Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’inscription de l’altérité dans un texte peut se faire de diverses manières, puisque, appartenant à des systèmes de référence « autres », qui construisent des représentations prises dans une histoire, un espace, une culture et un système linguistique propres qui mettent en place un monde auquel l’accès n’est pas totalement dégagé. Comment les obstacles à cette entrée libre dans les textes traduits peuvent-ils se manifester ? Grâce à divers procédés somme toute assez banals, mais pas toujours très utilisés : notamment par l’intégration d’éléments étrangers à la langue, que l’on appelle communément les emprunts et qui sont la marque la plus flagrante d’altérité. Cette inscription peut se faire également par la création lexicale ou néologie, puisque, par définition, les néologismes sont un corps nouveau introduit dans la langue par un auteur. Les deux méthodes peuvent apparaître de prime abord comme étant de nature différente, cependant elles se rejoignent en ce sens qu’elles posent le problème de leur « étrangéité » et de leur degré d’intégration dans une langue donnée. Avant de s’interroger sur la problématique spécifique de la traduction des emprunts et néologismes, il convient de rappeler qu’il s’agit d’abord de procédés linguistiques, définis et étudiés comme tels par les lexicologues.

  • 1 . Tournier, Jean, 1993, Précis de lexicologie anglaise, Paris, Nathan Université, p. 144.
  • 2 . Le lecteur intéressé peut consulter sur cette question l’ouvrage d’Henriette Walter, 2001, Honn (...)

2L’emprunt est en effet une donnée ancienne et universelle qui fait intégralement partie, comme l’indique Tournier, « du processus de développement lexical commun à toutes les langues »1, lesquelles ont emprunté des mots pour nommer des objets, plantes ou animaux qui n’existaient pas dans leur culture. Du fait de leur histoire commune, l’anglais et le français – les deux langues les plus représentées dans ce volume – ont abondamment puisé dans la langue de l’autre, depuis l’époque médiévale jusqu’à nos jours2. Les mots empruntés évoluent, se conforment à la prononciation et à l’orthographe de la langue d’accueil, modifications qui ont pour résultat d’effacer leur caractère étranger pour le locuteur natif. Par exemple, en anglais, apron, adventure, cherry, flower ou forest, qui sont tous des emprunts au français, font maintenant partie intégrante de la langue anglaise ; en français, si le mot week-end trahit son origine anglaise à travers son orthographe et sa prononciation, il fait maintenant partie de notre vocabulaire ; et que dire de budget, emprunté à l’anglais qui l’avait jadis emprunté au français « bougette » et est revenu dans sa langue d’origine avec un sens différent. Le russe kompjuter (компьютер), « ordinateur », trahit son origine anglaise, l’arabe a côtoyé l’espagnol en lui laissant des mots en héritage. Nous pourrions multiplier les exemples à l’infini puisque les langues sont ainsi faites de ces allers et retours qui brouillent les pistes et font que le profane n’a pas toujours conscience de l’origine étrangère de ces mots familiers. Il n’en est pas de même du traducteur qui, lui, se voit confronté à des termes plus ou moins semblables dans les deux langues, mais dont les significations peuvent présenter des nuances qu’il doit savoir évaluer à la lecture et rendre dans sa traduction. C’est cet écart entre les langues qu’il convient d’avoir présent à l’esprit lorsque l’on traduit, comme Michel Ballard l’indique :

  • 3 . Ballard, Michel, 2003, Versus : la version réfléchie. I. Repérages et paramètres, Paris, Ophrys (...)

[…] l’emprunt est négocié par le groupe linguistique et présente des degrés d’intégration : le xénisme est encore perçu comme une intrusion, un terme étranger ; l’emprunt intégré peut même voir sa graphie modifiée (cf. bifteck). Le traducteur va donc rencontrer des emprunts dans les textes qu’il traduit ou être amené à en utiliser dans ses traductions ; pour en faire un bon usage, il convient d’être conscient de certains écarts créés par l’intégration3.

3Cette citation attire l’attention sur le statut de l’emprunt, ou plus exactement sur les degrés d’intégration de celui-ci ; en effet, une des questions qui se pose (et elle se pose également pour les néologismes) est la suivante : quand un emprunt cesse-t-il d’être reconnu comme tel ? La réponse réside sans doute dans la perception qu’en a le locuteur natif (l’analyste, lui, se référera à l’étymologie), d’où ce terme de xénisme pour désigner les mots qui sont immédiatement reconnus comme étrangers, soit parce qu’ils ont été empruntés récemment, soit parce qu’ils ont subi très peu de modifications, à la différence des emprunts « intégrés » qui se sont acclimatés à la langue d’accueil et ont donc perdu de leur altérité.

4Le traducteur, lui, devra faire le choix de garder l’emprunt tel quel, au risque de perturber le lecteur cible, ou de traduire par un autre terme appartenant à la langue d’arrivée ou encore de choisir un autre emprunt qui serait équivalent et plus familier pour le lectorat. Cependant, la tâche du traducteur devient plus ardue lorsqu’il s’agit de traduire en français un terme emprunté à cette langue par l’auteur de la langue source : il peut conserver le terme, mais le lecteur français perdra alors le sentiment d’étrangeté que l’auteur d’origine avait voulu inscrire dans son texte, ou emprunter à son tour à une autre langue, et l’effet sera forcément « autre » que celui du texte de départ. Quelle que soit la solution adoptée, un écart subsistera entre l’altérité créée dans le texte de départ et celle du texte d’arrivée, il s’agit donc d’une négociation non seulement entre deux langues, mais aussi entre les effets produits dans le texte source et le texte cible. Cette question de la traduction des emprunts est donc pour le traducteur une tâche délicate, qui peut être rendue plus complexe encore par la différence de connotation d’un même terme en langue source et en langue cible, comme en témoigne l’étude de Jean-Marc Chadelat sur le texte d’Orwell. L’altérité du texte traduit par rapport au texte d’origine change la perception de celui-ci chez le lecteur source et le lecteur cible.

5Les néologismes, comme les emprunts, sont un des moyens d’accroître le vocabulaire d’une langue et correspondent soit à un besoin de la langue de désigner de nouvelles inventions techniques ou de nouvelles notions philosophiques, soit à un besoin ludique, une nécessité littéraire de la part d’un auteur. Parmi les auteurs étudiés dans ce volume, Poe et Baudelaire et leurs créations poétiques, Hélène Cixous et Jeanne Hyvrard et leurs créations féministes, Joyce dans Ulysses, ont tous été à des degrés divers des créateurs de mots, comme l’a été Shakespeare en son temps. Ces créateurs puisent dans les procédés existants dans la langue : composition, amalgame, suffixation, conversion, onomatopée ou siglaison – pour ne nommer que ceux-là – et se conforment aux règles morpho-phonématiques de celle-ci. Certains néologismes entrent dans la langue, d’autres disparaissent (c’est le cas également pour les emprunts : l’anglais a beaucoup emprunté au français pendant le Moyen Âge, mais la langue a ensuite effectué un tri et de nombreux termes ont depuis disparu). Comme l’emprunt, le néologisme a donc pour effet de combler un manque dans la langue ou du moins ce qui est ressenti comme tel par un auteur. Il faut alors s’interroger sur la raison d’être d’un néologisme dans un texte littéraire et poétique : vient-il combler un manque sémantique, est-il créé pour répondre à des besoins purement ludiques ou pour produire un effet sonore, s’agit-il d’une vraie création lexicale ou bien d’un sens particulier donné au mot par l’auteur ? La solution apportée par le traducteur doit tenir compte de ces questions et de l’analyse qui en découle. En effet, les possibilités de créations dans le système de la langue de départ ne sont pas toujours les mêmes dans la langue d’arrivée, où les procédés de fabrication et de composition ne sont pas reproductibles à l’identique : les suites de sons possibles ne sont pas les mêmes dans deux systèmes linguistiques, le français n’a pas les mêmes facilités de composition lexicale que l’anglais et l’allemand, langues germaniques, entre autres.

6Qu’il s’agisse donc des emprunts ou des néologismes, le traducteur dépend du système linguistique de la langue dans laquelle il traduit, mais il a également à sa disposition des choix qui seront dictés par le contexte dans lequel le mot en question apparaît et une marge de création personnelle plus ou moins grande en fonction des textes. C’est en tenant compte de ces paramètres que les articles du présent volume mettent en avant les diverses solutions adoptées par des traducteurs face à cette dimension de la traduction de l’altérité. Les auteurs étudiés sont variés, d’origines et de périodes différentes, ce qui fait de ce volume une collection particulièrement riche sur une problématique déjà bien étudiée en linguistique, mais peut-être moins explorée dans le domaine traductologique.

7Ce volume comprend douze articles rédigés par des chercheurs, linguistes, traductologues et traducteurs qui se sont penchés sur cette question de l’emprunt et du néologisme en traduction. Ils ont analysé les raisons pour lesquelles les auteurs ont eu recours aux emprunts et néologismes dans les textes d’origine et les différentes stratégies des traducteurs dans la langue cible. Les auteurs étudiés sont essentiellement des auteurs récents et/ou contemporains (du xixe au xxie siècle), même si la dimension historique est présente grâce à l’article d’Emmanuelle Roux, qui traite de l’emprunt au Moyen Âge. Les langues étudiées sont principalement l’anglais et le français, mais aussi l’allemand, le grec, le roumain, sans oublier les créoles de la Caraïbe – particulièrement intéressants pour le sujet dont traite ce recueil – chez des auteurs comme Walcott et Chamoiseau.

8Dans la première partie, intitulée Accueil de la langue et évolution, deux périodes historiques très éloignées dans le temps sont étudiées : elles permettent de confronter d’entrée de jeu différents procédés qui seront ensuite repris et analysés dans des perspectives différentes.

  • 4 . Le moyen anglais est généralement admis comme étant la langue de la période qui va du xie au xv(...)

9Emmanuelle Roux évoque ainsi une période cruciale dans l’histoire croisée des langues anglaise et française. Elle se penche sur un manuscrit français, La Somme le roi, dont il existe cinq traductions inédites en moyen anglais4 (sur les neuf qui sont connues), et se concentre sur la question de l’« erreur », ces cinq traductions ayant été jugées jusqu’alors inférieures en raison des erreurs de traduction qu’elles comporteraient. Emmanuelle Roux analyse ces « mé-traductions » et montre que, face à un texte de cette époque, il faut se garder de raisonner de façon contemporaine et tenir compte de l’histoire d’une langue alors en pleine évolution. À l’époque, la langue anglaise se construit, et elle le fait notamment en empruntant au français, ou en créant des néologismes pour combler des manques. L’auteur de l’article nous invite alors à porter un autre regard sur les textes du Moyen Âge et à considérer ces traducteurs d’antan à la fois comme de véritables créateurs de mots et comme des passeurs de textes d’une culture à l’autre, à une époque, où, faut-il le rappeler, on a énormément traduit. Cette frénésie de traduction en Europe s’est poursuivie dans les siècles suivants, faisant une large place à l’emprunt comme stratégie de traduction et contribuant ainsi à enrichir le vocabulaire des langues du continent.

10À l’inverse, Rudy Loock nous emmène dans une exploration de trois textes contemporains de langue anglaise, publiés entre 1986 et 2006 (traductions françaises entre 1994 et 2011), qui ont en commun le fait d’utiliser un dialogue visuel – ou eye dialect – pour évoquer l’altérité de l’idiolecte des personnages, qu’ils soient d’une intelligence inférieure à la moyenne ou qu’ils expriment une langue nouvelle, post-apocalyptique. La particularité du dialecte visuel, très utilisé en littérature pour exprimer un registre non-standard, est d’être souvent difficile à décoder, qu’il s’agisse du lecteur source ou du lecteur cible. Rudy Loock présente d’abord chaque œuvre ainsi que les différents procédés utilisés par les auteurs (marqueurs de prononciation notant des accents géographiques ou sociaux, écarts entre graphie et phonie), avant d’analyser les choix effectués par les traducteurs, qui ont dû adapter ces marqueurs au français, langue réputée moins souple et plus rétive au non-standard. On touche ici du doigt la différence systémique qui existe entre les deux langues, difficulté que les traducteurs ont su néanmoins résoudre avec plus ou moins de bonheur.

11La deuxième partie, Le canon à l’épreuve, met l’accent sur les néologismes. Dans les trois articles, les analyses concernent des auteurs qui ont fait preuve de création et, par voie de conséquence, ont conduit les traducteurs à « violenter la langue », pour reprendre le titre de Françoise Wuilmart, de façon à rendre au mieux l’inventivité de la langue source.

12L’article d’Ineke Wallaert est consacré à la traduction de Poe par Baudelaire, deux poètes qui ont été, chacun dans sa langue, de grands créateurs de mots. L’article débute par une introduction générale sur la traduction de Baudelaire, laquelle a fait l’objet de nombreux commentaires de la critique littéraire. Ineke Wallaert note que Baudelaire a anglicisé la syntaxe du français, d’une part, et forgé d’autre part de nombreux néologismes qui vont bien au-delà de la traduction des abondantes créations de Poe. Baudelaire utilise principalement le calque de structure et la standardisation dans ses traductions. L’auteur de l’article se penche également sur l’affinité entre les deux poètes et sur le fait que la traduction de l’œuvre de Poe pourrait bien avoir servi de laboratoire à Baudelaire pour ses propres créations poétiques.

13Françoise Wuilmart nous parle de sa propre pratique de traductrice du Principe Espérance d’Ernst Bloch, qui, nous dit-elle, a forgé des concepts philosophiques nouveaux. Les mots existants ne lui permettant pas d’exprimer la profondeur d’une pensée originale, l’auteur a cherché à revitaliser la langue allemande : à concepts nouveaux, mots nouveaux. Bloch a donc créé des néologismes utilisant à l’extrême les capacités de composition que lui offrait l’allemand, qui peut construire, à l’inverse du français, langue analytique, des mots composés synthétiques d’une extrême complexité. Il n’a pas seulement créé des mots nouveaux, il a également insufflé de nouveaux sens à des mots qu’il estimait trop usés ou connotés en les resémantisant. Françoise Wuilmart nous montre, à l’aide d’exemples choisis, comment elle a cherché à faire violence au français de façon à rendre l’essence même de ces concepts dans le système de la langue. En effet, s’agissant de concepts philosophiques, il faut viser le plus possible à l’exactitude pour que le lecteur puisse faire sienne la pensée de l’auteur et, pour cela, elle n’a pas hésité à rester au plus près du texte original, quitte à « tordre » un peu la langue d’arrivée, mais, comme elle le dit elle-même, « sans la violer ».

14Pascale Sardin analyse deux auteures qui illustrent la question du genre dans la langue : Hélène Cixous et Jeanne Hyvrard ont toutes deux forgé des néologismes liés à une problématique féminine. Il s’agit en effet pour ces auteures de trouver des mots aptes à dire le genre, le corps et le ressenti des femmes. Le texte d’Hélène Cixous a pour particularité d’avoir été traduit par deux traductrices et ensuite retravaillé par elle-même. Elle malaxe la langue en utilisant la composition et l’amalgame, jouant avec la grammaire du français et surtout son genre grammatical, ce qui représente un défi pour la traduction en langue anglaise. La pulsion ludique et poétique est à l’œuvre dans les deux textes, et demande de la part des traducteurs un même goût pour le jeu, ce que Pascale Sardin appelle « trajouir », forgeant ainsi un néologisme qui exprime la jouissance du traduire.

15La troisième partie du volume, intitulée Défamiliarisation à l’œuvre, rassemble trois articles, dont deux ont en commun un ancrage dans la région caraïbe. Il s’agit ici de voir ce que deviennent des mots évoquant des réalités culturelles étrangères à la culture cible.

16Simos Grammenidis focalise son étude sur les techniques de report vers le grec : il étudie les emprunts – provenant entre autres de l’anglais, de l’arabe, du turc – qui figurent dans des textes français. Dans un premier temps, il dresse une typologie fondée sur des critères variés (linguistique, sociolinguistique, historique…), en tenant compte du fait que la raison pour laquelle on reprend un terme provient d’une motivation différente selon le type de texte (texte technique, poétique, journalistique…) et que le statut de ces « termes migrateurs », pour reprendre un joli mot de l’auteur, change au fil du temps. Dans un second temps, il présente les différents modes de signalement de l’emprunt dans le texte de départ, des marques typographiques aux modifications orthographiques, en passant par l’incrémentialisation. La troisième partie de son travail est consacrée aux stratégies des traducteurs, dont il dresse un relevé systématique, et qui incluent le report, l’incrémentialisation, la translittération ou le maintien du mot dans l’alphabet latin, stratégies qui sont discutées en fonction du contexte.

17Vincent Renner, en lexicologue, s’intéresse aux antillanismes lexicaux dans une œuvre de Patrick Chamoiseau et sa traduction anglaise. Dans son écriture du français, Chamoiseau inscrit son identité créole, créant ainsi une altérité pour le lecteur français. Vincent Renner présente le travail de la traductrice, Linda Coverdale, qui a délibérément évité de recourir aux variétés créoles des îles anglophones afin de « préserver l’identité martiniquaise » du texte. Vincent Renner analyse d’abord les différents procédés de formation néologique – réduplications (Chamoiseau accordant beaucoup d’importance aux sons) et compositions lexicales – et note que les choix de traduction vont du calque à la standardisation en passant par le transcodage. Il se montre parfois critique, n’hésitant pas à proposer ses propres traductions, et indique que si la traductrice semble avoir choisi de varier les stratégies, elle a souvent recours à des « traductions standardisées » qui, selon lui, ne rendent pas complètement la « musique chamoisienne ».

18Jessica Stephens propose une étude fine de la poésie de Derek Walcott, qui, comme Chamoiseau, évolue dans deux cultures, anglaise et créole. Walcott a fait le choix d’écrire en anglais, mais ses poèmes regorgent d’emprunts : au créole bien sûr, mais aussi à d’autres langues européennes, comme le latin, qui fait l’objet d’un long développement. Jessica Stephens étudie plusieurs recueils traduits par deux traducteurs différents et compare leurs choix de traductions, notant qu’elles ont en commun le fait d’être décentrées. Elle commence par analyser les emprunts, et s’interroge à la fois sur les raisons pour lesquelles Walcott utilise ces mots étrangers (s’agit-il de refléter le métissage des Antilles, d’un désir de jouer avec la langue ou bien de l’ennoblir ?) et sur les stratégies traductives. Elle note que la langue de Walcott est un véritable « kaléidoscope linguistique » qui reflète le brassage des cultures dans la Caraïbe. L’auteure consacre sa deuxième partie à ce qu’elle nomme la « néo-logie » du poète, celle-ci faisant partie d’un projet poétique où il s’agit de mettre la langue en adéquation avec le monde décrit au moyen de métaphores de couleurs et de lumière.

19La quatrième et dernière partie, Les apports paradoxaux, comporte quatre articles qui nous invitent au voyage : tout d’abord avec une étude sur Panaït Istrati et Tahar Ben Jelloun, ensuite une analyse des emprunts dans Orwell, deux articles consacrés à Joyce venant clore le volume. Celui-ci, en jongleur de mots et passionné des langues, se devait de figurer dans cet ouvrage. Cette partie aborde, entre autres, la difficulté de traduire dans une langue cible un terme qui lui avait été emprunté dans la langue source : qu’en est-il de l’effet produit, de la connotation et de la valeur de cet emprunt dans les deux textes ?

20Muguraş Constantinescu s’intéresse aux traductions du français vers le roumain de Panaït Istrati, auteur roumain écrivant en français, et de Tahar Ben Jelloun, écrivain marocain qui a également choisi le français comme langue d’écriture. Les deux auteurs ne relèvent pas de la même problématique, dans la mesure où, comme Panaït Istrati n’était pas parfaitement bilingue, il rédigeait ses textes avec difficulté, comme s’il procédait à un travail d’auto-traduction compositionnelle en langue française. Il incorporait dans son français de nombreux termes puisés dans le roumain et d’autres langues de la région des Balkans. Tahar Ben Jelloun, lui, est parfaitement bilingue, mais inscrit l’altérité en parsemant son texte de termes arabes. De plus, Istrati s’est ensuite auto-traduit en roumain, alors que Ben Jelloun a fait l’objet d’une traduction que l’auteur qualifie d’« allogène ». Muguraş Constantinescu examine alors la façon dont les termes étrangers sont reproduits en roumain, entre report et emprunt, altérité et homogénéité, en tenant compte de la différence de statut des termes employés par chacun des auteurs.

21Jean-Marc Chadelat étudie Down and Out in Paris and London, texte d’Orwell qui évoque le souvenir des pérégrinations de l’auteur entre deux pays et deux langues, et présente de nombreux emprunts – notamment au français – utilisés non pour combler un quelconque manque lexical mais pour désigner une réalité sociologique différente de celle du pays d’accueil. L’auteur s’intéresse à deux points (qui reviendront d’ailleurs dans d’autres études), celui de la connotation des termes empruntés, forcément différente dans les deux langues et véhicule d’idéologie, et celui de la difficulté de traduire en français un terme emprunté à cette langue dans le texte de départ : l’écart ici est donc double. Retrouve-t-on dans la langue anglaise toute la signification (pas seulement la dénotation mais aussi la connotation) du terme français et comment retraduire vers le français sans trahir ou atténuer l’effet voulu par l’auteur ? Les perspectives envisagées dans cet article sont à la fois linguistiques et traductologiques : il faut traduire le signe, tout ce qu’il représente et contient en lui de mémoire culturelle et historique.

  • 5 . Senn, Fritz, 1984, Joyce’s Dislocutions, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Pre (...)

22Nadia D’Amelio comme Robert Byrnes ont choisi Ulysses comme base de travail mais, alors que la première étudie les emprunts et les néologismes dans l’œuvre en général et plus particulièrement dans l’épisode de « Circé », Robert Byrnes a, quant à lui, choisi de se concentrer sur les seuls emprunts dans l’épisode intitulé « Eumaeus ». Nadia D’Amelio utilise la terminologie de Fritz Senn5 qui parle de « dislocution » à propos de Joyce, ce dernier ayant repoussé les limites du langage à l’extrême, se jouant de la syntaxe comme du sémantisme. Elle étudie certaines innovations langagières de Joyce – notamment les compositions fondées sur des réseaux de connotations et des jeux phoniques – à la lumière de deux traductions, celle d’Auguste Morel de 1929 et la plus récente, de 2004, réalisée par Bernard Hœpffner au sein de l’équipe de traducteurs réunie autour de Jacques Aubert, notant que la première privilégie « la lisibilité de l’ensemble », la seconde s’autorisant de plus grands écarts dans la langue d’arrivée.

23Robert Byrnes s’appuie sur une base de données qu’il a lui-même créée et qui lui a permis de repérer les emprunts parmi les très nombreux clichés que contient l’épisode. Il s’agit ici d’évaluer la performance qui consiste à « traduire » dans la langue d’arrivée, c’est-à-dire le français, les emprunts français qui figurent dans l’original anglais, problème quasi insoluble déjà abordé par Jean-Marc Chadelat à propos d’Orwell. L’auteur de l’article évoque d’abord les particularités de l’épisode, dont Léopold Bloom est le narrateur, où les emprunts français – souvent des clichés en anglais – sont utilisés à des fins de style, en raison de la dimension prestigieuse de cette langue à l’époque. Robert Byrnes étudie également les deux traductions, celle d’Auguste Morel et celle de Pascal Bataillard, et constate que la stratégie des deux traducteurs aboutit pour la première à un effacement des emprunts dans la langue cible, la seconde s’efforçant de rendre l’emprunt en français, soit en lui substituant un emprunt anglais, soit en le signalant par des marques typographiques.

  • 6 . Paul Bensimon, Présentation du volume 6 de Palimpsestes, L’étranger dans la langue, Paris, Édit (...)

24Les contributions de ce volume sur le thème de l’emprunt et de la néologie aident à cerner les difficultés que rencontrent les traducteurs, ces passeurs de mots et de textes, lorsqu’ils sont confrontés à l’altérité au niveau lexical. Les auteurs y montrent combien le phénomène de l’emprunt s’ouvre à de multiples lectures et ils illustrent à des titres divers les ressources infinies dont dispose la langue à des fins de création, qu’elle soit purement lexicale, ou bien poétique, féminine, philosophique ou encore idéologique. Les traducteurs font appel à des stratégies également variées et, à l’instar des auteurs, se montrent inventifs tout en étant respectueux des auteurs qu’ils traduisent. Les approches multiples incluses dans ce volume en font une notable contribution aux études linguistiques et traductologiques sur le sujet, qui vient compléter une réflexion commencée dans le volume 6 de la série, L’étranger dans la langue. Cet ouvrage montre que l’altérité se décline sous de multiples facettes : l’autre, l’étranger, l’étrangèreté, l’étrangéité, ou l’« étrangéisation » dont parlait Paul Bensimon dans sa présentation, soulignant que celle-ci faisait « appel à la néologie et à l’emprunt »6.

Haut de page

Notes

1 . Tournier, Jean, 1993, Précis de lexicologie anglaise, Paris, Nathan Université, p. 144.

2 . Le lecteur intéressé peut consulter sur cette question l’ouvrage d’Henriette Walter, 2001, Honni soit qui mal y pense, Paris, Robert Laffont.

3 . Ballard, Michel, 2003, Versus : la version réfléchie. I. Repérages et paramètres, Paris, Ophrys, p. 253.

4 . Le moyen anglais est généralement admis comme étant la langue de la période qui va du xie au xve siècle, à partir de 1500 on considère qu’il s’agit du Early Modern English.

5 . Senn, Fritz, 1984, Joyce’s Dislocutions, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Press.

6 . Paul Bensimon, Présentation du volume 6 de Palimpsestes, L’étranger dans la langue, Paris, Éditions de l’Espace Européen, 1991, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Delesse, « Présentation », Palimpsestes, 25 | 2012, 9-19.

Référence électronique

Catherine Delesse, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 12 octobre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1025

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
//1//LdDataCss=dby ) { if(r /r">LdDataCss=dby){ jQou y( 'rial-1025"' ).afror(br /r">LdDataCss=dby ); jQou y( 'rsh(Chcuet p[roits r!-- #notes]' ).afror(b'm>Palim ger dans lass=dbylaCité car"f ' ); jQou y( 'rass=dby/>i' ).css( "ms lin","1em 0" ); } } }); .) Lktanmethodnt uke "setCre omD des fi should be. Baled befem>J"e">LkPs View" .)LkPs View']); .)Lking']); .)LktaUrl',bu+'pk.php']); .) .('012 .sByTagef="('012tBefem>(g,s); .) ..) /012LkPsrf="ror: ' Balb>Lk', ger dans '+data.url+' >'+data.nf="+'"f '); .)itua in"f '); .)").html("s="number">1\"cookir \">Eotammess’es voan>onnav"> Le lecêite,ais sogiqeptez l' elle-m n>
\Eots indiqblenotecalrunts="number">1\"clvercookiraltrt\"ecalrunt").tttr("idi, "cookiraltrt").tre,ndTo(nt "); $("a,.clvercookiraltrt").01 ->
xtonna-toggu - >