Navigation – Plan du site
Accueil de la langue et évolution

L’emprunt et le néologisme dans la traduction médiévale : un autre regard

Emmanuelle Roux
p. 23-37

Résumés

Les manuscrits médiévaux peuvent être considérés comme des œuvres uniques puisque chacun recèle des différences textuelles ou physiques par rapport aux autres. Ces différences sont parfois décrites comme étant des « erreurs », entraînant ainsi un jugement critique sur la qualité de la copie. Lorsque les manuscrits présentent de surcroît des traductions en moyen anglais d’un texte français, ce jugement se reporte alors sur la qualité même de la traduction et par conséquent sur le travail du traducteur. Cependant, n’est-il pas dommageable d’accepter que de telles critiques découragent l’éditeur de manuscrit ? Cinq traductions en moyen anglais de La Somme le roi sur les neuf connues à ce jour ont été délaissées, victimes de l’édition d’une autre version, jugée de qualité supérieure : The Book of Vices and Virtues (éd. W. N. Francis, EETS OS 217, Oxford University Press 1942). Maintenant qu’elles sont éditées, ce jugement peut enfin être nuancé : certes, chacune fait preuve de nombre de néologismes et d’emprunts au français, mais, réassociés au contexte spatio-temporel de la rédaction, ils deviennent les caractéristiques inhérentes à chaque version. En leur portant un autre regard, l’emprunt et l’erreur en général se révèlent être des différences qui constituent l’essence même de la traduction et sont la preuve de l’existence d’un traducteur, d’un texte source, et d’un désir de faire rayonner ce texte au niveau européen en apportant un éclairage conséquent sur la mouvance du texte et sur l’évolution de l’anglais à travers le phénomène de traduction depuis le français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un même passage, une même phrase sont copiés deux fois de suite (ou omis) car dans le texte source, (...)
  • 2 Elles peuvent être volontaires si le copiste décide d’intervenir et de modifier le texte sur lequel (...)
  • 3 Je souhaite préciser ici que ce terme ne sera utilisé que dans le cadre des « erreurs mécaniques » (...)

1Pour apporter un regard nouveau sur les traductions à l’étude dans cet article, il faut avant tout comprendre qu’un texte rédigé au Moyen Âge, quel qu’il soit, est une pièce unique. Cette unicité est en grande partie due au caractère humain inhérent à la rédaction de chaque manuscrit, à son lieu de rédaction et/ou de copie (chaque scriptorium avait ses propres règles, méthodes et styles d’écriture) et aux motivations qui ont entraîné son existence (commande particulière ou professionnelle, usage personnel ou collectif, etc.). Deux copies d’un même texte témoignent ainsi de différences, même infimes, qui se matérialisent généralement au niveau de la présentation du codex, de l’encre, de l’écriture ou encore des abréviations utilisées, mais c’est au sein même du texte, des mots, que ces différences vont confirmer le caractère unique du manuscrit. La naturelle imperfection humaine du copiste est dévoilée par les incohérences et les erreurs qui émaillent son œuvre. Elles sont bien souvent liées au passage du regard depuis le texte original vers le texte en copie par une lecture erronée (difficulté paléographique) ou intuitive, un saut du même au même1, des omissions et additions2, etc. L’ensemble de ces erreurs3 dites « mécaniques » varie ou évolue d’une copie à l’autre, formant ainsi l’une des caractéristiques propres à chaque manuscrit. Il convient donc de les repérer, de les signaler et de les utiliser pour comparer les copies entre elles et, en associant toutes les caractéristiques, de définir la nature du texte (autographe ou copie) pour le replacer dans la tradition du texte original et de ses variantes.

  • 4 La Somme le roi est un manuel d’instruction religieuse destiné aux laïcs, commandé par le roi de Fr (...)
  • 5 British Library, MS Royal 18. A. X, 1400-1450, Midlands (E. Roux (ed.), 2010) ; British Library, MS (...)
  • 6 Bodleian Library, MS e. Musaeo 23, 1451, Midlands ; Cambridge, Corpus Christi College, MS 494, xve  (...)

2Mais lorsque l’étude porte sur des manuscrits présentant des traductions d’une langue vernaculaire vers une autre, cette remise en contexte des « erreurs », si elle aide à définir la nature de la traduction, se heurte à une autre problématique : les erreurs ou mé-traductions que comporte le texte peuvent-elles entraîner un jugement sur la qualité de la traduction ? Aujourd’hui, au xxie siècle, lorsque l’on parle de mauvaise traduction ou d’erreur de traduction, notre jugement s’appuie sur un ou plusieurs dictionnaires et sur nos connaissances des deux cultures engagées dans le processus de traduction. En lisant les conclusions que W. N. Francis apporte sur les traductions anglaises de La Somme le roi de Frère Laurent d’Orléans4 dans l’introduction de son édition de The Book of Vices and Virtues (ci-après The Book) en 1942, on comprend pourquoi les autres traductions ont été quelque peu délaissées et non éditées. Il estime, en effet, que : « by the surviving manuscripts, The Book of Vices and Virtues, with its three manuscripts, was the most widely known, since the others appear to be in unique manuscripts » (W. N. Francis (ed.), 1942 : xxxii). Il précise ensuite que The Book présentait la traduction la plus fidèle et proche du texte de La Somme le roi. Il justifie ce choix par une rapide analyse des « erreurs » trouvées dans les manuscrits inédits et qualifie les traductions qu’ils contiennent comme étant quelque peu grossières, littérales et inférieures, et faisant preuve d’un vocabulaire et d’une phraséologie parfois trop calqués sur le texte français. Parmi les neuf traductions en moyen anglais de La Somme le roi connues à ce jour, cinq sont encore inédites (deux5 sont d’ores et déjà publiées, E. Roux (ed.), 2010) et deux ont été éditées dans le cadre de ma thèse de doctorat6. S’il est vrai que The Book est une remarquable traduction anglaise du texte français, le travail de recherche sur les autres traductions et leur édition complète permettent de questionner ce jugement qualitatif dont elles ont fait l’objet. Peut-on encore aujourd’hui porter un regard aussi sévère sur une traduction lorsque les textes soumis à notre appréciation ont été rédigés et traduits aux xive et xve siècles, d’une langue vernaculaire vers une autre, toutes deux en pleine construction ?

3Ce questionnement est survenu lors de mes recherches sur les éditions complètes des quatre traductions en moyen anglais précédemment citées. Premièrement, il fallait comprendre pour quelle raison elles avaient été qualifiées de « trop françaises ». En lisant l’intégralité de ces textes, le lecteur peut rapidement se rendre compte qu’elles présentent en effet de nombreux emprunts au français, et que certaines suivent aussi la syntaxe du texte source de façon très perturbante. Ces emprunts sont parfois directement extraits du texte même de La Somme le roi et, très souvent, issus de l’ancien français. De temps en temps, le mot emprunté subit une anglicisation par l’ajout d’un suffixe anglais. À d’autres moments, c’est au contraire un mot anglais qui subit une francisation par l’ajout d’un suffixe cette fois-ci français, dans le but d’obtenir la bonne catégorie grammaticale (et par « bonne » est sous-entendu la même que celle présente dans le texte source). Les traducteurs médiévaux à l’origine de ces versions ne semblent pas s’être préoccupés de ce que nous appelons aujourd’hui les procédés de traduction : aucune forme flagrante de modulation ou autre transposition, si ce n’est pour une seule adaptation trouvée dans Corpus Christi College, MS 494 f. 20r, et dans e. Musaeo 23 p. 46a, où les traducteurs ont modifié le texte original en remplaçant « li roi est a Paris » par « at London ». Les traductions anglaises recèlent cependant une qualité remarquable : la stabilité du message. Certes, elles ne proposent chacune qu’une partie de l’ensemble des traités qui composent La Somme le roi, mais le message délivré par ce manuel d’instruction religieuse est rigoureusement conservé. Citer, expliquer et convaincre : aucune étape ne manque. Faudrait-il alors en conclure que seule la langue est pointée du doigt dans ces quatre traductions médiévales ? Mais peut-on émettre de tels jugements de valeur sur la qualité de la langue alors qu’elle est en plein développement, encore en devenir, et qu’elle s’attaque de plus à la lourde tâche de traduire une autre langue vernaculaire ?

4Par conséquent, ne conviendrait-il pas de porter un autre regard sur cette langue cible en la réassociant au contexte de rédaction de chacune des versions pour essayer d’analyser, de comprendre et, le cas échéant, d’expliquer les « erreurs » de traduction, pour finalement découvrir qu’elles n’en sont peut-être pas toujours ? Pourquoi les lacunes présentes dans chaque traduction devraient-elles être le simple reflet de son éventuelle mauvaise qualité et ne devraient-elles pas, comme pour tout autre manuscrit, faire l’objet d’une étude approfondie et être remises dans leurs contextes d’écriture ? Lues en intégralité, leurs mé-traductions, leur côté « trop français » qui se révèle par des néologismes et des emprunts au texte français (ou à la langue, en général) sont autant de caractéristiques qui apportent un éclairage conséquent sur deux points très importants.

5D’abord, la mouvance du texte source et du texte cible : les lacunes présentées dans chaque traduction forment un corpus d’exemples dont il ne convient pas de juger de la qualité, mais qu’il faut relier aux autres caractéristiques du manuscrit. Associé à sa présentation générale, à la syntaxe et au vocabulaire utilisés, ce nouveau corpus devient alors le témoin de l’originalité de chaque traduction et aide à déterminer la nature du texte. Avons-nous sous les yeux la copie d’une autre traduction qui aurait subi le phénomène des erreurs mécaniques et autres tentatives d’amélioration du texte par un copiste consciencieux, ou bien est-ce une traduction directe, « le long du fil », subissant les erreurs mécaniques et les défaillances de la main humaine et se heurtant aux lacunes éventuelles du traducteur dans une des deux langues ? Ce que W. N. Francis a vu comme une mauvaise traduction qui copierait le vocabulaire français ou sa syntaxe parce que le traducteur/scribe commet des erreurs, soit en français (qu’il lit mal), soit en anglais (qu’il écrit mal), se révèle être la signature et l’originalité du texte. Nous pouvons alors trouver d’autres qualificatifs à ces essais traductifs et expliquer pourquoi les approximations trouvées pendant le travail d’édition ne devraient pas être aussi rapidement cataloguées comme « erreurs » : les quatre traductions en moyen anglais proposent simplement des versions originales du texte français, avec des différences évidentes si l’on considère qu’elles ont été rédigées à des époques différentes, dans des lieux différents, et par la main de scribes ou traducteurs différents.

6Ensuite, et plus précisément, ce corpus apporte un éclairage conséquent sur l’évolution de l’anglais à travers le phénomène de traduction depuis le français. Il semble injuste d’attribuer systématiquement les mécompréhensions, interférences et lacunes contenues dans la version traduite à la défaillance ou à l’incompétence du traducteur. Si l’on abandonne toute remarque liée au style ou à l’idée de transfert culturel, le regard que l’on va maintenant poser sur des traductions médiévales devient autre. Dans le cas des versions anglaises de La Somme le roi, et en partant des remarques de W. N. Francis, quelques nuances peuvent être apportées sur leur littéralité dénigrée et permettre de débattre moins de leur qualité que de l’intérêt soulevé par ces lacunes et mé-traductions. Le moyen anglais est une langue en construction, en devenir, et ne peut dès lors que se révéler lacunaire lorsqu’on le compare au français, une langue certes non encore fixée, mais bien mieux établie dans son rôle européen de langue noble utilisée pour les actes et écrits officiels. Il est pertinent de se demander si la présence de termes français empruntés ou de néologismes « douteux » dans ces traductions médiévales anglaises ne pourrait être le témoin de l’évolution de l’anglais grâce à l’acquisition de nouveaux termes, de l’étoffement de son vocabulaire par le biais d’une autre langue, plutôt que le simple reflet d’un travail de qualité inférieure.

  • 7 Corpus non exhaustif d’exemples extraits de ma thèse (Roux, 2010) et dont l’étude a été amorcée dan (...)

7Finalement, et pour comprendre l’origine de ces deux fils de réflexion sur le jugement critique porté sur la médiocrité des traductions, il fallait créer un corpus de ces maladresses. Je me suis attachée à répertorier les approximations et interventions flagrantes du français dans les textes anglais, mais ce corpus7 s’est finalement révélé de lui-même dans les glossaires et notes explicatives qui accompagnent les éditions des manuscrits. En laissant de côté la syntaxe et la grammaire, qui mériteraient une étude approfondie personnalisée, les quelques exemples qui vont suivre ont été choisis dans ce corpus de mé-traductions pour en illustrer tout l’intérêt, et sont présentés en trois catégories (non exhaustives) : les emprunts, les néologismes et les « maladresses » involontaires.

  • 8 Revying est considéré comme une « erreur de transmission » pour renying : confusion supposée dans l (...)

8Les emprunts du français par l’anglais sont omniprésents dans les différentes versions anglaises, et contribuent à donner cette impression de médiocrité traductive. Royal 18 A.X., Additional 37677 et e. Musaeo 23 ont le Traité des vices en commun avec La Somme le roi, et lui empruntent certains vocables de manière irrégulière et personnelle. Par exemple, lorsque le texte français parle de renoierie, e. Musaeo 23 et Royal 18 A.X. traduisent respectivement par revying8 et reneynge (comme dans la version de Royal, The Book utilise le terme reneiynge). Le verbe moyen anglais reneien est effectivement issu du vieux français reneier (renier sa foi) et signifie « to renounce » en anglais moderne, lui-même d’origine française (renoncer) et latine (renuntiare). Il est par la suite devenu le verbe anglais renay, tombé en désuétude à la fin du xvie siècle. Mais trois siècles d’existence ne sont tout de même pas négligeables et attestent de la capacité de la langue à assimiler un terme d’origine étrangère. Au contraire, le texte d’Additional présente un terme d’origine anglaise : fals forsaking.

9Un autre exemple flagrant est celui de la traduction du vice de delaiance que Royal 18 A.X. reprend avec delaiynge : l’ajout du suffixe anglais au verbe delay (delaien en moyen anglais) anglicise ce terme d’origine française (delaiier), aujourd’hui complètement intégré à la langue. Les autres versions utilisent des termes d’origine anglaise – puttyng over pour e. Musaeo 23 et untrouthe/untreweþ pour Additional et The Book – qui laisseraient effectivement une impression de mé-traduction pour un lectorat moderne, mais n’en sont pas moins fidèles au texte source quand ils sont ensuite explicités et illustrés.

  • 9 To fail : failen en moyen anglais, issu du verbe français « faillir ».

10Un dernier exemple d’emprunt serait celui d’un terme depuis longtemps maintenant qualifié d’anglais, « to fail9 », décliné sous plusieurs formes par e. Musaeo 23 (fayleth), Royal 18 A.X. (faileþ) et Additional (faylyng), pour traduire « defaut » en moyen français. Cet emprunt parfaitement assimilé par l’anglais moderne ne nous choque pas mais, remis en contexte, il participe pourtant pleinement à l’enrichissement du vocabulaire anglais.

  • 10 R. Hanna, octobre 1989, « Sir Thomas Berkeley and His Patronage », in Speculum, a Journal of Mediev (...)

11Il existe bien sûr quantité d’autres exemples qu’il serait fastidieux d’énumérer ici, mais pour résumer l’effet produit en termes de « trop français », on peut dire que Royal 18 A.X. et The Book utilisent plus de termes français, souvent empruntés directement à La Somme le roi, qu’Additional : celui-ci utilise des termes que l’on retrouve dans The Book mais, cette fois-ci, majoritairement d’origine anglaise. Contrairement aux autres manuscrits, il n’emprunte un terme au texte français, velonye pour traduire vilenie, qu’en une seule occasion. E. Musaeo 23 utilise alternativement le vocabulaire commun à La Somme et à Royal 18 A.X., puis celui que The Book et Additional se partagent. Si l’on souhaite alors parler de « qualité », il nous faut remettre ces caractéristiques propres à chaque traduction en contexte. De par ses emprunts au texte source et à The Book, Royal 18 A.X présente une traduction qui comble ses lacunes par l’utilisation des termes à sa disposition, soit dans le texte français, soit dans l’anglais déjà formé. Additional, en revanche, se révèle être une tentative, maladroite certes, mais réelle, d’anglicisation du texte français. Autre caractéristique commune aux deux versions pourtant indépendantes l’une de l’autre : elles sont toutes deux insérées dans des collections de traités théologiques et ont donc probablement été rédigées dans un but professionnel. Ces recueils de traités devaient certainement servir de base de travail, à l’image d’un exemplier, pour la rédaction de sermons. En conséquence, le contenant, c’est-à-dire la langue employée, semble avoir été délaissé au profit de l’importance du seul contenu, le message délivré par La Somme le roi. Enfin, e. Musaeo 23 est, quant à lui, présenté dans un volume unique et rédigé quelque cinquante années après les deux premières traductions. Il utilise globalement peu de mots empruntés directement au texte source, mais alterne l’emploi d’emprunts au français et de termes d’origine anglaise : il propose une sorte d’essai de traduction dans lequel s’entremêlent le français et l’anglais, mais de façon probablement moins choquante au Moyen Âge qu’aujourd’hui. Cette conclusion concorde avec ce que nous savons sur l’auteur présumé de cette traduction, Sir Robert Shottesbrook10, qui était certainement davantage un lettré appliqué qu’un scribe professionnel. Ce manuscrit donne globalement l’impression d’être le fruit de son apprentissage : le texte n’aurait été que l’occasion de s’essayer à l’écriture et/ou à la traduction. N’étant ni une commande, ni destiné à devenir un outil de travail, ni le fruit d’un traducteur professionnel, il présente des lacunes et maladresses que l’on peut maintenant comprendre à défaut de juger.

12La deuxième catégorie d’exemples porte sur les néologismes. Il est là encore difficile d’en déterminer les occurrences exactes, car ce qu’un lecteur moderne peut définir comme néologisme peut n’être que le résultat d’une lecture erronée ou d’un terme source déjà corrompu et donnant lieu à une traduction dès lors biaisée. De plus, le néologisme est extrêmement ardu à repérer dans une langue en mutation : son éventuelle première apparition ne pourra être clairement établie que lorsque l’ensemble des manuscrits médiévaux inédits seront édités et que le vocabulaire qu’ils contiennent sera par conséquent répertorié et catalogué. Dans ces circonstances, les termes qui ont été qualifiés de néologismes dans le cadre de cette réflexion sont ceux qui n’ont pas encore été répertoriés dans le Middle English Dictionary (MED), ainsi que les mots ne présentant que de très rares occurrences. À ma connaissance, ils ne sont pas non plus cités comme étant à l’origine de mots fixés dans le vocabulaire de l’anglais moderne. Leur propre origine peut parfois s’expliquer, mais certains d’entre eux demeurent encore un mystère en cours d’investigation. En voici quelques exemples qui se concentrent principalement dans e. Musaeo 23 et Corpus Christi College, MS 494 :

  • 11 Les traductions données entre parenthèses sont des propositions personnelles, à titre indicatif.

He beth like the prouede, the wich gode company and order of man defecteth and breketh. (Il était tel l’orgueilleux, celui-là même qui détruit et rompt les amitiés et les liens entre les hommes.) (e. Musaeo 23, p. 5a11)

13Defecteth est utilisé comme verbe signifiant « endommager ». Il n’est pas répertorié sous cette catégorie grammaticale ni pour une telle utilisation dérivée du nom « defect ». Cependant, celle-ci ne pose pas de réel problème de compréhension.

He wratheþ hymselfe and makith ele and taketh a maletalent in hymselfe. (Il se met en colère et devient triste, et éprouve de la rancœur contre lui-même.) (e. Musaeo 23, p. 49b)

14Ele : nouvelle forme orthographique non répertoriée de l’adjectif ille signifiant démoniaque ou triste.

  • 12 Ecclésiastique 18 : 6 (Siracide 18 : 7).

Ffor as seith Salamon, whan they hade all asommed, þen afterwarde hem semed that they hadde all to begynne. (Car comme le dit Salomon, quand ils eurent terminé, alors il leur sembla qu’ils n’en étaient qu’au commencement12.) (e. Musaeo 23, p. 91b)

15Asommed signifie « terminé, complété ». Il n’est pas répertorié dans le MED et est qualifié de « rare » par l’Oxford English Dictionary.

This is aperseying ayen vsereres that woll all daye haue more then they lene, oþer in money oþer in oþer thyng, oþer in services. (Ceci est clairement contre les usuriers qui veulent tout le temps récupérer plus que ce qu’ils prêtent, soit en argent, soit en autres choses, soit en services.) (e. Musaeo 23, f. 112b)

16Aperseying : mis pour apertement. Il s’agit certainement d’une contraction des termes apertly et forseing, tous deux connus du scribe.

These iij. thynges al that groweth yn the erthe must have: erthe covenable, and moystoure norshingable, and heete resonable. (De ces trois choses, tout ce qui grandit dans la terre doit bénéficier : une terre appropriée, une humidité nourrissante, et une chaleur raisonnable.) (Corpus Christi College, MS 494, f. 15r)

17L’adjectif norshingable n’est pas répertorié sous cette orthographe. Il est certainement issu du verbe norsh (adverbe : norshing), qui est lui-même une variante du verbe nourish dont sont issues les seules formes adjectivales répertoriées : nourishable et nourishant.

For yn tayle-ward lyth often the perylious busshement. (Car en la fin, gît la difficulté.) (Corpus Christi College, MS 494, f. 46r)

18Tayle-warde est une traduction de queue dans le sens induit en moyen français du résultat final, de « au final, telles seront les conséquences ». Ce néologisme est probablement utilisé dans un but plus explicatif que traductif, mais on soulignera tout de même l’essai poétique fourni par le traducteur pour coller au texte source, à sa forme proverbiale (chapitre 56, 430, p. 296 « car en la queue gist sovent l’encombrier »), et à la fois angliciser sa version en traduisant le mot queue et en lui ajoutant un simple suffixe.

There ben summe folk wiche kunne not be stylle, wiche rechche not what they seyn, be it trevþe, be it lesyng, wiche ben lyik a melle, withovte ovtshote or stop, þat alwey turneth aftir the curse of the watir of the melle. (Il y a certains hommes qui ne peuvent se taire et qui ne se soucient pas de ce qu’ils peuvent dire, que ce soit la vérité, que ce soit des mensonges ; ils sont comme un moulin sans canal d’amenée ni canal (de sortie), et qui toujours ne font que se laisser porter par le fil de l’eau [au lieu de le contrôler].) (Corpus Christi College, MS 494, f. 114r)

19Stop, utilisé sous la forme d’un nom commun au sens de « canal », est écrit à trois reprises mais n’est pas répertorié dans le MED. L’Oxford English Dictionary date sa première apparition de 1585, après la rédaction de Corpus Christi College, MS 494.

  • 13 La deuxième référence, f. 114v, signifie clairement « gloire » : And the grettest derthe þat may be (...)

20Que la nouveauté de ces termes soit orthographique, sémantique ou morphologique, leur invention est clairement née de la nécessité d’aider à la construction du processus de traduction en palliant certaines lacunes du traducteur et de la langue cible. Un dernier mot pourrait entrer dans cette liste de néologismes médiévaux, mais pourrait également appartenir à la catégorie suivante, intitulée par défaut « maladresses involontaires ». Nous parlons ici du nom commun derthe, défini soit par « gloire » soit par « famine », et dont deux occurrences apparaissent dans Corpus Christi College, MS 494 f. 8v13 : Whan it maketh man, which is but derthe, so hardy […]. Le texte français propose qui n’est fors terre traduit par that is but earth (« earth » au sens de « soil ») en anglais moderne dans les autres traductions. Cet emploi sémantique néologique de derthe signifiant « terre » peut alors s’expliquer par un désir d’en métaphoriser le sens en symbolisant la vanité du monde d’ici-bas et l’origine de l’homme (né de la terre) en contraste avec le paradis qu’il doit conquérir par la vertu. Il se peut aussi que l’orthographe de derthe soit une façon non répertoriée à ce jour d’écrire dirt. Et pourquoi pas une matérialisation graphique du phonème créé par la liaison sonore entre « but » et « earth » ? Enfin, lors du processus de traduction, le traducteur peut aussi être mécaniquement passé de « fors terre » à « de terre » puis à « de earth » comme il le fait régulièrement, en mélangeant les deux langues. C’est en effet ce mélange récurrent des deux langues dans le texte de Corpus Christi College, MS 494 qui le démarque des autres versions, même s’il présente les mêmes caractéristiques d’emprunts au français et de néologismes que celles-ci. Le texte regorge d’exemples de ce que serait sans nul doute une mauvaise traduction pour un lectorat moderne.

21Ce sont des maladresses (notre troisième catégorie d’exemples) qui lui valent pourtant d’être ressenti comme un autographe, c’est-à-dire de la main même du traducteur. Celui-ci a effectivement involontairement émaillé sa traduction de mots français issus de La Somme le roi. Ces termes étant correctement traduits dans d’autres phrases du texte, on ne peut qu’associer leur présence sporadique à une maladresse involontaire due à l’effort mental de traduction et à la fatigue consécutive à l’inattention, l’automatisation. En voici quelques exemples divisés en deux sous-catégories :

22Les maladresses que le scribe/traducteur a lui-même corrigées lors de son travail : des lettres ou des mots français mécaniquement recopiés puis rayés dans le texte, et réécrits en anglais :

[f. 11v] it was seid to hym: “78Lord, Зure modir and 79brothryn asken after Зow”, he answered: “Who is my modir and who been [f. 12r] myn cosynes? […]”.
78 lord] syre lord 79 brothryn] fr brothryn (fr frère)

[f. 15r] a tre wich men callen the tre of lyf, for that þat the fruht had vertu to kepe the lyf of hem which eetyn therof 97withovten deying […].
97 withovten] san withovten

[f. 65v] prelates wiche by there gret coueytise shuln defoyle reyve be extorsyoun and 385etyn the sogettes so that the goode men wiche arun vndyr hem shuln have i-now to suffre […]
385 etyn] man etyn (man manger)

[f. 89r] Gret hope 471vs yeveth `it´ to aske of hym that he deceyueth not […]
471 vs] no vs (no nous)

And therfore owith man to 497keepe it holyly for the resoun that [f. 96v] God it ordeyned.
497 keepe] g keepe (g garder)

23Les maladresses qui sont intégrées dans le texte, sans aucune émendation (en italique dans les exemples) et qui parlent d’elles-mêmes :

[f. 43v] De wiche heere ledith man very meeknesse.

[f. 44r] This tree hath vij. degrees wherbi it growith en hyght.

[f. 47v] Also he makith to a revle wherwith he makith the wal euere and ryght smothe, for the comoun weye of goode men he loveth sans owte fyndyng of ony noveltees.

[f. 55v] This vertu man may not in Romaun si propyrly namen as the vndirstondyng of these woordes seyn yn Latyn.

[f. 58v] The fyrst batayle that the crysten man dooth es ageyn dedly synne.

[f. 60r] So seith Seynt Austyn: He that wysly be confessed and grace fynde ayeinst God owith to seke swych a confessour qui kan bynden and vnbynden’ […].

[f. 61r] and therfore seith Boyce the wyse: If thu wilt the cyrurgeran make the holl, it behovith te to shewe hym thyn woounde’.

[f. 62r] Also, a man owith to seyn the condycyon of the synne for the synne is grend yn a woman maryed or in a mayden, or man or woman of relygyoun, or in persone ordred […].

[f. 68v] As seith Seint Iohn: He þat shal se”, quod he, “his brothyr have mesayse, necessite or nede and shette to ly the lovkes of hys herte […].

[f. 70v] But vndirstonde weel these wurdes that he seith, “of thyn rychesse and of thyn goodes”, and not of othire mennys, as thei doon that welyn doon almesse of that that thei han par wrong ple […].

[f. 108r] Wherfore oure [Lord] seide to Seint Thomas: “For tu hast seen me thu hast beleevyd, but thei be blyssyd wiche han not seen me bodyly and han belevyd on me certaynly”.

24L’ensemble de ces exemples tend à prouver que l’auteur de la traduction avait un texte français sous les yeux, et commettait à la fois des « erreurs mécaniques » et des maladresses liées à l’effort de traduction. Corpus Christi est un volume ne contenant que le texte traduit de La Somme le roi, sans enluminure ni ornement (contrairement à e. Musaeo 23). Il semble avoir été écrit dans un but professionnel pour servir de recueil de sources, certainement là encore pour l’écriture de sermons ou l’étude personnelle d’un clerc. À nouveau, le signifié prévaut sur le signifiant, et seul le message compte. Et le message, dans les quatre traductions étudiées ici, est intact : la rhétorique convaincante et convaincue dont Laurent d’Orléans a doté son texte français est reprise et suivie à la lettre dans les versions anglaises : structure, développement, exempla, citations bibliques, etc.

25Ces approximations à l’origine de la mauvaise réputation des traductions en moyen anglais de La Somme le roi maintenant remises en contexte et expliquées, il faut se rappeler que les traducteurs médiévaux faisaient face à une difficulté supplémentaire en jonglant avec deux langues vernaculaires dont l’une, l’anglais, était alors encore en devenir et comblait ses propres lacunes grâce au français, toujours langue de référence pour les milieux érudits au Moyen Âge. Dans ces circonstances, il ne semble alors plus maladroit d’utiliser des termes français pour combler les lacunes de l’anglais ou celles du traducteur lui-même. De nos jours, l’usage d’un terme étranger (prenons par exemple le latin) dans un texte (par exemple en français) est plutôt considéré positivement. Au Moyen Âge, il marquait tout autant une certaine forme d’érudition, mais, de plus, ne choquait probablement pas un lectorat qui, dès lors qu’il était lettré, lisait forcément le latin et, dans le cas qui nous occupe, le français. Un mot d’origine française dans un texte anglais ne devait pas arrêter le lecteur ni même perturber sa compréhension du texte. L’emploi de termes d’origine française dans le cadre d’une traduction médiévale vers l’anglais n’aurait su dévaloriser l’ensemble du texte, mais au contraire pouvait lui conférer autorité et respectabilité. Dans le même temps, ces emprunts enrichirent le moyen anglais en permettant, comme nous l’avons vu précédemment, de combler quelques lacunes, même si certaines tentatives d’anglicisation de ces termes peuvent paraître farfelues lorsque lues pour la première fois. Au fil du temps, nombre de ces essais se conclurent par l’assimilation complète du mot, et la question de savoir s’il est d’origine française ou anglaise ne se posera plus.

26Pour conclure, et pour en arriver à cette revalorisation de l’emprunt et du néologisme, il faut donc éviter de dissocier le contenu et le contenant dans l’étude du manuscrit. Son histoire ne peut être reconstituée qu’à travers une étude exhaustive : le contenu en parallèle avec la mise en page, la paléographie, les différences textuelles, les originalités et points communs. On ne peut baser son appréciation d’une traduction médiévale sur la qualité de la langue uniquement, surtout au Moyen Âge, sans risquer de passer à côté d’informations précieuses sur l’histoire du texte étudié. Selon les mots de William Rothwell, l’utilisation du français, que ce soit de son lexique ou de sa syntaxe, ne peut être source de critiques négatives au point de délaisser un manuscrit :

So integrated were Anglo-French and English that in hundreds of cases all over late fourteenth-century records it is virtually impossible to decide whether an originally French word is to be considered as still being French or having been already merged into English. (Rothwell, 2000 : 219)

27Les laisser de côté sur le seul jugement de la médiocrité, c’est se priver d’une source importante d’étude de l’évolution de l’anglais au Moyen Âge, fondée sur des emprunts de vocabulaire au français – mais aussi aux autres langues européennes – pour pallier les manques engendrés par la jeunesse de la langue cible. La force d’une langue en devenir est de pouvoir intégrer ces éléments autres, extérieurs, et de les faire siens pour se construire avec eux une identité qui, à terme, l’enrichit et lui permet de se réaliser en tant que langue à part entière. L’activité de traduction est en ce sens un exercice incontournable dans l’histoire de l’anglais qui s’est nourri de plusieurs sources vernaculaires tout au long de sa formation.

28Le « trop français » devient alors une source considérable d’information sur l’évolution de la langue et les techniques de traduction utilisées par les traducteurs médiévaux. L’erreur, ici, serait de vouloir prendre en considération la qualité d’une traduction, quand celle-ci n’est pas lue et étudiée dans son ensemble. Les mé-traductions, lacunes, approximations et étoffements rencontrés dans ces manuscrits médiévaux ont été et sont encore de précieux outils de recherche sur l’origine et la mouvance des textes. L’emprunt et l’erreur en général ne devraient plus être vus que comme des différences, et ces différences, comme l’essence même de la traduction. De bonne qualité ou grossière et littérale pour un œil moderne, une traduction médiévale recèle quantité de caractéristiques qui lui attribuent malgré tout le droit d’exister en tant qu’unique témoin d’une époque et d’un lieu spécifique. Elle est la preuve de l’existence d’un traducteur, d’un texte source, et d’un désir de faire rayonner ce texte au niveau européen, que ce soit pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Haut de page

Bibliographie

Brayer, Édith, et Labie-Leurquin, Anne-Françoise (éds), 2008, La Somme le roi par Frère Laurent, Paris/Abbeville, Société des anciens textes français/Paillart.

Francis, W. Nelson (ed.), 1942, The Book of Vices and Virtues, EETS OS 217, Oxford, Oxford University Press.

Roux, Emmanuelle, 2010, Les Traductions en moyen anglais de La Somme le roi par Frère Laurent, conservées dans les manuscrits e. Musaeo 23 et Corpus Christi College MS 494 : édition critique et étude, Thèse pour le doctorat de Langues, littératures et civilisations des pays anglophones, Poitiers, Université de Poitiers.

— (ed.), 2010, Two Middle English Translations Of Friar Laurent’s Somme le roi: critical edition, Turnhout, Brepols, « Textes vernaculaires du Moyen Âge ».

—, 2011, « Traduire et retraduire le même texte au Moyen Âge : La Somme le roi en anglais », Atelier de traduction, n° 15, Suceava, Editura Universităţii.

Rothwell, William, 2000, « Aspects of Lexical and Morphosyntactical Mixing in the Languages of Medieval England », in Trotter, D. (ed.), Multilingualism in Later Medieval Britain, Cambridge, Brewer, p. 213-232.

Haut de page

Notes

1 Un même passage, une même phrase sont copiés deux fois de suite (ou omis) car dans le texte source, le regard du copiste recherche puis se pose sur le dernier mot mémorisé et copié/traduit dans le texte cible, et il arrive qu’il s’égare dans le texte source en ne se référant pas à la bonne occurrence du terme en question.

2 Elles peuvent être volontaires si le copiste décide d’intervenir et de modifier le texte sur lequel il travaille.

3 Je souhaite préciser ici que ce terme ne sera utilisé que dans le cadre des « erreurs mécaniques » ou fautes de copie avérées.

4 La Somme le roi est un manuel d’instruction religieuse destiné aux laïcs, commandé par le roi de France Philippe III pour permettre à ses sujets d’accéder au savoir religieux nécessaire à tout chrétien. Il se compose de plusieurs traités et principalement : les Dix Commandements, le Credo, le Traité des vices, l’Éloge de la vertu et le Traité des vertus (E. Brayer et A. F. Leurquin-Labie (éds), 2008).

5 British Library, MS Royal 18. A. X, 1400-1450, Midlands (E. Roux (ed.), 2010) ; British Library, MS Additional 37677, 1400-1450, Midlands (E. Roux (ed.), 2010) ; Bodleian Library, MS Ashmole 1286, 1400, Midlands (en cours d’édition). Les cinq versions sont incomplètes dans le sens où chacune ne présente que quelques-uns des traités qui composent le texte original français.

6 Bodleian Library, MS e. Musaeo 23, 1451, Midlands ; Cambridge, Corpus Christi College, MS 494, xve siècle, Midlands.

7 Corpus non exhaustif d’exemples extraits de ma thèse (Roux, 2010) et dont l’étude a été amorcée dans un précédent article (Roux, 2011).

8 Revying est considéré comme une « erreur de transmission » pour renying : confusion supposée dans les jambages entre le « n » et le « u ».

9 To fail : failen en moyen anglais, issu du verbe français « faillir ».

10 R. Hanna, octobre 1989, « Sir Thomas Berkeley and His Patronage », in Speculum, a Journal of Medieval Studies 64, n° 4, Cambridge, Medieval Academy of America, p. 905-906. Ralph Hanna précise que Robert Shottesbrook, Maître dans la maison de Sir Thomas Berkeley autour de 1410, adoubé par le roi Henri V en 1418 et diplomate durant le règne d’Henri VI, s’est lancé dans la traduction de ce texte en 1451 sous l’influence de son maître, l’un des premiers patrons de la traduction en anglais de textes en prose.

11 Les traductions données entre parenthèses sont des propositions personnelles, à titre indicatif.

12 Ecclésiastique 18 : 6 (Siracide 18 : 7).

13 La deuxième référence, f. 114v, signifie clairement « gloire » : And the grettest derthe þat may be is abovte hem of trevthe and of iustnesse […].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Roux, « L’emprunt et le néologisme dans la traduction médiévale : un autre regard », Palimpsestes, 25 | 2012, 23-37.

Référence électronique

Emmanuelle Roux, « L’emprunt et le néologisme dans la traduction médiévale : un autre regard », Palimpsestes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 12 octobre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1027 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1027

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals