Navigation – Plan du site

Présentation

Paul Bensimon
p. 9-14

Texte intégral

1Les seize études rassemblées dans ce volume forment le volet traductologique d’un colloque interdisciplinaire organisé conjointement les 22,23 et 24 mai 1996, en Sorbonne, par le Centre d’études canadiennes, à orientation civilisationniste, et le Centre de recherche en traduction et communication transculturelle anglais-français/français-anglais. L’imbrication des communications présentées lors de cette rencontre, et la synergie qui en résultait, entendaient marquer l’articulation étroite des faits de langue et des faits de culture. Le fruit de cette réflexion commune est un diptyque constitué d’Etudes canadiennes/Canadian Studies n° 41, publié sous la direction de Jean-Michel Lacroix, et de Palimpsestes 11.

2Pour une recherche sur le thème Traduire la culture, la collaboration des deux Centres offrait un terrain privilégié. C’est que la traduction au Canada s’inscrit dans un immense contexte historique, social, politique, culturel, qui lui donne une singulière spécificité. Le bilinguisme officiel de ce pays, tant au niveau fédéral qu’au niveau de certaines provinces, fournit à la traduction un statut, un champ de développement et un rôle qui n’ont que peu de rapports avec la situation d’un pays unilingue comme la France. Traduire, dans l’environnement canadien, n’est pas seulement un moyen de communication, ni seulement un instrument de recréation littéraire et artistique ; traduire est aussi un instrument au service de l’identité nationale, un pont jeté entre "les deux solitudes" : la traduction se trouve ici investie d’une fonction identitaire. Par là-même la réflexion traductologique s’éloigne déjà du strict domaine de l’équivalence formelle où elle a été longtemps confinée, et se tourne vers des problèmes plus larges : la contextualisation du traduire, les fonctions du texte traduit, les présupposés culturels qui agissent sur les processus de la réécriture traductive. Le contexte canadien, au-delà de sa spécificité — ou, précisément, par sa spécificité — invite et incite à explorer la dimension culturelle de l’acte individuel de traduction, l’historicité du sujet traduisant, les déterminations multiples qui pèsent sur l’activité traduisante.

3Depuis les temps les plus anciens, la traduction est un des moyens essentiels de la communication interculturelle, et l’un des modes majeurs du croisement des cultures. Il n’en reste pas moins vrai que le fait culturel, dans son essence, résiste fortement à l’opération de traduction, d’abord en raison de son irréductible singularité, de son ancrage dans une culture originelle plus ou moins différente de la culture réceptrice, ensuite pour une autre raison, fondamentale, qu’a exposée Antoine Berman dans une remarque-clé :

  • 1 BERMAN, Antoine. L’Epreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris (...)

La visée même de la traduction — ouvrir au niveau de l’écrit un certain rapport à l’Autre, féconder le Propre par la médiation de l’Etranger — heurte de front la structure ethnocentrique de toute culture, ou cette espèce de narcissisme qui fait que toute société voudrait être un Tout pur et non mélangé.1

4L’une des problématiques maîtresses étudiées ici est celle des stratégies traductives permettant de franchir l’écart culturel, les processus de traduction aptes à jeter un pont entre deux systèmes culturels hétérogènes, la détermination de ce qui est à traduire, et les modifications, inflexions, transformations ou distorsions que subit le fait culturel lors de sa transplantation dans une culture étrangère. A cet égard, de nombreuses œuvres africaines (entre autres, des œuvres xhosa, sotho ou zoulou) représentent un cas extrême et quasi emblématique de fossé culturel, dans la mesure où les symboliques qu’elles mettent en jeu, autour de certaines images ou certaines notions, n’ont guère d’équivalents dans l’espace culturel occidental. La vision du monde, la conception du temps, les systèmes de représentations dans lesquels ces œuvres plongent leurs racines ne peuvent être restitués dans une langue occidentale sans déformation. Lorsque la distance culturelle entre texte source et texte cible s’avère immense, c’est le concept même de traduction qui pose problème.

5Mais aucune traduction ne peut être médiatrice entre des cultures dissemblables ou peu compatibles si elle ne prend pas en compte l’horizon d’attente de son destinataire, les idées et pratiques — la doxa — en vigueur dans la société réceptrice. L’une des problématiques abordées dans ce recueil est celle de la réception de l’œuvre traduite, à la jonction de la traductologie et de la sociologie. Les modalités selon lesquelles une traduction est reçue ont autant, sinon davantage, à voir avec les structures sociales et politiques, l’idéologie dominante, le goût, l’épistémè, d’une communauté donnée, à un moment de l’histoire donné, — qu’avec la qualité de la traduction elle-même. Une direction de recherche novatrice s’inscrit dans cette problématique : elle consiste à scruter les critères de sélection des textes traduits. L’étude d’un exemple particulier montre clairement ici que les traductions sont souvent produites pour répondre aux demandes d’une culture ou de divers groupes à l’intérieur de cette culture, notamment lorsque deux cultures cœxistent sur le même territoire : au Canada anglophone, certaines œuvres "mineures" de la littérature québécoise sont traduites en anglais, tandis que certains "classiques" de cette littérature ne le sont pas. L’action de privilégier tel ou tel texte, et d’en laisser d’autres, de valeur égale ou supérieure, dans le domaine de l’intraduit, ne se fait pas nécessairement selon la place de ce texte au sein de sa propre culture, mais plutôt selon le système de valeurs ou les aspirations de la culture d’arrivée. Ce choix, qui a partie liée avec le pouvoir (éditorial, économique, politique), s’effectue aussi d’après les représentations stéréotypées que le milieu récepteur nourrit sur la culture étrangère, représentations que fortifient évidemment, une fois traduites, les œuvres retenues. Ainsi la traduction contribue à la formation ou au renforcement d’une certaine "image" de l’Autre chez les lecteurs qui n’ont pas accès à la “réalité” de l’original où s’exprime cet Autre. Or l’"image" d’une œuvre littéraire étrangère a souvent, sur les membres d’une culture, un impact beaucoup plus grand que la "réalité" de cette œuvre.

6Le cas de figure des œuvres québécoises traduites ou non traduites en anglais au Canada anglophone est symptomatique, d’une autre façon encore. Il montre que le milieu récepteur du texte traduit, censé aller à la rencontre de l’Autre, n’en a qu’une perception partielle, parce qu’il y a cherché sa propre image. La traduction, loin d’avoir alors la transparence du verre ("J’ai calqué le poëme à la vitre", disait Chateaubriand à propos de sa version du Paradis perdu), agit comme un prisme — ou comme un miroir. Par ailleurs, lorsque la culture cible entre en contact, grâce à la médiation traductrice, avec la culture source, dans un espace-temps déterminé, ce contact s’établit seulement sur un pan de la culture cible, jamais sur toute sa surface.

7La transposition de l’implicite culturel, qui entretient un rapport étroit avec la réception et la lisibilité de l’œuvre traduite, constitue l’un des principaux enjeux de la traduction de la culture. Cette problématique maîtresse, explorée sous plusieurs angles dans le présent volume, surgit d’abord de la non-coïncidence des langues : les plages d’intraduisibilité linguistique sont aussi des plages d’intraduisibilité culturelle. Face à certains champs sémantiques propres à telle ou telle langue étrangère (et les exemples cités par Georges Mounin dans Les Problèmes théoriques de la traduction pourraient être multipliés), la langue d’accueil s’avère fréquemment lacunaire : d’une part, les référents peuvent ne pas être identiques ; d’autre part, les langues ne découpent pas le réel de la même façon, elles n’en verbalisent pas les mêmes aspects.

  • 2 CORDONNIER, Jean-Louis. Traduction et culture, Paris : Didier, 1995.

8L’allusion culturelle enferme le traducteur dans un dilemme. Qu’il l’explicite, et il la dénature : le fonctionnement discursif du passage où elle apparaît s’en trouve altéré. Qu’il laisse l’allusion intacte, et elle risque d’échapper à l’"honnête lecteur", qui n’aura alors du passage concerné qu’une compréhension imparfaite. Toutefois le biculturalisme du traducteur — l’un de ses instruments essentiels — ne consiste pas seulement en la connaissance intime de la culture d’origine et de la culture d’arrivée, mais aussi, comme le souligne Jean-Louis Cordonnier, en l’expérience de l’intertextualité dans l’une et l’autre culture2. Le traducteur s’attachera donc à repérer, à identifier, à élucider les allusions à la culture étrangère, plus ou moins fines, plus ou moins claires, plus ou moins voilées, en jaugeant, précisément, leur degré d’implicite. Mais il lui appartient, en outre, d’apprécier le bagage culturel du destinataire de la traduction, son lecteur potentiel, son archilecteur. Les ajustements traduc tifs auxquels il procède reposent, à cet égard, sur sa capacité d’évaluer l’état des échanges entre les deux cultures dans l’espace-temps qui est le sien, sa perception active de ce qu’on pourrait appeler l’interculturalité. Le souci de préserver le statut et la fonction de l’implicite culturel oblige ainsi le traducteur à naviguer entre deux écueils : d’un côté, un texte obscur, voire sybillin ; de l’autre, un texte limpide mais privé de sa spécificité, de son altérité, de son "exotisme", - de son essentielle étrangeté.

9La problématique de l’explicitation du culturel s’envisage également en termes de lecture de l’œuvre et de visée traductive. Une étude éclairante ici montre que, dans une traduction littéraire, le dosage entre l’implicite et l’explicite doit prendre en compte l’aptitude du lecteur à élargir, à approfondir, à ajuster progressivement sa perception et sa compréhension de la culture de l’Autre grâce au contexte, à mesure qu’il avance dans sa lecture. C’est donc par rapport à la totalité de l’œuvre que le traducteur décidera d’expliquer, soit dans le texte même, soit par une note en bas de page (ou en fin de volume), une allusion ou un fait culturel dont l’opacité risque de nuire à l’intelligibilité du récit. Par contre, une traduction à visée ethnologique apportera systématiquement un maximum d’informations sur la civilisation dans laquelle baigne l’œuvre étrangère.

10L’instance éditoriale occupe une place importante dans les processus fondamentaux de choix-exclusion qui contribuent à la reproduction de la culture. Il y a là une problématique spécifique, qui fait l’objet de plusieurs explorations dans le présent recueil. L’éditeur est un rouage-clé dans les mécanismes culturels qui, non seulement sélectionnent les œuvres à traduire, mais peuvent infléchir le contenu même des œuvres traduites. En tant que commanditaire de la traduction, détenteur du pouvoir économique, il influe sur les options traductives — quand il ne les détermine pas entièrement. Il s’attribue souvent le droit discrétionnaire de choisir le titre de l’œuvre traduite, fût-il très différent du titre original : par ce signal capital, il peut orienter la lecture dans une direction radicalement éloignée de celle que l’auteur et son traducteur avaient voulue. Enfin, l’éditeur a tout loisir d’opérer, dans le texte traduit, des coupures plus ou moins substantielles.

11La "traduction culturelle" d’œuvres littéraires britanniques lors de leur publication aux Etats-Unis est une autre direction de recherche intéressante. Une étude neuve sur la question cite, entre autres exemples, le cas extrême — et par là révélateur — de la suppression pure et simple, dans l’édition américaine de Animal Farm, en 1946, du sous-titre A Fairy Story, à l’insu même d’Orwell. Par ailleurs, certaines modifications paratextuelles, comme le choix délibéré d’une couverture ou d’une jaquette étrangère, voire contraire, au sens profond d’une œuvre littéraire, mais visant à séduire, outre-Atlantique, un lectorat beaucoup plus large que le lectorat britannique (et cela a été le cas de 1984) — de telles modifications relèvent d’une véritable manipulation éditoriale, qu’on peut toujours désigner, certes, par le doux euphémisme d’"acclimatation culturelle" : elles attestent la toute-puissance de l’éditeur.

  • 3 BASSNETT. Susan & LEFEVERE, André (eds). Translation, History and Culture, Londres ; New York : Pi (...)

12Voilà quelques-unes des riches problématiques qui sont explorées dans Palimpsestes 11. Plusieurs autres perspectives y sont ouvertes, plusieurs autres enjeux de la relation entre traduction et culture y sont analysés. Les études rassemblées dans ce volume convergent vers l’"identité culturelle" de la traduction, pour reprendre l’expression féconde utilisée par l’une d’entre elles. Plutôt qu’en termes d"’équivalence" entre texte source et texte cible, elles envisagent la traduction en termes de rapports entre culture source et culture cible, de déterminations socio-historiques, de pouvoir, de chocs culturels, de transformation. Au lieu de considérer l’"exactitude" d’une traduction selon des critères purement linguistiques, l’approche culturelle scrute les fonctions respectives du texte premier dans la culture d’origine et du texte traduit dans la culture réceptrice. Une telle approche, on le voit, remet en question, directement ou indirectement, le concept traditionnel de fidélité : une traduction n’est-elle pas "fidèle" lorsque le texte traduit fonctionne dans la culture cible de la même façon que l’original dans la culture source ? Dès lors, ne peut-on dire, avec Susan Bassnett et André Lefevere, que l’unité de traduction opératoire n’est plus le texte mais la culture3 ? D’un autre côté, l’approche culturelle conduit à atténuer toute distinction tranchée entre traduction et adaptation. Il ressort clairement de deux études présentées ici, portant sur la traduction des livres pour enfants et celle des ouvrages sur les nouvelles technologies de l’information, que ce type de textes impose une démarche adaptatrice, et que l’adaptation devient, dans ce cas, un mode adéquat de traduction.

13Le présent numéro de Palimpsestes confirme que la traduction joue un rôle majeur dans la reproduction mais aussi dans la production de la culture. Il illustre le tournant "culturaliste" pris par la réflexion traductologique dans les dernières décennies du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 BERMAN, Antoine. L’Epreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris : Gallimard, 1984, p. 16.

2 CORDONNIER, Jean-Louis. Traduction et culture, Paris : Didier, 1995.

3 BASSNETT. Susan & LEFEVERE, André (eds). Translation, History and Culture, Londres ; New York : Pinter Publishers. 1990.
Ma réflexion doit beaucoup à cet ouvrage, ainsi qu’à celui de Jean-Louis Cordonnier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes, 11 | 1998, 9-14.

Référence électronique

Paul Bensimon, « Présentation », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1524

Haut de page

Auteur

Paul Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals