Navigation – Plan du site

Les adjectifs composés en X + V + -ing : prédication, collocations, traductions

Hélène Chuquet et Michel Paillard
p. 13-34

Résumés

Cet article explore la diversité des traductions en français des adjectifs composés anglais du type X + V + -ing. L’incidence sur la classe des adjectifs composés des modes de formation lexicale dominants dans les deux langues se trouve d’abord reflétée par l’éventail des traductions fournies par le dictionnaire bilingue. Les résultats obtenus sont ensuite mis à l’épreuve d’un corpus parallèle bi-directionnel de textes journalistiques et littéraires dont l’analyse contrastive permet de dégager des régularités dans les stratégies de traduction mises en œuvre, de mettre au jour certaines spécificités de comportement liées au genre textuel et de montrer le rôle particulier de ces adjectifs dans la représentation de la perception.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude porte un regard contrastif sur les adjectifs composés anglais en X + V + -ing (time-consuming, far-reaching) et leur traduction en français, du point de vue lexicologique et énonciatif. Elle prend pour point de départ des données lexicographiques dans le sens anglais-français pour ensuite explorer un corpus textuel bilingue, dont les originaux sont à part égale dans l’une et l’autre langue. L’élargissement de l’éventail des choix de traduction inhérent au passage du lexicographique au textuel authentique se double ici du fait qu’une part importante des adjectifs de ce type attestés en anglais ne sont pas enregistrés dans les dictionnaires : ils sont en effet formés sur un patron de formation lexicale si productif et sémantiquement transparent et forment une classe ouverte si vaste que les dictionnaires n’éprouvent pas le besoin (et n’auraient pas la place) de leur consacrer à tous une entrée.

2La traduction de ces adjectifs composés reflète de façon spectaculaire des différences radicales de structure morpho-syntaxique entre l’anglais et le français. Elle révèle en outre pour certains d’entre eux, dans le jeu des opérations de qualification, des différences régulières dans la représentation de la perception.

Les adjectifs composés dans la formation lexicale

3Même si les classifications ne sont pas toujours aisées, les adjectifs composés viennent loin derrière les noms composés en ce qui concerne leur nombre dans le lexique, l’éventail des types et la diversité des relations sémantiques, comme le souligne par exemple Tournier (1985 : 121) pour l’anglais. Nous verrons que ceci vaut a fortiori pour le français, même si l’on peut faire valoir que certains types sont négligés dans les classifications qui ont cours.

4Il est entendu depuis Benveniste (1974 : 145) que la composition est sous-tendue par une « micro-syntaxe », dont cependant elle s’abstrait pour « transférer au virtuel le rapport actuel de prédication » (ibid. : 161). On sait que l’une des sources de difficulté face à la composition nominale est son caractère elliptique et l’absence en surface, dans la plupart des cas, de l’élément prédicatif, qu’il faut rétablir en même temps que la structure argumentale. L’adjectif composé, quant à lui, a pour tête syntaxique un adjectif, qui constitue un prédicat, ou un participe, dont la nature prédicative est encore plus explicite. C’est pourquoi il est assez rare qu’un adjectif composé soit difficile à interpréter. Il peut, en revanche, être difficile à traduire car la productivité des divers patrons morphologiques possibles varie considérablement d’une langue à l’autre.

Les principaux types d’adjectifs composés

5Les exemples d’adjectifs composés qui viennent le plus spontanément à l’esprit sont soit les associations de deux adjectifs tels que bleu-gris ou franco-allemand, soit les composés à tête participiale comme le français bien élevé ou l’anglais good-looking. En anglais, près de 60 % des adjectifs composés sont morphologiquement identifiés par une terminaison en -ed1 (50 %) ou en -ing (10 %), selon les décomptes à base lexicographique de Tournier (1985 : 122-123 ; 1988 : 77), qui les classe par ordre de fréquence décroissante de la manière suivante :

Tableau 1 – Les adjectifs composés anglais : fréquence des types
(Source : Tournier, 1985, 1988)

Type

Pourcentage
approximatif

Exemples

A + N + -ed
N + N + -ed

26
12,5

broad-brimmed
wasp-waisted

N + Vn
N + A
Adv + Vn
N + Vg
A + N
Adv + Vg
Adv + A
A + A

12
10
9,5
7
6,5
2,5
1,5
1,5

star-spangled
seasick
well-dressed
hair-raising
first class
far-seeing
evergreen
dark blue

Types < 1 %
dont A + Vg

11 % au total

British-built, smoking-hot,
fine-looking, rough-and-ready

6Les deux variantes (N + Vg et Adv + Vg) du schéma qui nous occupe apparaissent d’une fréquence assez faible, inférieure à celle du schéma concurrent avec participe passé, et, comme dans celui-ci, la variante avec Nom est sensiblement plus fréquente que la variante avec Adverbe.

7En français, la place relative des adjectifs composés est présentée comme très réduite puisque les deux seuls types couramment cités2 sont le type A + A (bleu-gris) et sa variante Adjectif de couleur + N (bleu ciel), et le type Adv + Participe, ce dernier illustré par un nombre limité de participes passés (bien élevé, haut placé, court-vêtu, frais pondu, clairsemé) et encore plus limité de participes présents (clairvoyant), point sur lequel nous reviendrons plus loin. Quelques auteurs indiquent cependant deux autres types qui, comme dans le domaine nominal, sont de nature à augmenter considérablement l’extension du domaine reconnu des adjectifs composés.

8L’un est le vaste ensemble des composés néo-classiques (anthropophage, centrifuge, mythomane, pétrolifère, etc.), adjectifs et noms pour certains, caractéristiques du vocabulaire savant mais dont beaucoup se sont banalisés dans la langue standard (Guilbert, 1972 ; Béchade, 1992).

9L’autre est la classe multiforme des « syntagmes adjectivés » (Lehmann et Martin-Berthet, 1998 : 178), aussi appelés « adjectivaux » (Gross, 1996 : 93) : syntagmes prépositionnels (à la mode, d’accord, en forme) ou autres unités polylexicales (bon marché, comme il faut, tape-à-l’œil).

10Or ces deux classes d’unités (qui sont par ailleurs représentées dans le système de l’anglais) se retrouvent par endroits dans les traductions des adjectifs en X + V + -ing.

Les causes structurelles des problèmes de traduction des adjectifs en X + V + -ing

11Les éléments d’un bilan contrastif systématique sont esquissés dans Paillard (2000 : 52-53) sous forme d’un tableau mettant en regard les types morphologiquement disponibles en vue d’une évaluation de leur productivité relative. Nous n’en reproduisons ci-dessous que les deux lignes qui nous concernent :

Tableau 2 – Les adjectifs composés X + Participe présent en anglais et en français

N + V + -ing

fire-resisting, breathtaking,
law-abiding, man-eating

résistant au feu

Adv + V + -ing

hard-working, easy-going,
close-fitting, well-meaning

clairvoyant, bienveillant

(Source : Paillard, 2000 : 52-53)

12Sur la ligne Adv + Participe présent, face à l’abondance des items en anglais, les adjectifs formés sur le même schéma se révèlent être en nombre très limité et impliquer principalement les adverbes évaluatifs antonymes bien et mal (bienfaisant, bien-pensant, malodorant, malveillant). Le caractère daté et partiellement opacifié de certains, comme bienséant, mécréant et le remarquable outrecuidant3 confirme qu’il s’agit d’un paradigme résiduel, même s’il a connu récemment une modeste réactivation avec malvoyant et malentendant.

13Sur le schéma N + Participe présent, le français n’a pratiquement pas d’adjectifs (le résiduel lieutenant est un nom) en dehors du cas particulier relativement récent constitué par auto-lubrifiant, auto-collant, auto-suffisant, auto-nettoyant. Face à fire-resisting et man-eating, le français a, dans l’ordre roman, résistant au feu et mangeur d’hommes, relayé par le néo-classique anthropophage, qui a comme le composé anglais l’élément processif à droite.

14Pour le reste, sur les deux lignes, ces adjectifs seront traduits sur d’autres modèles :

  1. adjectifs non composés suffixés en -ant (stupéfiant, moulant), souvent étymologiquement préfixés (époustouflant, accommodant) ;

  2. adjectifs dérivés portant un autre suffixe (travailleur) ;

  3. composés d’un autre type, par exemple avec participe passé (bien-intentionné), ou de type Adj + Prep + V (facile à vivre) ;

  4. au-delà du syntagme lexicalisé, traduction périphrastique sous forme de proposition relative (qui ne s’en fait pas).

15L’ensemble du tableau contrastif fait ressortir les causes structurelles profondes du décalage entre l’anglais et le français sur ces composés dits synthétiques, en relation avec une construction verbale :

  1. L’opposition entre ordre germanique « régressif », qui fait remonter à gauche le complément ou le circonstant, et l’ordre roman inverse, « progressif », orienté à droite. Le contraste est le même pour les adjectifs en X + V + -ing que pour les noms composés en X + V + -er, parfois formés sur les mêmes bases (job-seeking, job-seeker ; church-going, church-goer).

    La prépondérance en anglais de la composition, impliquant deux bases, là où le français exploite la dérivation, sur une seule base. La conséquence en est ici que, selon les corpus, entre un quart et un tiers des traductions sont des adjectifs simples suffixés en -ant ou formés avec d’autres suffixes. Le contraste général composition-dérivation se retrouve régulièrement illustré dans notre corpus textuel, comme dans l’exemple journalistique (1)4.

Du lexicographique au textuel

16Notre corpus de départ est constitué de 100 adjectifs composés anglais en X + V + -ing ayant une entrée dans le dictionnaire anglais-français Robert et Collins. Nous en donnons ci-dessous un échantillon représentatif d’une douzaine d’items.

Tableau 3 – Équivalents des adjectifs X + V + -ing
dans le dictionnaire Robert & Collins : échantillon

N + V + -ing

-ant

suff.

SP

Sub.

autre

breathtaking

stupéfiant, à vous couper le souffle

x

x

card-carrying member

membre, adhérent

x

x

daylight-saving time

(Brit) heure d’été

x

ear-splitting

(scream) strident, (din) fracassant

x

earth-shattering

(fig) stupéfiant

x

English-speaking

qui parle anglais, (nation, etc.) anglophone

x

x

Adv + V + -ing

-ant

suff.

SP

Sub.

autre

easy-going

accommodant, facile à vivre,qui ne s’en fait pas

x

x

everlasting

éternel

x

far-reaching

d’une portée considérable

x

far-seeing

prévoyant, clairvoyant, qui voit loin

x

fast-moving

en mouvement constant

x

forthcoming

(book) à paraître, (person) ouvert, communicatif

x

x

x

17Pour la moitié des entrées, deux traductions ou plus sont proposées, souvent nettement différentes par la syntaxe et le registre. Un décompte a été fait en cinq catégories dont les quatre premières ont été mentionnées plus haut.

Tableau 4 – Équivalents des adjectifs X + V + -ing
dans le dictionnaire Robert & Collins : pourcentage par type

Adjectifs non composés suffixés en -ant

20 %

Adjectifs dérivés portant un autre suffixe

15 %

Syntagme prépositionnel

17 %

Subordonnée (relative ou participiale)

24 %

Autres traductions

24 %

18La proportion relativement élevée de traductions par des adjectifs en
-ant et par une subordonnée (relative le plus souvent) s’explique, outre les contraintes structurelles rappelées plus haut, par le caractère propre du dictionnaire bilingue, qui accentue dans les traductions deux effets opposés de ces contraintes :

  1. tantôt il privilégie le maintien en français, là où c’est possible, d’une terminaison participiale ou, à défaut, d’une autre suffixation ;

  2. tantôt il cherche à rendre compte du sens aussi précisément que possible au moyen d’une périphrase, qui constitue parfois davantage une explication qu’une traduction.

19Tout se passe donc comme si le français, face aux composés germaniques, avait le choix entre faire plus court, puisque sans composition, ou au contraire plus long, par des moyens syntaxiques.

20Si pour certaines entrées la traduction semble lourde car périphrastique, pour d’autres, en revanche, le français apparaît plus concis et plus abstrait, par exemple face à card-carrying ou earth-shattering. Ces adjectifs sont représentatifs à la fois de la productivité du schéma, qui nourrit des clichés indéfiniment exploités en anglais, et des inévitables blocages et modulations dans la traduction vers le français. En effet, en anglais, la qualification thématisée en épithète met en avant une précision métonymique que la traduction ne peut conserver sous la même forme adjectivale. L’embarras du français sur card-carrying est reflété de façon spectaculaire par l’éventail des traductions que nous avons pu relever en élargissant nos sources lexicographiques et textuelles :

Tableau 5 – Traductions en français de l’adjectif anglais card-carrying567

Robert & Collins

card-carrying member

membre, adhérent

Hachette-Oxford

card-carrying [member, etc.]

militant

Meertens (1999) 5

card-carrying

a) affilié (à un parti, syndicat)
b) typique, bien représentatif
c) convaincu

Corpus PLECI 6

card-carrying NRA members
a card-carrying party member
a hundred new card-carrying members

membres actifs
un de ses membres officiels
cent nouveaux encartés

Autres

card-carrying Shakespearian 7

shakespearien patenté

card-carrying [member]

qui a sa carte (du parti, etc.)

21On peut ainsi arriver, dans des cas extrêmes comme celui-ci, à une douzaine de traductions du même adjectif, dont la moitié enregistrée dans les dictionnaires. On note ici comme ailleurs la place prise en français par la dérivation suffixale (-if, -ique, -iel) ou préfixale (en-) et la modulation aspectuelle récurrente au profit du participe passé (affilié, convaincu, encarté).

22De façon générale, l’analyse de notre corpus textuel bilingue fera naturellement apparaître une large diversification des traductions par le biais de transpositions syntaxiques et de modulations sémantiques.

Les adjectifs en X + V + -ing à l’épreuve du corpus

23L’étude sur corpus menée en complément des données lexicographiques permet d’apporter un éclairage intéressant au fonctionnement en contexte de ces adjectifs composés en X + V + -ing. Sans prétendre à l’exhaustivité, ni à une véritable fiabilité statistique, nous fournirons tout d’abord quelques données quantitatives livrées par le corpus, permettant d’établir certaines corrélations entre type de comportement des adjectifs et genres textuels, avant de chercher à en dégager certaines régularités dans les solutions proposées en traduction, et enfin d’examiner d’un peu plus près une catégorie particulière d’adjectifs qui font intervenir le marquage (ou non) du point de vue dans l’une et l’autre langue.

Distribution des types d’adjectifs dans le corpus

24Notre corpus bi-directionnel de textes journalistiques et littéraires, issus du corpus PLECI, est composé comme suit : des originaux anglais d’articles de presse, traduits en français ; des originaux anglais d’extraits de romans et de nouvelles du xxe siècle, et leur traduction française ; des originaux français d’articles de presse, traduits en anglais ; un corpus littéraire français homogène, constitué de romans de Jules Verne et de leur traduction en anglais, disponible dans la base de données textuelles électronique Gutenberg e-texts.

25La recherche systématique d’occurrences a porté sur le corpus
anglais > français, le corpus français > anglais étant utilisé de façon plus sélective à des fins de vérification. Afin de pouvoir procéder à l’interrogation automatique du corpus, à l’aide du logiciel de concordance multilingue Paraconc8, nous avons dû faire un choix concernant la forme graphique des séquences recherchées, nous limitant aux adjectifs composés comportant un trait d’union, ce qui permettait de prendre en compte toutes les séquences de la forme « *-*ing », * étant un joker représentant une suite indéterminée de caractères.

26L’étude a porté sur un total de 242 énoncés, dont le tableau 6 donne la répartition globale :

Tableau 6 – Répartition des énoncés retenus dans le corpus

Sens anglais > français

Sens français > anglais

Corpus journalistique
(257 400 mots)

Corpus littéraire
(226 900 mots)

Corpus journalistique
(364 600 mots)

Corpus littéraire
(214 300 mots)

96 énoncés

49 énoncés

77 énoncés

20 énoncés

27Dans la classe des composés de la forme N + V-ing, où le nom occupe la fonction d’objet direct du V-ing, nous avons été confrontés au problème de la frontière, parfois floue, entre adjectifs composés et composés nominaux dans lesquels V-ing est un gérondif (Adams, 2001 : 91). Si nous avons éliminé ceux qui étaient clairement et purement nominaux (par exemple : power-sharing problems, contract-farming system), en revanche, l’ambiguïté entre statut adjectival ou nominal de la séquence nous a, dans certains cas, poussés à les inclure dans l’étude, en raison également des similitudes dans les traductions françaises des deux types de composés. C’est ainsi que dans la partie journalistique du corpus, les deux sens de traduction confondus, nous avons identifié, sur les 173 énoncés retenus, 18 cas ambigus, dont telephone-answering machines fournit une illustration dans l’exemple (2).

28L’examen de la syntaxe interne de ces composés, des fonctions occupées par chacun des constituants, et de leur mode d’insertion dans les énoncés est résumé dans les tableaux 7 et 8, et permet de formuler certaines hypothèses sur un clivage assez net entre les deux genres textuels illustrés par notre corpus.

Tableau 7 – Mode d’insertion dans l’énoncé

Epithète

Attribut

Apposé

Journalistique A>F (96)

92

4

0

Journalistique F>A (77)

71

5

1

Littéraire A>F (49)

35

8

6

Littéraire F>A (20)

16

3

1

Total : 242

214

20

8

29Si l’ensemble du corpus offre une grande majorité d’occurrences de ces adjectifs composés en position d’épithète (88,4 % du total), cette majorité apparaît comme écrasante dans les textes journalistiques (respectivement 95,8 % et 92,2 %), mais plus relative dans les textes littéraires, notamment dans le corpus d’originaux anglais, où les épithètes ne représentent que 70 %, à côté des attributs et des appositions. Ces premières observations appellent deux remarques :

30– La prépondérance de la position épithète rend d’autant plus délicate la traduction de ces adjectifs composés, car ils présentent non seulement les difficultés, déjà doubles, liées à la traduction de -ing et des formes synthétiques que sont les composés germaniques (voir supra p. 17 à 19, et Ballard, 2004 : 46), mais plus généralement relèvent des problèmes de traduction posés par la qualification adjectivale, et en particulier des séries d’adjectifs épithètes en position pré-nominale (Khalifa et al., 1998 : 32-35). Il apparaît en effet dans le corpus des séquences tout à fait frappantes dans lesquelles les composés (adjectifs en V-ing, en V-ed et noms composés) forment de véritables séries en cascade, nécessitant dans la traduction divers réagencements et transpositions, comme en (3) et (4).

31– La présence quasi-exclusive d’adjectifs composés épithètes dans les textes de presse reflète le degré de préconstruction de la qualification, la séquence Adjectif + Nom étant fréquemment perçue comme une collocation standard, voire figée, et pouvant même aller jusqu’à faire de ces adjectifs de véritables classifiants. La proportion plus élevée (quoique modeste) d’adjectifs attributs ou apposés dans les textes littéraires serait au contraire la trace de la construction de la qualification dans l’énoncé même, caractéristique de textes descriptifs9. La comparaison des exemples (5) à (7), tirés de la presse, aux énoncés (8) et (9), extraits du corpus littéraire, paraît assez éloquente sur ce point.

32La distinction entre les deux genres textuels peut être encore affinée si l’on regarde à présent la formation même des adjectifs composés du corpus, ainsi que les relations syntactico-sémantiques qui les sous-tendent :

Tableau 8 – Relations syntactico-sémantiques sous-jacentes

Nom + V-ing
Objet
Verbe

Nom + V-ing
Circonstant Verbe

Adverbe + V-ing

Adjectif + V-ing
Qualité
Perception

Exemples

pleasure loving youngsters

a sea-faring gentleman

a slow-moving stream

an official-looking envelope

Journalistique A>F

55

3

35

3

Journalistique F>A

44

1

28

4

Littéraire A>F

12

2

12

23

Littéraire F>A

8

1

2

9

Total

119

7

77

39

33On observe ici une différence très nette entre les deux genres textuels, s’agissant du type d’adjectif représenté dans la dernière colonne du tableau : adjectif + participe d’un verbe de perception (majoritairement looking, mais aussi sounding et seeming)10. Ceux-ci représentent en effet la majorité (presque 50 %) dans le corpus littéraire, tant dans les originaux anglais que dans les traductions depuis le français, alors qu’ils n’apparaissent que très minoritairement dans le corpus journalistique. D’un point de vue traductologique, cette catégorie d’adjectifs présente un intérêt particulier, et nous y reviendrons plus loin.

34La distribution entre le type Nom objet + V-ing et Adverbe + V-ing est relativement équilibrée : 50/50 dans le corpus littéraire anglais > français (le corpus littéraire français > anglais ne comportant pas suffisamment d’occurrences pour pouvoir être considéré comme représentatif), de l’ordre de 60/40 dans le corpus journalistique, la prépondérance de Nom + V-ing dans ce dernier pouvant sans doute s’expliquer par la présence des cas ambigus (composés adjectivaux ou nominaux) évoqués plus haut.

35Dans le corpus journalistique, c’est le caractère très fortement collocationnel et phraséologique de ces items lexicaux qui est particulièrement frappant, et ce pour les deux catégories dominantes. Certaines récurrences, illustrées dans les tableaux 9 et 10 ci-dessous11, confirment le caractère quasi figé de ces collocations contraintes, les restrictions étant telles que l’on en arrive à une collocation unique, telle card-carrying member (voir plus haut, tableau 5). Face à l’échantillon de composés proposés ci-dessous, on observera la variété des modes de dérivation en français :

Tableau 9 – Collocations récurrentes dans la catégorie Nom + V-ing

N-producing

the main hog-producing state

coal-producing countries
44 milk-producing regions

a strictly gold-producing group
a major oil-producing country
its grain-producing area

>

<
>

<
<
<

le premier producteur des États-Unis
pays producteurs de charbon
44 régions de production laitière
un groupe strictement aurifère
pays pétrolier
qui en est le grenier

self-V-ing

make Japan self-supporting

the Earth as a self-regulating organism
every boxer clings to the self-serving notion that…
the only self-respecting thing to do was to “solidarise” with…

>

>

>

>

le Japon deviendrait autosuffisant
la Terre comme organisme autorégulé
chaque boxeur s’accroche à l’idée qu’il…
mieux valait se solidariser…

all-V-ing

one all-embracing accord
these days of all-pervading revisionism
the all-embracing commercial atmosphere in the country

<
<

>

un accord global
ces temps de révisionnisme ambiant
une atmosphère marchande qui imprègne tout le pays

Tableau 10 – Collocations récurrentes dans la catégorie Adverbe + V-ing

fast (-er/
-est) -
V-ing

by faster-growing firms

another fast-growing black town
the fast-dwindling ranks of…

the fastest-growing employer in the land
there is now a fast-growing adult readership
the fast-changing political moods

>

<

<

>

<

>

des sociétés au développement plus rapide
une autre ville noire en pleine expansion
aux rangs de plus en plus clairsemés
le principal employeur du pays

son succès auprès des adultes ne cesse de s’amplifier
l’instabilité politique

ever-V-ing

the ever-increasing rate of change
require ever-growing resources

an ever-widening gap between…
the ever-growing size of its domestic debt
ever-rising farm productivity

>

>

<

>

>

un taux toujours croissant de changements
nécessiteront l’engagement de moyens toujours accrus
décalage de plus en plus considérable
son endettement intérieur, en perpétuelle augmentation
l’amélioration constante de la productivité agricole

far-reaching

far-reaching though some of these reforms may be…
demanding far-reaching restructuring
a promise of far-reaching autonomy
more far-reaching imperial ambitions

>

>

<

<

pour importantes qu’elles soient, ces réformes…
imposer des restructurations d’envergure
la promesse d’une forte autonomie
une ambition impériale plus vaste

long-standing

a long-standing theorist of a belligerent conservatism
the long-standing friction between…
with long-standing links with the Medellin cartels
to resolve a long-standing ambiguity

>

>

<

<

théoricien de longue date d’un conservatisme agressif
le désaccord de longue date entre…
longtemps liés aux cartels de Medellin
devront lever une vieille ambiguïté

wide-ranging

agreement on a wide-ranging autonomy
a wide-ranging review
the wide-ranging clandestine operations

>

>
<

accord sur une autonomie substantielle
une révision en profondeur
les opérations clandestines de grande envergure

36Il est vraisemblable que la récurrence de certains adjectifs de la première série (par exemple N-producing, ou encore card-carrying) est imputable non seulement au genre journalistique, mais au type même d’articles contenus dans le corpus (pour l’essentiel presse de qualité, traitant de sujets politiques, économiques, de société et internationaux), voire au contenu de certains articles retenus lors de la constitution du corpus ; comme pour tout travail sur corpus, il faut être prudent, mais il semble néanmoins possible de généraliser ces observations à propos des adjectifs en self-V-ing ou all-V-ing. Quant aux items de la série Adverbe + V-ing, il est clair qu’ils constituent des composés figés, d’usage extrêmement fréquent, dont l’élément adverbial appartient au domaine de la quantification / qualification temporelle ou spatiale, et qui pour certains (par exemple far-reaching ou long-standing) sont à peine perçus comme des composés.

À la recherche de régularités dans les traductions

37La variété des traductions que l’on aura pu observer dans les deux tableaux ci-dessus donne une idée de la difficulté à dégager des régularités, tant s’entrecroisent une multitude de critères de choix, parmi lesquels le type de formation de l’adjectif, son caractère plus ou moins figé ou, au contraire, de création originale, son occurrence de façon isolée ou en séquence, etc.

38Nous n’avons tenté de fournir des données chiffrées que sur une partie des énoncés étudiés, ceux qui apparaissent dans le corpus journalistique anglais > français. Les résultats sont présentés dans le tableau 11, classés par ordre de fréquence, le total des types de traduction proposés dépassant le nombre des 96 énoncés examinés, car il arrive fréquemment que plusieurs procédés soient à l’œuvre dans la traduction d’un seul et même adjectif dans son contexte.

Tableau 11 – Distribution des types de traduction dans le corpus journalistique anglais > français

Procédé utilisé

Nb. d’occ

Exemples

1. Syntagme prépositionnel

26

lending their brand names to profit-making enterprise

louant leur « marque » à des entreprises à but lucratif

2. Réagencements impliquant transpositions

22

the paper’s advocacy of free-flowing electronic commerce
stumbled across the village but had no clear idea of who its
unfamiliar-looking inhabitants might be

le plaidoyer du rapport pour un libre flux du commerce électronique
tombèrent par hasard sur ce village mais sans pouvoir identifier clairement ses habitants,
dotés d’une étrange physionomie

3. Autre affixe (sur nom ou adjectif)

18

the usual America-bashing nationalists
an even
freer-spending Hollywood team

les nationalistes antiaméricains de toujours
une équipe de Hollywood encore
plus dépensière

4. Périphrase (relative ou participiale)

11

radio smog emitted by the fleets of low-orbiting communications satellites

some very
disturbed-sounding people began showing up

le brouillard radio émis par les satellites de communication évoluant en orbite basse
des gens
qui avaient l’air vraiment détraqué ont commencé à faire leur apparition

5. Modulation (notamment de type aspectuel)

9

in addition to its publicity-grabbing investigation into fraud

outre son rapport très médiatisé sur la fraude

6. Adjectif simple

8

a lot of competition from fast-moving newcomers

what that did was to drive the international negotiations into a quagmire of
mind-boggling detail

la concurrence est le fait de nouveaux venus dynamiques
les négociations internationales se sont laissé entraîner dans un bourbier de détails
techniques

7. Adjectif en -ant non composé

6

it was an awe-inspiring sight
have resisted the
mind-deadening patriotism post-9/11

le tableau était impressionnant
ont pris leurs distances avec le chœur patriotique
abrutissant

8. Non-traduction

7

especially as they relate to the consciousness-creating cultural industries
the culprit, in the record companies’ view is a
harmless-sounding compression technology called… MP3

particulièrement dans les industries culturelles


le coupable, pour l’industrie du disque, est un format de compression… connu sous le nom de MP3

39À partir des échantillons proposés dans les tableaux 9, 10 et 11 ci-dessus, et en se fondant sur l’étude de l’ensemble du corpus textuel, on peut dégager un certain nombre de régularités :

40– On constate des équivalences assez constantes entre collocations plus ou moins figées dans les deux langues, notamment en ce qui concerne les traductions par syntagme prépositionnel ou « adjectivaux », en particulier pour les adjectifs en Adverbe + V-ing, par exemple : long-standing : de longue date ; wide-ranging : en profondeur / d’envergure ; c’est d’ailleurs pour ces cas de figure que le dictionnaire bilingue Robert & Collins offre le moins de « choix » dans les équivalents proposés.

41– On note en français la prépondérance des adjectifs non composés : il s’agit majoritairement de dérivés – dans bien des cas savants, face aux composés en Nom + V-ing (par exemple aurifère, calorifique…) –, d’adjectifs simples (dynamique, global, technique…) et de quelques adjectifs non composés suffixés en -ant : impressionnant, croissant, abrutissant

42– Il est intéressant d’observer que la traduction par une proposition relative est relativement peu fréquente, contrairement à ce que l’on pourrait croire, eu égard au caractère prédicatif de ces adjectifs composés. Si l’on trouve quelques relatives en face des composés renvoyant à une relation verbe-objet, par exemple dans l’énoncé (10), cette explicitation de la relation n’a lieu que rarement (une seule occurrence sur sept) lorsque l’on a affaire à une relation de type verbe – circonstant, comme en (11).

43Dans les deux cas cités, la traduction par une relative au présent n’est d’ailleurs pas satisfaisante, dans la mesure où elle gomme le caractère générique de la qualification (propriété attribuée par le biais de l’adjectif composé en -ing). Cette généricité serait pour le moins à marquer par un pluriel en français (par exemple : une fille qui jette ses soutien-gorge [aux orties]), ou encore par l’explicitation de l’attribution de propriété (une espèce capable de naviguer dans l’espace).

44– Un tiers environ des adjectifs composés relevés dans notre corpus textuel donnent lieu dans la traduction à divers réagencements. Phénomène déjà évoqué plus haut à propos de l’exemple (3), où la séquence de composés engendre toute une gamme de transpositions, c’est également le cas pour certains composés en self-, à qui il arrive de n’être pas traduits (voir plus haut, tableau 9), ou qui appellent à tout le moins une transposition (exemple [12]) ou une modulation aspectuelle (exemple [13]).

45Mais ce sont avant tout les composés de type adverbe + V-ing qui « résistent » à la traduction, et ce d’autant plus qu’ils ont un emploi figé ou métaphorique. On observera ainsi le réagencement et l’étoffement mis en œuvre dans l’exemple (14) où, dans le cadre de la proposition relative, le sémantisme à la fois du substantif impact et du verbe promettre restitue, sur le plan de la visée modale, les implications de far-reaching, le tout dans le cadre d’une double collocation fortement lexicalisée en français : impact considérable et promet d’être. Et l’on remarquera le choix, intéressant, de composés en Xward-looking12 pour traduire des qualifications relevant de la métaphore-cliché ou de collocations toutes faites, dans des exemples tels (15) et (16), traduits du français.

46– Et l’on en arrive aux cas où le composé n’est que partiellement traduit : déplacement de la portée de la qualification en (17), traduction d’un seul adjectif de la séquence en (18), voire aucune, comme en (19), où la non-traduction peut sans doute s’expliquer à la fois par le caractère problématique, en termes d’équivalences anglais-français, du nom agenda et par le composé multiple (adjectif composé + nom composé) que constitue la séquence agenda-setting elite newspapers13.

47Corollaire de la non-traduction observée dans le sens anglais > français, on constate dans certains cas l’ajout en anglais d’adjectifs composés en -ing, là où ne figure pas une telle qualification en français. Ce dernier phénomène, illustré par la traduction des énoncés (20) et (21), s’observe tout particulièrement dans le cas des composés en adjectif + verbe de perception, ce qui est révélateur d’un comportement différent des deux langues vis-à-vis du marquage du point de vue.

Adjectifs composés, perception représentée et point de vue

48Nous avons vu (au tableau 8) que les adjectifs composés en -looking (sounding / seeming) se rencontraient principalement dans le corpus de textes littéraires. Cette catégorie d’adjectifs composés en V-ing mériterait une étude à part entière, mais la simple synthèse des données observées dans notre corpus permet de faire apparaître leur rôle crucial en anglais dans le marquage de la perception représentée et de l’orientation par rapport à une origine du point de vue, le plus souvent implicite mais récupérable dans le contexte.

49L’ensemble du corpus comporte en tout 39 occurrences de ce type d’adjectifs, 26 dans le corpus anglais > français, 13 dans le corpus français > anglais. Dans le sens anglais > français, 10 occurrences sur 26 ne sont pas traduites, comme en (9), déjà évoqué, ou encore en (22) et (23). Dans le sens français > anglais, ce sont 8 énoncés sur 13 dans lesquels on observe l’ajout d’un adjectif composé « de perception » dans la traduction anglaise : voir les exemples (24) à (26).

50Certes, des traces de valuation subjective sont présentes en français, soit sur les adjectifs eux-mêmes – suffixe -âtre dans verdâtre en (9), évocation de l’apparence physique par l’adjectif famélique en (23), connotations de vilains en (26) – soit dans la syntaxe de l’énoncé (en (24), la structure de focalisation c’étaient… que). Il n’en reste pas moins que c’est l’anglais qui marque explicitement la perception de la qualité attribuée par une origine subjective, identifiable dans certains cas à partir d’autres indices textuels du point de vue (voir (23) en particulier).

51Lorsque ces adjectifs en -looking sont traduits, c’est le plus souvent par le biais d’un syntagme prépositionnel (ou parfois d’un adverbe) renvoyant à la notion d’apparence : quelques exemples extraits du corpus sont proposés en (27). On remarque que si la référence à l’apparence, à la perception est maintenue, en revanche, la qualification n’est plus intégrée dans le groupe nominal comme elle l’est en anglais, d’où une relation plus lâche entre l’élément qualifié et le syntagme qualifiant que l’on peut noter dans les deux derniers exemples de (27).

52D’autres procédés sont également utilisés, illustrés par les énoncés (28) à (30), ayant recours à la transposition, ou encore à l’insertion d’une proposition relative introduisant explicitement la référence à la perception par le biais du verbe sembler, avec ou sans explicitation de l’origine de la perception.

53Le travail sur corpus traduit incite évidemment à la prudence, et il ne saurait être question de conclure à un quelconque caractère systématique de la traduction ou non-traduction de ces adjectifs en -looking. En effet, selon les traducteurs, et les ouvrages traduits, les proportions peuvent varier. Dans le corpus littéraire anglais > français utilisé pour cette étude, comportant des échantillons de taille comparable tirés de onze romans différents, on peut constater des divergences significatives, dont l’étude demanderait à être approfondie : ainsi, alors que dans l’extrait de Harry Potter and the Order of the Phoenix, seules deux occurrences sur trois d’adjectifs composés en -looking sont traduites, dans l’extrait de 1984 de George Orwell, toutes les occurrences relevées sont systématiquement traduites. Est-ce lié à un choix divergent des traducteurs ? à la prégnance du point de vue de Winston Smith dans 1984 ? Il faudrait examiner les choix de traduction d’autres marqueurs de point de vue à l’intérieur de ces deux textes avant de se hasarder à répondre.

54Cela étant dit, il est clair que les adjectifs composés en -looking (sounding/seeming) offrent en anglais un moyen économique, parfaitement intégré dans la syntaxe de la phrase simple, d’exprimer un repérage par rapport à une origine du point de vue, sans pour autant marquer explicitement la perception. Face à cette configuration, le français doit choisir entre le gommage pur et simple de toute référence à la perception, ou au contraire une explicitation plus nette, car détachée syntaxiquement, de la valuation à partir d’un point de vue. Cela n’est pas sans rappeler d’autres cas de figure où l’anglais dispose de moyens synthétiques de marquer, à l’intérieur d’un seul syntagme, des opérations complexes incluant une orientation subjective, là où le français devra soit expliciter le marquage des opérations sous forme analytique, soit n’en retenir qu’une partie, en fonction des priorités du contexte : c’est ce qui peut s’observer, notamment, à propos des constructions d’événements complexes repérés par rapport à un point de vue par le biais du verbe come associé au participe V + -ing (a plate came flying out of the window, Chuquet 2004). La présence du participe en -ing dans ces deux configurations problématiques pour le traducteur n’est sans doute pas un hasard…

Haut de page

Bibliographie

Adams, Valerie, 1973, An Introduction to Modern English Word-Formation, Londres, Longman.

—, 2001, Complex Words in English, Londres, Longman.

Arrivé, Michel, Gadet, Françoise et Galmiche, Michel, 1986, La Grammaire d’aujourd’hui : Guide alphabétique de linguistique française, Paris, Flammarion.

Ballard, Michel, 2004, Versus : la version réfléchie, vol. 2 : Des signes au texte, Gap, Ophrys.

Béchade, Hervé D., 1992, Phonétique et morphologie du français moderne et contemporain, Paris, PUF.

Bensimon, Paul, 1990, « Ces métaphores vives… La traduction des adjectifs composés métaphoriques », in Palimpsestes 2, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 83-108.

Benveniste, Émile, 1974, Problèmes de linguistique générale 2, Paris, Gallimard.

Chuquet, Hélène, 2004, « La structure come + V-ing : venir, arriver et quelques autres traductions », in Gournay, Lucie et Merle, Jean-Marie (éds), Contrastes. Mélanges offerts à Jacqueline Guillemin-Flescher, Gap, Ophrys, p. 57-68.

Chuquet, Jean, 2003, « Look et see : deux orientations différentes du repérage », in Chuquet, Jean (éd.), Verbes de parole, de pensée, de perception : études syntaxiques et sémantiques, Presses Universitaires de Rennes, p. 157-172.

Cotte, Pierre, 1996, L’Explication grammaticale de textes anglais, Paris, PUF.

Gross, Gaston, 1996, Les Expressions figées en français, noms composés et autres locutions, Gap, Ophrys.

Guilbert, Louis, 1972, Introduction au Grand Larousse du français contemporain, Paris, Larousse.

Guillemin-Flescher, Jacqueline, 1981, Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction, Gap, Ophrys.

—, 1984, « Énonciation, perception et traduction », in Langages 73, Paris, Larousse, p. 74-97.

Huart-Friedlander, Ruth, 1989, « Nouveaux regards sur les noms composés », in Gauthier, André (éd.), Explorations de linguistique anglaise, Berne, Peter Lang, p. 25-85.

Jespersen, Otto, 1942, A Modern English Grammar on Historical Principles, Londres, Allen & Unwin.

Khalifa, Jean-Charles, Fryd, Marc et Paillard, Michel, 1998, La Version anglaise aux concours, Paris, Armand Colin.

Lehmann, Alise et Martin-Berthet, Françoise, 1998, Introduction à la lexicologie. Sémantique et morphologie, Paris, Dunod.

Marchand, Hans, 1969, The Categories and Types of Present-Day English Word-Formation, 2è éd., Munich, C.H. Beck.

Mel’cuk, Igor, 1997, Cours de morphologie générale, vol. 4, Cinquième partie : Signes morphologiques, Presses de l’Université de Montréal-CNRS Éditions.

Noailly, Michèle, 1999, L’Adjectif en français, Gap, Ophrys.

Paillard, Michel, 2000, Lexicologie contrastive anglais-français, Gap, Ophrys.

Quirk, Randolph et al., 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres, Longman.

Tournier, Jean, 1985, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain, Paris, Champion-Slatkine.

—, 1988, Précis de lexicologie anglaise, Paris, Nathan (réédition 2004 Ellipses).

Haut de page

Notes

1 Il faut distinguer les véritables composés avec participe passé notés Vn (star-spangled, well-dressed), dans lesquels la terminaison est une flexion du verbe, des « composés-dérivés » (broad-brimmed, fair-haired), que nous indiquons sur fond grisé dans le tableau 1, dans lesquels -ed est un suffixe dérivationnel (analogue au -u du français chevelu) qui porte sur l’ensemble du syntagme nominal.

2 Par exemple dans M. Arrivé et al., 1986 : 131. La monographie de M. Noailly (1999) consacrée à l’adjectif en français examine les types de composés A + A et A + N mais pas du tout le type Adv + Participe.

3 L’adjectif outrecuidant est un spécimen remarquable (de outre et de l’ancien français cuider « penser », doublet populaire de cogiter) puisqu’en dehors de bien et mal, outre est un des rares adverbes attestés dans cette configuration, de même qu’il est le seul exemple d’adverbe pouvant apparaître, comme en anglais, en position initiale ou finale dans les verbes composés (outrepasser, passer outre).

4 Les exemples tirés du corpus textuel figurent dans le Fascicule des textes de référence.

5 R. Meertens, 1999, Guide anglais-français de la traduction, Paris, Top Éditions.

6 PLECI : Poitiers-Louvain Échange de Corpus Informatisés, corpus élaboré en collaboration entre le laboratoire FORELL de l’Université de Poitiers et le CECL de l’Université Catholique de Louvain.

7 Exemple extrait du New Statesman du 5 septembre 2005 : « This is the third biography of Shakespeare to appear in the past year […] Peter Ackroyd is no card-carrying Shakespearian. He has no doctorate in the subject […] Who, then, is he to write “the biography”? » Notre traduction : « Peter Ackroyd n’est pas un shakespearien patenté. » Auquel nous ajoutons, tiré de l’exemplier proposé par Joan Bertrand lors du colloque TRACT d’octobre 2005 : « one of the oldest bona-fide card-carrying members of the Nazi party : au point qu’il adhéra au parti nazi dont il fut l’un des premiers inconditionnels » (W. Styron, Sophie’s Choice).

8 Paraconc, © 1995/2001, Michael Barlow, Rice University, Austin, Texas.

9 V. Adams (2001 : 97) note également la prépondérance d’épithètes dans son corpus constitué essentiellement de textes journalistiques, et souligne « the “information packing” function of attributive compound adjectives ». On retrouve ce même caractère « économique » fondé sur une relation préconstruite dans les noms composés de forme N(-)N, qu’affectionne la presse, qui s’opposent à la construction analytique et dissociative N of N, souvent préférée dans les descriptions littéraires (voir notamment Huart-Friedlander, 1989).

10 Voir Adams (2001 : 92) : « Adjectives can be compounded only with present-participial adjectives corresponding to verbs of perception. » Outre les verbes rencontrés dans notre corpus, elle cite aussi taste (a bitter-tasting brew) et smell (strong-smelling herbs).

11 Dans les tableaux 9 et 10, certains exemples sont tirés du corpus original anglais, traduit en français ; d’autres sont des énoncés originaux français pour lesquels un composé en -ing a été choisi comme traduction. La flèche (> ou <) dans la colonne centrale précise le sens de traduction.

12 Alors que les adjectifs « descriptifs » relatifs à un point de vue en adjectif + looking (ex. tired-looking) expriment une qualification de type « perception représentée » (Guillemin-Flescher 1984 ; Chuquet 2003), où l’origine de la perception demeure implicite, les adjectifs en adverbe + looking relèvent de la « perception explicitée », dans la mesure où le référent du nom qualifié est la source de la perception exprimée par looking.

13 De plus, alors que set the agenda est relativement lexicalisé, c’est sans doute moins le cas pour la dérivation en N + V + -ing, ainsi qu’en témoignent les guillemets dans cet énoncé relevé en septembre 2005 dans le New Statesman : « One factor causing dissatisfaction is that the opening lecture [of the Edinburgh television festival] is supposed to be “agenda-setting”… ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Chuquet et Michel Paillard, « Les adjectifs composés en X + V + -ing : prédication, collocations, traductions », Palimpsestes, 19 | 2007, 13-34.

Référence électronique

Hélène Chuquet et Michel Paillard, « Les adjectifs composés en X + V + -ing : prédication, collocations, traductions », Palimpsestes [En ligne], 19 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/113 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.113

Haut de page

Auteurs

Hélène Chuquet

Hélène Chuquet est professeur à l’université de Poitiers, où elle enseigne la linguistique et la traduction. Co-auteur, avec Michel Paillard, d’un ouvrage sur la traduction anglais-français, elle est l’auteur d’un ouvrage sur le présent de narration, ainsi que d’articles sur l’aspect, le discours rapporté, et sur l’analyse des textes littéraires. Sa recherche en linguistique contrastive s’appuie notamment sur la constitution de corpus bilingues parallèles, qu’elle coordonne au sein de l’équipe d’accueil FORELL à la MSHS de Poitiers.

Articles du même auteur

Michel Paillard

Michel Paillard est professeur à l’université de Poitiers, où il enseigne la linguistique et la traduction. Co-auteur, avec Hélène Chuquet, d’un ouvrage sur la traduction anglais-français, il est l’auteur d’un ouvrage de lexicologie contrastive, ainsi que d’articles portant sur la syntaxe et la sémantique lexicales en anglais et en français. Il est responsable de l’équipe de linguistique au sein de l’équipe d’accueil FORELL à la MSHS de Poitiers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals