessus de la cote) et puis celle qui suit est fonctionnelle (même geste) aussi (...) tout le monde est d'accord là

106S1/4/5 oui oui

107S4 c'est la forme de l'écriture moi qui me (coup de sourcil marqué) II

108Si non non mais ça on verra après je pense (pointage de

109la grille d'analyse) puisque si on regarde le (prend, regarde et repose la grille d'analyse) il y a plusieurs choses à voir là

110S5 c'est plus ou moins

111S3 bien on va prendre l'ouverture là (pointage avec pointe

112de crayon de la zone concernée) hein (se gratte le front)

113Faisant suite à l'accord général sur la nature fonctionnelle d'une des cotes de l'existant, S4 soulève la question de sa codification (« c'est la forme de l'écriture moi qui me »). Si l'interrompt immédiatement en renvoyant le problème à plus tard en employant le futur. Proposition avalisée par S5 et S3 qui, les yeux toujours rivés sur le plan, continuent à travailler au repérage.

114C'est lors de cette deuxième période que se cristallisent les oppositions de pratiques. Les discussions sont longues et serrées sur les modalités précises d'écriture de ces cotes ; les recours aux documents fournis lors de la formation fréquents ; les évocations des traditions des métiers courantes.

  • 18 La bande audio nous sert en fait de complément pour la transcription des énoncés quand ils ne sont (...)

1153. Avant de présenter l'analyse du marquage de la première face de référence, nous allons évoquer un dernier point sur l'activité des acteurs de cette séance. Nous avons à notre disposition un enregistrement audio et un enregistrement vidéo. Il est tout à fait évident qu'il est parfaitement impossible de ne travailler que sur l'audio 18. Et ceci pour une raison à la fois simple et tout à fait fondamentale : les acteurs, en parallèle à leurs activités énonciatives, ont une considérable activité de pointage et de traçage. Ainsi une foule d'échanges sont tout à fait incompréhensibles à l'analyste du seul discours : tous ceux qui sont accompagnés de gestes de pointage et tous ceux qui renferment des déictiques. Il y en a énormément. En voici quelques-uns (sans notation de geste mais avec les éléments indexicaux en gras).Formation et dialogisme

1160 h 14'14" S3,1 donc c'est cette face là après euh donc ça ça va nous

117euh nous guider comme ça

118 S1,1 hmmm

119 S3,2 dans le sens des aides ça va se passer comment

120 S5,1 celle là

121Oh 14'42" S1,1 oui mais ça c'est la fixation dans ce sens là on est

122d'accord

123 S3,1 oui

124 S4,1 oui

125 S1,2 c'est eux les références //

126 S3,2 on va fixer on va fixer par rapport //

127 S1,3 au châssis oui donc c'est bien eux qui font référence

128 S3,3 oui

129 S1,4 dans ce sens là

130Voici les mêmes échanges avec les gestes :

131Oh 14'14" S3,1 donc c'est cette face là (pointage avec la pointe du

132crayon) après euh donc ça ça va nous euh nous guider comme ça (mouvement alternatif de la main avant-arrière)

133 S1,1 hmmm

134 S3,2 dans le sens des aides ça va se passer comment

135 S5,1 celle là (saisissement d'un crayon, pointage-entourage

136de la zone sur le plan et repose du crayon)

1370 h 14'41" S1,1 oui mais ça c'est la fixation (pointage des deux index

138sur les deux ouvertures) dans ce sens là (mouvement avant-arrière en parallèle et simultané des deux mains) on est d'accord

139 S3,1 oui

140 S4,1 oui

141 S1,2 c'est eux (même pointage) les références //

142 S3,2 on va fixer (pointage d'une des deux ouvertures) on va

143fixer par rapport //

144 51,3 au châssis oui donc c'est bien eux qui font référence

145 53,3 oui

146 S1,4 dans ce sens là (même mouvement avant-arrière)

147Ces échanges, extrêmement fréquents, sont rétifs à toute analyse fondée unique­ment sur la bande auditive. L'énoncé S5,1 ci-dessus est incompréhensible (et par les autres acteurs et par l'analyste) en dehors du pointage (ici avec un crayon saisi à cette occasion) de l'ouverture, en bas du dessin. L'énoncé S1,4 conclusif du deuxième échange n'est pas analysable en dehors de la vision du geste des deux mains de Si, paumes ouvertes en battement vers le torse.

148De plus, ces échanges n'ont d'efficience pour les acteurs eux-mêmes et pour le déroulement du processus cognitif général qu'à travers leur ancrage sur leC monde dans lequel ils surviennent. S'abstraire de cet ancrage rend le travail impossible à l'analyste qui a pour ambition de rendre compte de la dynamique de production du groupe. Cet ancrage dépend étroitement de l'usage d'objets de désignation et de l'usage de parties du corps des acteurs. On peut désigner avec la main, le doigt ou un crayon ; on peut évoquer un sens, une orientation avec un mouvement de bras, de tête. Ces procédures ne sont pas captables à la seule audition.

149Cette nécessité absolue de prendre en compte l'ancrage sur le monde, est un réquisit méthodologique. Ce n'est cependant pas là le fond de l'intérêt de l'analyse de l'usage et de la production d'objets en conversation. Plus important est le versant situé (et incorporé) de l'activité cognitive de l'humain en situation de conception.

150L'activité de pointage est notamment très intéressante relativement au couplage entre les entités cognitives et le monde. Dans notre corpus, il est tout à fait notable que certains pointages se font à l'aide du doigt et d'autres à l'aide d'un crayon. Mieux, il y a des cas où l'acteur commence à pointer avec le doigt une partie du plan et, dans la continuité, se saisit d'un crayon accessible sur la table pour poursuivre son pointage. On pourrait penser que cela lui permet d'affiner la monstration. Certes. Mais, il est des cas où c'est la possibilité de traçage (acquise par saisissement du crayon et absente avant avec le seul doigt) qui est pertinent pour l'acteur ... et pour l'analyste. Ce cas de figure est présent dans l'analyse que nous allons proposer. Il est tout à fait fondamental pour ce qui concerne la production inscriptionnelle de la décision de groupe, comme nous allons le montrer.

L'inscription conjointe d'une face de référence

  • 19 On trouvera l'intégralité de l'analyse dans (Brassac, 2000b, 2001b).

151L'inscription complète et conforme aux indications du formateur s'effectue en trois étapes. Un simulacre d'inscription, un traçage grossier puis une inscription normée. Nous n'avons pas ici l'espace suffisant pour détailler l'ensemble du processus. Nous n'allons exposer que les deux premiers moments 19.

1521. Comme nous l'avons déjà dit, la détermination de la nature fonctionnelle ou non d'une cote nécessite la désignation des faces de références (ou faces d'appui) à partir desquelles cette cotation fonctionnelle pourra s'effectuer. Il y aura au bout du compte quatre faces de références.

153Dans les douze premières minutes de la séance, les acteurs discutent de certaines caractéristiques en désignant le plan, vaguement ou précisément, avec le doigt, la main ou le crayon. Un long silence de quinze secondes clôt la discussion relative aux trois premiers points de la grille d'analyse. À ce moment, rien n'a été écrit sur le plan. La décision de noter ces faces de références se noue alors en un instant au cours de cet échange à trois :

1540 h 12'43" S3,1 est-ce qu'on pourrait peut-être marquer au crayon sur

155le plan ou j' sais pas quoi les faces de références non de départ pour pouvoir

156 S1,1 oui oui

157 S3,2 après réagir sur la cotation (mouvement circulaire de

158la main tenant le crayon)

159 S1,2 donc là tu peux mettre

160 S5,1 tiens (tend un crayon à Si)

161 S1,3 je n'ai qu'un stylo rouge (.) (prend le crayon) donc (et

162l'approche du plan)

163 S3,3 on fait là (pointage sur l'ouverture avec son crayon)

164L'énoncé S3,1 dont la forme syntaxique est celle d'une question (est-ce-que...), est traité simultanément par Si et S5 de deux façons. En disant « oui oui », alors même que S3 continue à parler en donnant la justification de ce qu'il dit, Si donne un élément de validation d'une part à cette justification et d'autre part au bien fondé de la question. Plus, Si en s'appuyant sur le pronom personnel « on » utilisé par S3, instancie l'énoncé de S3 (littéralement une question) comme une suggestion, une proposition d'action collective. De fait, c'est à deux qu'ils vont, conjointement, y satisfaire. En effet, Si agit doublement dans ce sens : 1. après avoir acquiescé, en surimpression du tour de parole de S3, il poursuit en utilisant un « donc là tu peux mettre »; ce faisant il débute la satisfaction effective de la suggestion (qu'il est en train de faire émerger), 2. il saisit l'instrument de marquage, le crayon, nécessaire à l'action que S3 men­tionne dans son dire (« peut-être marquer au crayon »). Cette action de saisisse­ment est le résultat d'une coordination fine entre Si et S5. Habitués à avoir la possibilité de gommer les inscriptions sur un plan, ces deux dessinateurs savent qu'il faut écrire au crayon. S5, depuis le début de la séance a vu son voisin immédiat écrire sur son bloc-notes avec un stylo rouge. Alors que Si est en train de manifester un accord avec l'idée de marquage des faces de références, S5 propose l'outil adéquat à Si; il tend le crayon de papier. C'est donc conjointement qu'ils se mettent en posture de répondre positivement à ce qu'est en train de devenir S3,1, une suggestion d'action collective. Tout au long de cet échange, les acteurs ont les yeux rivés sur une partie du plan (qui va être le point de focalisation pendant un bon moment), l'ouverture située en bas du dessin.

165Il est important de noter que l'énoncé S3,1 aurait tout aussi bien pu être suivi d'un « oui oui on pourrait » qui aurait été parfaitement à sa place comme réponse positive à ce qui serait resté (tout du moins localement) une question. La non maturité du groupe relativement à cette décision d'action, ou l'insuffi­sance de la coopération entre les acteurs aurait pu par exemple motiver cette réponse certes positive (à la question littérale) mais fin de non-recevoir par rapport à une éventuelle suggestion implicite. Ce qui est encore plus important selon nous, c'est cette action conjointe des acteurs qui aura finalement donné à S3,1 un statut interlocutoire de proposition d'action. C'est parce que Si d'abord, de façon simplement langagière, puis Si et S5 ensuite, en manipulant un instrument d'inscription, interprètent en actes le dire de S3, que la décision (tout à fait centrale pour ce genre de discussion de travail) est agie. On a là, très clairement, une intrication de dires et faires qui attribuent une valeur actionnelle à un énoncé. Cette attribution est crucialement située et, bien sûr, elle est distribuée en ce sens où les acteurs en sont co-responsables. Nous n'assistons pas à une action groupale séquentielle du type :

  1. on discute ;

  2. on prend une décision d'inscription ;

  3. on se donne le moyen ;

  4. on inscrit.

166Nous assistons à une action collective de décision portée par le rapport qu'entre­tiennent les acteurs entre eux et qu'ils entretiennent avec le monde physique. La décision et sa mise en œuvre sont intrinsèquement liées. Le processus ne se situe pas dans un espace intersubjectif qui mettrait en scène les seuls locuteurs idéaux gérant logiquement une idée ; il s'ancre sur des objets (le plan existant, le crayon) manipulés par des entités cognitives incorporées et ancrées dans le monde. À cet instant la partie du plan concerné n'a pas été touchée et elle se présente comme suit :

  • 20 La co-construction de sens en conversation, mécanisme rétroactif, est au coeur du modèle de l'encha (...)

167Les interventions de Si et S5, en fait entrelacées et reliées par l'action de coordination gestuelle, constituent le deuxième temps d'une co-construction de sens (cf. le triplet ci-dessous 20). En réplique à S3,1 (l'énoncé littéralement question et devenant en temps réel suggestion), les énoncés et l'action conjointe (autour du crayon) constituent la proposition d'actualisation d'un des éléments du potentiel signifiant de S3,1. Cette simple proposition est-elle ratifiée par le locuteur initial ? Oui, elle l'est... là encore de double façon. S3 marmonne un « on fait là » qui avalise l'interprétation en actes de ses collègues d'autant qu'il joint le geste à la parole en pointant très précisément avec la pointe de sonstylo le trait qui fait axe de l'ouverture. À ce moment seulement, troisième temps de la triade,

168émission d'une forme langagière ;

169proposition d'actualisation de sens ;

170ratification/invalidation;

171le groupe aura stabilisé un sens : la valeur actionnelle de suggestion de S3,1. Ce mouvement intercognitif est évidemment tout à fait fondamental pour la suite de la séance. N'oublions pas en effet deux choses : 1. rien n'a pour l'instant été écrit sur le plan, 2. la tâche de ce groupe est de recoter ce plan. La décision prise à trois ouvre la voie à toute une série d'inscriptions dont les premières sont les faces de références. À cet instant précis (0 h 12'58"), Si n'a encore rien tracé. Les acteurs se sont mis en position de tracer mais le processus n'est pas encore finalisé. La décision est prise de marquer la face de référence A. Nous allons voir que l'écriture effective de cette référence est encore plus intéressante relativement aux caractéristiques cognitives qui nous occupent.

1722. L'inscription de cette face de référence est effectivement réalisée au temps Oh 15'34". Elle s'effectue en deux temps : une marque incomplète (M1) à Oh 13'13" par Si, une marque complète (M2) à Oh 15'34" par S3. Comme annoncé plus haut nous ne nous intéressons ici qu'à la marque incomplète. Voici l'extrait conversationnel qui comprend l'instant de ce traçage.

173Oh 12'59" S1,1 donc même en théorie du fait qu'elle est montée (mouve‑

174ment de la main refermée sur le stylo vers l'autre ouver­ture) dans ce sens là ça serait vu le poids ça serait même plutôt qu'être l'axe ça serait le sommet du (:) (mouvement alternative de la pointe du crayon au dessus de ce sommet en regardant S3)

175 S3,1 ah oui bien sûr

176 S1,2 hein on est d'accord là-dessus tout le monde (se tourne

177vers S4 et S5)

178 S3,2 absolument

179S4/S5 oui oui

180 S1,3 donc ce serait cette face là (tracé du trait) qui //

181 S5,2 celle du dessus //

182 S1,4 la face entre les deux hein parce que //

183 S5,3 c'est celle du dessus (pointage avec le doigt) pas celle

184du dessous il descend

185 S1,5 (dépose le crayon sur la table)

186Il s'agit pour le groupe de repérer la première référence à partir de laquelle l'ensemble de la cotation s'effectuera. C'est un moment techniquement très important pour ces dessinateurs en formation. Si, qui provient de la moyenne tension et qui a apporté le plan propose un emplacement. Ce capot est une pièce d'aspect qui recouvre un mécanisme électrique qu'il faut cacher. Il est fixé à l'aide de vis qui passent dans les ouvertures (que nous avons déjà évoquées). Il explique que « donc » c'est le « sommet du » qui forme la référence. Là encore l'absence de vidéo et d'indications de la gestuelle rendrait impossible l'analyse. En faisant le mouvement avec la main il signifie à tous que l'effet de la pesanteur s'effectue du bas du dessin vers le haut du dessin. Autrement dit, allié à l'assertion au conditionnel « ça serait vu le poids », le geste forme la condition préparatoire à ce qu'il profère après « ça serait le sommet du... ». Il est clair qu'il n'y a pas d'ambiguïté pour le groupe sur le contenu de ce « du ». Le pointage précis avec la pointe du crayon sur la zone du plan la rend impossible. Voici ici, soit dit en passant, une fonction très pertinemment médiatrice de l'objet intermédiaire (Jeantet, 1998; Vinck, 1999) qu'est le plan. En disant « ah oui bien sûr », S3 satisfait, avec un degré de force élevé (le « bien sûr ») l'assertif ainsi réalisé effectivement par Si. Le meneur de jeu réagit à cet assentiment en le reformulant (S1,2). 111e fait en se tournant vers les deux autres acteurs (le moment est techniquement fondateur de la suite des discussions, tout le monde doit être d'accord). Ceci a pour fonction de relancer la suggestion vers l'ensemble des dessinateurs. L'acquiescement collectif, répété par S3 (avec augmentation de sa force, « absolument ») et proféré à l'unisson par S4 et S5, stabilise définitivement la force décisionnelle ainsi que la pertinence technique de S1,1. Il est très important de noter qu' à cet instant, la trace n'est pas réalisée ! La véritable actualisation de la décision, qui vient d'être co-construite au seul niveau langagier, dans la seule interlocution qui met en scène l'ensemble des quatre dessinateurs sans exception, ne s'agit matériellement que lorsque le crayon, objet tout à fait fondamental d'inscription, laisse des traces de graphite à l'endroit voulu.

187Si écrit effectivement après l'énonciation d'un « donc » résumant l'accord géné­ral, alors même qu'il dit « ce serait cette face-là ». L'indexical est là encore non ambigu du fait de l'ancrage immédiat sur l'état du monde, l'ouverture concernée. Ce faisant, il a acquis la responsabilisation du groupe sur cette première face de référence.

188Si le processus cognitif conjoint n'était, avant cette inscription, que discursif, il restait encore bien labile. Il devient plus stable après le traçage... ce qui ne veut pas dire qu'on ne pourra revenir en arrière (c'est d'ailleurs ce qui arrivera pour une autre face de référence, par gommage). Mais la discussion de la redéfinition de ce qui est fonctionnel ou non s'appuie sur une irréversibilité qui est une altération pérenne du monde : le dessin a été modifié (ce fut la première fois dans la séance). Le plan acquiert une dynamique qui va étayer la dynamique cognitive du groupe. Le plan acquiert une vie d'objet qui devient, de ce fait, acteur de la conception. La trace a alors la forme suivante (voir ci-après).

189Cette forme n'est pas aux normes. Elle est le résultat d'un processus marqué par l'hésitation et par la nécessité de consensus général. Il s'agira de la normali­ser. C'est la seconde étape de sa dynamique d'objet que nous ne développerons pas ici.

1903. En conclusion de cette courte analyse nous voudrions insister sur quelques points-clé. Nous avons là une excellente illustration de cette dynamique collecive qui étaye le mécanisme intercognitif. Mécanisme qui est engendré par l'histoire conversationnelle, à la fois langagière (la genèse des dires) et manipulatoire (l'énergétique des faires).

191Lorsque S3 énonce initialement ce qui peut apparaître comme étant une question relative au marquage (« Est-ce qu'on pourrait peut-être... »), qui est si crucial pour le groupe, ce sont les acteurs du moment conversationnel qui conjointement instancient cet énoncé comme ayant un statut interlocutoire de suggestion d'action de groupe, ... à tout le moins les trois acteurs Si,S5 et S3. Ce processus rétroactif de stabilisation de sens repose bien sûr sur l'interlocution mais aussi, et de façon décisive, sur de la gestualité (la coordination des actions de S5 et Si autour du crayon qui deviendra l'instrument du traçage). De la même façon, lorsque plusieurs dizaines de secondes plus tard S3 successivement annonce (« donc c'est cette face-là ») et inscrit la notation normée de la face, il ratifie à rebours et la pertinence et les conclusions de la concertation collective. Cette ratification ne se satisfait pas de la seule diction, elle s'actualise simultanément dans une inscription radicalement altératrice des conditions d'usage de la maté­rialité ambiante.

192Les productions langagières ne sont pas des énoncés qui ont une valeur interlocu­toire en elles-mêmes. Pour au moins deux raisons. Une qui s'inscrit dans la diachronie conversationnelle (i) et l'autre qui s'adosse à la mobilisation de la matérialité et de la corporéité (ii).

193(i) L'apparente « question » inaugurale n' acquiert le statut de suggestion que rétroactivement, du fait de l'agir conversationnel des autres. Je répète qu'un autre agir aurait pu l'instancier comme reproche, ou question. C'est un événe­ment dialogique que cette stabilisation de sens de l'énoncé. On a là une stabilisa­tion de sens portée par une parole adressée, dont l'auditoire est co-responsable, avec le locuteur initial bien sûr ; et ce, dans une genèse de dires.

194(ii) De plus, la concrétisation qui est la clé pour Balchtine de toute construction sémiotique, s'effectue ici lors d'un geste de traçage qui mobilise et les corps et les objets présents. Le mouvement rétroactif qui instancie l'apparente question en suggestion comprend en effet une altération du monde qui en est la satisfaction. En effet l'inscription au crayon est le contenu propositionnel de la question devenant-suggestion proféré par S3 (« marquer au crayon »). On a là une stabilisation de sens qui s'actualise dans une gestualité, dans un usage d'objets, c'est-à-dire dans une matérialisation concrète ; et ce, dans une énergétique de faires.

195Cet événement interactionnel se présente comme un modelage de formes. Ces formes sont de trois types, langagières, corporelles et matérielles. Ce modelage est un travail conjoint. On a là un processus cognitif qui s'ancre dans une arène intersubjective en ce qu'il advient dans un monde concret et dans une activité conjointe. Il est situé et distribué.

Conclusion

196L'ensemble de l'événement cognitif que ces personnes en formation agissent dans un ici et maintenant qui est sous notre appareillage de captation, est profondément marqué par un dialogisme que j'ai qualifié « d'effectué ». On aura compris en effet que je ne peux, en tant qu'analyste de ce moment de formation, m'en tenir à l'analyse conversationnelle stricto sensu; que je ne peux m'appuyer que sur le seul dialogisme de l'énoncé-mot, fût-il envisagé d'un point de vue actionnel (via la pragmatique des actes de langage). Le traçage est en effet constitutif du processus ! ... et ce traçage n'est pas simplement langagier. La genèse des dires et l'énergétique des faires sont absolument inextri­cables. Elles constituent conjointement la dynamique cognitive d'inscription.

  • 21 En priant le lecteur de s'abstraire du sens commun du terme « oeuvre », je renvoie de nouveau à Mey (...)

197L'analyse que j'en propose s'inscrit évidemment parfaitement dans les dé­marches bakhtinienne et jacquéenne. On peut rappeler ici la proposition de Jacques (« Ce n'est pas moi qui parle, c'est nous qui disons ») et la compléter par exemple par «Ce n'est pas moi qui fait, c'est nous agissons ». Par ailleurs, cette analyse donne une place centrale à la médiation vygotskyenne en ce qu'elle travaille sur le signe (formes langagières) et sur l'instrument (formes matérielles). Cela dit, la proposition que je fais ici est, d'une part, d'aller au-delà du dialogisme moyen de Bakhtine et du dialogisme fort de Jacques et, d'autre part, de m'enga­ger dans la voie initiée par Rabardel relative au dépassement des thèses vygots­kyennes. En dernière instance cette proposition s'adosse à l'importance que l'on doit accorder à l'objectivation meyersonienne. Ces dessinateurs-projeteurs en formation produisent une « oeuvre » 21 : la modification de l'objet plan. Cette œuvre est le résultat d'une objectivation intercognitive ; résultat fondamen­tal pour la session en ce qu'elle rend pérenne le processus d'apprentissage. L'analyse du processus de formation ne peut faire l'économie de cette « effectua­tion matérielle ».

198Mon propos n'est pas de dire que Jacques n'est pas assez radical quand il va au-delà des thèses bakhtiniennes. Non, il est simplement de plaider pour une intégration de la posture dialogique relativement à la concrétisation du geste intercognitif dans une matérialité objectale, technique. Car enfin les conduites des personnes que nous analysons en tant que psychologues de l'activité cogni­tive conjointe, s'actualisent dans des altérations du monde, non seulement énon­ciatif et psychosocial mais aussi matériel. À l'instar de dot qui en appelle à la réflexion balchtinienne pour nous aider à être davantage psychologue, je soutiendrais qu'un autre non psychologue, Francis Jacques, pourrait bien nous aider, de façon décisive, à élaborer une épistémologie pour le paradigme interac­tionniste en psychologie de la cognition. Nous aider à envisager un dialogisme de l'effectué, au fondement de l'étude des processus cognitifs situés et distribués.

Top of page

Bibliography

Austin, J. L. (1962). How to Do Things *With Words ? Oxford : Clarendon Press. Traduction française : Quand dire c'est faire. Paris : Le Seuil (1970).

Balditine, M. (1929/1970). La Poétique de Dostoïevski. Paris : Le Seuil.

Bakhtine, M. (1929/1977) [V.-N. Volochinov]. Le marxisme et la philosophie du langage. Essai

d'application de la méthode sociologique en linguistique. Paris : Éditions de Minuit. Balchtine, M. (1930/1981) [V.-N. Volochinov]. La structure de l'énoncé. In T. Todorov (Éd.),

Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique (pp. 287-316). Paris : Le Seuil.

Bordas, É. (1997). Idiolecte ou sociolecte ? L'énonciation romanesque selon Balchtine. In C. Depretto (Ed.), L'héritage de Bakhtine (pp. 47-56). Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux.

Brassac, C. (1992). Analyse de conversations et théorie des actes de langage. Cahiers de Linguis­tique Française 13, 62-76.

Brassac, C. (2000). Intercompréhension et Communication®. In A.-C. Berthoud & L. Mondada(Éds.), Modèles du discours en confrontation (pp. 219-228) [2000c]. Berne : Peter Lang.
Brassac, C. (2000). Lev, Ignace, Jerome et les autres... Vers une perspective constructiviste en

psychologie interactionniste. Technologie, Idéologies et Pratiques. (à paraître) [2000a].
Brassac, C. (2001). Communication et Cognition : Objet et interpsychologie, Habilitation à Diriger

des Recherches en Psychologie (à soutenir) [2001b].

Bruner, J.-S. (1991). ... Car la culture donne forme à l'esprit. De la révolution cognitive à la psychologie culturelle. Paris : Eshel.

Bruner, J.-S. (1999). Culture, Self, and Other. Sémiotique des cultures et sciences cognitives. Colloque inaugural de l'Institut Ferdinand Saussure, Genève, 20-23 juin 1999.

Clot, Y. (1999). Avec Vygotski. Paris : La dispute. [1999b].

dot, Y. (1999). De Vygotski à Léontiev, via Bakhtine. In Y. Clot (Éd.), Avec Vygotski (pp. 165- 185). [1999a]. Paris : La Dispute.

Clot, Y. (1999). Introduction. In Y. dot (Éd.), Avec Vygotski (pp. 7-14). [1999c]. Paris : La Dis­pute.

Conein, B. (1994). Introduction. Sociologie du travail, 36, I 4/94, 419-425.

Conein, B., & Jacopin, É. (1994). Action située et cognition, le savoir en place. Sociologie du travail, 36, 4/94, 475-500.

Deleau, M. (1999). Vygotski, Wallon et les débats actuels sur la théorie de la pensée. In Y. Clot (Éd.), Avec Vygotski (pp. 101-117). Paris : La Dispute.

Depretto, C. (1997). Makhai1 Bakhtine aujourd'hui. In C. Depretto (Éd.), L'héritage de Bakhtine (pp. 9-16). Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux.

Désert, M. (1997). Bakhtine à tout faire. In C. Depretto (Éd.), L'héritage de Bakhtine (pp. 123- 13). Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux.

Doise, W., Mugny, G., & Perret-Clermont, A. N. (1975). Social interaction and the development of cognitive operations. European Journal of Social Psychology, 5, 367-383.

Grossen, M. (1999). Approche dialogique des processus de transmission-acquisition de savoirs.

Une brève introduction. Actualités psychologiques, 7, 1-32.

Hutchins, E. (1995). Cognition in the wild. Cambridge : MIT Press.

Jacques, F. (1982). Différence et subjectivité. Paris : Aubier.

Jacques, F. (1985). L'espace logique de l'interlocution. Paris : P.U.F.

Jacques, F. (1995). Dialogue, dialogisme, interlocution. Séminaire interdisciplinaire de pragmatique, Institute for Advanced Studies, The Hebrew University of Jerusalem, 24-26 mai 1995.

Jacques, F. (2000). Écrits anthropologiques. Philosophie de l'esprit et cognition. Paris : L'Harmat­tan [2000b].

Jacques, F. (2000). L'orientation scolaire et professionnelle, 29, 3, 547-565 [2000a].

Jacques, F. (2000). Qu'est-ce que la prise textuelle ? Colloque : Du dialogue au texte, autour de Francis Jacques. Cerisy-la-Salle, 2 septembre 2000 [20004.

Jeantet, A. (1998). Les objets intermédiaires dans les processus de conception des produits, Sociologie du travail, 3/98, 291-316.

Jellab, A. (2000). dot Y. (dir) (1999). Avec Vygotski. Paris : La Dispute, 304 pages. L'orientation scolaire et professionnelle, 29, 1, 213-217.

Kristeva, J. (1970). Préface : une poétique ruinée. In M. Bakhtine (Éd.) (1929/1970), La poétique de Dostoïevski (pp. 5-29). Paris : Le Seuil.

Latour, B. (1994). Une sociologie sans objet ? Remarques sur l'interobjectivité.Socio/ogie du travail, 36, I 4/94, 587-607.

Lave, J. (1988). Cognition in practice. Cambridge : Cambridge University Press. Léontiev, A.-N. (1984). Activité, conscience, personnalité. Moscou : Éditions du Progrès.

Meyerson, I. (1948/1995). Les fonctions psychologiques et les oeuvres. Paris : Vrin (réédition : Albin Michel).

Perret-Clermont, A.-N., & Nicolet, M. (1988). Interagir et connaître. Enjeux et régulations sociales dans le développement cognitif Fribourg : DelVal.

Peytard, J. (1995). Mikhaïl Bakhtine. Dialogisme et analyse du discours. Paris : Bernard-Lacoste. Rabardel, P. (1999). Le langage comme instrument ? Éléments pour une théorie instrumentale élargie. In Y. Clot (Éd.), Avec Vygotski (pp. 241-265). Paris : La Dispute.

Rabaté, D. (1997). Balditine chez Beckett et Bernhard (voix, idée et personnage dans la théorie dialogique). In C. Depretto (Éd.), L'héritage de Bakhtine (pp. 31-45). Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux.

Rochex, J.-Y. (1999). Vygotski et Wallon : pour une pensée dialectique des rapports entre pensée et affect. In Y. Clot (Éd.), Avec Vygotski (pp. 119-137). Paris : La Dispute.

Schneuwly, B., & Bronckart, J.-P. (1985). Vygotsky aujourd'hui. Lausanne : Delachaux et Niestlé. Todorov, T. (1981). Mikhail Bakhtine, le principe dialogique. Paris : Le Seuil.

Trognon, A., & Brassac, C. (1992). L'enchaînement conversationnel. Cahiers de Linguistique Française 13, 76-107.

Vergnaud, G. (1999). On n'a jamais fini de relire Vygotski et Piaget. In Y. Clot (Éd.), Avec Vygotski (pp. 45-58). Paris : La Dispute.

Vernant, J.-P. (1989). Discours d'ouverture. Technologies Idéologies et Pratiques, 8, 1-4, 9-13.
Vinck, D. (1999). Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribu‑

tion à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales. Revue Française de

Sociologie XL, 2, 385-414 [199911].

Vygotski, L.S. (1934/1985). Pensée et langage. Paris : Messidor/Éditions Sociales (trad. F. Sève).
Wertsch, J.-V. (1985). La médiation sémiotique de la vie mentale ; L.-S. Vygotsky et

M.-M. Balchtine. In B. Schneuwly & J.-P. Broncicart (Éds.), Vygotsky aujourd'hui (pp. 7-21).

Lausanne : Delachaux et Niestlé.

Yaguello, M. (1977). Introduction. In M. Bakhtine [V.-N. Volochinov] (Éd.) (1929/1977), Le marxisme et la philosophie du langage. Essai d'application de la méthode sociologique en linguistique (pp. 9-18). Paris : Éditions de Minuit.

Top of page

Notes

1 On trouve plusieurs graphies pour le patronyme de cet auteur : Vygotsky, Vygotski et Vigotsky. Pour ma part j'utiliserai la première et son dérivé « vygotskyen(ne) ». Cela dit, je respecterai les autres usages dans les citations ou titres des auteurs que je citerai.

2 Voir le compte rendu proposé par A. Jellab dans le numéro de mars 2000 de L'Orientation Scolaire et Professionnelle (Jellab, 2000).

3 Ce départ entre dire et faire est évidemment une facilité de présentation. Bien sûr, un spécialiste des actes de langage que nous sommes, n'ignore pas que « dire c'est faire » (Austin, 1962/1970). On m'accordera ici la possibilité de séparer ici les dires (productions de formes langagières) et les faires (production de formes corporelles et manipulation de la matière mondaine, instrument, outils, support de traçage, etc.).

4 Kristeva ne dit pas autre chose quand elle écrit que le terme slovo « veut dire mot mais aussi discours » et renvoie au « concept d'un langage porté par un sujet et/ou d'un sujet se faisant dans le langage » (Kristeva, 1970, p. 13).

5 Voir aussi la note 11, page 50 de Bordas (1997).

6 Cet article fait d'ailleurs écho à celui que Jacques a publié dans cette même revue en 2000 (Jacques, 2000a).

7 A partir de 1985, l'intérêt de Jacques, sans abandonner le primat de la relation ni se détourner du domaine de la réciprocité interpersonnelle, s'est orienté plus précisément vers la textualité, vers l'inter­rogation et vers une anthropologie triplement déclinée (scientifique, théologique et philosophique) (Jacques, 2000b).

8 On nous accordera que le fait de savoir que Bakhtine utilise le terme « idée », alors que Vygotsky utilise celui de « pensée » aura bien aidé le lecteur. 1.: Bakhtine (1929/1970, p. 137) ; 2.: Vygotsky (1934/1985, p. 329) ; 3.: Vygotsky (1934/1985, p. 382) ; 4.: Bakhtine (1929/197, p. 123).

9 Il serait bien intéressant de savoir si Vygotsky emploie le même terme russe s/ovo, que Bakhtine pour ce qui a été traduit par mot (cf. supra, la remarque de Kristeva en la matière).

10 « Ni Vygotsky, ni Bakhtine ne se sont mutuellement cités et (...) il est improbable qu'ils aient eu des contacts personnels ou que les idées de l'un aient directement influencé celles de l'autre » (Wertsch, 1985, p. 158).

11 Signalons à cet égard une curieuse erreur dans la bibliographie de l'article. Clot (1999) y est intitulé Après Vygotsky (Grossen, 1999, P. 27) ! Erreur qui souligne sans doute l'espoir que met Grossen dans les riches perspectives ouvertes par l'ouvrage en question.

12 À ce propos, je voudrais citer Perret-Clermont qui, lors de la soutenance de thèse de Pascale Marro-Clément (18 juin 1999, à Neuchâtel), rapportait la chose suivante : « Quand je parlais à Piaget de l'aspect social des processus cognitifs, il me disait "coopération et opération sont pour moi la même chose" ». Autant dire que Piaget signifiait là son attachement à une perspective monologique et que son constructivisme n'épousait pas le constructivisme dialogique vygotskyen.

13 Pas toujours bien sûr ! Ainsi de Wertsh (1985) qui examine les liens les unissant dans Vygotsky aujourd'hui (Schneuwly & Bronckart, 1985).

14 De l'aveu même de Conein, il n'y a pas d'unicité de dénomination de ce champ de recherches : « Sous des appellations diverses telles que "cognition située", "cognition distribuée" ou "action située", ces travaux traitent de problèmes identiques comme l'analyse (...) de la fonction et de l'impact des artefacts "intelligents" dans l'organisation des activités humaines » (Conein & Jacopin, 1994, p. 419).

15 Et si il faut encore enfoncer le clou, voici : « La réalité du psychisme intérieur est celle du signe. En dehors du matériau sémiotique, il n'est pas de psychisme. (...) Par nature, le psychisme subjectif est localisé à cheval sur l'organisme et le monde extérieur, pour ainsi dire à la frontière de ces deux sphères de la réalité. C'est là qu'a lieu la rencontre entre l'organisme et le monde extérieur, mais cette rencontre n'est pas physique : l'organisme et le monde se rencontrent dans le signe. L'activité psychique constitue l'expression sémiotique du contact de l'organisme avec le milieu extérieur. C'est pourquoi le psychisme intérieur ne doit pas être analysé comme une chose, il ne peut être compris et analysé que comme signe » (Bakhtine, 1929/1977, p. 47).

16 Un article intitulé : Lev, Ignace, Jerome et les autres... . Vers une perspective constructiviste en psychologie interactionniste. A paraître dans la revue Technologie, Idéologies et Pratiques (Brassac, 2000).

17 Nous sommes en 1929, on lui pardonnera la désuétude du terme.

18 La bande audio nous sert en fait de complément pour la transcription des énoncés quand ils ne sont pas très audibles sur la cassette vidéo.

19 On trouvera l'intégralité de l'analyse dans (Brassac, 2000b, 2001b).

20 La co-construction de sens en conversation, mécanisme rétroactif, est au coeur du modèle de l'enchaînement conversationnel proposé dans (Brassac, 1992) et (Trognon & Brassac, 1992). Voir aussi, pour une version plus récente (Brassac, 2000c).

21 En priant le lecteur de s'abstraire du sens commun du terme « oeuvre », je renvoie de nouveau à Meyerson (1948/1995).

Top of page

References

Electronic reference

Christian Brassac, « Formation et dialogisme : l'exemple d'un apprentissage situé et distribué », L'orientation scolaire et professionnelle [Online], 30/2 | 2001, Online since 15 March 2004, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/osp/5218 ; DOI : 10.4000/osp.5218

Top of page

About the author

Christian Brassac

est Maître de Conférences de Psychologie de la Communication, Université Nancy 2. Équipe Cognition Distribuée dans les Systèmes Artificiels et NaTurels (C.O.D.I.S.A.N.T.), L.P.I.-G.R.C. Ex-enseignant en mathématiques et chercheur en psychologie, il s'intéresse à l'activité cognitive particulière : la conception collaborative. Et ce, dans le paradigme de la cognition située et distribuée et en s'appuyant sur une approche dialogique et constructiviste de l'activité humaine. Contact : Laboratoire de Psychologie de l'Interaction, Université Nancy 2, B.P. 33-97, 54015 Nancy Cedex, France. Tél. : 03-83-96-70-89. Courriel : brassac@clsh.univ-nancy2.fr

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Cnam Inetop - Formation et recherche en orientation
  • OpenEdition Journals