Navigation – Plan du site

Niveaux de langue et variation intrinsèque

Françoise Gadet
p. 17-40

Résumés

L'article vise à cerner la notion de "niveau de langue" : origine, termes auxquels elle s'oppose, et cadre sociolinguistique qui tente de relier linguistique et extra-linguistique.
On montre alors les défauts de cette notion : 1) elle ne distingue diastratique et diaphasique que selon des stéréotypes ; 2) il est impossible d'établir le nombre des niveaux et de les hiérarchiser sur un plan linguistique ; 3) les niveaux sont vus comme des blocs homogènes, ne tenant compte ni de la variation inhérente, ni d'éventuelles différences de sens.
On conclut que, à supposer qu'elle soit commode sur le plan pédagogique, cette notion est nocive, à cause de la pauvreté de la conception de la langue qu'elle met en avant.

Haut de page

Texte intégral

"Les styles sont classés dans notre langue comme les sujets dans notre monarchie"
Rivarol, 1782, De l'universalité de la langue française

  • 1 Je fais mienne l'hypothèse de Labov : "Social values are attributed to linguistic raies only when (...)

1Nous évaluons et catégorisons tous les productions linguistiques des autres locuteurs de notre communauté ; sans en avoir toujours conscience, certes, mais avec une relative sûreté de jugement que le linguiste doit prendre en compte pour comprendre sur quels traits linguistiques elle s'appuie. Comme il n'y a pas lieu d'évaluer ce qui serait absolument commun à tous les locuteurs, on se situe ici dans le champ des phénomènes linguistiques dits "de variation"1.

  • 2 J'adopte ces termes en dia-, peu utilisés en français, pour éviter l'ambiguïté de "social", partic (...)

2Les grammairiens et les linguistes ont bien reconnu l'existence de la variation et son investissement dans différents ordres extra-linguistiques : diatopique (selon la région), diastratique (selon la dimension sociale ou démographique) et diaphasique (stylistique ou situationnel)2 ; et distinction entre oral et écrit — la variation étant plus ample à l'oral.

3La tentation est forte de regrouper les traits variables observés dans une langue en des "variétés", plus ou moins identifiables et répertoriées ; ce que l'on fait, par exemple, en parlant de "dialecte" (diatopique), ou de "niveau de langue" (diaphasique). Etablir une relation entre "variation" et "variété" constitue toutefois un problème délicat.

1. Le cadre de définition

4Pour rendre compte de la diversité des productions linguistiques orales, observées selon les axes liés du diastratique et du diaphasique, la notion de niveau de langue s'est maintenant imposée, là où, depuis la rhétorique grecque, on distinguait les tons (sublime, moyen, bas).

5Dès le début des dictionnaires français (Fin XVIIe, chez Richelet), la lexicographie s'est servie de "marques d'usage" qui constituent l'expression la plus connue des niveaux de langue. Je prends l'exemple du Nouveau Petit Robert et des termes qui, dans son "Tableau des signes conventionnels et abréviations", relèvent incontestablement de cette qualification : argotique, familier, populaire, vulgaire ; ou en relèvent éventuellement : classique, dialectal, littéraire, régional. Les critiques de tels tableaux ont été nombreuses (par exemple, Gilbert, 1969), et nous pouvons les résumer par quatre remarques : 1) le standard n'est jamais affiché ; 2) il n'est pas question du soutenu, sans doute rangé sous "littéraire", donc ramené à l'écrit ; 3) il n'y a pas symétrie autour du standard, entre ce qui va vers le haut et vers le bas de l'échelle sociale (beaucoup plus développé) ; 4) il est toujours instructif de constater les disparités dans la marque attribuée à un même mot, d'un dictionnaire à l'autre (voir exemples dans Désirat et Hordé, 1976, ou Müller, 1985).

6Malgré l'inconvénient qu'elle présente de fonder l'attribution du niveau de langue sur le seul plan lexical (ce qu'on ne saurait reprocher, bien entendu, à un dictionnaire), c'est souvent sur une telle représentation, qui prend en compte la langue avant tout à travers son vocabulaire, que s'appuie la conception répandue.

7Mais les différents plans de l'analyse linguistique de la langue sont tous, quoique dans des mesures variées, en cause dans les jugements produits par les membres d'une communauté. Si l'on s'interroge sur les traits qui permettent aux locuteurs d'évaluer les discours de leurs congénères, on est conduit à constater que le lexique n'est probablement pas le plan le plus "classant". Comme l'a montré Labov (1972a), il permet masquages et auto-surveillances, contrairement à la phonologie (surtout la prosodie), la morphologie et dans une moindre mesure la syntaxe, plans où la récurrence des phénomènes est trop forte pour autoriser la conscience réflexive.

8Même si la problématique parcourt la linguistique (par exemple, Bally, 1909), le terme même de "niveau de langue" est très récent : le Robert historique de la langue française le signale comme apparaissant au milieu du xxe siècle, sans davantage de précision. Cette notion a deux sources, qui ne sont pas hétérogènes l'une à l'autre.

  • 3 Petiot (1977) observe que dans les manuels la notion, après avoir été présentée, n'est au mieux mi (...)

9Avant tout, elle se généralise dans le renouvellement pédagogique des années soixante. D'une part, en pédagogie de la langue maternelle, où Huot (1975) montre qu'elle n'est, même dans les Instructions Officielles, la plupart du temps pas clairement conçue : ni dans ses rapports avec des notions reliées (comme norme et faute), ni dans une distinction bien posée entre oral et écrit ; c'est sous cette forme aussi peu précise qu'elle est maintenant répandue, au point d'avoir pénétré dans la plupart des grammaires scolaires (sans toutefois guère franchir le seuil des introductions3). D'autre part, en Français Langue Etrangère (Stourdzé, 1969, Léon, 1968, Besse, 1976..., tous trois parus dans la revue Le Français dans le monde — voir aussi plusieurs articles de Valdman, parus dans les années soixante dans French Review et dans International Review of Applied Linguistics).

10Parallèlement, elle surgit des réflexions de "stylistique comparée", autour de problèmes de traduction (Pilorz, 1968 ; Vinay et Darbelnet, 1958, est probablement l'un des premiers textes à s'y référer). Ce n'est que tardivement, sous la double influence de l'enjeu militant d'intervention dans la pédagogie et de la réflexion sociolinguistique, que des linguistes commencent à tenter de la préciser (dans la foulée des travaux de Labov).

11Dans les premiers temps (jusqu'aux années soixante-dix), les réflexions demeurent souvent peu exigeantes sur le plan linguistique, et dichotomiques sur le plan social ; et on pourrait opposer une période de construction de la notion (où "niveau de langue" s'oppose à "langue homogène") à une période où il devient indispensable de la déconstruire (où "niveau de langue" s'opposerait à "variation inhérente" ou "variation intrinsèque").

2. Terminologie

12A côté de "niveau", la réflexion sur les dimensions diastratique et diaphasique de la variation connaît plusieurs autres termes : surtout "registre", "style", et "genre". La difficulté de définition de chacun de ces termes est éprouvée par tous ; aussi est-il intéressant de disposer de tentatives comme celle de Biber (in Biber and Finnegan, 1994), qui présente un tableau général, malheureusement pour la seule littérature anglo-saxonne, ou de Spillner (1987), très orienté vers la stylistique.

13De nos jours, les Français réservent généralement "style" et "genre" à l'écrit littéraire. "Style" est répandu dans la tradition américaine (Joos, 1962, qui en fait un terme tout à fait général, Labov, passim, qui parle aussi de "variation stylistique"), et les Français ne l'ont guère adopté pour caractériser l'oral. Quant à "register", il provient de la tradition britannique (Firth, Halliday ; voir Sanders, 1993) où, selon Ure (1982), il a été introduit en 1956 ; mais il rivalise fréquemment avec "style", même chez les Américains (voir titre de Biber and Finnegan, 1994).

14Si plusieurs auteurs ont proposé d'adopter "registre" (seul, ou à côté de "niveau"), c'est avec différentes argumentations. Sans parler des bonnes âmes qui pensent que "registre" retire à "niveau" sa dimension intrinsèque de hiérarchisation (selon le principe qui veut que le non-voyant souffre moins que l'aveugle), voici quelques exemples de celles-ci :

  • "registre" remplace "niveau", pour des raisons liées aux critères de définition, comme chez Paquette (1983), pour qui ce terme "offre l'avantage de contenir tout ce que contenait niveau, tout en évacuant ce qui dans ce dernier n'appartient pas en fait à l'opération linguistique elle-même" ;
  • "registre" est pris comme terme général : tel est le cas chez Halliday (1978), qui le définit dans le champ de la variation "according to use", l'opposant ainsi à "dialect", quant à lui produit de la variation "according to user" ; le registre est spécifié par trois dimensions : "field" ("institutional setting"), "tenor" ("relationship between participants") et "mode" ("channel of communication") ; Ure (1982) en fait aussi un terme général, sans trop en préciser les composantes ;
  • dans une hiérarchisation du même type, "registre" est au contraire pris comme un terme spécifique : ainsi, pour Trudgill (1974), "registre" est l'une des dimensions de ce que couvre le terme général "style", qui renvoie à une classification horizontale (registre des champs de course ou des agents de change) ; ou aussi Bourquin (1965), qui distingue entre "aspect" (oral/écrit), "niveau" ("sous-dialectes socio-culturels") et "registre" (selon les interlocuteurs et les situations) ; ou encore Offord (1990), pour qui les facteurs interactionnels de la variation comportent quatre dimensions : "purpose", "field", "medium" et "register".

15Il est clair que nous sommes très loin d'un consensus. Mais comme il me semble que le problème réside moins dans les modalités du classement que dans la pertinence d'une démarche qui consiste à attribuer des étiquettes à ce dont on est loin d'avoir pu montrer qu'il s'agissait de variétés de langue, je ne parlerai désormais que de "niveau", terme que j'adopte comme étant le plus répandu dans les écrits français.

3. Associer linguistique et extra-linguistique

16Il est constitutif de la sociolinguistique de tenter d'associer (co-relier) les traits variables d'une langue à de l'extra-linguistique, et c'est bien ce qu'effectue la notion de niveau de langue. Mais de telles tentatives pluridisciplinaires soulèvent toujours la question du plan qui procure les critères du classement : pour ce qui nous concerne ici, le linguistique ? ou l'extra-linguistique ?

17Comme les niveaux ne sont pas linguistiquement inscrits dans la langue, et qu'il s'avère impossible d'établir une liste close de phénomènes assignés à telle ou telle catégorie sociale ou situationnelle, la conception des niveaux de langue fonde prioritairement sa définition des variétés de langue sur des critères extérieurs à la langue.

18Le plan du linguistique et le plan de l'extra-linguistique se présentant tous deux comme un continuum (Pilorz, 1968 propose la métaphore d'un arc-en-ciel), il va falloir introduire des discontinuités, et s'efforcer de faire se correspondre des frontières. Aussi voit-on pourquoi la tâche, qui n'apparaît pas irréalisable aux deux extrémités du continuum, s'avère beaucoup plus difficile dans l'entre-deux.

19C'est vers le bas de l'échelle que les problèmes de classement sont les plus délicats, pour plusieurs raisons : 1) parce que la norme par rapport à laquelle l'échelle est établie n'est pas au milieu, mais vers le haut ; 2) parce que c'est vers le bas que la variation est la plus ample par rapport à la langue décrite par nos grammaires, et 3) parce que toutes les échelles françaises offrent la concurrence entre deux termes, l'un diaphasique (familier), et l'autre diastratique (populaire).

20Les niveaux de langue prétendent-ils distinguer entre locuteurs, entre productions d'un même locuteur selon les situations, ou les deux à la fois ? Une certaine confusion règne ici : la plupart des auteurs privilégient le diaphasique, bien que le dictionnaire de Dubois et al. (1973) n'évoque que le diastratique :

  • 4 Plusieurs auteurs (par ex., Müller, 1985) suggèrent une mutation de la société française : après u (...)

Dans une langue donnée, on constate que certains usages apparaissent uniquement dans des milieux déterminés [...]. La notion de niveaux de langue est donc liée à la différenciation sociale en classes ou en groupes de divers types4.

21On mesure la difficulté quand on se demande si un trait x est "populaire" ou "familier", ce qui impliquerait des catégories mutuellement exclusives. S'il est les deux à la fois, comme on est souvent amené à l'admettre, cela affaiblit singulièrement la tentative même de classement.

22Or il y a bien ici incohérence du classement, car, hormis "populaire", les intitulés généralement retenus pour les niveaux sont d'ordre diaphasique. Faut-il donc accepter le stéréotype selon lequel les défavorisés linguistiques ne seraient pas capables (ou ne le seraient qu'accessoirement) de variation diaphasique ? Certes, les travaux français sont ici peu nombreux, et les idées reçues puissantes : "plus le niveau socio-culturel est placé haut dans la hiérarchie des niveaux, plus l'éventail des registres tend à s'ouvrir et à se nuancer" (Bourquin, 1965 ; voir aussi Behnsted, 1973, qui travaille sur les interrogatives en affirmant qu'il n'y a variation diaphasique qu'aux niveaux socio-culturels les plus élevés).

  • 5 Je ne prétends pas, bien sûr, que tel soit toujours le cas, comme le montrent les éventails de la (...)

23De tels stéréotypes méritent d'être ré-examinés, comme le fait Wolfram (1969) qui montre, chez des Noirs de Detroit, que les informateurs des classes inférieures exhibent davantage de variation stylistique que ceux des classes moyennes5.

4. Familier et populaire

24Mais ce n'est pas seulement par insuffisance des modalités de classement qu'il y a difficulté sur ce point : ce sont bien en grande partie les mêmes phénomènes linguistiques, et obéissant à une même hiérarchie, qui sont en cause dans le diastratique et dans le diaphasique. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agisse de la même chose, et je ne pense vraiment pas qu'il soit souhaitable d'accepter des formulations comme celles de Müller (1985) : "A le considérer du point de vue des registres inférieurs à la norme, le français familier est une sorte de français populaire anobli par l'éducation et la conscience linguistique".

25Il n'y a ni étanchéité, ni spécialisation des traits linguistiques. Cependant, si toute variable diaphasique est aussi une variable diastratique, l'inverse ne semble pas vrai ; ce pour quoi Bell (1984) formule une hypothèse : "Variation on the style dimension within the speech of a single speaker derives from and echoes the variation which exists between speakers on the 'social' dimension".

  • 6 Une hypothèse semblable est présentée par Martinet (1960), sans être aussi étayée empiriquement, p (...)

26La reconnaissance d'un tel rapport d'inclusion autoriserait des hypothèses sur l'origine, pour un locuteur, de la variation diaphasique, en invitant à se la représenter comme effet sur son "répertoire verbal" de la variété des interlocuteurs et des situations auxquels il s'est trouvé confronté lors de son apprentissage6. L'importance théorique de ce phénomène a conduit Labov (1976, p. 324) à proposer le terme "indicateur", variable diastratique sans être diaphasique (par opposition à "marqueur", variable qui fonctionne selon les deux dimensions). Si ce terme est peu exploité, c'est surtout parce que les indicateurs sont beaucoup moins nombreux que les marqueurs : quand on cherche à identifier un phénomène qui soit "populaire" sans être "familier", on constate que tous les travaux sur le français citent les mêmes : quelques phénomènes phonologiques comme le e muet inversé, et, pour la syntaxe, des interrogatives comme quand que c'est qu'il vient ? ou quand que c'est que c'est qu'il vient ?

27L'inanité d'une partition de nature entre diastratique et diaphasique peut aussi être constatée par le fait que cette distinction ne s'impose pas au même titre dans les répertoires verbaux de toutes les sociétés comparables à la nôtre : dans certaines situations nationales, elle n'est pas distribuée de la même manière. Ainsi de l'Italie, où le jeu est modifié par le rôle des dialectes (voir Berruto 1993), ou la Grande-Bretagne, pour laquelle Sanders (1993) peut affirmer : "The distinction between 'informai' and 'formal' usage [...] is much greater in French than it is in British English".

28Des termes comme "non-standard", emprunté à la tradition anglo-saxonne, ou "français avancé", qui provient de Frei (1929), tentent de contourner la difficulté ; mais, ce faisant, ils dénoncent l'impossibilité de rendre facilement dans une langue autre que le français cette opposition entre familier et populaire (on sait les problèmes de traduction de "langue populaire", au moins en anglais, allemand, italien, espagnol).

29On peut alors soupçonner que l'on a eu tort de donner la priorité à l'investissement extra-linguistique, et qu'il est préférable de revenir à la dimension fondamentale qu'est la variation en langue.

5. Le nombre des niveaux et leur hiérarchie

30Le nombre de niveaux couramment distingués est de trois ou de quatre, rarement davantage (quatre chez Stourdzé, 1969 ; cinq chez Caput, 1975 ; cinq chez Joos, 1962 pour l'anglais américain) : la plupart du temps, soutenu (soigné, recherché, élaboré, châtié, cultivé, tenu, contrôlé), standard (standardisé, courant, commun, neutralisé, usuel), familier (relâché, spontané, ordinaire), populaire (vulgaire).

  • 7 Aussi bien Petiot (1977) que Corbin (1980), dans leurs revues critiques des présentations pédagogi (...)

31Je n'insisterai pas sur le fait qu'aucun de ces termes n'est jamais rigoureusement défini7 ; ni sur l'absence de synonymie entre termes censés représenter un même niveau, à cause de la variété des gammes sur lesquelles ils jouent, qui vont du socialement déterminé au degré d'attention accordé à la parole, en passant par l'idéalisation (tel est le cas de "standard"). Et je passe à l'aspect linguistique du problème, la répartition des phénomènes de langue sous chacune des rubriques, qui soulève deux questions : le nombre des niveaux, et leur hiérarchisation.

  • 8 Il ne m'échappe pas que c'est là une méthode peu admissible pour un sociolinguiste ; mais les trav (...)

32En m'inspirant de Berruto (1987) sur l'italien, je vais prendre l'exemple, artificiel, de deux séquences fortement contrastées du point de vue des niveaux8 :

quand Pierre a-t-il confié à son épouse qu'il ne lui serait guère loisible d'aller au cinéma ?
quand que c'est que / Pierre / sa bourgeoise / il lui a lâché que / le cinoche / i(l) pourrait pas y aller ?

33Les phénomènes réalisant des points de variation du système français sont ici délibérément concentrés : interrogation, négation, ordre des mots et détachement, liaison ; sans parler de lexique (épouse, femme, moitié, bourgeoise, rombière, bonne femme, mémé, régulière, meuf...) ou de prononciation (il lui a pouvant être prononcé [illyia], [ilya], [ija], [iya]). a supposer tout combinable avec tout, combien de séquences théoriques - donc de niveaux potentiels ?

34Il n'est pas facile de répondre, car les phénomènes sont loin de fonctionner tous de façon binaire (présence vs absence). Ainsi, l'interrogation, certes l'un des points les plus sensibles à la variation (Chevalier, 1969, Authier et Meunier, 1972), permet-elle au moins, pour la seule interrogation partielle :

quand Pierre vient-il ?
quand est-ce que Pierre vient ?
quand Pierre vient ?
Pierre vient quand ?
quand que Pierre vient ?
quand c'est que Pierre vient ?
c'est quand que Pierre vient ?
quand que c'est que Pierre vient ?
quand c'est que c'est que Pierre vient ?

35Voilà neuf formes, sans même parler des dislocations (il vient quand / Pierre), ni de l'interrogation en -ti ?

36Pour le détachement aussi, les combinaisons sont nombreuses, car chaque nom peut être ou ne pas être détaché, et, s'il l'est, l'être avant ou après. Trois noms qui peuvent ne pas être détachés, ou l'être en deux positions = 27 possibilités (compte non tenu des différentes positions possibles). De plus, selon que sa femme est détaché avant ou après, les possibilités diffèrent (sa femme / je lui ai dit... et à sa femme / je lui ai dit..., mais seulement je lui ai dit / à sa femme...) : donc trois de plus, soit 30. Pour la négation, le choix de guère porte les possibilités à 3 (ne... guère, ne... pas, pas).

37Soit, pour les trois seuls phénomènes d'interrogation, négation et détachement, 9 x 30 x 3 = 810 combinaisons. Un nombre très élevé, et excessif, car j'ai fait comme si tout était combinable avec tout. Ce qui n'est pas le cas, pour deux raisons : contraintes grammaticales, et vraisemblance combinatoire (probabilité statistique), sur laquelle je reviendrai.

  • 9 Les oppositions tranchées ne font pas dans la subtilité, comme cette comparaison présentée par Bal (...)

38Venons-en maintenant aux étapes intermédiaires9. Les quelques certitudes que l'on croit avoir pour hiérarchiser les classes sociales ou les situations laissent place à l'embarras quand il s'agit d'ordonner, par exemple, c'est quand qu'il est venu, quand que c'est qu'il est venu, et quand qu'il est venu ? Qu'est-ce qui valorise, ou stigmatise le plus ? un détachement, l'absence du ne de négation, une relative "populaire" comme c'est ça que j'ai besoin ? une liaison facultative non effectuée, ou une faute de liaison (cuir, velours, fausse liaison, liaison interdite effectuée) ?

39Sur un plan proprement linguistique, il n'apparaît donc possible ni d'établir un nombre de niveaux, ni d'ordonner les phénomènes les uns par rapport aux autres ; on ne peut que souscrire à la remarque de Paquette (1983) : "Y a-t-il même des registres ? N'y aurait-il pas plutôt une ample tessiture registrale située sur un continuum linguistique insécable ?"

6. Le jugement intervient-il selon un bloc ?

40Considérons maintenant les phénomènes linguistiques dans leur combinaison, tels qu'ils apparaissent dans la chaîne parlée ; ce qui nous conduira à revenir sur l'évaluation par les locuteurs.

41La plupart des grammairiens, dans leur description d'une langue homogène, ne tiennent pas compte de la variation. Mais s'ils le font, c'est bien souvent selon une présentation dichotomique, dont on connaît de nombreux avatars : les uns plus grammaticaux, comme la distinction entre "parlure bourgeoise" et "parlure vulgaire" de Damourette et Pichon (qui ont cependant le réel mérite de ne pas négliger le problème) ; d'autres plus psychologisants, comme l'opposition entre "code élaboré" et "code restreint" chez Bernstein (1971).

  • 10 Certaines tentatives plus systématiques que ces jugements intuitifs ont été proposés pour rendre c (...)

42Dans l'imposition d'une étiquette de niveau de langue, on tend à constituer pour chaque niveau un prototype, ensemble de traits linguistiques considérés comme intervenant de façon concomitante ; et peut-être même de façon implicative (si un discours connaît le trait x, alors on peut s'attendre à ce qu'il connaisse aussi le trait y)10. On aboutit à des colonnes certes bien ordonnées, mais rigidifiant le jeu discursif ("à x - français standard - correspond x' - français avancé -"), et ne tenant pas compte des fréquences en discours. Pourtant, quand Auvigne et Monté (1982) ont étudié les productions d'un locuteur du "quart monde", elles ont pu constater que ce n'était pas la présence ou l'absence d'un trait ou d'un autre qui produisait une impression de populaire, mais plutôt l'instabilité généralisée de constructions oscillant entre usage standard, non standard, et aléatoire.

43Or, les phénomènes de variation ne sont pas tous évaluables selon les mêmes modalités. Il faut distinguer entre :

  • phénomènes linguistiquement peu marqués, neutres, partagés par la plupart des locuteurs, qui sont à rapporter aux caractéristiques d'un oral spontané plus qu'à tel ou tel niveau ; ainsi de la prononciation [i] de il devant un verbe commençant par une consonne ;
  • phénomènes valorisants : une liaison sur verbe du premier groupe : aller au cinéma ;
  • phénomènes stigmatisants : une simplification consonantique dans un groupe interne ([esplike] pour expliquer), ou une question de type quand qu'il doit partir ?.

44Naturellement, valorisation et stigmatisation comportent des degrés (sujets à modification dans l'histoire de la langue) : une chute de consonne dans un groupe est moins stigmatisante devant consonne que devant voyelle ou à la pause : il a jus(te) posé, il a jus(te) admis, c'est jus(te), et les liaisons facultatives ne sont pas toutes au même degré de recherche.

45J'en reviens donc à la question de la cohérence entre traits. Si toutes les sociétés sans exception voient leurs locuteurs susceptibles de produire des évaluations (Bloomfield, 1927, à propos des sociétés dites primitives), c'est que ceux-ci manifestent la capacité d'effectuer une sorte de calcul à partir des traits linguistiques qu'ils perçoivent, et d'y imposer des points de discontinuité ; mais pas nécessairement que ces derniers s'organisent en faisceaux congruents.

46Certes, il y a peu de chances d'observer une interrogation par inversion complexe à côté d'une négation sans ne. Certes, certaines combinaisons sont plus vraisemblables que d'autres. Mais, hormis quelques extrêmes incompatibles, les combinaisons attestées ne sont pas toujours cohérentes et prévisibles. On parle alors de "décalage", mais il s'agit plus largement du régime de fonctionnement de la langue, et les combinaisons inattendues apportent aussi des indices pour le classement d'un locuteur (par exemple, elles peuvent permettre de repérer une attitude d'hypercorrection).

47La distinction entre phénomènes marqués et non marqués permet aussi de montrer qu'il n'y a pas fonctionnement en conglomérats : par exemple, une négation sans ne, phénomène tellement répandu à l'oral qu'il ne saurait être considéré comme stigmatisant, est compatible avec une palette de variation dans l'une ou l'autre direction. Tout discours comporte des traits qui ne vont pas nécessairement dans la même direction, et qui réalisent un équilibre fragile et instable. La capacité d'évaluation du locuteur semble donc opérer de façon assez fine (même si elle est largement inconsciente), selon une globalisation qui n'est sûrement pas dichotomique.

48Il existe cependant bien des séquences exclues (ou peu probables, ou produisant un effet comique), mais elles mettent généralement en jeu du lexique ; et je me demande si l'on parviendrait à obtenir un tel effet à partir des seules ressources de la phonologie ou de la morpho-syntaxe :

Le Conseil d'administration a l'honneur de faire connaître à son estimable clientèle que Monsieur le Président-Directeur-Général, il vient tout juste de crever.

49La notion de niveaux de langue, introduite afin de rendre compte de l'hétérogénéité de la langue, s'avère en fait homogénéisante : on ne s'est écarté de la langue homogène que pour la scinder en deux (ou plus) variétés, pensées à leur tour comme homogènes.

7. De l'intérêt d'avoir plusieurs pendules, ou la question du sens

50Joos écrit en 1962 un ouvrage au titre énigmatique (The Five Clocks), dont l'interprétation est assurée par une anecdote placée en exergue : comme on lui fait remarquer que les deux pendules qui se trouvent dans une gare écossaise n'indiquent pas la même heure, un porteur philosophe commente : "Faith, sir, if they was to tell the same time, why would we be having two of them ?". Les titres de chapitres ("How many clocks ?", "Too many clocks"...) sont également explicites pour indiquer qu'il s'agit d'une critique des conceptions selon lesquelles les niveaux constitueraient différentes façons de dire la même chose.

51Les mêmes significations sont-elles véhiculables par différentes variétés circonscrites par les différents niveaux ? C'est ce que nous avons implicitement supposé avec notre exemple de deux séquences fortement tranchées, et c'est ce que laissent entendre toutes les présentations pédagogiques ("ce qui se dit x en français standard se dit x' en français avancé").

52Mais il n'y a pas qu'à la vulgarisation que l'on peut adresser la critique de concevoir la lettre de la formulation comme secondaire : telle semble bien être aussi fréquemment la conception scientifique. Ainsi lit-on, chez Weinreich, Labov et Herzog (1968) :

  • 11 Voir aussi Spillner (1987), qui cite de nombreux exemples chez plusieurs linguistes, comme Hockett (...)

Pour chaque phrase du niveau A, il y a une phrase correspondante en B qui fournit la même information référentielle (qui est synonyme), et qui ne peut en être différenciée, si ce n'est dans les termes de la signification globale qui marque l'usage de B comme opposé à A11.

53On voit là à l'œuvre une tendance, récurrente dans le structuralisme, à étendre la problématique de la phonologie à l'ensemble de la description de la langue : considérer les variantes comme différentes façons de dire "la même chose". Ce qui, pour les plans autres que phonique, suppose de subsumer le signifiant sous le signifié. Cette discussion, argumentée selon les deux dimensions 1) est-il légitime d'étendre ce qui fonctionne en phonologie au plan de la syntaxe ? et 2) la variation en syntaxe est-elle socialement investie comme elle l'est en phonologie ?, a donné lieu à un échange d'arguments, dont une bonne synthèse est présentée dans Cheshire, 1987.

54Il est certes difficile de mesurer les conséquences sémantiques d'une restructuration de système, et je me contenterai ici de renvoyer à Blanche-Benveniste (1977), qui montre, pour le français méridional (exemple diatopique, mais qu'il serait tout aussi pertinent de transposer au diastratique ou au diaphasique), que la différence entre un système avec (je l'ai eu fait, mais je le fais plus depuis longtemps) ou sans surcomposé indépendant n'a pas pour seul effet d'ajouter un terme, mais réorganise le système temporel dans son ensemble, en stricte application du concept saussurien de valeur. On trouve sans trop de difficulté des exemples semblables pour toutes les zones de langue fortement structurées (voir l'usage du subjonctif)

55On peut donc retenir l'hypothèse que, s'il y a plusieurs pendules, c'est qu'il y a des significations différentes. Mais on reste avec la question : à quoi cela sert-il ? Et comment se fait la communication, si chacun voit midi à sa porte ?

8. La variation inhérente comme approche de la langue

56Soit un même locuteur, lors d'une situation de discours unique ; ses discours ne devraient pas laisser paraître de variation si celle-ci ne constituait qu'un phénomène lié à l'extra-linguistique, et si l'identité sociale d'un sujet était stable. Or il y en a, ce à quoi je fais référence avec les termes de "variation inhérente" ou "variation intrinsèque", dont je prendrai quelques exemples.

57Le premier concerne une performance à l'émission de télévision "Apostrophes" d'un ancien avocat, membre du Conseil d'Etat et causeur à la fois brillant et soigneux. Evoquant sa production littéraire antérieure, il prononce à quelques secondes de distance, quatre ou cinq et quat(re) ou cinq : maintien ou suppression de la liquide dans un groupe consonantique, devant voyelle.

58Des traits perçus comme non standard sont donc susceptibles d'apparaître dans les discours même surveillés de tous les locuteurs, comme aussi cette "relative de français populaire" relevée dans la bouche d'une de mes collègues d'université, qui bien entendu ne fait pas toutes ses relatives sur ce modèle :

j'ai un bouquin en allemand que j'aimerais bien savoir ce que ça veut dire

59Un autre exemple est extrait de l'enregistrement d'un jeune coursier de banlieue : on notera l'instabilité sur l'interrogation (où ou où que), sur le verbe être (ou se trouver) et sur le détachement :

il savait même pas où qu'elle était la manette pour ouvrir le capot /
et le gars il te dit ouais ouais je vérifie l'huile tous les jours / le gars
il savait même pas où se trouvait la manette pour ouvrir le capot

60C'est aussi dans un enregistrement effectué en banlieue parisienne que je trouve un exemple où cohabitent, de façon assez inattendue, une "relative de français populaire" et une liaison facultative qui n'est pas des plus courantes :

il faut laisser la place à ceux [kizi] sont [pazale]

  • 12 Il n'empêche qu'il y a là un réel problème, car les points où se produit le "code-switching" ou le (...)

61Dans chacun de ces cas, il n'est pas très instructif de tenter de co-relier les variations à de l'extra-linguistique, puisque rien dans la situation n'a été modifié : il s'agit là d'une variation radicale à laquelle on ne peut trouver aucune "explication", ni dans l'extra-linguistique, ni en faisant appel aux notions de "code-switching" ou de "code-mixing", qui n'auraient guère de sens ici12.

62La variation inhérente constitue donc une ultime cause de l'impossibilité à établir une liste de phénomènes dévolus à chaque niveau. Quel que soit le locuteur, son usage de la langue manifeste de l'hétérogène, de l'inattendu, de l'instable, de l'imprévisible, de l'éphémère, plutôt que du prévisible, de l'homogène et du monotone ; ceci se traduit en une grande souplesse et une adaptabilité à la diversité des situations.

  • 13 Klinkenberg, dans un article qui tente de définir les niveaux en relation avec le bon usage (1982) (...)

63Ce qui est en cause est donc bien la conception de la langue, et la place accordée à la variation13 : on considérera que ce qui est fondamental, c'est la variabilité, et ce n'est que dans un deuxième temps que chaque société investit celle-ci en des valeurs extra-linguistiques (voir Berrendonner, 1988).

64Aussi peut-on souligner, à la suite de Lefèbvre (1983), la différence entre deux principes de définition des niveaux de langue, qui n'impliquent pas du tout la même chose de ce point de vue :

  • les définitions en termes de sélection parmi une série de possibles (on choisirait son niveau comme on choisit parmi ses chaussettes, en fonction de la palette disponible dans un tiroir) ;
  • les définitions en termes de distance par rapport au style le plus naturel d'un locuteur, son vernaculaire, d'où les autres s'écartent selon le degré de surveillance, auto- ou hétéro-14 : "styles can be ranged along a single dimension, measured by the amount of attention paid to speech" (Labov, 1972a).

65Le deuxième type de définition a l'avantage de chercher à expliquer quelque chose de la variation, surtout de celle qui est la plus difficilement compréhensible, la variation intra-locuteur (c'est-à-dire le diaphasique) ; elle permet aussi de comprendre pourquoi la compétence passive serait toujours plus large que la compétence active. Elle permet enfin de revenir à la question de la définition d'une communauté linguistique, en insistant sur le fait qu'il ne s'agit aucunement d'un groupement de gens qui parlent de la même façon, et finalement de regarder la notion de variété dont "niveau de langue" constitue un exemple pour ce qu'elle est, une simplification.

9. Brèves réflexions pour une application à la traduction

66Je terminerai par quelques remarques sur l'application de la problématique des niveaux de langue à la traduction, surtout quand sont en cause des formes non standard, qui rendent saillantes deux difficultés pour le traducteur : la cohérence, et l'équivalence culturelle.

  • 15 Une première traduction de ce texte de 1913 est parue en 1923 ; elle se présente comme une "versio (...)
  • 16 Ce problème de cohérence concerne plus généralement la façon dont l'écrit et les écrivains se trou (...)

67Pour le premier point, je prendrai brièvement l'exemple de la dernière traduction française de Pygmalion (1983, traduit par Michel Habart, L'Arche)15, tout sauf cohérente (voir Poujade, à paraître). Les quelques exemples de cockney de Liza, dans la traduction française, relèvent pour l'essentiel de quatre types : 1) le phénomène existe bien en français populaire parisien, et est correctement représenté (ex : les e muets inversés, comme dans eun'taiss'ed'taie, "une tasse de thé", difficilement compréhensible dans une orthographe si fantaisiste, mais où il faut comprendre que le e final de tasse est prononcé, et pas celui de de) ; 2) il existe en français, mais dans des usages régionaux ou diachroniquement datés difficilement compatibles avec un usage parisien (c'que j'avions fait, que l'on n'entend plus guère de nos jours que dans quelques usages de l'Ouest de la France, ou de français d'Amérique) ; 3) le phénomène montré existe en français, mais les exemples en sont exposés d'une façon fantaisiste (par exemple, chute de e muets dans des positions impossibles, ou disparition aléatoire de consonnes dans des groupes) ; 4) il ne correspond pas à un phénomène de variation en français (comme les voyelles dans achète une fleur, transcrit achi-ite eune flar)16.

68Comment réagissent les lecteurs (ou auditeurs) ? se satisfont-ils de stéréotypes destinés à connoter la langue populaire, paysanne ou familière, ou bien vont-ils attendre davantage de vraisemblance ? leurs exigences vont-elles augmentant avec une meilleure connaissance des niveaux autres que standard ?

69Il est certainement plus utile, pour traduire Pygmalion, de savoir comment fonctionne la langue populaire anglaise (de façon à comprendre la valeur de chaque phénomène) et française (de façon à en envisager un équivalent) que d'étiqueter Liza comme parlant globalement à un niveau de langue populaire.

70Quant au deuxième point, il concerne des problèmes de société plus que de langue : établir, dans une autre culture, un équivalent crédible à une situation nationale spécifique. On peut regarder ici les exemples de séquences de Black English de Harlem, dans la traduction des deux ouvrages de Labov (1976 et 1978), par Alain Kihm. Son travail ne me semble pas achopper sur le premier point, maîtrisé de façon rigoureuse, mais se heurte à une question difficile : la langue de qui représente-t-il ? Certes, il ne s'agit ici que de la traduction d'exemples, mais je m'en sers pour présenter le problème de l'équivalence. Entre une traduction plus ou moins littérale (ex. There wasn't a son of a gun who this whore couldn't shun traduit par C'te pute, y avait pas un miché qui pouvait pas l'éviter - p. 320 de la traduction de Sociolinguistic Patterns, où la double négation ne relève de la langue "de groupe" de personne en France), et une tentative d'équivalence improbable entre le Black English new-yorkais et, disons, des productions de nos banlieues (laquelle ?), quelle solution retenir ?

71Ni sur l'un ni sur l'autre de ces deux points délicats pour le traducteur, pas plus que pour les objectifs du sociolinguiste, la notion de niveau de langue ne s'avère d'un réel secours : faisant l'économie d'une analyse linguistique, et simplifiant le social à l'extrême, elle n'aura apporté que des étiquettes grossières.

72Je pense donc qu'elle est dépourvue de tout caractère opératoire (même en tant qu'approximation pédagogique). Il n'y a pas non plus lieu de la remplacer par une autre notion du même ordre, car le seul travail utile consiste à explorer les dimensions proprement linguistiques de la variation, et à décrire le fonctionnement et les contraintes de chacun des traits variables dans chaque langue.

73"Linéaire, scalaire, statique et figée", écrivait D. François (1976) pour caractériser cette notion. On pourrait ajouter : homogénéisante, dichotomique, rigide, monolithique, monotone, simpliste... : telle est la conception de la langue à laquelle la notion de niveau de langue nous convie.

74Novembre 1994

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER, Jacqueline et MEUNIER, André. "Norme, grammaticalité et niveau de langue". Langue française n° 16, 1972.

AUVIGNE, Marie-Anne et MONTÉ, Michèle. "Recherches sur la syntaxe en milieu sous-prolétaire". Langage et société n° 19, 1982.

BALLY, Charles. Traité de stylistique française. 2 Vol, Heidelberg : Winter, 1909. BAUCHE, Henri. Le Langage populaire. Paris : Payot, 1920.

BEDARD, Edith et MAURAIS, Jacques. La Norme linguistique. Québec et Paris : Conseil de la Langue Française et le Robert, 1983.

BEHNSTED, P. Viens-tu, est-ce que tu viens, tu viens ? Formen und Strukturen des direkten Fragesatzes im Französischen. Tübingen : Narr, 1973.

BELL, Allan. "Language Style as Audience Design". Language in Society n° 13, 1984.

BERNSTEIN, Basil. Class, Codes and Control. Trad. fr. 1977, Langage et classes sociales, Paris : Ed. de Minuit, 1971.

BERRENDONNER, A. "Normes et variations", in La Langue française est-elle gouvernable ? G. Schoeni, J-P. Bronckart et Ph. Perrenoud (dir), Neuchatel et Paris : Delachaux & Niestlé, 1988.

BERRUTO, Gaetano. Sociolinguistica dell'italiano contemporaneo. Roma : La Nuova Italia Scientifica, 1987.

BERRUTO, Gaetano. "Varietà diamesiche, diastratiche, diafasiche", in Introduzione all'italiano contemporaneo, a cura di A. Sobrero, Bari : Laterza, 1993.

BESSE, Henri. "La norme, les registres et l'apprentissage", Le français dans le monde n° 121, 1976.

BIBER, Douglas and FINEGAN, Edward. Sociolinguistic Perspectives on Registers, New York and Oxford : Oxford University Press, 1994.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire. "L'un chasse l'autre, le domaine des auxiliaires", Recherches sur le français parlé n° 1, 1977.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire. "La escritura del lenguaje dominguero", in Nuevas perspectivas sobre los procesos de lectura y escritura, E. Ferreiro y M. Gomez Palacio (comp), Siglo ventiuno editores, 1982.

BLOOMFIELD, Leonard. "Literate and Illiterate Speech", 1927, in Language in Culture and Society, D. Hymes ed, 1964.

BOURDIEU, Pierre. Ce que parler veut dire. Paris : Fayard, 1982.

BOURQUIN, Guy. "Niveaux, aspects et registres de langage", Linguistics n° 13, 1965.

CAPUT, Jean-Pol. La Langue française, histoire d'une institution, tome 2, Paris : Larousse, 1975.

CHESHIRE, Jenny. "Syntactic variation, the linguistic variable, and sociolinguistic theory", Linguistics n° 25, 1987.

CHEVALIER, Jean-Claude. "Registres et niveaux de langue : les problèmes posés par l'enseignement des structures interrogatives", Le Français dans le monde n° 65, 1969.

CORBIN, Pierre. '"Niveaux de langue' : pélerinage chez un archétype", Bulletin du Centre d'analyse du discours n° 4, 1980.

DAMOURETTE, Jacques et PICHON, Edouard. Des mots à la pensée. Paris : d'Artrey, 1911-1940.

DÉSIRAT, Christian et HORDÉ, Tristan. La Langue française au 20e siècle. Paris : Bordas, 1976.

DITTMAR, N. und SCHLOBINSKI, P. "Implikastionsanalyse", in Ammon U., Dittmar N. & Mattheier K (eds), Sociolinguistics / Soziolinguistik, tome II, Berlin et New York : de Gruyter, 1988.

DUBOIS, Jean et al. Dictionnaire de linguistique. Paris : Larousse, 1973.

FRANCOIS, Denise. "Sur la variété des usages linguistiques chez les adultes", La Pensée n° 190, 1976.

FREI, Henri. La Grammaire des fautes. Genève : Republications Slatkine, 1929.

GENOUVRIER, Emile. "Quelle langue parler à l'école ? Propos sur la norme du français", Langue française n° 13, 1972.

GILBERT, Pierre. "Différenciations lexicales", Le Français aujourd'hui n° 8, 1969.

HALLIDAY, Michael. Language as Social Semiotics. London : University Park Press, 1978.

HUOT, Hélène. "Exercices structuraux et enseignement de la langue maternelle", Etudes de linguistique appliquée n° 20, 1975.

JOOS, Martin. The Five docks. Bloomington : Indiana University Research Center in Anthropology, Folklore and Linguistics, 1962.

KLINKENBERG, Jean-Marie. "Les niveaux de langue et le filtre du 'bon usage'", Le français moderne n° 50, 1982.

LABOV, William, 1972a. Sociolinguistic Patterns. Trad. fr. Sociolinguistique, Paris : Editions de Minuit, 1976.

LABOV, William, 1972b. Language in the Inner City. Trad. fr. Le Parler ordinaire, Paris : Editions de Minuit, 1978.

LEFÈBVRE, Claire. "Les notions de style", in Bédard et Maurais (dir), 1983.

LEON, Pierre. "Aspects phonostylistiques des niveaux de langue", Le Français dans le monde n° 57, 1968.

MARTINET, André. Eléments de linguistique générale. Paris : Armand Colin, 1960. MÜLLER, Bodo. Le Français d'aujourd'hui. Paris : Klincksieck, 1985.

OFFORD, Malcolm. Varieties of Contemporary French. London : MacMillan, 1990.

PAQUETTE, Jean-Marcel. "Procès de normalisation et niveaux/registres de langue", in E. Bédard et J. Maurais (dir), 1983.

PETIOT, Geneviève. "Registres de langue et manuels scolaires", Langue française n° 33, 1977.

PILORZ, Alfons. "Notion de niveau de langue et analyse du style", Actas XI Congreso internacional de lingüistica y filologia romanicas, Madrid, 1968.

POUJADE, Sophie. "Liza : fille de Bruant ou petite sœur de Renaud", Plurilinguismes, à paraître.

SANDERS, Carol. "Sociosituational Variation", in Sanders 1993 ed, French Today : Language in its Social Context, Cambridge University Press.

SPILLNER, B. "Style and Register", in Ammon U., Dittmar N. & Mattheier K (eds), Sociolinguistics/Soziolinguistik, tome I, Berlin et New York : de Gruyter, 1987.

STOURDZÉ, Colette et COLLET-HASSAN, May. "Les niveaux de langue". Le Français dans le monde n° 69, 1969.

TRUDGILL, Peter. Sociolinguistics. Hardmondsworth : Penguin Books, 1974.

URE, Jean. "Approaches to the study of register range", International Journal of the Sociology of Language n° 35, 1982.

VALDMAN, Albert. "Normes locales et francophonie", in Bédard et Maurais dir., 1983.

VINAY, Jean-Paul et DARBELNET, Jean. Stylistique comparée du français et de l'anglais. Paris : Didier, 1958.

WEINREICH, Uriel, LABOV, William et HERZOG, Marvin. "Empirical Foundations for a Theory of Language Change", in Lehmann and Malkiel eds. Directions for Historical Linguistics, Austin : University of Texas Press, 1968.

WOLFRAM, Walt. Detroit Negro Speech. Washington DC : Center for Applied Linguistics, 1969.

Haut de page

Notes

1 Je fais mienne l'hypothèse de Labov : "Social values are attributed to linguistic raies only when there is variation" (1972a). Mais le corrélat n'est pas vrai : il ne suffit pas qu'il y ait variation pour qu'il y ait investissement extra-linguistique. Voir aussi Bourdieu, 1982.

2 J'adopte ces termes en dia-, peu utilisés en français, pour éviter l'ambiguïté de "social", particulièrement gênante pour ce dont nous traitons ici.

3 Petiot (1977) observe que dans les manuels la notion, après avoir été présentée, n'est au mieux mise en œuvre que dans les chapitres sur la négation et l'interrogation, sans doute parce que ces zones permettent assez facilement des hiérarchies assorties de désignations. Authier et Meunier (1972) montre, dans des travaux de grammairiens actuels, la même distorsion entre déclarations liminaires et traitement effectif. Les grammaires sont généralement discrètes sur les variations morphologiques (où l'on considère que, hors de la forme standard, il n'y a que des fautes), ou sur un phénomène syntaxique comme le détachement, qui bien souvent n'est même pas traité.

4 Plusieurs auteurs (par ex., Müller, 1985) suggèrent une mutation de la société française : après un temps caractérisé par une variation pour l'essentiel diastratique (dont atteste la citation de Rivarol en exergue), on assisterait, depuis le xixe siècle, à un développement de l'influence diaphasique.
Il se pourrait donc que le flou actuel reflète une difficulté éprouvée par les sciences du langage à prendre acte d'une modification de société. Qu'il y ait eu déplacement des acceptabilités sociales, beaucoup d'auteurs le soulignent, et Bauche (1920) le résume déjà : "Le langage populaire passe de l'office au salon".

5 Je ne prétends pas, bien sûr, que tel soit toujours le cas, comme le montrent les éventails de la plupart des courbes par lesquelles Labov représente les deux types de variation, nettement plus déployés pour les classes supérieures. Mais la question mérite d'être étudiée sans a priori, et les prises de position trop rapides sont critiquées dans Valdman 1983.

6 Une hypothèse semblable est présentée par Martinet (1960), sans être aussi étayée empiriquement, puisque Bell s'appuie sur le dépouillement de vingt ans de travaux sociolinguistiques. L'hypothèse de Bell est remise en cause par Biber and Finnegan (1994), d'une façon qui ne me semble pas suffire pour l'abandonner.

7 Aussi bien Petiot (1977) que Corbin (1980), dans leurs revues critiques des présentations pédagogiques de la notion, établissent que, en l'absence de définition, il est courant de faire appel au consensus (nous, on, tout le monde peut constater que.) et à l'expérience des élèves.

8 Il ne m'échappe pas que c'est là une méthode peu admissible pour un sociolinguiste ; mais les travaux qui tentent de définir les niveaux, à visée pédagogique ou même plus théorique, ne donnent jamais d'exemples provenant d'échantillons authentiques, et partent toujours, comme je le fais ici, d'exemples fortement contrastés, souvent caricaturaux (dénonciation et critique de ce point dans Corbin, 1980).

9 Les oppositions tranchées ne font pas dans la subtilité, comme cette comparaison présentée par Bally : "de même qu'une blouse d'ouvrier choque au milieu des fracs et des robes décolletées, de même un mot d'argot paraît déplacé dans une conversation de gens 'bien"' (1909, p. 12).
Sans même parler de la pertinence de la comparaison, qui donc prétendrait aller chez les gens "bien" en blouse d'ouvrier ? On voit clairement, avec la faiblesse argumentative de cet exemple, que tout le problème réside dans les niveaux intermédiaires, entre la blouse et le frac.

10 Certaines tentatives plus systématiques que ces jugements intuitifs ont été proposés pour rendre compte des rapports et des hiérarchies entre les traits, comme les échelles d'implication, présentées par exemple par Dittmar et Schlobinski (1988).

11 Voir aussi Spillner (1987), qui cite de nombreux exemples chez plusieurs linguistes, comme Hockett. C'est une position que lui-même semble adopter ("competing linguistic possibilities of expression"), bien qu'il se montre conscient des problèmes qu'elle pose.

12 Il n'empêche qu'il y a là un réel problème, car les points où se produit le "code-switching" ou le "code-mixing" ne sont pas davantage prévisibles grâce à des facteurs extérieurs à la langue.

13 Klinkenberg, dans un article qui tente de définir les niveaux en relation avec le bon usage (1982), fait justement remarquer que, dans la plupart des manuels de grammaire, "le problème des niveaux est toujours posé après celui d'un français écrit standard". Les niveaux sont donc traités dans le cadre d'une variation qui n'est entendue que comme "en plus" d'un système supposé tout à fait homogène.

14 Peut-être est-il possible de distinguer entre les deux dimensions, distance du vernaculaire et attention portée au discours (Bell, 1984). C'est, me semble-t-il, ce que montre aussi la distinction proposée par Blanche-Benveniste (1982), entre "langue des dimanches" et "langue de tous les jours", qui transcende la question des niveaux et n'est établie que sur des bases linguistiques.

15 Une première traduction de ce texte de 1913 est parue en 1923 ; elle se présente comme une "version française", où les personnages sont originaires de la rue Mouffetard ou de Carcassonne. Les séquences de français populaire m'y semblent pourtant moins caricaturales que dans la traduction de 1983.

16 Ce problème de cohérence concerne plus généralement la façon dont l'écrit et les écrivains se trouvent démunis devant la représentation d'une langue orale non normée, comme par exemple les approximations parfois très fantaisistes que Molière ou Balzac offrent de la langue des paysans, ou les stéréotypes proposés par Eugène Sue pour la langue du peuple de Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Gadet, « Niveaux de langue et variation intrinsèque », Palimpsestes, 10 | 1996, 17-40.

Référence électronique

Françoise Gadet, « Niveaux de langue et variation intrinsèque », Palimpsestes [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1504 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1504

Haut de page

Auteur

Françoise Gadet

Université Paris X - Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals