Skip to navigation – Site map

La percussion sur enclume en Italie centrale Tyrrhénienne

The bipolar-on-anvil percussion in central Thyrrenian Italy
Amilcare Bietti, Emanuele Cancellieri, Cinzia Corinaldesi, Stefano Grimaldi and Enza Spinapolice
p. 143-180

Abstracts

In Italy, according to the archaeological literature, the débitage technique based on percussion on anvil (sometimes called also « bipolar » technique seems to be present during a considerable time span, from the Lower-Middle Pleistocene up to the Holocene. In this paper we shall examine in more detail the presence and the characteristic features of the percussion on anvil in some Mousterian sites of Southern Latium, such as Grotta Guattari, Grotta Breuil and Grotta del Fossellone (layer 27ß), and of the Early (Grotta del Fossellone layer 21) and Late (Riparo Salvini and Riparo di Palidoro) Upper Palaeolithic. A set of lithic experiments was used in order to define the relevant parameters for the recognition of the débitage patterns in the archaeological materials. The dependence on the environmental conditions and especially on the raw material procurement will be then discussed in the final remarks.

Top of page

Full text

1 – Introduction

1La taille sur enclume, ou « bipolaire » ou « à trois éléments » (Breuil et Lantier 1951) est bien connue depuis longtemps et se déroule chronologiquement à partir du Paléolithique inférieur (p. ex. Zhoukoudian en Chine ou Clacton-on-Sea en Angleterre) jusqu‘à l’Holocène. Depuis les définitions de cette technique de débitage proposées par plusieurs chercheurs, comme F. Bordes (1961) ou D. Crabtree (1972) une, plus récente, est due à V. Mourre qui a défini l’enclume comme « percuteur immobile utilisé comme support et jouant un rôle direct ou indirect, mais jamais exclusif, dans un processus de taille (débitage, façonnage ou retouche) » (Mourre 1996 - p. 3).

2En Italie, c’est à Isernia La Pineta (Peretto 1994), que l’on trouve le débitage sur enclume le plus ancien, attesté à la limite entre le Pléistocène inférieur et le Pléistocène moyen (730 ka environ). Pour le Pléistocène moyen, ce débitage a été reconnu, par exemple, dans le niveau m du gisement de Torre in Pietra (Grimaldi 1998) daté par stratigraphie et surtout par les données paléontologiques des stades isotopiques 9-7 environ.

3L’industrie lithique est constituée par plusieurs bifaces plus ou moins « classiques » et par des outils sur éclats de silex provenant de petits galets (Piperno et Biddittu 1978). Cette industrie sur galets indique clairement la technique de taille « bipolaire » (Grimaldi 1998), très probablement présente également dans d’autres sites de la même époque, comme par exemple ceux de la vallée de l’Aniene près de Rome : Sedia del Diavolo, Monte delle Gioie, Rebibbia - Casal de’ Pazzi, bien qu’aucune analyse technologique du débitage de ces industries n’ait été effectuée jusqu’à présent (fig. 1).

Figure 1 - Carte des gisements pris en considération dans le texte
Figure 1 - Map of the sites considered in the text

Figure 1 - Carte des gisements pris en considération dans le texteFigure 1 - Map of the sites considered in the text

4Le but du présent article est l’étude de la percussion sur enclume dans le Latium centre-méridional, à partir des gisements moustériens du Monte Circeo et de la côte près de Gaeta, jusqu’au Paléolithique supérieur (Grotta del Fossellone, niveau 21, Riparo Salvini). Il va sans dire que les industries de ces sites sont sur galets de silex, les mêmes qu’à Torre in Pietra ou dans les autres gisements près de Rome, bien que de plus petite dimension : 5 – 7 cm au maximum.

5Il est intéressant, à ce propos, de noter que le lien percussion sur enclume – petits galets de silex, était une des propositions fondamentales de « La taille à trois éléments » de H. Breuil et R. Lantier : « Cette taille est dénommée bipolaire, parce que les éclatements se produisent de haut en bas et de bas en haut et il arrive que, si le deux plans d’éclatement venus de deux pôles coïncident, on obtient des éclats dotés d’un bulbe de percussion à chaque extrémité. Cette technique a été employée, entre autres milieux, à Chou-kou-tien (Chine), par le Sinanthropus pour débiter le quartz ; dans les stations côtières moustériennes et aurignaciennes de Monte Circeo et Nettuno (Italie), pour les quartzites fins et les silex en petits galets ; …. » (Breuil et Lantier 1951 : 71). La connaissance des industries lithiques du Latium centre-méridional par ces auteurs semble assez surprenante, mais on doit tenir compte des liens très stricts entre H. Breuil et A. C. Blanc qui avait déjà publié ses travaux fondamentaux sur le Moustérien (« Pontinien ») des grottes côtières du Monte Circeo (Blanc 1938-39 ; Blanc et Segre 1953 ), et l’Aurignacien de Grotta du Fossellone (Blanc 1939 ; Blanc et Segre 1953).

6Notre analyse de ces industries, plus de 60 ans après, est basée sur les plus récentes études technologiques, surtout à l’aide de l’expérimentation. Au chapitre suivant, nous décrivons les gisements moustériens de la région avec les données archéologiques. Dans le troisième chapitre, nous présenterons les définitions du protocole expérimental employé, les résultats des expériences et des comparaisons avec les données archéologiques, avec une attention particulière pour le gisement de Grotta Breuil. Le quatrième chapitre est dédié au Paléolithique supérieur, principalement à l’Aurignacien du niveau 21 de la Grotta du Fossellone, et aux comparaisons avec le débitage expérimental. Bien que cet article soit essentiellement consacré à la percussion sur enclume comme technique de débitage, nous aborderons aussi dans cette section la vexata questio des pièces esquillées (ou « écaillées ») et leur signification fonctionnelle. En tout cas, dans cet article, nous n’examinerons jamais la taille à trois éléments comme technique de retouche, comme par exemple la percussion écrasée pour les outils à dos (cf. Mourre 1996 et ce volume, pour une terminologie exhaustive). Le cinquième chapitre est réservé à la discussion des résultats et aux conclusions générales.

2 – Les gisements moustériens

7Les gisements pris en considération dans cette étude sont indiqués sur la figure 1 : il s’agit, premièrement, de gisements situés sur la côte entre Sperlonga et Gaeta (Grotta dei Moscerini et Grotta di Sant’ Agostino), puis de gisements sur le promontoire du Mont Circé (Grotta Guattari, Grotta del Fossellone et enfin Grotta Breuil). Parmi les gisements « mineurs » de la région, il existe un grand nombre de sites de plein air, dépourvus de stratigraphie, où l’industrie moustérienne est mélangée avec des industries postérieures. Ces sites ne seront pas considérés dans ce travail.

2.1 - Les matières premières

8Les industries lithiques analysées ont été réalisées, en grande majorité, sur la même matière première locale. Il s’agit de galets de silex de petites dimensions – environ 4-5 cm de longueur en moyenne – et avec une morphologie arrondie régulière ou semi-régulière.

9L’origine des galets est liée principalement aux importants systèmes fluviatiles de la région, en particulier le système du Tibre-Aniene qui joue le rôle de source en apportant des silex sous forme de galets, même si une origine marine n’est toutefois pas à exclure. En effet, les reliefs locaux, tels que les Monts Lepini et les Monts Ausoni, n’ont pas de formations siliceuses dans leurs calcaires. Le Mont Circé, qui est une formation du Jurassique inférieur-moyen (Lias), présente des formations de silex de très mauvaise qualité, qui ont été exploitées de façon anecdotique par les occupants des grottes (Segre 1990-1991).

10Les groupes de Néandertaliens utilisaient, au contraire, les galets déjà mentionnés des dépôts marins ou fluviatiles du Pléistocène, actuellement recouverts par les dépôts de l’Holocène. Ces dépôts ont été exposés par l’érosion pendant les stades glaciaires et on les retrouve aujourd’hui dans la Plaine pontine (Bietti et al. 1990-1991).

2.2 - Grotta Guattari

2.2.1- Introduction

11La Grotta Guattari se trouve à l’extrémité sud orientale du Mont Circé, à une distance de la côte d’environ 70 m et à cinq mètres d’altitude au-dessus du niveau marin actuel. Après la découverte du célèbre crâne Guattari 1 en 1939, A.C. Blanc commença immédiatement les recherches, poursuivies et amplifiées par L. Cardini. En 1950, A.G. Segre reprenait la fouille avec une augmentation de la surface : deux tranchées ont été creusées à l’extérieur de la grotte et d’autres, de largeur réduite, à l’intérieur (Blanc 1938-39 ; Blanc et Segre 1953 ; Segre 1990-91).

12Le paléosol sur lequel on a découvert le crâne néandertalien et la mandibule Guattari 2 repose sur le niveau 1 et comporte plus de 649 restes osseux mais aucun reste d’industrie (Piperno 1976-77). Deux séries de dates ont été obtenues pour la paléosurface (Schwarcz et al. 1990-91), la première avec la méthode de la série de l’uranium sur stalagmite et la deuxième avec la méthode ESR sur émail, qui donnent une moyenne de 57 000 6 ka (LU).

13L’analyse taphonomique a définitivement démenti l’hypothèse du cannibalisme sur le crâne Guattari 1, en démontrant une forte présence de Hyène sur le paléosol où celui-ci a été trouvé et en reconnaissant les stigmates de son acquisition par ces carnivores (Piperno et Giacobini 1990-1991 ; Toth et White 1990-1991 ; Stiner 1994).

2.2.2 - L’industrie du niveau 5

14Les matériels archéologiques moustériens se trouvent principalement dans les niveaux proches de l’entrée et diminuent progressivement vers l’intérieur. L’industrie lithique, taillée sur petits galets en silex, provient principalement des niveaux 1, 2, 4 et 5, et dérive d’un remplissage extérieur à la grotte (4-5) ou proche de l’entrée (1-2) (Taschini 1979). Le niveau 5 a livré une datation de 77,5 ± 9,5 ka B.P. (Schwarcz et al. 1990-1991).

15L’étude typologique et statistique de l’industrie (Taschini 1979) appartenant au faciès moustérien du Latium connu sous le nom de « Pontinien », n’a pas mis en évidence de variations significatives dans la structure de l’ensemble lithique des différents niveaux. Selon la méthode Bordes, elle appartient au groupe Charentien de type Quina, et le débitage Levallois augmente progressivement du bas vers le haut de la séquence.

16Dans un travail plus récent (Bietti et Grimaldi 1996), un échantillon d’industrie lithique provenant du niveau 5 a été analysé ; il est constitué d’environ 120 supports dont 73 retouchés et 43 non retouchés, et de plus de 100 nucléus et galets. D’un point de vue technologique, une prédominance des nucléus unidirectionnels et centripètes est attestée. L’industrie est réalisée sur des galets identiques à ceux de la Grotta del Fossellone ou de Grotta Breuil, mais présentant, en moyenne, des dimensions plus grandes.

17La taille bipolaire a été observée sur 30 supports, dont 25 retouchés (34 % des outils), sur 12 nucléus (44 %) et 34 galets (tabl. 1). Ici cette technique correspond soit à un procédé d’initialisation des nucléus qui seront ensuite taillés par percussion directe, soit à une chaîne opératoire séparée et indépendante pour la production de supports à retoucher. Nous verrons par la suite que ce schéma se répète dans tous les sites moustériens que nous analyserons.

Tableau 1 - Présence de la percussion sur enclume dans un échantillon de la couche 5 de Grotta Guattari (modifié d’après Bietti et Grimaldi 1996)
Table 1 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in a sample of Grotta Guattari industry (modified after Bietti and Grimaldi 1996)

Tableau 1 - Présence de la percussion sur enclume dans un échantillon de la couche 5 de Grotta Guattari (modifié d’après Bietti et Grimaldi 1996)Table 1 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in a sample of Grotta Guattari industry (modified after Bietti and Grimaldi 1996)

2.3 - Grotta del Fossellone

2.3.1 - Introduction

18La Grotta del Fossellone s’ouvre sur une falaise calcaire du promontoire du Mont Circé, et donne, de nos jours, directement sur la mer. Il s’agit de l’une des très rares cavités qui couvrent la transition du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur. Malheureusement, il n’y a pas de datation absolue et l’attribution chronologique n’a été effectuée que d’après les attributions typologiques de l’industrie et la biostratigraphie. Le gisement a été découvert par A.C. Blanc en 1937 et fouillé par l’Abbé Breuil et H. Obermaier en 1938-1940. Les travaux de Blanc et V. Chiappella n’ont atteint le niveau de la plage tyrrhénienne que dans les années 1952-1953 (Blanc et Segre 1953).

19La séquence est divisée en 51 niveaux artificiels (fig. 2). Les niveaux 41 à 38, qui contiennent l’industrie moustérienne, ont été attribués au premier stade du Würm ; les niveaux suivants, jusqu’au niveau 25, ont été attribués au Würm II. Les niveaux supérieurs sont particulièrement riches en industrie moustérienne ; le niveau 21, après une couche apparemment stérile (22), contient une industrie aurignacienne.

Figure 2 - Coupe sagittale, Grotta del Fossellone (d’après Blanc et Segre 1953)
Figure 2 - Sagittal section, Grotta del Fossellone (after Blanc and Segre 1953)

Figure 2 - Coupe sagittale, Grotta del Fossellone (d’après Blanc et Segre 1953)Figure 2 - Sagittal section, Grotta del Fossellone (after Blanc and Segre 1953)

2.3.2 - L’industrie de la couche 27β

20L’étude de l’industrie lithique du Paléolithique moyen est concentrée principalement sur les niveaux 26 et 27 qui présentent un Moustérien de petites dimensions et avec outils de type Paléolithique supérieur, défini typologiquement comme « micro Moustérien à denticulés » (Vitagliano et Piperno 1990-1991). D’un point de vue techno-typologique, l’analyse de l’ensemble de la couche 27 (Vitagliano et Piperno 1990-1991) a montré que l’ensemble est caractérisé par un débitage encore moustérien dans lequel on trouve fréquemment la méthode Levallois, par un équilibre important entre racloirs et encoches – denticulés, par une importance des outils de type Paléolithique supérieur et des outils composites qui forment un aspect caractéristique de cette industrie, par la fréquence de la retouche abrupte et des ravivages.

21Le niveau 27β a été re-examiné selon une approche technologique (Kuhn 1995a ; Bietti et Grimaldi 1996). Les nucléus pseudo-prismatiques et unidirectionnels sont abondants, et les nucléus centripètes également bien représentés. Dans le travail de Bietti et Grimaldi (1996), un échantillon de 200 nucléus et plus de 600 supports, dont la moitié retouchés, a été analysé. La percussion sur enclume est peu représentée sur les nucléus (4 %), mais caractérise 18 % des vestiges retouchés et seulement 2 % des non retouchés (tabl. 2). Les supports obtenus semblent être utilisés en particulier pour produire des racloirs déjetés et transversaux ; par contre, les autres formes typologiques sont produites à partir de supports débités par percussion directe (tabl. 3).

Tableau 2 - Présence de la percussion sur enclume dans un échantillon de la couche 27β Table 2 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in a sample of layer 27β of Grotta del Fossellone industry (modified after Bietti and Grimaldi 1996).

Tableau 2 - Présence de la percussion sur enclume dans un échantillon de la couche 27β Table 2 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in a sample of layer 27β of Grotta del Fossellone industry (modified after Bietti and Grimaldi 1996).

Tableau 3 - Test du χ² sur outils et supports dans un échantillon de la couche 27β de la Grotta del Fossellone (d’après Bietti et Grimaldi 1996). La catégorie de supports « autres » réunit des supports à débitage unidirectionnel, bidirectionnel, centripète et à plans croisés
Table 3 - χ² test on tools and blanks in a sample of layer 27β of Grotta del Fossellone industry (after Bietti and Grimaldi 1996)

Tableau 3 - Test du χ² sur outils et supports dans un échantillon de la couche 27β de la Grotta del Fossellone (d’après Bietti et Grimaldi 1996). La catégorie de supports « autres » réunit des supports à débitage unidirectionnel, bidirectionnel, centripète et à plans croisésTable 3 - χ² test on tools and blanks in a sample of layer 27β of Grotta del Fossellone industry (after Bietti and Grimaldi 1996)

2.4 - Grotta di Sant’Agostino

2.4.1 – Introduction

22La Grotta di Sant’Agostino est située à environ 50 m au-dessus du niveau de la mer, sur la pente nord d’une grande baie, entre Gaeta et Sperlonga, au pied du Mont Moneta. Les fouilles ont été réalisées en 1947 et en 1948 par l’Istituto Italiano di Paleontologia Umana sous la direction de E. Tongiorgi (Tozzi 1970 ). Au-dessous du niveau de surface remanié, le dépôt intérieur est formé de terrain sableux plus ou moins concrétionné que Tongiorgi a divisé en quatre niveaux (A1-A4). De récentes datations par la méthode U/Th ont fourni, pour le plancher de base, un âge de 120 000 – 112 000 ans correspondant au stade isotopique 5d-e. Deux séries de dates ont été obtenues pour les niveaux 1, 2 et 3 (Schwarcz et al. 1990 -1991) avec la méthode de la série de l’uranium et avec la méthode ESR LU sur émail de dents d’ongulés. Les niveaux 1, 2, 3 donnent un âge moyen compris entre 43 ± 9 LU et 54 ± 11 ka LU et une datation moyenne de 32 ka pour le niveau supérieur qui est, par contre, remanié. La faune comprend surtout des cervidés, suivis du Sanglier et de Bos primigenius. Sur la base de la courbe de mortalité du Cerf, M. Stiner émet l’hypothèse d’un système de chasse non sélectif, surtout à l’affût (Stiner 1990-1991, 1994).

2.4.2 - L’industrie lithique

23D’un point de vue technique et typologique, l’abondante industrie lithique sur petits galets en silex est caractérisée par l’absence de méthode Levallois, par l’indice bas des talons facettés, par la fréquence élevée de la retouche de type scalariforme (Quina et demi-Quina) et par l’indice élevé des racloirs (environ 70 %) parmi lesquels dominent les racloirs simples convexes et transversaux ; les denticulés et les pointes moustériennes sont rares. L’industrie fait donc partie du « Charentien » de type Quina (Tozzi 1970 ; Kuhn 1995 b).

24Une étude très approfondie de la taille bipolaire dans ce site avait été réalisée en 1950 par F. Laj Pannocchia (1950) avec l’aide de F. Bordes (Bordes 1947, 1961, p. 16). L’auteur ne fait pas de véritable différence entre les deux modalités d’ouverture des galets, par percussion directe et sur enclume. Toute la chaîne opératoire est destinée à la production de racloirs qui constituent 95 % de l’ensemble lithique. Les produits du premier coup d’ouverture du galet sont classifiés en demi galets (20 %), dièdres (4 %), calottes (8 %), éclats (68 %) (tabl.4). Le deuxième coup est, dans 37 % des cas, donné dans la même direction que le premier, dans 25 % des cas avec une rotation de 90° et dans 6 % des cas avec une rotation de 180°. Les éclats ont des bulbes positifs (59 %), négatifs (34 %) et « en épis » (7 %). L’ouverture du galet peut conduire à la formation d’un plan de frappe, lisse ou facetté, qui est utilisé pour continuer le débitage.

Tableau 4 - Catégories des produits obtenus par percussion sur enclume, Grotta di Sant’Agostino (d’après les données de Laj-Pannocchia 1950)
Table 4 - Categories of products obtained by bipolar-on-anvil percussion, Grotta di Sant’Agostino (after data from Laj-Pannocchia 1950)

Tableau 4 - Catégories des produits obtenus par percussion sur enclume, Grotta di Sant’Agostino (d’après les données de Laj-Pannocchia 1950)Table 4 - Categories of products obtained by bipolar-on-anvil percussion, Grotta di Sant’Agostino (after data from Laj-Pannocchia 1950)

2.5 - Grotta dei Moscerini

2.5.1 - Introduction

25La Grotta dei Moscerini s’ouvre dans le calcaire du Jurassique inférieur du Monte Agmenone, 5 km au nord de la Grotta di Sant’Agostino et a été découverte pendant les célèbres prospections de 1936-1938, mais fouillée seulement en 1949 par l’Istituto Italiano di Paleontologia Umana. Grotta dei Moscerini présente une stratigraphie d’une épaisseur de 8,50 m et la base du niveau archéologique se trouve à environ trois mètres au-dessus du niveau de la mer actuel.

26D’après les datations absolues (Schwarcz et al. 1990-1991) obtenues sur émail avec la méthode ESR (LU), le niveau 33 a un âge de 106 ± 17 ka et le niveau 26, 74 ± 7 ka. Il s’agit donc de l’un des sites les plus anciens de ceux considérés ici.

27L’une des particularités de l’ensemble archéologique de cette cavité est la présence d’une industrie sur Callista chione, réalisée par percussion directe et d’une morphologie proche de l’industrie lithique du site (Kuhn 1995a).

2.5.2 - L’industrie lithique

28Les matériaux lithiques n’ont été publiés qu’en 1984 (Vitagliano 1984) et attribués au Moustérien pontinien. Par la suite, l’industrie a été étudiée d’un point de vue technologique par Kuhn (1995a) qui a reconnu différentes modalités de réduction du nucléus et de production des supports. La percussion sur enclume a été identifiée parmi ces modalités et en particulier, comme technique pour l’ouverture du galet : Kuhn en avait décrit les caractères assez particuliers en identifiant des stigmates tels que la présence d’un bulbe double, d’ondes de percussion sur la face ventrale et d’écaillures (fig. 3, tabl. 5).

Figure 3 - Éclats obtenus par percussion sur enclume : 1-4 : Grotta di Sant’Agostino, 5-8. Grotta Guattari, 9-10 : Grotta dei Moscerini (d’après Kuhn 1995a)
Figure 3 - Flakes removed by bipolar-on-anvil percussion : 1-4 : Grotta di Sant’Agostino, 5-8. Grotta Guattari, 9-10 : Grotta dei Moscerini (after Kuhn 1995a).

Figure 3 - Éclats obtenus par percussion sur enclume : 1-4 : Grotta di Sant’Agostino, 5-8. Grotta Guattari, 9-10 : Grotta dei Moscerini (d’après Kuhn 1995a)Figure 3 - Flakes removed by bipolar-on-anvil percussion : 1-4 : Grotta di Sant’Agostino, 5-8. Grotta Guattari, 9-10 : Grotta dei Moscerini (after Kuhn 1995a).

Tableau 5 - Présence de la percussion sur enclume à Grotta dei Moscerini (modifié d’après Kuhn 1995b)
Table 5 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in Grotta dei Moscerini industry (modified after Kuhn 1995b).

Tableau 5 - Présence de la percussion sur enclume à Grotta dei Moscerini (modifié d’après Kuhn 1995b)Table 5 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in Grotta dei Moscerini industry (modified after Kuhn 1995b).

2.6 - Grotta Breuil

2.6.1 – Introduction

29Grotta Breuil est une des nombreuses grottes qui s’ouvrent sur le versant littoral du Mont Circé. A. C. Blanc, L. Cardini, H. Obermaier et H. Breuil (dont le nom a été donné à la grotte) l’ont examinée les premiers en 1936 dans le cadre de recherches systématiques organisées dans la région (Blanc 1938). Ce n’est qu’en 1986, pourtant, que l’Istituto Italiano di Paleontologia Umana organise la première campagne de fouille, sous la direction de A. Bietti (Bietti et al. 1990-1991).

30La cavité s’ouvre à huit mètres au-dessus du niveau marin actuel et le dépôt intérieur, à forte pente, représente le résidu du remplissage d’origine érodé par la régression holocène. L’ensemble faunique de Grotta Breuil est composé surtout de Cervus elaphus, Bos primigenius et Capra ibex. L’accumulation des restes fauniques doit être attribuée aux humains. Les proies ont été apportées entières sur le site, après la chasse, et ont été traitées sur place (Stiner 1994 ; Alahique et al. 1998).

31En ce qui concerne la saison, l’étude des stades d’éruption et d’usure des dents suggère une occupation de l’automne au début du printemps. L’avifaune indique un climat similaire au climat actuel de l’Europe centrale, avec une tendance à la hausse des températures moyennes (interstade Würm II-III).

32Deux portions postéro-inférieures de pariétal, une couronne de première molaire inférieure d’un individu adulte, une troisième molaire inférieure avec racine en formation attribuée à un individu d’environ 13 ans, représentent les vestiges humains découverts dans la grotte. Ils ont été retrouvés dans des positions stratigraphiques variées (Manzi et Passarello 1995). Tous les restes ont été attribués à l’Homme de Néandertal.

2.6.2 - L’industrie lithique de Grotta Breuil

33Les analyses technologiques et typologiques de l’industrie lithique de Grotta Breuil ont mis en évidence des différences entre les couches supérieures (3, 4, 5 et 6) et les couches inférieures (7, 8 et XX). Cette comparaison est basée essentiellement sur les processus de réduction et sur l’observation quantitative des matériaux, mais aussi sur l’aspect métrique des artéfacts.

34L’étude technologique des niveaux 3 et 4 (les seules couches supérieures testées à l’époque) et du niveau XX (plus vieux que la couche 8 et fouillé seulement sur un mètre carré, Rossetti et Zanzi 1990-1991 ; Bietti et Grimaldi 1990-1991) avait conduit à proposer deux chaînes opératoires sur la base de l’étude soit des nucléus soit du débitage, avec le nucléus centripète comme stade final. La première est caractérisée par une série de processus « indépendants », dans lesquels chaque nucléus a sa séquence de débitage (traits continus sur les figures 4 et 5) et la deuxième représente un processus de débitage unique (traits discontinus sur la même figure) où le produit fini est représenté par les nucléus centripètes. La deuxième chaîne est considérée comme la plus probable à cause de la forte présence de nucléus proto-centripètes dans la série. La différence entre les processus de réduction suggérée pour le niveau XX (fig. 4) et celle des couches 3 et 4 (fig. 5) est essentiellement perceptible entre les nucléus centripètes (couche XX) et pseudoprismatiques (couches 3 et 4). Le processus de réduction illustré en figure 5 est considéré comme le plus probable pour les couches 3 et 4, non seulement en raison de la forte présence de nucléus pseudoprismatiques dans la série (Rossetti et Zanzi 1990-1991), mais aussi à cause de la présence d’éclats souvent de plus grande dimension que les nucléus eux-mêmes. Les outils, notamment dans la couche XX, étaient donc réalisés par étapes successives, entièrement sur le site, à travers une exploitation de type centripète en passant par trois types de nucléus protocentripètes :

  • chopping-tool étendu, où les enlèvements des éclats et la préparation du plan de frappe envahissent le galet ;

  • type à plans croisés, avec un plan de frappe orthogonal ouvert sur un nucléus unidirectionnel ;

  • nucléus avec un plan orthogonal ouvert sur un nucléus bidirectionnel.

Figure 4 - Proposition de chaîne opératoire pour l’industrie lithique du niveau XX de Grotta Breuil. Les lignes continues représentent les processus indépendants de débitage, les lignes discontinues les processus continus (d’après Rossetti et Zanzi 1990-1991)
Figure 4 - Proposed reduction sequence of the level XX lithic industry of Grotta Breuil.
The solid lines represent independent flaking processes, the dotted ones represent continuous processes (after Rossetti and Zanzi 1990-1991)

Figure 4 - Proposition de chaîne opératoire pour l’industrie lithique du niveau XX de Grotta Breuil. Les lignes continues représentent les processus indépendants de débitage, les lignes discontinues les processus continus (d’après Rossetti et Zanzi 1990-1991)Figure 4 - Proposed reduction sequence of the level XX lithic industry of Grotta Breuil. The solid lines represent independent flaking processes, the dotted ones represent continuous processes (after Rossetti and Zanzi 1990-1991)

Figure 5 - Industrie lithique des niveaux supérieurs de Grotta Breuil (d’après Rossetti et Zanzi 1990-1991)
Figure 5 - Proposed reduction sequence of the upper levels lithic industry of Grotta Breuil (after Rossetti and Zanzi 1990-1991)

Figure 5 - Industrie lithique des niveaux supérieurs de Grotta Breuil (d’après Rossetti et Zanzi 1990-1991)Figure 5 - Proposed reduction sequence of the upper levels lithic industry of Grotta Breuil (after Rossetti and Zanzi 1990-1991)

35Dans le cas des couches 3 et 4, la dominance des formes pseudoprismatiques nous indique, au contraire, que dans plusieurs cas, le débitage s’arrêtait à ce stade.

36Les niveaux inférieurs 7 et 8 sont caractérisés par un grand pourcentage d’outils retouchés, une faible présence du débitage Levallois et par la prédominance des nucléus centripètes. Les couches 7 et 8 sont les derniers niveaux stratigraphiques fouillés à Grotta Breuil et constituent un ensemble assez homogène sur le plan typologique et technologique. Les pourcentages des fréquences des différents types de nucléus sont très semblables dans les deux couches, avec une prédominance des nucléus protocentripètes ou à pans croisés, donc avec des caractères de transition vers d’autres types de nucléus plus ou moins centripètes, selon le schéma proposé en figure 4. En ce qui concerne l’exploitation, elle est généralement intense, la plupart des nucléus présentant deux ou trois enlèvements. Les outils représentent environ 30 % de l’ensemble et les racloirs 55 % de l’outillage. Les encoches et les denticulés sont également bien représentés (14 % et 12 %) mais tous les autres types présentent des pourcentages très faibles. Il est en outre intéressant de noter la présence d’un biface en calcaire et d’une pointe pseudo-Levallois. La plupart des outils sont réalisés sur éclats non prédéterminés et souvent sur nucléus. Le degré de prédétermination des éclats est assez faible, avec un pourcentage de 15-16 % et ces éclats correspondent le plus souvent à des nucléus protocentripètes. Une différence entre les deux niveaux mérite d’être soulignée ici : dans la couche 7 on a 27 % d’attributions à des nucléus pseudo-prismatiques, et dans la couche 8, 41 % des éclats proviennent de nucléus unidirectionnels. Parmi les éclats prédéterminés, les corticaux sont les plus abondants.

37Les niveaux 7 et 8 ont fait l’objet d’une activité de remontage de l’industrie lithique : 4 % de l’industrie a été remonté (fig. 6). Les remontages, ont non seulement donné des indications sur la disposition spatiale des objets à l’intérieur de la grotte et sur l’intégrité du dépôt, mais ont également contribué à la compréhension des chaînes opératoires et notamment la présence de la percussion sur enclume. En effet, plusieurs d’entre eux illustrent l’utilisation de supports obtenus par la taille bipolaire dont on parlera plus en détail dans la section 3, par la comparaison avec les données expérimentales (fig. 6, n° 4 et 6).

Figure 6 - Remontages des couches 7 et 8 (dessins N. Falchi)
Figure 6 - Refits from layers 7 and 8 (drawings by N. Falchi)

Figure 6 - Remontages des couches 7 et 8 (dessins N. Falchi)Figure 6 - Refits from layers 7 and 8 (drawings by N. Falchi)

38La situation change avec les niveaux supérieurs (fig. 5) qui présentent, comme cela a déjà été partiellement indiqué, des caractéristiques très différentes (Bietti et Grimaldi 1996 ; Grimaldi 1996). Les méthodes de taille et d’exploitation de la matière première (toujours la même) deviennent plus complexes, le débitage est beaucoup plus efficace que la séquence centripète, à tel point qu’il est possible de parler de débitage laminaire. Les nucléus deviennent majoritairement unidirectionnels, avec une production de supports Levallois allongés et pseudoprismatiques, avec plan de frappe lisse. Les nucléus à enlèvements centripètes sont ici minoritaires. La production de supports laminaires des niveaux supérieurs est associée à une diminution des outils retouchés et une augmentation des supports prédéterminés. Le débitage sur enclume devient beaucoup plus rare, voire absent.

39L’industrie lithique de la couche 6 correspond assez bien à la description que nous venons de donner pour les couches supérieures. Les nucléus unidirectionnels et pseudoprismatiques sont prédominants (20-30 %) et les supports obtenus sont allongés, souvent avec talon lisse. Dans l’ensemble, le degré de prédétermination est plutôt élevé. En ce qui concerne l’outillage, il faut d’abord noter que les supports retouchés ne représentent que 8-9 % de l’assemblage. Les racloirs sont prédominants (60 %), simples pour la plupart ; les encoches et denticulés représentent environ 5-6 %.

3 - L’Expérimentation

3.1 – Introduction

40Dans ce travail, l’industrie des niveaux 6, 7 et 8 de Grotta Breuil est analysée pour mettre en évidence l’importance relative de la percussion sur enclume dans ces séries. Une activité expérimentale a été mise en place afin de mettre en évidence les caractéristiques techno-morphologiques des supports et des galets produits au cours de la percussion sur enclume.

3.2 - L’activité expérimentale

41L’activité expérimentale s’est déroulée en plusieurs phases décrites ci-dessous.

Acquisition de la matière première

42Les galets de silex ont été récupérés dans une carrière de sable où les travaux d’extraction ont mis au jour des niveaux à galets, à environ 5-10 m de la surface. L’enclume et les percuteurs ont été recueillis au-dessous du niveau de la mer dans une grotte non loin de Grotta Breuil : ils sont en calcaire local. Les percuteurs ont tous une forme ovale mais présentent des dimensions et des masses variées.

Définition du protocole expérimental

43La fracture symétrique du galet a été définie a priori comme le but de chaque opération de taille ; cette cassure devait se faire avec un maximum de cinq percussions. Le tailleur (E. Cancellieri), une seule personne pour avoir une complète comparabilité des données, avait le choix du percuteur qui pouvait changer au cours de la percussion de chaque galet et aussi de l’orientation du galet. Le nombre de galets à ouvrir a été fixé à 100. Il a été décidé, en outre, d’enregistrer l’usure de l’enclume et des percuteurs, en prenant des photos tous les 20 coups.

Définition de la modalité d’enregistrement de données

44Une fois établi le protocole expérimental dans ses grandes lignes, une fiche descriptive a été élaborée pour l’enregistrement des données. Une autre fiche a été conçue pour l’enregistrement des données relatives aux percuteurs.

Phase expérimentale

45Vient ensuite l’expérimentation proprement dite. Enregistrement des données et photos étaient effectués en même temps que la taille et les produits du débitage étaient classés par galets, numérotés donc de 1 à 100. Le point d’impact était noté sur le galet lui-même. La possibilité de tenir les galets les plus petits avec une baguette en bois a été testée, mais aucune différence significative liée à son utilisation n’a été notée en ce qui concerne l’activité de taille (fig. 7).

Figure 7 - Matières premières expérimentales : à gauche, galets de silex ; au milieu, expérimentation en cours ; en bas, enclume et percuteur (photos E. Spinapolice)
Figure 7 - Experimental raw materials : left view, flint pebbles ; middle view, snapshot during experimental work ; right view, anvil and hammerstone (pictures by E. Spinapolice)

Figure 7 - Matières premières expérimentales : à gauche, galets de silex ; au milieu, expérimentation en cours ; en bas, enclume et percuteur (photos E. Spinapolice)Figure 7 - Experimental raw materials : left view, flint pebbles ; middle view, snapshot during experimental work ; right view, anvil and hammerstone (pictures by E. Spinapolice)

46La fiche d’enregistrement des données expérimentales est présentée dans le tableau 6. Une fois l’expérimentation terminée, on note que les galets sont ouverts au premier coup dans 40 % des cas ; dans seulement 5 % des cas les cinq coups ne sont pas suffisants pour l’ouverture du galet. La texture ne constitue pas un élément discriminant pour une meilleure production de supports.

3.3 - Les données de l’activité expérimentale (fig. 8 à 22 - en annexe)

47Une deuxième fiche a été élaborée pour l’enregistrement des produits de taille. Chaque produit a donc été considéré individuellement et non plus comme un élément de galet. Les produits ont été classifiés conformément au tableau 7.

48Nous avons décidé de baser notre classification en grande partie sur la morphologie des bulbes et sur leurs positions relatives ; tous les produits ont été classés par rapport aux bulbes. Une place a aussi été réservée aux autres stigmates, tels que les écaillures et l’axe préférentiel de percussion. Les bulbes ont été définis comme indiqué au tableau 8.

Tableau 8 – Liste morphologique des bulbes
Table 8 - Bulbs morphology

Tableau 8 – Liste morphologique des bulbesTable 8 - Bulbs morphology

49Les bulbes ont donc été décomptés et leurs positions relatives ont été enregistrées. Nous avons classifié comme « primaire » le bulbe obtenu directement par la percussion (tabl. 9).

Tableau 9 - Positions des bulbes
Table 9 - Bulbs position

Tableau 9 - Positions des bulbesTable 9 - Bulbs position

50Les éventuelles écaillures ont été classifiées en enregistrant leur position par rapport au premier bulbe (tabl. 10).

Tableau 10 - Position des écaillures
Table 10 - Scales position

Tableau 10 - Position des écailluresTable 10 - Scales position

51En outre, l’axe de percussion du galet a été signalé (tabl. 11).

52

Tableau 11 - Axe de percussion du galet
Table 11 - Percussion axis of the pebble

Tableau 11 - Axe de percussion du galetTable 11 - Percussion axis of the pebble

3.4 - Les résultats de l’activité expérimentale

53L’identification de la percussion sur enclume dans le matériel expérimental a aussi été testée, avec un taux qui dépasse de peu 60 %. Cela signifie que même si on avait la certitude de la présence de cette technique, aucune trace diagnostique n’était visible sur 40 % des produits.

3.4.1 - Catégories de produits

54Les éclats dominent la production et les corticaux, plus ou moins proches des demi-galets, sont les plus fréquents tandis que les non corticaux sont moins nombreux. Parmi les nucléus, le plus nombreux sont ceux comportant deux négatifs (tabl. 12).

Tableau 12 - Résultats de l’activité expérimentale
Table 12 - Results of experimental activity

Tableau 12 - Résultats de l’activité expérimentaleTable 12 - Results of experimental activity

3.4.2 - Caractéristiques des bulbes

55Les bulbes lisses sont les plus fréquents, suivis par les négatifs. Les bulbes simples sont largement dominants mais les doubles et les multiples sont également bien représentés. En cas de bulbes doubles, leurs positions respectives sont le plus souvent opposées sur la même surface (tabl. 13).

Tableau 13 - Morphologie des bulbes issus de l’expérimentation
Table 13 - Bulbs morphology from experimental material

Tableau 13 - Morphologie des bulbes issus de l’expérimentationTable 13 - Bulbs morphology from experimental material

3.4.3 - Autres éléments d’analyse

56Tout en laissant au tailleur la faculté d’orienter les galets selon son choix personnel, une préférence éventuelle par rapport à l’axe de percussion a été testée ; d’après les données, ce serait l’axe le plus long du galet. Il faut quand même remarquer que ce critère n’a pu être relevé sur un grand nombre de produits. Un autre des stigmates testés, la présence d’écaillures, s’est révélé très faible et ne constitue pas, par conséquent, un critère vraiment fiable pour la reconnaissance de la taille bipolaire (tabl. 14).

57

Tableau 14 - Comptage de la localisation des écaillures issues de l’expérimentation
Table 14 - Scales position from experimental material

Tableau 14 - Comptage de la localisation des écaillures issues de l’expérimentationTable 14 - Scales position from experimental material

3.4.4 - L’enclume et les percuteurs

58Le dépôt archéologique de Grotta Breuil comprend un bon nombre de percuteurs mais, pour l’instant, aucune enclume n’a été reconnue. Cependant, les données relatives à l’usure des percuteurs et de l’enclume utilisés pendant l’expérimentation ont été enregistrées. Le tailleur avait le choix entre 10 percuteurs, dont quatre n’ont pas été utilisés (n° 1, 3, 8 et 9) à cause de leur morphologie non performante ou de leurs dimensions (tabl. 15).

59

Tableau 15 - Fiche d’enregistrement des données relatives aux percuteurs
Table 15 - Registration form for hammerstones related data

Tableau 15 - Fiche d’enregistrement des données relatives aux percuteursTable 15 - Registration form for hammerstones related data

60La relation entre masse/dimensions du percuteur et fréquence d’utilisation ne présente guère de surprises, car sur 10 percuteurs considérés, le choix du tailleur se portait souvent sur les mêmes, peut-être en raison de leur morphologie ; ils correspondent à trois catégories de masses, qu’on pourrait définir comme petite, moyenne et grande (fig. 23). En ce qui concerne l’usure, sur les percuteurs, elle apparaît dès les 20 premiers coups ; il en va de même pour l’enclume.

Figure 23 - Corrélation entre masse du percuteur (y) et nombre de coups donnés (x). (R: 0,52855)
Figure 23 - Correlation between hammer mass (y) and number of blows (x).
(R : 0,52855)

Figure 23 - Corrélation entre masse du percuteur (y) et nombre de coups donnés (x). (R: 0,52855)Figure 23 - Correlation between hammer mass (y) and number of blows (x). (R : 0,52855)

3.5 - La percussion sur enclume dans l’industrie de la Grotta Breuil : comparaisons avec les données expérimentales

61Dans cette section, la percussion sur enclume de Grotta Breuil est décrite en détail et reconsidérée à la lumière des données expérimentales.

62L’abondance relative de la percussion sur enclume à l’intérieur des couches est directement liée aux différentes chaînes opératoires mises en place (fig. 24).

Figure 24 - Percussion sur enclume dans les couches 6, 7 et 8 de Grotta Breuil
Figure 24 - Bipolar-on-anvil percussion in layers 6, 7 and 8 of Grotta Breuil

Figure 24 - Percussion sur enclume dans les couches 6, 7 et 8 de Grotta BreuilFigure 24 - Bipolar-on-anvil percussion in layers 6, 7 and 8 of Grotta Breuil

63Le niveau 6, en effet, fait partie des couches supérieures et est caractérisé par un débitage à tendance laminaire. Il est évident que dans cette couche, la percussion sur enclume ne représente qu’une partie minime des processus de taille mis en œuvre (fig. 25).

Figure 25 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 6
Figure 25 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 6 industry

Figure 25 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 6Figure 25 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 6 industry

64Dans les couches 7 et 8 par contre, la maîtrise du débitage laminaire n’est pas encore acquise et la percussion sur enclume est un moyen très efficace pour ouvrir les galets. Le matériel archéologique des couches 7 et 8 de Grotta Breuil présente un important pourcentage de produits issus de la percussion sur enclume, dont 23 % dans la couche 8 et 10,8 % dans la couche 7 (fig. 26 et 27). On trouve les pourcentages les plus élevés pour les outils (fig. 28).

Figure 26 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 7
Figure 26 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 7 industry

Figure 26 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 7Figure 26 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 7 industry

Figure 27 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 8
Figure 27 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 8 industry

Figure 27 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 8Figure 27 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 8 industry

Figure 28 - Pourcentage des outils avec percussion sur enclume
Figure 28 - Percentage of the tools with bipolar-on-anvil percussion

Figure 28 - Pourcentage des outils avec percussion sur enclumeFigure 28 - Percentage of the tools with bipolar-on-anvil percussion

65En outre, les calottes obtenues sont souvent utilisées comme supports à retoucher, même si une poursuite du débitage est aussi pratiquée, comme le démontrent les remontages (fig. 6). On a donc une production de supports destinés à l’obtention de différents objectifs techniques et la percussion sur enclume pourrait être un moyen pour la production d’artefacts de type « expedient » (sensu Binford 1973).

66La percussion sur enclume est donc un autre élément de différentiation entre les deux ensembles archéologiques du dépôt et un choix « culturel » doit probablement être évoqué pour ce changement ; celui-ci paraît très graduel, puisque la taille bipolaire n’a pas encore été identifiée dans les couches sus-jacentes à la couche 6 qui semble donc être une sorte de couche de transition.

67De manière générale, une grande coïncidence entre l’archéologique et l’expérimental a été détectée, tant pour des pourcentages relatifs que pour des critères qualitatifs. Un test du χ² a été appliqué à la comparaison entre les deux échantillons, qui montre une congruence à 50 % entre les deux groupes de matériaux en considérant comme variables les possibilités de percussion simple et de percussions multiples (tabl. 16).

68

Tableau 16 - Test du χ² de comparaison entre les échantillons archéologique et expérimental.
Table 16 - χ² test for comparison between archaeological and experimental samples.

Tableau 16 - Test du χ² de comparaison entre les échantillons archéologique et expérimental.Table 16 - χ² test for comparison between archaeological and experimental samples.

69Les figures 29 à 31 présentent la comparaison entre les stigmates les plus importants relevés pendant l’expérimentation et la présence des mêmes stigmates dans l’assemblage archéologique ; la similitude des pourcentages apparaît clairement.

Figure 29 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : morphologie du bulbe
Figure 29 - Comparison between archaeological and experimental data : bulb morphology

Figure 29 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : morphologie du bulbeFigure 29 - Comparison between archaeological and experimental data : bulb morphology

Figure 30 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : position des bulbes
Figure 30 - Comparison between archaeological and experimental data : bulbs position.

Figure 30 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : position des bulbesFigure 30 - Comparison between archaeological and experimental data : bulbs position.

Figure 31 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : écaillures
Figure 31 - Comparison between archaeological and experimental data : scales

Figure 31 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : écailluresFigure 31 - Comparison between archaeological and experimental data : scales

3.5.1 – Conclusions

70Le faible pourcentage de reconnaissance des stigmates sur le matériel expérimental nous conduit à considérer la fréquence observée pour Grotta Breuil comme très certainement sous-estimée.

71Voyons donc l’hypothèse des chaînes opératoires proposées (fig. 32).

Figure 32 - Hypothèse de débitage proposée pour la percussion sur enclume de Grotta Breuil (AMC1 et AMC 2 : orientation du galet)
Figure 32 - Proposed hypothesis of bipolar-on-anvil percussion functioning in Grotta Breuil (AMC1 and AMC2 : pebble orientation)

Figure 32 - Hypothèse de débitage proposée pour la percussion sur enclume de Grotta Breuil (AMC1 et AMC 2 : orientation du galet)Figure 32 - Proposed hypothesis of bipolar-on-anvil percussion functioning in Grotta Breuil (AMC1 and AMC2 : pebble orientation)

72D’après les deux possibilités d’ouverture du galet, selon son axe majeur (AMC 1) ou mineur (AMC 2), on obtient des produits fins (1) et épais (2). Les produits épais peuvent être retouchés (le plus souvent pour obtenir un racloir), devenir des nucléus ou être écartés. Les produits fins sont le plus souvent utilisés « bruts ». La percussion sur enclume constitue à Grotta Breuil un moyen important de débitage, mais sa présence n’est pas constante tout au long de la séquence. On voit clairement qu’une disparition progressive de cette technique survient à partir de la couche 6. Cette disparition n’est pas due aux contraintes de la matière première, mais à d’autres facteurs liés à une maîtrise différente de la taille des galets conduisant à une amélioration de la méthode Levallois. De toutes façons, dans les couches inférieures de Grotta Breuil, la percussion sur enclume constitue un moment important de la chaîne opératoire. Par l’expérimentation, il a été montré qu’il s’agit d’un très bon moyen pour ouvrir des galets et pour en obtenir des supports avec un investissement technique très faible. Les supports sont, dans l’ensemble archéologique, très souvent retouchés, mais une utilisation comme nucléus, après une préparation du plan de frappe, est envisageable et peut être fréquente. Donc, la percussion sur enclume se place au début de la chaîne opératoire et on peut imaginer une coexistence avec la percussion directe, qui intervient dans un deuxième moment. Cette constatation s’inscrit assez bien dans l’idée de ce type de débitage que l’on a présenté dans le premier chapitre.

73En ce qui concerne les stigmates, à travers notre expérimentation, nous avons essayé de déterminer des critères conçus sur une base de données assez fiable pour sa détermination et en même temps de démonter certaines idées assez répandues mais pas toujours vraies, telles que la présence systématique de deux bulbes opposés ou d’écaillures. Les caractéristiques des bulbes que nous avons mises en évidence semblent, au contraire, être exclusives de la percussion sur enclume et peuvent constituer un bon point de départ pour de futures analyses.

4 - Les gisements du Paléolithique supérieur

74Le Paléolithique supérieur dans le Latium est représenté premièrement par de l’Aurignacien, à la Grotte du Fossellone (niveau 21), sporadiquement en surface à l’extérieur de l’abri Salvini (cf. 4.3) et sur la plaine pontine, et ensuite par de l’Épigravettien : il n’y a pas de gisement daté de plus de 18 000 14 C BP. Sur la figure 1 sont indiquées les principales localités : Grotta di Settecannelle (datée entre 17 000 et 11 000 14 C BP environ ) (Ucelli Gnesutta et Mallegni 1988), Riparo Biedano (Pennacchioni et Tozzi 1985), Cenciano Diruto (Pennacchioni et Tozzi 1984), Palidoro (daté entre 15 900 et 14 000 14 C BP environ), Grotta Polesini (datée de 10 100 14 C BP environ) (Radmilli 1974) et Riparo Salvini (daté entre 13 300 et 10 800 14 C BP environ). En ce qui concerne la percussion sur enclume, nous n’examinerons dans ce travail que les sites de Grotta del Fossellone 21, Palidoro et Riparo Salvini.

4.1 - L’Aurignacien de la Grotte du Fossellone

75La grotte et sa stratigraphie ont déjà été présentées au paragraphe 2.3 (fig. 2). Le niveau 23 est le premier (le plus récent) niveau de la séquence moustérienne, contenant peu de faune et d’industrie et « un grand nombre de pierres (...) qui semblent disposées intentionnellement » (Blanc et Segre 1953 : p. 45). Il est surmonté par un niveau (22) d’argile rouge avec des fragments calcaires à angles vifs, pratiquement dépourvu de faune et d’industrie. Le niveau 21, constitué d’un sédiment sans cohérence, brun et de nombreuses grosses pierres, contient beaucoup de faune et d’industrie aurignacienne.

76Du point de vue de la typologie, il s’agit d’un Aurignacien « classique », avec une industrie osseuse caractéristique, à pointes à base fendue et poinçons à section ovalaire, dénommé en Italie « Aurignacien à pointes osseuses » (Palma di Cesnola 1993), ce qui correspond à la dénomination française « Aurignacien ancien » ou « Aurignacien I ». L’industrie lithique, analysée par G. Laplace selon sa « Typologie Analytique » (Laplace 1966) est constituée en majorité (plus de 60 %) par des grattoirs, dont plusieurs carénés et à museau, issus des galets des silex caractéristiques de la plaine pontine déjà évoqués précédemment pour le Moustérien et employés pour l’expérimentation (chap. 3).

77Les burins sont beaucoup plus rares (moins de 3 %) ; des lames retouchées sont également représentées, dont plusieurs sur silex exotique (provenant vraisemblablement de l’Apennin entre Ombrie et Marche et peut-être aussi des Abruzzes), des racloirs et de nombreuses pièces esquillées. D’un point de vue technologique, ces pièces esquillées (fig. 33 ; n° 2, 6 (sur dièdre) et 7) représentent, à notre avis, en accord avec l’interprétation proposée par A.C. Blanc (cf. Blanc et Segre 1953), les résidus d’un processus de percussion sur enclume, bien que l’on ne puisse exclure que quelques-unes d’entre elles aient été employées comme « ciseaux » pour débiter des matières tendres telles que l’os ou le bois (cf., par ex., Le Brun-Ricalens 1989). Les pièces esquillées du Fossellone joueraient ainsi le rôle de nucléus, peut-être parfois réemployés comme outils, dans une chaîne opératoire de percussion sur enclume.

78On trouve, en effet, toute une série de produits de débitage qui confirment cette hypothèse : calottes de galet avec bulbe négatif ventral, parfois double (fig. 33 n° 1), dièdres allongés (fig. 33 n° 3-5), éclats avec négatifs dorsaux et ventraux, etc. obtenus par percussion continue sur enclume selon l’axe longitudinal de galets allongés. Au tableau 17, sont présentés les décomptes du débitage d’un échantillon d’industrie lithique conservé à l’Istituto Italiano di Paleontologia Umana ( Bietti 1998).

79On observe que :

  • le rapport entre les « vrais » nucléus (à un plan de frappe et à plans de frappe orthogonaux) et les nucléus sur enclume et les pièces esquillées est de 0,14, en accord avec la prédominance de la chaîne opératoire sur enclume ;

  • les pièces esquillées représentent 39 % du total nucléus + esquillées et 55 % du total nucléus sur enclume + esquillées, le rapport entre les produits de débitage sur enclume (dièdres, éclats avec bulbe négatif, etc.) et les pièces esquillées est de 3,24 : tous ces chiffres sont en accord avec une percussion sur enclume récurrente et continue ;

  • le rapport entre les pièces esquillées « croisées » est de 0,15, en accord avec le choix préférentiel de l’axe longitudinal du galet pour la percussion sur enclume.

80Ce choix de l’axe, ainsi que le processus de réduction récurrente de galets allongés jusqu’à obtenir des pièces esquillées, sont les caractères distinctifs du débitage des galets de l’Aurignacien de la Grotta del Fossellone ; ils l’opposent à la situation présentée précédemment pour le Moustérien de la région, duquel les pièces esquillées et les dièdres sont pratiquement absents, et où une préférence nette pour l’axe longitudinal ne peut pas être décelée.

Figure 33 - Pièces esquillées, Grotta del Fossellone (d’après Blanc et Segre 1953)
Figure 33 - « Pièces esquillées », Grotta del Fossellone (after Blanc and Segre 1953)

Figure 33 - Pièces esquillées, Grotta del Fossellone (d’après Blanc et Segre 1953)Figure 33 - « Pièces esquillées », Grotta del Fossellone (after Blanc and Segre 1953)

81La figure 34 présente les résultats d’une expérimentation : le n° 1 est la pièce esquillée finale, les produits du débitage sont numérotés de 2 à 7 et l’on voit aussi le galet remonté (fig. 34, en bas à droite).

Figure 34 - Réplique expérimentale de chaîne opératoire sur enclume de Grotta del Fossellone (tailleur E. Cancellieri)
Figure 34 - Experimental replica of bipolar-on-anvil reduction sequence from Grotta del Fossellone (flint knapper E. Cancellieri)

Figure 34 - Réplique expérimentale de chaîne opératoire sur enclume de Grotta del Fossellone (tailleur E. Cancellieri)Figure 34 - Experimental replica of bipolar-on-anvil reduction sequence from Grotta del Fossellone (flint knapper E. Cancellieri)

82Les produits où la percussion sur enclume est évidente (n° 2, 4, 5 et 7) sont assez semblables aux pièces archéologiques (fig. 33), en particulier le dièdre (fig. 34, n° 4). Bien que l’expérimentation ne concerne qu’un seul galet, on observera que le rapport entre ces produits de débitage et la pièce esquillée est de 4 et que le rapport entre ces mêmes produits et le dièdre est aussi de 4. Ces valeurs sont assez proches des données archéologiques présentées au tableau 17, à savoir respectivement 3,24 et 4,27.

83Il existe une autre différence notable entre l’Aurignacien du Fossellone et le Moustérien de la région : l’emploi de matière première exotique dont la présence dans le Moustérien n’est pas démontrée jusqu’à présent. Le tableau 17 montre qu’il y a une petite quantité d’éclats sur silex exotique, tandis que celui-ci est absent pour les nucléus et les esquillées qui sont en majorité sur galets (identifiés grâce à leurs cortex), avec une plus rare présence de pièces indéterminables (sans cortex).

84La situation change sensiblement pour les outils retouchés (80 environ) du même échantillon : le tableau 18 présente les pourcentages pour les outils les plus communs. Le silex exotique est employé surtout pour les lames retouchées, en faible quantité pour les grattoirs (particulièrement peu pour les carénés et museau) et pas du tout pour les racloirs.

85Si l’on compare ces résultats à ceux du tableau 17, on peut conclure que dans l’Aurignacien de la Grotta del Fossellone, il y a une chaîne opératoire principale (sur galets par percussion sur enclume) et des outils en silex importé, sans réduction sur place (absence de nucléus en silex exotique : le silex local de mauvaise qualité mentionné dans le tableau 17 ne rentre pas dans cette catégorie !). Le silex exogène a été importé soit sous forme de supports (cf. faible quantité d’éclats indiqués au tableau 17), soit comme outils retouchés (cf. en particulier les lames indiquées au tableau 18).

4.2 - L’Épigravettien de l’abri de Palidoro

86L’abri de Palidoro a été découvert en 1954 par A. C. Blanc, au même moment que le gisement de Torre in Pietra (Blanc 1955). Il s’agit d’un abri effondré dans une falaise de travertin ouvert à sa partie postérieure par l’activité d’une carrière près du village de Palidoro, environ trois kilomètres au nord de Torre in Pietra (30 km au NO de Rome). Des couches holocènes (Néolithique et Âge du Bronze) sont situées au-dessus de la voûte de l’abri. Le dépôt pléistocène de l’abri contient une faune abondante caractérisée par le Cerf, le Cheval hydruntin, le Bœuf ainsi que le Sanglier et le Cheval, moins abondant (Cassoli 1976-1977). Cette faune indique une situation climatique plutôt tempérée, en accord avec une oscillation du stade isotopique 2, postérieure au maximum du dernier Pléniglaciaire et antérieure au Bølling, compte tenu des dates déjà mentionnées, comprises entre 16 000 et 14 000 14C BP (Alessio et al. 1976-1977) et des analyses sédimentologiques (Palmieri 1976-1977).

87L’industrie lithique des fouilles 1955, étudiée initialement par G. Laplace selon sa « Typologie Analytique » (Laplace 1966) a été ensuite réétudiée et illustrée en détail (Bietti 1976-1977) et consiste en burins pour la plupart dièdres, grattoirs en grande majorité en bout de lame avec quelques exemplaires « en éventail » allongés (triangulaires), outillage à dos abondant et en majorité microlithique, ainsi que quelques autres types de microlithes (par ex. lamelles tronquées, à encoche, à fine retouche) et lames retouchées.

88En ce qui concerne la technologie et les matières premières, il s’agit, comme dans la Grotta del Fossellone, d’une industrie en grande majorité sur galets avec présence de silex importé surtout sous forme de supports et de pièces retouchées. Contrairement à l’industrie du Fossellone, la percussion sur enclume est rarement employée : le rapport entre les pièces esquillées (fig. 34 n° 1 - 3) et les « vrais » nucléus (prismatiques à un plan de frappe, deux plans de frappe opposés, deux plans de frappe orthogonaux et globulaires) varie entre 0,0 et 0,14 au sein des huit décapages de la fouille 1955 et est de 0,076 pour l’ensemble des décapages (il était de 7,14 à la Grotta del Fossellone !). En outre, il n’y a aucune trace de produits de débitage (dièdres, éclats avec négatifs ventraux, etc.) très abondants par contre au Fossellone.

89On doit noter aussi que la majorité des pièces esquillées de Palidoro sont de type nucléiforme (fig. 34, en particulier le n° 3) : elles peuvent ainsi être interprétées comme des résidus de nucléus prismatiques très exploités, dans un processus de réduction des nucléus pour la production de lamelles. En effet, il y a aussi un certain nombre de nucléus à un plan de frappe (13 % du total des nucléus) qui présentent des traces d’appui sur enclume sur l’extrémité opposée au plan de frappe et il est raisonnable de les interpréter comme des formes de passage dans ce processus de réduction.

4.3 - L’Épigravettien de Riparo Salvini

90L’abri Salvini est situé dans la ville de Terracina (15 km au sud-est du Mont Circé). Il fait face à la mer et se trouve à environ 35 m au-dessus du niveau actuel, sur une falaise du Crétacé des monts Ausoni. Il a été découvert en 1958 par un groupe de spéléologues local (Chiappella et al. 1958-1961) et un petit sondage a été effectué par L. Cardini en 1963. À l’extérieur de l’abri, avaient été récoltées plusieurs pièces aurignaciennes (grattoirs carénés et à museau, etc.), très semblables à celles de la Grotta del Fossellone. Les fouilles régulières (1979-1990), sous la direction de A. Bietti, ont montré que le dépôt de l’abri avait été remanié quasiment jusqu’à un mètre de profondeur pour des habitations de bergers, de la fin du XIX e siècle jusqu’à il y a une soixantaine d’années : le sondage de 1963 avait été effectué dans ce dépôt. La couche en place est plutôt homogène, y compris du point de vue de la sédimentologie (Alessio et al. 1993 : pp. 113-122), de couleur gris-noir, plus foncé dans la partie extérieure de l’abri, séparée de la partie intérieure par de grands éboulis.

91Les datations déjà mentionnées varient d’environ 13 300 à 12 400 14 C BP pour la partie extérieure (Alessio et al. 1993 : pp. 110-113) et se situent autour de 11 000 14 C BP pour la partie intérieure (comm. pers. de M. Alessio). Les études sont encore en cours mais, à ce jour, les industries et la faune sont à peu près les mêmes dans les deux parties du dépôt.

92La faune (Bietti et Stiner 1992 ; Alessio et al. 1993 : 122-127) est constituée majoritairement par du Cerf, suivi par des équidés (surtout l’Hydruntin), le Sanglier et en faible pourcentage, le Chamois, le Chevreuil et le Bouquetin, en accord avec les dates absolues et une situation climatique correspondant soit à la transition du Bølling - Dryas II soit Allerød - Dryas III. L’industrie, très abondante, est typologiquement similaire à celle de Palidoro : la seule différence évidente est la présence plus ou moins importante (selon les différentes tailles et carrés de fouille) de microlithes géométriques, surtout des triangles isocèles et scalènes et, par conséquent, des microburins.

93D’un point de vue technologique, la situation est également à peu près la même qu’à Palidoro : les pièces support sont tirées en grande majorité de galets locaux (mais un peu plus petits) avec la présence constante de silex importé, encore une fois surtout sous forme de pièces support et d’outils retouchés. Les pièces esquillées sont en majorité de type nucléiforme (fig. 35 n° 4-7) et le rapport entre celles-ci et les « vrais » nucléus est de l’ordre de 0,2 à 0,6 ce qui est plus important qu’à Palidoro mais toujours inférieur à 1, contrairement à ce qui était observé au Fossellone. Cette différence avec Palidoro pourrait être expliquée par un processus de réduction et d’exploitation plus intensif, étant données les dimensions plus petites des galets. Une nouvelle fois, les produits reconnaissables de la percussion sur enclume sont absents ou extrêmement rares.

Figure 35 - Pièces esquillées de l’Abri de Palidoro (1-3 ; d’après Bietti 1976/77) et Riparo Salvini (4-7 ; d’après Bietti et Grifoni Cremonesi 1998)
Figure 35 - « Pièces esquillées » from Palidoro rock-shelter (1-3 ; after Bietti 1976/77) and from Riparo Salvini (4-7 ; after Bietti and Grifoni Cremonesi 1998)

Figure 35 - Pièces esquillées de l’Abri de Palidoro (1-3 ; d’après Bietti 1976/77) et Riparo Salvini (4-7 ; d’après Bietti et Grifoni Cremonesi 1998)Figure 35 - « Pièces esquillées » from Palidoro rock-shelter (1-3 ; after Bietti 1976/77) and from Riparo Salvini (4-7 ; after Bietti and Grifoni Cremonesi 1998)

5 – Discussion et conclusions

94Nous avons examiné dans ce travail trois exemples de taille bipolaire à travers le temps dans le Latium : le premier, étudié plus en détail et à l’aide de l’expérimentation, concernant le Moustérien, et en particulier l’industrie du Moustérien tardif de Grotta Breuil, le deuxième concernant l’Aurignacien (Grotta del Fossellone) et le troisième le Paléolithique supérieur final (abri de Palidoro et abri Salvini).

95Le seul caractère commun aux trois ensembles d’industrie est l’utilisation des galets de silex locaux comme matière première, d’une façon exclusive dans le Moustérien et prédominante dans le Paléolithique supérieur, mais les modalités d’utilisation sont cependant très différentes.

96Dans le cas du Moustérien, la percussion sur enclume constitue surtout un moyen efficace pour ouvrir les galets et, en tout cas, se situe au début de la chaîne opératoire, comme on l’a vu également lors de l’expérimentation. En conséquence, quelques éclats corticaux ou demi galets sont transformés immédiatement en outils retouchés (surtout racloirs), comme au Fossellone ou dans les couches inférieures de Grotta Breuil (cf. par exemple, le galet remonté fig. 6). En accord avec cette hypothèse, les pièces esquillées sont très rares ou absentes dans les ensembles moustériens examinés et la percussion n’y a pas été effectuée selon un axe préférentiel du galet, bien qu’il soit difficile de l’établir d’une façon quantitative sur les produits archéologiques du débitage (pièces cassées, absence de stigmates typiques, etc.) en accord avec les résultats de l’expérimentation.

97Dans l’Aurignacien du Fossellone, la situation est complètement différente : dans ce cas, la percussion sur enclume constitue une chaîne de débitage à part entière, à partir du galet jusqu’à la production des pièces support des outils. Il s’agit de la plus importante des chaînes qui s’effectuent dans le site (tabl. 17), tandis que les outils sur silex exotique sont les produits de processus de réduction qui s’effectuaient ailleurs. Il y a maintenant un axe préférentiel de percussion, à savoir l’axe longitudinal du galet, comme en témoigne l’abondance de pièces esquillées, en majorité à écaillures opposées, qui jouent le rôle de nucléus et l’abondance des produits « longs » de débitage (les dièdres, par exemple) (tabl. 17), en accord avec les expériences de taille effectuées (fig. 33).

Tableau 17 - Echantillon de la couche 21 de Grotta del Fossellone (d’après Bietti 1998)
Table 17 - Debitage breakdown of a sample of layer 21 of Grotta del Fossellone industry (after Bietti 1998)

Tableau 17 - Echantillon de la couche 21 de Grotta del Fossellone (d’après Bietti 1998)Table 17 - Debitage breakdown of a sample of layer 21 of Grotta del Fossellone industry (after Bietti 1998)

Tableau 18 - Pourcentages des outils les plus fréquents dans la couche 21 de Grotta del Fossellone (d’après Bietti 1998)
Table 18 - Percentage of most frequent tools of layer 21

Tableau 18 - Pourcentages des outils les plus fréquents dans la couche 21 de Grotta del Fossellone (d’après Bietti 1998)Table 18 - Percentage of most frequent tools of layer 21

98L’Épigravettien nous offre un troisième exemple encore différent, de l’utilisation de la percussion sur enclume avec les ensembles de Palidoro et de l’abri Salvini (il en est de même à Grotta Polesini ; cf. Radmilli 1974 : p. 38). Dans ce cas, elle est placée à la fin de la chaîne opératoire pour la production de lamelles, comme en témoignent les pièces esquillées, en majorité nucléiformes, qui peuvent alors être considérées comme une étape finale de l’exploitation des nucléus prismatiques, tant à plans de frappe opposés que croisés (fig. 35 n° 7). Il est intéressant d’observer que cet emploi de l’enclume pour exploiter d’avantage les nucléus prismatiques n’est pas seulement une caractéristique du Latium, mais qu’il est encore plus évident dans l’Épigravettien du Salento (Pouilles méridionales) où, outre quelques produits de débitage (par ex. lamelles à deux bulbes opposés) on peut reconnaître toute une série de nucléus de transition vers la pièce esquillée (cf. Gambassini 1970 pour le cas des grottes Cipolliane).

99On peut ajouter, en conclusion de cet article, quelques réflexions sur le rôle éventuel des pièces esquillées comme outils dérivés du débitage du bois et surtout des matières dures animales. L’absence (ou même l’extrême rareté) de ces pièces permet d’exclure ce type d’action pour le Moustérien.

100Dans l’Aurignacien, au contraire, le débitage d’os en utilisant des éclats de silex comme ciseaux est bien possible, étant donnée la présence importante de l’outillage en os, surtout de sagaies à base fendue. Toutefois, ce type d’activité aboutirait, selon nous, plus probablement à des pièces majoritairement identifiables comme des produits du débitage sur enclume (en particulier ceux avec écaillures, comme le dièdre esquillé de la figure 33, n° 6), qu’à des pièces esquillées. Ces dernières, comme nous l’avons déjà souligné, seraient en grande majorité des nucléus au stade final. Des analyses tracéologiques seraient très importantes à ce sujet, bien que le matériel à examiner provienne d’anciennes fouilles.

101Par contre, les pièces esquillées n’ont probablement pas été employées pour travailler l’os à l’Épigravettien, ou alors de manière anecdotique, étant donné qu’elles sont en majorité nucléiformes et qu’il y a de nombreuses formes de transition entre elles et les nucléus prismatiques.

giacimento Paleolitico nella Villa Salvini a Terracina. Quaternaria Nova 5:323.

Top of page

Bibliography

ALAHIQUE F., BIETTI A. L., CAPASSO BARBATO S., GRIMALDI T., KOTSAKIS S., KUHN C., LEMORINI G., MANZI A., RECCHI H., SCHWARCZ P. et STINER M. C. 1998 - « Settlement patterns and subsistence strategies in the Mousterian site of Grotta Breuil (Mt. Circeo, Italy). » XIII Congresso dell’Unione Internazionale di Scienze Preistoriche e Protostoriche, Forlì 1996, pp. 221-228 Workshop n.5.

ALESSIO M. F., BELLA G., CALDERONI C., CORTESI et S. IMPROTA 1976-1977 - Carbon-14 Dating of Bone Collagen from Upper Palaeolithic Palidoro Deposit. Quaternaria Nova 19:181-186.

ALESSIO M. F., ALAHIQUE L., ALLEGRI A., BIETTI M., BRANCA A., D’ARPINO S., IMPROTA S., KUHN A., PALMIERI M. et M. PREITE MARTINEZ 1993 - New Results on the Upper Palaeolithic Site of Riparo Salvini (Terracina, Italy). Quaternaria Nova 3:105-150.

BIETTI A. 1976-1977 - Analysis and Illustration of the Epigravettian Industry Collected During the 1955 Excavations at Palidoro (Rome, Italy). Quaternaria Nova 19:197-387.

BIETTI A. 1998 - « A technological analysis of the Aurignacian industry of the Fossellone Cave (M. Circeo, Latina): some preliminary results. » XIII Congresso dell’Unione Internazionale di Scienze Preistoriche e Protostoriche, Forlì 1996, vol. 8, ABACO, Forlì, pp. 563-570.

BIETTI A. et GRIMALDI S. 1990-1991 - Patterns of reduction sequences at Grotta Breuil: statistical analyses and comparisons of archaeological vs. experimental data. Quaternaria Nova I:379-406.

BIETTI A. et GRIMALDI S. 1996 - Small flint pebbles and mousterian reduction chains: the case of Southern Latium (Italy). Quaternaria Nova . VI :237-260.

BIETTI A. et GRIFONI CREMONESI R. 1998 - « Guide Archeologiche - Lazio. » XII Congresso Internazionale Delle Scienze Preistoriche e Protostoriche, vol. X Forlì, 1998.

BIETTI A. et STINER M. 1992 - « Les modèles de la subsistance et de l’habitat de l’Épigravettien italien : l’exemple de Riparo Salvini (Terracina, Latium). » Le peuplement Magdalénien. Actes du Colloque de Chancelade, Oct. 1988, pp. 137-152.

BIETTI A., KUHN S., SEGRE A. G. et STINER M. C. 1990-1991 - Grotta Breuil : a general introduction and stratigrafy. Quaternaria Nova . I:305-323.

BINFORD L. R. 1973 - « Interassemblage variability - the Mousterian and the functional argument, » in The explanation of culture change. Edited by C. Renfrew, pp. 227-254. London: Duckworth.

BLANC A. C. 1938/1939 - L’uomo fossile del Monte Circeo: un cranio neandertaliano nella Grotta Guattari a S.Felice Circeo. Riv. Di Antropologia 32:1-18.

BLANC A. C. 1955 - Giacimenti del Paleolitico superiore ad Equus hydruntinus e sovrapposti livelli con ceramica neolitica (?) e dell’ età del Bronzo nella cava di travertino di Palidoro (Roma). Quaternaria Nova 2 :308-309.

BLANC A. et SEGRE A. G. 1953 - Una serie di nuovi giacimenti pleistocenici e paleolitici in grotte litoranee del Monte Circeo. Rendiconti dell’Accademia Nazionale Dei Lincei 28 :202.

BORDES F. 1947 - Étude comparative des différentes techniques de taille du silex et des roches dures. L’Anthropologie 51 :1-29.

BORDES F. 1961 - Typologie du Paléolithique ancien et moyen. Presses du CNRS.

BREUIL H. et R. LANTIER 1951 - Les hommes de la pierre ancienne. Paris : Payot.

CASSOLI P. F. 1976 - 1977 - Upper Palaeolithic Fauna at Palidoro (Rome) : 1955 Excavations. Quaternaria Nova 19 :187-196.

CHIAPPELLA G. V., SILVESTRI G. et G. SPEZZAFERRO 1958-1961 - Scoperta di un nuovo

CRABTREE D. 1972 - An introduction to flintworking. vol. 28. Occasional Paper of the Idaho state University Museum. Idaho : Pocatello.

GAMBASSINI P. 1970 - Risultati della campagna di scavi 1964 nel Riparo C delle Cipolliane (Lecce). Rivista di Scienze Preistoriche XXV :127-182.

GRIMALDI S. 1996 - Mousterian reduction sequences in Central Italy. Quaternaria Nova VI.

GRIMALDI S. 1998 - Analyse technologique, chaîne opératoire et objectifs techniques : Torre in Pietra. (Rome, Italie). Paléo 10:109-122.

KUHN S. 1995 a - Mousterian lithic technology and raw material economy: an ecological perspective. Princeton: Princeton University Press.

KUHN S. 1995 b - « A perspective on Levallois from a « non Levallois » assemblage: the Mousterian of Grotta di Sant’ Agostino (Gaeta, Italy), » in The definition and interpretation of Levallois technology, vol. 23, Monograph in World Archaeology, H. Dibble et O. B.-Y. (eds.), pp. 157-170.

LAJ PANNOCCHIA F. 1950 - L’industria Pontiniana della Grotta Di S.Agostino. Rivista di Scienze Preistoriche V :67-86.

LAPLACE G. 1966 - Recherches sur l’origine et l’évolution des complexes leptolithiques. vol. 4. Mélanges d’Archéologie et Préhistoire. Paris : De Boccard.

LE BRUN-RICALENS F. 1989 - Contribution à l’étude des pièces esquillées : la présence de percuteurs à « cupules ». Bulletin de la Société Préhistorique Française 86 :196-200.

MANZI G. et PASSARELLO P. 1995 - At the archaic/modern boundary of the genus homo : the Neanderthals of Grotta Breuil. Current Anthropology 36 :355-366.

MOURRE V. 1996 - Le débitage sur enclume au Paléolithique inférieur et moyen. Techniques, méthodes et schémas conceptuels. Article de D.E.A, Paris X, Nanterre.

PALMA DI CESNOLA A. 1993 - Il Paleolitico superiore in Italia. Introduzione allo studio. Firenze: Garlatti e Razzai.

PALMIERI A. M. 1976-1977 - Sedimentological Study of the Upper Palaeolithic Site of Palidoro (Rome, Italy). Quaternaria Nova 19:163-179.

PENNACCHIONI M. et TOZZI C. 1984 - « L’Epigravettiano di Cenciano Diruto (Vignanello, Viterbo). » Atti della XXIV Riunione Scient. dell’ Istituto Ital. di Preistoria e Protostoria,, Roma 1982, pp. 183-193.

PERETTO C. 1994 - Le industrie litiche del giacimento paleolitico di Isernia La Pineta. La tipologia, le tracce d’utilizzazione, la sperimentazione. Campobasso : Istituto regionale per gli studi del Molise « V. Cuoco ».

PIPERNO M. 1976/1977 - Analyse du sol moustérien de la Grotte Guattari au Mont Circé. Quaternaria XIX :71-92.

PIPERNO M. et I. BIDDITTU 1978 - Studio tipologico ed interpretazione dell’industria acheuleana e premusteriana dei livelli m e d di Torre in Pietra (Roma). Quaternaria Nova 20:441-536.

PIPERNO M. et GIACOBINI G. 1990-1991 - A taphonomic study of the paleosurface of Guattari Cave. Quaternaria Nova I :143-161.

RADMILLI A. M. 1974 - Gli scavi nella Grotta Polesini a Ponte Lucano di Tivoli e la più antica arte nel Lazio. Origines. Florence: Sansoni.

ROSSETTI P. et ZANZI G. 1990-1991 - Technological approach to reduction sequences of the lithic industry from Grotta Breuil. Quaternaria Nova I:351-365.

SCHWARCZ H. P., W. BUHAY R., GRUN M., STINER S., KUHN et G. H. MILLER 1990-1991 - Absolute dating of sites in coastal Lazio. Quaternaria Nova I :51-67.

SEGRE A. G. 1990-1991 - Géomorphologie et stratigraphie de la Grotte Guattari au Mont Circeo. Quaternaria Nova I:97-106.

STINER M. 1990-1991 - The Guattari faunas then and now. Quaternaria Nova I:163-192.

STINER M. C. 1994 - Honour among thieves: a zooarchaeological study of Neandertal ecology. Princeton N.J : Princeton University Press.

TASCHINI M. 1979 - L’industrie lithique de Grotta Guattari au Mont Circé : définition culturelle, typologique et chronologique du Pontinien. Quaternaria Nova XXI:179-247.

TOTH N. et WHITE T. 1990-1991 - Assessing the ritual cannibalism hypothesis at Grotta Guattari. Quaternaria Nova 1 :213-222.

TOZZI C. 1970 - La Grotta di S. Agostino. Rivista di Scienze Preistoriche XXV :3-87.

UCELLI GNESUTTA P. et F. MALLEGNI - 1988. Note preliminari sullo scavo della Grotta di Settecannelle (Ischia di Castro - Viterbo). Atti Società Toscana Scienze Naturali 95 :303-324.

VITAGLIANO S. 1984 - « Il pontiniano della Grotta dei Moscerini (Gaeta, Latina). » Atti della XXIV Riunione sientifica dell’Istituto Italiano di Prestoria e Protostoria, Roma 1982, pp. 155-164.

VITAGLIANO S. et M. PIPERNO 1990-1991 - Lithic industry of level 27ß of the Fossellone Cave. Quaternaria Nova I :289-304.

Top of page

Annex

(*) Sauf mention spéciale, tous les dessins de ce chapitre sont de E. Cancellieri.

Figure 8 - Morphologie du bulbe 1 : positif (photo G. Gratton) (*)
Figure 8 - Bulbar morphology 1: positive (picture by G. Gratton)

Figure 8 - Morphologie du bulbe 1 : positif (photo G. Gratton) (*)Figure 8 - Bulbar morphology 1: positive (picture by G. Gratton)

Figure 9 - Morphologie du bulbe 2: dièdre (positif angulaire) (photo P. Chisté, Università di Trento)
Figure 9 - Bulbar morphology 2: dihedral (angular positive) (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 9 - Morphologie du bulbe 2: dièdre (positif angulaire) (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 9 - Bulbar morphology 2: dihedral (angular positive) (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 10 - Morphologie du bulbe 3 : lisse (photo G. Gratton)
Figure 10 - Bulbar morphology 3: flat (picture by G. Gratton)

Figure 10 - Morphologie du bulbe 3 : lisse (photo G. Gratton)Figure 10 - Bulbar morphology 3: flat (picture by G. Gratton)

Figure 11 - Morphologie du bulbe 4 : négatif. (photo G. Gratton)
Figure 11 - Bulbar morphology 4: negative (picture by G. Gratton)

Figure 11 - Morphologie du bulbe 4 : négatif. (photo G. Gratton)Figure 11 - Bulbar morphology 4: negative (picture by G. Gratton)

Figure 12 - Morphologie du bulbe 5 : négatif écaillé. (photo G. Gratton)
Figure 12 - Bulbar morphology 5: scaled negative (picture by G. Gratton)

Figure 12 - Morphologie du bulbe 5 : négatif écaillé. (photo G. Gratton)Figure 12 - Bulbar morphology 5: scaled negative (picture by G. Gratton)

Figure 13 - Morphologie du bulbe 6 : négatif « à couronne ». (photo G. Gratton)
Figure 13 - Bulbar morphology 6: crowned negative (picture by G. Gratton)

Figure 13 - Morphologie du bulbe 6 : négatif « à couronne ». (photo G. Gratton)Figure 13 - Bulbar morphology 6: crowned negative (picture by G. Gratton)

Figure 14 - Position du bulbe 1: simple (photo P. Chisté, Università di Trento)
Figure 14 - Bulbar position 1: simple (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 14 - Position du bulbe 1: simple (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 14 - Bulbar position 1: simple (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 15 - Position du bulbe 2: simple bifacial (photo P. Chisté, Università di Trento)
Figure 15 - Bulbar position 2: simple bifacial (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 15 - Position du bulbe 2: simple bifacial (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 15 - Bulbar position 2: simple bifacial (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 16 - Position du bulbe 3 : double opposé, même surface (photo G. Gratton)
Figure 16 - Bulbar position 3 : double opposed on same surface (picture by G. Gratton)

Figure 16 - Position du bulbe 3 : double opposé, même surface (photo G. Gratton)Figure 16 - Bulbar position 3 : double opposed on same surface (picture by G. Gratton)

Figure 17 - Position du bulbe 4 : double opposé, surfaces différentes (photo P. Chisté, Università di Trento)
Figure 17 - Bulbar position 4 : double opposed on different surfaces (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 17 - Position du bulbe 4 : double opposé, surfaces différentes (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 17 - Bulbar position 4 : double opposed on different surfaces (picture by P. Chisté, Università di Trento)

Figure 18 - Position du bulbe 5 : double orthogonaux, même surface (photo G. Gratton)
Figure 18 - Bulbar position 5 : double orthogonal on same surface (picture by G. Gratton)

Figure 18 - Position du bulbe 5 : double orthogonaux, même surface (photo G. Gratton)Figure 18 - Bulbar position 5 : double orthogonal on same surface (picture by G. Gratton)

Figure 19 - Position du bulbe 6 : double orthogonaux, surfaces différentes (photo G. Gratton)
Figure 19 - Bulbar position 6 : double orthogonal on different surfaces (picture by G. Gratton)

Figure 19 - Position du bulbe 6 : double orthogonaux, surfaces différentes (photo G. Gratton)Figure 19 - Bulbar position 6 : double orthogonal on different surfaces (picture by G. Gratton)

Figure 20 - Position des écaillures 2 : opposées, même surface (photo G. Gratton)
Figure 20 - Scales position 2 : opposed on same surface (picture by G. Gratton)

Figure 20 - Position des écaillures 2 : opposées, même surface (photo G. Gratton)Figure 20 - Scales position 2 : opposed on same surface (picture by G. Gratton)

Figure 21 - Position des écaillures 3 : opposées, surfaces différentes (photo G. Gratton)
Figure 21 - Scales position 3 : opposed on different surfaces (picture by G. Gratton)

Figure 21 - Position des écaillures 3 : opposées, surfaces différentes (photo G. Gratton)Figure 21 - Scales position 3 : opposed on different surfaces (picture by G. Gratton)

Figure 22 - Position des écaillures 4 : associées au bulbe, surfaces différentes
Figure 22 - Scales position 4 : related to the bulb, on different surfaces

Figure 22 - Position des écaillures 4 : associées au bulbe, surfaces différentesFigure 22 - Scales position 4 : related to the bulb, on different surfaces
Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Carte des gisements pris en considération dans le texteFigure 1 - Map of the sites considered in the text
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-1.png
File image/png, 126k
Title Tableau 1 - Présence de la percussion sur enclume dans un échantillon de la couche 5 de Grotta Guattari (modifié d’après Bietti et Grimaldi 1996)Table 1 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in a sample of Grotta Guattari industry (modified after Bietti and Grimaldi 1996)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-2.png
File image/png, 21k
Title Figure 2 - Coupe sagittale, Grotta del Fossellone (d’après Blanc et Segre 1953)Figure 2 - Sagittal section, Grotta del Fossellone (after Blanc and Segre 1953)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-3.png
File image/png, 199k
Title Tableau 2 - Présence de la percussion sur enclume dans un échantillon de la couche 27β Table 2 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in a sample of layer 27β of Grotta del Fossellone industry (modified after Bietti and Grimaldi 1996).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-4.png
File image/png, 10k
Title Tableau 3 - Test du χ² sur outils et supports dans un échantillon de la couche 27β de la Grotta del Fossellone (d’après Bietti et Grimaldi 1996). La catégorie de supports « autres » réunit des supports à débitage unidirectionnel, bidirectionnel, centripète et à plans croisésTable 3 - χ² test on tools and blanks in a sample of layer 27β of Grotta del Fossellone industry (after Bietti and Grimaldi 1996)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-5.png
File image/png, 12k
Title Tableau 4 - Catégories des produits obtenus par percussion sur enclume, Grotta di Sant’Agostino (d’après les données de Laj-Pannocchia 1950)Table 4 - Categories of products obtained by bipolar-on-anvil percussion, Grotta di Sant’Agostino (after data from Laj-Pannocchia 1950)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-6.png
File image/png, 33k
Title Figure 3 - Éclats obtenus par percussion sur enclume : 1-4 : Grotta di Sant’Agostino, 5-8. Grotta Guattari, 9-10 : Grotta dei Moscerini (d’après Kuhn 1995a)Figure 3 - Flakes removed by bipolar-on-anvil percussion : 1-4 : Grotta di Sant’Agostino, 5-8. Grotta Guattari, 9-10 : Grotta dei Moscerini (after Kuhn 1995a).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-7.png
File image/png, 201k
Title Tableau 5 - Présence de la percussion sur enclume à Grotta dei Moscerini (modifié d’après Kuhn 1995b)Table 5 - Presence of bipolar-on-anvil percussion in Grotta dei Moscerini industry (modified after Kuhn 1995b).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-8.png
File image/png, 17k
Title Figure 4 - Proposition de chaîne opératoire pour l’industrie lithique du niveau XX de Grotta Breuil. Les lignes continues représentent les processus indépendants de débitage, les lignes discontinues les processus continus (d’après Rossetti et Zanzi 1990-1991)Figure 4 - Proposed reduction sequence of the level XX lithic industry of Grotta Breuil. The solid lines represent independent flaking processes, the dotted ones represent continuous processes (after Rossetti and Zanzi 1990-1991)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-9.png
File image/png, 81k
Title Figure 5 - Industrie lithique des niveaux supérieurs de Grotta Breuil (d’après Rossetti et Zanzi 1990-1991)Figure 5 - Proposed reduction sequence of the upper levels lithic industry of Grotta Breuil (after Rossetti and Zanzi 1990-1991)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-10.png
File image/png, 150k
Title Figure 6 - Remontages des couches 7 et 8 (dessins N. Falchi)Figure 6 - Refits from layers 7 and 8 (drawings by N. Falchi)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-11.png
File image/png, 346k
Title Figure 7 - Matières premières expérimentales : à gauche, galets de silex ; au milieu, expérimentation en cours ; en bas, enclume et percuteur (photos E. Spinapolice)Figure 7 - Experimental raw materials : left view, flint pebbles ; middle view, snapshot during experimental work ; right view, anvil and hammerstone (pictures by E. Spinapolice)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-12.png
File image/png, 410k
Title Tableau 8 – Liste morphologique des bulbesTable 8 - Bulbs morphology
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-13.png
File image/png, 39k
Title Tableau 9 - Positions des bulbesTable 9 - Bulbs position
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-14.png
File image/png, 35k
Title Tableau 10 - Position des écailluresTable 10 - Scales position
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-15.png
File image/png, 21k
Title Tableau 11 - Axe de percussion du galetTable 11 - Percussion axis of the pebble
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-16.png
File image/png, 20k
Title Tableau 12 - Résultats de l’activité expérimentaleTable 12 - Results of experimental activity
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-17.png
File image/png, 54k
Title Tableau 13 - Morphologie des bulbes issus de l’expérimentationTable 13 - Bulbs morphology from experimental material
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-18.png
File image/png, 32k
Title Tableau 14 - Comptage de la localisation des écaillures issues de l’expérimentationTable 14 - Scales position from experimental material
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-19.png
File image/png, 26k
Title Tableau 15 - Fiche d’enregistrement des données relatives aux percuteursTable 15 - Registration form for hammerstones related data
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-20.png
File image/png, 21k
Title Figure 23 - Corrélation entre masse du percuteur (y) et nombre de coups donnés (x). (R: 0,52855)Figure 23 - Correlation between hammer mass (y) and number of blows (x). (R : 0,52855)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-21.png
File image/png, 16k
Title Figure 24 - Percussion sur enclume dans les couches 6, 7 et 8 de Grotta BreuilFigure 24 - Bipolar-on-anvil percussion in layers 6, 7 and 8 of Grotta Breuil
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-22.png
File image/png, 219k
Title Figure 25 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 6Figure 25 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 6 industry
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-23.png
File image/png, 55k
Title Figure 26 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 7Figure 26 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 7 industry
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-24.png
File image/png, 55k
Title Figure 27 - Répartition en pourcentage de la percussion sur enclume dans l’assemblage de la couche 8Figure 27 - Percentage breakdown of bipolar-on-anvil percussion in layer 8 industry
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-25.png
File image/png, 47k
Title Figure 28 - Pourcentage des outils avec percussion sur enclumeFigure 28 - Percentage of the tools with bipolar-on-anvil percussion
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-26.png
File image/png, 55k
Title Tableau 16 - Test du χ² de comparaison entre les échantillons archéologique et expérimental.Table 16 - χ² test for comparison between archaeological and experimental samples.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-27.png
File image/png, 34k
Title Figure 29 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : morphologie du bulbeFigure 29 - Comparison between archaeological and experimental data : bulb morphology
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-28.png
File image/png, 67k
Title Figure 30 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : position des bulbesFigure 30 - Comparison between archaeological and experimental data : bulbs position.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-29.png
File image/png, 63k
Title Figure 31 - Comparaison entre les données archéologiques et expérimentales : écailluresFigure 31 - Comparison between archaeological and experimental data : scales
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-30.png
File image/png, 40k
Title Figure 32 - Hypothèse de débitage proposée pour la percussion sur enclume de Grotta Breuil (AMC1 et AMC 2 : orientation du galet)Figure 32 - Proposed hypothesis of bipolar-on-anvil percussion functioning in Grotta Breuil (AMC1 and AMC2 : pebble orientation)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-31.png
File image/png, 162k
Title Figure 33 - Pièces esquillées, Grotta del Fossellone (d’après Blanc et Segre 1953)Figure 33 - « Pièces esquillées », Grotta del Fossellone (after Blanc and Segre 1953)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-32.png
File image/png, 182k
Title Figure 34 - Réplique expérimentale de chaîne opératoire sur enclume de Grotta del Fossellone (tailleur E. Cancellieri)Figure 34 - Experimental replica of bipolar-on-anvil reduction sequence from Grotta del Fossellone (flint knapper E. Cancellieri)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-33.png
File image/png, 175k
Title Figure 35 - Pièces esquillées de l’Abri de Palidoro (1-3 ; d’après Bietti 1976/77) et Riparo Salvini (4-7 ; d’après Bietti et Grifoni Cremonesi 1998)Figure 35 - « Pièces esquillées » from Palidoro rock-shelter (1-3 ; after Bietti 1976/77) and from Riparo Salvini (4-7 ; after Bietti and Grifoni Cremonesi 1998)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-34.png
File image/png, 290k
Title Tableau 17 - Echantillon de la couche 21 de Grotta del Fossellone (d’après Bietti 1998)Table 17 - Debitage breakdown of a sample of layer 21 of Grotta del Fossellone industry (after Bietti 1998)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-35.png
File image/png, 42k
Title Tableau 18 - Pourcentages des outils les plus fréquents dans la couche 21 de Grotta del Fossellone (d’après Bietti 1998)Table 18 - Percentage of most frequent tools of layer 21
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-36.png
File image/png, 13k
Title Figure 8 - Morphologie du bulbe 1 : positif (photo G. Gratton) (*)Figure 8 - Bulbar morphology 1: positive (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-37.png
File image/png, 278k
Title Figure 9 - Morphologie du bulbe 2: dièdre (positif angulaire) (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 9 - Bulbar morphology 2: dihedral (angular positive) (picture by P. Chisté, Università di Trento)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-38.png
File image/png, 402k
Title Figure 10 - Morphologie du bulbe 3 : lisse (photo G. Gratton)Figure 10 - Bulbar morphology 3: flat (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-39.png
File image/png, 265k
Title Figure 11 - Morphologie du bulbe 4 : négatif. (photo G. Gratton)Figure 11 - Bulbar morphology 4: negative (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-40.png
File image/png, 149k
Title Figure 12 - Morphologie du bulbe 5 : négatif écaillé. (photo G. Gratton)Figure 12 - Bulbar morphology 5: scaled negative (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-41.png
File image/png, 218k
Title Figure 13 - Morphologie du bulbe 6 : négatif « à couronne ». (photo G. Gratton)Figure 13 - Bulbar morphology 6: crowned negative (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-42.png
File image/png, 161k
Title Figure 14 - Position du bulbe 1: simple (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 14 - Bulbar position 1: simple (picture by P. Chisté, Università di Trento)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-43.png
File image/png, 318k
Title Figure 15 - Position du bulbe 2: simple bifacial (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 15 - Bulbar position 2: simple bifacial (picture by P. Chisté, Università di Trento)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-44.png
File image/png, 266k
Title Figure 16 - Position du bulbe 3 : double opposé, même surface (photo G. Gratton)Figure 16 - Bulbar position 3 : double opposed on same surface (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-45.png
File image/png, 177k
Title Figure 17 - Position du bulbe 4 : double opposé, surfaces différentes (photo P. Chisté, Università di Trento)Figure 17 - Bulbar position 4 : double opposed on different surfaces (picture by P. Chisté, Università di Trento)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-46.png
File image/png, 437k
Title Figure 18 - Position du bulbe 5 : double orthogonaux, même surface (photo G. Gratton)Figure 18 - Bulbar position 5 : double orthogonal on same surface (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-47.png
File image/png, 215k
Title Figure 19 - Position du bulbe 6 : double orthogonaux, surfaces différentes (photo G. Gratton)Figure 19 - Bulbar position 6 : double orthogonal on different surfaces (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-48.png
File image/png, 482k
Title Figure 20 - Position des écaillures 2 : opposées, même surface (photo G. Gratton)Figure 20 - Scales position 2 : opposed on same surface (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-49.png
File image/png, 172k
Title Figure 21 - Position des écaillures 3 : opposées, surfaces différentes (photo G. Gratton)Figure 21 - Scales position 3 : opposed on different surfaces (picture by G. Gratton)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-50.png
File image/png, 234k
Title Figure 22 - Position des écaillures 4 : associées au bulbe, surfaces différentesFigure 22 - Scales position 4 : related to the bulb, on different surfaces
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/1956/img-51.png
File image/png, 205k
Top of page

References

Bibliographical reference

Amilcare Bietti, Emanuele Cancellieri, Cinzia Corinaldesi, Stefano Grimaldi and Enza Spinapolice, « La percussion sur enclume en Italie centrale Tyrrhénienne », PALEO, Numéro spécial | -1, 143-180.

Electronic reference

Amilcare Bietti, Emanuele Cancellieri, Cinzia Corinaldesi, Stefano Grimaldi and Enza Spinapolice, « La percussion sur enclume en Italie centrale Tyrrhénienne », PALEO [Online], Numéro spécial | 2009-2010, Online since 25 April 2012, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/paleo/1956

Top of page

About the authors

Amilcare Bietti

Dipartimento di Biologia Animale e dell’ Uomo, Università di Roma « La Sapienza »
Istituto Italiano di Paleontologia Umana

Emanuele Cancellieri

Dipartimento di Biologia Animale e dell’ Uomo, Università di Roma « La Sapienza »

Cinzia Corinaldesi

Dipartimento di Biologia Animale e dell’ Uomo, Università di Roma « La Sapienza »
Istituto Italiano di Paleontologia Umana

Stefano Grimaldi

Istituto Italiano di Paleontologia Umana
Dipartimento di Filosofia, Storia e Beni Culturali, Università di Trento

Enza Spinapolice

Dipartimento di Biologia Animale e dell’ Uomo, Università di Roma « La Sapienza »
Istituto Italiano di Paleontologia Umana
Université Bordeaux 1, Institut de Préhistoire et Géologie du Quaternaire, PACEA

Top of page