Navigation – Plan du site

Le message second et ses termes révélateurs dans "Hills like White Elephants" et "A Clean, Well-Lighted Place" : qu'en passe-t-il dans la traduction ?

Geneviève Hily-Mane
p. 13-25

Texte intégral

2

  • 1 M. Lederer, "La traduction : transcoder ou réexprimer", ELA, 12 (1973), p. 10.
  • 2 M. Pergnier, "Traduction et théorie linguistique", id, p. 31.
  • 3 M. Lederer, article cité, p. 14.

1Le propos d'aujourd'hui est de montrer les liens entre traduction et analyse d'un texte avec comme "prétexte" deux nouvelles de Hemingway. Votre invitation offrait en outre comme point de départ à la réflexion la référence au n° 12 de Etudes de Linguistique Appliquée. Si j'approuve sans réserves certaines affirmations de ce recueil : "traduire n'est pas transcoder mais comprendre et exprimer"1, ou encore "l'exégèse est une partie intégrante et fondamentale de la traduction, et non une activité plaquée"2, je trouve un peu rapide la remarque "le traducteur cherche le vouloir-dire de l'auteur, sa méthode est l'explication de texte et non l'analyse linguistique"3 . Loin d'accepter cette dichotomie j'essaierai de montrer que la conscience et les connaissances linguistiques sont des atouts nécessaires à l'approche d'un texte littéraire. Quant au choix de Hemingway comme champ d'expérience, je le trouve à la fois très intéressant — condition ou conséquence des années passées dans l'étude de cet auteur ? — et plus que courageux : car les apparences sont trompeuses et votre choix me fournira une nouvelle occasion de montrer comment un texte, à première vue facile à comprendre, donc, pourrait-on conclure, à traduire, cache parfois un double message — ce qu'on peut qualifier de technique de masquage. Il appartient aux lecteurs, derrière l'anecdote plus ou moins banale, de découvrir chez Hemingway un sens souvent dissimulé dans un réseau d'éléments en apparence mineurs. C'est pour dégager ces éléments que, en plus de l'intuition littéraire, dont je ne mets pas un instant en question l'absolue nécessité, me paraît utile la connaissance des ressorts de l'activité langagière et de son appareil formel manifesté dans la langue.

  • 4 La réplique "I know. You said she cut him down" est un rajout en deux étapes (successivement la pre (...)

2"A Clean, Well-Lighted Place" est une des nouvelles de Hemingway qui a suscité un très grand nombre d'analyses et de discussions. Certes c'est un texte important pour la thématique de l'auteur, avec ses plongées dans la solitude, la vieillesse, le désespoir, le suicide, même manqué, et son évocation des refuges dérisoires : un café propre et bien éclairé, mais dont les portes se fermeront au coeur de la nuit, ou une religion dont le néant explose dans une parodie monstrueuse de sa prière la plus rassurante. Il est curieux de constater que sur un point mineur s'est développé un flot régulier d'exégèses. Il y a dans le dialogue entre les deux serveurs une faille technique, ressentie comme choquante. Si c'est bien le jeune serveur qui relance le dialogue "He's drunk now" (1. 44) et la série des questions : "What did he want to kill himself for ?", "How did he do it ?" etc, et le serveur plus âgé qui répond, puisque de toute évidence il connaît bien ce vieux client — la première phrase du dialogue en témoigne (1. 9) —, l'alternance des répliques marque une double rupture. Deux remarques successives, "He might be better with a wife" et "His niece looks after him" (1. 64 et 65) sont attribuables au serveur plus âgé, tandis que "I know. You said he cut him down" et "I wouldn't want to be that old", qui se succèdent également, sont imputables au jeune serveur. Et les critiques de s'efforcer d'expliquer, sinon de justifier, ce qui sur un plan technique constitue une étourderie regrettable, sinon une faute. La découverte, au bout de vingt ans de discussions et d'une quinzaine d'articles, du manuscrit original de la nouvelle, a sans doute porté un coup à l'image stéréotypée de Hemingway artisan idéalement perfectionniste4. Mais elle ne parvient pas à effacer l'impression que, même non pleinement voulue, cette erreur est révélatrice. Car elle constitue, à mes yeux du moins, le point de départ d'un réseau complexe de brouillage au travers duquel peut se deviner un message second — brouillage dans la focalisation, repris et magnifié jusqu'à un effet final en abîme.

3Le premier dérapage naît donc de cette maladresse qui amène le lecteur attentif à se demander, pour la première fois, qui parle — ceci à un niveau platement technique. Parenthèse apparente : à ce brouillage introductif, succède, dans le domaine de l'anecdote, l'apparition du thème du rejet : le jeune garçon de café refuse de servir à nouveau le vieil homme, et le chasse (1. 37-84).

4Puis intervient un second brouillage. Il ne s'agit plus d'une équivoque à propos de l'identité des personnages — question à débattre entre lecteur et narrateur — mais d'un malentendu entre ces deux personnages à propos de ce qui deviendra le thème central : la peur — ici la peur de rentrer chez soi, un "chez soi" bien différent pour un vieillard solitaire ou pour un jeune homme marié. La question que pose le garçon de café plus âgé suscite de la part de son collègue plus jeune, et marié (la notation "with a wife" est ici importante) une réaction si sourcilleuse que le serveur plus âgé se hâte d'éclairer sa remarque en suivant l'autre sur le même terrain machiste : "no, nombre" (I. 101, souligné par moi). L'intérêt de ce bref malentendu me paraît clair : quelle peur ? Quelle angoisse ? Le serveur plus âgé est le premier à désamorcer sa propre question. Mais elle reste posée.

5Troisième effet de brouillage : la remarque du serveur plus âgé qui se déclare du côté de ceux qui ont besoin de la lumière rassurante du café. "Du côté de..." : qu'est-ce à dire ? Deux interprétations sont possibles, et sont effectivement avancées, permettant de ranger le serveur aussi bien dans la catégorie de ceux qui ont peur ("I am of those" (1. 111, souligné par moi), que dans le groupe de ceux qui protègent contre la peur ("Each night I am reluctant to close up because there may be someone who needs the café", 1. 117-118). les deux "with those" sont également équivoques.

6Or cette hésitation infime permet d'expliquer le quatrième brouillage qui se produit dans le paragraphe narratif succédant à ce dialogue. Il y est d'abord signalé que le serveur plus âgé continue la conversation avec lui-même. On entre donc dans le domaine du monologue intérieur, présenté ici en style direct libre, avec les indices du temps présent et du pronom you complémentaire du I de l'énonciateur. Ne manquent que les guillements. Justement. Car à la phrase suivante on chavire : "What did he fear ?" (J. 128). Encore la peur. Mais ici qui est le he sans referent immédiat ? Poursuivons-nous le monologue intérieur avec passage au discours indirect ? Le he se référerait alors au vieillard suicidaire. Mais dans ce cas comment expliquer "it was nothing that he knew too well" (1. 129) et les phrases suivantes ? Le garçon de café est-il capable d'une telle perspicacité, voire d'un tel intérêt pour le vieillard ? Les brouillages précédents portant sur "I am of those" et sur l'équivoque relative à la nature de la peur trouvent soudain leur justification. Tout autant que le vieil homme, c'est le serveur qui a peur ; et plus encore que le serveur, c'est le narrateur qui s'interroge — ou nous interroge — sur cette peur. Phénomène de contaminations successives. Simplement la focalisation s'opère avec des critères de clarté variable suivant que la question est posée par une âme plus simple ou par un narrateur omniscient. Si bien que, tout comme on ne savait pas très bien qui parlait, qui avait peur, et de quoi, de même on est tenté d'attribuer au narrateur une part de la responsabilité de la parodie de prière. Mais une part seulement, puisque la remontée dans le dialogue permet un effet de reprise : "nada" (1. 140) et d'écho de la parodie dans la bouche du serveur.

7Avant cet échange, la notation "he smiled and stood..." nous avait replacés en sécurité dans le domaine de la narration. Mais alors joue un autre écho, celui de la "parenthèse" anecdotique signalée tout à l'heure (1. 73-84). Le serveur âgé n'est-il pas devenu le vieil homme ? Comme lui il se fait rejeter par un barman pressé et aussi peu en veine de sympathie que celui qui avait chassé le vieillard. Or c'est à ce stade que le serveur prononce la phrase qui donne à la nouvelle son sens. Le deuxième café quoique "bien éclairé" n'est pas assez net ("the bar is unpolished", (1. 144) pour écarter l'angoisse. Là se situe la différence avec le vieil homme qui, lui, a besoin de la clarté d'un café — à condition de s'asseoir à l'ombre des feuilles (1. 2, 18, 26). Il ne bénéficie pas de la double dimension du serveur à la fois victime et soutien placé dans la lumière et a donc besoin d'une double protection : ombre dans la lumière. Ce dont le serveur semblait d'ailleurs conscient : "the light is very good, and also, now, there are the shadows of the leaves" (1. 121-122).

8Dernier tour d'écrou, dernier dérapage de la chute. Les deux phrases qui concluent le texte sont expressément attribuées au serveur : "He said to himself" (1. 153). Mais à quoi se réfèrent les deux pronoms it ? Le deuixème, qui est le dernier mot du texte, manifeste une déflation ironique. Le dernier mot reviendrait à l'insomnie, référent à peu près évident. A peu près — et là est l'ambiguïté de la fin. Ce it me paraît contaminé par celui de la phrase précédente : "it is only insomnia". Et qu'est-ce que ce it, sinon toute l'histoire de l'angoisse dans laquelle se débattent les personnages — et d'autres peut-être. Le récitant équivoque de la prière et le lecteur lui-même ne seraient-ils pas inclus dans ces "unhappy many" qui souffrent aussi, à des degrés divers, de leur lucidité ?

  • 5 Paradis perdu, suivi de. la cinquième colonne (1949) Paris : -Gallimard, -quinzième édition, p. 48.

9La réussite de la nouvelle réside dans ce glissement constant, bien plus subtilement ironique que la parodie brutale de la prière à laquelle s'arrêtent beaucoup de critiques. Pour en venir au propos de ces journées d'étude une telle complexité peut aisément passer inaperçue dans la traduction comme dans le texte original — et même elle échappe au traducteur sans grand dommage, par exemple les hésitations du premier dialogue ne soulèvent aucune difficulté. Mais le glissement du monologue intérieur à la narration, dans le paragraphe de la prière, est plus délicat. Il est curieux de constater que la traduction de M. Robilolt en efface l'équivoque en mettant entre guillements les phrases au sytle direct libre, ce qui projette très ouvertement les phrases suivantes dans le domaine narratif et risque d'enlever une partie de son ambiguïtgé au il de "que craignait-il donc...". Cela, du moins, dans la version tirée de l'édition dans la collection Pléiade qui nous est proposée aujourd'hui, car le recueil original de la n.r.f., Paradis perdu suivi de la Cinquième colonne5 ouvre les guillemets sans jamais les refermer. Cet effet se voulait-il, comme, dans le texte original à propos du premier dialogue équivoque, un jeu du traducteur ? Ou révélait-il simplement une étourderie du typographe ? Quelle tentation, pour le critique, de se prendre au piège de ses propres ratiocinations ! Autre difficulté : l'ironie de la chute, déjà difficilement perceptible dans l'écho exact des it, n'est-elle pas, dans la traduction, encore affaiblie par la dichotomie ce/cela ? Il est également un peu regrettable que le thème de l'ombre aussi nécessaire que la lumière, lancé à la deuxième ligne de la nouvelle ("sat in the shadow the leaves of tree made against the electric light"), et déstabilisateur du titre, soit affaibli par la traduction "assis à l'ombre d'un arbre". Peut-être enfin la suppression de "the deaf man" (1. 38) contribue-t-elle à gommer l'impression, capitale dans ce texte, que dans tout ceci il y a du dialogue de sourds, et pas seulement des pires.

***

10L'exégèse de "A Clean, Well-Lighted Place" me paraît certes très intéressante, mais peut-être est-elle d'un intérêt limité pour une recherche centrée sur la traduction. Au contraire, la deuxième nouvelle répond exactement à ces préoccupations.

11D'abord parce qu'elle consiste à peu près uniquement en un dialogue. Mais, une fois encore, à peu près seulement, et cela à plusieurs niveaux.

  • 6 Pour la notion de fléchage situationnel, on pourra se reporter à M. L. et G. Groussier et P. Chante (...)

12Il est difficile d'occulter les courts passages narratifs qui introduisent et soutiennent la conversation, et dont la mission est de faire jaillir ou d'éclairer les principaux motifs du texte en nous plongeant dans un monde de contrastes — en nous y plongeant avec d'autant plus d'habileté et d'efficacité que la première présentation fait l'amalgame du récit et du discours, pour reprendre les termes de Benveniste, par l'intermédiaire du déictique this, normalement absent d'un récit au passé, et qui pourtant éclaire le paragraphe introductif ainsi placé dans la lumière d'un discours présent. Un effet supplémentaire de même ordre est obtenu avec l'emploi de l'article défini the : "the American" apparaît dans un contexte qui ne permet ni anaphore (c'est la première mention du personnage) ni fléchage situationnel6.

13Outre ce léger dérapage technique, pourtant embarrassant pour le traducteur (pourquoi "sur l'autre versant", même si le démonstratif français ce(t) gomme l' opposition this/that ?), ce premier paragraphe présente l'intérêt de lancer les thèmes contrastés de chaleur et d'ombre, avec le quasi-oxymoron "warm shade" au centre du réseau "no shade", "in the sun", "in the shade", "very hot". Cette succession, avec les notations supplémentaires de couleur ("white", "brown") et de sécheresse ("dry") scande toute la nouvelle. Au paragraphe numéroté IX dans le texte, le schème symbolique devient plus que clair : rêves de fécondité frustrée, nostalgie suggérée par la fraîcheur d'un nuage sur des champs de blé et le fleuve berçant ses arbres. La dernière image apparaît avec l'évidence d'une révélation : "she saw" et non "she looked at". La conclusion à tirer par le traducteur me paraît la nécessité de conserver ce rythme discret mais fondamental. On pourra donc regretter toute adaptation lésant ce premier réseau : "orienté au midi" pour "there was no shade", "les champs" pour la répétition "fields of grain".

  • 7 Il est curieux de constater que Nathalie Sarraute s'est justement essayée sur ce même thème : la co (...)

14La deuxième strate de ce que j'ai appelé l'"à peu près" nous fait pénétrer dans le vif de notre propos. L'ironie de cette histoire réside bien dans le fait qu'elle consiste en un dialogue, mais un dialogue entre des gens qui n'arrivent pas à se parler, ni à se comprendre. D'où trois réactions : le silence, pour échapper au mensonge, au message raté ; la répétition, la citation de ce qu'on a déjà dit ou de ce que l'autre a dit, tout comme on "cite" un témoin ; et enfin la tentation, également vaine, d'instaurer un "sous-dialogue", pour utiliser le mot de Nathalie Sarraute7. Ce "sous-dialogue" contourne le texte et les propos banals, ou rassurants, et met à nu la vérité de chacun des personnages.

15Les silences sont signalés de façon plus ou moins explicite. La jeune femme ne réplique pas ("the girl did not say anything", X) après que l'homme a enfin précisé — pour ainsi dire- la nature de l'opération. L'homme ne se tait ("He did not say anything", XI) qu'après qu'elle l'en a supplié. Symétrie exacte des termes -non respectée dans la traduction — en contraste avec la différence des situations. A ces deux cas extrêmes près, le silence est suggéré par des gestes (au paragraphe II, pendant que la serveuse apporte les boissons), par des trous dans le dialogue (entre les répliques 21 et. 22, entre les répliques 35 et 36 où la reprise du it permet le dérapage sur deux référents bien distincts), et surtout par des regards. Ainsi au paragraphe III, "The girl was looking off at the line of hills", la façon dont la jeune femme détourne son regard est révélatrice du fait que le couple a explosé. Et ceci, d'autant plus que ce regard s'oppose à celui de la serveuse, qui dresse le constat de la rupture : ..."looked at the man and the girl". Quel dommage que la traduction '."regarda le couple" efface complètement l'indice. La jeune femme s'échappe vers des lieux ou des gens avec lesquels elle tente d'établir des rapports de sympathie (la nature féconde) ou de connivence (la serveuse que l'homme ne regarde ni probablement ne voit). L'homme ne se met à regarder sa compagne d'abord (X), puis le parallélisme vide des rails (XIV), qu'à partir du moment où lui est signifié l'échec de son discours ("Can't we may be stop talking", 80, "Would you please please please please please please please stop talking ?", 88).

16On imagine l'embarras du traducteur français sensibilisé aux lourdeurs de la répétition qui se sent donc probablement tenu de transposer ce harcèlement du verbe "look", surtout quand une même phrase, ou un même paragraphe présente un double battement (II, X). La traduction de l'unique "saw" (IX) par "regardait" est d'autant plus surprenante.

  • 8 Sur la fonction métalinguistique du langage voir R. Jakobson, "Linguistique et poétique", Essais de (...)
  • 9 Voir les analyses de J. Kristeva sur le concept d"'intertexte", et celles de U. Weinreich et de J. (...)
  • 10 Cette étude s'appuie sur la théorie des opérations énonciatives, et en particulier l'analyse de la (...)

17On objectera que nous ne sommes toujours pas entrés dans le dialogue ; nous y arrivons. Ici doit prendre place l'étude de la deuxième réaction, l'appel métalinguistique8 à l'explicitation ("What do you mean ?", 57), à la répétition ("What did you say ?", 63), les reprises lancinantes de ce qu'on a dit, de ce qu'a dit l'autre, y compris dans une citation non avouée comme telle mais à l'ironie transparente ("And afterwards they were all so happy"). La conclusion à tirer de ces expertises et contre-expertises, c'est qu'on s'y perd, peut-être dès le début, sûrement à la fin. Le dernier "What did she say ?" (92) s'explique sans doute par le fait que la serveuse s'exprime en espagnol, langue que ne connaît pas la jeune femme (c'est le mari qui parle à la serveuse ; elle se contente de lui sourire). Ici encore il est dommage que la traduction ait explicité ("dit-elle en espagnol", 1. 150) ce qui, sans cette précision, suggérait dans la version originale un dérapage plus confus, a y perdre son anglais, son espagnol ou son latin. Tous ces effets de discours rapportés méritent une longue étude, et c'est à bon droit que la rhétorique actuelle range ces techniques parmi les caractéristiques de l'énonciation9. C'est en effet une des facettes de la modalité, qui permet au sujet de prendre en charge son discours, en assumer, en refuser, en diluer la responsabilité. Nous voici en pleine analyse linguistique, impossible à éviter dans un tel texte qui apparaît comme un terrain d'application idéal pour l'étude de toute la panoplie des modalités présentée par exemple dans la théorie des opérations énonciatives10.

18Pour commencer par la plus évidente, la modalité appréciative, on est frappé par le nombre d'appréciatifs pour la plupart chargés de connotations positives, rassurantes, et d'autant plus ironiques qu'ils sont prononcés par la femme, et ce souvent en reprise parodique des affirmations hypocrites de l'homme : "lovely" (32, 36) "nice" (35, 52) "fine" (26, 27, 41, 60, 97, dans la conclusion antiphrastique), "happy" (44, 46) en contraste avec "unhappy" (43). Notons aussi les adverbes qui nient l'équivoque, la demi-mesure : "really" (32, 38), "awfully simple" (37), "perfectly simple" (47, 83-84), bref, qui affirment que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, ou pourrait l'être.

  • 11 Il est impossible de se livrer ici à l'analyse de tous les modaux. Certains cas ont été signalés pa (...)

19Ici interviennent d'autres formes de modalité. D'abord la modalité assertive qui affecte obligatoirement tout énoncé affirmatif, négatif ou interrogatif. M. Gresset a remarqué les formes interrogatives : c'est la forme normale de l'appel, même vain, à l'autre. Pour ma part je suis frappée par le nombre de formes négatives. C'est l'homme qui emploie ce mode de la façon la plus significative. Il le lance dans le dialogue sous sa forme forte never, à propos d'une remarque triviale, désengagée, et la femme aussitôt reprend et souligne, l'effet (7 à 9). Le nombre de négations appliquées aux modalités appréciatives me semble également révélateur : "not really" (32, 37) "really not" (38), complété par "just" (38, 39). Que la vérité est difficile à affronter ! Autre série importante, les négations qui modifient les verbes modaux (45, 47, 53, 55...). II est en fait difficile de séparer l'étude de la modalité assertive de celle des modaux, en particulier ceux qui expriment les relations inter-subjectives, et la raison en est évidente dans ce contexte de pression, sinon d'oppression, déguisée11. Il faut remarquer encore comment la femme prend la relève de ces négations dans une série véhémente (66, 68, 70, 72) que clôt un never définitif, comment elle réagit par une menace d'hystérie devant les ultimes dénégations ou son compagnon s'enferre (89), pour conclure la discussion sur un mode antiphrastiquement affirmatif : "I feel fine", modulé par la double négation "nothing wrong" (= not right).

20Il faudrait enfin insister aussi sur le réseau qui se tisse, positif ou négatif, autour de certains verbes, en particulier le verbe know (45, 47, 51, 52, 53, 76, 78, 83, 84). Auquel de ces deux êtres-là échoit le privilège du know et surtout du know better ? C'est l'homme qui naturellement, s'affirme, et affirme avec le plus d'insistance. Le verbe feel a par contre toujours la femme pour sujet (61, 75, 76, 96, 97 où le "feel" me paraît aussi ironique que le "fine"). On ne s'éloigne guère non plus des modalités en faisant un sort au verbe try (27, 28, 30). Le jeu de mot "try and have"... "to try this new drink" est aussi un indice de dérision. Quel casse-tête inextricable pour le traducteur (1. 46, 47, 50) !

  • 12 Cette analyse se fonde sur l'étude des pronoms personnels par E. Benveniste dans la partie V, "L'ho (...)

21Dernier volet. Toute analyse linguistique trouve un terrain révélateur dans le système nominal. J'ai déjà parlé de l'emploi déstabilisateur de this dans la partie narrative. Notons que la seule fois où ce déictique apparaît dans le dialogue, son domaine normal : "and we could have all this", c'est pour parler de "tout" ce qui vient justement d'être détruit, perdu— ce qu'évoque le titre français. Je préfère terminer cette étude par les pronoms personnels, au coeur de toute théorie de l'énonciation12. La première personne, par définition, est peu susceptible d'interprétation équivoque. Le dérapage intervient dès qu'on passe à l'autre. You est tantôt l'interlocuteur ("You started it", 26), ce qui permet de lancer une discussion sur les responsabilités ou l'égoïsme respectif de l'un ou de l'autre (les "care about me/you" de 56 à 60) — et tantôt un sujet généralisé, et dans lequel peuvent se comprendre, et se prendre à partie l'un et/ou l'autre ("things you've waited so long for", 24 ; "you never get it back", 72). Dans ce cas la traduction par on (1. 68, 118) ne me paraîtrait pas gênante si elle n'empiétait sur un autre domaine autrement complexe : la traduction des pronoms anaphoriques de troisième personne.

  • 13 On retrouve un emploi de ce genre dans l'une des premières nouvelles de Hemingway, "Up in Michigan" (...)
  • 14 A Farewell to Arms, New York : Scribner's 1929, dernier chapitre : "they threw you in and told you (...)

22A mon avis c'est là que se cache le noeud de la nouvelle, à la fois dans l'emploi du singulier it et dans celui du pluriel they. On a vu, à propos des silences, le glissement d'un it reprenant "la bière" à un autre it dont le référent, tabou, n'est jamais mentionné. Ceci fait de ce texte un bon exemple du "non-dit" chez Hemingway. C'est l'homme qui désire, qui suggère l'avortement — le héros de "Cross-Country Snow" sera assez marri de s'être laissé prendre au piège de la paternité — mais il est paralysé par une telle responsabilité. Le tabou ne s'exerce pas ici dans le cadre d'un récit qui voudrait épargner la pruderie du lecteur mais dans l'esprit même de l'homme13. Ce it, ou sa variante that dont on remarque la valeur déictique de mise à distance, d'approche détournée (43) et qui se réfère à la grossesse et à son interruption nécessaire, du moins pour l'un, scande tout le dialogue (43, 56, 81, 82, 89). Mais c'est aussi bien son contraire, le bonheur, le paradis qui échappent (70, 72, 73). Quelle ironie dans l'incertitude ! Quant aux them ils se réfèrent d'abord à des autres plus ou moins indifférenciés, ou indifférents : "the've painted something on it" (II), les médecins qui pratiquent l'avortement (39), puis en reprise non équivoque de "lots of people that have done it", ces personnages ironiquement posés en modèles rassurants (46). Enfin, au plus profond du désarroi, de la certitude fulgurante que tout est perdu "once they take it away", on glisse à une entité aussi angoissante qu'anonyme, qui resurgit deux ans plus tard dans le passage le plus sombre de A farewell to Arms14 et dont les résonances pathétiques évoquent les dieux cruels de Jade the Obscure, ou la paranoia.

23L'important est de suivre et de souligner ce dérapage révélateur et à mon avis soigneusement maîtrisé. Mais entre ces considérations  where, if not gods, at least angels fear to tread- et la traduction qui doit conserver toutes les apparences d'une conversation familière, quasi-anodine, que de chausse-trapes le malheureux traducteur devra à grand peine éviter ! Ici on rend un they qui se réfère aux médecins (1. 68) ; là il traduit le you auquel le paradis est désormais refusé (1. 118). Dans la même phrase, "they take it away" est rendu par "cela vous a été enlevé avec un vous qui n'a jamais été utilisé comme équivalent de you assorti d'une forme passive, dont on connaît certes la valeur de modalité inter-subjective. Mais c'est la rupture complète du réseau subtilement tissé dans la version anglaise.

***

24Par chance on m'a demandé une analyse et non une traduction en bonne et due forme. J'espère seulement avoir contribué à confirmer la nécessité d'une approche minutieuse de tout texte à traduire en éclairant, en particulier dans le cas paradoxalement flagrant de Hemingway, ces "mécanismes délicats" qui, d'après l'auteur lui-même, définissent l'écriture.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 M. Lederer, "La traduction : transcoder ou réexprimer", ELA, 12 (1973), p. 10.

2 M. Pergnier, "Traduction et théorie linguistique", id, p. 31.

3 M. Lederer, article cité, p. 14.

4 La réplique "I know. You said she cut him down" est un rajout en deux étapes (successivement la première, puis la deuxième phrase), qui semble un lapsus de l'auteur trop pressé. En 1965 l'éditeur Scribner avait tenté de corriger l'erreur en introduisant une coupure après "I know" — ce qui n'avait fait que relancer le débat. L'article de Warren Bennett, paru en 1979 après la découverte du manuscrit, et signalé par Roger Asselineau dans les notes de la dernière édition des Oeuvres Complètes de Hemingway (collection de la Pléiade), donne une bibliographie complète des études sur ce passage de la nouvelle : "The Manuscript and the Dialogue in 'A Clean, Well-lighted Place' ", American Literature, 50, 4 (Jan. 1979), pp. 613-624.

5 Paradis perdu, suivi de. la cinquième colonne (1949) Paris : -Gallimard, -quinzième édition, p. 48.

6 Pour la notion de fléchage situationnel, on pourra se reporter à M. L. et G. Groussier et P. Chantefort, Grammaire anglaise, thèmes construits, Hachette Université, 1973, pp. 128-129.

7 Il est curieux de constater que Nathalie Sarraute s'est justement essayée sur ce même thème : la conversation d'un jeune couple dans une buvette de gare. Mais le ton est nettement plus optimiste. L'usage de la parole (1980), Paris : Gallimard, coll. Folio, p. 65 sq.

8 Sur la fonction métalinguistique du langage voir R. Jakobson, "Linguistique et poétique", Essais de linguistique générale, Paris : Editions de Minuit (1963), pp. 217-218.

9 Voir les analyses de J. Kristeva sur le concept d"'intertexte", et celles de U. Weinreich et de J. Dubois sur les phénomènes d'interférence, résumées notamment dans le chapitre III de D. Maingueneau, Initiation aux méthodes de l'analyse du discours, Paris : Hachette Université, 1976.

10 Cette étude s'appuie sur la théorie des opérations énonciatives, et en particulier l'analyse de la modalité par Antoine Culioli. A. Culioli distingue quatre types de modalité : la modalité assertive, la modalité du possible et du nécessaire (modalité épistémique), la modalité appréciative, et la modalité concernant les rapports intersubjectifs (modalité radicale). On trouvera une définition de ces termes dans Encyclopédie Alpha, Paris : Grange Batelière, 1969-1973.

11 Il est impossible de se livrer ici à l'analyse de tous les modaux. Certains cas ont été signalés par M. Gresset. Il est clair que des traductions comme "je m'amusais bien" (I. 44) pour "I was being amused" (26) suppriment l'intentionnalité du sujet : la jeune femme se force à être contente.

12 Cette analyse se fonde sur l'étude des pronoms personnels par E. Benveniste dans la partie V, "L'homme dans la langue" de Problèmes de Linguistique Générale, Paris : Gallimard, 1966.

13 On retrouve un emploi de ce genre dans l'une des premières nouvelles de Hemingway, "Up in Michigan", considérée comme "inaccrochable" par Gertrude Stein, comme le rappelle ironiquement Hemingway dans A Moveable Feast. Une série de it suggère la défloraison de Liz : "She had to have it but it frightened her"... Le tabou n'est pas un effet de la mauvaise foi de la jeune fille, mais de son éducation.

14 A Farewell to Arms, New York : Scribner's 1929, dernier chapitre : "they threw you in and told you the rules and the first time they caught you off-base they killed you"

J'ai étudié par ailleurs les valeurs de "they" et des effets de dérapage similaire dans Le style de E. Hemingway : La Plume et le Masque, (Paris : Presses Universitaires de France/ Presses Universitaires de Rouen, 1984), P. 126, et dans "Point de vue et pronoms personnels dans 'On the Quai at Smyrna"', Etudes Anglaises, 1975, pp. 310-311.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Hily-Mane, « Le message second et ses termes révélateurs dans "Hills like White Elephants" et "A Clean, Well-Lighted Place" : qu'en passe-t-il dans la traduction ? », Palimpsestes, 1 | 1987, 13-25.

Référence électronique

Geneviève Hily-Mane, « Le message second et ses termes révélateurs dans "Hills like White Elephants" et "A Clean, Well-Lighted Place" : qu'en passe-t-il dans la traduction ? », Palimpsestes [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/156 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.156

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals