Skip to navigation – Site map

Mimomys pyrenaicus nov. sp. nouvel arvicolidé (Mammalia, Rodentia) dans le Pléistocène supérieur des Pyrénées (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France)

Mimomys pyrenaicus nov. sp., new Arvicolid (Mammalia, Rodentia) from the Upper Pleistocene of Pyrénées (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France)
Marcel Jeannet and Vincent Mourre
p. 139-147
Translation(s):
Mimomys pyrenaicus nov. sp.a new Upper Pleistocene Arvicolid (Mammalia, Rodentia) from the Pyrénées (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France)

Abstracts

Vincent Mourre excavations in the Grotte du Noisetier (or Peyrère 1) permit to gather by sifting more than 80 000 determinable rests of microvertebrates. Among them, two rhizodont molars of a minute Arvicolid have been isolated. The small size, the abundant cement in the re-entrant angles and the distinctly wide separation of t1 and t2 triangles attest their belonging to the mimomyan phylum of Mimomys reidi-M. pusillus and M. blanci, extended sporadically over all Quaternary.

Chronologically, this new discovery takes place in the descent of Mimomys blanci during the stage MIS 3, in presence of musterian industry in the begining of the last glaciation and precedes Mimomys salpetrierensis from the end of Würm.

Morphologically, Mimomys pyrenaicus nov. sp. is intermediate by its size between M. blanci and M. salpetrierensis, as in chronology. However, it is different from all other Mimomys of that lineage because there is no one closed triangle and possesses associated “pitymyan rhombus” witch give the specific character to this taxon

Top of page

Full text

Plus qu’un devoir, c’est un grand plaisir pour nous de remercier de tout cœur ceux qui ont tant œuvré à la réalisation de ce travail que nous souhaitons leur dédier. Merci à M. Allard et à tous les anonymes qui nous ont tant apporté. J’ajouterai ma profonde gratitude à Françoise Delpech aimable correcteur, ayant opéré une véritable refonte du texte et de la présentation.

Introduction

1La Grotte du Noisetier (ou Peyrère 1) est implantée dans le flanc occidental de la Vallée d’Aure, sur la commune de Fréchet-Aure et à faible distance du village, à 825 m d’altitude et 145 m au-dessus du fond de vallée (Mourre 2010) (fig. 1). La galerie principale, quant à elle, s’oriente nord-sud, l’entrée s’ouvrant au midi (fig. 2 et 3).

Figure 1 - Situation géographique du site de la Grotte du Noisetier (cartes reprises du grand atlas de la France ; sélection du Reader’digest).

Figure 1 - Situation géographique du site de la Grotte du Noisetier (cartes reprises du grand atlas de la France ; sélection du Reader’digest).

2Après avoir accompagné la fouille de sauvetage de M. Allard (Direction Régionale des Antiquités de Midi-Pyrénées), pratiquée dans la zone centrale de la caverne, nous avons repris les déterminations de la microfaune extraite par les fouilleurs de V. Mourre durant cinq années (Jeannet 2001). Ce travail porte sur 139 840 vestiges dont 82 267 jugés déterminables (Mourre et al. 2008).

3C’est au sein de cet ensemble, daté par AMS pour le niveau1 de 42 ka BP (+3100/-2300) (Gif 7997), que furent isolées deux molaires d’un minuscule arvicolidé portant des racines : une première molaire inférieure droite (m1D) en parfait état et une troisième molaire supérieure droite (M3D) amputée de sa boucle postérieure (fig. 4). La morphologie mimomyenne et les conditions de dépôt posent d’emblée des questions d’origine, de chronologie et de parenté. Un rapprochement avec Mimomys salpetrierensis (Chaline 1980) semble inéluctable.

4La Grotte du Noisetier se développe en galerie subhorizontale et surplombe la Neste de quelque 140 m. Elle s’ouvre plein sud à 845 m d’altitude, face au col d’Aspin. C’est le site idéal pour les grands rapaces qui peuvent, tout en couvant, surveiller les pentes où évoluent leurs proies. Á peu de distance, le Val de Louron élargit encore leur terrain de chasse en le diversifiant par ses prairies, ses forêts et son bassin glaciaire en auge.

Localisation des vestiges (fig. 2 et 3)

Figure 2 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier - Plan de la cavité et des zones fouillées (DAO V. Mourre).

Figure 2 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier - Plan de la cavité et des zones fouillées (DAO V. Mourre).

Figure 3 - Fréchet-Aure – Grotte du Noisetier - Coupe longitudinale selon la colonne C/D (DAO V. Mourre).

Figure 3 - Fréchet-Aure – Grotte du Noisetier - Coupe longitudinale selon la colonne C/D (DAO V. Mourre).

5La m1D (fig. 4 a, b, c) a été découverte dans le carré D18, (zone du porche), à la cote Z = 204. Elle est enregistrée sous le n° FGN.402-6393 et appartient au niveau 1a.

6La M3D (fig. 4 d, e, f) est issue d’un décapage du carré D16, dans la zone centrale, entre les cotes Z = 240 et 250, Elle est enregistrée sous le n° FGN. 451-7174 et appartient au niveau 3.

7Cette distribution éclatée semble indiquer que ces molaires n’appartiennent pas au même individu bien que leur morphologie les rattache à la même espèce.

Figure 4 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Holotype : m1D de Mimomys pyrenaicus nov. sp. n° FGN. 402-6393.

Figure 4 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Holotype : m1D de Mimomys pyrenaicus nov. sp. n° FGN. 402-6393.

a/ face buccale ;
b/ face occlusale ; c/ face jugale. Échelle = 1mm. Paratype : M3D de Mimomys pyrenaicus nov. sp. N° FGN. 451-7174. Molaire amputée de sa boucle postérieure. d/ face buccale ; e/ : face occlusale ; f/ face jugale. Échelle =1mm, commune aux trois vues.

Association bioclimatique

8La liste des vestiges, ainsi que leur détermination, trouvés en association avec chacune des deux molaires permet d’apprécier la richesse taxinomique de chacun des deux lots (tabl. 1) et la biodiversité de l’ensemble...

Tableau 1 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Extrait du catalogue enregistrant les cortèges de vestiges accompagnant les molaires de Mimomys pyrenaicus nov. sp.

Tableau 1 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Extrait du catalogue enregistrant les cortèges de vestiges accompagnant les molaires de Mimomys pyrenaicus nov. sp.

Liste des abréviations :
Têtes de colonnes :
AN = année de fouille ;
Éch. : N° de l’échantillon ;
N° : n° du lot ;
nmi : nombre minimal d’individus (Rongeurs) ;
NTR : nombre total de restes ; Z = cote de profondeur du prélèvement.
Colonne « contenu » :
éd : édenté ; fgt : fragment ; Mdb : Mandibule ;
M1 : 1ère molaire supérieure ; m1 : 1ère molaire inférieure ; Mi : molaire isolée ;
Mxl : maxillaire ;
Os dét. Os déterminable (épiphysé ou caractéristique) localisable sur le squelette. Os indét : os indéterminé (diaphyse, esquille etc.)

9Avec la première molaire inférieure, dans le niveau 1a, la présence du Lemming à collier (Dicrostonyx torquatus) peut faire illusion sur la rigueur du climat ; mais il faut savoir que l’espèce n’est représentée que par un reste unique quand le nombre de vestiges déterminés s’élève à plus de 80 000 et que les dix autres taxons recherchent des conditions climatiques relativement tempérées. On peut concevoir que cette espèce est venue chercher refuge en milieu semi-montagnard, lors d’une période de réchauffement climatique, la caverne étant close par les glaces ou les névés, en phase périglaciaire, à cette altitude (850 m).

10En ce qui concerne les rongeurs du niveau 3, seul le Campagnol nordique (Microtus oeconomus) apporte une touche de fraîcheur : sa présence indiquerait la proximité de zones marécageuses. Contrairement au Lemming à collier, on le retrouve dans la plupart des prélèvements et à tous les niveaux du remplissage.

11Les conditions climatiques du Pléistocène final de la couche b2 de la Grotte de la Salpétrière ont rassemblé un tout autre cortège auprès de Mimomys salpetrierensis (Chaline 1980) où cinq espèces sur huit peuvent supporter des rigueurs climatiques intenses ; quatre d’entre elles vivant encore localement, si l’on excepte le Rat taupier (Arvicola terrestris), le Campagnol des champs (Microtus arvalis), le Campagnol des neiges (Microtus nivalis), le Mulot gris (Apodemus sylvaticus) et le Lérot (Eliomys quercinus).

12Les importantes différences climatiques ressortant des associations fauniques de la Grotte du Noisetier et de la Grotte de la Salpétrière pourraient expliquer sinon justifier les différences morphologiques des molaires comme nous l’avions montré chez Arvicola terrestris de la Chênelaz (Jeannet et Cartonnet 2000 ).

13Cette influence externe n’exclut pas des modifications génétiques évoluant dans le temps et ayant éventuellement pour conséquence tangible une réduction de la taille témoignant de la dégénérescence à l’intérieur même du phylum mimomyen concerné. Á moins d’étonnantes capacités physiologiques d’adaptation, il est invraisemblable que Mimomys salpetrierensis et Mimomys pyrenaicus nov. sp. puissent être confondus en une seule et même espèce avec des morphologies aussi distinctes.

Description, comparaisons et détermination (fig. 5)

Figure 5 - Biométrie. Technique de mensuration des divers éléments de la m1. d’Arvicola.

Figure 5 - Biométrie. Technique de mensuration des divers éléments de la m1. d’Arvicola.

a/ Table de mastication d’une m1G. ba = boucle antérieure. bp = boucle postérieure. b = Étranglement du complexe antérieur.
c = col t4 / t5. f = Largeur de la boucle antérieure. t1, t2, t3, t4, t5 : éléments sub-triangulaires constituant le corps de la molaire et délimités par le cordon d’émail périphérique. LCA = Longueur du complexe antérieur. LBP = Longueur mésio-distale de la boucle postérieure. LT = Longueur totale de la molaire. L∆ = Longueur mésio-distale du trigonide (ensemble des triangles t1-t2-t3) W∆ = Largeur bucco-jugale du trigonide.
b/ Vue latérale jugale d’une m1D. Ht4 = Hauteur de la molaire le long de t4 entre les contacts haut et bas de t3 / t4. (la courbure de la molaire permet ce genre de mesure).

14La m1D (fig. 4) affiche clairement une table masticatrice de type Arvicola avec quelques particularités surprenantes : la taille minuscule et l’absence de triangles clos. En vue latérale (fig. 4a et 4c) la dent présente une couronne haute, deux racines robustes et un abondant cément dans les angles rentrants. Sur les flancs de la molaire la linea sinuosa (Rabeder 1981) suit un tracé très simplifié, loin de la forme « en doigts de gant » des espèces pliocènes. Elle atteint la table de mastication aux extrémités de la boucle postérieure (bp) et sur le front de la boucle antérieure (ba) créant à chaque fois une interruption du cordon d’émail périphérique. Sur la boucle antérieure, en dépit de l’âge avancé de l’animal, l’interruption est nettement plus brève que chez la plupart des Mimomys du Pléistocène inférieur. On remarque l’absence du pli mimomyen accolé à t4 et du puiselet d’émail perforant la boucle antérieure, très fréquents chez les formes primitives. Ces lacunes morphologiques, la taille réduite et le large espace séparant t1 de t2 rapprochent la forme de Fréchet de la lignée de Mimomys pusillus (Méhely1914).

15Nous n’avons pas pu observer et comparer les structures entrecroisées de l’émail (Chaline et Laborier 1981), mais les autres points de similitude morphologique sont assez nombreux et évidents pour justifier l’appartenance de la molaire au genre Mimomys sous une forme proche de Mimomys pusillus (Méhely 1914) telle que le figure G. Rabeder (1981). La comparaison avec Mimomys blanci van der Meulen 1973, autre descendant de Mimomys pusillus, est beaucoup plus probante. On y retrouve l’intervalle séparant t1 de t2, l’abondant cément des angles rentrants, la linea sinuosa simplifiée, les interruptions d’émail, un peu rétrécie sur la boucle antérieure, elle-même élargie mais dissymétrique. La longueur de la molaire de Fréchet entre dans les variations de celles de Mimomys blanci mais reste en deçà de la moyenne (2,49 mm). C’est sur cette espèce du Pléistocène moyen d’Italie que nous retrouvons les critères manquant à Mimomys pusillus pour un plus étroit rapprochement avec le Mimomys de Fréchet, telle que l’interruption d’émail plus étroite au front de la boucle antérieure et sporadiquement, la présence de cément dans l’angle rentrant A6.

16Le dernier critère hérité de la lignée mimomyenne non évoqué par les divers auteurs cités est la variation de l’épaisseur d’émail pour laquelle on se borne à remarquer que l’émail est peu différencié. Selon la méthode du SDQ (Schmelzband Differenzierungs Quotient) mise au point par W. D. Heinrich (1990) (fig. 6), cette valeur est de 107 pour la m1 comme pour la M3 de Fréchet. Cette valeur confirme l’appartenance au groupe Mimomys en montrant une épaisseur des parois d’émail postérieures des triangles plus forte que celle des parois antérieures (tabl. 2). C’est l’inverse sur les molaires des Arvicola modernes. Ce même tableau affiche les mesures les plus courantes relevées sur Mimomys pyrenaicus nov.sp.

17La m1 de Fréchet est plus proche chronologiquement de celles de la Grotte de la Salpétrière fouillée par F. Bazile en 1979 et qui ont fait l’objet de deux publications (Chaline 1980 ; Chaline et Laborier 1981). Chez Mimomys salpetrierensis, la m1 présente une structure de fibres d’émail proche de celle des Mimomys pliocènes ainsi que l’a montré C. Laborier en utilisant le microscope à balayage. Par ailleurs, la description détaillée et les mesures mettent en évidence la taille minuscule (Lm1 =1,55 mm), la présence de deux racines, un émail épais peu différencié, un large espace entre t1 et t2, un cément abondant dans les angles rentrants et une linea sinuosa peu indentée atteignant la surface de mastication à l’avant de la boucle antérieure largement dégagée, et aux extrémités de la boucle postérieure.

18Ces divers caractères sont présents sur la m1 de Fréchet précédemment évoquée dans la comparaison avec les autres Mimomys. La différence la plus marquante est la taille minuscule de Mimomys salpetrierensis par rapport à tous les autres, y compris celui de Fréchet : 1,55 mm pour Mimomys salpetrierensis, 2,31 mm pour Mimomys pyrenaicus nov. sp. et 2,49 mm en moyenne pour Mimomys blanci.

19On retient avant tout la position intermédiaire de la molaire de Fréchet entre Mimomys blanci (van der Meulen 1973) et Mimomys salpetrierensis (Chaline 1980), tant en ce qui concerne la chronologie, la taille et la morphologie.

20Ces divers paramètres distinctifs incitent à voir dans la molaire de Fréchet une espèce bien individualisée par sa morphologie caractérisée par l’absence de triangles clos tout autant que par la présence d’un « rhombe pitymyen ». Ces deux critères morphologiques associés ne se retrouvent chez aucun Mimomys de la lignée « reidi-pusillus-blanci ». Pour ces diverses raisons et critères, nous croyons donc utile de créer une nouvelle espèce pouvant servir de point de repère chronologique pour des découvertes ultérieures du même genre.

Figure 6 - Biométrie. D’après W. D. Heinrich (1990) – Technique de mesure et de traitement pour la définition du SDQ (Schmelzband Differenzierungs Quotient).

Figure 6 - Biométrie. D’après W. D. Heinrich (1990) – Technique de mesure et de traitement pour la définition du SDQ (Schmelzband Differenzierungs Quotient).

Mimomys pyrenaicus nov. sp (fig. 4 a, b, c)

21Derivatio Nominis : Nom dérivé du secteur géographique de découverte reflétant en particulier la zone - refuge d’espèces endémiques.

Localité Type : Grotte du Noisetier (ou Peyrère 1), commune de Fréchet - Aure, (Hautes-Pyrénées, France).

Niveau Type : couche 1a (MIS 3), recelant une industrie moustérienne. Date C14 AMS du niv.1 : (Gif 7997) = 42 ka BP (+3100/-2300).

Holotype : m1D (n° FGN 402-6393) ; fig. 4b

22Diagnose : Mimomys de petite taille (L.m1 = 2,308mm). La m1 est dépourvue de pli mimomyen et de puiselet d’émail sur la boucle antérieure. Interruptions du cordon d’émail périphérique sur le front de la boucle antérieure et aux extrémités latérales de la boucle postérieure. Absence de triangle clos : large couloir entre les triangles t1 et t2. Présence d’un rhombe pitymyen largement développé. En vue latérale : linea sinuosa peu indentée atteignant la table de mastication. Cément abondant dans les angles rentrants. Émail des parois de triangles peu différencié mais de type ancestral (parois postérieures plus épaisses que les antérieures ; SDQ = 107).

23Paratype : M3D amputée de sa boucle postérieure et ne permettant pas les mensurations. Elle porte deux racines dont une antérieure très allongée longitudinalement et une postérieure sub-cylindrique. Provient de la couche 3 du carré D16 datée par C14 AMS de 47 ka +/- 2000 BP (Poz 14255). Émail très épais à peine différencié et de SDQ ( =107) identique à celui de la m1. Cément abondant dans les angles rentrants. (n° catalogue : FGN 451-7174).

Tableau 2 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Données biométriques des molaires de Mimomys pyrenaicus nov.sp.

Tableau 2 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Données biométriques des molaires de Mimomys pyrenaicus nov.sp.

Conclusion

24La découverte de restes de rongeurs du genre Mimomys est intéressante à plus d’un titre. Elle a conduit à la création d’une nouvelle espèce : Mimomys pyrenaicus nov. sp.. Elle confirme le rôle de refuge qu’a joué la montagne pyrénéenne pour des espèces aujourd’hui endémiques. Elle permet l’ajout d’un chaînon dans la lignée Mimomys reidi - pusillus - blanci. Avec Mimomys salpetrierensis Mimomys pyrenaicus comble un vide chronologique dans la systématique du groupe des Arvicolidés que l’on croyait monophylétique à partir du Pléistocène moyen. L’idée de D. Janossy (1970) de définir la frontière Pléistocène inférieur/Pléistocène moyen par la disparition des Mimomys se voit donc remise partiellement en question. Mais il en est de même pour d’autres groupes comme celui des Pliomys ou d’Allocricetus que l’on croyait défunts à l’Éémien et qui survivent sporadiquement dans quelques zones - refuges du Pléistocène supérieur. On peut également évoquer La Vipère péliade (Vipera berus) qui aurait évolué vers Vipera seoeanei et occupe la région cantabrique et naturellement le Desman des Pyrénées (Galemys pyrenaïcus) retrouvé sur le site même à l’état fossile (Jeannet 1996 ; Allard et Juillard). Arvicola terrestris (le Rat taupier) a conservé une enclave pyrénéenne alors que l’ensemble de la population s’est orienté vers l’Asie. L’autre conséquence logique de ces étroits rapports avec le genre Mimomys est évidemment le caractère nomen nudum du genre Nemausia (Chaline et Laborier 1981), auquel J. Chaline semble lui-même avoir renoncé si l’on en croit l’appellation Mimomys salpetrierensis qu’il utilise lui-même.

Top of page

Bibliography

CHALINE J. 1980 – Mimomys salpetrierensis nov sp., forme relique datée de 14 000 BP dans la Grotte de la Salpétrière (Gard). Lyon 1980, Géobios n° 13 – fasc. 4. p. 645-651.

CHALINE J. et LABORIER C. 1981 – Nemausia, nouveau genre de Rongeur (Arvicolidae, Rodentia) relique dans le Pléistocène final du sud de la France. C. R. Acad. Sc. Paris, t. 292, Se III, p. 469-474.

HEINRICH W. D. 1990 – Some aspects of evolution and biostratigraphy of Arvicola (Mammalia, Rodentia) in the central european pleistocene. In : O. Fejfar & W. D. Heinrich (Ed). International symposium evolution, phylogeny and biostratigraphy of Arvicolids (Rodentia, Mammalia) - Rohanov (Zechoslovakia) May 1987. p. 165-182.

JANOSSY D. 1970 – The boundary of Lower-Middle Pleistocene on the basis of microvertebrates in Hungary. Paleogeography, Paleoclimatology, Paleoecology, 8 p. 147-152.

JEANNET M. 2001 – La microfaune et l’environnement de la Grotte du Noisetier à Fréchet (Hautes-Pyrénées). Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, t. LVI : p. 83-90.

JEANNET M., ALLARD M.et JUILLARD F. 1996 – Première découverte de Galemys pyrenaïcus (Insectivora, Desmaninae) dans le Quaternaire français. Revue de Paléobiologie, t. 15,1 : p. 205-213 Genève (1996).

JEANNET M. et CARTONNET M. 2000 – La microfaune de la Chênelaz (Hostias, Ain). L’environnement et son influence sur la biométrie dentaire chez Arvicola terrestris (Rodentia, Mammalia). Revue de Paléobiologie, Genève (2000) 19 (2) p. 475-492.

MEULEN A. J. v d., 1973 – Middle Pleistocene Smaller Mammals from the Monte-Peglia, (Orvieto, Italy) with special reference to the Phylogeny of Microtus (Arvicolidae, Rodentia). Quaternaria, 1973, T.XVII : p. 1-144.

MOURRE V., COSTAMAGNO S., THIÉBAUT C., ALLARD M., BRUXELLES L.., COLONGE D., CRAVINHO S., JEANNET M., JUILLARD F., LAROULANDIE V., et MAUREILLE B. 2008 – Le site moustérien de la Grotte du Noisetier à Fréchet-Aure (Hautes-Pyrénées) - premiers résultats des nouvelles fouilles. In : Les sociétés du Paléolithique dans un grand Sud-Ouest de la France : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes. Mémoire XLVII de la Société Préhistorique Française : p. 189-202 Paris (2008).

MOURRE V. THIÉBAUT C., COSTAMAGNO S., ARTE A., BOUDADI-MALIGNE M., BRUXELLES L., CAVANHIÉ N., CLAUD E., COLONGE D., DESCHAMPS M., JEANNET M., LAHAYE Chr., LAROULANDIE V., MALLYE J.-B., MAUREILLE B. SERVELLE Chr. et VIGUIER J. 2010 – Le site moustérien de la Grotte du Noisetier à Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées). Fouille programmée pluriannuelle 2008-2010 – Rapport final. 182 p.

RABEDER G. 1981 – Die Arvicoliden (Rodentia, Mammalia) aus dem Pliozän und dem älteren Pleistozän von Niederösterreich. Beitrage zur Paläontologie von Osterreich 8 : p. 1-373. Wien .

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Situation géographique du site de la Grotte du Noisetier (cartes reprises du grand atlas de la France ; sélection du Reader’digest).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-1.jpg
File image/jpeg, 968k
Title Figure 2 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier - Plan de la cavité et des zones fouillées (DAO V. Mourre).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Figure 3 - Fréchet-Aure – Grotte du Noisetier - Coupe longitudinale selon la colonne C/D (DAO V. Mourre).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-3.jpg
File image/jpeg, 484k
Title Figure 4 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Holotype : m1D de Mimomys pyrenaicus nov. sp. n° FGN. 402-6393.
Caption a/ face buccale ;b/ face occlusale ; c/ face jugale. Échelle = 1mm. Paratype : M3D de Mimomys pyrenaicus nov. sp. N° FGN. 451-7174. Molaire amputée de sa boucle postérieure. d/ face buccale ; e/ : face occlusale ; f/ face jugale. Échelle =1mm, commune aux trois vues.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-4.jpg
File image/jpeg, 464k
Title Tableau 1 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Extrait du catalogue enregistrant les cortèges de vestiges accompagnant les molaires de Mimomys pyrenaicus nov. sp.
Caption Liste des abréviations :Têtes de colonnes :AN = année de fouille ;Éch. : N° de l’échantillon ;N° : n° du lot ;nmi : nombre minimal d’individus (Rongeurs) ;NTR : nombre total de restes ; Z = cote de profondeur du prélèvement.Colonne « contenu » :éd : édenté ; fgt : fragment ; Mdb : Mandibule ;M1 : 1ère molaire supérieure ; m1 : 1ère molaire inférieure ; Mi : molaire isolée ;Mxl : maxillaire ;Os dét. Os déterminable (épiphysé ou caractéristique) localisable sur le squelette. Os indét : os indéterminé (diaphyse, esquille etc.)
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Title Figure 5 - Biométrie. Technique de mensuration des divers éléments de la m1. d’Arvicola.
Caption a/ Table de mastication d’une m1G. ba = boucle antérieure. bp = boucle postérieure. b = Étranglement du complexe antérieur.c = col t4 / t5. f = Largeur de la boucle antérieure. t1, t2, t3, t4, t5 : éléments sub-triangulaires constituant le corps de la molaire et délimités par le cordon d’émail périphérique. LCA = Longueur du complexe antérieur. LBP = Longueur mésio-distale de la boucle postérieure. LT = Longueur totale de la molaire. L∆ = Longueur mésio-distale du trigonide (ensemble des triangles t1-t2-t3) W∆ = Largeur bucco-jugale du trigonide.b/ Vue latérale jugale d’une m1D. Ht4 = Hauteur de la molaire le long de t4 entre les contacts haut et bas de t3 / t4. (la courbure de la molaire permet ce genre de mesure).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-6.jpg
File image/jpeg, 236k
Title Figure 6 - Biométrie. D’après W. D. Heinrich (1990) – Technique de mesure et de traitement pour la définition du SDQ (Schmelzband Differenzierungs Quotient).
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-7.jpg
File image/jpeg, 196k
Title Tableau 2 - Fréchet-Aure - Grotte du Noisetier. Données biométriques des molaires de Mimomys pyrenaicus nov.sp.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2570/img-8.jpg
File image/jpeg, 219k
Top of page

References

Bibliographical reference

Marcel Jeannet and Vincent Mourre, « Mimomys pyrenaicus nov. sp. nouvel arvicolidé (Mammalia, Rodentia) dans le Pléistocène supérieur des Pyrénées (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France) », PALEO, 24 | 2013, 139-147.

Electronic reference

Marcel Jeannet and Vincent Mourre, « Mimomys pyrenaicus nov. sp. nouvel arvicolidé (Mammalia, Rodentia) dans le Pléistocène supérieur des Pyrénées (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France) », PALEO [Online], 24 | 2013, Online since 12 May 2014, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/paleo/2570

Top of page

About the authors

Marcel Jeannet

UMR 7269-MMSH, BP.647 FR-13904 Aix-en-Provence cedex 2 - m.jeannet.arpa.mf@wanadoo.fr

By this author

Vincent Mourre

INRAP Méditerranée, UMR 5608-TRACES, 561 rue Étienne Lenoir, Km Delta FR-30900 Nîmes - vincent.mourre@inrap.fr.

By this author

Top of page