Navigation – Plan du site

Traduction, réception, subversion : Roch Carrier et Réjean Ducharme au Canada anglophone

Jane Koustas
p. 107-116

Résumés

Dans cette étude, nous nous proposons d'examiner la représentation de l'Autre québécois auprès du public récepteur canadien anglophone. Nous considérons que la sélection des œuvres littéraires québécoises disponibles en traduction anglaise ainsi que l'interprétation de ces mêmes textes reflètent les valeurs de la culture d'arrivée. Nous pensons que ce déplacement ou cette subversion du canon littéraire québécois suscite chez le public récepteur la création aussi bien que le renforcement des représentations stéréotypées de la culture de départ. Notre étude porte sur la traduction et la réception des romans de Roch Carrier et de Réjean Ducharme.

Haut de page

Texte intégral

1Dans l'introduction de leur ouvrage Translation, Power, Subversion, Román Álvarez et M. Carmen-África Vidal insistent sur l'importance de la traduction en tant qu'acte politique : la représentation de l'Autre se fait selon certaines stratégies bien délimitées par la culture d'arrivée et qui reflètent son attitude envers la culture de départ :

  • 1 Román Álvarez et M. Carmen-África Vidal (eds). Translation, Power, Subversion. Clevedon [Grande-Br (...)

Contemporary studies on translation are aware of the need to examine in depth the relationship between the production of knowledge in a given culture and its transmission, relocation, and reinterpretation in the target culture. This obviously has to do with the production and ostentation of power and with the strategies used by this power to represent the other1.

2Parmi ces stratégies, comme le signalent ces mêmes auteurs, se trouve celle de la sélection des œuvres à traduire :

  • 2 Ibid., p. 5.

[...] the importance of knowing what is being rewritten and how it is rewritten stands out (what is transiated ; what is included in literary anthologies ; what is taught in the history of literature), insofar as the idea that the non-professional reader of a given culture will form will be that provided by literary critics, translators and compilers. One must be on one's guard as [...] all rewriting implies manipulation, whether conscious or unconscious, of the original2.

3Dans cette étude, nous tenterons de montrer que la traduction des œuvres littéraires québécoises se fait de telle sorte que certains textes et certains auteurs sélectionnés selon le système de valeurs de la culture d'arrivée et donc privilégiées, tandis que d'autres, d'une valeur égale ou supérieure selon les normes de la culture de départ, sont laissés dans le territoire illimité de l'intraduit. Nous pensons que ce déplacement ou cette subversion du canon littéraire suscite chez le public récepteur la création aussi bien que le renforcement des représentations stéréotypées de la culture de départ car, comme le suggère André Lefevere, la traduction contribue à la formation de l'image de l'Autre :

  • 3 André Lefevere. "Translation and Canon Formation : Nine Decades of Drama in the United States", Tr (...)

The way in which translations are produced matters because translations represent their originals for readers who cannot read these originals. In other words : translations create the "image" of the original for readers who have no access to the "reality" of that original3.

4Nous nous pencherons d'abord sur la question de la sélection afin de montrer que la traduction vers l'anglais de la littérature québécoise a déplacé le canon de cette littérature. Dans la deuxième partie de notre étude, nous étudierons, à titre d'exemples, la traduction et la réception de Roch Carrier et, en contrepoint, celles de Réjean Ducharme. La valeur attribuée, au Canada anglophone, à ces deux œuvres canoniques de la littérature québécoise ne correspond pas à celle dont elles jouissent dans la culture de départ.

  • 4 D. Homel, "Dans les deux sens (la traduction littéraire au Canada)", Liberté, 205 (1993), p. 134.

5Il convient d'abord de passer en revue la situation globale de la traduction au Canada. En constatant que "Si nous [les Québécois] voulons leur science, ils veulent notre imagination"4, David Homel se fait l'écho de l'opinion courante : la traduction vers le français s'opère surtout dans les domaines scientifique et pratique, tandis que la traduction du français vers l'anglais se limite plutôt à la littérature. L'analyse des titres recensés à la Bibliothèque Nationale du Canada confirme cette constatation, tout en signalant pourtant un déséquilibre énorme : la traduction français-anglais ne représente que 58 % du total pour la période de 1988 à 1992. Il est à noter pourtant que la catégorie "littérature" comprend plus de titres que toute autre catégorie prise individuellement, représentant 23,6 % de toutes les traductions du français vers l'anglais. Mais quels livres traduit-on ? La notion de choix devient d'autant plus importante que cette sélection est si limitée. Il convient de noter d'abord que pour la période étudiée, soit de 1988 à 1992, les auteurs qui paraissent le plus fréquemment sur les listes de la Bibliothèque Nationale sont Nicole Brossard, Marie-Claire Biais, Roch Carrier, Anne Hébert et Gabrielle Roy (en réédition).

  • 5 Ibid., p. 134.

6Etant donné les limites de cette étude, ne sera discuté que le cas du roman, genre d'ailleurs le plus traduit : selon les chiffres du Conseil des Arts du Canada, la liste des 347 traductions littéraires subventionnées pendant les vingt dernières années compte 192 romans, 111 pièces de théâtre et 44 recueils de poésie5. On étudiera donc la situation du roman québécois ou canadien-français, situation "privilégiée'' dans la mesure où c'est le genre le plus souvent traduit.

  • 6 René Dionne. Le Québécois et sa littérature. Sherbrooke : Editions Naaman, 1984, p. 408.
  • 7 Ibid., p. 408.
  • 8 Ibid., p. 408.
  • 9 J. Hare, "Bibliographie chronologique du roman québécois : 1970-1985", Le Roman contemporain au Qu (...)

7Dans un ouvrage intitulé Le Québécois et sa littérature, René Dionne dresse la liste des "classiques de la littérature québécoise"6. Dans son "essai de bibliographie fondamentale" se trouvent "les œuvres de création que [nous jugeons] les plus importantes et les plus représentatives", c'est-à-dire celles qui "servent de jalons sur le chemin de l'histoire littéraire et de pièces d'identité à la nation qui les a engendrées"7. Il se base sur sa propre expérience de critique littéraire ainsi que sur celle de ses collègues, et il précise : "nous avons vérifié au gré de nos lectures et de nos rencontres avec des professeurs et des étudiants"8. Cette liste se veut surtout sélective : afin de constituer une bibliothèque de base, Dionne doit se limiter à l'essentiel. Par exemple, parmi les 714 romans publiés entre 1970 et 19809, il n'en choisit que 10, soit à peu près 1 %. Cela nous permet de conclure que cette liste représente le strict minimum nécessaire, et que tout titre qui y figure doit être "important", voire même "essentiel" à l'étude de la littérature québécoise. Dionne essaie en fait d'identifier le canon. Mais le lecteur anglophone resterait sur sa faim car près de 25 % de ces œuvres "nécessaires" ne sont pas traduites.

  • 10 Ben-Z. Shek, French-Canadian and Quebec Novels, Toronto : Oxford Unversity Press, 1991, p. vii.
  • 11 Ibid., p. vii.
  • 12 Ibid., p. vii.

8Une autre étude, rédigée en anglais et destinée spécifiquement au public anglophone, vise cet objectif : "to give [English-language] readers an overview of the novel's evolution and modem flowering in francophone Quebec literature, from the beginnings in 1837 until the end of the 1980*s"10. L'auteur, Ben Z-Shek, se concentre sur les "major or historically significant writers"11. Il a établi sa sélection à partir de sa vaste expérience dans le domaine, ainsi que sur la base des études de Maurice Lemire, Gilles Marcotte, René Dionne, Réjean Beaudoin, Laurent Mailhot, Gérard Tougas et autres critiques de grande renommée. Shek se voit pourtant "contraint"12 dans la mesure où, selon le format de la collection dont son étude fait partie, il doit se limiter aux œuvres qui paraissent en anglais. Il n'en demeure pas moins que seulement 62 % des romans dont parle Shek sont traduits. Tout en essayant donc de se limiter à la sélection disponible en anglais, Shek, par souci de faire une étude complète, se voit obligé de discuter des romans non encore traduits. Parmi les auteurs pas ou peu traduits se trouvent Louis Caron, Réjean Ducharme, Jacques Poulin, Marie Lefranc, Gilbert LaRoque, Yolande Villemaire et France Théoret.

  • 13 La Librairie Renaud-Bray, Une Bibliothèque de base en littérature québécoise, Montréal, 1991.

9Une autre "bibliothèque de base" préparée par une librairie montréalaise recommande 108 romans dont 52, soit 49 %, ne paraissent pas en traduction13.

10Il est à noter également que sur les 36 romans en français qui se sont vu attribuer le Prix du Gouverneur Général, le prix littéraire le plus prestigieux du Canada, seulement 23, soit 64 %, ont été traduits.

11Ce qui précède nous permet de conclure qu'il existe bel et bien un déplacement du canon littéraire. Comme nous tenterons maintenant de le montrer, cette sélection se fait, non pas selon la place des œuvres au sein de leur propre culture, mais selon le système de valeurs et les aspirations de la culture d'arrivée. Deux questions se posent d'emblée. Premièrement, quels auteurs jugés "majeurs" selon la critique québécoise se trouvent-ils écartés par l'entreprise de traduction et, par voie de conséquence, quels auteurs dont l'œuvre paraît moins importante sont-ils mis en vedette par cette même entreprise ? Deuxièmement — question qui relève de la notion de stéréotype — selon quels critères cette sélection se fait-elle ? Nous étudierons maintenant les cas respectifs de Réjean Ducharme et de Roch Carrier.

12Dans son étude Roman québécois contemporain et clichés, Patrick Imbert explore la notion de stéréotype. Il constate :

  • 14 P. Imbert, Roman québécois contemporain et clichés. Ottawa : Les Editions de l'Université d'Ottawa (...)

Ainsi les stéréotypes sont liés directement à la culture, elle-même fondée sur une tentative plus ou moins arbitraire et plus ou moins efficace d'organiser les apparences, telles que nos sens partiels ou partiaux en rendent compte. Les idées générales, les stéréotypes dont beaucoup d'écrivains québécois sont éminemment conscients, puisque certains construisent quasiment leurs ouvrages sur la subversion de ceux-ci, sont omniprésents dans toutes les cultures et en constituent les a priori les plus profondément enracinés14.

13Parmi ces derniers, c'est-à-dire ceux qui cherchent à subvenir les stéréotypes, se place, selon Imbert, Réjean Ducharme. Il précise :

  • 15 Ibid., p. 59.

Cette perception de la convention et de l'adéquation de l'autre "au réel" est posée au sujet [...] des valeurs sociales par le biais de la révolte des adolescents ou des révolutionnaires chez [...] Réjean Ducharme. [...] Ainsi sont recherchées une spontanéité, une franchise, une authenticité, une fraîcheur, une sincérité premières qui, pour tous ces écrivains, [y compris Ducharme] font cruellement défaut dans un monde où les masques se portent à l'année longue15.

  • 16 Cité dans Imbert, ibid., p. 15.

14Exigeants dans la mesure où ils explorent de nouveaux procédés linguistiques (car Ducharme crée des personnages tout à fait non stéréotypés tels que Bérénice, qui invente sa propre langue anti-sociale, le bérénicien), ses romans le sont aussi à d'autres niveaux. Comme le signale Max von Schendel à propos de son œuvre : “il faut donc prendre tout, posséder par la destruction, connaître à coups de hache, casser le langage, casser les significations”16.

  • 17 Shek, op cit., p. 76.

15En fait, c'est à sa réputation de "contestataire littéraire", de "wunderkind"17 prêt à bousculer les conventions que Ducharme doit sa grande renommée : ses romans figurent sur toutes les listes de "classiques". Mais sur neuf romans publiés depuis 1966, il n'y en a que deux en traduction. Ducharme est donc peu connu, ou plutôt peu reconnu, au Canada anglais.

16On ne devrait pas s'étonner de découvrir que dans une œuvre qui met en question les stéréotypes et les clichés de sa propre culture, Ducharme ne respecte pas non plus ceux recherchés par l'Autre, tels qu'on les trouve — comme nous serons amenés à le constater — dans l'œuvre de Carrier. Outre son langage novateur, Ducharme introduit des personnages qui ne sont pas du tout conventionnels. Personnage principal de L'Avalée des avalés, Bérénice, lesbienne qui est amoureuse de son frère, issue d'une mère catholique et d'un père juif polonais, court les quatre coins du monde. Nous sommes loin ici des villageois de Carrier que nous évoquerons plus loin. Classés parmi les œuvres "subversives", explicitement difficiles à lire et excentriques, les romans de Ducharme se prêtent mal à la vision du Québec si chère au Canada anglais et si disponible chez d'autres auteurs comme Carrier.

17Dans son article "La Réception des romans de Roch Carrier au Québec, ou le syndrome Krieghoff", Pierre Hébert s'interroge sur le double paradoxe présenté par la popularité de ce romancier québécois auprès du public anglophone. Il signale :

  • 18 P. Hébert, "La Réception des romans de Roch Carrier au Québec et au Canada anglais, ou le syndrome (...)

D'une part, plusieurs romans de l'auteur [...] semblent avoir connu une popularité plus grande au Canada anglais qu'au Québec ; d'autre part, comme si cela ne suffisait pas, la réception de certains de ces romans, dans ces deux communautés culturelles, repose sur des paramètres d'accueil différents, voire contradictoires18.

  • 19 Ibid., p. 198.

18Double paradoxe, donc, parce que l'écrivain québécois "le plus lu ou, à tout le moins, le plus connu"19 au Canada anglais jouit d'un accueil beaucoup moins favorable au Québec, et parce que la façon d'interpréter l'auteur est complétement différente dans les deux communautés. Nous considérerons, à titre d'exemple, le cas de son roman La Guerre, Yes Sir !

  • 20 Ibid., p. 201.
  • 21 John Harcourt, "The New Books. Novels and Novelists", Queen's Quarterly, vol. LXXTX, n° 4, hiver, (...)
  • 22 P. Carver, A Study Guide to Roch Carrier's "La Guerre, Yes Sir !", Toronto : Anansi, 1978, p. 2.
  • 23 Hébert, op. cit., p. 201.
  • 24 G.-H d'Auteuil, Relations, n° 356, 1971, p. 30.
  • 25 A Major, Le Devoir, 23 mars 1968.

19Il convient de signaler d'abord qu'au Canada anglais on a acheté au moins 50 000 exemplaires de La Guerre, Yes Sir ! tandis que le même livre en français ne s'était vendu qu'à environ 500 exemplaires un an après sa parution. Outre cette différence en ce qui concerne la popularité, Hébert signale celle qui existe au niveau de l'interprétation du roman. Pour les lecteurs du Canada anglais, il y a dans ce roman une véritable "radiographie"20 de la société québécoise, voire un document sociologique juste, réaliste et contemporain, c'est-à-dire "a savage portrait of the real thing"21 — d'où effectivement sa très grande popularité. Comme le précise un autre critique : "The virtue of the novel is that it provides immediate insights into some of the most profound problems in Quebec society"22. Hébert résume :"Or, La Guerre (en traduction) est enfin ce document tant attendu, ce "manuel d'histoire", ce document de civilisation qui est en fait plus révélateur que n'importe quel traité "savant" ou académique"23. Au Québec, par contre, les critiques affichent d'autres couleurs. On dit avoir assisté à une "caricature folklorique des mœurs de nos villageois"24, ou à "une œuvre de caricature"25. Hébert conclut :

  • 26 Op cit., p. 210.

La Guerre, Yes Sir !, au Canada anglais semble avoir été perçu comme une œuvre à haute densité référentielle qui n'est jamais remise en cause ; or au Québec, le rapport de cette œuvre à la réalité est perçu comme une déformation, une exagération, voire une caricature26.

  • 27 Ibid., p. 210.
  • 28 Barry Lord, cité par Hébert, ibid., p. 212.
  • 29 Ibid., p. 212.

20Il trouve l'explication de ce paradoxe dans ce qu'il appelle le syndrome de Krieghoff. Peintre "québécois" du xixe siècle, Krieghoff a produit une quantité énorme de tableaux où les Canadiens-français, surtout les villageois, étaient souvent présentés sous un jour défavorable ; joviaux et animés, ils étaient aussi, la plupart du temps, ivres et grossiers. Le peintre doit son grand succès auprès des acheteurs anglais à son "talent" pour véhiculer les préjugés du temps, à savoir "insubordination, indiscipline, exubérance outrée des French Canadiens"27. Comme l'affirme un critique : "'Isn't that just like them' we can hear the British buyer chuckling"28. Carrier doit sa popularité auprès des lecteurs anglophones à sa capacité de reproduire, comme l'a déjà fait Krieghoff, des images stéréotypées du Québec chères à ce même public, même si l'auteur lui-même a su préciser à propos du roman : "Pour [...] ce petit roman qui est et n'est pas le Québec"29.

21Notre étude du déplacement du canon littéraire et des stéréotypes qu'un tel procédé encourage s'est limité à deux cas extrêmes. Chez Carrier nous trouvons un auteur dont la valeur littéraire dans la culture d'arrivée dépasse celle dont il jouit dans sa propre culture. Le cas de Ducharme est celui d'un romancier d'une grande renommée qui reste presque inconnu au Canada anglais. Il existe, bien sûr, d'autres cas semblables : parmi les auteurs non conventionnels dont parle Imbert se trouvent aussi Bertrand Vac, Louis Gauthier et Jean-Marie Poupart dont l'œuvre n'est pas traduite.

  • 30 P. Stratford, Bibliography of Canadian Books in Translation/ Bibliographie de livres canadiens tra (...)

22En 1977, dans sa Bibliographie de livres canadiens traduits, Philip Stratford note, en signalant les œuvres et auteurs qui ne paraissent pas en traduction : "il faudrait [...] s'attacher à combler certaines lacunes, à faire paraître les œuvres d'écrivains un peu plus âgés tels que Réal Benoît, Madeleine Ferron, Louise Maheux-Forcier, Jean Vaillancourt"30. Il convient de signaler que ce travail reste toujours à faire et qu'entre-temps d'autres lacunes se sont formées. La littérature québécoise en traduction anglaise se limite donc à une sélection qui, comme celle de l'anthologiste dont parle Lefevere ci-dessous, représente celle du traducteur et de la culture d'arrivée, détenteurs de toute l'autorité.

  • 31 Op. cit., p. 141.

The anthologist has to assume the burden of selection. Interestingly enough, the corollary to this is almost never discussed, namely : on what authority does the anthologist shoulder this burden ?31

23En somme, tout comme l'auteur d'une anthologie, le traducteur se voit attribuer, grâce à la sélection de l'œuvre à traduire ainsi qu'à sa façon de la traduire, un pouvoir énorme, à savoir celui de déformer l'image de l'Autre. Il s'ensuit que l'étude de la traduction doit tenir compte de la sélection ainsi que de la réception de la littérature en traduction, et de la (sub) version qui en résulte. Comme le constate Lefevere, il convient d'examiner

  • 32 Op cit., p. 153.

the great, yet hidden power wielded by those who rewrite literature, as opposed to those who write it, and the vital necessity to investigate what precisely happens in the process of rewriting, why, and what image of a text, a literature, a genre rewritings project, and why32.

24Notre étude de la traduction et de la réception de l'œuvre de Carrier et de Ducharme, qui aborde la question dans cette perspective, nous permet de constater que le pouvoir de la réécriture dont parle Lefevere agit ici de telle sorte que le lecteur anglophone n'a à sa disposition qu'une sélection à la fois limitée et non représentative, ce qui suggère un déplacement, voire une véritable subversion, du canon littéraire québécois.

Haut de page

Notes

1 Román Álvarez et M. Carmen-África Vidal (eds). Translation, Power, Subversion. Clevedon [Grande-Bretagne] : Multilingual Matters Ltd., 1996, p. 2.

2 Ibid., p. 5.

3 André Lefevere. "Translation and Canon Formation : Nine Decades of Drama in the United States", Translation, Power, Subversion, p. 139.

4 D. Homel, "Dans les deux sens (la traduction littéraire au Canada)", Liberté, 205 (1993), p. 134.

5 Ibid., p. 134.

6 René Dionne. Le Québécois et sa littérature. Sherbrooke : Editions Naaman, 1984, p. 408.

7 Ibid., p. 408.

8 Ibid., p. 408.

9 J. Hare, "Bibliographie chronologique du roman québécois : 1970-1985", Le Roman contemporain au Québec (1960-1985). Montréal : Fides, 1992, pp. 501-545.

10 Ben-Z. Shek, French-Canadian and Quebec Novels, Toronto : Oxford Unversity Press, 1991, p. vii.

11 Ibid., p. vii.

12 Ibid., p. vii.

13 La Librairie Renaud-Bray, Une Bibliothèque de base en littérature québécoise, Montréal, 1991.

14 P. Imbert, Roman québécois contemporain et clichés. Ottawa : Les Editions de l'Université d'Ottawa, 1983.

15 Ibid., p. 59.

16 Cité dans Imbert, ibid., p. 15.

17 Shek, op cit., p. 76.

18 P. Hébert, "La Réception des romans de Roch Carrier au Québec et au Canada anglais, ou le syndrome de Krieghoff", Le Roman contemporain au Québec (1960-1985). Montréal : Fides, 1992, p. 197.

19 Ibid., p. 198.

20 Ibid., p. 201.

21 John Harcourt, "The New Books. Novels and Novelists", Queen's Quarterly, vol. LXXTX, n° 4, hiver, 1972, p. 568.

22 P. Carver, A Study Guide to Roch Carrier's "La Guerre, Yes Sir !", Toronto : Anansi, 1978, p. 2.

23 Hébert, op. cit., p. 201.

24 G.-H d'Auteuil, Relations, n° 356, 1971, p. 30.

25 A Major, Le Devoir, 23 mars 1968.

26 Op cit., p. 210.

27 Ibid., p. 210.

28 Barry Lord, cité par Hébert, ibid., p. 212.

29 Ibid., p. 212.

30 P. Stratford, Bibliography of Canadian Books in Translation/ Bibliographie de livres canadiens traduits. Ottawa : Conseil canadien de recherches sur les humanités, 1977.

31 Op. cit., p. 141.

32 Op cit., p. 153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jane Koustas, « Traduction, réception, subversion : Roch Carrier et Réjean Ducharme au Canada anglophone », Palimpsestes, 11 | 1998, 107-116.

Référence électronique

Jane Koustas, « Traduction, réception, subversion : Roch Carrier et Réjean Ducharme au Canada anglophone », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1533 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1533

Haut de page

Auteur

Jane Koustas

Jane KOUSTAS est professeur à Brock University (St. Catharines, Ontario), où elle vient d'être nommée au poste de Directeur d'études canadiennes. Elle est titulaire d'une maîtrise en traduction de l'Université de Montréal et d'un doctorat du Département d'études françaises de Queen's University à Kingston. Spécialiste de littérature québécoise, elle s'intéresse particulièrement au théâtre ; et elle a participé au Dictionary of Literary Biography. Ses recherches portent également sur la théorie de la traduction et l'enseignement de la traduction. Elle a dirigé le numéro spécial de revue TTR sur "La pédagogie de la traduction", et elle est actuellement chargée de la rubrique "Translations" de la revue University of Toronto Quarterly. Elle a aussi publié des articles dans les revues Meta, French Literature and Society, et Quebec Studies.
Brock University – Departement of French, Italian and Spanish
St Catharines Ontario L2S 3AI Canada

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals