Navigation – Plan du site
Table ronde

Debat (Extraits)

Michaël Oustinoff
p. 162-169

Texte intégral

1A la suite de la table ronde sur la traduction des adjectifs par Baudelaire de “Ligeia” d’Edgar Poe a eu lieu un débat entre les intervenants et l’auditoire. Malheureusement, l’enregistrement sur magnétophone effectué à cette occasion n’est pas, en de nombreux endroits, exploitable, non que les propos tenus présentent peu d’intérêt (bien au contraire : qu’on n’aille pas chercher dans leur absence les ciseaux rageurs d’une censure inavouée ou inavouable), mais s’avèrent tout simplement trop lacunaires ou inaudibles pour être retranscrits.

2On ajoutera cependant deux choses. Tout d’abord, le débat aura été riche d’enseignements, ainsi que le montre le fait qu’il aura inspiré, outre des discussions animées, après coup deux communications supplémentaires que l’on a incluses dans ce numéro de Palimpsestes. Il s’agit de l’article de Joan Bertrand : “Groups of adjectives in Poe’s ‘Ligeia’ and Baudelaire’s translation of them : a source-oriented approach”, et de celui de Michaël Oustinoff : “L’adjectif antéposé de l’anglais : problème de traduction ?”.

3Aux yeux de Joan Bertrand, comme à ceux d’autres collègues anglophones, il semblait en effet utile, voire indispensable d’examiner la question sous l’angle inverse, celui du “texte source” (celui de Poe), plutôt que seulement celui du “texte cible” (celui de Baudelaire). Cette complémentarité est toujours la bienvenue.

4En ce qui concerne la retranscription exploitable du débat, il est resté deux interventions. Dans le cas de celle de Jany Berretti, il s’agissait d’expliquer en quoi la traduction de Baudelaire pouvait passer pour admirable, opinion que l’on n’est pas forcé de partager, sans que l’on doive en déduire pour autant que le texte de Poe, par contraste, est déficient. Ce en quoi la critique des traductions ne fait que rejoindre la critique des textes, et vice versa, pourrait-on dire, car on voit mal comment l’une irait sans l’autre dans le cas de la traduction littéraire.

5Quant à l’intervention de Serge Soupel, last but not least, elle permettra de clore ce volume sur ce qui donne tout son sens à l’analyse des traductions, et sans quoi toute réflexion tournerait désespérément à vide : le traduire. On a donc tenu à laisser le dernier mot à celui des membres de la table qui avait accepté d’intervenir en sa double qualité de littéraire et de praticien de la traduction.

6Ayant à parler de la traduction de Baudelaire, il passe en revue des opérations fréquemment effectuées par les traducteurs : “transpositions”, “transformations”, “compensations”, etc., mais il a soin de les rapporter à une “problématique”, sans laquelle une traduction est dénuée de toute cohérence. A cet égard, l’ensemble de ce numéro de Palimpsestes est une invitation à poursuivre la réflexion, en s’attaquant cette fois-ci aux autres traductions baudelairiennes, dont on a p