Navigation – Plan du site

Les formes spécifiques du discours direct dans "Hills like White Elephants"

Béatrice Vautherin
p. 27-39

Texte intégral

3

1L'axe de réflexion du groupe pour la rencontre du 10.03.1984 est la traduction du dialogue. Je ne puis, pour ma part, prétendre être autre chose qu'amateur éclairé en ce domaine et rien de plus, la lumière, s'il y en a, surgissant tout simplement du fait que j'aborde le texte de Hemingway avec en tête un certain nombre de lectures dans ma spécialité, la linguistique.

2La forme littéraire du dialogue consiste à rapporter les paroles des personnages au discours direct. Ce choix s'oppose à d'autres formes possibles de discours rapporté. La spécificité de cette forme de discours rapporté devra évidemment être prise en compte dans le processus de traduction. C'est pourquoi je m'attacherai à étudier dans le détail les formes de discours rapporté dans le texte et dans sa traduction.

  • 1 On pourrait vanter le naturel des dialogues de Hemingway. Or, à y regarder de plus près, on s'aperç (...)

3Pour traduire, il faut interpréter, c'est-à-dire formuler une appréciation de la signification profonde du texte. J'essaierai de montrer comment des impressions sur les personnages et leurs relations qui semblent surgir tout naturellement du texte peuvent trouver une source localisable plus précisément dans la manière dont sont construites syntaxiquement et enchaînées certaines répliques1. Cette nouvelle m'inspire deux séries de remarques et d'interrogations.

Structure des citations au discours direct : l'ordre des éléments

4Une citation au discours direct se compose généralement de trois éléments dont l'ordre peut varier, le sujet, c'est-à-dire l'auteur des paroles rapportées, un verbe de parole et la citation elle-même placée entre guillemets. Les variations de l'ordre de ces éléments ne sont pas sans signification et devront retenir l'attention du traducteur. Certaines de ces variations seulement sont communes aux deux langues. D'autres fonctionnent différemment. Elles sont étudiées par Green (1980).

Place de la citation

5Dans ce qu'il est convenu d'appeler dialogue, la citation se trouve le plus souvent en tête en anglais comme en français. C'est bien le cas dans la nouvelle étudiée. Les citations sont régulièrement placées en tête de phrase. Certaines ne sont d'ailleurs pas accompagnées de phrases introductrices mais se présentent isolées.

6On remarque pourtant un cas où l'ordre du texte est différent de celui de sa traduction. Il s'agit de la ligne qui suit la réplique 13 (ligne 29 dans la traduction). Le texte anglais comporte un découpage en quatorze parties marquées par des chiffres romains qui n'apparaissent pas dans la traduction. Je reproduis pour plus de commodité la ligne en question et sa traduction.

III The man called 'Listen' through the curtain.
— S'il vous plaît ! cria l'homme à travers le rideau.

7L'effet est bien différent. Dans le texte anglais, on a un nouvel épisode marqué par le chiffre III qui débute par une reprise du récit. La citation est insérée à l'intérieur de la phrase introductrice qui l'encadre selon le schéma Sujet + Verbe + Citation + Syntagme Prépositionnel. La citation occupe sa place normale du point de vue de sa fonction syntaxique d'objet direct de called. Cet ordre des éléments est possible car la citation est très courte. La phrase qui contient la citation est suivie d'une phrase narrative puis le dialogue proprement dit reprend avec la réplique 14. La phrase contenant la citation 'Listen' est perçue comme une phrase narrative au même titre que la phrase qui suit.

8En français, le dialogue se poursuit sans interruption. On a une série de répliques marquées par des tirets, la citation a été déplacée en tête de phrase. La ligne 29 se compose de Citation + Verbe + Sujet + SP. Elle est suivie d'une phrase narrative à la ligne 30. Pourquoi cette modification de l'ordre des éléments dans la traduction alors qu'il était possible de suivre l'ordre du texte ? Ce choix est lié à la suppression des chiffres romains qui divisent le texte de Hemingway. Les quatorze parties débutent toutes par des passages narratifs de longueur variable. Dans la mesure où la traduction néglige de reproduire cette structure (pour des raisons qui ne me sont pas claires) il semble plus naturel de placer cette citation en tête comme toutes les autres, ce qui transforme la phrase narrative du texte anglais en réplique du dialogue. La narration passe au second plan.

Variations de l'ordre Sujet-Verbe

9Même si elle n'est pas exploitée ici, cette possibilité de variation de l'ordre en anglais mérite d'être signalée. Green donne notamment les exemples suivants :

'Miaow, miaow' the kittens protest.
'We could have another fair' suggested Arthur.

10L'ordre des éléments est Sujet + Verbe dans le premier de ces exemples et Verbe + Sujet dans le deuxième. Il semble que pour chacun d'eux l'ordre inverse soit moins naturel. Ceci peut s'expliquer si l'on considère la position finale comme privilégiée. C'est là que l'on placera donc l'information la plus importante.

11Dans le premier, l'élément qui apporte le plus d'information est le verbe protest, car le contenu de la citation ('miaow...') ne permet pas de deviner qu'il s'agit d'une protestation. En revanche, le sujet, the kittens, est sans surprise.

12Dans le deuxième exemple, c'est l'inverse. Le contenu de la citation nous renseigne sur le type d'acte de langage accompli. C'est une suggestion. Donc, le verbe suggested est placé là où on le remarque le moins. Le sujet est un nom propre qui apporte de l'information. Il est donc placé en position finale. Le français n'offre pas les mêmes possibilités de variations de l'ordre Sujet-Verbe. Après une citation l'ordre est obligatoirement Verbe + Sujet. Cependant on peut rencontrer des cas où on souhaiterait conserver le verbe en position finale en français comme en anglais. Une solution envisageable consiste à décomposer le verbe, ce qui donnerait pour le premier exemple : 'Miaou...' font les chatons sur un ton (en guise) de protestation.

Spécificité du discours direct

13Outre ces variations de l'ordre des éléments, le discours direct présente d'autres caractéristiques spécifiques qui le distinguent des autres formes de discours rapporté. Elles ont été étudiées par Banfield (1973, 1982).

Langues différentes

14La réplique 4 'Dos cervezas,' the man said into the curtain illustre bien la possibilité qu'offre le discours direct d'utiliser des langues différentes pour la citation et la phrase introductrice. Ceci est impossible au discours indirect. On comprend que tous les échanges entre la patronne du café et l'homme se font en espagnol. Il n'y a pourtant qu'une seule citation en espagnol dans toute la nouvelle, celle de la réplique 4, la première fois que l'homme s'adresse à la patronne.

15Vers la fin de la nouvelle, le traducteur a jugé bon d'ajouter une précision sur la langue employée par la patronne (ligne 150) dit-elle en espagnol alors que le texte de Hemingway laisse le lecteur faire ses déductions à partir de la réplique de la jeune femme 92 'What did she say ?' et de la phrase The girl smiled brightly at the woman, to thank her. On en déduit que la patronne a parlé en espagnol et que la jeune femme ni ne le comprend ni ne le parle.

16Le discours direct est censé reproduire les paroles exactes. C'est une forme de discours rapporté qui sonne vrai.

17Une citation dans une langue différente sonne encore plus vrai.

Verbes introducteurs spécifiques

18Parmi les verbes de parole, certains sont propres à telle ou telle forme de discours rapporté. C'est le cas de coupa-t-elle (ligne 125 de la traduction) qui ne peut s'employer qu'au discours direct. Le texte comportait simplement (78) she said, l'interruption étant marquée par un tiret dans la réplique qui précède.

19Le discours direct peut être introduit par une phrase entière. Ceci est illustré à la réplique 8 de manière inattendue puisqu'il n'y a pas de verbe de parole : (8) 'I've never seen one,' the man drank his beer. Cette phrase ne peut être considérée comme phrase introductrice de discours direct mais se comprend comme phrase elliptique comportant un verbe de parole sous-entendu. Les autres répliques comportent des phrases introductrices types comme the man said ou the girl asked ou bien elles ne sont accompagnées d'aucune phrase introductrice lorsque l'auteur des paroles peut être identifié sans difficultés.

20Certaines répliques sont séparées par des passages narratifs, parfois une seule phrase narrative. La phrase qui introduit graphiquement la réplique 8 constitue un télescopage entre phrase introductrice de citation et phrase narrative. Dans la réplique 22, les deux sont coordonnées :

22 the girl said and put the glass down.

21Le traducteur a préféré ne pas risquer en français ce télescopage inhabituel :

Ligne 22 : — Je n'en ai jamais vue. (L'homme avala sa bière).

22Les traducteurs s'accordent souvent moins de liberté que les auteurs par rapport aux formes normées.

Une citation peut en cacher une autre

23Une des caractéristiques tout à fait frappante de ce dialogue est la fréquence des citations à l'intérieur des citations.

24Par exemple, à la réplique 28 (ligne 47 de la traduction), on trouve du discours indirect à l'intérieur d'une citation au discours direct. Jig rapporte ses paroles de la réplique 7 (ligne 21 de la traduction) au discours indirect :

7 'They look like white elephants', she said.
28 '(...) I said the mountains looked like white elephants. (...)'
Ligne 21 On dirait des elephants blancs, dit-elle.
Ligne 47 — (...) Je disais que les montagnes ressemblaient à des éléphants blancs.

  • 2 La reprise de la réplique 7 au discours indirect à la réplique 28 est suivie d'un commentaire 'Wasn (...)

25On remarquera que le discours indirect permet de ne pas reprendre les paroles exactes mais seulement le contenu. Le verbe introducteur au passé impose la concordance des temps. Le pronom anaphorique they de la réplique 7 est remplacé par un syntagme nominal the mountains à la réplique 28. Les deux répliques sont plus proches en anglais qu'en français où il était impossible de conserver la même construction2.

26L'importance de cette réplique 7 ne fait pas de doute puisqu'elle donne son titre à la nouvelle. On en retrouve l'écho à plusieurs endroits du texte. Reprise au discours indirect à la réplique 28, on l'a vu, elle est à nouveau reprise plus loin, à la réplique 32 sous la forme d'une négation suivie d'un commentaire, d'une reformulation.

32 (...) 'They don't really look like white elephants.
I just meant the colouring of their skin through the trees.'

27Enfin, il y est encore fait allusion à la réplique 52, sous la forme, cette fois, d'une hypothétique.

52 '(...) it will be nice again if I say things are like white elephants and you'll like it ?'

28On rencontre un autre cas d'autocitation de la part de Jig à la réplique 58, cette fois au discours direct, en réponse à une question de l'homme. Je reproduis le passage concerné pour plus de clarté ainsi que les lignes correspondantes de la traduction

56 'Then I'll do it. Because I don't care about me.'
57 'What do you mean ?'
58 'I don't care about me.'
59 'Well, I care about you.'
60 'Oh yes. But I don't care about me. And I'll do it...

(95) Bon alors, je le ferai. Parce que moi, ça m'est égal.
— Qu'est-ce que tu veux dire ?
— Tout ce qui peut m'arriver m'est égal.
— Mais pas à moi.
— Je sais, mais moi ça m'est égal. Je le ferai...

  • 3 La structure de la réplique 58 soulève une question qu'il est impossible d'esquiver. La répétition (...)
  • 4 Dans la réponse traduite, Jig semble faire preuve de plus de coopération, ce qui constitue une modi (...)

29La traduction ne se contente pas de répéter la réplique précédente3 mais l'explicite pour répondre de manière plus claire à la question posée sur le sens de la première réplique4. La réponse fournie, même sous la forme du texte original de répétition pure et simple, semble suffisante puisqu'elle permet à l'échange de se poursuivre. En effet, l'homme reprend les paroles de Jig en les modifiant seulement au niveau des pronoms pour contraster son attitude à lui avec celle de Jig. Ceci amène la jeune femme à répéter encore une fois ses propres paroles après avoir simplement accusé réception.

30Une autre question de l'homme un peu plus loin obtient à nouveau comme réponse une autocitation de Jig au discours indirect, cette fois, à la réplique 64.

62 (...) 'And we could have everything and every day we make it more impossible.'
63 'What did you say ?'
64 'I said we could have everything.'

107 "(...) dire que tout pourrait nous appartenir et que nous rendons cela plus impossible tous les jours.
— Qu'est-ce que tu racontes ?
— Je dis que tout pourrait être à nous.

31Cette question de l'homme est différente de celle qu'il avait posée plus haut à la réplique 57. Ces deux types de questions appellent normalement des réponses de types différents. Cependant, les deux réponses de Jig (répliques 58 et 64) diffèrent peu. La réponse à What did you say ? comporte un verbe introducteur suivi de la reproduction exacte de ses paroles alors que la réponse à What do you mean ? ne consiste, on l'a vu, qu'en une répétition des paroles prononcées avant la question.

32On rencontre une question du même type que 63, posée par la jeune femme, cette fois, à la réplique 92.

91 'The train comes in five minutes,' she said.
92 'What did she say ?' asked the girl.
93 'That the train is coming in five minutes.'

33Le passage correspondant de la traduction se trouve lignes 150-152.

"Le train sera là dans cinq minutes, dit-elle en espagnol.
— Qu'est-ce qu'elle a dit ? demanda la jeune femme.
— Que le train arrivera dans cinq minutes.

34Ce passage a été commenté plus haut du point de vue des langues employées et des compétences linguistiques respectives des personnages. Ce qui retient mon attention ici, c'est que pour répondre à la question posée, l'homme utilise le discours indirect (sous une forme tronquée : la marque du discours indirect est la présence de that, (she said est sous-entendu). La réplique 91 est censée être en espagnol. 93 en donne une traduction. C'est bien le discours indirect qui convient le mieux dans un tel cas, où ce qu'on veut transmettre, c'est le contenu et non la forme exacte du message.

35Enfin, on trouve fréquemment dans le texte des effets de citation sous des formes autres que du discours rapporté, la reprise du discours de l'autre se fait souvent sous la forme d'une négation. Un passage tout à fait caractéristique se situe entre les répliques 64 et 73.

64 'I said we could have everything.'
65 'We can have everything.'
66 'No, we can't.'
67 'We can have the whole world.'
68 'No, we can't'
69 'We can go everywhere.'
70 'No, we can't. It isn't ours any more.'
71 "It's ours.'
72 'No, it isn't,. And once they take it away, you never get it back.'
73 'But they haven't taken it away.'

36La traduction du passage se trouve lignes 110-120 :

— Je dis tout pourrait être à nous.
— Tout peut être à nous.
— Non. C'est impossible.
— Le monde entier peut être à nous.
— Non.
— Nous pouvons aller n'importe où.
— Non. Rien ne nous appartient plus.
— Mais si.
— Non, plus maintenant. Et une fois que cela vous a été enlevé, on ne le retrouve jamais.
— Mais rien ne nous a été enlevé.

37Quatre des répliques de Jig nient ce que dit l'homme en débutant par no. Trois d'entre elles sont totalement identiques (no, we can't). Cet échange répétitif, relativement long exprime avec force un chagrin obstiné à la manière d'un enfant qui refuse de se laisser consoler.

38Dans la traduction, on retrouve les quatre non en début de répliques mais on n'a pas trois répliques identiques comme dans le texte original, la structure de réponse brève avec reprise de l'auxiliaire étant propre à l'anglais. Cependant, le caractère circulaire de cet échange apparaît tout aussi bien en particulier dans l'enchaînement non — mais si —non (116-118).

39Une autre reprise par négation apparaît à la réplique 76 :

75 (...) "You mustn't feel that way."
76 'I don't feel anay way,' the girl said.
'I just know things."

40Il s'agit d'une négation polémique qui nie l'affirmation présupposée dans la réplique de l'homme ("you feel that way").

41Enfin on rencontre d'autres formes de reprise aux répliques 79-80 et 83-85.

79 'All right. But you've got to realize-'
80 'I realize,' the girl said.
83 '(...) And I know it's perfectly simple."
84 'Yes, you know it's perfectly simple.'

42La réplique 78 constitue un cas à part. Ce n'est pas une reprise au sens classique puisque l'homme n'a pas le temps de finir sa phrase (comme en 79) et Jig la termine à sa place.

77 'I don't want you to do anything that you don't want to do...'
78 'Nor that isn't good for me,' she said.
'I know. Could we have another beer ?"

43De même que 80, 78 constitue une interruption du discours de l'homme dont le contenu vise à mettre un terme à l'échange. Finir la phrase de l'interlocuteur à sa place équivaut ici à lui signifier : "Inutile de continuer. Je sais d'avance ce que tu as à dire."

44Il peut sembler paradoxal de considérer 78 comme la reprise de paroles qui n'ont pas été prononcées. C'est pourtant bien de cela qu'il s'agit. On interprète 78 comme reprenant des paroles qui font partie de l'inter-discours commun aux deux personnages tel qu'il s'est construit peu à peu au fil du texte. Ceci est éclairci par la présence de I know dont la complétive peut être reconstruite : (I know) that you don't want me to do anything that I don't want to do nor that isn't good for me. En tant qu'objet de know, cette proposition est donnée comme fait acquis sur lequel il n'y a pas à revenir.

  • 5 Voir Ducrot (1980) p. 44-45.

45Ce type d'énoncé qui consiste à interrompre l'interlocuteur pour finir sa phrase à sa place est relativement fréquent et banal dans les échanges linguistiques réels. Il échappe cependant aux classifications habituelles. Ni discours rapporté, ni énoncé à interprétation polyphonique5, c'est un énoncé où deux discours se superposent sans qu'il y ait adhésion de la part du deuxième locuteur.

46L'étude des formes du dialogue montre comment se constitue l'impression globale des personnages, de leurs relations et de la scène que relate le texte. Les échanges linguistiques entre les deux personnages sont très limités. Ils n'avancent pas, ils tournent en rond. C'est l'exemple même du dialogue de sourds, de la communication bloquée. Cette caractérisation de l'échange repose sur une série d'observations convergentes : fréquence des répétitions et des reprises chez un même personnage et d'un personnage à l'autre, présence d'interruptions, de diversions (par exemple : 78 Could we have another beer ?) et finalement la fuite (80 Can't we may be stop talking ?) dans un crescendo d'exaspération :

86 'Would you do something for me now ?'
88 'Would you please please please please please please stop talking ?'
90 'I'll scream,' the girl said.

47On a affaire à une situation figée où la seule conduite possible pour la jeune femme en fin de compte est le silence. On peut observer que, de toute manière, elle n'a que très peu pris la parole. C'est chez elle que l'on trouve les reprises les plus nombreuses. Elle ne parle pas, elle se répète ou elle reprend les paroles de l'homme. Quand elle dit quelques chose, le message ne passe pas. Ensuite, elle essaie de commenter, d'expliquer, de se justifier. Elle préfère finalement mettre un terme à ces tentatives infructueuses de communication.

Haut de page

Bibliographie

BANFIELD, A. (1973), "Narrative style and the grammar of direct and indirect speech", Foundations of Language, Volume 10, 1973, p. 1-39.
Traduit dans Change 16-17.

BANFIELD, A. (1982), Unspeakable sentences : Narration and representation in the language of fiction, Routledge and Kegan Paul Boston, 1982, X-340.

DUCROT, O. (1973), La preuve et le dire, Marne, Paris, 1973, 290.

DUCROT, O. (1980), Les mots du discours, Minuit, Paris, 1980, 241.

GREEN, G. (1980), "Some wherefores of English inversions", Language, Volume 56, Number 3, 1980, p. 528-601.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 On pourrait vanter le naturel des dialogues de Hemingway. Or, à y regarder de plus près, on s'aperçoit que ces dialogues n'ont rien de naturel au sens où ils seraient une reproduction fidèle de conversations réelles et heureusement. Il suffit pour s'en convaincre de brancher un magnétophone et d'enregistrer un échange linguistique spontané. Hésitations, répétitions, faux départs, ruptures de construction, etc.. La transcription écrite est fastidieuse, pour le moins, incompréhensible par endroits, puisque seraient absents les signes paralinguistiques utilisés à l'oral en face à face. Les dialogues de Hemingway sont donc très soigneusement construits et relèvent d'un art consommé.

2 La reprise de la réplique 7 au discours indirect à la réplique 28 est suivie d'un commentaire 'Wasn't that bright ?' qui, contrairement à d'autres types de commentaires, n'est pas spécifique à telle ou telle forme de discours rapporté. Un commentaire sur la formulation employée par le locuteur dont on rapporte les paroles n'est compatible qu'avec le discours indirect.
I said the mountains looked like white elephants and those were my exact words.
* I said : 'The mountains look like white elephants' and those were my exact words.

3 La structure de la réplique 58 soulève une question qu'il est impossible d'esquiver. La répétition de ses propres paroles doit-elle être considérée comme un cas de discours rapporté ? C'est ce que j'ai fait. Cependant, la réplique 58 qui répond à What do you mean ? peut être paraphrasée comme "I mean what I said", ce qui s'exprime par une répétition de la réplique 56. La même phrase acquiert alors un statut différent. Ce n'est que secondairement que les paroles précédentes s'y trouvent rapportées. Elles pourraient ne pas l'être, comme le montre la paraphrase qui comporte non pas une répétition mais une anaphore.

4 Dans la réponse traduite, Jig semble faire preuve de plus de coopération, ce qui constitue une modification non négligeable. Celle-ci se justifie, sans doute, car la répétition en français pose des problèmes pour la suite du dialogue. Ce passage montre bien qu'une traduction ne peut s'apprécier à partir d'une réplique isolée mais seulement en prenant en compte un enchaînement de répliques.

5 Voir Ducrot (1980) p. 44-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Vautherin, « Les formes spécifiques du discours direct dans "Hills like White Elephants" », Palimpsestes, 1 | 1987, 27-39.

Référence électronique

Béatrice Vautherin, « Les formes spécifiques du discours direct dans "Hills like White Elephants" », Palimpsestes [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/158 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.158

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals