Navigation – Plan du site

Le niveau de langue repère1

Lance Hewson
p. 77-92

Résumés

Cet article vise à démontrer que les concepts de "niveau de langue" et de "registre", tels qu’on les utilise traditionnellement, fonctionnent mal, à la fois pour une seule langue, et surtout à l’intérieur de la problématique de la traduction. Après une brève présentation des approches en France et outre-Manche, nous proposons un modèle à six niveaux, allant du plus vaste, le cadre culturel, au plus spécifique, le contexte discursif et le contexte attesté de réception, permettant d’isoler, pour tout texte, son "niveau de langue repère". Un exemple journalistique ainsi qu’un exemple littéraire montrent la mise en œuvre du modèle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans un premier temps, j'avais envisagé de parler du "niveau de langue zéro". Or, d'après les discu (...)

1Il semble généralement admis que tout locuteur est à même de reconnaître, à l’intérieur de sa langue maternelle, des niveaux de langue et des registres. On admet également que les deux concepts traduisent un certain flou, dans la mesure où l’on a recours, souvent sans le dire ou même le savoir, à un modèle non-défini d’une langue prétendument "standard". Enfin, on a tendance à se servir de ces concepts en traduction, comme si les "niveaux" — subjectifs et à caractère nécessairement unilingue — étaient directement transposables dans une deuxième langue. Cette esquisse rapide et sans doute caricaturale de l’état des lieux laisse entrevoir la double finalité du présent article : revenir sur ces deux concepts, afin de mieux cerner leurs contours ; étudier les problèmes posés par les "niveaux" et/ou registres dans l’optique très spécifique de la traduction.

  • 2 Voir, par exemple, la définition de niveau de langue donnée par A.J. Greimas et J. Courtés (1979, p (...)

2Si l’on admet facilement que les niveaux de langue existent, il n’y a pas, me semble-t-il, le moindre consensus sur la manière dont il convient de les identifier ou de les analyser. La distinction, à mon avis nébuleuse, entre niveau de langue et registre2 traduit bien la confusion générale. En fait, si les niveaux de langue existent, où se situent-ils ? S’agit-il d’un fait linguistique ou sociolinguistique ? Convient-il d’évoquer l’appartenance des sujets à un milieu socioculturel et/ou de définir une série de registres auxquels tout texte est censé pouvoir appartenir ?

  • 3 Voir Chuquet et Paillard, 1987, p. 216 : "Avant de traduire un texte, il importe d'identifier le re (...)
  • 4 Voir la définition du niveau de langue donnée par Hélène Chuquet, 1990, p. 159 : "différents types (...)
  • 5 Voir la définition du niveau de langue donnée par Claude et Jean Demanuelli, 1991, p. 238 : "un ens (...)
  • 6 Chuquet et Paillard, 1987, p. 216.

3La recherche en France et en Grande-Bretagne apporte un certain nombre de réponses à ces questions, mais avec des orientations sensiblement différentes. Si, dans les deux pays, on évoque volontiers le socioculturel, il y a, en France, une certaine réticence à aller au-delà de constatations générales, à savoir l’identification, pour tout texte3, d’un registre donné et l’évocation de l’appartenance du locuteur à un milieu social donné4. Cette approche se traduit très souvent par des commentaires fort justes, mais difficilement généralisables ou reproductibles : on dit qu’un certain nombre de marqueurs produisent un effet de niveau de langue5, on renvoie aux indications données dans les dictionnaires6.

  • 7 Voir surtout son Language as Social Semiotics, 1978.
  • 8 Voir surtout les chapitres 3 et 4.
  • 9 Cf. Halliday, 1978, p. 226 : "We always listen and read with expectations, and the notion of regist (...)

4En revanche, les orientations outre-Manche sont plus ambitieuses : en s’inspirant surtout des recherches de M.A.K. Halliday7, on veut proposer un cadre général susceptible de rendre compte de la diversité des registres. Il s’agit, on le sait, de faire une distinction entre field, tenor et mode, où le premier recouvre à la fois ce que l’on peut appeler le contexte situationnel, l’activité des interlocuteurs et le sujet de l’échange. Le concept de tenor rend compte, lui, des rapports entre interlocuteurs, tandis que celui de mode recouvre le canal ou support choisi. Mais il faut noter que cette orientation s’est largement inspirée de la recherche sur les corpus oraux, et il s’avère que, même replacée dans un cadre sémiotique plus général — c’est le but de B. Hatim et I. Mason dans Discourse and the Translator8, — elle souffre d’un certain nombre de limitations, surtout dans l’optique de la traduction. En fait, il me semble que cette approche ne permet, de façon satisfaisante, ni de situer, ni d’explorer les modèles sous-jacents grâce auxquels peuvent se mesurer les écarts appelés niveaux de langue. En outre, si l’on admet volontiers que, dans la suite logique du modèle, il y a normativité et attente9, on voit mal, en se limitant au cadre des linguistes britanniques, comment mesurer l’incidence de ce double mouvement normatif et expectatif sur l’effet niveau de langue. Aussi convient-il d’esquisser un cadre à la fois plus général et, on l’espère, plus productif.

  • 10 C'est le point de départ de l'article de J. Authier et A. Meunier (1972, p. 49), intitulé "Norme, g (...)
  • 11 Voir, à titre d'exemple, l'article de Maurice Rouleau, "La voix passive dans les textes médicaux et (...)

5Si, dans les jugements sur le niveau de langue, l’existence d’un modèle — voire sa nécessité — ne fait guère de doute10, il est extrêmement difficile de dire avec précision d’où vient ce modèle, ou, en termes un peu naïfs, où il "se trouve". En fait, la confusion d’étiquettes dans les dictionnaires nous montre que le peu de consensus qui existe s’appuie sur le besoin d’une langue "correcte" ou "standard". Le modèle ainsi esquissé est supposé être intégré dans la compétence de chaque locuteur. De toutes manières, le modèle s’impose, entraînant une normativité passive, et des idées reçues souvent fausses sur tel ou tel type de texte11. Sortir de ce flou implique la relativisation d’un modèle d’une généralité paralysante qui fait néanmoins autorité à l’intérieur d’une langue donnée ; il ne peut y avoir, au mieux, que normes et attentes qui sont, certes, pour une grande part préconstruites, mais variables en fonction d’une situation globale donnée. On est tenté de localiser les normes dans les textes, les attentes au niveau des interlocuteurs, mais il importe de voir que normes et attentes prennent appui sur un ensemble plus vaste, qui va du plus large, le culturel, au plus spécifique, le contexte discursif, en passant à la fois par le situationnel, le support et son contexte de réception, et les interlocuteurs. Cela donne le schéma suivant :

6Ce schéma appelle un certain nombre de commentaires.

  1. Le niveau le plus élevé est nécessairement le culturel, permettant de rendre compte à la fois du dicible et du prévisible à l’intérieur d’une culture donnée. On peut ainsi identifier des traits pertinents qui valent pour l’ensemble d’un système de représentation, et constituent donc des normes en puissance.

    • 12 1978, p. 33.
    • 13 1990, p. 241.

    Le cadre socioculturel et situationnel intègre et dépasse le "cadre institutionnel" de M. Halliday12 ou le "cadre professionnel et le cadre social" suggérés par B. Hatim et I. Mason13. Il constitue un premier niveau de contextualisation par rapport au potentiel que constitue le niveau culturel pré-requis. Il relie le plus souvent le cadre et l’événement — par exemple, le palais de justice (en tant qu’institution) et un procès particulier — et permet d’affiner les normes réglant la mise en discours. Il importe de souligner que tel ou tel contexte se prête aux formes d’expression les plus diverses, qui vont, par exemple, du reportage télévisé au roman.

    • 14 Le roman d’'aventures", par exemple, annonce la couleur dès la couverture.

    En passant au niveau suivant, c’est-à-dire le bloc constitué par le support et par les conditions de production et de réception, le modèle normatif se précise davantage. Outre la distinction fondamentale entre discours oral et discours écrit, il permet des distinctions plus ou moins fines, donc des degrés plus ou moins productifs de prévisibilité et d’écart. Il s’agit d’attentes socioculturelles influencées par la nature et l’identité du support. Ainsi, l’attente associée au roman, par exemple, sera motivée culturellement et prendra une forme plus précise selon le type de roman14. La série [médias -> presse -> presse dite de qualité -> the Times] comportera des tendances de mise en discours de plus en plus contraignantes : choix d’orientations idéologiques, préférences lexicales et syntaxiques.

    • 15 Voir sur ce point Hewson et Martin, 1991, p. 26.
    • 16 Il s'agit, bien entendu, d'auteurs repérés dans et récupérés par le système socioculturel.

    Le quatrième niveau examine le contrat reliant les interlocuteurs15. Il s’agit non seulement de prendre en compte l’intentionnalité du producteur et les rapports entre interlocuteurs, mais d’isoler les attentes liées à l’identité même des interlocuteurs, qu’ils soient producteur(s) ou récepteur(s). Quand le téléspectateur découvre M. Marchais à la télévision, une série d’attentes se trouve mise en jeu, probablement subjective et allant vers la caricature, mais qui fonctionne une fois encore comme modèle permettant de mesurer en terme d’écart chaque nouvelle intervention du personnage. Il en va de même pour l’échange entre individus, où le facteur situation sociale (niveau 2) peut être complémenté ou transformé par le facteur identité. Dans un autre ordre d’idées, le support "roman" se précisera avec l’identité de l’auteur, qui s’insérera alors dans le réseau d’attentes16.

  2. Le niveau suivant, le contexte discursif, n’a de sens que par rapport aux quatre niveaux précédents. Certes, lorsqu’on parle de politique ou de médecine, apparaissent un vocabulaire plus ou moins ciblé ou spécialisé et quelques tournures syntaxiques statistiquement prévisibles. Mais ce n’est qu’au moment où les niveaux supérieurs ont fait l’objet d’une analyse que l’effet normatif se précise.

  3. Le dernier niveau, enfin, traite du contexte réel de réception. Celui-ci s’avère nécessaire pour faire les ajustements qui s’imposent entre le contexte prévu et le contexte attesté. Autrement dit, un message peut être détourné, déformé — la citation hors contexte n’est qu’un exemple parmi d’autres. Ce facteur, bien entendu, se révèle primordial pour la traduction. Il faut prévoir que ce dernier niveau peut mettre, si je puis dire, "sens" dessus dessous le schéma normatif qui se dégageait.

  4. Le jeu de normes et d’attentes constitue une tension entre producteur et récepteur, qui, eux, incarnent une mesure de liberté par rapport à un système de plus en plus normé. Cette liberté, ou espace de créativité, peut, à son tour, finir par influer sur le système, et à terme modifier normes et attentes.

  5. Pour conclure, l’effet niveau de langue revient à un écart par rapport au schéma normatif tel qu’on peut le dégager en analysant une situation donnée en fonction des six niveaux que je viens de définir.

7Cet ensemble vise à démontrer que, s’il n’y a pas de modèle général repérable, il existe, en revanche, pour tout discours, ce que l’on peut appeler un niveau de langue repère (de référence), qui s’instaure en fonction des éléments dégagés ci-dessus, et que je vais préciser à partir d’un exemple simplifié qui montrera la mise en œuvre du modèle et les contours des niveaux repère qui s’en dégagent. Il s’agit d’articles parus le 16 novembre 1992 dans des quotidiens britanniques et faisant état de l’hospitalisation de Brigitte Bardot (voir Fascicule des textes de référence). L’événement se résume ainsi : après la découverte d’un troupeau de moutons mourant de faim, la star aurait, lors d’une soirée, mélangé tranquillisants et alcool, et aurait perdu connaissance. D’où son hospitalisation et l’intervention d’une équipe médicale qui a dû utiliser une pompe stomacale.

8Les textes présentés par la presse britannique montrent toute la difficulté d’une analyse menée à partir des seules données textuelles, ou menée en ne retenant que l’aspect générique de l’"article de presse". Par ailleurs, une classification de ce type, nous l’avons vu, ne saurait nous éclairer correctement. En effet, si la présentation de l’information est variée, l’élément commun reste : "Brigitte Bardot hospitalisée". Mais à la lecture de ces articles, deux constatations s’imposent. On remarque une relative stabilité autour de la description de l’état psychique de l’actrice et l’utilisation de termes quasi identiques s’agissant de l’intervention pratiquée à la clinique. Si la prise de médicaments est parfois l’objet d’une interprétation, donc de variations, l’image de la personnalité est bien ancrée dans la culture britannique et les journalistes peuvent faire appel à tel ou tel aspect de sa vie, censée être en partie connue du public. On ajoutera à ces constatations trois remarques concernant le contexte large auquel nous sommes confrontés dans ces textes.

    • 17 Il faut souligner l'antériorité des bulletins de radio et des journaux télévisés.

    Le cadre socioculturel fournit des modèles en puissance permettant de traiter de la "vie des stars", ainsi que, dans la terminologie de la presse populaire, d’une "légende" bien précise : Brigitte Bardot. Le cadre situationnel, lui, repose, certes, sur un événement et son ancrage dans le temps, mais aussi sur le fait que cet événement a déjà été repris dans les communiqués de presse et dans les médias17.

  1. On est confronté, bien entendu, à des supports écrits connus, dont chacun possède son public type ; notons que les conditions de production, ainsi que les conditions d’accès à l’information, ne sont pas précisées dans les textes eux-mêmes.

  2. Quant à la rubrique "intentionnalité", elle joue, naturellement, un rôle capital dans la sélection et la présentation des faits.

  • 18 J'ai volontairement raccourci le deuxième article du Mirror, qui n'est pas directement comparable a (...)

9Je tâcherai de démontrer qu’il existe, pour ces articles, trois "niveaux de langue repère", le premier correspondant à un groupe de cinq articles, le deuxième à deux articles, et le dernier n’étant perceptible que dans un seul article. Je me bornerai à identifier cinq éléments dans chaque article18. Il s’agit (i) du titre, (ii) de la description de Brigitte Bardot, (iii) de la prise de médicaments, (iv) du traitement à la clinique et (v) de la réaction qui lui est prêtée à la découverte des moutons morts. Le tout est récapitulé dans le tableau ci-après, en commençant par la presse dite de qualité.

Support

Description

Médicaments

Traitement

Réaction

Independent “Bardot overdose”

Brigitte Bardot

• the former actress

• France’s leading animal rights activist

• after taking an overdose of tranquilisers

• to have her stomach pumped

• under great stress

Times “Bardot in drug scare”

Brigitte Baudot

• the French film star turned animal-rights activist

•Mme Bardot, 58, who retired from the cinema in 1972

• consuming tranquillisers

• a condition caused by taking tranquillisers

• “taken a turn”

• treatment •had her stomach pumped

• stress brought on by her animal rights work •particularly upset

Guardian “Brigitte Bardot leaves hospital after tranquillizer overdose”

Former French film actress Brigitte Bardot • Miss Bardot, aged 58 • an ardent campaigner for better treatment of animals.• her animal rights work

• taking too many tranquillizers

• after having her stomach pumped

• feeling under strain

Mail

“Bardot in drug overdose”

Brigitte Bardot

• the former film star

• Bardot, 58

• now renowned for her animal rights campaigning

• drug overdose

• collapsed

• mixing cocktails/ tranquillizers

• unconscious • taken tranquillizers

• her stomach was pumped

• five hours under surveillance

• distressed ’devastated’

Today

“Drug suicide bid by Bardot over animal cruelty”

•Brigitte Bardot

• the 58-year old screen legend

• the Sixties sex kitten

• attempt suicide

• overdose of sleeping pills •took the overdose

• after having her stomach pumped

• treatment

• distraught •under severe stress

• depressed & suffered nightmares

Mirror (A) “Drug-scare Bardot sad over sheep”

Former sex-kitten Brigitte Bardot

•the 58-year old animal lover

•took an overdose

• accidentally mixing dinner drinks with tranquillisers

depressed

Mirror (B)

a) “Animal passion”

b) “Star upset aver sheep”

c) “The deaths that drove anguished Bardot to overdose”

tumbling into the sexual Sixties

• The dedicated animal lover and the sex goddess • Bardot, the actress with the famous pout and long blonde hair

• collapsing from a drugs overdose

• The affair is being explained away as an accident

• She took a few too many tranquillisers, say friends, after becoming deeply upset...

• deeply upset

Sun “Bardot in drug scare”

• Brigitte Bardot

• the actress

• a fanatical animal rights activist

• the 58-year old star

• Brigitte, who abandoned acting in the mid-70’s

• took an overdose of tranquilisers •collapsed •D’Ormale insisted the overdose was accidental due to a mixture of tranquilisers and wine

• doctors pumped her stomach

• depressed

• distressed •stress

Star

“Sad star Bardot in pill drama”

• screen-goddess Brigitte Bardot

• Bardot, 58

• The French actress

• Bardot, who has retired from the cinema, has become increasingly militant about animal rights...

• after an apparent overdose of tranquillisers

• after having her stomach pumped

• upset

10Le niveau socioculturel semble fournir, du moins ici, trois modèles pour le traitement des stars. On peut insister sur les gloires du passé ; on peut mettre en valeur les tournants de la vie et la conversion de la star à une vie moins exceptionnelle, en insistant soit sur les traits positifs, soit sur les problèmes rencontrés. C’est en combinant modèle socioculturel, événement et support, qu’on peut dégager le fonctionnement de base qui permet de cadrer les effets de niveau de langue.

  • 19 Tout dépend de l'identité du journal. Il n'est pas certain que "activist" soit un terme positif dan (...)

11La presse dite de qualité met en avant la conversion de la star à la protection des animaux. Il en va de même pour le Mail. Les références au passé sont minimales et cette conversion présentée dans des termes globalement positifs19 : "animal rights activist", "France’s leading animal rights activist", "an ardent campaigner for better treatment of animais", "now renowned for her animal rights campaigning". En même temps, on ne remarque aucune dramatisation de l’état psychique de la personne (par exemple, "feeling under strain"). La description de la prise de médicaments est dédramatisée au maximum (dans l’Independent : "after taking an overdose of tranquilisers") sauf dans le Mail, qui joue avec le doute suscité par le titre quant à la nature de la drogue en question. C’est dans la mesure où le niveau de langue se confond ici avec le respect accordé au personnage, éliminant ainsi tout choix de terme qui puisse "choquer", qu’on peut alors parler de niveau de langue "repère". Il s’agit d’adhérer ainsi à l’identité programmée.

12Le Sun suit à peu près le même chemin que le Times, sans doute en partie parce que ce journal a accès aux mêmes sources. Vu son caractère plus populaire, le niveau de langue repère, tel qu’on peut le définir dans la presse dite de qualité, est légèrement modulé par des termes plus excessifs, en l’occurrence "fanatical", et par une identification au personnage principal ("Brigitte"). On note que le passé de l’actrice est pratiquement gommé ("the actress").

13Le Mirror, en revanche, insiste sur la légende du passé, ce qui, vu son orientation générale, débouche sur une série de préconstruits du type "screen goddess", "the sexual sixties", "the sex goddess", "former sex kitten". L’état psychique actuel de la star n’est pas censé intéresser les lecteurs de ce journal, mais les difficultés vécues par l’actrice sont largement commentées. Clichés, exagérations, telle est la constante. Le Star, moins prolixe, reste dans la même veine.

14Enfin Today met l’accent sur les traits exceptionnels qui font du personnage l’acteur d’une tragédie. Le "drug suicide" annoncé par le titre montre bien le trait "excès" qui s’instaure, surtout quand on décrit l’état psychique : "distraught", "under severe stress", "depressed and suffered nightmares". Ce qui relève de l’exception devient le niveau repère de référence.

15Il est intéressant de noter que le traitement subi à la clinique est décrit dans des termes presque identiques dans tous les articles (on peut mesurer le poids du cadre institutionnel sur le niveau de langue), et que l’on parle de l’état psychique en évitant toute dérive vers le familier. On voit bien que l’effet global de niveau de langue dépend non d’un seul élément, mais de l’effet cumulé d’éléments bien divers. Le Star, par exemple, ne sombre pas dans la "vulgarité" que ses lecteurs attendent avec impatience. On voit ici l’esquisse d’une réponse à la question posée par l’hétérogénéité des textes, qui, dans mon optique, est un effet inévitable du nombre de niveaux pris en compte pour les analyses.

  • 20 1987, p. 218.

16Le passage du monde unilingue à celui de la traduction est souvent douloureux. Quand on aborde la problématique des niveaux de langue, il convient de l’intégrer à la vision globale que l’on a de la traduction. Faisons d’ores et déjà trois constatations. En premier lieu, et dans une vision quelque peu "naïve", on aura tendance à opérer au seul niveau lexical, c’est-à-dire que l’on identifiera un mot comme relevant d’un registre "populaire", par exemple, et l’on cherchera un équivalent portant la même étiquette dans la deuxième langue. En deuxième lieu, et suivant une problématique beaucoup plus sophistiquée et plus productive, on notera des décalages systématiques entre les deux langues. C’est le cas de Chuquet et Paillard20, qui déclarent :

Si l’on doit avoir le souci de respecter pour l’essentiel le style et le ton de l’original, il faut savoir qu’à registre comparable des différences sensibles de niveau de langue peuvent subsister entre l’anglais et le français.

  • 21 Il s'agit, en fait, d'un bel exemple du problème que j'ai évoqué plus haut. Chuquet et Paillard cit (...)

17Ils donnent, pour la langue de la diplomatie et de l’économie21, les exemples suivant :

Texte de départ

Texte d’arrivée

said

a déclaré

to stop

mettre fin à

conjoncture plus favorable

upturn

liquidation judiciaire

go bust

18Cette vision de la traduction sera commentée ci-après. Enfin en troisième lieu, on a tendance à occulter l’importance du traducteur comme opérateur, c’est-à-dire à gommer la situation de ré-énonciation dans laquelle le traducteur se trouve. Nous aurons l’occasion de voir que, sans une véritable théorie du traducteur, toute discussion relative aux niveaux de langue demeure purement théorique, éloignée du monde réel de la traduction.

  • 22 Voir, par exemple, son ouvrage Le Commentaire de traduction anglaise, 1992, surtout la page 16, ain (...)

19Ce que j’ai appelé la vision "naïve" de la traduction repose sur un double leurre : celui qui consiste à opérer au niveau du mot comme unité de traduction, pratique dénoncée entre autres par Michel Ballard22 ; celui qui consiste à postuler que les niveaux de langue fonctionnent de la même manière dans deux langues différentes, quelles qu’elles soient. Sans même prendre en considération le flou que l’on connaît en matière d’étiquettes, il est absurde de prétendre que le "vulgaire", par exemple, fonctionne de la même façon dans deux cultures différentes. Même si c’était le cas, cela ne résoudrait en rien le problème des trous lexicaux. Si le français dispose d’une douzaine de termes familiers ou argotiques dénotant la voiture, l’anglais britannique, on le sait, n’en a pas.

20Si l’on peut démontrer sans trop de difficulté que la "vision naïve" fonctionne mal, il n’en va pas de même pour les approches comparatistes. En effet, il est tentant d’établir des normes stylistiques dans deux langues, qui servent de point d’ancrage. Cependant, force est de constater que l’on est obligé d’opérer avec des catégories très larges — la presse par exemple — et que cette approche gomme l’inévitable hétérogénéité dont j’ai fait mention ci-dessus. En revanche, l’adoption d’un modèle du type de celui que j’ai proposé permet d’aborder, sinon de surmonter, ces deux obstacles. D’une part, on ne travaille plus avec des types de textes, mais avec les six niveaux définis précédemment ; d’autre part, on est amené à voir que le jugement de type comparatiste est, en fait, un jugement biaisé, à savoir ancré dans une langue ou dans l’autre. Pour revenir à l’un des exemples de Chuquet et Paillard, il me semble plus exact de dire que le verbe anglais "say" est largement exploité dans bon nombre de domaines, de même que le verbe français "déclarer". Il s’agit, dans les deux cas, du niveau repère de référence, à savoir une occurrence hautement prévisible et donc a priori "normale". De cette manière, on évite la comparaison directe et trompeuse entre les deux langues.

  • 23 Hewson & Martin, 1991.

21Quelle que soit la vision que l’on a de la traduction, celle-ci doit comporter, à mon avis, un volet réservé au traducteur. Il serait trop long de développer ici cette problématique, que j’ai pu, avec Jacky Martin, explorer ailleurs23. Je me limiterai à quelques remarques essentielles.

  1. Le traducteur n’est pas un opérateur neutre, mais un individu, avec à la fois son histoire linguistique et culturelle, sa compétence linguistique et sa propre conception de la traduction.

  2. Chaque acte de traduction implique un positionnement par rapport aux deux langues-cultures en présence, où l’on peut essayer de privilégier les caractéristiques linguistiques, voire idéologiques, de la langue de départ, ou bien de les normaliser au maximum.

  3. Le traducteur travaille sous la direction d’un commanditaire. Traducteur et commanditaire peuvent être le même, mais dans la vaste majorité des cas, il s’agit d’une instance externe, qui impose ses conditions, quelles qu’elles soient, à l’acte traductif.

    • 24 Pour les "oublis" en traduction, voir Hewson, 1993. J'ai cité dans ma thèse un bel oubli (ou censur (...)

    Le traducteur est amené à choisir son texte d’arrivée parmi une gamme paraphrastique. Honnis la question de compétence dans l’établissement de cette gamme, il faut tenir compte des priorités établies pour chaque traduction. Or, on peut décider que, pour un certain type de travail, la question du niveau de langue n’est tout simplement pas pertinente24.

22Ces quatre conditions permettent de mieux comprendre à la fois les enjeux d’une traduction en cours, et les choix manifestés dans les traductions publiées. Mais il serait vain de prétendre que les choix que doit opérer le traducteur sont simples. En tout état de cause, il importe de relativiser ces choix, surtout lorsqu’il faut faire face aux inévitables dissymétries interculturelles engendrées par des effets de niveaux de langue. Il est à espérer que le concept de niveau de langue repère contribue à cette relativisation, et constitue un élément d’information décisif dans le choix des paraphrases potentielles. Il convient de prendre un exemple de type littéraire afin, au moins, de poser les problèmes.

23Vers la fin de Madame Bovary, l’héroïne se précipite au château de son ancien amant Rodolphe, afin de demander à ce dernier de lui prêter de l’argent. A son arrivée au château, le dialogue suivant s’établit :

  • 25 1951, p. 573.

"Tiens ! c’est vous ! dit-il en se levant brusquement.
— Oui, c’est moi !... Je voudrais, Rodolphe, vous demander un conseil"25.

24Voici trois des traductions publiées :

  • 26 Wall, 1992, p. 252.

— Well, well ! It’s you ! he said, standing abruptly.
— Yes, it’s me !... Rodolphe, I need to ask your advice.
26

  • 27 Hopkins, 1981, p. 301.

Lord ! It’s you !’ he said, getting up hastily.
’Yes, it’s me.... Rodolphe, I want some advice...’
27

  • 28 Russell, 1950, 1988, p. 320.

’You !’ he said, springing up.
Yes,’ she said : ’Rodolphe, I want to ask your advice.’
28

  • 29 Je dois cette analyse à mon collègue Philippe Rothstein.

25Il me semble que ces trois traductions soulèvent un certain nombre de problèmes, justement parce qu’on n’a pas abordé la question du niveau de langue. Il s’agit, comme j’ai essayé de le démontrer, d’un effet cumulatif, d’un écart par rapport à une norme perçue. Or, le discours de Rodolphe traduit une certaine décontraction, de façade peut-être, que son "Tiens !" rend manifeste. Le discours d’Emma semble ne pas être marqué ("Oui, c’est moi"), pour devenir, par le biais de la syntaxe, hésitante ("Je voudrais, Rodolphe, vous demander un conseil"). Les trois traductions introduisent des écarts bien différents. Le "Well, well !" de Wall fait paternaliste, le "Lord !" de Russell, tout en connotant la classe supérieure, traduit un choc, tandis que le "You !" de Hopkins relève du mélodrame. Un énoncé du type "So it’s you" semble plus approprié, dans la mesure où il permet à la fois de mobiliser le rapport d’interlocution et de banaliser l’interlocuteur, pour pouvoir aborder ensuite le contenu proprement dit29.

26Si les premières paroles d’Emma ne sont pas marquées en français, les traductions le sont, parce que l’anglais dispose d’une gamme paraphrastique qui inclut à la fois "It’s (it is) me" et "It is I". Or, quand on connaît le personnage, qui a comme modèles les héroïnes de la fiction populaire, la forme "it is I" qui, en d’autres contextes, serait absurde, paraît ici plus adéquate. Notons enfin que les trois traducteurs ont normalisé la syntaxe en anglais dans un contexte où, justement, les doutes et hésitations d’Emma sont très importants. Rien n’empêche de garder la même forme syntaxique.

27Au terme de cette analyse, il ressort que ma démarche s’inspire surtout de l’optique transculturelle qui s’impose en traduction. En effet, le caractère unique de chaque culture et de chaque système de représentation est davantage perceptible quand on essaie de mettre en regard deux langues. Seule une vision large me paraît être à même de rendre compte des complexités des modèles et écarts qui constituent les niveaux de langue. En essayant d’esquisser les contours de cette problématique, j’espère avoir ouvert la voie à une recherche plus fouillée.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER, J. et MEUNIER, A. "Norme, grammaticalité et niveaux de langue". Langue Française 16 (Décembre 1972).

BALLARD, Michel. Le Commentaire de traduction. Paris : Nathan, 1992.

BALLARD, Michel. "L’unité de traduction : essai de redéfinition d’un concept", in M. BALLARD (éd.). La Traduction à l’université. Lille : Presses Universitaires de Lille, 1993.

CHUQUET, Hélène. Pratique de la traduction. Paris : Ophrys, 1990.

CHUQUET, Hélène et PAILLARD, Michel. Approche linguistique des problèmes de traduction. Paris : Ophrys, 1987.

DEMANUELLI, Claude et DEMANUELLI, Jean. Lire et traduire. Paris : Masson, 1991.

FLAUBERT, Gustave. Madame Bovary. Paris : Gallimard, 1951.

FLAUBERT, Gustave. Madame Bovary. Traduit par Gerard Hopkins. Oxford : O.U.P., 1981. Traduit par Alan Russell. Harmondsworth : Penguin, 1950, 1988. Traduit par Geoffrey Wall. Harmondsworth : Penguin, 1992.

GREIMAS, Algirdas J. et COURTÉS, Joseph. Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage. Paris : Hachette, 1979.

HALLIDAY, Michael A. K. Language as Social Semiotics. Londres : Edward Arnold, 1978.

HATIM, Basil et MASON, Ian. Discourse and the Translater. Harlow : Longman, 1990.

HEWSON, Lance. "Les Paramètres de la traduction". Thèse de doctorat : Montpellier, 1987.

HEWSON, Lance. "The Bilingual Edition in Translation Studies". Visible Language. 27, 1/2, Novembre 1993.

HEWSON, Lance et MARTIN, Jacky. Redefining Translation. The Variational Approach. Londres : Routledge, 1991.

ROULEAU, Maurice. "La voix passive dans les textes médicaux et para-médicaux". Meta XXXVIII, 3. 1993.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Dans un premier temps, j'avais envisagé de parler du "niveau de langue zéro". Or, d'après les discussions que j'ai pu avoir avec mes collègues, il me semble que le terme "repère" est mieux approprié. Un repère est quelque chose qu'on se donne. Il s'agit donc d'un fonctionnement repère. Le niveau de langue fonctionne comme repère et est donc soumis à toutes les décisions de variation qu'un plus ou moins grand nombre de facteurs peut nous amener à prendre.

2 Voir, par exemple, la définition de niveau de langue donnée par A.J. Greimas et J. Courtés (1979, p. 254) : "En sociolinguistique, on emploie l'expression niveau de langue pour désigner les réalisations d'une langue naturelle, qui varient en fonction des classes ou des couches sociales qui l'utilisent. Cette problématique relève non d'une langue en tant que sémiotique, mais d'un système de connotation sociale : le terme de niveau introduit donc ici une confusion supplémentaire, celui de registre lui semble préférable".

3 Voir Chuquet et Paillard, 1987, p. 216 : "Avant de traduire un texte, il importe d'identifier le registre auquel il appartient, le niveau de langue du vocabulaire, plus ou moins soutenu ou familier, afin d'en respecter les caractéristiques si possibles dans le détail et, en tout cas, globalement".

4 Voir la définition du niveau de langue donnée par Hélène Chuquet, 1990, p. 159 : "différents types d'usage linguistique qui varient selon le milieu et la situation où se trouve le locuteur (milieu socioculturel, classe d'âge, milieu professionnel, etc.)".

5 Voir la définition du niveau de langue donnée par Claude et Jean Demanuelli, 1991, p. 238 : "un ensemble de marqueurs soit au même niveau d'analyse soit à différents niveaux, convergeant dans une même direction, contribuera à imprimer à un texte un certain niveau de langue (populaire / courant / familier / soutenu)".

6 Chuquet et Paillard, 1987, p. 216.

7 Voir surtout son Language as Social Semiotics, 1978.

8 Voir surtout les chapitres 3 et 4.

9 Cf. Halliday, 1978, p. 226 : "We always listen and read with expectations, and the notion of register is really a theory about these expectations, providing a way of making them explicit."

10 C'est le point de départ de l'article de J. Authier et A. Meunier (1972, p. 49), intitulé "Norme, grammaticalité et niveaux de langue" : "Selon une définition de R.-L. Wagner, une attitude normative 'implique que l'on ait discerné des niveaux entre plusieurs manières de s'exprimer, hiérarchisé ces niveaux et conféré à l'un d'eux la dignité de modèle'". Il s'agit de l'article de R.-L. Wagner et B. Quemada dans Le Français aujourd'hui, N° 8, intitulé : "Pour une analyse des français contemporains".

11 Voir, à titre d'exemple, l'article de Maurice Rouleau, "La voix passive dans les textes médicaux et para-médicaux" (1993) : M. Rouleau démontre que les idées reçues, en l'occurrence en ce qui concerne la fréquence de la voix passive en anglais et français, sont, pour les textes médicaux, trompeuses ou fausses.

12 1978, p. 33.

13 1990, p. 241.

14 Le roman d’'aventures", par exemple, annonce la couleur dès la couverture.

15 Voir sur ce point Hewson et Martin, 1991, p. 26.

16 Il s'agit, bien entendu, d'auteurs repérés dans et récupérés par le système socioculturel.

17 Il faut souligner l'antériorité des bulletins de radio et des journaux télévisés.

18 J'ai volontairement raccourci le deuxième article du Mirror, qui n'est pas directement comparable aux autres.

19 Tout dépend de l'identité du journal. Il n'est pas certain que "activist" soit un terme positif dans l'esprit des lecteurs du Times.

20 1987, p. 218.

21 Il s'agit, en fait, d'un bel exemple du problème que j'ai évoqué plus haut. Chuquet et Paillard citent un discours de Margaret Thatcher reproduit dans le Survey of Current Affairs, et un article de presse du Monde, dont le sujet est effectivement économique. Dire qu'il s'agit de la langue de la diplomatie et de l'économie masque, à mon sens, la complexité du problème, qui ne peut être résolu que dans un cadre plus large.

22 Voir, par exemple, son ouvrage Le Commentaire de traduction anglaise, 1992, surtout la page 16, ainsi que son article "L'unité de traduction : essai de redéfinition d'un concept".

23 Hewson & Martin, 1991.

24 Pour les "oublis" en traduction, voir Hewson, 1993. J'ai cité dans ma thèse un bel oubli (ou censure) concernant la langue érotique (ou vulgaire, comme on veut) dans la traduction française de The Day of the Jackal de Frederick Forsyth (voir Hewson, 1987, p. 449).

25 1951, p. 573.

26 Wall, 1992, p. 252.

27 Hopkins, 1981, p. 301.

28 Russell, 1950, 1988, p. 320.

29 Je dois cette analyse à mon collègue Philippe Rothstein.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lance Hewson, « Le niveau de langue repère », Palimpsestes, 10 | 1996, 77-92.

Référence électronique

Lance Hewson, « Le niveau de langue repère », Palimpsestes [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1510 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1510

Haut de page

Auteur

Lance Hewson

Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals