Navigation – Plan du site

L'intraduit culturel dans la presse anglo-saxonne

Jean-Claude Sergeant
p. 225-231

Résumés

Quelle est la fonction du vocable étranger, français en l'occurrence, dans le discours de la presse de qualité britannique ? En quoi l'intraduit se différencie-t-il de l'emprunt dans les textes traitant de la réalité socio-économique de la France ? En comparant deux enquêtes consacrées à la France publiées par The Economist, il est possible de faire apparaître des invariants iconiques, gages d'authenticité et indices pertinents d'une réalité dépourvue d'équivalents lexicaux dans la langue d'accueil. A un niveau plus discret, on détecte dans les manipulations syntaxiques des vocables non traduits une entreprise critique que dissimule faiblement le parti pris de la recherche de l'authenticité.

Haut de page

Texte intégral

1Il peut paraître paradoxal que dans ce volume consacré au thème "traduire la culture", on ait fait place au phénomène de l'intraduit, qui ne se confond pas avec celui de l'intraduisible, même si la frontière entre les deux phénomènes est éminemment poreuse. Ne pas traduire peut être la manifestation d'un échec de l'opérateur mais cela peut également procéder d'un choix, d'une volonté d'exhiber une spécificité que la traduction, pour autant qu'elle soit possible, ne pourrait qu'appauvrir, quand elle ne la trahirait pas. Le non traduit se présente en général sous la forme d'emprunts directs, le plus souvent de substantifs, dans les langages techniques (droit, commerce, sciences). Mais à la différence de ces emprunts, les vocables non traduits renvoyant à une spécificité culturelle n'ont pas vocation à être assimilés par la langue d'accueil. Ils font office d'indices provisoires de reconnaissance et d'authentification à la manière des petits drapeaux qui décorent la façade d'un grand magasin le temps d'une exposition étrangère.

2A première lecture, ces éléments non traduits, appellons-les xénismes par commodité, sont destinés à recréer à peu de frais une couleur locale. A ce titre, on peut supposer qu'ils seront moins présents sous la plume du traducteur que sous celle du rédacteur, le journaliste dans le cas qui nous occupe. Le premier a pour mission, je dirais déontologiquement parlant, de faire sens c'est-à-dire d'adapter en fonction de l'expérience des lecteurs auxquels il s'adresse les réalités socioculturelles de la communauté dont il traduit la langue, sauf bien entendu à multiplier les notes en bas de page. Ainsi, pour nous limiter à l'échange anglais-français, government ne coïncide pas avec son quasi-homophone gouvernement, un civil servant n'a pas pour équivalent fonctionnaire, et un Minister of State britannique n'a pas pour homologue un ministre d'Etat français.

3A l'inverse, le journaliste-rédacteur qui vit à l'étranger et décrit la réalité de la communauté d'accueil a souvent le souci de pimenter son texte d'exotisme sous forme de termes en langue étrangère destinés à assurer le dépaysement et à valider son témoignage. Ce codage exotique est en général plus affirmé dans les publications destinées au grand public comme s'il servait à réactiver les stéréotypes appliqués aux communautés étrangères et par contrecoup à renforcer la cohésion nationale. La proportion de shocking et de my dear dans un article de presse traitant de l'Angleterre est un critère assez sûr de la nature du lectorat de la publication concernée. L'exotisme de confort peut d'ailleurs se présenter sous d'autres formes qui ne font pas appel à la langue de l'autre : l'usage récurrent de "Sa gracieuse Majesté" dans la presse française pour identifier l'actuel souverain britannique est incontestablement un marqueur d'exotisme dont le caractère condescendant ne peut être totalement récusé.

4En prenant comme corpus deux enquêtes de The Economist consacrées à la France, on pouvait imaginer que ce qui vient d'être dit sur les indices d'exotisme ne se vérifierait pas. Ce respectable hebdomadaire, dont les 600 000 exemplaires qu'il diffuse aux quatre coins du monde propagent les thèses libérales, ne saurait en aucun cas être qualifié de publication populaire. Et pourtant, on reste frappé à la lecture de ces enquêtes par l'abondance des xénismes, en l'espèce des termes ou expressions en français dont le choix et le fonctionnement méritent examen.

5L'échantillon prend en compte deux enquêtes relatives à la France publiées à quatre ans d'intervalle, la première en novembre 1991, la seconde en novembre 1995 avant que les événements sociaux aient atteint leur paroxysme. Au total deux cahiers de 16 et 14 pages respectivement (soit environ 33 000 mots) parus en 1991 sous les titres génériques "L'Etat c'est l'Europe" et "No Escape ?" en 1995. Chacun de ces cahiers est rythmé par un ensemble d'inter-titres dont l'un "Vive la différence" (1995), entre dans notre collecte des vocables français figurant dans les textes. On a retenu exclusivement les expressions ou termes français dont le caractère allogène était typographiquement attesté par l'usage d'italiques. Une exception toutefois, le terme "technopole" muni de simples guillemets que l'anglais pourrait revendiquer comme partie intégrante de son lexique.

6On est frappé au premier abord par l'extrême respect des usages morphosyntaxiques du français, les accents aigus sont en place notamment. Il arrive même que le journaliste pousse le respect de l'usage français jusqu'à prêter implicitement à un substantif anglais le genre que le terme correspondant aurait en français justifiant ainsi l'accord de l'adjectif français utilisé (cf. 1995 n° 14 "a belief that Cities, as well as individuals, should be soignées"). Ce souci de perfection formelle qui légitime en quelque sorte le recours à l'idiome étranger n'est cependant pas sans faille. "Etat" apparaît avec un e minuscule, "fuite en avant" est assorti de tirets. En 1991, "pantoufle" est orthographié avec deux f ; la norme est rétablie en 1995 mais l'accord du participe passé "pantouflé" greffé sur l'auxiliaire have est erroné (n° 8, 1995). Ce panachage syntaxique qui dénote une tentation d'emprunt n'est pas le plus curieux. D'autres exemples mettent en évidence une intégration du vocable étranger dans les structures d'emploi de la langue d'accueil qui ne correspondent pas à celles de la langue d'origine. Ainsi dans l'exemple n° 9, 1995, l'expression "noyau dur" est utilisée avec une valeur adjectivale — the noyau dur policy — qu'elle ne saurait avoir en français ; de même dans l'exemple n° 13 de la même année, l'emploi de l'expression "fracture sociale" en qualité de complément direct — it would still have fracture sociale — atteste de la souplesse d'insertion des emprunts occasionnels dont l'intégrité graphique est le plus souvent respectée mais non les formes d'emploi dans la langue d'origine.

7La langue d'accueil, du moins selon l'usage qu'en fait The Economist, ne se contente pas d'intégrer les vocables français à ses règles syntaxiques, elle leur applique parfois un traitement sémantique qui diffère sensiblement de celui de la langue d'emprunt Ainsi, s'agissant des groupes industriels français, l'auteur de l'enquête de 1991 note (n° 2) : "Deprived of étatisme, they now find themselves torn between the Anglo-American model of capitalism and Germany's social-market version". Etatisme fonctionne ici comme une propriété et non comme une forme de l'action publique. La vérification de ce détournement d'emploi serait instantanément fournie par une traduction en français de cette phrase qui ne saurait débuter par "Privées d'étatisme..." De même, le lecteur français reste perplexe devant l'emploi de l'expression "l'état émancipateur" en qualité d'attribut d'un groupe d'animés dans la phrase "numerous post-colonial supremos pass themselves off as l'état émancipateur" (n° 3, 1991). Même si l'Histoire a retenu qu'un roi de France en mal d'autorité s'est un jour exclamé qu'il était l'Etat, le traducteur français aurait quelque peine à établir une équivalence sémantique entre les autocrates qui dirigent les Etats hérités de la colonisation et la notion d'état émancipateur dont l'usage en français n'est rien moins qu'attesté.

8On se trouve ainsi dans un mode de relation hybride, pour ne pas dire contradictoire, avec la langue qu'on prétend respecter en ne la traduisant pas. Le souci d'authenticité semble contrebalancé par une pratique de naturalisation au niveau de l'emploi qui, en fait, la dénature quand elle ne la caricature pas. L'exemple de "la pantoufle" est, à mon sens, encore plus révélateur. Le phénomène du "pantouflage" c'est-à-dire du passage d'un haut fonctionnaire au service du secteur privé semble, à tort ou à raison, retenir l'intérêt des observateurs de The Economist. En cas de débauchage par le privé, ledit haut fonctionnaire est censé verser à l'Etat un dédit, appelé "la pantoufle", correspondant au prix de sa formation dans l'une des grandes écoles — l'ENA, Polytechnique — où l'Etat recrute ses dirigeants. On notera d'ailleurs que ce sont les élèves de l'Ecole Polytechnique sortis "dans la botte", c'est-à-dire qui obtiennent les meilleurs résultats au concours de sortie, qui seront les plus susceptibles de "pantoufler". L'exemple n° 8 (1995) explique clairement au lecteur que "pantoufler" "is the French word for migrating front the public to the private sector” et le rédacteur d'ajouter que les Français sont les plus gros consommateurs de pantoufles au monde, ce qui n'éclaire que modérément le lecteur sur l'origine de l'expression. L'enquête de 1991 était plus décalée encore en évoquant les hauts fonctionnaires putting on their pantouffles (sic) and shuffling into industry and finance (n° 13). Nous sommes précisément ici dans le mode de la caricature qui retranscrit sous une forme littérale, c'est-à-dire au premier degré, un élément d'essence métaphorique. De ce point de vue l'emprunt du vocable étranger, loin de manifester un désir d'authenticité, et donc, d'une certaine façon, de respect de l'autre, devient l'instrument d'une charge critique. On en vient ainsi à s'interroger sur la valeur argumentative de l'intraduit dont seule l'analyse contextuelle peut permettre d'évaluer la nature. On peut, de la même façon, se demander si la répétition ad nauseam du même vocable — par exemple "énarques" ou "grandes écoles" — loin de favoriser la familiarisation avec des concepts ou des pratiques exotiques ne conduit pas à renforcer chez le lecteur le sentiment d'irréductible étrangeté de l'autre.

9Le temps est cependant venu de livrer les résultats purement quantitatifs du pointage effectué sur ces deux enquêtes dont je rappelle qu'elles se développent sur 30 pages et incluent un total d'environ 33 000 mots. L'enquête de 1991, la plus développée, présentait 21 vocables en français (termes isolés ou expressions) différents et un total de 29 occurrences, celle de 1995 plus courte de deux pages comportait 24 vocables et 43 occurrences. Au palmarès de l'enquête de 1991, on relève parmi les vocables les plus souvent reproduits "énarques" (5), "grandes écoles" (4), "pantoufles" (2). En 1995, c'est "énarques" qui avec 10 occurrences domine l'ensemble, suivi de "pantoufle" et de ses dérivés (4), à égalité avec "Polytechnicien/X" (4) et "grandeur" (3). Vient ensuite un ensemble de termes employés à deux reprises, à savoir "grandes écoles", "grands travaux", "noyau dur" "fracture sociale", "franc fort". On remarque, en outre, que seuls cinq vocables se retrouvent d'une enquête à l'autre et constituent en quelque sorte l'armature lexicale du discours sur la France. Il s'agit de "grandes écoles", "pantoufle", "énarques(s)", "planification" et "Etat", ce dernier terme étant orthographié sous la forme "état" ainsi qu'il a été dit. Compte tenu du petit nombre de ces invariants, on est amené à considérer que cet inventaire des gallicismes, entendu au sens de terme ou expression en français utilisé(e) dans le texte anglais, se caractérise par sa diversité, reflet, sans doute, de l'évolution de l'état de la société décrite. Se sont glissés dans ce décompte quelques emprunts, c'est-à-dire des termes d'origine française intégrés à la langue d'accueil et dont l'origine allogène n'est plus attestée que par une marginalisation typographique sous forme d'italiques. Il s'agit d'"éminences grises" et de "fuite en avant" encore que le caractère d'emprunt de cette expression puisse être contestable.

  • 1 Louis Deroy, L'emprunt linguistique, Paris : Société d'éditions Les Belles Lettres, 1980 (1re éd. (...)

10Il s'agit, dans ces deux cas, d'emprunts de luxe selon la formule de Louis Deroy qui ne répondent pas à la nécessité de désigner un fragment de la réalité étrangère mais obéissent, dit Louis Deroy1, à un "besoin affectif" (p. 10) où le snobisme ou le désir de se démarquer de l'usage courant peut avoir sa place. On pourrait cependant faire valoir que l'expression "fuite en avant" relève davantage de l'emprunt de nécessité que de l'emprunt de luxe en ce sens qu'elle rend compte d'un concept que l'anglais semble impuissant à exprimer.

11On a déjà noté que l'emprunt temporaire à caractère documentaire n'impose pas toujours à l'emprunteur le respect de ses règles d'emploi indigènes. Il peut même arriver que la mise à l'écart typographique assurée par l'italisation confère l'immunité à des emprunts de contrebande ou frauduleux, c'est-à-dire à des termes ou des expressions que le locuteur de la langue d'emprunt ne reconnaîtrait pas comme faisant partie de son stock de compétence. Tout se passe comme si l'emprunteur pliait l'idiome étranger à des normes de fonctionnement inspirées par une vraisemblance imaginaire. Dans l'échantillon qui nous intéresse, ce type de néologisme est attesté dans l'exemple n° 15 (1991) "planification à la privée" que le rédacteur attribue pourtant à un responsable français. On imagine mal un haut fonctionnaire français même animé d'un goût prononcé pour la formule à l'emporte-pièce faire à ce point violence aux formes d'emploi du groupe prépositionnel "à la" qui en revanche bénéficie en anglais d'une souplesse d'emploi beaucoup plus grande. Si bien qu'on ne saurait rejeter l'hypothèse selon laquelle, en matière d'exotisme linguistique, le vraisemblable le dispute parfois à l'authentique.

12Ce qui vaut pour le respect des principes d'organisation syntactico-sémantique vaut également pour le fléchage connotatif. Soit le terme "croutons" mentionné dans l'exemple n° 1 (1995) et orthographié à l'anglaise, c'est-à-dire débarrassé de son accent circonflexe, il semble peu probable que la bourgeoisie française en fasse l'emblême de ses privilèges, contrairement à ce que laisse supposer le rédacteur de The Economist. Le croûton ne peut éventuellement accéder à l'excellence que s'il est "petit" et de préférence frotté d'ail. Tel qu'il est employé ici, "croutons" est l'objet d'une transposition connotative privilégiant une réalité fantasmée au détriment d'une observation attestée. En revanche, l'emploi du terme "boules" (et non pétanque) pour évoquer la convivialité des rapports entre élus locaux et administrés (exemple n° 6, 1991) sonne infiniment plus juste même si le tropisme provençal paraît ici quelque peu excessif.

13Globalement, l'échantillon recueilli dans les deux enquêtes se compose pour moitié de substantifs, l'autre moitié étant constituée de groupes nominaux avec complémentation du nom (chef de cabinet, force de frappe, emploi de proximité, inspecteur des finances) ou d'unités lexicalisées formées d'un substantif assorti d'un adjectif (noyau dur, acquis sociaux, fracture sociale, franc fort, pensée unique, route nationale). On relève dans l'inventaire deux noms propres "Science Po" et la "grande Arche" laquelle résume la série thématique organisée autour du concept de grandeur qui sous-tend les deux enquêtes (grands projets, grands travaux, grands corps, grandes écoles).

14On se gardera d'épiloguer sur la validité de l'image de la France que prétend tisser ce réseau d'indices documentaires directement empruntés à notre discours. On se bornera à observer que la qualité de l'emprunt est fonction de son intelligibilité par le récepteur. Un terme étranger en passe d'être assimilé et de se muer en emprunt au sens propre ne réclame aucune élucidation. Le contexte, ou la similitude entre le terme étranger et un terme de la langue d'accueil, permettent dans bien des cas de lever les ambiguïtés et de réduire la marge d'incertitude du sens. Ainsi le lecteur de l'enquête de 1991 (exemple n° 7) percevra-t-il sans trop de peine le sens de l'expression "chef de cabinet" même si la fonction n'a pas d'équivalent dans le système britannique et que son emploi même dans le contexte du Second Empire est sujet à caution.

15Il reste que les vrais gallicismes à valeur documentaire désignant des concepts ou des pratiques non transposables sont assortis d'une forme d'équivalence intervenant après un tiret ou une virgule : emploi de proximité — home help (n° 9, 1991) féodalisme, the creating of fiefs (n° 11, 1991), acquis sociaux, the entitlement System (n° 12, 1995). Toujours dans l'enquête de 1995, l'expression "pensée unique" (n° 8) nécessite une forme d'équivalence renforcée : a lack of originality, a single view, tandis que le sens du terme "grandes écoles" est largement explicité : specialised schools that take only the cleverest students and train them to run the country (n° 7).

16Mais au total la proportion d'emprunts de nécessité assortis d'équivalents est minoritaire dans l'échantillon. Ne serait-on pas, dès lors, fondé à estimer que la majorité des éléments non traduits empruntés au français n'ont pour seule fonction que d'assurer à peu de frais la mise en place d'un décor exotique reflétant davantage les a priori du rédacteur que le souci de rendre compte d'une réalité que la langue d'accueil n'a pas les moyens de transposer ?

Haut de page

Notes

1 Louis Deroy, L'emprunt linguistique, Paris : Société d'éditions Les Belles Lettres, 1980 (1re éd. Liège 1956).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Sergeant, « L'intraduit culturel dans la presse anglo-saxonne », Palimpsestes, 11 | 1998, 225-231.

Référence électronique

Jean-Claude Sergeant, « L'intraduit culturel dans la presse anglo-saxonne », Palimpsestes [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1543 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1543

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Sergeant

Jean-Claude SERGEANT est professeur à l'Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, où il dirige l'Institut du Monde anglophone. Plus particulièrement spécialisé dans l'étude des médias anglo-saxons, il est l'auteur d'une thèse consacrée aux éditoriaux de la presse nationale britannique. Il enseigne depuis vingt ans la traduction qu'il pratique en outre régulièrement pour le compte d'organisations internationales. Dans ce domaine, il est l'auteur de deux articles, "Osmose et emprunts linguistiques" (publié dans Les Cahiers de l'UFR Froissart, Université de Valenciennes), et "Le Faux dilemme du traducteur" (publié dans Franco-British Studies, la revue de l'Institut Britannique de Paris).
Université Paris III-Sorbonne Nouvelle - UFR du Monde anglophone
5, rue de l'Ecole de Médecine - 75006 PARIS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals