Navigation – Plan du site

Traduire l'ignorance culturelle

Jean-Pierre Richard
p. 151-160

Résumés

Un auteur, surtout s'il joue sur la pluralité constitutive de sa culture, peut pointer chez ses lecteurs une inculture partielle. Comment traduire cette distance culturelle interne, sans rien changer aux termes de référence (culture africaine-américaine dans Philadelphia Fire de J.E. Wideman ou jargon et argot de la marine de guerre à voile chez Kipling) ?
Quand la traduction se double d'un changement de culture lié à l'espace ou au temps, le traducteur peut tenter de recréer en marge du texte un champ de savoir pléthorique pour 1) donner à son lecteur l'accès au code de la culture d'origine 2) y ouvrir la même possibilité d'ignorance que pour le lecteur du texte en langue d'origine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Soyinka, 1988.

1Dans le champ de la traduction, qu'entend-on par "distance culturelle" ? Cette notion désigne généralement l'écart perçu entre la culture d'origine et la culture d'accueil. Par sa position d'intermédiaire, qui va parfois jusqu'à la double appartenance, le traducteur semble bien placé pour évaluer la distance qui sépare deux cultures. Ou, à l'inverse, son rôle de changeur linguistique ne nuit-il pas à sa clairvoyance ? Qui change de langue croit changer de culture. Mais distance linguistique et distance culturelle ne sont nullement équivalentes. Sont-elles même corrélatives ? Sauf cas particulier, est-on fondé à parler de "langue-culture" ? On connaît le mot de George Bernard Shaw sur l'Angleterre et les Etats-Unis, ces deux cultures que sépare une langue commune. Inversement, la culture aborigène en Australie se distribue sur quelque cinq cents langues. Des textes écrits en des langues différentes peuvent relever d'une même culture ; où est la distance culturelle entre le pidgin English de Lagos, tel que Wole Soyinka l'utilise dans The Road, et le français populaire d'Abidjan (FPA) dont se servent les traducteurs de la pièce, Christiane Fioupou et Samuel Millogo1 ? Lorsque le changement de langue propre au traduire se constitue en paradigme ne tend-il pas à imposer un faux parallélisme entre langue et culture ?

  • 2 Idem, Avant-propos, p. 9.

2Si la distance culturelle du texte source au texte cible est parfois surévaluée, voire imaginaire, la distance culturelle interne qui peut structurer le texte original est souvent sous-estimée, voire ignorée. Sans conséquences pour la traduction des textes porteurs d'une culture homogène, généralement dominante (ce qu'aux Etats-Unis on nomme mainstream), cette erreur d'appréciation risque d'invalider la traduction d'œuvres bâties précisément sur le caractère pluriel de leur polysystème culturel. A propos de Soyinka, les traducteurs déjà cités écrivent que "l'alternance d'un anglais standard et de répliques en pidgin ou en yorouba, offre [...] un constat de la situation de plurilinguisme qui prévaut en Afrique"2. The Road et sa traduction publiée chez Hatier montrent que la distance culturelle interne à une œuvre peut excéder ce que nous appellerons pour la commodité de l'exposé la distance culturelle externe, observable entre texte à traduire et texte traduit quand leurs cultures respectives ne coïncident pas.

  • 3 Voir Berman, 1984, p. 16.

3On pourrait se demander si la culture uniforme, si la société qui se veut "un Tout pur et non mélangé", pour citer Antoine Berman3, peuvent aujourd'hui servir de modèle en traductologie. Pensons à la culture swahilie qui n'existe depuis douze siècles et ne se perpétue que par le métissage. Avec l'importance croissante du plurilinguisme et, plus largement, avec la diversité constitutive des isotopies culturelles contemporaines, on peut estimer que la question de la traduction de la distance culturelle interne n'a pas fini de se poser. Nous tenterons simplement ici de définir les termes du problème, avant de suggérer une quelconque solution. Nous nous appuierons sur deux exemples contrastés : la référence à l'histoire des Noirs aux Etats-Unis dans un extrait de Philadelphia Fire, roman livré en 1990 sans aucune note de l'auteur John Edgar Wideman et publié en traduction française en 1996 sous le titre L'Incendie de Philadelphie avec dix-sept pages de notes du traducteur (voir Fascicule des textes de référence, extrait 1) ; puis le jargon et l'argot de la Royal Navy à voile, tel qu'en use Kipling dans une nouvelle intitulée "A Naval Mutiny" ("Mutinerie à bord") extraite du recueil Limits and Renewals paru en Angleterre en 1932 et partiellement publié, pour la première fois, en traduction française en 1993 sous le titre Le Miracle de saint Jubanus (voir Fascicule des textes de référence, extrait 2).

4La traduction de la distance culturelle interne soulève trois difficultés principales, liées au mode d'apparition de ses constituants dans l'œuvre originale, à leur identité proprement culturelle et à leur statut dans la culture réceptrice, celui d'un corps étranger qui doit, pour faire sens, en même temps le rester et cesser de l'être.

  • 4 Voir Fascicule des textes de référence. Extrait 2, page 50, lignes 73-74 et page 51, lignes 83-84  (...)
  • 5 Idem, page 50, ligne 75 et page 51, lignes 85-86 : "[...] ceux que j'avais couchés sur le cahier r (...)
  • 6 Idem, page 52, lignes 83-84 et page 53, lignes 95-96 : "[...] Tiens, lui, s'il avait été matelot, (...)
  • 7 Idem, page 54, lignes 125-126 et page 55, lignes 148-149 : "[...] tout de suite j'ai sifflé. Ça lu (...)
  • 8 Voir Fascicule des textes de référence, Extrait 1, page 42, lignes 8 à 21 et page 43, lignes 7 à 2 (...)
  • 9 Idem, page 42, ligne 5.

5Une première composante du problème tient au mode d'apparition de l'hétérogène dans le champ culturel de départ. L'auteur de l'œuvre originale a cent manières d'instaurer une distance culturelle interne : intrusions de yorouba et de pidgin english chez Soyinka, recours à un technolecte et au parler matelot chez Kipling, références culturelles plus ou moins identifiables chez Wideman. Il s'agit toujours de produire une inintelligibilité relative dont il appartient au traducteur — et c'est là toute la difficulté — de jauger le degré. A lui de repérer la ligne de partage entre lecteurs exclus et lecteurs complices ; à lui de dresser la carte du savoir et de l'ignorance dans la culture de départ Quand l'auteur crée une distance culturelle entre son texte et une partie de son lectorat, le traducteur doit se faire à son tour ajusteur d'ignorance. Chez Kipling, il se demandera combien de lecteurs comprennent immédiatement des énoncés tels que "not to mention the usual cheap muckin's, eatin' into the wind"4, "every man I'd ever logged or got twisted at seven bells"5, "I'd ha' put him in the bowse on his general tally if he'd been a regular ratin"6 ou encore "I piped down. It fetched him up with a round turn"7 ? A la différence de Kipling, Wideman ne lexicalise pas l'hétérogène culturel, mais l'instaure à travers un usage pervers du nom propre en une série qui se déploie en trois temps sur une douzaine de lignes8 ; elle commence par trois patronymes : "Fanon or Garvey or Marley" (lignes 8 et 9), continue avec le prénom de Malcolm X joint à deux autres patronymes : "brother Malcolm, brother Chaney, brother Goodman" (lignes 17 et 18), et s'achève sur des prénoms sans patronymes : "Addie Mae" (ligne 18) et "Medgar" (ligne 21). Si l'intelligible correspond ici à l'identifiable, la série évolue vers l'inintelligible, car on peut se demander combien de lecteurs reconnaissent en "Addie Mae" Addie Mae Collins, fillette noire tuée par une bombe en 1963 dans une église de l'Alabama. Dans un récit de fiction, le nom propre qui renvoie à un personnage historique, grand homme ou petite victime, définit à peu de frais un champ culturel de familiarité / étrangeté, d'inclusion / exclusion. Parce qu'il a un référent singulier, le nom propre est tout indiqué pour servir d'embrayeur d'ignorance. La tactique du name-dropping est dévastatrice pour qui n'est pas du cercle. Wideman commence en douceur, mais teste la résistance du lecteur, jusqu'au point de rupture. Au demeurant, il avait annoncé la couleur en faisant précéder sa manœuvre éliminatoire d'un bel oxymore onomastique : "Earl the Pearl Shakespeare"9 : seule occurrence dans notre extrait d'un patronyme combiné avec un autre nom propre ; mais le complément d'information, "Earl the Pearl", surnom d'un ancien basketteur new-yorkais, à la place du "William" attendu, reste indéchiffrable pour la plupart des lecteurs de Wideman et anéantit le puissant effet de familiarité produit par "Shakespeare".

6Nous avons parlé d'inintelligibilité relative : si elle était absolue, le traducteur n'aurait plus qu'un problème technique, lié à la difficulté d'inventer un langage aussi incompréhensible de son archilecteur francophone que l'original peut l'être d'un lectorat anglophone. C'est à ce type d'inintelligibilité non problématique pour le traducteur que ressortit, par exemple, le non-sense d'un Lewis Carroll composant une pseudo-"strophe de poésie anglo-saxonne" :

  • 10 Nous en avons proposé la traduction suivante : "L'était grillenne et les tirgeons plisqueux / Sur (...)

It was bryllyg and the slythy loves
Did gyre and gymble in the wabe :
And mlimsy were the borogoves ;
And the mome raths outgrabe10.

7Parler à ce propos de distance culturelle interne à l'œuvre serait abusif ; l'idiolecte carrollien n'élimine aucun lecteur, car aucun n'est censé le comprendre.

  • 11 C'est le choix qu'a fait la traductrice d'un ouvrage de John Edgar Wideman intitulé Brothers and K (...)

8Une deuxième difficulté que rencontre le traducteur d'un champ culturel hétérogène tient à l'identité culturelle de l'objet à traduire. Si la traduction fait perdre à l'objet son identité, elle ne l'aura pas traduit, mais détruit. Que resterait-il en français de Philadelphia Fire si, sciemment ou non, la traduction y supprimait la référence à l'histoire noire américaine ? L'ouvrage traduit aurait-il encore un sens légitime ? Le traducteur peut-il adapter le référentiel culturel et substituer à l'espace africain-américain celui d'une banlieue française "black blanc beur"11 ? De la même façon, au motif qu'il n'y a plus de marine de guerre à voile, le traducteur peut-il substituer au gisement culturel exploité par Kipling dans "A Naval Mutiny" un domaine plus familier d'un lectorat de l'an 2000, l'astronautique, par exemple ? La nouvelle de Kipling et le roman de Wideman ont une valeur patrimoniale, qu'ils doivent notamment à leur inscription dans une histoire littéraire nationale, et, plus largement, dans une évolution culturelle mondiale. Cette dimension de leur ouvrage interdit au traducteur de modifier les termes constitutifs de la distance culturelle interne à l'œuvre de départ ; il doit procéder à leur transfert pur et simple au texte-cible.

  • 12 Thomas d'Aquin, Liber de causis. Proposition X.
  • 13 Voir Berman 1995, pp. 17-18.

9Mais qu'en est-il de cette contrainte d'intangibilité quand la culture réceptrice est distincte de la culture d'origine ? Quand de Philadelphie à Paris le partage du savoir et de l'ignorance diffère, comment la distance culturelle interne à l'œuvre de départ pourra-t-elle encore être perçue par le lecteur de la traduction ? Elle s'effondre, si tout est ignorance. La culture noire américaine ne fait pas partie de la culture francophone, même s'il existe des points de contact, tel Frantz Fanon. Transférée telle quelle dans le texte français, la distance culturelle interne à Philadelphia Fire, qui joue sur l'histoire noire américaine, ne constituera plus dans la culture réceptrice qu'un corps étranger relevant d'une autre culture et non pas ce qui fait la spécificité de son statut, sa raison d'être romanesque : un corps moins étranger qu'ignoré, le point aveugle d'un savoir, le révélateur d'une inculture. Une troisième difficulté du traducteur, et la plus formidable, vient alors du caractère contradictoire des contraintes qui lui sont imposées : d'un côté, il lui est impossible de changer les termes définissant la distance culturelle interne à l'œuvre source ; de l'autre, il doit changer de culture et il lui est impossible de ne pas prendre en compte la distance culturelle externe, qui tend à invalider l'autre. Car comment conserver à un terme le sens que lui donne un système dès lors qu'on l'introduit dans un autre système ? Ce que Thomas d'Aquin formulait ainsi : "Quidquid recipitur ad modum recipientis recipitur"12 (tout ce qui est reçu l'est en fonction du récepteur). Appliquée au transfert culturel, la proposition de Thomas oriente la traduction vers ce qu'Antoine Berman a appelé translation13 : un accompagnement de l'œuvre originale qui inclut des traitements non traductifs (recherches historiques, articles critiques etc.) visant à fournir au nouveau lectorat un code d'accès au système culturel d'origine. La seule solution théorique au problème du transfert culturel en cas de non-coïncidence des champs cognitifs exige en effet que soit conservé le système culturel de départ dans le système d'accueil ; il appartient à la culture réceptrice de recréer par ses propres moyens (ad modum recipientis) le système culturel de départ ; au moins d'en permettre le décodage, d'en fournir le sens. Elle peut le faire par la glose, en débordant du texte.

10Toutefois, entre texte et hors-texte, l'édition d'accueil n'offre-t-elle pas un espace intermédiaire, celui d'un paratexte où le traducteur de Wideman peut déjà tenter de recréer le système culturel d'origine pour permettre à son lecteur d'éprouver la distance culturelle interne propre à Philadelphia Fire. Quelle est ici sa tâche ? Etablir fermement le lieu de l'incompétence non pas chez lui, mais chez son lecteur ; s'assurer que celui-ci ne puisse se dire : je ne comprends pas "Medgar", "Addie Mae", "Earl the Pearl", "Chaney", "Goodman" parce que je suis un lecteur francophone. Il appartient au traducteur de ne pas laisser son archilecteur francophone dans l'ignorance de son ignorance, mais de pointer celle-ci, de l'afficher : il doit le mettre en situation d'ignorance. Visée paradoxale, avouons-le, pour un traducteur. L'ignorance étant l'un des éléments constitutifs de la lecture du texte source, c'est cette dimension-là qu'il importe de traduire en français. Et comme il n'est d'ignorance que sur fond de connaissance, le traducteur étendra à l'excès le champ du savoir donné en français. Telle est la fonction de l'apparat critique pléthorique dans L'Incendie de Philadelphie. Les notes du traducteur cherchent d'ordinaire à éclairer. Les multiplier crée l'effet inverse : une masse de notes obscurcit le sens, comme trop de lumière aveugle. C'est cet aveuglement qu'il s'agit de produire. La surabondance de notes, loin de masquer ici le texte source, en révèle la vérité au lecteur francophone, qui est d'avoir été pour le lecteur américain mainstream de Wideman le lieu d'expérience d'une carence culturelle.

11Pour la nouvelle de Kipling, l'équation paraît plus simple, car on peut tenir la distance culturelle externe pour négligeable. Le traducteur peut donc transférer tels quels au texte cible les constituants de la distance culturelle interne à l'œuvre de départ : le jargon et l'argot de la marine de guerre à voile. Puisqu'il y a, en ce domaine, homogénéité culturelle d'une rive de la Manche à l'autre, la logique voudrait que la traduction ne s'accompagnât d'aucune note du traducteur, sauf cuistrerie de sa part — ce qui ne peut être exclu a priori d'une analyse du sujet traduisant !

  • 14 "A Naval Mutiny" date de 1906, année de l'introduction des dreadnoughts, la mort de la marine de g (...)

12L'analyse de la situation éditoriale conduit néanmoins le traducteur à multiplier les notes, pour traduire une distance culturelle interne qui risquerait autrement de passer inaperçue. En effet, en 1932, la marine de guerre à voile n'avait disparu que depuis vingt-cinq ans14 ; son jargon et son argot vivaient encore dans la mémoire des anciens de la Navy ; c'est à eux que s'adressait en priorité Kipling dans "A Naval Mutiny". En 1932, le lecteur de Kipling savait ou ne savait pas : il lui était impossible de tricher. Compte tenu d'une évolution parallèle des techniques de navigation dans la Royale française, chez un lectorat francophone des années 1930 le partage entre initiés et profanes eût été sensiblement le même qu'en Angleterre. Un traducteur de l'époque eût donc été fondé à reconduire ce partage à l'identique, par simple transfert en français des termes de marine et du parler matelot appropriés. Qu'en est-il soixante-ans plus tard ? Dans le lectorat des deux langues, combien reste-t-il d'initiés en mesure de comprendre le jargon et l'argot de la marine de guerre à voile ? Tout n'est-il pas frappé d'insignifiance ? Et si l'inintelligibilité a cessé d'être relative, la distance culturelle interne qui donne son sens et son prix à la nouvelle de Kipling ne se trouve-t-elle pas ipso facto abolie ? En 1993, il n'y a plus de fond de connaissance sur lequel s'enlèverait une ignorance. Le texte anglais est-il encore lisible sans appareil critique, et traduisible aujourd'hui si le traducteur ne recrée pas artificiellement ce champ de savoir initiatique qui seul peut faire qu'advienne une ignorance ?

13Constatons, sans chercher à conclure, que la traduction de la distance culturelle interne fait problème quand elle se combine avec une distance culturelle externe, comme le montre l'exemple de Wideman en français.

  • 15 Extrait de The Human Condition, University of Chicago Press, 1958. Cité in P. Ricœur, Temps et réc (...)

14Réaffirmons, à partir de l'exemple de Kipling, que l'objet à traduire n'est pas un texte mais une situation de traduction, ce que Hannah Arendt aimait appeler à propos de la relation de l'individu à sa société une "sphère publique d'apparition"15, c'est-à-dire une constellation de variables correspondant aux relations complexes qu'entretiennent, à travers un texte, dans l'espace-temps de la traduction, auteur, lecteurs, traducteurs, éditeurs et tous autres médiateurs culturels, le tout emporté, comme la Royal Navy, comme la Royale, dans le mouvement de l'histoire des civilisations.

15Récusons aussi la conception du lecteur omniscient qui aurait accès à toute la signification d'une culture, pour qui ne serait étranger rien de ce qui est humain et qui ne devrait jamais être mis par le traducteur ou l'éditeur en situation d'ignorance. N'est-il pas plus pertinent et plus fécond pour le sujet contemporain de faire dans sa propre langue ou culture "l'épreuve de l'étranger", y compris sur le mode festif, que l'étranger soit d'ordre géographique (à l'échelle régionale ou internationale), social (quand il est ouvrier, paysan, bourgeois ou autre), historique, sexuel, linguistique etc. ? Dans l'équation traductive contemporaine, l'archilecteur est lui-même une variable, défini par une amplitude, compris entre l'omniscience et l'ignorance infinie.

16Soulignons enfin qu'un texte original jouant d'une distance culturelle interne intègre nécessairement la problématique de la traduction. Antoine Berman est allé jusqu'à affirmer dans son dernier ouvrage que :

  • 16 Voir Déprats, 1995.

le rapport interne qu'une œuvre entretient avec la traduction (ce qu'elle contient en soi de traduction et de non-traduction) détermine idéalement [...] les problèmes qu'elle peut poser. Toute œuvre prévoit sa traduction dans sa structure16.

  • 17 Voir Wideman, 1990, p. 140. C'est nous qui soulignons.
  • 18 Voir Wideman, 1996, p. 192.

17Dans Philadelphia Fire, la problématique de la traduction est thématisée dans le couple infernal Caliban / Miranda. "He didn't wish to be run through her copy machine. Her print of goodness stamping out his shape, his gahhle translated out of existence"17. Miranda veut "dé-bêtir" Caliban en réduisant / traduisant son caquetage à néant. Elle veut "le faire passer à la photocopieuse de la respectabilité", le tirer "aux Presses du Bien"18. Traduire l'ignorance culturelle — traduire la distance culturelle interne — constitue un enjeu important : il y va de la survie identitaire de Caliban. Irons-nous, traducteurs, jouer les Miranda ?

Haut de page

Bibliographie

BERMAN, Antoine. L'Epreuve de l'étranger. Culture et traduction dans l'Allemagne romantique. Paris : Gallimard, 1984.

BERMAN, Antoine. Pour une critique des traductions : John Donne. Paris : Gallimard, 1995.

CARROLL, Lewis. Œuvres. Ed. Jean Gattégno. Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1990.

DÉPRATS, Jean-Michel. "Le Don paisible", TransLittérature n° 9, été 1995, p. 62.

KIPLING, Rudyard. Limits and Renewals. Londres : Macmillan, 1932.

KIPLING, Rudyard. Le Miracle de saint Jubanus. Paris : Rivages-Poche, 1993. Traduit de l'anglais par Jean-Pierre Richard.

SOYINKA, Wole. The Road. Londres : Oxford University Press, 1965.

SOYINKA, Wole. La Route. Paris : Hatier, 1988. Traduit de l'anglais (Nigéria) par Christiane Fioupou et Samuel Millogo.

WIDEMAN, John Edgar. Philadelphia Fire. New York : Henry Holt and Company, 1990.

WIDEMAN, John Edgar. Suis-je le gardien de mon frère ? Paris : Jacques Bertoin, 1992. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marianne Guénot.

WIDEMAN, John Edgar. L'Incendie de Philadelphie. Paris : Gallimard, 1996. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean-Pierre Richard.

Haut de page

Notes

1 Voir Soyinka, 1988.

2 Idem, Avant-propos, p. 9.

3 Voir Berman, 1984, p. 16.

4 Voir Fascicule des textes de référence. Extrait 2, page 50, lignes 73-74 et page 51, lignes 83-84 : "[...] sans parler des inévitables fatras qui gagnent au vent".

5 Idem, page 50, ligne 75 et page 51, lignes 85-86 : "[...] ceux que j'avais couchés sur le cahier royge ou souqués quand la cloche piquait sept".

6 Idem, page 52, lignes 83-84 et page 53, lignes 95-96 : "[...] Tiens, lui, s'il avait été matelot, rien qu'à le voir, ç'aurait mal fargué pour son fascicule".

7 Idem, page 54, lignes 125-126 et page 55, lignes 148-149 : "[...] tout de suite j'ai sifflé. Ça lui a fait tour mort".

8 Voir Fascicule des textes de référence, Extrait 1, page 42, lignes 8 à 21 et page 43, lignes 7 à 27.

9 Idem, page 42, ligne 5.

10 Nous en avons proposé la traduction suivante : "L'était grillenne et les tirgeons plisqueux / Sur le pangé girouillaient et vroillaient. / Or tout fragés étaient les arbouqueux / Et les zires nallées s'équourillaient". Voir Carroll, 1990, p. 76.

11 C'est le choix qu'a fait la traductrice d'un ouvrage de John Edgar Wideman intitulé Brothers and Keepers, paru en traduction française sous le titre Suis-je le gardien de mon frère ?

12 Thomas d'Aquin, Liber de causis. Proposition X.

13 Voir Berman 1995, pp. 17-18.

14 "A Naval Mutiny" date de 1906, année de l'introduction des dreadnoughts, la mort de la marine de guerre à voile. Voir Kipling, 1988, p. 103.

15 Extrait de The Human Condition, University of Chicago Press, 1958. Cité in P. Ricœur, Temps et récit, tome I, Paris : Seuil, 1983, p. 350.

16 Voir Déprats, 1995.

17 Voir Wideman, 1990, p. 140. C'est nous qui soulignons.

18 Voir Wideman, 1996, p. 192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Richard, « Traduire l'ignorance culturelle », Palimpsestes, 11 | 1998, 151-160.

Référence électronique

Jean-Pierre Richard, « Traduire l'ignorance culturelle », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1537 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1537

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Richard

Jean-Pierre RICHARD est traducteur littéraire professionnel depuis 198S. Il a traduit des auteurs tels que Lord Byron (en collaboration avec Paul Bensimon), Emily Brontë, George Eliot, Lewis Carroll, Rudyard Kipling, William Morris. Et sa toute récente traduction de Titus Andronicus est à paraître dans le volume 1 des Œuvres complètes de Shakespeare de la Bibliothèque de la Pléiade (nouvelle édition sous la direction de Jean- Michel Déprats). Son dernier ouvrage est une traduction française de Philadelphia Fire, roman de l'Américain John Edgar Wideman (Paris: Gallimard, 1996). Par ailleurs, il est chargé de cours au Centre européen de traduction littéraire (C.E.T.L.) de Bruxelles et à l'Institut d'anglais Charles V de l'Université Paris VII-Denis Diderot, et aussi membre du Conseil d'administration de l'Association des traducteurs littéraires de France (A.T.L.F.).
Association des traducteurs littéraires de France
99. rue de Vaugirard - 75006 PARIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals