Navigation – Plan du site

Traduction et choix énonciatifs : à propos de relations discursives et traduction, sous la direction de Michel Ballard*

Hélène Chuquet
p. 169-178

Texte intégral

  • * Lille : Presses Universitaires de Lille, 1995, 299 p.

1La dernière en date des collections d’articles dirigées par Michel Ballard offre une fois de plus un matériau fort riche et stimulant, tant au traducteur qu’au linguiste, ainsi qu’à toute personne curieuse de découvrir, grâce au "révélateur" que constitue la traduction, les stratégies de structuration et de cohésion textuelle telles qu’elles se manifestent dans diverses langues. Par-delà la variété des phénomènes étudiés, dont le présent article tentera de donner un aperçu au lecteur, se trouvent posées des questions fondamentales touchant aux choix énonciatifs mis en œuvre tant dans le texte original que dans sa traduction : quelles sont les traces des choix énonciatifs de départ ? quelles sont les parts respectives de subjectivité et de contrainte dans le choix des structures expressives de la langue d’arrivée ?

2Un début de réponse à ces questions est apporté par la richesse et la variété du corpus sur lequel sont fondées les différentes études : c’est là, à mon sens, une des grandes qualités de cet ouvrage, dans la mesure où il permet au lecteur de "voir fonctionner" toute une palette de méthodes d’exploitation d’un corpus bilingue ou plurilingue, ayant pour objectif commun d’éclairer de façon raisonnée et fiable les choix observés. Comme l’écrit M. Ballard (p. 287) : "si l’on ne peut prédire à coup sûr ce que sera la traduction d’un texte, on peut quand même baliser les possibles à l’intérieur desquels s’exerceront les choix du traducteur".

  • 1 J. Guillemin-Flescher, “Le linguiste devant la traduction”. Fabula 7 (1986) : pp. 59-68.

3Une autre question à laquelle cette collection apporte implicitement une réponse est celle des rapports entre linguistes et traducteurs, telle qu’elle a souvent été posée, notamment dans cette revue (voir par exemple les réflexions de R. Lambrechts ou de J. Sévry dans Palimpsestes 8) ou encore, du point de vue du linguiste, par J. Guillemin-Flescher1 dans la revue Fabula (p. 59) : "[le] malentendu réside en ceci que la réflexion des traducteurs littéraires s’oriente en général vers la façon dont il faut traduire, alors que le linguiste ne peut réfléchir que sur la façon dont on traduit, autrement dit sur le produit fini". La complémentarité entre les articles d’analyse linguistique et les études centrées sur l’acte de traduction, ainsi que la variété des registres représentés dans le corpus, permettent de faire apparaître les liens entre les trois niveaux de l’activité langagière distingués par J. Guillemin-Flescher (op. cit., pp. 59-60) : le niveau des "contraintes syntaxiques incontournables" auquel se situe la réflexion linguistique ; le niveau de "l’organisation particulière du discours" auquel se situe la réflexion théorique sur la traduction littéraire ; enfin, le niveau intermédiaire de "l’organisation collective du discours", auquel les deux types d’analyse sont appelés à se rejoindre. La nécessité d’apporter plusieurs éclairages théoriques à une activité aussi complexe que la traduction et d’inscrire les différentes démarches en complémentarité plutôt qu’en opposition les unes avec les autres est défendue avec force par la composition même de cet ouvrage.

4Les douze contributions réunies ici ont pour objet d’explorer un domaine tout à fait crucial pour la lecture et la traduction des textes, quels qu’ils soient :

Il s’agit d’examiner ce qui constitue le texte dans sa cohésion discursive, sémantique, logique, dans sa continuité, dans les relations que non seulement des syntagmes, des propositions ou des phrases entretiennent entre eux mais aussi ces réseaux tels que les temps, l’anaphore ou l’isotopie établissent entre des éléments lexicaux ou grammaticaux pour construire et structurer un tissu discursif. (p. 7)

5Ce programme, annoncé par M. Ballard dans la présentation de l’ouvrage, est ambitieux, et l’un des grands mérites du volume est de donner au lecteur l’impression d’une grande homogénéité et d’une communauté de préoccupations, à travers la diversité des approches et des points traités. On s’aperçoit en effet que c’est par l’interaction d’une palette très variée de marqueurs que se construit la cohésion textuelle et, bien que traitant de domaines apparemment éloignés les uns des autres, les différents articles se font écho et nous ramènent régulièrement à certaines constantes d’importance primordiale : notion de point de vue énonciatif, problèmes d’ambivalence et d’ambiguïté, explicitation et hiérarchisation des relations interphrastiques

6La problématique du point de vue constitue le lien entre les différentes études centrées sur la fonction du verbe dans la cohésion textuelle. Deux articles examinent le rôle joué dans la structuration textuelle par certaines alternances de formes aspecto-temporelles : à travers des exemples où le prétérit anglais équivaut, dans une situation de discours donnée, au plus-que-parfait français, G. Garnier montre comment deux systèmes de formes linguistiques qui paraissent similaires peuvent donner lieu à des divergences d’emploi en discours, et à des modes d’expression différents de l’antériorité dans le passé ; E. Gonzalez, quant à elle, tire de son étude statistique de la fréquence relative des formes de présent, de passé composé et de passé simple dans la presse française et portugaise des conclusions sur la plus ou moins grande "distanciation temporelle ou psychologique de l’énonciateur par rapport aux événements qu’il narre" (p. 52).

  • 2 On peut citer par exemple les conséquences de l’évolution différente du passé composé français et d (...)

7Dans les deux cas, il apparaît clairement que le choix entre les formes disponibles aux locuteurs des deux langues en présence ne repose pas tant sur des distinctions "objectives", définissables en termes d’antériorité, de postérité, ou de mesure quantitative des intervalles temporels, mais bien plutôt sur la construction du repérage par rapport au paramètre subjectif de la situation d’énonciation (origine ou rapportée). G. Gantier insiste sur le fait que "le recours soit à l’antériorité soit à la postérité est imposé par le point de vue" (p. 32) et emploie à juste titre le terme de "rétrospective" ou encore l’expression "l’après de l’événement, champ dans lequel se trouve situé le sujet grammatical", qui reflètent plus fidèlement l’opération qui est à l’œuvre. Le jeu sur l’alternance entre formes simples et formes composées portant la marque de la dépendance vis-à-vis d’un point de vue subjectif a une influence capitale sur la structuration du texte, par l’instauration de relations hiérarchiques entre les procès, et la non-équivalence de formes pourtant comparables des deux langues mène parfois à des restructurations inévitables des relations discursives dans le processus de traduction2.

  • 3 J. Guillemin-Flescher, “Traduire l’inattestable”. Cahiers Charles V 6 - Linguistique comparée et tr (...)

8Dans l’étude de D. Kibbee sur les notions d’assertion et d’atténuation à travers les emplois de seem et de sembler dans Alice’s Adventures in Wonderland de Lewis Carroll et ses traductions françaises, c’est de point de vue modal qu’il est question. Un relevé statistique exhaustif de ces deux verbes permet à l’auteur d’émettre certaines hypothèses sur les paramètres syntaxiques et énonciatifs influençant les choix de traduction, et notamment sur la corrélation entre phénomènes d’ambiguïté du point de vue et variations entre traducteurs. D. Kibbee conclut notamment de ses observations que "les conditions pour l’emploi de sembler, paraître, avoir l’air sont plus restreintes que celles en anglais pour l’emploi de seem, et elles sont liées à l’hésitation provoquée par le décalage entre l’attendu et le réel, entre la préconception et la sensation, plutôt que par la simple non-objectivité du jugement", rejoignant ainsi, quoique par une démarche différente, les conclusions de J. Guillemin-Flescher3 sur les différences dans le degré d’assertion entre le français et l’anglais, et apportant des arguments vérifiables susceptibles d’étayer la généralisation souvent avancée selon laquelle l’anglais serait une langue plus "modalisante" que le français.

  • 4 Voir les travaux de C. Fuchs sur la question, en particulier C. Fuchs (éd.), L’Ambiguïté et la para (...)

9La question de l’ambiguïté, évoquée à propos de l’article de D. Kibbee, est au centre de l’étude de R. Landheer intitulée "Relations discursives plurivalentes et traduction". Landheer s’intéresse en effet aux problèmes de choix posés au traducteur par la plurivalence et l’ambiguïté intentionnelle que l’on rencontre dans les jeux de mots ou dans l’exploitation en discours de l’homophonie lexicale. Partant d’exemples variés tirés du français, de l’anglais, de l’allemand et du néerlandais, il s’élève de façon convaincante contre le "dogme de l’intraduisibilité" (p. 94) et illustre quelques-unes des stratégies que le traducteur est amené à mettre en œuvre afin d’aboutir à une équivalence fonctionnelle et de trouver ce qu’il appelle un "équilibre textuel". Landheer rappelle utilement la place qu’occupent la polysémie, l’ambiguïté et l’ambivalence au cœur même de l’activité langagière et le défi que constitue pour tout traducteur l’exploitation qui en est faite par les énonciateurs4.

10Il est d’ailleurs significatif de constater que la question de l’ambiguïté apparaît en filigrane dans bon nombre de contributions au recueil. A propos de l’anaphorisation des noms de personnes, J.D. Gallagher explique certains choix divergents du français et de l’anglais par la nécessité d’éviter l’ambiguïté liée aux différences de fonctionnement du genre dans les deux langues. Ce même auteur, examinant dans un autre article la traduction en anglais et en allemand d’énoncés français dans lesquels sont effacés les connecteurs adversatifs et concessifs, constate qu’alors que la juxtaposition de deux prédications permet, en français, à l’énonciateur d’entretenir l’ambivalence sur la valeur de la relation qu’il établit entre elles, l’introduction d’un connecteur dans la langue d’arrivée a pour effet nécessaire la désambiguïsation. On trouvera aussi dans l’article de M. Ballard certains exemples d’emploi de la conjonction and dans lesquels se superposent plusieurs valeurs possibles (par exemple : successivité + but ou conséquence, ou encore simultanéité + opposition), et qui donnent lieu à un choix univoque dans la traduction française. On le voit, l’ambivalence est un phénomène qui touche à toutes les composantes du discours et nous trouvons ici des exemples qui en illustrent les potentialités métaphoriques au niveau lexical et argumentatives au niveau syntaxique. On pourrait ajouter — et sans doute une analyse du phénomène aurait-elle éclairé certaines remarques à propos du passé composé et du passé simple dans l’étude d’E. Gonzalez citée plus haut — l’ambivalence aspectuelle inhérente à certaines formes verbales (présent et passé composé français, prétérit simple anglais), qui pose elle aussi des problèmes de choix au traducteur.

11Corollaire de l’ambiguïté, et trace lui aussi d’un choix énonciatif, le phénomène de l’explicitation, dans la traduction, des relations entre les procès ou les propositions obéit à certaines contraintes, qui varient à la fois selon le type de discours, les intentions de l’énonciateur-origine et l’organisation discursive dominante propre à chaque langue.

12Dans un article consacré aux "indicateurs de continuité dans le discours de vulgarisation scientifique" en français et en espagnol, A.-M. Loffer-Laurian examine le rôle de certains éléments de liaison (démonstratifs, marqueurs "d’affirmation renforcée" tels c’est... que, en fait, marqueurs d’opposition ou de liaison logique, indicateurs de continuité temporelle tels adverbes, dates etc.) dans la cohésion et les enchaînements du discours. Bien que la comparaison entre les deux langues ne soit pas menée de façon très probante, l’article a néanmoins le mérite de montrer à quel point le discours scientifique a besoin de marqueurs permettant de "garantir l’enchaînement logique des idées" (p. 56), et de mettre en lumière, à travers les exemples proposés, la diversité des marqueurs de cohésion disponibles.

  • 5 J. Guillemin-Flescher. Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction. Gap : (...)

13Les quatre articles du recueil traitant, sous des angles divers, des relations d’opposition et de contraste à travers l’étude de connecteurs tels mais, cependant en français, but en anglais, doch, aber en allemand, font tous intervenir cette notion d’explicitation comme critère d’analyse et parfois de jugement. C’est un domaine dans lequel il est particulièrement délicat d’arriver à des généralisations fiables, et où toute tentative de définition d’une "tendance" risque à tout moment d’être prise en défaut. Ainsi J.D. Gallagher propose-t-il toute une série d’exemples (pp. 214-216) qui vont dans le sens de la thèse déjà avancée par J. Guillemin-Flescher5 quant à l’explicitation des relations intra- et inter-énoncés en anglais. Il va même jusqu’à affirmer que "l’allemand [...] se refuse, à la différence du français, à admettre la suppression systématique des connecteurs adversatifs et concessifs" (p. 209), mais il souligne à juste titre, dans sa conclusion, les dangers de toute généralisation abusive dans un domaine qui relève plus qu’un autre de choix stylistiques subjectifs.

14Les observations de M. Salama-Carr sur les traductions de but en français sont particulièrement intéressantes, dans la mesure où l’auteur part de deux types de corpus appartenant à des registres qui illustrent deux attitudes différentes vis-à-vis du processus de traduction : traduction interprétative d’articles tirés du Courrier de l’UNESCO, par opposition à la littéralité dans la traduction d’une pièce de théâtre de John Arden. C’est dans le premier cas qu’elle observe une tendance régulière chez le(s) traducteur(s) à préciser l’enchaînement et à introduire une force argumentative qui n’existe pas dans l’original anglais, et elle pousse le lecteur à s’interroger sur le degré de contrainte qui motive ce choix :

Le phénomène de l’explicitation est dû à la nature même de l’opération traduisante ; une traduction est généralement plus explicite que son original parce que le traducteur, pour opérer, doit résoudre l’ambiguïté éventuelle ou, du moins, se sent contraint de le faire. Qu’il soit permis de suggérer également une certaine méfiance acquise par le traducteur, et très souvent justifiée, dans l’exercice de son métier, par rapport à l’emploi de ce qui pourrait sembler représenter l’équivalent le plus proche au sens étroit du terme. (p. 198)

  • 6 J. Simonin, “Les plans d’énonciation dans Berlin Alexanderplatz de Döblin : de la polyphonie textue (...)

15Se trouve ainsi posé le problème de l’obstacle à l’analyse contrastive "objective" que constitue le rôle du traducteur comme source de restructuration, d’explicitation et de désambiguïsation face aux choix énonciatifs individuels d’origine. Le lecteur est constamment invité à la réflexion sur les "dangers" éventuels de ce que J. Simonin6 avait qualifié de "ménage énonciatif" opéré par le traducteur, en fonction de son interprétation de la construction textuelle de départ.

  • 7 C. Demanuelli, Points de repère : approche interlinguistique de la ponctuation français - anglais. (...)

16La question de l’interprétation des effets stylistiques et rhétoriques de certains marqueurs de structuration textuelle, ainsi que de leur explicitation plus ou moins fondée par le traducteur, se retrouve au centre de l’article de C. Demanuelli intitulé "La virgule en question". L’auteur de Points de repère7 nous offre ici une étude très fine des emplois de la virgule en français et en anglais, dont elle met en évidence la fonction syntaxique et sémantique, énonciative et stylistique. Les différences d’usage entre français et anglais dans le domaine de la ponctuation et l’impossibilité en anglais de certains emplois "connotatifs" de la virgule (à des fins de mise en relief, par exemple) ont des incidences sur la traduction et peuvent donner lieu à des modifications, voire à des infidélités par rapport au texte de départ.

17Les changements de ponctuation et d’agencement observés aboutissent non seulement à l’explicitation, mais aussi à la hiérarchisation des relations dans la langue d’arrivée, par l’introduction de rapports de subordination et de dépendance entre les procès. Il s’agit là d’un champ d’investigation extrêmement vaste, dans lequel viennent s’inscrire la plupart des questions évoquées jusqu’ici. Les liens sont en effet indissociables entre les marqueurs lexicaux employés comme connecteurs, les structures de coordination ou de subordination et les relations argumentatives de concession ou d’opposition, et c’est bien là ce qui transparaît, même si ce n’est qu’implicitement, dans les articles sur les connecteurs, mais aussi, si l’on veut bien lire entre les lignes, dans les études portant sur la structuration aspecto-temporelle.

18Ces phénomènes d’agencement, de hiérarchisation et de liens inter-énoncés forment l’objet du long article de M. Ballard qui clôt le volume et y sont traités à partir de l’examen de la traduction de la conjonction de coordination and en français. Il est impossible en quelques lignes de rendre justice à cette étude minutieuse, exhaustive et d’une remarquable clarté d’exposition, qui allie le dépouillement statistique d’un corpus bilingue à la classification des types de coordination exprimés par and dans sa fonction de relateur syntaxique et dans sa fonction discursive et sémantique (marqueur d’apport d’information ou de progression temporelle, par exemple), afin de montrer la variété des restructurations possibles en français ainsi que l’enjeu des choix effectués au niveau sémantique et stylistique. Selon la nature des éléments reliés par and et le type de relations syntaxiques et sémantiques entre ces éléments, on trouvera en français soit le maintien de la coordination par et. soit l’explicitation de la nature de la relation interpropositionnelle par d’autres types de relateurs ou de structures introduisant une plus grande hiérarchisation dans le discours, soit au contraire l’effacement du marqueur de relation. Ce qui se dégage avec force de l’article de M. Ballard, c’est la nécessité, à la fois pour le traducteur et pour l’analyste, de prendre en compte l’ensemble de la construction textuelle et des relations interphrastiques afin de dégager la valeur des divers marqueurs de cohésion qui entrent en interaction les uns avec les autres, selon des modalités qui vont varier d’une langue à l’autre.

  • 8 Voir notamment les critiques émises à rencontre de cette démarche par J. Martin dans “La recherche (...)

19Je conclurai les réflexions que m’a inspirées ce volume par quelques remarques sur le choix et le traitement du corpus, question cruciale et souvent problématique pour tout linguiste travaillant dans une optique contrastive. La plupart des articles réunis ici ont pris comme objet d’investigation le texte traduit, démarche qui ne doit pas être considérée comme allant de soi dans le champ de la recherche en traductologie8. Si l’on accepte, comme je le fais, la légitimité du travail sur le texte traduit, on ne peut que trouver matière à s’enrichir dans la multiplicité des angles d’attaque proposée par ce volume. La plupart des démarches possibles sont ainsi illustrées, et leur complémentarité s’affirme de façon convaincante : relevé systématique des occurrences d’un marqueur dans un corpus contraint et des équivalences rencontrées dans une ou plusieurs traductions, débouchant sur des conclusions fondées sur des régularités statistiques ; étude d’un même phénomène à travers des types de discours variés ; mise en regard de corpus bilingues faisant alterner la langue de départ et le sens de traduction, particulièrement nécessaire lorsqu’il s’agit de cerner la spécificité des choix énonciatifs d’origine. Seuls quelques articles déçoivent quelque peu par le caractère insuffisamment contrastif de leur utilisation du corpus : ainsi par exemple, l’étude de but menée par J.C. Souesme, malgré l’intérêt que présente son analyse de la fonction de ce connecteur en anglais comme marqueur de "passage de frontière", propose des traductions parfois arbitraires des nombreux exemples authentiques cités, et l’on peut regretter que la gamme paraphrastique des possibilités offertes par le français ne soit pas explorée plus systématiquement.

20La réflexion des auteurs sur leur propre démarche d’analyse constitue en outre un apport méthodologique important, qui dépasse largement le cadre des questions spécifiques traitées dans les articles. Je citerai sur ce point D. Kibbee, pour qui le recours à des traductions multiples permet de "répondre à l’objection de subjectivité" (p. 73), de dépasser les considérations liées au choix individuel de tel ou tel traducteur et, à terme, d’ouvrir la voie à des généralisations plus fiables d’ordre contrastif, et surtout M. Ballard, qui souligne (p. 278) "le caractère forcément partiel de tout corpus et la nécessité de multiplier les sources d’observation pour essayer d’établir des tables de correspondance entre les différentes façons de dire selon les langues". Son étude sur and démontre bien le caractère relatif des conclusions auxquelles peut arriver l’analyste et prouve le besoin constant de remettre en cause et d’affiner les observations effectuées, afin de faire avancer la recherche en traductologie.

Haut de page

Notes

* Lille : Presses Universitaires de Lille, 1995, 299 p.

1 J. Guillemin-Flescher, “Le linguiste devant la traduction”. Fabula 7 (1986) : pp. 59-68.

2 On peut citer par exemple les conséquences de l’évolution différente du passé composé français et du “present perfect” anglais sur leurs emplois respectifs en récit : voir H. Chuquet, Le Présent de narration en anglais et en français. Gap : Ophrys, 1994 : pp. 138-151. Je renvoie également le lecteur intéressé à l’étude des fonctions textuelles du passé simple dans la presse de M. Monville-Burston et L. Waugh, “Le passé simple dans le discours journalistique”. Lingua 67 (1985) : pp. 121-170.

3 J. Guillemin-Flescher, “Traduire l’inattestable”. Cahiers Charles V 6 - Linguistique comparée et traduction : le statut modal de l’énoncé (1984) : pp. 127-146.

4 Voir les travaux de C. Fuchs sur la question, en particulier C. Fuchs (éd.), L’Ambiguïté et la paraphrase : opérations linguistiques, processus cognitifs, traitements automatisés. Centre de Publications de l’Université de Caen, 1988 et C. Fuchs, Paraphrase et énonciation. Gap : Ophrys, 1994.

5 J. Guillemin-Flescher. Syntaxe comparée du français et de l’anglais. Problèmes de traduction. Gap : Ophrys, 1981, chapitres 2 et 3 en particulier.

6 J. Simonin, “Les plans d’énonciation dans Berlin Alexanderplatz de Döblin : de la polyphonie textuelle”. Langages 73 (mars 1984) : pp. 30-56. L’expression mérite d’être replacée dans son contexte (pp. 51-52) : "Si l’on considère que la démarche du traducteur consiste, partant d’une construction textuelle, à reconstruire une interprétation, à partir de laquelle il va produire une autre construction textuelle, le texte d’arrivée est révélateur de l’interprétation qu’a faite le traducteur du texte de départ [...] Le traducteur de Berlin Alexanderplatz a manifestement été dérouté (angoissé ?) par cette construction textuelle polyphonique, et il s’est livré à une entreprise de ‘ménage énonciatif’ en quelque sorte. Il a systématiquement ajouté au texte de Döblin un certain nombre de marqueurs typographiques, qui rétablissent une structuration plus ‘classique’ du texte, et en particulier des frontières..."

7 C. Demanuelli, Points de repère : approche interlinguistique de la ponctuation français - anglais. Saint-Étienne : Travaux du CIEREC LVIII, 1987.

8 Voir notamment les critiques émises à rencontre de cette démarche par J. Martin dans “La recherche récente en traductologie : bilan et perspectives”. Sigma II (1987) : pp. 50-80, et “‘Doxa’ et ‘Epistémè’ : réflexions à propos du De Cicéron à Benjamin de Michel Ballard". Palimpsestes 8 (1993) : pp. 149-157, ainsi que la redéfinition de l’objet d’étude proposée dans L. Hewson & J. Martin, Redefining Translation : The Variational Approach. Londres & New York : Routledge, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Chuquet, « Traduction et choix énonciatifs : à propos de relations discursives et traduction, sous la direction de Michel Ballard », Palimpsestes, 10 | 1996, 169-178.

Référence électronique

Hélène Chuquet, « Traduction et choix énonciatifs : à propos de relations discursives et traduction, sous la direction de Michel Ballard », Palimpsestes [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 01 janvier 1996, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1517 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1517

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals