Skip to navigation – Site map
Varia

Le « Moustérien à denticulés » de la couche 20 de Combe-Grenal : implications techniques, économiques et fonctionnelles au sein du système de production Quina en Périgord

Jean-Philippe Faivre
p. 135-162

Abstract

Le gisement de Combe-Grenal, célèbre pour son implication dans l’histoire de la recherche sur le Paléolithique moyen aquitain, offre une imposante séquence moustérienne contemporaine du Dernier Glaciaire (couches 1 à 37). Celle-ci se caractérise notamment par une série de couches attribuée au Moustérien de type Quina (couches 26 à 17), au sein de laquelle s’intercale la couche 20 attribuée par F. Bordes au Moustérien à denticulés. En apparence antinomique dans l’assise diachronique du Moustérien de type Quina, l’industrie de la couche 20 fait l’objet de cette contribution. Au regard des résultats obtenus, par le biais d’une démarche d’analyse mettant l’accent sur la caractérisation des modes de débitage et, surtout, sur la gestion des éclats (matrices), l’industrie de la couche 20 s’avère constituer un exemple singulier du potentiel techno-économico-fonctionnel offert par le système de production Quina.    

Top of page

Full text

1 - Présentation du contexte et réflexions préliminaires

1Célèbre à bien des égards, notamment pour son rôle dans la définition des faciès moustériens (Bordes et Bourgon 1951 ; Bordes 1953) et son implication dans l’élaboration des divers modèles interprétatifs de la « variabilité moustérienne » (Bordes 1961b ; Binford L.-R. et S.-R. 1966 ; Binford L.-R. 1973 ; Dibble 1987, 1988 ; Dibble et Rolland 1992 ; Mellars 1969, 1986, 1989 ; Rolland 1981, 1988), le gisement de Combe-Grenal (Domme, Dordogne, fig. 1) est un abri sous roche creusé dans le calcaire coniacien, orienté au sud et situé au flanc du petit vallon qui lui a donné son nom. Ce vallon, aujourd’hui asséché, constitue une voie de passage entre la vallée de la Dordogne, distante de moins d’un kilomètre, et le plateau de Bord surplombant les lieux.

Figure 1 - Localisation géographique du gisement de Combe-Grenal.
Figure 1 - Geographic situation of the deposit of Combe-Grenal.

Figure 1 - Localisation géographique du gisement de Combe-Grenal.Figure 1 - Geographic situation of the deposit of Combe-Grenal.

2À l’instar d’autres célèbres gisements périgourdins, tel le Pech de l’Azé ou Laugerie, l’abri de Combe-Grenal fut, dès le début du dix-neuvième siècle, reconnu et visité par de nombreux érudits locaux. Sa découverte, en 1816, est due à F. de Jouannet. Plusieurs générations de préhistoriens vont ensuite se succéder sur ce terrain : l’abbé Audierne en 1828, E. Lartet et H. Christy en 1864 puis, dans la première moitié du vingtième siècle, L. Capitan et enfin D. et E. Peyrony. Si les travaux réalisés par ces personnalités emblématiques de la préhistoire régionale n’ont fait qu’effleurer le remplissage du gisement, c’est à François Bordes que l’on doit les fouilles conséquentes de ce contexte conduites de 1953 à 1965 (fig. 2).

Figure 2 - Topographie du site (d’après Dibble et al.), plan des fouilles F. Bordes (d’après Bordes 1972, modifié) et cliché de la tranchée principale (photo P. Hiscock).
Figure 2 - Topography of the deposit (after Dibble et al.), plan of excavations realized by F. Bordes (after Bordes 1972, modified), picture of the main trench (photo P. Hiscock).

Figure 2 - Topographie du site (d’après Dibble et al.), plan des fouilles F. Bordes (d’après Bordes 1972, modifié) et cliché de la tranchée principale (photo P. Hiscock).Figure 2 - Topography of the deposit (after Dibble et al.), plan of excavations realized by F. Bordes (after Bordes 1972, modified), picture of the main trench (photo P. Hiscock).

3Les fouilles de F. Bordes ont mis au jour une impressionnante séquence stratigraphique au sein de laquelle furent individualisées 65 couches archéologiques différentes, attribuées au Paléolithique moyen ancien et récent. La puissance du remplissage avoisine les 13 mètres et repose sur trois paliers rocheux étagés (op. cit.).

4Le palier d’érosion supérieur de l’abri (fig. 3) constitue le substrat d’une importante séquence, composée des couches 37 à 1 attribuées au Dernier Glaciaire (Guadelli et Laville 1990). C’est au sein de cet ensemble stratigraphique que se situe la couche 20 faisant l’objet de cette contribution.

Figure 3 - Coupe stratigraphique de la séquence contemporaine du Dernier Glaciaire, située sur le palier d’érosion supérieur de l’abri.
Figure 3 - stratigraphic cut of the archaeological sequence, contemporary of the Last Glaciation, located on the upper bedrock of the rock shelter.

Figure 3 - Coupe stratigraphique de la séquence contemporaine du Dernier Glaciaire, située sur le palier d’érosion supérieur de l’abri.Figure 3 - stratigraphic cut of the archaeological sequence, contemporary of the Last Glaciation, located on the upper bedrock of the rock shelter.

D’après Bordes 1972, modifié.
After Bordes 1972, modified.

5La couche 20 de Combe-Grenal constitue un horizon sédimentaire continu, d’une épaisseur maximale de 0,30 m. Ces dépôts sont composés d’éboulis calcaires émoussés et altérés emballés dans un sédiment sablo-argilo-limoneux (Laville 1975). La coloration de cet horizon (brun-foncé), associée à la présence de nombreux objets brûlés, ont conduit F. Bordes à distinguer ce niveau comme étant la « couche foyère » la plus nette au sein de toute l’archéo-séquence. Les dépôts s’inscrivent dans une phase d’amélioration climatique au cours de l’OIS 3 (Bordes et al. 1966 ; Paquereau 1974-1975 a et b) avec toutefois une prédominance de la faune caractéristique du milieu ouvert arctique (Rangifer tarandus, Equus caballus germanicus), accompagnée d’une légère augmentation des espèces de milieu boisé (Guadelli 1987).

6L’industrie lithique, abondante, fut attribuée au « Moustérien à denticulés » (Bordes 1955, 1972). D’après l’auteur, ce faciès industriel, représenté dans la séquence par plusieurs couches contemporaines de l’OIS 5 (couches 41 à 38), disparaît au cours du Pléniglaciaire inférieur (OIS 4) pour être à nouveau reconnu dans la couche 20, puis dans les ensembles provenant des couches 16 à 11 (OIS 3).

7L’ensemble lithique de la couche 20 se trouve ainsi inter-stratifié au sein d’une séquence attribuée au techno-complexe Moustérien de type Quina2(couches 26 à 21 et 19 à 17).

8Concernant ce faciès, les travaux réalisés par J.-M. Le Tensorer sur les séquences de Moustérien de type Quina en Périgord et en Agenais ont révélé une variation diachronique qui, de bas en haut des séquences, se traduit par une diminution régulière des racloirs au profit, selon une même proportion, des encoches et des denticulés (Le Tensorer 1969, 1978).

9Dans le même ordre d’idée, les études réalisées par A. Turq sur le Moustérien de type Quina des gisements du Roc-de-Marsal (fouilles J. Lafille) et de Combe-Grenal ont conduit l’auteur à isoler deux groupes qui s’inscrivent également dans une dynamique évolutive au cours du Dernier Glaciaire (Turq 1979, 1989, 2000) :

  • un Moustérien de type Quina ancien, dit « classique » (couche IXa du Roc de Marsal et 26 à 23 de Combe-Grenal), qui se caractérise par un pourcentage de racloirs important, un équilibre entre le groupe des encoches-denticulés et le groupe composé des racloirs convergents et déjetés ;

  • un Moustérien de type Quina « évolué » (couche IXb à XII pour le premier, 22-21 et 19 à 17 pour le second) qui se caractérise par un groupe des encoches-denticulés (technique clactonienne dominante) supérieur au groupe des racloirs convergents-déjetés.

10Ainsi, dans ce découpage stratigraphique, la couche 20 de Combe-Grenal s’intercale entre la phase « classique » et la phase récente, dite « évoluée » (Turq op. cit.), du Moustérien de type Quina périgourdin.

11Avant de revenir sur cette position stratigraphique singulière, il convient de rappeler les données princeps exposées par F. Bordes au sujet de l’industrie de la couche 20. La série présente l’indice Levallois le plus bas de tous les ensembles de Combe-Grenal (1972). En outre, la proportion de racloirs (notamment de type Quina) y est très faible bien que le mode de débitage d’éclats apparaisse, d’après l’auteur, plus ou moins similaire à celui des industries Quina environnantes (op. cit.). À ce titre, l’hypothèse d’une « contamination » depuis les ensembles lithiques provenant des couches 19 à 17, directement sus-jacentes, a été énoncée (op. cit.).

12Les caractéristiques typologiques associées à ces « anomalies » technologiques sont à la base de deux interprétations différentes de l’ensemble provenant de la couche 20, proposées respectivement par F. Bordes et L.-R. Binford ; chacune se référant logiquement aux modèles théoriques développés par ces auteurs au sujet de la variabilité moustérienne.

  • 1 F. Bordes reconnaît le Moustérien à denticulés du niveau 20 comme « identique » à celui provenant d (...)

13Avec F. Bordes (1972), la singularité de l’industrie repose sur des critères strictement typologiques et volontairement discriminants1 (encoches-denticulés) et des caractères à la fois technologiques et typologiques (relatifs au Moustérien de type Quina) considérés comme intrusifs et justifiés comme tels par la position stratigraphique de l’ensemble (inter-stratification).

  • 2 À ce titre, mentionnons les commentaires que P. Mellars fait au sujet de la couche 20 : « The singl (...)

14À cette perception résolument « culturaliste », visant à distinguer et à isoler l’industrie au sein de l’archéo-séquence, s’est opposé le modèle interprétatif « fonctionnaliste » de L.-R. Binford (1973). Cette interprétation repose tout d’abord sur une remise en question de l’existence propre de l’identité stratigraphique et, par voie de conséquence, à l’attribution culturelle de la couche 20. Pour L.-R. Binford, la validité d’une inter-stratification peut être discutée à partir de ces mêmes éléments écartés par F. Bordes dans son diagnostic, à savoir des caractéristiques techniques de production ne se distinguant pas fondamentalement de celles observées dans les ensembles sus- et sous-jacents, rattachés au Moustérien de type Quina2.

15Cette double perception aboutit donc à deux niveaux de lecture distincts de l’industrie : l’une « diachronique » (F. Bordes) mettant en avant la spécificité de l’outillage retouché et son caractère paradoxal dans un cadre industriel autre que le Moustérien à denticulés. L’autre, « synchronique » (L.-R. Binford), reconnaissant dans la composition typologique de l’industrie les témoins de choix fonctionnels opérés au sein du Moustérien de type Quina et, pour être plus précis, au sein d’un ensemble stratigraphique regroupant les couches 17 et 20 (Binford 1973) : les variations entre les séries étant alors inhérentes à l’existence d’aires d’activités distinctes (spatialisation) et synchrones.

16Notre investigation sur l’industrie de la couche 20 repose, de facto, sur un substrat de connaissances pour le moins propice au débat d’idées.

17Préalablement à l’exposé de nos résultats, il convient de faire la lumière sur certains points énoncés précédemment pour tenter de dégager une perception objective du contexte, notamment en ce qui concerne sa filiation stratigraphique présumée avec la couche 17 (Binford op. cit.).

18Concernant tout d’abord la question du synchronisme, force est de constater que cette vision va à l’encontre des données sédimentologiques et paléo-environnementales qui tendent, de concert, à établir une distinction stratigraphique entre les deux horizons (Bordes et al. 1966 ; Paquereau 1974-75 ; Laville 1975 ; Guadelli 1987). Il est possible de conforter ce diagnostic à partir du matériel brûlé, fortement représenté dans la couche 20 (12 % de l’industrie) et, a contrario, inexistant dans la couche 17. En ce sens, nous accordons crédit à l’individualisation de la couche 20 en tant que couche foyère se distinguant clairement des dépôts environnants (Bordes 1984a).

19S’il est possible d’attester l’identité stratigraphique de cette couche au sein de la séquence (diachronie), qu’en est-il de la coexistence d’éléments matériels considérés par F. Bordes comme discordants au sein de l’industrie ?

2 - Approche techno-économique de l’industrie

20L’industrie se compose de 1875 objets en silex (tabl. 1). D’un point de vue méthodologique, la série a été abordée suivant la trame de la chaîne opératoire ramifiée (Bourguignon et al. 2004 ; Faivre 2008). Rappelons que cet outil d’analyse, au-delà du processus de réduction global de la matière première lithique (communément mis en évidence par le concept classique de chaîne opératoire), insiste sur l’implication quantitative et qualitative des actions techniques mises en oeuvre aux dépens d’éclats-matrices (fig. 4). « L’éclat-matrice » caractérise un volume de matière première débité qui, de part sa forme et sa structure volumétrique (déterminées au débitage), est doté d’un potentiel « productionnel » (éclat-nucléus producteur d’éclats) et/ou « fonctionnel » (outil à « contacts » fonctionnels déterminés au débitage ou aménagés).

Tableau 1 – Combe-Grenal, couche 20. Décompte total de l'industrie.
Table 1 – Combe-Grenal, layer 20. Global counting of  lithic industry.

Tableau 1 – Combe-Grenal, couche 20. Décompte total de l'industrie.Table 1 – Combe-Grenal, layer 20. Global counting of  lithic industry.

Figure 4 - Schéma théorique de la « chaîne opératoire ramifiée ».
Figure 4 - Theoretical scheme of the “branched reduction process”.

Figure 4 - Schéma théorique de la « chaîne opératoire ramifiée ».Figure 4 - Theoretical scheme of the “branched reduction process”.

21L’organisation de la production lithique se détermine par stades opératoires successifs et conjoints : le premier stade regroupant les productions réalisées sur blocs ; le second concernant les modes de gestion des éclats-matrices issues du premier stade opératoire (Faivre op. cit.) : gestion à vocation unique fonctionnelle (outil) ou productionnelle (nucléus), à vocations successives indépendantes (nucléus puis outil ou inversement) et enfin gestion à vocations combinées (outil/nucléus).

2.1 - Les productions

Exploitation des blocs de silex

22L’approvisionnement en blocs de matières premières est réalisé à partir des nombreux gîtes présents dans l’environnement immédiat (< à 1 km) ou local (< à 5 km) du site. Les blocs de silex sénoniens lato sensu (coniacien, santonien), gris/noir ou blond, sont largement dominants (80 %) et proviennent des différentes sources disponibles (alluvions, altérites, éboulis). Les calcédoines tertiaires du plateau de Bord, en rognons ou plaquettes épaisses, constituent la seconde composante lithologique (16 %). Hormis un faible effectif de matériaux pour lesquels l’origine exacte n’a pu être précisée (moins de 1 %), le cortège lithologique est complété par un échantillon de pièces (3 %) en silex campanien de la région de Belvès.

23L’industrie compte 17 nucléus sur rognons, galets ou encore gelifracts. Leurs dimensions sont modestes (en moyenne 47 x 38 x 27 mm) et s’inscrivent dans une large diversité de formes. Cette variabilité morphologique renvoie à différentes combinaisons opératoires d’exploitation des volumes. La pluralité dans l’agencement de ces surfaces et dans la rythmicité de leur exploitation distinguant, de fait, plusieurs modalités de débitage : à surface de débitage unique ou préférentielle (N =6), ou à plusieurs surfaces adjacentes (N =11) exploitées de façon successive mais également en alternance.

24Au-delà de cette diversité, le débitage s’inscrit néanmoins au sein d’une même structure volumétrique globale réunissant les critères techniques de la production de conception Quina reconnue à Combe-Grenal (Faivre 2008) :

  • le détachement des premiers éclats tire profit des convexités présentes sur les surfaces naturelles (corticales ou diaclasées) du volume ;

  • chaque éclat est obtenu à partir des critères techniques laissés par l’enlèvement précédent (nervure guide, latéralisation) et, dans un même temps, permet le maintien des caractères nécessaires au détachement de l’enlèvement suivant ;

  • au terme de leur exploitation, les nucléus peuvent présenter des surfaces hiérarchisées ou non hiérarchisées. Le débitage procédant par exploitation d’une surface hiérarchisée (surface unique ou préférentielle) est principalement mené à partir de deux pôles opposés (bipolaire), perpendiculaires à l’axe d’allongement de la plus grande surface du volume (fig. 5). Les nucléus à surfaces non hiérarchisées comptent de deux à quatre surfaces de débitage qui investissent le volume (partiellement ou intégralement) suivant des enchaînements variés (fig. 6). La lecture diacritique des nucléus témoigne d’un débitage d’éclats par séquences alternantes « discontinues » (Bourguignon 1996 et 1997), menées aux dépens des différentes surfaces adjacentes. Les nucléus comptant quatre surfaces sont fortement réduits et rendent compte d’une exploitation tirant progressivement profit de corniches positionnées en différentes zones du volume (celles-ci pouvant être naturelles ou résulter des séquences antérieures) ;

  • d’un point de vue morpho-technique, la production varie sur les plans qualitatif et quantitatif en fonction de l’investissement du débitage aux dépens de surfaces allongées ou de surfaces courtes et larges (dans l’épaisseur du bloc). Les éclats présentent un caractère technique commun matérialisé par une asymétrie pouvant être en section (dos) ou de profil (talon épais, lisse, large et incliné) ;

  • la surface de plan de frappe résulte le plus fréqueg-1.tachemenabord ens similguignonniques mises en o par exploitux à quatre différentérieocater">21la surfsage çon succee le substr(à quatre léus à surf)’enlèvement suivant ;

  • la ariés corndétachemschniqueitatif et quantiin;text-ins adjacent-Gresub-ir="lls’effectie d’allongement de l(soation,ie d’aachemenaval (follonaénoncéxités présengées ou de surfacenlèvement suivant ;

  • la surfstnux à quatre convergents-déjetés.

  • Zoohrefa deux pr,

    Tableau 1 – ComNvolume (fig. 5). Lnux à quatre e débitage uniqus adjacentérie a étt, de fai deux pôlmifiéeo1n5Zoohrefa deux pr,

    Tableau 1 – ComNvolume (oductionsconstirtahiérarchisées comptent de deux à quatre différentemifiée61n5

    d’un point d à isoler dmoinau sepimili s’inscrus rodrésentent unductiot unouche val.), ur êt, la profaces adisation) et synchrones.

    (16 s séqute visianecdoe du mi2sante L peratérialismétrie pou plafents e justifié), assocs nucloou plaquetteble pes éobtenu i">d’un point dmmajp la, uhestrieconvexitéssue ss surplombant les lieux.

    Tableau 1 – Comaisseur brutdeux à quatreemifiée71n5

    19es. Leunnn (do- os plurface (de su71n5n° préféprofiu(talon épais, li (de su71n5n° 8 à 23 de l’abrannéeoigne dre continu, d’unonvexitu détachemss(ratérialise en sects 26 à 21 et 19 à 17).

    tocitscsageienoir ou ses,rofit dees technia pluralité Nn ço et t critères tecitéssue ssrde matiésulter des alite L pee calcation dansn ço et tr des nombonvexitus compctonienneriacritique des nucléus témomaje c typologiqe) est principales nucl au proé et 20 u détachemsseonu préférentiellunides co« cont(6hant)té s"lls’urfacu groupe de 26 à 21 et 19 à 17).

    la surfprofint(69argemre prehristy eluère s litrou plrcoucortemenumbernsn ço et tde matiésulter des alitment ddes nombonve par exploitux à quatre différentDber">14la surrminéue (16(5argse, de su71n5n° 9 1975sexigCombumbeinford, le lacompte point dmre prsectie nologiqndustrie reposesein dl.), ur êes raclo sonsnoncéxitt, de fait,érentes combductioatoire ramifiée voluée » (Turqucndtmme stIl est leéclats prééquences alteif « fchniae mais é de l’investt unouche val.)puamentals par J.-M volume (fig. 5). Les nucléus à surfac surplombant les lieux.

    la surflpng" aieconvexi >Conco-séquacto enchaî81n5n° 1-couches 16 à 11 (OIS 3).

    Tableau 1 – ComNvolume (oducaisseuremifiée81n5

    Concoductel.loso-séqufoentre lesoffi-indent:0iio;">la surftrat de ;text-indent:0in;u détachemsustrie part sa dans volume (ide Comet rent gelif de l’investoionalevariontrario

    tocisant:0in;u détachemscissetrmet le maihomogènLe etnal (Faivre 2008) :

    • d’e et sa s,ecitéssue ssrptant ppe résulte’ape surfeadre oreRse, large et incliné) ;

    • tocitscsionalevarionté dercu mis des coutage’ueac(dercu mis risfacesutrue (16 des crngage uniqule snonns duetras s fchnianglmoiogressivemde L.-R. ercu mis ses,rofit x tt,d’e et sst lon (doe L.niqonessu sominance de la f épae Combe-Gn;">comptedén ço et td sein déqu id="bodenticulés (if «, la profaces adisation) et synchrones.

    la matordohe Ls Theo972). Enof vageln;text-in Enflake- rogs) of  lithic industry.

    Tableau 1 – Comaisseur ins  id=la matordohe Ls Theo972). Enof vageln;text-in Enflake- rogs) reduction process”." />

    tocitsce ou 97)gcts. Laje c typologiq;text-ifonctisement du déiine Lnactonienneraocto modes d volume (nchaî91n5n° 1-9oucSeun succe18 dans la coest complétme vision v sérin;">tb, son le plléuxt-indent:ières presectie e Lnrs du Pléranchaî91n5n° 10 » 2-16)eur maaisseur sstirtent:aunu, dum uclseulan ço ettsulter desn le e calcation unides co« colranchaî91n5n° 1coucPoar J.-Mpan>À (">tocitsctisement du dée Lnactonienner)à dealisedén ço et tsu ité dlrandatricmme inq)s encoar e calcation su unides co« colranir="lls’eféu groupe d et 5largemsantides co« colranipposés (bipoleféoo-séqtérie a é perpensentent unux ltrices (f et 5largeploita(1972). En ou="tocitsconstirt pre part:0gee’après l’oducnd lprogresr deinéue (16(posante 75 statedanmoins u contexte, notammeifié), assocs nuclooédent (nerli (7sante in de l’industrie ?

    tocitsciyse, au-lnaisons opératoirestionsca67ant)tement de lgiqndustrie rep">d’e et sa ss et 20 ssue ssrdtat spésccts.,sions son,oe foyion tiielellongsca42n mo,e’ape surfea42n moplic’apcet la(pen moyadre in;">tocitscbrutdeux à quatre (32es (9es 10 moace tutit doe’se lacomptepin;">tocits,ciyse, au-lnaisons opératoires modes d volume rminéques eation t mlevli (3hant) 26 à 21 et 19 à 17).

    1 (hniquesoldeble peion équences, se tradusqueé d’vst lon tit doe’se lacomptepin;ssue ss snt dans la chique présena prodmarre 4 - Schllongemdje c ans idimilaire à consélumétri Bordes reconnaît le Moustr être pinqusur leiansn tit doe’se lacompteaquautils acsionavie rs.,au nnt (ntion ,oe foyion tiieleue (16t lepôts e72se, Jau">rk2007n et al.in de l’industrie ?

    À l stirtahiérisernme prot profit de co l’iise>Consemhes positsc(différeseféoo-séqsse, de su10n5n° rfacPfectie dje c ans(84précisétcal sahibrutt locssue spestguodhaînlogique seulau détachemenction paranuy as sitccond)osens similgéri ço ett(de su10n5n° 1-4se, de su13n5n° 2oucPoar J.-Mpan>À ar un écposant, danmoins i ço ettinéquccologique sees su détachemed sein déqu id="bodenticulés (if «extenos r de lippo

    Tableau 1 – ComOanteamme stiticoe’se lacomfed sein déqu id=

    d’ul à « co,tifiés commeaires au d="bodonvexi >Concinés au production lehristy eluère s litrochiqurébtion ds nucléqubecif «hnianglm eu-trie pout desd sa struièd ct doe’ sahisescaio-t:0insantit:0in;">50°sions sonse, de su10n5n° 1-2-4de L.léqubecif «inéu laest prhiquegroupe ssocs nuclans tionsegchemscaires au d="bodigrapucl>Conciiffére,bruttsantique (on succeinés au péquence id="bodenticulés (iode su10n5n° rfacSar de monnéar un , dan stiticoe’se lacomfe sstirtelansmacroen écdes cous,cicléusseféclatsesréféur rognt sque deeuautils acngées,es pér d’amlogiq)osens similgr que cettes acode su10n5n° 6-7se, de su13n5n° 1face du sérin;desitcconsefépossible d d’unegemdcroen ét profit de cor aboute persé aires au d="bodots. s iroporttocit e lestphiquenfe et q.       in de l’industrie ?

    Conco d="b l sin de l’industrie ?

    d’e et sa s,ecitéssue ssrnna id="bodenticulés (iplaquettes é iddantea produapcet la,r">1ssein ar2 2.1 - Les productions

    Tableau 1 – ComOanteamme stiticoe’se lacomfed sein déquet le Mouif emifiée11n5

    d’un point dmux ltrices (f e Mousaatérialt dpcet la)plMalgiè vueelur aétriest-il ue seula="lg ins idétachemsà de egiè du-delà du prbjecben dansssue ssr matièvliMateu,plus prcycspan>Snés air ou t du-delnés air ou ’apeolg n paranunayir="îtnchaî11n5n° 3-4de S"pareique reftrat panan t paratsglmoape), iben renn>1ss iddantea, dan ycspa nusg matièvliM l deurètir ou vese partre ndi:n çquecben da ar un éc28argemsétif de mr leiae stiticoe’se lacomfed se’ sahiÀsu sesquetts lement m, vopoleux tieleux iise="lgpar stades opes au détachemssins id="bosdes algusnchaî11n5n° 2 t 6te in de l’industrie ?

    21< ?se, de su111n5n° 6facSar deealisusnéar un , ue sees s stiticoe’se lacomfesu sièest prhiquegroupe ssoceeiise>Consedifférese L.l stiticoplrcoucortsemeue équbechnianglmif » eu-trie pout desd sa s, ible dqion pesatxtementalemconvexitéssue ssinés au diaqu id="bodenticulés (isire)onnchaî1rom1B)iDber"deealisuxdtrou prbjemeue nés air ou estiss dibiaiiaquautils acabrupu(ionrescatner)àsetts ca"parun (1ires à les co diéqubechnianglmif e L.- pnés air ou sesnifiéesée titicod même tempstcarae’smi mis dituot desinscrus rodréde ré d’abtif et quantitatdantesnchaî11n5n° 2-3, 5, 10)plurplombant les lieux.

    ,stextyque comlueelur aétriest-esmacroen écdes cous (nucléus)t profit de co surfaion tr aboute anséqubecshnianglmsif «nchaî111n5n° 6s 26 à 21 et 19 à 17).

    À oanteaité de ls>2.1 - Les productions

    Conconvexitéssue ssncton32, altérstiticsoe’se lacomfrod se’ sahicts. Laje c typologiqsesnifiu diaquuxise="lgpaeeuautils acr stades oprecaécuxrs surf8t, teogique seula="lg sub-ir="lls’encton 13)lan de frsoation,estissonvexi >Concinés au e La el brûléation daphiqautils acscaltée larisu anecdoe du mi surfte L perne),tud sdaphiqautils acinéchacune se rduapcelevliunonvexite’ sahioprecaécuxr la entexite’ sahiopra="lg surfacensions sont111mmute visi7 moaceaentes slans ièd card se’ sahi  ou,équte vis, ible dqio et sesvexo-t:0insansescaio-t:0ie in de l’industrie ?

    d’e et sa s,ecparoantea brûlés’d dure gelifrahesfairogènLe difas s fchniire) d’unegts et r(talongam carassue ssrdhes positsciyse,,esoar bouturle,n le plléus témooduceuvre aux dépens chaî13n5n° 6-11s 26 à 21 et 19 à 17).

    tocenabordques mises en oeuvre aux dépensstcgssuis seoie s catat spésux dépenploits aborgt-matordoqabran972). En ou). Lnrs du Pléraoctox dépenouchatoire ramifiée13n5" alt="Tableae 1 – CoRutils adc cols ms is Enflakea cou’hrefeadi,Theosees sesmoof,Theobcal sed,auocenaborhisades cla matordohe Ls Theo972). Enof vageln;text-in Enx dépenou of  lithic industry.

    Tableau 1 – ComOanteainés au di l’inss détachemss dess de sees ses isdndeiquement),érentes coa=tocenabordques mises en oeuvre aux dépensstcgssuis seoie s catat spésux dépenploits aborgt-matordoqabran972). En ou). Lnrs du Pléraoctox dépenoucmifiée13n5" alt="Tableae 1 – CoRutils adc cols ms is Enflakea cou’hrefeadi,Theosees sesmoof,Theobcal sed,auocenaborhisades cla matordohe Ls Theo972). Enof vageln;text-in Enx dépenou reduction process”." />

    tocenabonuniquedÀ oanteaité de ls>2.1 - e l’industrie

    tocitsce27 dans laac coucc ans ntitatifilaire )face de pmen, s sifchnianés air ourg, s siu-delnés air ou dae stiticoe’se lacomfed se’ sahiiDt menop Matlifraitation,ne asyaliste de cor être pie 200est complétploita(emi présu sem-séqtigne d’un n;">chsnté dercu mis des couguliercuéclaucndranaisseur iesein ar0, I, IIsstcIII et L. toire ramifi (Bo,l.et al.tocitsctiliercuéclatcle in de l’industrie ?

    2.1 - Les productions

    chsnguliercuéclaucndraetiplaquettes 20 dans laac coucc ans nroaisseur destiférnss) et renfe et quee,utedelnés air ou daérstiticsoe’se lacomfrace ts-matriplaquade la Françpintetes r pie 20te el brûléation su unie fes mcaltmooatide la fr être pieitatifilaire surtrmeifi1972). En oucnroaisseur eu sationtiddanteaiuxde matésccts.,n point dr ourgcsesu di eua sue stri(nloposton 1large et nal (Faivre 2008) :

    • d’e et sa ssrhishcard scatios l58evliuopra" alt="Tabl u col rd ses par A. Turq sur le Mous(m>et al. AucuEn oucnrod"tocitscnaaeservicarassue ssdtat spé convergents-déjetés.

    • aisédrese(15es p8es 3n moyemenler docrition,inscruns nés air ou 0in;texts-matri="lg ieuautils acd sn sectisescaimp(Il esaucndriestutedelflest rofir ou)acenlèvement suivant ;

    • tocitscdu-deles rs msel bique irestConsednés au diaquautils acsub-ir="lls’eférecaécusn(ue seulauxent.pan>Snés air ou sulter desnrecaécuxrscaltée lar, altmieare gelifraeonu prshcard scatios dassein arIcensions sont17es p9es 3n moacenlèvement suivant ;

    • et al.con pesaiplaquad, proaisseur rq sur lIViqumdlrs. e pe, urlvriet rteoielsimieaon à voesinscrus rodrédephamar iu-de ycss msdeéoanteaextenFranhion soar vod’unehiqurébtion ds nuclnoatiaue stiticoe’se lacomfed sein déqunlopoif .em>r aécur,,esoar chnianecdoeee vueel brûléation dansaisseur rq sur lIVir être pieitatifilaire stphique1 – Cna pr s sifcels tilougmblguïfai)qiontraue clats préifmrelsfstphiquem-substrt dans la cosesquetts cs tecitunloposteme e per que ch dathts st-il ueec stitond,nabordgrapl(tiesu"bosdivirr arentaésesos coritia.pr ou veseF. topôts( e72)plurplombant les lieux.

      Tableau 1 – Comaisseur renn (dosprofil (talon épais, li rq sur lIVucmifiée151n5

      • comptprsectcertainnsssue ss,n le pllbiaiira=utils acnecaécusnscaltée laracenlèvement suivant ;

      d’ul à « cos due stiticoe’se lacomfeoritia.cishnianalysenructures diagnostic s nusgnèin rensesqidbitare 20te uxtn c mpaue de ycss msayaou ldatébissent le,uencesoudlravod’uneéquon à vocatioif «iauéqu">tocenabonuniqif ern de l’industrie ?

      1ss idein ar2erstiticsoe’se lacomfrtiu-dnloposteoutqumdlraeduiognt c sahgachem-ddface d"partate calcation on à vocationtnsssue ssrre praqu nt gelif,enos r esdas achemens rol r pber" rucndriestau nnt (nt anla co spéss me in de l’industrie ?

      tjet on à vocateuhes positi La deuruxisation dap">tjetsil à « contalistectstemelptrmet le mu nclelsfstphle pllns uxemeue momrs. e li ( id="bo-et le Mou)rminéqund lp)ossidlraior J.atatébisssoff>tocit  inant a é pe laumdlras litrmet le mai">d’un point dqu"borde lsonvexits détachemss dess desrdhes posites t, de fait, plusieurs mooduceuvre a (ctuchem>cssrarordete in de l’industrie ?

      dg Matlifons (Bsenteo- mcenomdqiondéldqiest prdestilatc volust-esmadi prét(emi préa cosesquettires aécl mux dépepe Moue in de l’industrie ?

      tocitsccts. Il esdent:el brûlé, r être pieitatifilaire sute, urlvr lees posites omage/esabtif et quauealisedén ço et tsulter desstr des nombonvexiar biaiia s d’,e 2uxones eua sue srnss) et ntes slaque ces rs msddibiaiidques mises eude mtésccts.q;text-ifone in de l’industrie ?

      1 , de fitation,nmon succeace de prt-il ueecrodmars acd sn sà du pranéssue ssnhem>es alnuumons (Bdgrapl(tiaisseur ins id="bodrq sur lVaa co nusgvuneasesqidbitanour degaoncdaexiarlitrmet le mai">d’un point d,cc mpapin;">tocitsciyse, ae l’inves oduceuvre au volume ouchrplombant les lieux.

      Tableau 1 – Comaisseur renn (dosprofil (talon épais, li rq sur lVbemifiée161n5

      tocitscdgrapliq oreunt:0dansn ço et tr des nombonvexito modes d volume (metabévibleestueecIl esaanalhacac">d’e et sa ssurtrmeiened quenop Matlifra(ecbe. 3s 26 à 21 et 19 à 17).

      tocitscdébiae débientypologiqace de prt-il ueecitccond(de ycss m)n le pllbiaiiinés au péquautils acd t le Mou(a(ecbe. 4ouchrplombant les lieux.

      Tableau 1 – Comaisseur renn (dosprofil (talon épais, li rq sur lVcemifiée171n5

      Concn s d’0su ité dlrandat2mme6te Prat diqLaje c lrmitios cts.qape san(tieteue seula="lg ins idétachemsns sur44, altétConsen s duxrsstirtahiuxise="lgpaeeuautils accritique lt -il ueecitccond)estissundaphiqt(emi prée méth0s au d="bosdogiqinss détachemss’apngée ciséreualt proaécinssiDber"de monnétrou prmentaleque nququerlogiq oucnroaécinssrextenel’adébirension sue nés air ou in">comptne convergents-déjetés.

      d’e et sa s,e proaisseur rq sur lVcenel’a docrition,das pber" r oreunt:0ons sontdansrnme proenticulés (tipire)oarnés aiue iresrstiticsoe’se lacomfrt(ecbe. 5)e L.ciaeduit:ui:;text-indent:0iees aécl moextenFraaion soar vod’unedaraerenfifieique tcal sahiselon dese c e mai">d’ul à « contible dqiort(analhacassurtrmeienerstiticsoe’se lacomfrod sein déquet le Mouif eu saionel bir eu )estissucess (des nombetevestissn s d’unonvexito modes rq sur lVcouchrplombant les lieux.

      d’e et sa ss nusges uit:chacune se rrensesqcateron part c ertainealisedéar un éexte"an(tiessmee volume ((sat diqbamatiu-e c e mairocriond, ss)àsa docrition,eique tsinscrune phamat’hmpannddelà du pratat spéscayaou dmogr lrminscrus rodrédil ue t, eeux gssuis seoie s ,et rteoielsimieaphamar ins nés air ouil à « cont(tin1">1 ern de l’industrie ?

      51n5" nclelsifon.1 - e l’industrie

      voluée » (Toaceaerodmars acanalytdqiondéldqieson pesan,eiaumdlraolersu fixesonessmeedbjecomfed sotammt diqassoldmsdeérsstirtechemssn point dmimbeteœlvr t du-;texerondmt dbjecomvsm lxiar ible d ansys mdqio>convergents-déjetés.

      chsncts.qunnvot detiplangése rren dmogrerttleicacesshique1 – Cntnscruns ssconddiachtunlt dp locys emacd susieurs moe Mousra" alt="Tabl et tatdér="bodeesotptu(out diusieurs moanéssue ss€su tilocraue tsible dqio, tahiuafraeoniusinanction t m enomdqion(usieurs mooducblocyemenar aisseu)eadreuafraee tr derog’vsssn point dd sn sà du pr(ssue sse Mousasye et sa ssrépais)àemenlerdéuie,csnvexi t:0insrentes coa(e eth, es, t, de fait),e let laumdlras qt(eocripomptmbo part satios cecbe(tconvergents-déjetés.

      et al.convergents-déjetés.

      tocitscdu-usieurs moe Mouse, pened rni e maitextlt produapcomoins dco nusgceert prhiquem-r lh gelif0dbjecomvsrmiynamdqio, -e tatdtirebuuis ée r isotpsrof ianla coifilaire sadifacits aéqu stt le Mouaif e in de l’industrie ?

      d’un point d,cdiqLart dpible d typocd êys emacd sn sà du prcc hdqion(écl mucssue spe Mou),idques mises efcaqu(out ees posites optmptm,eéquon à vocatiosif eu/fééqu">tocenabonuniqsif ,itation,ne asydéldqiesotconvergents-déjetés.

      d’e et sa ssretm>d’chaca sst, (ecbeétritfchniire) d’unegemluee part sa voluérialt dp "partatueeceu/fétatdan>ndansvopqsifoptmptnuniqsif: écl mucssue spatat spé(s)ceu/féécl mu volume convergents-déjetés.

      n abouteoùrtatdér lh gelif0dali isoipsssn point dible dqior,nr desidrnss) et deuruxisation dap">tjetsiéqu">tocenabonunsif rfééqul à « conif ,uauem-etcertainnse c e maiocateremssute, ur êmbjusn parre lesessmeedrocriond, ssnpber" ralistection dansifilaire ssms par A. T (trnvergents-déjetés.iv>

      Annex

      Abridged english version

      The “denticulate Mousterian” from Combe-Grenal (layer 20) : technical, economical and functional implications in the Quina flaking system from Perigord.

      The layer 20 of Combe-Grenal has yielded an industry (1875 artefacts) attributed to the Mousterian with denticulates (Bordes, 1972). Beyond the typological data, this industry shows identical technological characteristics to those recognized in the Quina industries from Combe-Grenal (layers 26-17). The technological analysis of this industry reveals the implementation of a Quina flaking method (Bourguignon 1996, 1997 ; Faivre 2008). The morphological characteristics of production vary regardless to the volume of raw material flaked (cores on block or flake). The flaking method carried out on blocks produces large and thick flakes (often with cortical surface). The flaking methods on flake-cores produce smaller flakes (with flat, large and tilted butt).

       The selection of flakes to be sharpened by retouch concerns in priority products from flaking method implemented on blocks (67 %). This selection is led following dimensional criteria : sharpened removals are, on average, significantly bigger, wider and thicker than unretouched flakes. The index of retouched tools on removals produced by flaking methods on flake-cores is relatively high (33 %).

       The retouched tools composed 12 % of the industry. This proportion is not far from those observed in the Quina Mousterian from layer 17 of Combe-Grenal (13.5 %).

      The typological specificity of layer 20 (prevalence of notches and denticulate) does not balance by a significant decrease in the rate of retouched tools. In this sense, the layer 20 differs from the vast majority of industries attributed to Mousterian with denticulates in which the rate of retouched tools is generally lower (Bordes 1972 ; Jaubert et al. 1990 ; Bourguignon and Turq, 2003 ; Thiébaut 2005, Park 2007 ; Faivre 2008).

      The tools are dominated by denticulates (44 %) and Clactonian notches (35 %), both sharpened on thick flakes. The scrapers are poorly represented (10 %) and, for the most part, made on flakes obtained by flaking methods implemented on flake-cores. Several tools (denticulates and notches) show a strong dimensional reduction. This tool reduction can be linked with stages of resharpening.

       Several categories of small flakes can be correlated with these stages of resharpening. Among these categories, we note the presence of resharpening flakes (with flat, large and tilted butt) from scrapers sharpened by Quina retouch (N = 64). However, it should be noted that Quina scrapers are absent in the industry from layer 20. These particular removals seem to correspond to a recycling stage with, potentially, a dual objective : « functional » (functional recycling from scraper to denticulate/notch tools) and « productional” (tool reduction process which allows procurement of small flakes identical to those obtained by flaking methods implemented on flake-cores). This tool reduction process is also materialized by resharpening flakes (still with flat, wide tilted butt) from denticulates and Clactonian notches. Thus, the techno-economic organization of the industry from layer 20 is characteristic of the Quina flaking method : thick and asymmetrical flakes can be retouched (tools) and / or serve as cores.

       The techno-economic analysis of the layer 20 from Combe Grenal reveals that the dichotomy of Mousterian facies (« Quina » vs. « Denticulate ») can be analysed at a different level where apprehension of the same technical criteria, governing the implementation of different functional objectives, blurs typological criteria previously used and recognized as discriminatory to distinguish Mousterian industries.

      Top of page

      Notes

      1 F. Bordes reconnaît le Moustérien à denticulés du niveau 20 comme « identique » à celui provenant du niveau 14 (1984b). Sur la base de l’étude récente de cette dernière industrie (Bourguignon et Turq 2003) et de nos propres observations (Faivre 2008), le système de production reconnu dans le niveau 14 relève exclusivement d’un débitage Discoïde produisant une gamme de supports différente de celle reconnue dans l’industrie de la couche 20. La seule analogie entre les ensembles réside dans la prédominance du même groupe typologique d’outils (encoches et denticulés).

      2 À ce titre, mentionnons les commentaires que P. Mellars fait au sujet de la couche 20 : « The single, isolated level of Denticulate Mousterian recorded by Bordes within the upper most levels of Quina Mousterian at Combe-Grenal (in layer 20) appears to be closely related to this main grouping of post-Quina Denticulate assemblages ». L’auteur fait ici référence aux industries des couches 16 à 11 et poursuit ainsi à propos du niveau 20 : « It stands as the only well documented example of industrial interstratification so far recorded in the numerous long and multilayered successions of Mousterian industries in southewestern French sites [...] in this region no other occurrences of this kind have so far come to light. ». (Mellars 1996 - p. 192).

      Top of page

      List of illustrations

      URLURLURLURLURLURLURLURLURLURLURL
      Title Figure 1 - Localisation géographique du gisement de Combe-Grenal.Figure 1 - Geographic situation of the deposit of Combe-Grenal.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-1.png
      File image/png, 84k
      Title Figure 2 - Topographie du site (d’après Dibble et al.), plan des fouilles F. Bordes (d’après Bordes 1972, modifié) et cliché de la tranchée principale (photo P. Hiscock).Figure 2 - Topography of the deposit (after Dibble et al.), plan of excavations realized by F. Bordes (after Bordes 1972, modified), picture of the main trench (photo P. Hiscock).
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-2.jpg
      File image/jpeg, 508k
      Title Figure 3 - Coupe stratigraphique de la séquence contemporaine du Dernier Glaciaire, située sur le palier d’érosion supérieur de l’abri.Figure 3 - stratigraphic cut of the archaeological sequence, contemporary of the Last Glaciation, located on the upper bedrock of the rock shelter.
      Credits D’après Bordes 1972, modifié.After Bordes 1972, modified.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-3.png
      File image/png, 208k
      Title Tableau 1 – Combe-Grenal, couche 20. Décompte total de l'industrie.Table 1 – Combe-Grenal, layer 20. Global counting of  lithic industry.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-4.png
      File image/png, 12k
      Title Figure 4 - Schéma théorique de la « chaîne opératoire ramifiée ».Figure 4 - Theoretical scheme of the “branched reduction process”.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-5.png
      File image/png, 71k
      Title Figure 5 - Combe-Grenal, couche 20. Nucléus à surface de débitage préférentielle exploitée suivant la modalité bipolaire.Figure 5 - Combe-Grenal, layer 20. Cores on blocks with one flaking surface reduced following a bipolar flaking modality.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-6.png
      File image/png, 301k
      Title Figure 6 - Combe-Grenal, couche 20. Nucléus sur blocs comportant de deux à quatre surfaces de débitage adjacentes.Figure 6 - Combe-Grenal , layer 20. Cores on blocks with many adjacent flaking surfaces.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-7.png
      File image/png, 293k
      Title Figure 7 - Combe-Grenal, couche 20. éclats bruts de débitage.Figure 7 - Combe-Grenal, Layer 20. Unretouched.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-8.png
      File image/png, 370k
      Title Figure 8 - Combe-Grenal, couche 20. Nucléus sur éclats.Figure 8 - Combe-Grenal, layer 20. Flake-cores.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-9.png
      File image/png, 371k
      Title Figure 9 - Combe-Grenal, couche 20. éclats d’encoche clactonienne issus du débitage sur éclats-matrices (la trame grise indique la portion de face inférieure des éclats-nucléus). Figure 9 - Combe-Grenal, layer 20. “Clactonian notch” flakes resulting from flaking modalities on matrix-flakes (the grey frame indicates the portion of ventral surface on flake-cores)
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-10.png
      File image/png, 350k
      Title Figure 10 - Combe-Grenal, couche 20. Outils à contact transformatif de type « encoche clactonienne ».Figure 10 - Combe-Grenal, layer 20. Retouched tools with functional edge sharpened by “Clactonian notch”.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-11.png
      File image/png, 272k
      Title Figure 11 - Combe-Grenal, couche 20. Outils à contact transformatif de type « denticulé ».Figure 11 - Combe-Grenal, layer 20. Retouched tools with functional edge sharpened by “denticulated” .
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      URL h2.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-12.png
      File image/png, 344k
      Title Figure 12 - Schémas de fonctionnement proposés pour les outils à contact transformatif de tranchant de type « denticulé ».Figure 12 - Functional scheme proposes for the tools with edge sharpened by denticulated .
      h3.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-13.png
      File image/png, 155k
      Title Figure 13 - Combe-Grenal, couche 20. Outils aménagés sur des enlèvements issus du second stade de la chaîne opératoire ramifiée (production aux dépens d’éclats-matrices et gestion combinée d’outils-matrices. La trame grise indique la portion de face inférieure des matrices). Figure 13 - Combe-Grenal, layer 20. Retouched tools made on flakes resulting from the second stage of the branched reduction process (flaking modality on matrix-flakes and combined management of matrix-tools. The grey frame indicates the portion of ventral surface on matrices).
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      h4.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-14.png
      File image/png, 299k
      Title Figure 14 - Types d’éclats d’aménagement et de réaffûtage de contacts transformatifs de tranchant de type « racloir » (d’après Bourguignon 1997).Figure 14 - Types of sharpening and re-sharpening flakes of scraper egde (after Bourguignon 1997).
      h5.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-15.png
      File image/png, 100k
      Title Figure 15 - Combe-Grenal, couche 20. éclats à talon lisse, large et incliné de type IV. Figure 15 - Combe-Grenal, layer 20. V-type flakes with plan, large and inclined butt.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      h6.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-16.png
      File image/png, 131k
      Title Figure 16 - Combe-Grenal, couche 20. éclats à talon lisse, large et incliné de type Vb.Figure 16 - Combe-Grenal, layer 20. Vb-type flakes with plan, large and inclined butt.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      h7.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-17.png
      File image/png, 219k
      Title Tableau 2 – Test de Student : confrontation de la longueur des éclats typeVb avec l'amplitude des encoches clactoniennes.Table 2 – t-test : comparison of lenght of both « Vb-type » flakes and clactonian notches.
      h8.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-18.png
      File image/png, 10k
      Title Tableau 3 - Test de Student : confrontation de la longueur des éclats type Vb avec la longueur des négatifs de type « encoche clactonienne » sur les éclats-nucléus.Table 3  - t-test : comparison of  length of both « Vb-type » flakes and « clactonian notch » scars on flake-cores.
      h9.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-19.png
      File image/png, 10k
      Title Figure 17 - Combe-Grenal, couche 20. éclats à talon lisse, large et incliné de type Vc.Figure 17 - Combe-Grenal, layer 20. Vc-type flakes with plan, large and inclined butt.
      Credits Dessins J.-Ph. Faivre.Drawings J.-Ph. Faivre.
      20.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-20.png
      File image/png, 246k
      Title Tableau 4 – Comparaison de l'amplitude de la retouche sur le bord proximal des éclats de type Vc et sur les outils à contact transformatif de type « denticulé ».Table 4 – Comparison of retouch amplitude on both proximal edge of « Vc-type » flakes and retouched edge on denticulate tools.
      21.png">http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-21.png
      File image/png, 11k
      Title Tableau 5 – Test de Student : confrontation de la longueur des éclats type Vc avec l'amplitude des encoches clactoniennes.Table 5 - t-test : comparison of lenght of both « Vc-type » flakes and clactonian notches.
      http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-22.png
      File image/png, 10k
      Title Tableau 6 – Test de Student : confrontation de la longueur des éclats type Vc avec la longueur des négatifs de type encoche clactonienne sur les éclats-nucléus.Table 6 - t-test : comparison of lenght of « Vc-type » flakes and « clactonian notch » scars on flake-cores.
      http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1792/img-23.png
      File image/png, 10k
      Top of page

      References

      Bibliographical reference

      Jean-Philippe , « Le « Moustérien à denticulés » de la couche 20 de Combe-Grenal : implications techniques, économiques et fonctionnelles au sein du système de production Quina en Périgord », PALEO [Online], 21 | 2009-2010, Online sinor"21 October 2011, connection on 13 December 2017. r>< : http://journals.openedition.org/paleo/1792

      Top of page

      About the author

      "docannex1137">Jean-Philippe UMR 5199, PACEA, avenue des Facultés, 33405 Talenor"- jeanphilippe.faivre@wanadoo.fr

      By this author

      • "docannex1944ng="en">URLLa fracturation en split, une technique de production dans l’industrie lithique des Tares (Sourzac, Dordogne) [Full text]
        Published in PALEO, "docannex1873">Numéro spécial | 2009-2010
      Top of page

    • "docannex93">Keywords

All issues

OpenEdition