Navigation – Plan du site
Compterendu

FOLKART, Barbara, Le Conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté

Québec : Éditions Balzac, Collection : L’Univers des discours, 1991, 481 p.*
Michel Ballard
p. 209-218
Référence(s) :

FOLKART, Barbara,Le Conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté, Québec : Editions Balzac, Collection : L’Univers des discours, 1991, 481 p.

Texte intégral

1L'introduction est incisive et annonce une œuvre décapante. L'auteur s'inscrit en faux contre les "idéologies bien-pensantes" (p. 12) qui défendent "la notion pré-scientifique de fidélité" (p. 11) en matière de traduction et occultent ainsi l'altérité essentielle du texte traduit. A partir de la métaphore du discours rapporté, il s'agit de "réintroduire le sujet traduisant dans le texte traduit, faire la part de la subjectivité" (p. 14), non pas pour donner libre cours à celle-ci, mais afin que le traducteur lui-même en prenne conscience et soit à même de ne plus poser son interprétation de l'auteur en absolu.

2Barbara Folkart entreprend ici d'approfondir de manière systématique une intuition exprimée antérieurement par Roman Jakobson et Brian Mossop, à savoir que traduction et discours rapporté constituent des variétés de l'acte de réénonciation. L'étude commence par la mise en place d'un appareil théorique spécifique (on a envie de dire : idiosyncratique) ; à partir de là, l'auteur se propose d'examiner deux aspects des rapports entre traduction et discours rapporté : la traduction du discours rapporté et la traduction comme discours rapporté ; à cela s'ajoutera une description de la spécificité de la traduction comme réénonciation et de la part du sujet réénonciateur dans ce phénomène.

3B. Folkart commence par élaborer une formalisation de la relation entre énonciation et réénonciation à partir du schéma de l'énonciation donné par François Récanati. Elle y substitue la notion de "proposition" à celle de "texte" : énoncé = marge + proposition ; la proposition étant le constituant sémantique, le support du sens, et la marge étant le constituant pragmatique, où se logent des éléments tels que les préfixes performatifs et les déictiques. Par extrapolation, le schéma de l'énoncé rapporteur est défini comme étant : énoncé | = marge | + proposition | + marge de réénonciation + fragment. La marge de réénonciation contient les marqueurs ou phénomènes indiquant qu'il y a réénonciation : performatifs tels que "je cite" ou le décalage des embrayeurs ; le fragment est le lieu où se situe la réappropriation de l'énoncé rapporteur. Cependant, à ce stade, estimant que le schéma bidimensionnel hérité de Récanati est insuffisant pour rendre compte du "travail de réénonciation - appropriation", Barbara Folkart lui substitue un schéma tridimensionnel où apparaît le syntagme, constituant purement sémiologique analogue à la phrase d'Oswald Ducrot (Le Dire et le dit). C'est cette "matérialité langagière" qui "sert de point d'appui à certaines manipulations" (p. 33). Le syntagme est le support du polysystème ("le lieu où s'inscrit l'appartenance de l'énoncé à tel ou tel autre genre", (p. 35) et le support de l'activité exégétique. L'auteur renvoie sur ce point à l'étude, par Maurice Pergnier, de certains syntagmes virtuellement polysémiques, embrayables sur toute une palette de situations d'énonciation, du type : "je vais à l'école". En bref, le syntagme est un énoncé débrayé et l'énoncé un syntagme embrayé. Reprenant là aussi la terminologie de Pergnier, B. Folkart souligne que le syntagme médiatise une multitude de situations extralinguistiques ; c'est ce qui donne à la langue sa souplesse d'utilisation et son économie, et qui exclut la bi-univocité entre discours et situation. C'est aussi cette inadéquation du syntagme à son référent qui l'ouvre à la réappropriation (cf. le jeu des citations, mais aussi de façon plus large : le cas de la traduction). C'est à partir de là que Folkart précise sa définition du fragment "comme la proposition de l'énoncé de départ re-médiatisée par un nouveau syntagme pour être rembrayée sur l'énonciation rapporteuse par l'intermédiaire de la marge interne" (p. 46). Paraphrasant, de manière implicite, un axiome de Maurice Pergnier ("Le message est le pivot de l'opération traduisante"), Barbara Folkart déclare avec plus de réalisme : "Le syntagme devient aussi le pivot de l'opération citationnelle [...] comme bien entendu, de l'opération traductionnelle" (p. 47) ; c'est par lui que s'infiltrent la subjectivité et la réappropriation. Ce filtrage s'effectue dès la réception, selon le processus de l'exégèse, et dépend de la compétence référentielle du ré-énonciateur (on retrouve là des éléments de la théorie de Danica Seleskovitch — qui, elle, parle de "bagage cognitif"). Barbara Folkart rappelle que son schéma repose sur le "postulat d'orthogonalité" c'est-à-dire que les trois composantes de l'énoncé (énonciatif, sémantique, sémiologique) constituent trois axes susceptibles de connaître des variations indépendantes les unes des autres par le jeu de la paraphrase, la citation et l'énonciation. Le chapitre s'achève sur une "topologie de l'espace énonciatif" qui utilise fort judicieusement l'image de la bulle de bande dessinée comme matérialisation de l'énonciation sur le médium langagier, la marge de réénonciation étant elle-même un enchâssement de la bulle première dans une bulle seconde. Dans un retour au rapport entre réénonciation et traduction, B. Folkart esquisse certains de ses arguments ultérieurs : la résistance de la matière prédiscursive à la traduction, son caractère interculturel qui tend à creuser l'écart entre les deux énonciations, ainsi qu'une ardente dénonciation des mythes de la transparence et de l'absence du traducteur dans son travail, "platitudes défendues le plus souvent avec une humilité orgueilleuse et un acharnement tout dogmatique qui reviennent à ériger en absolu ce qui en fait relève en grande mesure de la subjectivité du traducteur" (p. 79). A méditer !

4Le chapitre 2 traite de "La traduction du discours rapporté". Il présente d'abord une typologie de la citation et de son traitement en traduction. Les deux grandes catégories sont : premièrement, les "cas limites où la réénonciation l'emporte sur le ré-énoncé", deuxièmement, "les cas où citer c'est dire".

5On a envie de dire que, dans le premier cas, il s'agit de citations "impures" ou "utilisées" à des fins diverses. Il y a d'abord "la citation intertextuelle", qui allie le jeu de mots et l'allusion culturelle et suppose "entre énonciateur et énonciataire, un fort degré de connivence culturelle" (p. 83) ; sa traduction relève de celle des jeux de mots : il est rare que l'on puisse procéder de manière littérale, on procède davantage par "substitution compensatoire". "La citation affichée", par le prestige de l'auteur cité, donne du poids au discours ; elle relève d'une traduction classique (utilisation de la traduction canonique ou traduction du traducteur, certains conservant même l'original en plus). "La citation phagocytée" est si bien intégrée au texte qu'elle le nourrit de résonances et que parfois même, non-identifiable, elle semble avoir été retravaillée pour les besoins de l'œuvre ; là encore, la traduction canonique se révèle inadéquate, "ces citations aussi exigent d'être traduites dans leur nouvelle matrice textuelle et énonciative, de façon à entrer dans l'attraction du champ lexical qui, dans la langue d'arrivée, actualise" un certain nombre de jeux ou d'oppositions (p. 93). Barbara Folkart illustre ce phénomène avec des extraits des deux traductions de L'Immoraliste, les citations de Jefferson dans Mobile de Michel Butor, la resémantisation du proverbe dans Ulysses.

6La seconde partie du chapitre examine les "Cas où citer c'est dire" à partir d'exemples tirés de L'Etranger et de Ulysses. A propos de L'Etranger, où ce système crée la distanciation de l'ironie et surtout de l'aliénation, B. Folkart déplore la neutralisation de ce mécanisme par le traducteur. Pour Ulysses, l'étude se concentre sur l'épisode dit de Nausicaa où Joyce se livre à "un collage de bribes arrachées à différentes zones de l'(infra) littérature pratiquée en Irlande au début du siècle" (p. 103). Reprenant à Berman le terme de "polylogie" utilisé dans Les Tours de Babel, Folkart en étudie avec minutie le fonctionnement chez Joyce.

7Ce double schéma de la citation une fois établi, B. Folkart le projette sur la traduction envisagée comme réénonciation. Le premier type, "analogue aux cas limites envisagés pour le système citationnel" (p. 124), est illustré par l'analyse qu'a faite A. Brisset de la traduction "confiscatoire" du Macbeth de M. Garneau (cf. l'article paru dans Meta ainsi que Sociocritique de la traduction paru dans la même collection). Le second cas, analogue au système citationnel transparent, concerne le dispositif traductionnel classique, qui se voudrait transparent, mais dont Barbara Folkart analyse les inévitables distorsions dans le chapitre suivant.

8Le chapitre 3 est donc une sorte d'inventaire "des lieux qui manifestent post factum, de manière indirecte, détournée, sournoise, le débrayage-rembrayage qu'entraîne inéluctablement la traduction" (p. 129). Nous ne saurions entrer dans le détail de la totalité de cet inventaire, nous n'en examinerons que certaines composantes. Le premier lieu analysé est "L'effet de traduction". Prenant pour base d'étude un programme bilingue de film distribué par Air France, Barbara Folkart établit de façon très précise une grille permettant de définir "la régression de la forme à ses formants" ("formants" fait partie de la terminologie personnelle de l'auteur, introduite au fil du texte et reprise dans un glossaire à la fin de l'ouvrage) sur les plans stylistique, rhétorique, syntaxique et lexical. Toujours dans le cadre de "l'effet traduction", elle emprunte à Peter Newmark un exemple qui lui permet de définir une forme d'entropie par l'utilisation d'une sorte d'interlangage, trop calqué sur le texte de départ : "le choix des unités de traduction se fait à un niveau nettement plus bas que celui où est engendré le sens" (p. 134). Le second lieu concerne les noms propres : "l'onomastique en rupture avec son co-texte". Folkart examine d'abord le signifiant, le fait que "même le nom propre choisi au départ pour sa banalité s'auréole dans le texte cible du connoté 'étranger'" (p. 137) : le phénomène est qualifié de "rupture d'isoglossie" ; le phénomène inverse, "la rupture supprimée", apparaît lorsque l'original français, par exemple, comporte des noms anglais et qu'il est traduit en anglais. Le signifié du nom propre est analysé à deux niveaux : son dénoté et son connoté, cas où il mérite d'être traduit ou tout au moins assorti d'une notice explicative ; enfin, on mentionne les effets surprise de "sémantisation du nom propre par la traduction", lorsque, par exemple, un diminutif comme "Mort" est utilisé dans un co-texte traitant de l'Apocalypse et traduit en français. On trouvera également dans ce chapitre une section sur "Les décalages de niveau sémiotique". La section intitulée "Le décalage pragmatique : le gauchissement de la distance entre texte et cadre d'énonciation" traite de la traduction des référents culturels lorsque se pose "le problème de la non-congruence des univers de référence" (pp. 153-154). Dans cette rubrique sont évoqués les problèmes de la "case vide" (avec les classiques solutions de l'emprunt, l'emprunt assorti d'une glose, l'assimilation), des "débrayages", "la traduction productrice d'exotisme" et "l'abolition d'une distance au départ pertinente". La section suivante concerne "les distorsions du rapport entre texte et hypersystème". L'hypersystème est défini comme un "système de systèmes englobant le polysystème, le système lectal et le chronosystème" (p. 444). En fait, on a là un examen des "lieux ou la distorsion est inévitable" (p. 170) : prosodie, écritures-déviances utilisant les "écritures parlées" telles que sociolectes ou dialectes, traduction de textes anciens ou archaïsants. Barbara Folkart débouche ainsi sur les options fondamentales : assimilation ou respect de l'altérité, où elle reprend avec finesse et en le citant les distinctions établies par Antoine Berman dans L'Epreuve de l'étranger. Ce chapitre s'achève sur deux rubriques symétriques : "le défaut de traduction" et "le surcroît traductionnel" où plutôt que l'embellissement du texte, B. Folkart envisage les cas où texte de départ et texte d'arrivée jettent l'un sur l'autre un éclairage herméneutique, esthétique ou autre, de nature à les fusionner en un "symbolon" (p. 210).

9Le chapitre 4 creuse le thème de la "traduction comme discours rapporté" : à quel type de discours rapporté est-elle assimilable ? Dans un premier temps, Folkart expose une typologie des opérations réénonciatives afin d'obtenir une grille permettant d'appréhender les différences entre traduction et discours rapporté (p. 216) ; puis elle examine les interventions qu'ils supposent au niveau des différents constituants de l'énoncé : la marge (par exemple le "déplacement de la marge originaire, formalisé et exhibé dans les discours rapportés, semble avoir tendance à être occulté par la traduction" (p. 217), l'absence d'un appareil formel spécifique fait que le public reçoit la traduction comme l'original) ; enfin sont examinées les interventions au niveau de la proposition et du syntagme.

10Dans un second temps, afin de définir "en quoi réside l'invariance sémiologique instaurée par la traduction", Barbara Folkart élabore un modèle plus fouillé du syntagme, qui emprunte aux analyses de Maurice Pergnier (en particulier l'opposition système-idiome pour ce qui est de la couche infra-discursive).

11Dans un troisième temps, la traduction est envisagée comme

une remanifestation qui a la prétention de conserver, en même temps que le contenu propositionnel, non pas le syntagme tel qu'il se déploie en surface, mais sa sous-jacence, la macro-forme discursive, c'est-à-dire la constellation de formes sous-tendues à la manifestation discursive. (p. 257)

12Les modèles élaborés par les différents récepteurs diffèrent selon les types de textes pour donner, par exemple, la traduction pratique "qui privilégie la dimension sémiologique de l'énoncé" (p. 456) ou à l'autre extrême la traduction transitive "qui privilégie les liens de l'énoncé avec l'extralinguistique (ex : la traduction technoscientifique)" (p. 456). On aboutit ainsi à "une typologie des discours rapportés basée sur le type d'invariance caractéristique de chacune de ces transformations" (p. 263), où la traduction est "envisagée comme un système citationnel sui generis (p. 265) comme chez Cary (non évoqué d'ailleurs). Dans la dernière section, "La matérialité du syntagme : la traduction comme récupération de l'infra-discursif", sont étudiés avec minutie les composantes de la traduction littérale, ses implications et ses prolongements dans divers domaines de la création artistique. L'auteur termine avec l'examen de deux modèles : ceux de Berman et de Laugier, et une question concernant la portée de la traduction littérale (opacifîcation ou réifîcation du syntagme ?) qui fait apparaître qu'elle "doit composer avec la signifiance du texte" (p. 306).

13Le chapitre 5, "Words past in the guts of the present", reprend la thèse que "la traduction comme toute ré-énonciation, agit sur ce qu'elle ré-énonce" (p. 308).

  • 1 Le Commentaire de traduction, Paris: Nathan, 1992 et "L'unité de traduction" dans La Traduction à (...)

14Le premier développement, la traduction comme filtrage" reprend un grand thème de la traductologie (nous avons également étudié ou mentionné ce phénomène à plusieurs reprises1) à savoir les "filtrages, tant conscients qu'inconscients [...] qui interviennent lors de la réception comme lors de la ré-émission" (p. 308). Ce domaine est très largement étudié par Barbara Folkart ici avec de nombreuses références (Greimas, Courtes, Eco, Culioli) et de nombreux exemples. Disons que lorsqu'elle parle de la "saisie des référents", on se serait attendu à davantage de références à des études antérieures concernant l'erreur en traduction. En ce qui concerne la "remédiation des unités référentielles", on a l'impression qu'elle déplore l'existence des gloses, des notes ; il nous semble que la note, judicieusement maniée, fait partie de l'appareil de la traduction, il conviendrait de la réhabiliter. Mais dans l'ensemble, l'étude est très richement nourrie et habilement menée ; relevons, entre autres, une remarque fondamentale : "ce qui est en jeu ici, c'est la problématique de l'inadéquation de toute langue à la description d'autres univers de référence" (p. 337). La section suivante examine le résultat de la remédiation, à savoir l'inéluctable "décalage traductionnel" qui fait qu'une œuvre traduite n'a plus tout à fait la même saveur que l'original. La troisième section, "la traduction comme travail", envisage la traduction comme "déplacement" et "transformation", que ce soit dans le sens de la distorsion, de l'entropie ou de l'embellissement. La quatrième section, "de la subjectivité dans la traduction et dans les discours rapportés", revisite pour les détruire un certain nombre de mythes qui constituent la "notion préscientifique" de fidélité : objectivité, transparence et absolu. Dans cette section riche et essentielle, on trouve évoqués les travaux de Berman, Genette et Kerbrat-Orecchioni, aussi bien que les remarques de scientifiques comme un Herbert Reeves concernant l'inévitable interaction entre sujet observant et objet observé, une belle citation de Berman dont on retiendra cette constatation fondamentale : "la traduction tend toujours à apparaître comme homogène et incohérente à la fois. [...] l'écriture de la traduction est α-systématique" (p. 392). Vient ensuite une section concernant "les modalités de réappropriation", où l'auteur distingue, aussi bien chez les analystes que chez les praticiens, trois options fondamentales et divergentes : la traduction mimétique (Brisset, Berman, de Beaugrande, par exemple) ; la traduction-confiscation (Michel Garneau traducteur de Macbeth) ; la création traductionnelle, illustrée ici avec un Jacques Brault qui, loin de "sacraliser" le texte de départ, ira jusqu'à s'insurger contre le statut de l'original. Ces trois attitudes sont ensuite examinées par le détail avec, par exemple, des distinctions entre "le versant scientifique ou cognitif" qui concerne de Beaugrande et Brisset, "le versant éthique" de Berman, le versant "viscéral" de M. Bourjea, où un discours affectif et intuitif exprime "la conviction de pouvoir restituer sans le déformer le texte qui fait l'objet du processus traductionnel" (p. 404). Ce chapitre s'achève sur des considérations concernant "la création traductionnelle", dont nous retiendrons, entre autres, un creusement de la perte de cohérence liée à la traduction, déjà exposée par Berman, mais très finement et judicieusement reprise ici :

Qu'on le veuille ou non, l'écriture directe possède presque inéluctablement une cohérence plus forte que ne le fait l'écriture mimétique. Il y a de fortes chances pour que le texte d'arrivée mimétique constitue un faisceau de traits moins cohérents que ne le faisait le texte de départ. (p. 429)

15Par ces mots, Barbara Folkart, à la suite d'Antoine Berman, pose en avant comme inéluctable et constitutive de la traduction cette dégradation (et ce sentiment d'insatisfaction) que Mounin tendait à vouloir gommer et contre lequel il allait se battre dans Les Belles Infidèles.

16Pour original qu'il soit, le livre de Barbara Folkart se situe dans un mouvement général de remise en cause (ou faudrait-il dire : de mise à l'écart définitive ?) de la notion d'identité comme élément définitoire absolu de la traduction. I) suffit pour cela de considérer un certain nombre de travaux récents : les ouvrages d'Antoine Berman, ceux d'André Lefevere (ainsi que ceux qui sont parus dans la collection dont il est responsable chez Routledge), ceux de Lance Hewson et Jacky Martin. Il y a là un effort assez sain pour instaurer une vision plus réaliste de la traduction qui nous évite les deux extrêmes de l'aveuglement de l'identité et des jérémiades de la dégradation. L'originalité de Barbara Folkart consiste à avoir repris une notion émise par deux théoriciens (Mossop et Jakobson) et à en avoir développé de manière magistrale et très personnelle le potentiel théorique. L'ensemble repose sur une culture traductologique non négligeable (mais il y a des absences sur lesquelles nous reviendrons), et un corpus large, qui va de la bande dessinée ou des textes publicitaires à James Joyce, Dos Passos ou Sartre, sans oublier les textes anciens (la traduction scientifique et technique, évoquée, reste marginale). La théorisation intègre fort habilement les recherches récentes dans les domaines de la linguistique de l'énonciation, de la pragmatique et de l'esthétique. C'est indéniablement un livre neuf, riche, qui provoque la réflexion. Son problème sera peut-être celui de la diffusion, en raison de son style. Dans la mesure où l'on sait que "le style c'est l'homme", et face à un ouvrage qui fait si bien apparaître l'importance de la composante idiolectale chez tout créateur, on se demande si l'on est en droit de critiquer un style. Par ailleurs, nous sommes assez conscient, pour l'avoir expérimenté nous-mêmes, de l'importance d'une terminologie spécifique dans le domaine de la traductologie comme ailleurs. Néanmoins, il faut bien dire que cette démarche a souvent un revers, qui est de créer un effet externe de discours surcodé et intimidant. Certains, sans doute, trouveront que souvent le texte, par excès de technicité, verse dans l'hermétisme, ou même une certaine préciosité où se mêlent la recherche stylistique, les néologismes et les expressions latines ("le texte a quo", "texte ad quem" (p. 12) ; "ratio difficilis" et "extra codifica" repris à Umberto Eco ; "la persona linguistique" (p. 57) ; "l'auctoritas" (p. 85) ; "disloquer un texte et en faire traduire isolément les membra disjecta par un groupe d'étudiants" (p. 235) "non pas en tant que manifestans, ou substance, mais en tant que manifestatum" (p. 257) "le syntagme qui en est le terminus ad quem" (p. 356) etc. Tous ces traits risquent de lui aliéner un assez large public potentiel intéressé par la traduction mais qui sera peut-être rebuté par cet appareil. Barbara Folkart de toute évidence vise un public restreint de spécialistes.

  • 2 Un art en crise. Essai de poétique de la traduction poétique, Lausanne: L'Age d'Homme, 1982.

17Puisque nous en sommes aux reproches possibles, continuons de jouer les grincheux pour dire que la bibliographie d'environ 134 titres aurait gagné à être divisée en deux parties : références (une centaine) et corpus (trente trois). Certains titres cités dans le corps de l'ouvrage ne sont pas reportés dans la bibliographie générale : l'article de G. Mounin dans l'Encyclopaedia Universalis, cité p. 283 ; l'article de D. Seleskovitch cité p. 436 ; la traduction de L'Immoraliste par Dorothy Bussy, citée p. 89. L'article de Newmark cité p. 134 ne figure pas dans la bibliographie, pas plus que l'ouvrage de Catriona Picken d'où il est extrait. Michel Garneau, "traducteur" de Macbeth, figure dans la table onomastique ; John Payne, traducteur victorien de Villon, n'y figure pas. Greimas et Courtès, qui figurent dans la bibliographie et sont à plusieurs reprises cités dans le corps de l'ouvrage, n'apparaissent pas dans la table onomastique. J.C.E. Bowen, cité p. 313, n'est pas reporté dans la bibliographie. Enfin Etkind, sollicité à plusieurs reprises, ne figure dans la bibliographie que pour un article, alors que son ouvrage fondamental sur la poésie et sur la diversité des manières d'en aborder la traduction2 n'est pas mentionné. Les coquilles enfin sont relativement rares : "la mise en retraite citationnelle", p. 85 ; "la sémotisation du continuum", p. 280.

18Chose plus grave dans un ouvrage qui veut faire apparaître la subjectivité de l'opération traduisante, on pourra déplorer l'absence de comparaisons de traductions. Il nous semble pourtant que c'est précisément là que l'on peut mettre au jour et étudier in vivo la part de subjectivité et les choix du traducteur. C'est sans aucun doute une lacune surtout lorsqu'on examine la créativité en traduction. D'ailleurs, bon nombre des aspects présentés échappent, si l'on y réfléchit bien, à la subjectivité du traducteur et ressortissent plutôt à l'usage (cf. ce qui est dit des noms propres ou des référents culturels). En outre, l'ouvrage, malgré son évident désir de présenter une théorisation élaborée, gagnerait à aller vers davantage de synthèse et d'unité, à la fois à l'intérieur des chapitres et dans son ensemble. Certaines impressions de répétition pourraient ainsi être évitées ; par exemple, les considérations sur la traduction littérale sont trop dispersées. De ce point de vue, Barbara Folkart, selon nous, ne fournit pas assez d'études de corpus personnelles ; elle utilise et cite abondamment les travaux de Berman et Lefevere sur la littéralité, par exemple : c'est bien (et cela fait partie de la construction traductologique comme science collective) ; mais on aimerait aussi davantage d'études réalisées par l'auteur et davantage de comparaisons.

  • 3 La Notion de fidélité en traduction, Paris: Didier (Collection "Traductologie", n° 5), 1990.

19Enfin, il est étrange qu'à propos de la notion de fidélité, à contre-courant de laquelle Folkart se situe souvent, ne soit pas évoqué l'ouvrage d'Amparo Hurtado Albir3 qui en fait son thème principal, pas plus que les théories de l'ESIT, qui se situent pourtant dans le cadre d'une théorie de la communication critiquée page 310. Peut-elle s'étonner, comme elle le fait page 366, que les professionnels posent "la fidélité" comme objectif et qualité de la traduction ? La remarque vaut en particulier pour les textes pragmatiques tels que les définit Jean Delisle, dont les travaux ne sont d'ailleurs à aucun moment mentionnés.

20Cela dit, il faut lire l'ouvrage de Barbara Folkart pour sa richesse, pour le brio et le doigté scientifique avec lesquels elle s'efforce de décrire une composante majeure de l'acte de traduction, aussi inéluctable que la visée d'identité : la génération par le système autant que par l'individu d'un texte différent de l'original, et dont la différence ne saurait être réduite au-delà d'une certaine marge, malgré toute la conscience qu'on peut en avoir — et qu'il convient d'en avoir.

Haut de page

Notes

1 Le Commentaire de traduction, Paris: Nathan, 1992 et "L'unité de traduction" dans La Traduction à l'Université, Lille: Presses Universitaires de Lille 3, 1993, et dans notre thèse.

2 Un art en crise. Essai de poétique de la traduction poétique, Lausanne: L'Age d'Homme, 1982.

3 La Notion de fidélité en traduction, Paris: Didier (Collection "Traductologie", n° 5), 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ballard, « FOLKART, Barbara, Le Conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté », Palimpsestes, 10 | 1996, 209-218.

Référence électronique

Michel Ballard, « FOLKART, Barbara, Le Conflit des énonciations. Traduction et discours rapporté », Palimpsestes [En ligne], 10 | 1996, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1520

Haut de page

Auteur

Michel Ballard

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals