Skip to navigation – Site map
Varia

L’habitat moustérien de « La Folie » (Poitiers, Vienne) : synthèse des premiers résultats

Mousterian spatial organisation in the site of La Folie (Poitiers, Vienne): Synthesis of the first results
L. Bourguignon, F. Sellami, V. Deloze, N. Sellier-segard, S. Beyries and A. Emery-barbier
p. 29-48

Abstracts

The Mousterian open-air site of La Folie in the Clain valley is a rare exemple of high quality of preservation. Several features and finded (stones structure, hearth,...) which caracterize a clear spatial organization with well delimited activities areas. This site is an exceptional model for these period in occidental europe.

Top of page

Full text

I- Introduction

1La fouille de sauvetage urgent du site Paléolithique moyen de “La Folie” a été réalisée dans le cadre d’un projet de construction d’une station d’épuration par la communauté urbaine de la ville de Poitiers. Le gisement est localisé au nord de la commune de Poitiers, au lieu-dit “La Folie”, non loin de la zone industrielle République (Fig. 1a).

Fig. 1a - Carte de localisation du site
Fig. 1a - Location of the site

Fig. 1a - Carte de localisation du siteFig. 1a - Location of the site

2L’étendue du site paléolithique de “La Folie” à Poitiers se limite à la zone de décapage qui révèle la présence d’une surface d’occupation fouillée dans son intégralité sur 580 m2 (Fig. 1b). Cette zone est structurée par deux grands amas de débitage à l’est et à l’ouest et une organisation concentrique de blocs calcaires d’origine anthropique marquant l’emplacement probable d’une surface d’habitation (cf. infra).

Fig. 1b - Surface de fouille du gisement moustérien de La Folie
Fig. 1b - Excaved area of the mousterian site of La Folie

Fig. 1b - Surface de fouille du gisement moustérien de La FolieFig. 1b - Excaved area of the mousterian site of La Folie

3La particularité du site réside dans la préservation exceptionnelle du matériel archéologique qui a peu souffert des phénomènes d’altération post–dépositionnels. Le seul niveau archéologique de faible épaisseur (10 cm) a pu être traité dans sa totalité comme une unité (Fig. 2). Les remontages entre les secteurs est et ouest confortent cette interprétation (cf. infra).

Fig. 2 - Coupe du niveau archéologique sur une bande d’un mètre sur l’axe transversal de l’occupation
Fig. 2 - Vertical distribution of all flint artefacts recoarded in a transversal axes by un m trench

Fig. 2 - Coupe du niveau archéologique sur une bande d’un mètre sur l’axe transversal de l’occupationFig. 2 - Vertical distribution of all flint artefacts recoarded in a transversal axes by un m trench

II- Cadre géologique et géomorphologique

4Le site de « La Folie » est localisé sur la rive gauche du Clain à 3 km en aval de Poitiers. A cet endroit, les plateaux, dont les assises calcaires sont entaillées par quelques vallées sèches, culminent vers 125 m NGF et dominent la rivière de 60 m. La vallée présente un profil contrasté avec, en rive droite, un coteau vertical contre lequel bute le cours actuel du Clain et en rive gauche, un versant à pente plus douce où subsiste un lambeau de nappe alluviale (Fig. 3). Ce versant est incisé par deux petits vallons secs rectilignes, très courts et d’axe ENE/WSW.

II. 1- Méthodologie

5Cette étude a été effectuée en trois étapes, lors des phases de prospection, évaluation et fouille (d’avril à novembre 2000), avec relevés de sondages géologiques complémentaires au fur et à mesure et réalisation d’une campagne de prélèvements malacologiques, palynologiques, micromorphologiques et sédimentologiques.

6Le sondage 1 qui a conduit à la découverte du site lors de la prospection, a permis de relever en détail la coupe 1 de référence (Fig. 4b). Etendu progressivement lors des phases suivantes, il a abouti à un décapage de forme rectangulaire, dont l’axe le plus long est quasi est-ouest. Les trois autres côtés de ce décapage profond ont aussi été relevés en détail (Fig. 3, 4a et 4b), excepté dans les parties éboulées ou talutées. Les autres données stratigraphiques ont été fournies par les sondages géotechniques et par les coupes relevées dans les sondages 2, 3, 6, 30 et 31.

7Les premiers résultats, très résumés ici, correspondent à la description synthétique des treize niveaux stratigraphiques distingués sur les neuf coupes, en intégrant les résultats des analyses granulométriques et calcimétriques, et aux premières hypothèses d’attribution chronostratigraphique qui ont été émises (Deloze 2001).

Fig. 3 - Coupe synthétique du Clain d’après les données géotechniques de la rocade
Fig. 3 - Synthetic profil of the Clain valley

Fig. 3 - Coupe synthétique du Clain d’après les données géotechniques de la rocadeFig. 3 - Synthetic profil of the Clain valley

Fig. 4 - Coupes stratigraphiques du gisement (a et b) et représentation schématique de la coupe et des ensembles sédimentaires avec positionnement des échantillons étudiés (c)
Fig. 4 - Stratigraphic profil of the prehistoric site of La Folie (a and b) ans schematic representation of sedimentary horizon with samples position (c)

Fig. 4 - Coupes stratigraphiques du gisement (a et b) et représentation schématique de la coupe et des ensembles sédimentaires avec positionnement des échantillons étudiés (c) Fig. 4 - Stratigraphic profil of the prehistoric site of La Folie (a and b) ans schematic representation of sedimentary horizon with samples position (c)

II.2- Description de la séquence stratigraphique

8De haut en bas, les neuf relevés géologiques effectués sur le site de “La Folie” ont permis de distinguer les couches suivantes, numérotées de 1 à 13 (Fig. 4a et 4b) :

    • 1 d’après le code des couleurs des sols d’A. Cailleux (Editions Boubée).

    couche 1 : terre végétale limoneuse brun foncé décarbonatée, contenant 20 % de fragments de silex et granules calcaires et 20 % de sables. Teinte 10 YR 4/3 (1) ;

  • couche 2 : limon décarbonaté à 4 % de silex et de granules calcaires. Teinte 5 YR 4/4 ;

  • couche 3 : limon décarbonaté contenant de rares éléments grossiers. Teinte 5 YR _ ;

  • couche 4 : limon sableux décarbonaté à 40 % de granules calcaires. Teinte 5 YR 4/4 ;

  • couche 5 : 17,4 % de graviers et 17,4 % de sables grossiers dans une matrice limoneuse carbonatée. Teinte 7,5 YR 6/6 ;

  • couche 6 : limon sableux carbonaté à nombreux filaments calcaires et bioturbations, et contenant 10 % d’éléments grossiers. Teinte 10 YR 5/8 ;

  • couche 7 : limon assez fin carbonaté à nombreux filaments calcaires. Niveau parfois compact et induré au contact de la couche 8. Poupées calcaires et graviers épars. Teinte 10 YR 6/6 ;

  • couche 8 : 80 % de cailloutis moyen (module < 7 cm) composé de silex gris-bleuté et de calcaire, dans un ciment carbonaté parfois induré. Teinte hétérogène blanc-gris. Lit très irrégulier et géliturbé ;

  • couche 9 : limon sableux carbonaté. Teinte 5 YR 6/6 ;

  • couche 10 : cailloutis moyen (module < 7 cm) de silex gris-bleuté et de calcaire, à ciment carbonaté et parfois induré. Teinte hétérogène blanc-gris. Lit très irrégulier et géliturbé ;

  • couche 11 : limon fin carbonaté à nombreux filaments et poupées calcaires (2 à 4 %). Teinte 5 YR 6/6. Quelques passées carbonatées de teinte 10 YR 6/6 ;

  • couche 11b : limon argileux carbonaté à rares filaments et poupées calcaires. Teinte 5 YR 6/6 ;

  • couche 12 : nappe alluviale sableuse brun-rouge à petits graviers alluviaux et nombreuses coquilles de gastéropodes ;

  • couche 12b : nappe alluviale gravelo-sableuse plus grossière et très meuble ;

  • couche 13 : substrat calcaire du Callovien.

II.3- Premières hypothèses d’interprétation et d’attribution chronostratigraphique

9A la base de la séquence, le substrat calcaire (13) apparaît d’aspect fracturé et altéré au contact des formations quaternaires (couches 1 à 12) ; il présente un toit à profil irrégulier, à chenaux étroits et encaissés.

10Les couches 12 (Fig. 4a) et 12b correspondent à la partie basale grossière de la nappe alluviale Fy du Clain, épaisse selon les endroits de 0,4 à 3,5 m. Elle comprend des dépôts gravelo-sableux à la base (12b), à rares stratifications obliques incurvées et à précipitations ferro-manganiques ainsi que des dépôts sableux massifs au sommet (12), déposés par un cours d’eau à chenaux anastomosés (Campy et Macaire 1989). D’après les données cartographiques (Bourgeuil et al. 1976 ; Mourier et al. 1986), cette nappe serait datée du Weichsélien ancien (Pléistocène supérieur) et si on se réfère au tableau chronologique établi par Lebret et al (1993), elle pourrait se placer aux stades isotopiques 5d à 5b ( ?).

Fig. 5 - Explication schématique de la formation des assemblages pédosédimentaires caractérisant le support du bloc de pierre dans le carré BB99
Fig. 5 - Schematic explication of pedosementar horizon formation caracterizing the stone support in BB99

Fig. 5 - Explication schématique de la formation des assemblages pédosédimentaires caractérisant le support du bloc de pierre dans le carré BB99Fig. 5 - Schematic explication of pedosementar horizon formation caracterizing the stone support in BB99

11Les limons carbonatés jaune-rouge des niveaux 11 et 11b (Fig. 4a et 4b), épais de 0,6 à 2,2 m, se caractérisent par la présence de 25 % de sables, d’accumulations carbonatées isolées (dues à la pédogenèse et à la dessiccation) et localement de lentilles plus grossières. Ils correspondent à des limons fins de débordement, mis en place dans sa plaine d’inondation par un cours d’eau à chenal unique et à méandres, dont les eaux ont une vitesse réduite et une importante charge sédimentaire fine (Campy et Macaire 1989). Cette séquence alluviale pourrait s’être mise en place sous conditions tempérées (peut-être interglaciaires ?), peut-être à la fin du Weichsélien ancien (stade 5a ?). L’unité domestique de “La Folie”, datée du Paléolithique moyen, est localisée à la base de ces limons de débordement, témoignant d’une occupation suffisamment prolongée et temporairement à l’abri des crues (Deloze 2001).

12Après une phase d’érosion, ces alluvions fines ont été recouvertes par un ou deux lits discontinus de cailloutis moyen de silex gris-bleu et de calcaire (8 et 10), entre lesquels s’intercalent parfois un limon sableux rouge-jaune à ciment carbonaté (9). Leurs matériaux provenant des affleurements de nappe ancienne et de colluvions situés en amont, ont transité sur le versant à la faveur du vallon sec repéré au sud-ouest du site. Il s’agit vraisemblablement de colluvions grossières, mises en place avec le concours des eaux de ruissellement et peut-être aussi des phénomènes de solifluxion, sous climat périglaciaire. Ces dépôts sont postérieurement marqués par des déformations dues au gel (présences de fentes de gel), des perturbations racinaires et une phase d’érosion.

13La stratigraphie s’achève par une épaisse séquence de colluvions fines, parfois fortement érodées à leur sommet et souvent affectées par le gel et les phénomènes de décarbonatation ou recarbonatation. Difficilement datable, cette couverture est composée de :

  • deux phases colluviales (6 et 7), à granulométrie nettement plus fine que les colluvions précédentes et représentées par des limons sableux brun-jaune dont l’épaisseur décroît du haut vers le bas du versant ;

  • une phase de dépôts à petits granules calcaires anguleux emballés dans une matrice sablo-limoneuse jaunâtre carbonatée (5), résultant de phénomènes cryoclastiques qui ont affecté le substrat calcaire gélif sur le versant, mis en place probablement sous climat périglaciaire ;

  • enfin, trois phases de colluvions, limoneuses à limono-sableuses, renfermant des granules calcaires cryoclastiques (couches 2, 3 et 4). Elles ont été piégées dans un paléorelief en creux aujourd’hui comblé et quasi invisible dans la topographie, situé presque dans le prolongement d’une vallée sèche.

14A côté du site paléolithique, des structures datées du Néolithique (Tcheremissinoffet al. 2000 ; Tcheremissinoff et al. 2001) ont été mises au jour pour l’essentiel au sommet de la couche 5, ce qui permet de rattacher cette phase de dépôts à une période antérieure (début de l’Holocène ?) et les colluvions sus-jacentes à l’Holocène sensu stricto.

II. 4- Conclusions

15Dans l’hypothèse où les corrélations et attributions chronostratigraphiques seraient pertinentes, l’unité domestique de “ La Folie ” datée du Paléolithique moyen pourrait se situer dans le stade 5a, soit entre 84 000 et 72 000 BP.

16L’excellente conservation des artefacts paléolithiques serait la conséquence d’un emplacement particulièrement favorable dans la vallée du Clain sur le bord externe de la nappe alluviale Fy, au sein de limons fluviatiles sus-jacents à une nappe alluviale non altérée, auxquels se superpose une couverture conséquente de dépôts où prédomine la dynamique de versant.

17Malgré les nombreuses phases d’érosion, les témoins de l’occupation ont été conservés en place, même si, à cet endroit, on peut noter une légère dépression chenalisée correspondant en amont sur le versant, au prolongement d’une vallée sèche. Celle-ci a d’ailleurs pu servir de « couloir » d’évacuation des colluvions, des dépôts de versant et autres ruissellements, vers la vallée du Clain.

Fig 6 - Intégration de matière argileuse au sein de la masse de cellules calcifiées
Fig. 6 - Clayey material integration in the calcificaded cell

Fig 6 - Intégration de matière argileuse au sein de la masse de cellules calcifiées Fig. 6 - Clayey material integration in the calcificaded cell

(a), plages charbonneuses résiduelles suite au lessivage du foyer (b) et fragments d’os brûlé intégré dans les cellules calcitisées au sein des taches noires (c)
(a), residual charcoal areas and fragments of burned bones in calcitised cell

Fig. 7 - Dégradation en place de fragment végétal et conservation du réseau cellulaire
Fig. 7 - Vegetal fragment degraded in situ and cell conserved

Fig. 7 - Dégradation en place de fragment végétal et conservation du réseau cellulaireFig. 7 - Vegetal fragment degraded in situ and cell conserved

(a) réseau cellulaire organisé, calcifié et relativement bien conservé (b) et effondrement local du réseau cellulaire calcifié suite à la percolation d’eau (c)
(a), cells organised calcificaded and relatively well conserved (b) and local effondrement of calcificaded cell according to watter percolation

III- Analyse micro-morphologique du niveau d’occupation

18Les limons d’inondation de la vallée du Clain ont permis le développement de sol brun calcaire marqué par une abondance de poupées calcaires en place. Enfoui à plus de trois mètres de profondeur, ce sol a révélé un degré d’enregistrement pédo-sédimentaire (Fig. 4c) exceptionnel qui s’est traduit par une bonne conservation des artefacts et de leur organisation. La préservation d’un niveau moustérien au sein de l’horizon profond a montré une occupation en place matérialisée par des assemblages de silex et par une organisation circulaire délimitée par des blocs de pierres en majorité calcaires. La surface du sol d’occupation se caractérise par des assemblages pédologiques marqués par des taches noires et diffuses pouvant être confondues avec des imprégnations de fer et par une plage blanchâtre rappelant les traces d’altération et de désagrégation en place d’ossements. Les investigations micro-morphologiques ont porté essentiellement sur l’analyse de sédiments provenant de la zone placée sous les blocs de pierre et de matériaux des assemblages pédologiques (taches noires ou blanchâtres) visibles sur le terrain.

19Les résultats de l’étude sont de deux types, déterminant l’origine de l’organisation des blocs de pierre et définissant l’anthropisation de la surface du sol à laquelle s’ajoute la présence des amas de silex.

20L’analyse pédologique du sol supportant les blocs de pierre a montré un creusement bien délimité, comblé ultérieurement par l’effondrement partiel de ses parois sous l’effet de la saturation du sol en eau. La matrice sédimentaire de ce comblement est de ce fait partiellement lavée et la masse du sol est orientée, ce qui la différencie nettement de sol encaissant naturel adjacent. Ce dernier présente une structure légèrement compacte limitée aux abords de ce creusement. Son remplissage se caractérise par la présence de réseaux de cellules végétales en connexion conservées par calcitisation. Strictement limités au comblement du creusement, ces végétaux ne correspondent aucunement aux débris de décomposition de racines. La présence d’un creusement est confirmé par la combinaison de critères : la compacité de la paroi, la dégradation de restes végétaux notamment de l’épiderme (Freytet 1992 et com. orale) et l’apport des blocs de pierres. Tout ceci, nous laisse fortement à penser que le fonctionnement de cette structure correspond à celui des trous de poteau (Fig. 5).

21L’étude des matériaux de certains assemblages pédologiques visibles à l’œil nu (tâches noires ou blanchâtres) et localisés sur la surface d’occupation a permis d’une part leur identification, d’autre part la reconstitution des processus de leur formation.

22Ainsi, les assemblages blanchâtres en bordure nord de la concentration I a et b (Fig. 16) se sont révélés être des accumulations calcitiques déposées dans des cellules d’un fragment végétal dégradé en place (bois). Le réseau cellulaire est préservé grâce à une consolidation liée à la calcitisation. Son emballage sédimentaire est caractérisé par la présence d’abondants charbons associés à des fragments brûlés de la matrice du sol reflétant une zone de combustion. Sa partie superficielle, lessivée, et l’organisation de la sole ont été partiellement réorganisées par les processus biologiques. Tout ceci suggère l’existence d’un foyer altéré avec des restes de bois (fig.6).

23Les taches noires, quant à elles, sont finalement limitées non seulement sur un plan horizontal, mais aussi et surtout sur un plan vertical. Leur formation n’est pas liée à la ferruginisation des sédiments. Elles sont issues exclusivement de la décomposition de matière organique végétale formant un lit relativement continu. Ce lit est emballé dans une matrice carbonatée où plusieurs réseaux de cellules végétales sont conservés par calcitisation. La limite de cet assemblage à environ cinq cm d’épaisseur et l’absence de réseau racinaire ont permis d’écarter l’hypothèse d’une dégradation d’un végétal développé naturellement. Bien au contraire, l’ensemble des critères pédologiques précédemment évoqués font penser à une accumulation de végétaux décomposés sur place. Bien qu’il soit difficile de préciser l’origine anthropique directe de cette accumulation, l’épaisseur homogène des réseaux cellulaires (environ cinq mm), permet d’évoquer la présence porbable d’un seul et même végétal. Dans ce contexte, l’hypothèse d’une sélection anthropique de ces végétaux est possible. Nous envisageons la réalisation d’ analyses complémentaires afin de déterminer la nature de la matière organique et surtout de rechercher d’éventuelles traces d’apports anthropiques expliquant ces accumulations végétales (Fig. 7) où la présence de restes osseux brûlés a été déjà attestée.

IV- Industrie lithique

24L’industrie lithique moustérienne de “La Folie”, bien que d’effectif modeste (1304 pièces en silex, coordonnées, dont 399 inférieures à 3 cm), exprime clairement les comportements techniques et économiques des hommes implantés sur cette rive gauche du Clain.

25Tout d’abord, en ce qui concerne l’acquisition des matières premières lithiques, ces comportements se caractérisent par une sélection de blocs bathoniens dans un territoire local, voire de proximité immédiate dans les dépôts de versants. Malgré une implantation sur les berges du Clain, les moustériens n’ont pas exploité les potentialités naturelles qu’offre ce milieu (galets alluviaux quel que soit le type de roche).

26Seuls treize blocs de silex ont, semble-t-il, été nécessaires aux activités menées durant l’oférencie: terre végétale limoneusealiuvaertœi(adontealiuois moien lage délimit moieffet anguladre de le, doncomp)sité Fign des rdements techniques et économie nettems deeffecttfet ce qui sallée cie:bs nas bathp/a> ôts suprro-mangsear une a présence de 25 % de sréseaux dssoîté rpt de lanchLe reparteienndturelles’ourrunitconegétal,n enasi matérvégéhaselluvions pempéréeg. 3aniséeunealiuents.uhropiqupe (Fig.  ré piégées d/a>.

Fig. 5 - Explic8 - Nucé usiogeolatupe (Fig.  ré (nn plac aujoet d)eeonatédedssoît rpt de lancFig. 7 - Vegeta8 - Promers natuLe repartentFig. 7 - Dégra8 - Nucé usiogeolatupe (Fig.  ré (nn plac aujoet d)eeonatédedssoît rpt de lancVegeta8 - Promers natuLe repartent<iv class=Zoom Ori9inal (png, 127k)

Fig. 5 - Explic9 - Rentre lee ses paroau mousucé usiLe reparteienndturells’ourruniionpoliotuFig. 7 - Vegeta9 - Pses ant unificadonpolirr durrunLe repartentFig. 7 - Dégra9 - Rentre lee ses paroau mousucé usiLe reparteienndturells’ourruniionpoliotuVegeta9 - Pses ant unificadonpolirr durrunLe repartent<iv class=Zoom Orig0inal (png, 127k)

26Se7haut en bnus dp

rérées t o-es des hommes lée dussoît rpt de lanc ement, ’est(Gen piè1985t d’asiment
    7
  • deux phasetapord,ésulta ts auti enalocs e caaisseuration schématiqsus de >

  • 14A2 haut en barés,il nu (ti (début ts dee nettemsnts. Eun emsbathp/a>réré a d’saille’asiment part laane que leon ou hases pagne dede lrritèrncours cartographoesdébafin té pbs u procesJ.M. Gen pièatiA. Turqt(Gen piè7 - opetacit1) ont atiTurqt1990)oirebl.% de eaux, d couI ahâtrpbs usessenti“La Foli datéedépnt sur ede teble des critères de >"listlevel1WW8Num18"> 5

  • deux phaseun d couI ahâa cog">proximisur-ées par desbathp/a>

  • couche 11tion ur-ées par dmatiqsus de >

  • couche 11tion ous-ées par dmatiqsus de >

  • couche 11tion ur-ées par dmatiqsus de >

  • couche 11tion ous-ées par dmatiqsus de >

Fig. 5 - Tebl. 1strate lrritèsquels s’ d couI ahâtrts dee nettemsntscde cgoriaphs t orécédemoli datéeembles sesdébafin eh2> ig. 7 - Tn seu1strate lritèrbetweeificads t oréc lequ etgoryments sesebafin t d couI ahât

te co1n4">Tonolog17Cte co"anised la ng="0">Fig. 5 -rgin-left:0in;margin-.0785right:0in;text-inmmght:0in;topinmmght:0in;bottominmmg témr-, deapse:se lrrneg témr-d la ng:0pt;
  • thref

    lass="texte" dir="ltr"> td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    td

    14A2s résul présente nt lcallé dan Fign detion inrl’vés emmcture exs blomatiqsus de >26S3analysParmis’ .uhropiqupe > iuentsolat ccour foisâtretraientsolat c la d la natu Le repartt traosemrde blocs matrssentonduescansnag u cespblorrocheorécéd infatu rocessus céseoisgmeno crete qu ) se sont0isés stei rcul , é doit conspec achecéd pl e de réseau rabiccup dsagnnspeciséeécreusemattribugine anlithique mmée M au sein de raTrampér Aquul La d’effectctype de rome vccuiès culcent. t trpument onduessexdes

    Fig. 5 - Explic10stratseoisgmeno cabattuirgesolat ig. 7 - Vegeta10strBacked kstégepi a flakFig. 7 - Dégra10stratseoisgmeno cabattuirgesolatVegeta10strBacked kstégepi a flak<iv class=Zoom Orig1inal (png, 127k)<241v>

    26S3étudeS diffié daa priner la nature aturatede tabilrigine moitillcrete qu uti é dimNous envrolongedes maats meuparoil tarnturel emsbathr la nature durtlules v.uhropiqubrutlités naécreusemitilistœislongaroxiitioncodogen pédologiqment de celnvisOin.

    par ucéu sol suprant rocesS. Beyriaphn vertiohocsiepées v46n silex, creuds d-delgmenr altérrt d couI ahâanr altilistér (30 %piderme (Fohocsiepé),e caltilistér pe entles bentsolat cbrutli(64,2 %) (B cogus r 7 - age la hre. 2001) a das liée ronc té ocecerneionned couI ahâanr aoitillcrete qu é daisseu,rneion explas liée à lbois’un creusemenon en place msenlationenées dus vsur ldes assembaturatednsemmomatiqsu bnt papiégées rant l. Àce”, bien que dcd’saill critonfonduescarbon tee à ompacisurvu sont ear,oi, la dire embles est possibsoup7) où la 11) a dperbons dsagnésra, e de réseau tion enées la ferr chrurvu sonx csenca le, an/im7) oees due).

    Fig. 5 - Explic11strTapports anltilistér rges du sur ohocsses v.uhropiqubrutlitrrete qu oli daté ig. 7 - Vegeta11strLe repartflakFig. 7 - Dégra11strTapports anltilistér rges du sur ohocsses v.uhropiqubrutlitrrete qu   oli datéVegeta11strLe repartflak<s withilit’autricaduse-wecesapporiv class=Zoom Orig2inal (png, 127k)<201v>

    ="titreilluslegenemon" dir="ltr">Fig. 5 - (1) due).
    26S32 taches noisent pam), ccue anlithique mondent aucunementà lroausun plaàsltécuiès athp/a>mplcaturlongedesed laapportssentlturact dans lesk)26S33 résul pauchp/ajblocs balongem/p>mplcsu bes laged la natu ere lomiser l’ lr rgexistene dede es afin r paroition enées sues des hommes imie nettems dstte ur, ccue an en place mus imie nettemsés sur ce eh2> a différe forévoqublagicer ren qurue an en place moliei datéeque rritoire local, voiif moes potblocs lene que llargn,gtemvoyasemàslte et surla sole ont mobilrts rdemegrdue)nderitolageed laares à es (cerneiorgexisteég lentill des blocs deerme (Folatucoordonn turs un r ltal.gicc liée boisetLa Faccumrts )isar aoiblréeà lneionnegi confirmé sur la s du Weijent de qsu bnotopnomie nettems ,eparted laalitLeur) olargn v une apportparted laalicpars matr(v une aqupe foe nomortslessi) diffé,balongem/cadrreusemenonn des matières emere aqur lafin de d(an/im7) etes (Fig. 7)), sitiijeuginunionlatednsid detbnvi

    IV- Ind5">V-sOi surla solesplac3).

    IV- I2d5">V aIstrAdologiqsplac3).drs rentre lel ces comp 2

    26S3industreisent pam)e ses culnte nuLa F’uiratalongem/rrt d couI ahâane rentre lel fér

    i ( 40 %p(ur ede tabilriocs de polat ces à 3 cmdoge2ime ete62,5 %pslongemtsdépdrreur ednsid dete végélroausnlatiortecut ccoacqu itisatirs rentre lel ée re 443 rges1107n silex,,e62 rentre lel ie nettems dploitufondueson d’fer
  • texte" dir="ltr">26S35analysParmis’ 29ucé usinées brtte rivei“La ><27tpartereuds ax ses cipusemaauneentre lel tifférées par de 93 %piulroausnlatiucé usa différ critèlitésenneion exement iparoil ilex oaiellem cie:bjevallée vnt, ’est Bien qu’C liée le des critères de > texte" dir="ltr">26S3uls treiL orgjorrts rdemerentre lel ée sur placc emen ax ortecut si et si vccplanouès senneiossenthuittpartereuds axeaux es breter l’lat c irr dntre leeée .uhdébut oge10 (pe de12,9 %pidmerentre lel) uParmisex, co critnaleeptgétauxrentre lel rvés parmrtulleser le vnoible rentre le (nb = 5)âtrllée vsuiple rentre le (nb = 2,vnt, ’estposés pn terr l’lat

    26S37 taches noiur c cer r lrtmatières :bjev, chsolar une a pruseauispteeière nettemsaécrbles éeigl. O mbr caeapord, en ce qununicansnageut-êsoac a i végéilex oion. de dn vert v.uherlcaoiif moq mm), 10 nprofondeeauianprofo plsuLa >

    Fig. 5 - Explic12 - R lrtmatières éeigl, chsol ig. 7 - Vegeta12 - Distribuatièmapicad uniortecut ctionrdeda href="docannexe/image/1389/img-2-small58013png" rel="iconSet">Fig. 7 - Dégra12 - R lrtmatières  éeigl, chsolVegeta12 - Distribuatièmapicad uniortecut ctionrdediv class=Zoom Orig3inal (png, 127k)<59v>

    26S38 taches noiur c cer eisrell deerme a leritestoustériennreud-êsles comporttion s végéta.26S3s résulEnms de norgjorrts ,tauxrentre lel rvése té immédiat que esposir lrtmatières ortecut ccormrtuocs chacunrdemegrdue)ndee rentre le litéstes tageemn quntillce de 25 % de srsstmus vsu ser a da ée rart laane que lde ba crhaselluvioucé usiée s par d aIllccplapordecartnésrffectctemblagerentre lel s par d pruseaet surla sole ses culnam)pacide polat cnt, téré sés stolat cgmeno ccour foisgsea sur latillcstois msoctéesboisdébphdébures dsstmsbathr l ’estslong ce maucne deent par untuéss et écone ses culnam) ntype debr caacc où la 13

    Fig. 5 - Explic13 - Rentre leiuratde médiat (olongems oaas eten ves de nomiestl emsb(ed laalin inrnebol"ltrrn)urapumelce zoneuratednac a a solenté ig. 7 - Vegeta13 - Refes cwfieide médiyeque (lagis vsheiortecut ccoac a a sol) nts pégmiestl emt unifs (lagis vnts ordgis v en place marea)L emtsheintthtednac a a soleareaa href="docannexe/image/1389/img-2-small58014png" rel="iconSet">Fig. 7 - Dégra13 - Rentre leiuratde médiat (olongems oaas  eten ves de nomiestl emsb(ed laalin inrnebolZoom Orig4inal (png, 127k)

    26S40 taches noirentre lel rt tses de nomiestl emsblléeemtszones ratednac a a sols ée boloiée is aos dillet , cn quntiller altéisseures breteatde > de néss

    2 taches Ure la r/gi confirm au sein de rallei ves , Champlcsu Bossuatu(Gmm),de), siliv es iresnagmus vsu seru tocfrom1n4ftn2">(...>

  • 26S41 taches noi rosstte ur, ccusu serle anet surlusemaatot tse rosilex oion. de dgélésulta sea sur latbalongem/car es BF. 108eaux ilexisdatb1,8 kgmortss par de e caangula dee”que u cesionnd,oi, angulatrianglimitaleeLautbalongem/car es BF.101mortsdatb6,9 kgmoù la 11) aBeffe diffipe dere nicilladr lcf la evefe diffipr lcgment vseinta creusemer altpnlati d prde cel.hrefftn2"cfrom1n4ftn2">2

    26S42 tachesV.IItrAdologiqsplac3).drs ilex oion. de d

    26S43 résulUnlroausnla 124ilex oion. de da gées ees duLeur riveia rivccupmus dune r aPis mèt68 %piartereuds ax rvés paac a auenté-ée (esnuntill2) u cs 31,5 %pe daane rvésr lrtme riveirestmus via rivccupmus dune r (esnuntill1) où la 12

    IV- I3n1o>Lr lcgsnuntill2paciemnlta compornté-oiée 3

    26S44 taches noi rtographccuse rll

  • texte" dir="ltr">26S45analysDlongee zoneuoiée ru/gi confi,ment pole ont que leon otednac a a solent, semb, 85n sta c dstijeuxene qourmusa eveltemnlta comporrepngpriner ax me ontngurur oq mm), rive65 cme ontargn où la 14a) u de ce3)onfi,mqugm)e sta c dstid laachtillesot ednac a a solpacisuartrvésregrduee aquruirgd,oeruseasur u sea sur latbauenté,our téurmus via zoneuratrubt l t de qmlatbetivis ncetisatitumic="torphorécegéloids.drs ilex odes aés ageemnlta comporée sur artebm)e0,1mort1,6 kg

    Fig. 5 - Explic14strLsur laa sole ont zoneuemnlta e a, dms oaasbete ont zoneurubt l fer ig. 7 - Vegeta14strLsurautricadstones ednac a a sol,iortecut ccoac a a solvnts burndeareaa href="docannexe/image/1389/img-2-small58015png" rel="iconSet">Fig. 7 - Dégra14strLsur laa sole ont zoneuemnlta e a, dms oaasbete ont zoneurubt l ferVegeta14strLsurautricadstones ednac a a sol,iortecut ccoac a a solvnts burndeareaiv class=Zoom Orig5inal (png, 127k)<52v>

    ="titreilluslegenemon" dir="ltr">Fig. 5 - (a etenquut ’e4 (b) ru/gi confie onMaro’sa ur-Sei n odr lcprès JulntmbatuRs al1999) ig. 7 - (a ,enquut ’e4 (b) cadMaro’sa ur-Sei n La F(JulntmbatuRs al1999)
    26S46 résul paeemnlta compor critèonduestiiàslte n s végéta.vorin de betinappnspec uisptee a, n s végéta.tre confécr- ltal. ultte nu, cn quntillenomdsta c dcprès erur uractou qourmerur uract

    26S47 taches noiee nettemsntscdue)ndon d’fers,mentamntillce tngLautte ln où la 14a),orgexistece de 25 % desemenonl (Fim) o cneresolvnuireole ont oit l/pviLa por c uispoigine mdsta c di, aaçr peeelluvjpolttég a darvésement ipalntillenomdsta c dn/pdites cm ><7) etee 2gulnam)onfie onsblocs bur co-refv138mférpiégées rde blocs mae uUnbetc="ûteut-êson.ituéssv3anissoctéestioncvriatirs de s afin oion. de d proximi ltal.œiscécrine muongaax ola rs

    26S48 tachesHypothdatbn inrl’vatté

    26S4s résulÀce”, bien que dtrès dec nr aobjev, (r ax olat cer semb, dorelaties à 3 cmiàssuartme

    sttillcstcvécut>26S5analysPourtasemàsrme (Foht l/pmic="scopcéd iems odologispmic="-torphorécconomofirm a e cap/emnam) zoneu(Z4-ù la 16)uratrubt l t de q sur la seour téurmuntélesot ednac a a soltoustérie(Ia eteb ù la 16) a dcr-crérimppconr caacc ortsec br caa cres taus desemence7 - leresvhâane ce dses pon enmusuvfoyer eque ; oltymbr caeapordecartei7 - idmerestmsbathear dses palntillbrûl ayocs r cai ratedmb disseu eque (Spalami 2001) a daellem ament ronc sexdeevece de 25 % diniac3).dr altéryermàsde médiat dmnt zoneuemnlta e a

    26S51 tachesDr lcprès sus crnturel emsbriee foravons rges du sermiuratnquut ’ ctionnnux, coearqu oréce dsl orustéria difsermpiartemnlta compor critèer altppolt. de néss

    3 résul D. Mioht e1989

  • s="paranumber4 résul D. Cléritb7 - age l. e1989
  • 26S52 taches noi rosesquut ’ que ru/gi confie one”, bien que dcur enaporttioemnlta comporruseazoneuratrubt l t de ,dploitolara priart la rs n enées s a dcrsaill cprgadébr latillparslte nborbon% desemobjev, ces comp,ffet Weicgulaer altgros oaasbbilobat (roximiiner ax ffet-oaasbathr l ’es) a dl éeigl, ces comp oprusear lrtmatièasymv i vpacisoujdurforf mirecôte mouideerme ala r/dnoi rossquut ’ coù la 14a) u pauchdistribuatières éeigl, ctot tss ryerphée àr u servirscarbonfr vntu,rneioctype depot tss gi confis au Psl orustéri es à 3 cmi(Prrt Ps rt esposiRoehe Gda debtocanumberfootnésur lo1n4">hrefftn3"cfrom1n4ftn3">3 ra>, au Psl orustéri mrye q(Saolt-Germaol-tss Vois ocanumberfootnésur lo1n4">hrefftn4"cfrom1n4ftn4">4 ra>moui %o r/Psl orustéri .uhdébut i(PL emvnfi,mMarel gy, Eaticrs) u s aldatednsemmomati,oi, s couIldatehaerurbete ontumnam),gem/ryermcormLautbtmbaffeelati nomod laaliprnél (Fi olilf mirrts rdomentuéssss phisto i v

    IV- I3n2"#Aesnuntill1paciuseahabotblocs délimitrm au sein dnpa? 3

    26S53 résul liée boisdes bluyocs riveia nt lniér pe placc elongem/dilocs airmus via Ps phistoirmuriee forttilero terr ltayrue anhypothdatbesemenonhabotblocs riveigi confie one”, bien quepacie7 - squut ’ecansnag erocessus hemmctrssentcormLautr ce dses poac a atèer altÜLa e anhabotbl,oerdporteme éeigl,évoqtnfie onvoqtrtbetivis ncetfe dit l/pon d’ iruseaep pliér ebm)elted laarestdébut ,Fign detieomporrbrrts ,oqun exed laar"ltdébut u cien idébut iesemenonhabotblocs ée ltilis tssentltee ses poi,tionenées dusomentuéss,caturlongtfet Wus caliuoar nt lniér poivei“emmcila hre.que (LeclerccatuTar ea e1994 pla 482-483

    26S54 taches noi rtographccuse rll sés stp/emnam)sbn inrl’vattor

    26S55analysSre forrelréel/pmaméumgéilex oion. de dsur artebm)e1mort19 kgmo13/23) où la 15,ilex on°a 1oge13),iilt critèspoi,tsture e caangula délimitrtses de auianprofo Tuartilex o.uhres afin de d(ilex on°a 14,l15,17)toot rllonfog lentillfensef ses poi, gauchrgadébr lablocs ricn exis .uhros)eltl (Fte nt n quntilllléeef moetdébut uCctctecle peeelluv sefa depot rllemenrmLautr ce rgadébr lablocs dl, cdinoi"ltrrnsiesemenonhabotblocs

    Fig. 5 - Explic15 - R lrtmatières ilex o(ur noir) riveia rivccupmeion a permis dm au sein dn ig. 7 - Vegeta15 - Maphdistribuatiècadstones (l sb quk) l sxcavdeareacadsheim au erianÜLa ecad daté href="docannexe/image/1389/img-2-small58016png" rel="iconSet">Fig. 7 - Dégra15 - R lrtmatières ilex o(ur noir) riveia rivccupmeion a permis dm au sein dnVegeta15 - Maphdistribuatiècadstones (l sb quk) l sxcavdeareacadsheim au erianÜLa ecad datéiv class=Zoom Orig6inal (png, 127k)<6.5v>

  • 26S56 résulPis 3 cmdbr caatréel/prgexistntpac

    exte" dirpuporivgin-left:0in;margin-inght:0in;text-ining="lt-inemenining">

  • exte" dirpuporivgin-left:0in;margin-inght:0in;text-ining="lt-inemenining">
  • exte" dirpuporivgin-left:0in;margin-inght:0in;text-ining="lt-inemenining">
  • Fig. 5 - Explic16 - PlanÜyntu ti végoiee nettemsntszones rateisrell dumobilrer ig. 7 - Vegeta16 - Syntueticmapicadsheiee netems dareaortecut ccoac a a solra href="docannexe/image/1389/img-2-small58017png" rel="iconSet">Fig. 7 - Dégra16 - PlanÜyntu  ti végoiee nettemsntszones rateisrell dumobilrerVegeta16 - Syntueticmapicadsheiee netems dareaortecut ccoac a a solriv class=Zoom Orig7inal (png, 127k)

  • 26S57 taches exement iparoil rentre lel rt tnguromiestl emsbreles steiuxes de nomzones ratednac a a sols esinrn dstaoleire xe dpproximomaf ée-oiée où la 17)isaéann lag iems oxendee rentre lel rt tsetnguromiestl emsbnnreud-êatitairngtmntillc (Fim)ntillee nettemstebm)ecsteiuxezones u dorgjorrts rdemerentre lel rt tsetnguromiestl emsbesot ednac a a soltI ée oria idellléeef mn idébut ieioWeiiquut ’e(entamntilllléee ednac a a soltII) 7or, neioctules ve ednac a a soltII voqtnfieois msoctéesboirelblocs dl,véeigl,isolllestsur la sies n exoetdébut (lléeemunté). Àcef mn lléd iems liaars s esinrn dgétauxee nettemsntscdnac a a sols rvés pugtms uParanprofondt trdr lcprès A u croi Gpughance7 - déoispétéesboioit conomnprofondcar essiems lidinoieeun exed laarsomentués,vjpognaportm/ryermaax oaasbathr lchev, es que lde che a hreque ( croi Gpughanc1983, pla 170)pa;
    tlistlevel1 latlmvnl1WW8Num24

    rant luoar E. Boëda eteJ uPelegqolepoivetionnrmLautr cms oaasbathsu serl onMarel gy etep>sttrue anhypothdatbesemaffeeln/pdauartrgescnegi confirofirm a végoi cdinoingaucs br caa crsas li suri vntspaduangcs afintce de 25 % desemen obstlcle (Boëda etePelegqole1985)pa;

  • exte" dirpuporivgin-left:0in;margin-inght:0in;text-ining="lt-inemenining">

    Fig. 5 - Explic17 - Plandr r lrtmatières rentre lel roauux ig. 7 - Vegeta17 - Maphcadrinifsa href="docannexe/image/1389/img-2-small58018png" rel="iconSet">Fig. 7 - Dégra17 - Plandr r lrtmatières rentre lel roauuxVegeta17 - Maphcadrinifsiv class=Zoom Orig8inal (png, 127k)<7.2v>

    26S58 résul liée es n exip placleso gauchzoneuratrepos,dstaoleire xe su-ée/nté-oiée,llléeef mduLeururtb.uhrose a, ri .ea sur latrllemem/stte urmratedmb disol.rLsur laa soleog lentilltairaisseuavecgems modè7) ethnps dptérismonnnu vasenlss ryerphpectéesonduesn qu sies n exn idébut i(litn terr lAmdéb végu Nté), dcvonsposicormrulocs k)OneaieeunarTta c. exte" dirpuporivgin-left:0in;margin-inght:0in;text-ining="lt-inemenining">
  • 26S59 tachesDr lltppolt.26S60 taches n de b sulamajeiveti evé lor, ccumulatidpproqumus via rquut a sol.26ttégrssentcgauchhdébo onche enrécéd Sis stp/emnam)sbhabotblocssmonnnuesaéporattribua crsaau Psl orustéri es à 3 cmi(mureeln/pdsta c dnr lOlduvaï,nhabotblocs n/pTta a A asa),odaill u Psl orustéri mrye q du suremsbesonquut ’ cr exhabotblocs tasg envsbe forim riill(hormistMnrdova coeUkrll s) aPourtase,assemblagecgsnuntilsboses culntesgéilex oaur3anisdui rtotr sLa Fgmendl o cvpaoppeut-sbn inrl’vattfs que lavrcs s a liée lm/cas, pars138iree,us via rquut la délimitrtu/gi confirm au sein de raia Butt desemArvs y (Gpuédo age l. 1994) a liée ronc bment ipalntilllléeemuentps mèt rtographcu Psl orustéri .uhdébut ,beaucdue que lrioht,briee foravons oria idee cre’évaphcocuafin de d a dcrsailldemde nrllonfosonduesn e llargneusemlargies lldpprorndier,oi, ltal.neiossentlr rnettem iparethnps dptéris meur lat u cs ltalu sermiurat/emr de sbe foremnêohtfie onirtr e soit onnrismonncis 3ons rges du la rs nquut ’ ctés naécrsrtu/gi confi

    26S61 tachesAu=" iems ultal) eten inrl’vattorecvéenunderitolageses cldarvéses tarsid deermsurmctenomhypothdat ccormrtuocs dms oxendprnél (Fi olire’évabriee fore forsemmctrfixs s aageonese rcsstootroxiildl o cvpaoppersés starguafiner que lde rnds afintcorforf mirerurvu soultdébut ,alongem/cadrreusemenon crps dptvi

    IV- Ind6">VItratncis 3ons

    26S62 taches n/gi confirm au sein de raei datéeque es PoiéléecormLautbunionnettem iparemNortasedlongem/cvéextx e 2g3onusnla cgauchhdébo o u doès s de norareiat dmoi rtographsoacquocs de p a permis phcu Psl orustéri mrye qdlongee Vn dnaellemcu stéaucr exhabotblrm au sein de raei datéeque ltgi confie r altgrde an idéond pl affee iems ardl o concvert s e 2g3onusaphcu Psl orustéri mrye qdrallei ves esimla dulatillcstois msoctéesgmendl roaass leiuratrivccup. Qit conomgi confis etgrogte eu,ffet rbrrarvéspordecartss par dsrolongemtsv une aqupeincipatneetenionnd de dnu, cnagtmntill(v une aqunuCimin,us via Vn dn,tsei exAnglimbaturatia Cmcu c) u cvccuiès culcent. cstois mées par dat e 2g3onusaonfirmé e M au sein de raTrampér Aquul La ddiffé,be foredescvons vusi elg es iresent pam)eachecéd,ment aucunesllemem/mieisgmeedescttribuatièreue anlithique m raei datéeque

    26S63 tachesDr lltppolt.26S64 taches exlithique mcustéri expbnesles compord dsur"ngtmntilss et écon tes des hommes uegrdue)s sur cees riveisbergl,iuCimin. Ilsaon" direcsuseaoes potblocs dumilreumin detistsur (except otéistx au milreurepuvial)uparslte n des matièremilex ont, semb aturateon. de riveislléré saroxsinaportm/campcafin u nomilex ont, semb rvésees pottte rtaoleir Fednacpt otLe reparti, odalottte e 2curtemsntsssentl exement ipa a dl odalottte époradapvé doéosiconfiga sol.stlletdu Weicartst tss oitillcrete qu ttst tss .uhropiqubrutl. Dttionenées dus vees due).edetses dtest Bie tenomrganiquesed exœuve(dess, ear,os (Fig.  soup7)apiégées rant lodaill ex a permis a différ ament sexdeeveoi diltee ses imNortaseeteatce dea>mplcaturlongedesed laapptrllé la rs niuesed exonenées ducvéemNorll s saroxsinapors

    26S65 tachesDr lltppolt.26S66 tachesDr lltppolt.26S67 taches apisseureisrell eeurgadébt. custéri,vnt, ’estesemen maméumgé13tilex or lrtme riveu sfopamententmamé3).dr 10 cm rivepordeeia rivccup, umbouis du ua.très rrt taules vrentre le ament sexdeeveu sfuécone a permis u pcr-c,dstaolelttionenées durant lo(nt, ’estee ltilisblocs riven qu s omobjev, ete stn llrmLs confis etgag sr(mrnus bl.t écon Eserlaurllempuse foraider que ljau eeusemàsef mneis fica sol.26S68 taches exati nomppoltl Nouittfs eioctauch(Fatéré dsrès ssemblaeut-ênr aoroxiim a vdiffitre c deeelatrodaill u M au sein de rsecvéextxs.très ivora crsaes n exorregistrtntiletse tenomonenées dudnthe pcon tneiocts onenées dur une a3anisvrlllerit creusemuseaet surla solees des hommttsoci3) ois mcoireexe vdisagnion exrdvoqtc dejau ce malor,. Àcdifsrati,iilté drrt regroqtcseureics liaroxiipu o cvpaoppersle cre’évaphc

    rll srgescnegi confi aL ex rqu oréce d’eltté,setrainef mt l/poevoqtn Weint oncvert decumuusermpd“La eexcept otnéoqun exerregistrtntiletsens breas)sb rtographeleirep>mplcla dule,asormLautbsoctéesen obstlcle (ccplehc

    mplcat/ude smrye , oéosiconnturel emrd dsur"ngtmntilsssocio-es des hommes emegrdue)ndhumaols pl affee ie exoeteneièrss .uvccupsmus dune r cesnflédiattbetirivccupmes n exor arrl uedeajee,assauched a ai de pecisaritolaemblagecalneesteindreosicoirs pheneièFign detiertu/gi confirudn inrdximis omn inrl’vattor

    ocanumbergo-top"cfrom1n4ses cld-.png">Tophcadpcgs

    hsseips dptyconOrig" sblocs

    Bsseips dpty taches

    BOËDA E. et PELEGRIN J. 1985 - Approche expérimentale des amas de Marsangy. In : Les amas lithiques de la zone N19 du gisement Magdalénien de Marsangy : approche méthodologique par l’expérimentation. Archéologie Expérimentale, cahier n° 1, Archéodrome 1985, pp. 19-36.

    BOURGEUIL B., CARIOU E., MOREAU P., DUCLOUX J., 1976 - Notice explicative de la feuille de Vouneuil-sur-Vienne (567) à 1/50 000. Ed. BRGM, Orléans, 24 p.

    BOURGUIGNON L. et ORTEGA I. 1998 - Les Champs de Bossuet. In : Bilan scientifiquedu Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine 1998, p. 146-147.

    BOURGUIGNON L. et ORTEGA I. 2000 - Le gisement moustérien de Champs de Bossuet, DFS, Service Régional de l’Archéologie d’Aquitaine.

    BOURGUIGNON L., SEGARD N., DELOZE V., SELLAMI F., EMERY-BARBIER A. et BEYRIES S. 2001 - Le gisement moustérien de “ La Folie ” Poitiers, DFS, Service Régional de l’Archéologie de Poitou-Charentes.

    CAMPY M. et MACAIRE J.-J. 1989 - Géologie des formations superficielles : géodynamique, faciès, utilisation. Ed. Masson, Paris, 1989, 433 p.

    CLIQUET D., DUMONT J.-L., DUPONT J.-P., FOSSE G., JOUIS M., LANOE B., MANTE C., MOREL J., QUILLARD J., THIEBAULT S. et VILGRAIN G. 1989 - Approche d’une étude comparative des matières organiques des foyers préhistoriques et des foyers expérimentaux. L’exemple du gisement moustérien de Saint-Germain-des-Vaux. In : Actes du colloque de Nemours 1987, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile de France, 2. pp. 29-36.

    COUDRET P., LARRIERE M. et VALENTIN B. 1989 - Comparer les foyers : une entreprise difficile. In : Actes du colloque de Nemours 1987, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile de France, 2. 1989. pp. 37- 45.

    DELOZE V. 2001 - Etude géologique et géomorphologique. In : Le gisement moustérien de “ La Folie ” Poitiers, L. Bourguignon, N, Segard, V Deloze, F Sellami , A. Emery-Barbier et S. Beyries, DFS, Service Régional de l’Archéologie de Poitou Charentes, p. 7 à 36.

    FREYTET P., 1992 - Les cristallisations de calcite associées à des restes végétaux (algues, feuilles) en milieu fluviatiles et lacustre, actuel et ancien (tufs et travertins). In : Bull. Soc. Bot. Fr., 139, actuel. Bot. (1), 69-74.

    GENESTE. J.-M. 1985 - Analyse lithique d’industries moustériennes du Périgord : Une approche technologique du comportement des groupes humains au Paléolithique moyen. Thèse de l’Université de Bordeaux I, 2 vol. , 567 p.

    JULIEN M. et RIEU J-L. 1999 - Occupations du Paléolithique supérieur dans le Sud-Est du Bassin Parisien. Documents d’Archéologie française 78, Série archéologie préventive - Autoroutes A5/A160 ; 236 p.

    LEBRET P., CAMPY M., COUTARD J.-P., FOURNIGUET J., ISAMBERT M., LAUTRIDOU J.-P., LAVILLE P., MACAIRE J.-J., MENILLET F., MEYER R. 1993 - Cartographie des formations superficielles. Réactualisation des principes de représentation à 1/50 000. Géologie de la France, n° 4, 1993, p. 39-54, 4 fig.

    LECLERC J.-L. et TARRETE J. 1994 - Définitions de “habitat” et “habitation”. In : Dictionnaire de la Préhistoire. A. Leroi Gourhan, Presses Universitaire de France, 2e édition, 1994, Mai, Paris, p. 482-4823.

    LENOBLE A., ORTEGA I. et BOURGUIGNON L. 2000 - Processus de formation du site Moustérien de Champs de Bossuet (Gironde), In : PALEO n° 12, p. 413-425.

    LEROI-GOURHAN A. 1983 - Le fil du Temps. Ethnologie et préhistoire. Librairie A. Fayard 1983. 318 p.

    MICHEL D. 1989 - Les foyers du Paléolithique inférieur du Nord Cotentin. In : Actes du colloque de Nemours 1987, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile de France, 2. pp. 131- 139.

    MOURIER J.-P., GABILLY J., PLATEL J.-P. 1986 - Notice explicative de la feuille de Poitiers (589) à 1/50 000. Ed. BRGM, Orléans, 47 p. Notice explicative de la feuille de Vouneuil-sur-Vienne (567) à 1/50 000. Ed. BRGM, Orléans, 1976, 24 p.

    SEGARD N. 2001 - Analyse spatiale de l’industrie lithique. In : Le gisement moustérien de “La Folie” Poitiers, L. Bourguignon, N, Segard, V Deloze, F Sellami , A. Emery-Barbier et S. Beyries, DFS, Service Régional de l’Archéologie de Poitou Charentes, pp. 85-116.

    SELLAMI F. 2001 - Etude microstratigraphique et de l’organisation du niveau d’occupation du site Moustérien de La Folie. Rapport de l’étude micromorphologique. In : Le gisement moustérien de “La Folie” Poitiers, L. Bourguignon, N, Segard, V Deloze, F Sellami , A. Emery-Barbier et S. Beyries, DFS, Service Régional de l’Archéologie de Poitou Charentes, p. 37 à 52.

    TABORIN Y. 1989 - Le Foyer : document et concept. In : Actes du colloque de Nemours 1987, Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile de France, 2. 1989. pp. 77-80.

    TCHEREMISSINOF Y., FOUERE P. et SALANOVA L. 2000 - La sépulture campaniforme de La Folie (Poitiers, Vienne) : présentation préliminaire. Actes des Journées d’Information, Internéo 3, 2000, p. 161-168.

    TCHEREMISSINOF Y., BRAGUIER S., CONVERTINI F., DELOZE V., FOUERE P., MIAILHE V., RANCHE C., SALANOVA L. 2001 - “ La Folie ” occupations néolithiques et protohistoriques. DFS de sauvetage urgent, AFAN, Service Régional de l’Archéologie de Poitou-Charentes, 2001, 113 p.

    TURQ A. 1990 - Exploitation du milieu minéral : Technologie, économie et circulation des matières premières. In : Les chasseurs d’Aurochs de La Bord, un site du Paléolithique moyen (Livernon, Lot) par J. Jaubert, M. Lorblanchet, H. Laville, R Slott-Moller, A Turq et J.-P Brugal. DAF n° 27. Edition de la maison des Sciences de l’Homme Paris, 1990. pp. 104-114.

    Top of page

    Notes

    1 d’après le code des couleurs des sols d’A. Cailleux (Editions Boubée).

    2 Un autre gisement moustérien de plein air, Champs de Bossuet (Gironde), a livré un siège de tailleur en contexte périphérique d’un amas de taille (Bourguignon et Ortega 1998, 2000).

    3 D. Michel 1989

    4 D. Cliquet et al. 1989

    Top of page

    List of illustrations

    Title Fig. 1a - Carte de localisation du siteFig. 1a - Location of the site
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-1.png
    File image/png, 232k
    Title Fig. 1b - Surface de fouille du gisement moustérien de La FolieFig. 1b - Excaved area of the mousterian site of La Folie
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-2.png
    File image/png, 58k
    Title Fig. 2 - Coupe du niveau archéologique sur une bande d’un mètre sur l’axe transversal de l’occupationFig. 2 - Vertical distribution of all flint artefacts recoarded in a transversal axes by un m trench
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-3.png
    File image/png, 20k
    Title Fig. 3 - Coupe synthétique du Clain d’après les données géotechniques de la rocadeFig. 3 - Synthetic profil of the Clain valley
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-4.png
    File image/png, 4.0k
    Title Fig. 4 - Coupes stratigraphiques du gisement (a et b) et représentation schématique de la coupe et des ensembles sédimentaires avec positionnement des échantillons étudiés (c) Fig. 4 - Stratigraphic profil of the prehistoric site of La Folie (a and b) ans schematic representation of sedimentary horizon with samples position (c)
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-5.png
    File image/png, 16k
    Title Fig. 5 - Explication schématique de la formation des assemblages pédosédimentaires caractérisant le support du bloc de pierre dans le carré BB99Fig. 5 - Schematic explication of pedosementar horizon formation caracterizing the stone support in BB99
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-6.png
    File image/png, 127k
    Title Fig 6 - Intégration de matière argileuse au sein de la masse de cellules calcifiées Fig. 6 - Clayey material integration in the calcificaded cell
    Caption (a), plages charbonneuses résiduelles suite au lessivage du foyer (b) et fragments d’os brûlé intégré dans les cellules calcitisées au sein des taches noires (c)(a), residual charcoal areas and fragments of burned bones in calcitised cell
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-7.png
    File image/png, 1.0M
    Title Fig. 7 - Dégradation en place de fragment végétal et conservation du réseau cellulaireFig. 7 - Vegetal fragment degraded in situ and cell conserved
    Caption (a) réseau cellulaire organisé, calcifié et relativement bien conservé (b) et effondrement local du réseau cellulaire calcifié suite à la percolation d’eau (c)(a), cells organised calcificaded and relatively well conserved (b) and local effondrement of calcificaded cell according to watter percolation
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-8.png
    File image/png, 718k
    Title Fig. 8 - Nucléus à éclat préférentiel (négatif en gris) en fin de chaîne opératoireFig. 8 - Preferential Levallois core
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-9.png
    File image/png, 127k
    Title Fig. 9 - Remontage partiel d’un nucléus Levallois de modalité récurrente bipolaireFig. 9 - Partial refit of bipolar recurrent Levallois core
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-10.png
    File image/png, 180k
    Title Fig. 10 - Couteaux à dos abattu sur éclatFig. 10 - Backed knives on a flake
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-11.png
    File image/png, 241k
    Title Fig. 11 - Traces d’utilisation sur les tranchants de supports bruts ou retouchés de La FolieFig. 11 - Levallois flakes with indication of use-wear traces
    Caption (1) coupe de matière végétale ; (2) découpe de peau sèche (3) grattage de peau sèchevegetal cutting (1), hide cutting (2) and dry hide scraping (3)
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-12.png
    File image/png, 201k
    Title Fig. 12 - Répartition des vestiges au solFig. 12 - Distribution map of all artefacts recorded
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-13.png
    File image/png, 59k
    Title Fig. 13 - Remontages de proximité (dans les amas) et sur grandes distances (espaces interne et externe) depuis la zone de concentration nordFig. 13 - Refits of “ proximity ” (inside the artefacts concentration) and long distance refits (inside and outside occupation area) since the north concentration area
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-14.png
    File image/png, 112k
    Title Fig. 14 - Localisation de la zone empierrée, des amas et de la zone rubéfiéeFig. 14 - Location of stones concentration, artefacts concentration and burned area
    Caption (a) et structure 4 (b) du gisement de Marolles-sur-Seine (d’après Julien et Rieu 1999)(a), structure 4 (b) of Marolles-sur-Seine site (Julien et Rieu 1999)
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-15.png
    File image/png, 52k
    Title Fig. 15 - Répartition des blocs (en noir) sur la surface d’occupation moustérienneFig. 15 - Map distribution of stones (in black) in excaved area of the mousterian site of La Folie
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-16.png
    File image/png, 6.5k
    Title Fig. 16 - Plan synthétique des différentes zones de densité du mobilierFig. 16 - Synthetic map of the differents area artefacts concentrations
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-17.png
    File image/png, 10k
    Title Fig. 17 - Plan de répartition des remontages totauxFig. 17 - Map of rifits
    URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1389/img-18.png
    File image/png, 7.2k
    Top of page

    References

    Bibliographical reference

    L. Bourguignon, F. Sellami, V. Deloze, N. Sellier-segard, S. Beyries and A. Emery-barbier, « L’habitat moustérien de « La Folie » (Poitiers, Vienne) : synthèse des premiers résultats », PALEO, 14 | 2002, 29-48.

    Electronic reference

    L. Bourguignon, F. Sellami, V. Deloze, N. Sellier-segard, S. Beyries and A. Emery-barbier, « L’habitat moustérien de « La Folie » (Poitiers, Vienne) : synthèse des premiers résultats », PALEO [Online], 14 | 2002, Online since 10 August 2010, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/paleo/1389

    Top of page

    About the authors

    L. Bourguignon

    INRAP, direction inter-régionale Grand Sud-Ouest, 33600 Pessac

    By this author

    F. Sellami

    INRAP, INA-PG, DMOS, 78850 Grignon

    V. Deloze

    INRAP, direction inter-régionale Grand Sud-Ouest, 33600 Pessac

    By this author

    N. Sellier-segard

    NRAP, direction inter-régionale Nord Picardie, 80000 Amiens

    By this author

    S. Beyries

    CNRS, CEPAM Sophia Antipolis, 06560 Valbonne

    By this author

    A. Emery-barbier

    UMR 7041, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 92000 Nanterre

    By this author

    Top of page