Navigation – Plan du site

Traduire le culturel : la problématique de l'explicitation

Marianne Lederer
p. 161-171

Résumés

L'explicitation du culturel est un procédé d'adaptation au lecteur. Sur l'exemple d'un roman indien écrit en anglais, on montre que le contexte fournit l'explicitation qui permet au lecteur de mieux situer les faits culturels. En traduction, le contexte suffit souvent mais parfois une adjonction verbale est nécessaire. On tire quelques exemples de la traduction française d'un auteur coréen. Enfin, on compare la traduction française et la traduction anglaise d'une œuvre majeure de la littérature chinoise du xviiie siècle : l'anglaise présente juste assez d'explicitation pour faire lire le roman, la française se perd dans les exploitations au détriment de la lisibilité.

Haut de page

Texte intégral

1L'explicitation est en traduction un procédé d'adaptation au lecteur étranger. Il peut s'agir, par exemple, de l'explicitation d'un référent désigné dans le texte original ou de celle de faits culturels inconnus du lecteur de la traduction.

2Il me semble utile, avant d'aborder la traduction à proprement parler, de donner un exemple, dont les traducteurs peuvent s'inspirer, de la façon dont certains emprunts, qui à première lecture peuvent sembler opaques, sont explicités par le texte dans son ensemble.

S'inspirer d'auteurs "bi-culturels"

3J'illustrerai mon propos à l'aide de quelques extraits d'un roman indien récent écrit en anglais.

4Imprégné dès sa scolarité par la langue et la culture de la Grande-Bretagne, Vikram Seth, né en Inde en 1952, connaît les deux cultures, l'indienne et la britannique, les deux types de lecteurs auxquels il aura à faire. Il sait donc, au moment où il écrit, que le cercle potentiel de ses lecteurs dépasse largement celui de sa culture nationale. Il est intéressant de noter le dosage d'implicite et d'explicite de son expression, car il peut servir de modèle au traducteur qui, au lieu de s'acharner à traduire chacun des éléments linguistiques, s'inspirera de la manière dont cet auteur fait passer son message.

5On notera, par exemple, la fréquence des termes indiens empruntés en anglais (environ 360) et la manière dont leur référent est explicité au cours du texte dans une narration qui permet petit à petit à un lecteur au départ ignorant de la culture indienne de comprendre et de ressentir cette culture.

  • 1 V. Seth, A Suitable Boy, Londres, Phoenix, 1993.

6Vikram Seth a publié récemment A Suitable Boy1, saga familiale se déroulant quelques années après que l'Inde eut acquis son indépendance. Il y trace une fresque haute en couleur de la vie, du peuple, des pratiques sociales et politiques, industrielles et agricoles de l'Inde de l'époque de Nehru.

7Nous assistons au mariage de la sœur aînée de l'héroïne. Quoi de plus universel que le fait pour deux jeunes gens de se promettre amour et fidélité avant de fonder une famille ? Quoi de plus habituel que la famille et les amis se réunissent pour fêter l'événement ?

8"Servants, some in white livery, some in khaki, brought around fruit juice and tea and coffee and snacks to those who were standing in the garden : samosas, kachauris, laddus, gulab-jamuns, barfis and gajak and ice-cream were consumed and replenished along with puris and six kinds of vegetables".

9En Occident, l'on servirait des canapés et des petits fours salés et sucrés ; les aliments sont différents, leur fonction est la même. Pour un Indien, les mets servis possèdent sans doute chacun une réalité bien précise. Ce ne sera pas le cas pour la plupart des anglophones qui lisent le roman de Vikram Seth. Certes, l'occupation de l'Inde a laissé des traces profondes en Grande-Bretagne, dont le thé, le chutney et le curry font partie. Les non-Britanniques qui lisent l'anglais n'auront pas les mêmes souvenirs mais, malgré les nombreux emprunts au hindi et à l'ourdou, ils suivront sans peine les descriptions de la vie indienne. Ils ne connaîtront pas les référents auxquels renvoient les mots samosa, kachauri, laddu, etc., mais ils en comprendront la fonction. A chaque page du roman, ils glaneront des informations qui délimiteront de façon de plus en plus précise la réalité à laquelle renvoient les vocables étrangers. Un exemple : p. 4, Madame Mehra, la mère de la mariée, accueillant ses hôtes leur dit :

10"Please eat something, please eat : they have made such delicious gulabjamuns, but owing to my diabetes I cannot eat them [...]".

11On comprend que le gulab-jamun est une sucrerie et lorsque, plus tard, vient l'énumération de tous les mets servis dans le jardin, la notion de sucré s'ajoute gulab-jamun, ni quels ingrédients entrent dans sa confection.

12Le caractère implicite de l'expression originale n'est qu'un des aspects d'un phénomène général ; on le voit lorsqu'on compare deux langues : le français parle par exemple de 'planteur de betteraves', l'anglais dit 'beetgrower', mais au total le planteur et le grower ne font qu'un ! De même, tout texte est composé d'une partie explicite et d'une partie plus ou moins importante de sous-entendus. La traduction de la culture doit rétablir un dosage adéquat entre l'implicite et l'explicite, qui vise à faire passer autant du même tout de l'original que possible.

13Les choses désignées par les termes font partie de la culture, mais ne sont pas toute la culture. Celle-ci s'exprime tout autant, sinon plus, à travers les idées et les faits que désigne le texte. Voyons en guise d'illustration une partie de la cérémonie du mariage (p. 15) :

The two bare-chested priests, one very fat and one fairly thin, both apparently immune to the cold, were locked in mildly insistent competition as to who knew a more elaborate form of the service. So, while the stars stayed their courses in order to keep the auspicious time in abeyance, the Sanskrit wound interminably on [...].
Lata tried to imagine what Savita was thinking. How could she have agreed to get married without knowing this man ?

14Chaque ligne du texte apporte aux lecteurs son lot d'informations nouvelles sur les mœurs indiennes. Les deux prêtres nus jusqu'à la taille, le choix du moment propice pour le mariage, le sanscrit, langue du service religieux, le mariage arrangé par les parents... Tout cela, les lecteurs le comprennent, le comparent à leurs propres connaissances du même type de situation et l'intègrent dans leur savoir du monde.

15Vikram Seth dessine dans son roman les grands traits de l'Inde des années 50, non pas seulement par l'usage de vocables locaux, mais essentiellement par la narration elle-même. Ne serait-ce qu'à travers la scène du mariage sur laquelle ouvre le roman (une vingtaine de pages), le lecteur est placé devant toutes sortes de faits culturels, de façons de faire ou de voir le monde qui lui sont a priori étrangers mais qu'il est capable d'assimiler.

16L'Indien extrait de ces vingt premières pages tout un implicite qu'il puise dans son vécu ; le non-Indien n'en tire pas autant, certains détails lui échappent ; il n'y puise pas moins des connaissances qu'il n'avait pas auparavant ; dans ces vingt pages, il commence à appréhender, à la fois rationnellement et émotionellement, la façon dont vivent les Indiens — compréhension qui ira s'approfondissant au fil de la lecture et lui rendra les faits culturels de plus en plus accessibles.

  • 2 V. Seth, Un garçon convenable, traduction de F. Adelstain, Paris : Grasset, 1995.

17Le traducteur qui s'inspire de l'exemple de cet auteur et de bien d'autres que l'on pourrait citer, comprendra qu'à condition que le contexte apporte progressivement des éclaircissements, l'explicitation, voire les notes en bas de page, sont souvent inutiles. C'est le principe qu'a appliqué la traductrice du roman de Vikram Seth2. Françoise Adelstain a conservé dans la version française tous les emprunts de mots indiens (hindi, ourdou) de l'original. Par exemple, dans le passage du mariage que nous avons cité plus haut en anglais, samosas, kachauris, laddus, gulab-jamuns, barfis, gajak sont repris tels quels dans le texte français. Elle a néanmoins ajouté un glossaire en fin de volume, estimant sans doute que les francophones, moins familiers de la culture indienne que les Anglais, pourraient parfois souhaiter s'y reporter. Elle s'est rendu compte que les référents désignés par les emprunts ont une fonction et correspondent à une situation telles qu'ils n'entravent ni la possibilité d'imaginer des nourritures exotiques, ni le déroulement du récit.

Le culturel en traduction

18En tant que traductologue, j'ai trouvé enrichissant l'examen d'œuvres écrites par des auteurs "bi-culturels", mais la place dont je dispose ne me permet pas de développer le sujet plus longuement. L'étude de traductions de langues-cultures éloignées s'avère également fructueuse. Lorsqu'on lit des traductions faites à partir de langues que l'on ne connaît pas, on est placé dans la position de lecteur : le lecteur de la traduction comprend le culturel, explicité ou non, mais il arrive que ponctuellement il ne comprenne pas. Le traductologue, lui, constate parfois un manque de méthode dans l'explicitation ; dans un même texte, peuvent coexister des explicitations superflues et certaines obscurités qui auraient pu être éclaircies.

Une explicitation superflue

  • 3 Hwang Sun-Won, La chienne de Moknomi, traduit du coréen par Choi Mi-Kyung, Ko Kwang-Dan et Jean-No (...)

19Ainsi la traduction d'une des nouvelles de l'écrivain coréen Hwang SunWon3, "Le vieux potier" :

20"Alors, à l'automne, c'est l'apprenti qui avait fabriqué les pots de terre, des petits et des grands, des jungong, des tongong, des banong, des mossegui*, pour faire une dernière fournée avant l'hiver".

21Les traducteurs ont eu raison, je pense, d'emprunter au coréen les noms des poteries plutôt que de leur chercher des correspondances en français. Ils ont cependant ressenti le besoin de décrire la forme des pots. Si l'on se reporte à la note du traducteur :

22"*les jungong sont de grands pots que l'on place au centre du four, les tongong sont des pots de grosseur moyenne, les banong sont plus petits (la moitié des tongong) ; les mossegui sont des jattes à pied court".

23On peut se demander ce que cette note ajoute à la compréhension du texte, dont il ressort clairement que les emprunts au coréen, qui seraient opaques hors contexte, représentent ici, comme le texte même le dit : "des pots de terre, des petits et des grands".

24A mon sens, les traducteurs ont ici, d'une part, sous-évalué la capacité des lecteurs de tenir compte du contexte pour surmonter une ignorance ponctuelle et d'autre part, surévalué, par rapport à la visée de la nouvelle, la nécessité d'expliciter.

Explicitations bienvenues de notions opaques

25La transmission de la culture, au même titre que celle des événements, de l'intrigue, etc., est un des devoirs primordiaux du traducteur. Celui-ci s'en acquitte parfois en explicitant dans le texte même certaines notions opaques dont la compréhension est nécessaire pour suivre le récit.

26J'en reviens au Suitable Boy : pour mieux faire comprendre la notion de zamindari, la traductrice fait apparaître le terme à deux reprises. L'anglais dit une première fois large and unproductive landholdings : "he was the prime mover of a bill to abolish large and unproductive landholdings in the state" ; le mot zamindari n'apparaît que sept lignes plus bas : "After your Zamindari Abolition Bill goes through, you will become a hero throughout the countryside".

27La traduction accole d'emblée zamindari à grandes propriétés non productives : "il était à l'origine d'un projet de loi visant à abolir les zamindari, ces grandes propriétés non productives" ; elle reprend une deuxième fois zamindari : "Quand votre loi sur l'abolition des zamindari aura passé, vous serez un héros dans toutes les campagnes".

28Le simple fait de faire figurer le vocable inconnu à côté de ce qui en est l'explication simplifie la tâche du lecteur sans pour autant modifier le texte.

  • 4 Je remercie Choi Mi-Kyung, l'une des traductrices, de m'avoir fourni cet exemple et le suivant.

29Il est parfois nécessaire de fournir une explicitation plus poussée lorsque le texte renvoie à des faits culturels ignorés du lecteur et sur lesquels le contexte n'apporte aucun éclaircissement Nous en trouvons un exemple dans la traduction d'une autre nouvelle de l'auteur coréen déjà cité, Hwang Sun-Won, "Une veuve"4 :

Traduction française

Traduction littérale

Madame Park fit du feu dans l'âtre de la cuisine. Puis, après avoir balayé le sol, elle fit coucher Madame Han à l'endroit le mieux chauffé de la chambre.

Elle fit coucher Madame Han à la partie basse.

30En Corée, les maisons individuelles étaient jadis chauffées par le sol, grâce à un système de conduits qui se refroidissaient à mesure qu'ils étaient plus éloignés du foyer situé dans la cuisine. La partie de la chambre la plus proche de la cuisine, et donc la mieux chauffée, était dénommée "partie basse".

31Le traducteur doit-il faire passer toutes ces caractéristiques ? La démarche adoptée en l'occurrence par les traducteurs, qui ont écrit : "à l'endroit le mieux chauffé de la chambre", s'explique : ce qui compte ici, c'est de montrer le respect avec lequel Madame Park traite Madame Han, tel qu'il ressort de l'ensemble de la nouvelle. Il ne s'agit pas d'attirer l'attention sur le mode de chauffage des maisons coréennes. Méthodologiquement, les traducteurs de cette nouvelle ont eu raison de ne pas ajouter une explicitation culturelle en note ou dans le texte.

32Deux pages plus loin dans la même nouvelle, ils ont jugé nécessaire d'expliciter une notion qui joue un rôle particulier dans le récit.

Traduction française

Traduction littérale

(...) parmi les gens des villages de la région. Le jeune mari n'y échappa pas. Après dix jours de fièvre, il mourut. Son épouse avait tout essayé pour le sauver : elle s'était même coupé un doigt, suivant les conseils des vieux, pour lui donner à boire du sang frais. Mais ses efforts (...)

Elle s'était même coupé un doigt, suivant les conseils des vieux.

33Le coréen dit : "elle s'était même coupé un doigt, suivant les conseils des vieux". Le lecteur lisant un tel texte en français pourrait à juste titre se poser des questions sur la cohérence de ce comportement : "son épouse avait tout essayé pour le sauver, elle s'était même coupé un doigt, suivant les conseils des vieux". Il pourrait aussi, le cas échéant, en tirer des conclusions fausses : sacrifice aux Divinités ou autres pratiques religieuses barbares. Les traducteurs connaissant le fait culturel auquel renvoie "elle s'était même coupé un doigt" l'explicitent en quelques mots : "pour lui donner à boire du sang frais". Cet ajout éclaire sobrement le lecteur. Le récit montre jusqu'où l'héroïne pousse le dévouement. Il était indispensable d'ajouter une explication, qui trouve sa juste place dans le texte même. Une note en bas de page aurait pu être plus explicite. Par exemple : La femme coréenne d'antan, dévouée à son mari, devait se sectionner l'annulaire — ce doigt étant nommé "doigt de médicament" — lorsque son mari était gravement malade, afin de tenter de le sauver en lui donnant à boire du sang frais. Cette pratique était considérée comme une preuve extrême du dévouement féminin...

34Une note de ce type aurait été intéressante du point de vue ethnologique, mais aurait fait sortir le lecteur du récit.

Les différentes visées des traductions

35L'examen des méthodes appliquées à la traduction des faits culturels conduit à poser la question de la finalité de la traduction du culturel.

36Jusqu'ici, j'ai traité de traductions dont le but est de faire connaître une œuvre ou un auteur à un public étranger. On a vu que dans ce cas de figure, l'explicitation pouvait être minimale, ne comblant les lacunes du lecteur que lorsque celles-ci risquaient de diminuer l'intelligibilité du texte, se gardant d'aller trop loin dans l'apport d'informations non pertinentes dans le cadre du récit.

37D'autres traductions ont des visées plus "ethnologiques". Elles tiennent autant à faire apprécier l'œuvre ou l'auteur qu'à fournir au lecteur le maximum d'informations sur la civilisation qui a engendré cette œuvre et sur la langue dans laquelle elle a été écrite.

  • 5 Cao xuegin et Gao, E. Hong lou meng, Beijing : Renmin chubanshe, 1974. Le Rêve dans le pavillon ro (...)

38A cet égard, il m'a semblé édifiant de comparer deux traductions d'un même texte, le Rêve dans le pavillon rouge5, œuvre chinoise majeure du xviiie siècle, dont les visées sont diamétralement opposées ; l'une a été faite en français pour la Pléiade, l'autre en anglais à Pékin.

Traduction française

Traduction anglaise

Au bas du mur supportant les croisées, s'amorçait la maçonnerie du grand lit de brique à hypocauste*, sur lequel était étalé un tapis d'outre-mer, de couleur rouge dite sang de singe. Au fond, au milieu, étaient disposés un traversin d'appui de satin rouge vif brodé de petits macarons d'or, à dessins de dragons et un matelas de repos d'un brun dit parfum d'automne à décor semblable.

"The large kang by the window was covered with a scarlet foreign rug. In the middle were red back-rests and turquoise bolsters both with dragondesign medallions and a long greenish yellow mattress also with dragon medallions.

39La comparaison de l'anglais et du français montre des options théoriques (conscientes ou non) opposées : les traducteurs de la version anglaise utilisent le terme kang et font confiance au lecteur anglophone pour qu'il comprenne, à l'aide de contextes répétés, l'objet dont il s'agit. Les traducteurs français en revanche, traduisent le terme kang par "grand lit de brique à hypocauste" et ajoutent une note explicative en fin de volume : "Lit de brique à hypocauste : construction de brique occupant toute la largeur de la pièce sous les fenêtres. Elle est chauffée par en dessous, soit avec du feu allumé par une ouverture ménagée à l'extérieur de la pièce ; soit, plus simplement, en introduisant, à l'intérieur, sous le lit de brique, un petit poêle allumé".

40Les traducteurs de la version anglaise visent à faire lire le roman en tant qu'œuvre littéraire célèbre dans son pays, décrivant la vie d'un milieu noble traditionnel. Ils considèrent probablement qu'expliciter le terme kang ne s'impose pas car ce serait donner trop d'importance dans le récit à un objet dont la nature et la finalité se dégagent du contexte par petites touches ; par exemple, ces deux passages, une page après la première apparition du terme :

41"[...] The nurses urged Tai-yu to sit on the kang, on the edge of which were two brocade cushions. But feeling that this would be presumptuous, she sat instead on one of the chairs on the east side".

42"[...] Lady Wang was sitting in the lower place of the kang [...] she invited her niece to take the seat on the east. [...] Not until Tai-yu had been pressed several times did she take a seat by her aunt".

43Le lecteur de la traduction anglaise comprend qu'un kang est quelque chose comme un sofa ou un canapé puisque plusieurs personnes peuvent y prendre place et il comprend en outre que le kang semble réservé aux personnages importants.

44Les traducteurs français, quant à eux, ont une toute autre conception de ce que la traduction doit transmettre. Leur version veut initier le lecteur aux détails de la civilisation chinoise. Leur traitement de kang semble cependant peu adroit. Nombre de lecteurs français en effet n'imagineront pas plus ce qu'est un "grand lit de brique à hypocauste" qu'un kang. La déduction tirée du mot "lit" sera que l'on s'y couche. L'explicitation est soit trop poussée, soit pas assez. S'ils se reportent à la note, ils apprennent qu'il y a chauffage mais ils n'y trouveront pas d'explication de la fonction de cette "construction de brique" et il leur faudra, comme aux lecteurs de la version anglaise, attendre une page entière pour comprendre qu'il s'agit (aussi) d'un siège où l'on s'assied en compagnie. Quant à "hypocauste", le lecteur minutieux devra se reporter au dictionnaire pour apprendre qu'il s'agit d'un "fourneau souterrain pour chauffer les bains, les chambres"... mais le recours à un terme rare d'origine grecque ne semble guère approprié dans une traduction du chinois.

45Une observation analogue peut être faite quant au traitement des couleurs dans chacune des deux versions :

46Le texte anglais se contente des adjectifs de couleur courants : scarlet, red, greenish yellow. Le texte français, en traduisant les motivations des mots chinois : couleur rouge dite sang de singe, brun dit parfum d'automne, explicitent la langue du texte. Consultés, mes doctorants chinois mais aussi le professeur Chin Day Hsi de Taïwan, professeur invité à Paris III en 1995-1996, m'ont tous affirmé que les Chinois n'entendaient pas la motivation des termes et "voyaient" directement une couleur rouge plus ou moins vif ou un jaune-brun, et que ni le sang de singe ni le parfum d'automne n'affleuraient à leur conscience à la lecture de ce passage en chinois, pas plus qu'un Français n'entend par exemple la motivation orient dans le verbe orienter.

47On voit là encore deux visées différentes qui affectent la transmission du culturel : la traduction anglaise donne vie en anglais à un roman chinois célèbre pour le faire connaître à un maximum de lecteurs ; à l'opposé, les traducteurs de la Pléiade, s'adressant à un cercle restreint de lecteurs érudits, s'efforcent de leur faire percevoir la façon dont fonctionnent la langue chinoise et, à travers elle, la civilisation chinoise.

48On pourrait aller jusqu'à dire qu'il s'agit de deux conceptions opposées du langage : l'une qui voit le monde à travers la langue, l'autre pour qui la langue n'est qu'un des aspects de la connaissance ; l'une qui explicite la langue, l'autre qui explicite le texte.

49Je conclurai par quatre remarques :

  • La traduction est communication et la communication, qu'elle s'effectue dans un cadre unilingue ou multilingue, n'est jamais intégrale (on le voit en lisant les œuvres d'auteurs bi-culturels) ; la traduction ne fait pas exception ; il ne peut s'agir de transmettre la totalité de la culture étrangère. Il faut accepter le fait et se féliciter de ce que la traduction transmette une bonne part de la culture de l'Autre, rapprochant ainsi les peuples.
  • Il est de l'intérêt du traducteur de ne jamais perdre de vue qu'il traduit pour un lecteur qui réagit au texte et dont le bagage cognitif est sans cesse élargi et remanié par sa lecture ; le lecteur découvrira lui-même la culture de l'Autre au fil du récit, voire d'autres ouvrages pourvu qu'il soit intéressé.
  • L'importance d'un fait culturel et la nécessité de son exploitation doivent toujours être pesées par rapport à l'ensemble de l'œuvre ; le traducteur ne doit pas se laisser cacher la forêt par les arbres ; certaines explicitations détournent le lecteur de l'œuvre elle-même et de sa visée. En revanche, les faits culturels dont l'ignorance empêcherait de comprendre le déroulement du récit devront nécessairement être explicités.
  • Enfin, toutes les traductions ne peuvent pas être jugées selon les mêmes critères, car toutes ne sont pas faites dans la même optique. Différentes versions peuvent coexister, qui satisfairont, pour des raisons différentes, des lecteurs différents.
Haut de page

Notes

1 V. Seth, A Suitable Boy, Londres, Phoenix, 1993.

2 V. Seth, Un garçon convenable, traduction de F. Adelstain, Paris : Grasset, 1995.

3 Hwang Sun-Won, La chienne de Moknomi, traduit du coréen par Choi Mi-Kyung, Ko Kwang-Dan et Jean-Noël Juttet, Paris : Zulma, 1995.

4 Je remercie Choi Mi-Kyung, l'une des traductrices, de m'avoir fourni cet exemple et le suivant.

5 Cao xuegin et Gao, E. Hong lou meng, Beijing : Renmin chubanshe, 1974. Le Rêve dans le pavillon rouge traduit par Li Tche Houa et Alezaïs, J. Paris : NRF, Gallimard, 1981 ; A Dream of Red Mansions, traduit par Yang Hsien-Yi et Yang, G., Beijing : Foreign Languages Press, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Lederer, « Traduire le culturel : la problématique de l'explicitation », Palimpsestes, 11 | 1998, 161-171.

Référence électronique

Marianne Lederer, « Traduire le culturel : la problématique de l'explicitation », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1538 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1538

Haut de page

Auteur

Marianne Lederer

Marianne LEDERER est professeur à l'Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, directeur de l'Ecole Supérieure d'Interprètes et de Traducteurs (E.S.I.T.), responsable du Centre de recherche en traductologie de Paris III. Elle a longtemps pratiqué l'interprétation de conférence, et elle s'intéresse aux processus de la traduction orale et écrite. Outre de nombreux articles dans des revues nationales et internationales, elle a publié plusieurs ouvrages : La Traduction simultanée - Fondements théoriques (1981) ; et, en collaboration avec Danica Seleskovitch, Interpréter pour traduire (1984) ; ainsi que Pédagogie raisonnée de l'interprétation (1989). Elle a réuni un ensemble de travaux sous le titre Etudes traductologiques (1990) et, en collaboration avec Fortunato Israël, les Actes du colloque La Liberté en traduction (1991). Sa dernière publication est La Traduction aujourd'hui - le modèle interprétatif (1994). Université Paris III -Sorbonne Nouvelle - Ecole Supérieure d'Interprètes et de Traducteurs Centre Universitaire Dauphine - 75116 PARIS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals