Navigation – Plan du site

La traduction interprétative

Danica Seleskovitch
p. 41-50

Texte intégral

4

1La traduction dont il sera question ici est une opération qui porte sur des textes de réalité. Elle présente des caractéristiques de réalisation assez différentes de la traduction des textes de fiction.

Sources d'inspiration

2Alors que le traducteur littéraire s'inspire de l'ensemble de l'oeuvre d'un écrivain, le traducteur de textes de réalité mobilise des connaissances du "monde" (connaissances thématiques) : alors que le premier puise dans la vie de l'auteur des indications susceptibles d'éclairer un passage obscur, l'autre prend en ligne de compte l'origine du texte de réalité, celui-ci étant plus marqué par l'appartenance de son auteur au groupe qu'il représente (par ex. publicité de la régie Renault, discours d'un président des Etats-Unis, etc.) que par les caractéristiques individuelles de l'écrivain.

Natures des textes

3Le texte littéraire porte sa fin en soi, il est relativement indépendant des contingences extérieures. Le texte de réalité par contre possède une finalité extérieure. Que veut-on obtenir par son entremise ? Faire réaliser une action ? (l'ouverture d'une boîte de conserve telle que décrite par son mode d'emploi ou l'entretien d'un Boeing 747 explique dans les 1.200 pages d'un manuel), contester un résultat scientifique, vendre un produit ?

Style

4Au souci de préserver le style d'un auteur qui anime le littéraire, le traducteur de textes de réalité oppose celui de produire le même effet que l'original. Son texte convainc-t-il, séduit-il, flatte-t-il comme l'original ? Esquive-t-il avec la même habileté la réponse à une question embarrassante ?

L'enseignement des langues par le biais de la traduction

5J'arrête la cette comparaison sommaire pour dire que si ce type de traduction se distingue de la traduction littéraire, il se différencie aussi de l'enseignement des langues par le biais de la traduction ; cette différence entraîne des conséquences sur le mode de réalisation de la traduction.

6Le thème et la version consistent en une mise en correspondance de deux langues ; ces exercices permettent à l'enseignant de vérifier l'exactitude des connaissances linguistiques de ses étudiants.

7La traduction dont il est question ici suppose connues les deux langues en présence — autant qu'il est humainement possible de connaître des langues —, l'une au niveau de la compréhension, l'autre également au niveau de l'expression.

8Là où la traduction dans l'enseignement des langues ne tient compte que des sémantismes lexicaux et syntaxiques pour produire des mots ou des phrases qui correspondent aux mots ou aux phrases de l'original, le traducteur professionnel va au sens d'un texte, (le sens étant le produit de l'association de connaissances linguistiques avec des connaissances thématiques), et il le réexprime unité de sens après unité de sens.

9Nous proposons de parler de traduction littéraire pour les textes de fiction, de transcodage pour les traductions réalisées au niveau des langues, et de traduction interprétative pour les opérations réalisées au niveau du sens.

La traduction interprétative

10Elle comprend trois modes : la transformation d'un texte écrit en un texte écrit dans un autre langue (mode écrit-écrit), la traduction d'un discours oral en un discours oral dans une autre langue (mode oral-oral ou interprétation à proprement parler), enfin la traduction d'un texte présente sous une forme écrite et traduit oralement.

11La traduction interprétative dans son mode oral-oral est le mode de traduction qui se rapproche le plus des mécanismes naturels de production et de compréhension de la parole, faisant de ce type de traduction un exercice lui aussi naturel car reposant sur la compréhension d'un énoncé et sur la réexpression des pensées qui s'en dégagent ; c'est la raison pour laquelle nous avons choisi de présenter ici la transcription d'une intervention formulée oralement et une traduction orale dont nous avons transcrit l'enregistrement.

12L'énoncé que nous reproduisons ci-dessous est tiré d'une conférence de presse de Ronald Reagan, qui s'est tenue le 28 septembre 1982. Cette intervention orale a été transcrite et publiée dans 'Weekly Compilation of Presidential Documents', United States Government Printing Office. Une traduction orale en a été effectuée à l'ESIT le 12 décembre 1983. Nous la reproduisons à la suite du texte de Reagan. Il faut noter que ces deux textes sont des transcriptions et non des textes rédigés. On doit les lire en essayant autant que possible d'entendre les intonations des énoncés oraux.

13Nous donnons les questions des journalistes et les réponses de R. Reagan, plus la traduction.

Q. Mr President, when the Palestinian fighters were forced to leave Beirut, they said that they had America's word of honor that those they left behind would not be harmed. Now comes U.N. Ambassador Jeane Kirkpatrick, who says that America must share in the blame for these massacres. My question to you is, do you agree with that judgment ? And I'd like to follow up.

  • 1 Helen Thomas, journaliste, United Press International.

The President. — Helen1, I think the manner in which Jeane said that — and she's talked to me about it — was one about the responsibility of all of us back over a period of time with regard to the separation and divisions in Lebanon, the whole matter of the Middle East, and not doing more to bring about the peace that we're trying so hard now to get.
I don't think that specifically there could be assigned as a responsibility on our part for withdrawing our troops. They were sent in there with one understanding. They were there to oversee and make sure that the PLO left Lebanon. And that mission was completed, virtually without incident, and they left. Then, who could have foreseen the assassination of the President-elect that led to the other violence and so forth.

Q. — Well, why did you give orders to our Representative at the U.N. to vote against an inquiry to find out how it happened, and why ?

The President. — As I understand it, there were things additional in that inquiry, things that we have never voted for and will not hold still for, such things as sanctions and such things as voting Israel out of the U.N. Now, I can't recall exactly now what it was that caused our vote to be negative on that. But the Lebanese and the Israelis are apparently going forward with such an inquiry.

14Voici la traduction qui fut donnée de ce passage par un étudiant de l'ESIT.

Question. — Monsieur le Président, les Palestiniens disent qu'au moment où ils ont été obligés de quitter Beyrouth, ils avaient la parole d'honneur de l'Amérique que ceux qu'ils laissaient derrière eux seraient protégés. D'autre part, notre Ambassadeur auprès des Nations Unies, Jeane Kirkpatrick, déclare que l'Amérique a sa part de responsabilité dans les massacres. Est-ce que vous voyez les choses de la même façon ? J'aurai d'autres questions après.

Le Président. — Vous savez, Hélène, je crois que lorsque Jeane Kirkpatrick a parlé de responsabilité — elle m'en avait d'ailleurs entretenu avant d'intervenir aux Nations Unies — elle faisait allusion à la responsabilité collective de tous les pays ; elle englobait le passé, et toutes les partitions et divisions du Liban, tout le problème du Moyen Orient. Elle regrettait qu'on n'ait pas fait plus pour la paix pour laquelle, de notre côté, nous faisons aujourd'hui tant d'efforts.
Je ne pense pas que d'avoir retiré nos troupes nous rende responsables de quoi que ce soit. Elles avaient été envoyées dans un seul but : contrôler l'évacuation des Palestiniens et s'assurer qu'ils étaient bien partis. Cette mission s'est terminée pratiquement sans incidents et nos troupes ont été rappelées. Qui aurait pu prédire l'assassinat du nouveau Président et les violences qui s'ensuivirent.

Question. — Mais alors, pourquoi avez-vous donné pour instruction à notre Représentant à l'ONU de voter contre une enquête qui aurait pu faire le jour sur ce qui s'est passé ?

Le Président. — A ma connaissance, il ne s'agissait pas seulement d'une enquête ; il y avait bien d'autres choses à la clé, des choses pour lesquelles les Etats-Unis n'ont jamais été d'accord et pour lesquelles jamais nous ne voterons, qu'il s'agisse de sanctions ou de l'expulsion d'Israël des Nations Unies. Je ne me souviens plus très exactement des raisons qui nous ont décidés à voter contre cette proposition. De toute façon les Libanais et les Israéliens s'apprêtent de leur côté à mener une enquête.

15La traduction française de cette partie de l'interview a été réalisée en un peu plus de cinq minutes.

16La vitesse de la traduction rejoint la vitesse naturelle d'appréhension d'un énoncé et correspond au rythme naturel d'émission d'une parole fondée sur une pensée et non, comme en traduction-transcodage sur une mise en correspondance d'éléments de 2 langues. Entre le texte original et son énonciation dans une autre langue s'est produit un phénomène de déverbalisation qui correspond à la compréhension naturelle. Dévêtu de sa forme linguistique originale, le texte devenu pensée se prête à une énonciation naturelle dans l'autre langue. La traduction interprétative ne se fonde pas sur une langue pour arriver à une autre langue mais bien sur le sens du texte premier pour arriver à l'expression de ce sens dans une autre langue.

17Pour analyser une traduction figée par l'écriture, il ne faut pas que s'éloigner du comportement naturel des sujets parlant et comprenant ; il est donc nécessaire de se souvenir que cette traduction a été réalisée à la vitesse naturelle à laquelle le contenu d'un texte est appréhendé et les pensées exprimées.

18Comparons les deux textes de plus près : Ligne 1 de l'original et de la traduction :

Q. — Mr President, when the Palestinian fighters were forced to leave Beirut, they said that they had America's word of honor that those they left behind would not be harmed.

19Traduction :

Monsieur le Président, les Palestiniens disent qu'au moment où ils ont été obligés de quitter Beyrouth, ils avaient la parole d'honneur de l'Amérique que ceux qu'ils laisseraient derrière eux seraient protégés.

20On notera dans ce texte de réalité que l'intervention de connaissances l'emporte sur la grammaire de la formulation, qui ne semble même pas perçue. "Les Palestiniens disent (aujourd'hui, c'est-à-dire après les massacres de Sabra et Chatila) et non : "... ils dirent en partant" ("...when (they) were forced to leave... they said..."). C'est après les massacres et non avant, que se sont élevées les protestations et que l'OLP a mis en cause les Etats-Unis, ce n'est pas en quittant Beyrouth. Cette connaissance, présente bien que non formulée, contribue de façon décisive à l'interprétation de l'énoncé.

21C'est aussi parce qu'il connaît les faits que le traducteur se contente de dire : "les Palestiniens" et non "les combattants palestiniens" (the Palestinian fighters).

22Le texte de réalité n'est pas autonome ; il désigne plus qu'il ne les décrit des faits, des idées, des événements ; le lecteur les connaît par ailleurs et en complète l'évocation par ce qu'il en sait. Le traducteur, comme tout lecteur, associe la connaissance qu'il a de ces faits, de ces idées, de ces événements à la mention qui en est faite, et, à son tour, il les désigne dans sa langue plus qu'il ne les décrit. A l'époque de l'évacuation de l'OLP de Beyrouth, chacun a vu à la télévision l'embarquement des soldats laissant derrière eux femmes et enfants en pleurs. Dans le texte français, nul ne peut comprendre "Palestiniens" autrement que comme désignant les combattants palestiniens.

23Ligne 3 de l'original, ligne 4 de la traduction :

"Those (...) left behind would not be harmed" — "ceux qu'ils laissaient derrière eux seraient protégés".

24Les textes de réalité sont moins autonomes que les textes de fiction mais ils s'en distinguent encore d'une autre façon. Leur formulation est moins délibérée.

25En traduction littéraire, on peut poser l'hypothèse que les mots de l'auteur tels qu'ils figurent dans le texte sont voulus, que celui-ci a dit telle chose de telle façon parce que délibérément il a choisi telle formulation et non telle autre. On ne saurait faire la même hypothèse des textes de réalité ; leurs auteurs sont axés sur une finalité, les mots qu'ils emploient ne se suffisent pas à eux-mêmes, ils doivent servir cette finalité ; ils sont des moyens destinés à produire un effet de sens.

26L'émission naturelle de la parole est réflexe, seul le sens que l'on veut transmettre est conscient ; entre l'état de conscience et les réflexes jouent les mécanismes du langage et de la traduction interprétative.

27La spontanéité de la traduction "seraient protégés" révèle le raisonnement naturel qui intervient dans la compréhension d'une unité de sens dans un texte de réalité. L'Amérique avait promis "that (they) would not be harmed" ; c'est donc a) qu'un danger les menaçait, b) que la menace ne venait pas des Etats-Unis, c) que ceux-ci au contraire se portaient garants de leur sécurité. C'est donc qu'en promettant qu'il "ne leur serait fait aucun mal", les Etats-Unis s'engageaient à protéger les habitants des camps.

28Le raisonnement que nous faisons ici pour expliquer le choix de seraient protégés n'a très probablement pas été explicite chez le traducteur et pourtant la menace ne venant pas des Américains, they would not be harmed ne peut ici que signifier seraient protégés.

29Il est toujours difficile de faire comprendre que la jonction du sémantisme d'un mot avec une réalité produit un sens qui transcende la signification de ce mot. Pourquoi ne pas avoir traduit : "qu'il ne leur serait fait aucun mal" ? Parce que la traduction "qu'ils seraient protégés" est l'expression spontanée d'un sens compris.

30Il faut ici revenir sur une habitude de pensée : la traduction que nous venons de citer n'est pas le fruit d'une laborieuse analyse de texte — c'est l'analyse de la traduction qui permet a posteriori l'analyse du texte.

31La traduction interprétative s'attache à trouver des moyens propres à produire les mêmes effets de sens que l'original. Pour cela il lui faut éviter de retenir les moyens d'expression de l'original ; en s'opposant à la déverbalisation, leur présence empêcherait une réexpression spontanée de l'idée.

32Ligne 7 de l'original, ligne 8 de la traduction :

"Helen" — "vous savez, Hélène".

33La spontanéité de la traduction révèle la prise en compte de l'auditeur français.

34Ligne 8 de l'original, ligne 9 de la traduction :

"... — and she's talked to me about it" — "...elle m'en avait d'ailleurs entretenu avant d'intervenir aux Nations Unies".

35Le traducteur n'est ni un journaliste persifleur ni le Français moyen qui ne voit en Reagan qu'un ancien comédien, Américain au pire sens du terme. Il se met à la place de son auteur, parle en son nom, interprète en sa faveur ce qu'il dit car c'est obligatoirement là le sens voulu par Reagan : 1) il sauvegarde sa position hiérarchique en se disant au courant, 2) il couvre son représentant, 3) il met en même temps l'Amérique hors de cause. Dans le texte de réalité les mots sont moins voulus que le sens.

361) Il sauvegarde sa position :
Elle m'en avait d'ailleurs entretenu avant d'intervenir aux Nations Unies.

372) et 3) Il couvre son représentant et met en même temps l'Amérique hors de cause :
Elle faisait allusion à la responsabilité collective de tous les pays (of all of us back over a period of time).

38On a fait des gorges chaudes en son temps du Président Johnson lorsque celui-ci a dit (je cite de mémoire) : 'I won't be the first President to lose a war' ; les mauvais esprits voulaient voir dans cette phrase une ambiguïté (non seulement aucun président des Etats-Unis n'a jamais perdu de guerre, mais aussi d'autres présidents ont perdu des guerres avant moi), mais aucun traducteur digne de ce nom n'aurait traduit autrement que dans un sens conforme au vouloir dire de l'auteur : Je n'ai pas l'intention d'être le premier président à perdre une guerre.

39Autour de cette traduction peut se nouer la controverse entre les défenseurs d'une traduction transcodage et ceux d'une traduction interprétative.

40La phrase est ambiguë, diront les tenants de la première, il faut donc garder l'ambiguïté en français et traduire : Je ne serai pas le premier président à perdre une guerre. L'ambiguïté n'est pas délibérée, répondons-nous ; le sens n'est nullement ambigu car il n'est pas uniquement fonction du sémantisme d'un énoncé ; le sens est un fait de parole où s'associent toujours le sémantisme et les compléments cognitifs que comporte toute situation de communication. En langue, on associe signifiants et concepts (signifiés) ; en situation d'interlocution, on associe les sons d'un énoncé (ou sa graphie) à des sens qui transcendent la signification linguistique. Le sujet parlant ne dit pas ce que dit la langue mais, à travers la langue, ce qu'il veut dire et le traducteur ne traduit pas ce que dit la langue mais ce que dit le sujet parlant. Le texte de réalité, contrairement au texte littéraire, ne connaît qu'une seule lecture.

41Ligne 8 de l'original, ligne 8 de la traduction : Jeane — Jeane Kirkpatrick : L'adaptation à l'auditeur français est immédiate. Il risque fort de ne pas connaître le prénom de Madame Kirkpatrick

42Ligne 9 de l'original, lignes 11, 12 de la traduction :

The responsability of all of us : la responsabilité collective de tous les pays

43La compréhension de l'embrayeur us et la façon dont elle s'exprime est particulièrement parlante ; elle prouve abondamment les changements de sens que provoquent les compléments cognitifs par rapport au sémantisme.

44Le passage en contient bien d'autres exemples :

45Ligne 12 de l'original, lignes 14, 15 de la traduction :

The peace that we're trying so hard now to get" — "la paix pour laquelle, de notre côté, nous faisons...".

46Lignes 13, 14 de l'original, lignes 16, 17 de la traduction :

I don't think that specifically there could be assigned as a responsibility on our part for withdraving our troops..."
—"Je ne pense pas que d'avoir retiré nos troupes nous rende responsables de quoi que ce soit"

47Lignes 23, 24 de l'original, lignes 27, 28 de la traduction :

"...things that we have never voted for and will not hold still for..."
— "des choses sur lesquelles les Etats-Unis n'ont jamais été d'accord et pour lesquelles nous ne voterons jamais..."

48On voit à ces quelques extraits combien la parole se comprend par association du sémantisme à des connaissances non verbales (c'est-à-dire ni formulées explicitement hic et nunc ni formulées mentalement) et combien le sens dépasse le sémantisme de l'énoncé.

49J'arrêterai là cet exposé. On aura vu quelques aspects de la traduction interprétative : l'intervention de compléments cognitifs, la prise en compte des destinataires et de la qualité de celui qui s'exprime, la déverbalisation et la spontanéité de l'expression, les réflexes langagiers et les états de conscience du sens.

50Il faut ajouter que la traduction dont un extrait est donné ici en guise d'illustration a été dans son ensemble jugée réussie. Effectuée à l'examen de notre DESS, elle aurait emporté l'adhésion du jury tant en raison de l'intelligence du travail que de sa vitesse d'exécution. Elle est jugée réussie parce que la méthode appliquée est correcte. La méthode interprétative que nous enseignons exige de l'étudiant qu'il ne passe pas directement d'une langue à l'autre mais qu'il dégage les unités de sens d'un texte et les exprime spontanément en s'efforçant de produire les mêmes effets que l'original.

51Réussite ne signifie pas perfection ; on pourrait imaginer d'autres solutions, proposer d'autres formules ; on pourrait relever dans la traduction quelques erreurs mineures. Ce n'est pas ce qui importe. L'étudiant en traduction sait traduire à partir du moment où il dispose d'une méthode. La méthode acquise, il peut s'attaquer à tous les textes de réalité. Pour chacun, il lui restera à acquérir les connaissances thématiques et terminologiques qui lui manquent, mais il s'agira alors de problèmes de professionnel, il ne s'agira plus de problèmes relevant de la formation.

Haut de page

Notes

1 Helen Thomas, journaliste, United Press International.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danica Seleskovitch, « La traduction interprétative », Palimpsestes, 1 | 1987, 41-50.

Référence électronique

Danica Seleskovitch, « La traduction interprétative », Palimpsestes [En ligne], 1 | 1987, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/159 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.159

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals