Skip to navigation – Site map
Nouvelles de la Préhistoire

Des œuvres d’art magdaléniennes inédites à Pont d’Ambon (Bourdeilles, Dordogne, France)

Unpublished Magdalenian art in Pont d’Ambon (Bourdeilles, Dordogne, France)
Patrick Paillet, Elena Man-Estier and Peggy Bonnet-Jacquement
p. 249-255
Translation(s):
Unpublished Magdalenian art from Pont d’Ambon (Bourdeilles, Dordogne, France)

Abstracts

A systematic and methodical review of fauna collections from the site of Pont d’Ambon (excavation G. Célérier), conducted as part of a Collective Research Project centered on the end of the Late Ice Age in northern Perigord, has permitted the discovery of three objects of portable art in an upper Magdalenian context, perfectly located in the site on an archeostratigraphic perspective (layer 5, square J8). These are the first portable art pieces found in the Magdalenian levels of Pont d’Ambon, excavated only on 1 m. As a first presentation, the authors propose a brief reading of these pieces and reveal their originality and technical as well as stylistic characteristics.

Top of page

Full text

Introduction

1Le Projet collectif de Recherche « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le Nord du Périgord », dirigé par P. Paillet, s’attache à caractériser la transition culturelle du Magdalénien supérieur à l’Azilien/Laborien entre les bassins de la Dronne et de la Tardoire, aux confins de la Charente. Plusieurs sites sont concernés par ces recherches, comme les sites d’habitat de Rochereil, Pont d’Ambon, La Peyzie, ou bien encore les grottes ornées de La Mairie (Teyjat) ou de Fronsac (Vieux-Mareuil).

2Dans ce cadre, en parallèle des recherches menées sur le terrain (sondages, fouilles, relevés…), nous avons également entrepris une révision systématique des collections anciennes.

3Pour le site de Pont d’Ambon, nous avons revu les restes fauniques issus des fouilles G. Célérier (1970 à 1987). Ces collections, conservées au Musée national de Préhistoire, concernent en très grande majorité les niveaux laboriens (couche 2) et aziliens (couches 3 et 4) de l’abri. Nous y avons identifié de nombreux fragments osseux gravés dont certains rappellent clairement le style laborien (Paillet, Man-Estier, soumis et accepté). Nous y consacrerons une publication détaillée.

4En 1987, G. Célérier a conduit un sondage dans les niveaux sous-jacents à la couche « 4 moyen » ou « 4 médian », attribués au Magdalénien supérieur final (couches 4 inférieure, 5 et 6). Leur exploration a été rendue possible par la baisse artificielle du niveau de la Dronne. Pour des raisons pratiques, le sondage s’est limité à un seul mètre carré (carré J8) (Célérier 1991).

5Malgré cette faible emprise (fig. 1), G. Célérier a mis en évidence la présence de trois minces niveaux d’occupations humaines successifs « d’un stade final du Magdalénien supérieur » (Célérier 1991, p. 11 et Célérier 1998, p. 237). Les niveaux sont constitués d’épandages ou de lits de galets de quartzite, souvent rubéfiés et éclatés, enrobés dans des résidus de combustion et séparés par des couches sableuses stériles (Célérier 1996). L’industrie lithique est abondante, très riche en fines lamelles à dos de silex blond ainsi qu’en burins. Quelques micro-perçoirs et pointes de Laugerie-Basse, essentiellement taillés dans le silex santonien local complètent l’équipement lithique. L’industrie osseuse est également riche et G. Célérier note qu’elle est presque exclusivement façonnée sur du bois de renne, dont les baguettes ont été extraites par double rainurage parallèle. Il mentionne également plusieurs outils destinés au travail des matières souples (poinçons, lissoirs, aiguilles à chas) ainsi que de rares harpons à deux rangs de barbelures (fig. 2) et une pendeloque imitant une crache de cerf (Célérier 1996) (fig. 3). La faune consommée, abondante, est essentiellement représentée par le Renne. Quelques poissons, notamment des Salmonidés, sont à noter. Aucun objet d’art mobilier n’est signalé dans les publications relatives à ces niveaux.

Figure 1 - Plan et carroyage du site de Pont d’Ambon. DAO E. Man-Estier d’après document G. Célérier.

Figure 1 - Plan et carroyage du site de Pont d’Ambon. DAO E. Man-Estier d’après document G. Célérier.

Figure 2 - Harpon décoré à double rang de barbelures.

Figure 2 - Harpon décoré à double rang de barbelures.

Figure 3 - Crache de cerf perforée et incisée.

Figure 3 - Crache de cerf perforée et incisée.

6La transition entre le Magdalénien et l’Azilien se situe dans un même contexte sédimentaire. G. Célérier souligne en revanche le passage brutal entre la couche « 4 inférieure » et la couche « 4 moyen » où l’exploitation du Cerf et du Lapin succède à celle du Renne, où l’industrie osseuse disparaît et où l’industrie lithique se charge en grattoirs au détriment des burins et des lamelles à dos.

Des objets d’art dans la faune

7La révision systématique des séries fauniques des niveaux magdaléniens du carré J5 a permis d’identifier plusieurs éléments d’industrie osseuse (aiguilles à chas et lissoirs) ainsi que trois fragments d’os gravés. Ils proviennent tous de la couche 5 (carré J8).

8Pièce n° 1 (N° inventaire PCR - PDA61) (fig. 4)
Longueur : 44 mm ; Largeur max : 13 mm ; Épaisseur : 3 mm

Figure 4 - Os gravé d’une tête de renne ( ?) (PDA61). Photo et relevé E. Man-Estier.

Figure 4 - Os gravé d’une tête de renne ( ?) (PDA61). Photo et relevé E. Man-Estier.

9Il s’agit d’une lame d’os fracturée en deux parties. Le support n’a pas pu être déterminé avec précision mais il pourrait s’agir d’un fragment d’hémi-mandibule (vestiges d’alvéoles dentaires probables en face inférieure). Elle porte une tête et une encolure d’animal incomplet orienté à gauche.

10Nous pensons qu’il s’agit d’un Renne. On peut lire l’oreille, légèrement tendue vers le haut et l’arrière. L’absence des bois consécutive à la fracturation du support ne permet pas d’assurer avec certitude l’attribution générique et spécifique de l’animal.

11L’œil est remarquable dans son traitement formel. Dessiné non pupillé, par un losange prolongé d’une caroncule lacrymale, il est encadré par deux lignes de fins tracés qui évoquent le pelage de la saillie orbitaire. Des stries de pelage sont observables devant l’oreille et le long du contour cervical et dorsal.

12Le style de cette représentation est conforme à l’iconographie réaliste du Magdalénien moyen et supérieur. La précision du trait et le traitement des détails anatomiques sont exceptionnels.

13Pièce n° 2 (N° inventaire PCR - PDA62) (fig. 5)
Longueur : 24 mm ; Largeur max : 14 mm ; Épaisseur : 1 mm

Figure 5 - Os gravé d’un protomé de cerf (PDA62). Photo et relevé P. Paillet.

Figure 5 - Os gravé d’un protomé de cerf (PDA62). Photo et relevé P. Paillet.

14La seconde pièce est un fragment d’os plat (omoplate probable), fracturé en deux parties. Le support montre des traces de brûlures qui semblent antérieures à la réalisation du décor.

15La figure représentée est un protomé de cerf orienté à gauche. La gravure est interrompue à hauteur de l’encolure par la fracture du support. La tête est bien proportionnée. L’œil, les naseaux et la bouche sont absents. L’oreille est évoquée et les bois se voient nettement. Leur traitement, leur disposition et le nombre des andouillers sont conformes au vivant. On peut ainsi lire l’andouiller basilaire, le surandouiller et peut-être l’andouiller central. Certains traits de contours sont doublés et paraissent matérialiser la ramure (paire de bois) vue en perspective. En limite de support, on aperçoit la suite du merrain (merrain B).

16L’encolure est puissante. Un trait courbe souligne l’arrière de la joue. Le pelage de l’encolure est exprimé par une série de très fines incisions enchevêtrées.

17L’originalité de cette représentation réside notamment dans ses dimensions. Le cerf mesure 1,4 cm du sommet de l’andouiller à la base de l’encolure et moins d’1 cm de large.

18Cette représentation est l’une des plus petites connues dans le corpus de l’art mobilier paléolithique. Il s’agit d’une miniature comparable à certaines œuvres mobilières du Magdalénien supérieur de la grotte Bourrouilla à Arancou (Pyrénées-Atlantiques) (Chauchat dir. 1999 ; Aurière et al. 2013). Observé à la loupe binoculaire, le trait de contour de la figure (moins d’1mm de largeur) a été réalisé avec un même outil, dans une séquence gestuelle unique, sans repentir ou retraçage notable. Le tracé large à fond plat a parfaitement conservé les stigmates de l’outil utilisé avec un effet de « code-barres » (Fritz 1999) très démonstratif. Cette représentation témoigne d’une maîtrise exceptionnelle de l’art de la gravure, tant par la dextérité du geste que par la maîtrise de l’outil et de la technique. Elle pose néanmoins des questions sur les aspects pratiques de la gravure. L’observation macroscopique et une analyse tracéologique plus détaillée permettront de mettre en évidence les modalités précises d’exécution des tracés et de rechercher le type d’outil utilisé par l’artiste, au sein de l’industrie lithique connue sur le site (Fritz 1999).

19Pièce n° 3 (N° inventaire PCR - PDA50) (fig. 6)
Longueur : 21 mm ; Largeur max : 8,5 mm ; Épaisseur : 2 mm

Figure 6 - Os gravé de petits tracés courbes (PDA50). Photo P. Paillet.

Figure 6 - Os gravé de petits tracés courbes (PDA50). Photo P. Paillet.

20Le dernier objet est un fragment d’os brûlé décoré de deux séquences superposées de petits tracés courbes en forme d’accents emboîtés. Il s’agit d’un décor géométrique simple assez fréquent dans l’art du Magdalénien supérieur et final.

Les relations culturelles et symboliques

21Le site de Pont d’Ambon se situe à quelques centaines de mètres de la petite grotte de Rochereil (Grand-Brassac) et à moins de deux kilomètres des falaises de La Peyzie (Lisle) qui abritent plusieurs habitats identifiés par P.‑E. Jude. Ces sites ont pour point commun leur appartenance au Magdalénien supérieur. Le corpus d’art mobilier de Rochereil est parmi les plus riches connus pour cette époque (Jude 1960 ; Paillet 2012 ; Man-Estier et Paillet 2013). Á La Peyzie, quelques œuvres d’art ont été documentées mais n’ont pas de provenance stratigraphique bien définie (Paillet sous presse). Á de nombreux égards, les deux représentations figuratives du Magdalénien de Pont d’Ambon leur sont comparables. Elles possèdent des caractères stylistiques communs comme le traitement du pelage. Ces détails se retrouvent au sein d’une large tradition graphique, connue dans l’ensemble du Magdalénien supérieur périgourdin. Toutefois, le protomé de cerf rappelle également quelques pièces exceptionnelles par leur très petite taille provenant de sites contemporains des Pyrénées (La Vache, Bourrouilla). Ces objets posent directement la question des relations à moyenne et longue distance et l’inscription des sites de Pont d’Ambon, Rochereil et La Peyzie dans un territoire culturel étendu.

Conclusions provisoires

22Les deux représentations figuratives identifiées sur ces petits os fragmentés possèdent des qualités formelles et esthétiques indéniables, chacune dans des registres stylistique et expressif différents. La découverte de ces rares objets ornés dans le contexte magdalénien de Pont d’Ambon est un point fondamental dans l’analyse du site et de ses relations supposées avec les deux sites voisins et prétendument contemporains de Rochereil (Grand-Brassac) et de La Peyzie (Lisle). Selon G. Célérier le site de Pont d’Ambon ne présentait pas, pour le Magdalénien, les critères déterminants d’un lieu d’agrégation du fait-même de l’absence d’art mobilier (Célérier 1992). Les trois pièces présentées dans ces pages ne constituent pas pour autant un argument contraire décisif eut égard à la pauvreté générale des niveaux magdaléniens de Pont d’Ambon, certes fouillés seulement sur un mètre carré, par rapport à ceux de Rochereil, dont l’extrême richesse est l’une des principales caractéristiques. Mais la seule présence de ces trois os gravés, ainsi que leurs caractéristiques techniques et formelles originales, permettent de nuancer ce tableau et de conforter les liens qui unissent les trois gisements de proximité, relations largement perçues dans la séquence épipaléolithique. Par ailleurs, ces données, même ponctuelles, attestent de la richesse probable des occupations magdaléniennes de Pont d’Ambon, devenues inaccessibles malheureusement sous le niveau de la nappe phréatique et de l’actuelle Dronne en débit normal. Enfin, s’il en était besoin, ces découvertes prouvent également que des révisions de séries, même récentes, réservent toujours des surprises.

Top of page

Bibliography

AURIÈRE L., CHAUVIÈRE F.-X., PLASSARD F., FRITZ C. et DACHARY M. 2013 – Art mobilier inédit du gisement de Bourouilla à Arancou : données techno-stylistiques et chrono-culturelles, Paleo, 24, p. XXX-XXX.

CÉLÉRIER G. 1991 - Pont d’Ambon (Bourdeilles), Gallia Informations, p. 11-12.

CÉLÉRIER G. 1992 – Á propos de trois habitats magdaléniens de la vallée de la Dronne et la notion de site de rassemblement, Paleo, 4, p. 155-159.

CÉLÉRIER G. 1996 - L’abri sous roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne) : l’industrie osseuse et la parure, Gallia préhistoire, t. 38, p. 69-110.

CÉLÉRIER G. 1998 - L’abri sous roche de Pont d’Ambon à Bourdeilles (Dordogne, France). Perpectives synthétiques, Paleo, 10, p. 233-264.

CHAUCHAT C. (dir.), FONTUGNE M., HATTE C., DACHARY M., BONNISSENT D., CHAUVIÈRE F.-X., ROUSSOT A., FRITZ C., FOSSE P., EASTHAM A., MARTIN H., LE GALL O., GAMBIER D. 1999 - L’habitat Magdalénien de la grotte Bourrouilla à Arancou (Pyrénées Atlantiques), Gallia Préhistoire, t. 41, p. 1-151

FRITZ C. 1999 - La gravure dans l’art mobilier magdalénien. Du geste à la représentation. Documents d’Archéologie Française (DAF) n° 75, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 217 p.

JUDE P.-E. 1960 - La Grotte de Rochereil. Station magdalénienne et azilienne. Archives de l’I.P.H., Mémoire n° 30, Paris, 75 p.

MAN-ESTIER E. et PAILLET P. 2013 - Rochereil et l’art magdalénien de la fin du Tardiglaciaire dans le Nord du Périgord (Dordogne, France) In : GROENEN M (dir.), Expressions esthétiques et comportements techniques au Paléolithique, Actes des sessions thématiques 36 et 37 du 16ème Congrès mondial de l’UISPP (Florianopolis, Brésil, 4‑10 septembre 2011), BAR International series, vol. 3, Archaeopress, Oxford, p. 7-36.

PAILLET P. 2012 - Men and cultures at the end of the late Ice age in the north of Perigord : continuities and ruptures. Pré-Actes (Session papers) International Conference on Rock Art, 06-13 December, 2012, Understanding Rock Art in Context, Indira Gandhi National Centre For The Arts, New Delhi, Inde, p. 54-65.

PAILLET P. sous presse – Deux bâtons percés inédits de la Peyzie (Lisle, Dordogne), Paleo, numéro spécial.

PAILLET P. et MAN-ESTIER E. soumis et accepté - De nouvelles découvertes d’art mobilier laborien dans le Nord du Périgord, Actes des séances de la S.P.F., Les sociétés de l’Alleröd et du Dryas récent entre Atlantique et Méditerranée, Bordeaux, mai 2012.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Plan et carroyage du site de Pont d’Ambon. DAO E. Man-Estier d’après document G. Célérier.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2668/img-1.jpg
File image/jpeg, 188k
Title Figure 2 - Harpon décoré à double rang de barbelures.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2668/img-2.jpg
File image/jpeg, 204k
Title Figure 3 - Crache de cerf perforée et incisée.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2668/img-3.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Figure 4 - Os gravé d’une tête de renne ( ?) (PDA61). Photo et relevé E. Man-Estier.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2668/img-4.jpg
File image/jpeg, 708k
Title Figure 5 - Os gravé d’un protomé de cerf (PDA62). Photo et relevé P. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2668/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Figure 6 - Os gravé de petits tracés courbes (PDA50). Photo P. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/paleo/docannexe/image/2668/img-6.jpg
File image/jpeg, 260k
Top of page

References

Bibliographical reference

Patrick Paillet, Elena Man-Estier and Peggy Bonnet-Jacquement, « Des œuvres d’art magdaléniennes inédites à Pont d’Ambon (Bourdeilles, Dordogne, France)  », PALEO, 24 | 2013, 249-255.

Electronic reference

Patrick Paillet, Elena Man-Estier and Peggy Bonnet-Jacquement, « Des œuvres d’art magdaléniennes inédites à Pont d’Ambon (Bourdeilles, Dordogne, France)  », PALEO [Online], 24 | 2013, Online since 12 May 2014, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/paleo/2668

Top of page

About the authors

Patrick Paillet

Muséum national d’Histoire naturelle, département de Préhistoire – UMR 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique - paillet@mnhn.fr

By this author

Elena Man-Estier

Centre national de Préhistoire, Ministère de la Culture et de la Communication et UMR 5199 PACEA - elena.man‑estier@culture.gouv.fr

By this author

Peggy Bonnet-Jacquement

Musée national de Préhistoire, Ministère de la Culture et de la Communication et UMR5199 PACEA - peggy.jacquement@culture.gouv.fr

Top of page