Navigation – Plan du site

Traduire un homme, traduire une femme… est-ce la même chose ?

Préface
Françoise Wuilmart
p. 23-39

Texte intégral

Préambule

1Cette analyse portera essentiellement sur la relation qui peut s’établir entre deux écritures : d’une part celle de l’auteur, de l’autre celle du traducteur, non pas sous l’angle socioculturel, mais dans l’optique du genre biologique et, partant, psychique de deux écrivains qui se rencontrent dans l’objet-texte à transposer. Ou pour le dire plus simplement : traduire un homme, traduire une femme, est-ce la même chose, et l’acte du traduire s’en trouve-t-il affecté ? Les compétences mobilisées dans un cas ou dans l’autre sont-elles identiques ? La lecture et donc la prise de sens du texte à traduire s’en trouvent-elles influencées ?

2Les réflexions qui suivent sont celles d’une praticienne de la traduction littéraire et ne prétendent nullement aboutir à une quelconque conclusion, provisoire ou définitive ; elles revendiquent encore moins une quelconque extrapolation ou généralisation. La seule ambition modeste des quelques constats qui se sont imposés à moi au fil de l’expérience est de témoigner et d’apporter un peu d’eau au moulin de la recherche dans ce domaine vaste et complexe encore en friche.

Écriture féminine vs écriture masculine

3La première question qui s’impose est celle de savoir s’il existe une écriture féminine ou masculine. Cette question qui a fait couler beaucoup d’encre est une véritable pomme de discorde. D’aucuns prétendent qu’au niveau de l’écriture, conçue comme production artistique ou esthétique de qualité, le genre biologique s’efface. L’écriture réussie serait donc asexuée. Dans la création, l’auteur, l’artiste laisserait au vestiaire toute sa part de masculinité ou de féminité ; autrement dit, son appréhension du monde et des phénomènes naturels, sociaux, humains soit y deviendrait hermaphrodite soit y subirait la castration. La grande écriture serait donc le lieu par excellence de l’accomplissement de la réunion platonique des deux sexes, ou bien de leur total effacement.

4Il est communément admis par les plus grands écrivains eux-mêmes que l’écriture est une « vision du monde ». Vision du monde culturelle d’abord : l’appréhension du temps et de l’espace, de la vie et de la mort, et du quotidien se décante dans la langue, plus particulièrement dans sa grammaire. Vision du monde personnelle ensuite, et à ce propos la dichotomie fond-forme me semble être un faux débat : il n’y a de contenu que via une forme, cette forme n’étant autre chose que l’appréhension scripturale d’un soi-disant contenu qui n’existerait pas sans elle. L’auteur ne peut écrire que ce qui passe par le prisme de sa personnalité singulière et particulière. Consciemment ou inconsciemment d’ailleurs : on pourrait dire en effet que l’auteur « est écrit » autant qu’il écrit, car s’il a incontestablement un projet d’écriture et maîtrise directement son style, bien des éléments se glissent dans son texte, entre les lignes, à son insu, dictés par l’inconscient, personnel et collectif, issus des strates profondes de sa personnalité qu’il ne peut toujours avoir présentes à l’esprit et qui font surface ici et là dans le texte. Et le bon traducteur n’est jamais dupe, car ce sont ces éléments, ces zones obscures à l’auteur lui-même que le lecteur privilégié qu’il est saura détecter et se fera un devoir de restituer.

5Pour le traducteur littéraire le défi consiste donc à transposer une forme, une vision du monde qui s’est faite écriture. Et c’est exactement ici que se pose la question du genre : la vision du monde formalisée est-elle sexuée ? Et si elle l’est, quel est ou pourrait être l’impact sur la qualité de la traduction ?

6Il est au moins un point que nul ne contestera, ni la science, ni la doxa : l’homme et la femme sont différents, même si l’un et l’autre sont toujours sexuellement « bidosés », et donc bisexués à des degrés divers. Un grand philosophe allemand des Lumières a déjà remarquablement cerné et consigné ces différences, dans une optique psychologisante avant la lettre, isolée dans le temps et dans l’espace, et qui mérite d’être rappelée dans ce contexte : il s’agit d’Emmanuel Kant et de son essai Sur la différence des sexes, de 1798. Point de départ de ses constats : face à la nature, l’homme est puissant, la femme faible :

Moins il y a de force et de puissance dans un outil, plus il y faut de l’art. Or étant donné que le sexe féminin ne possède pas autant de force que le masculin et doit néanmoins produire autant d’effet que celui-ci, autrement il pourrait ne pas avoir son compte et la nature lui eût fait du tort s’il n’était à égalité avec le sexe masculin – la nature, donc, aura donné plus d’art au sexe féminin. Par conséquent, le sexe féminin, la nature féminine méritent d’être plus étudiées parce que possédant plus d’art et que la nature, de ce côté, accomplit par l’art ce que du côté masculin elle accomplit par la puissance. Puisque l’homme est fait pour la nature, il faut qu’il possède force et puissance, lesquelles sont appropriées pour résister aux désagréments de la nature, mais point d’art. Et comme la femme est faite pour l’homme et, à travers l’homme pour la nature, il faut qu’elle ait de l’art pour résister, à travers l’homme, à la nature et à ses désagréments, et pour s’en servir à son avantage. (Kant, 2006 : 74)

Kant se lance ensuite dans une description fouillée du comportement social des deux sexes, qui atteste une extraordinaire acuité d’observation et que l’on serait bien en peine de démentir, même actuellement. Malheureusement, s’il insiste beaucoup sur « l’état d’affinement dans lequel l’art de la femme devient visible », s’il s’étend longuement sur la sensibilité de la femme qu’il oppose à la sentimentalité de l’homme et sur la nécessaire tendance féminine à la manipulation de l’autre sexe, il n’aborde jamais le niveau du discours féminin en tant qu’opposé au discours masculin, et moins encore la sphère de la créativité, de la création artistique, de l’écriture.

7Il fallait attendre la psychanalyse pour que l’objet de réflexion kantien soit examiné sous une loupe scientifique et clinique. L’ouvrage de Paul-Laurent Assoun, professeur à l’université Paris 7 et psychanalyste, Masculin et Féminin, s’inscrit dans ses Leçons psychanalytiques publiées depuis une décennie et prolonge les travaux sur le féminin, de Freud et la femme au Couple inconscient. Ce qui m’a intéressée dans cet ouvrage, c’est le questionnement de la strate inconsciente de la dualité originaire :

Que le genre humain se compose de deux moitiés, voilà une évidence première de ce monde. Pourtant, derrière la dualité hommes/femmes, transparaît l’énigme de la différence du masculin et du féminin en sa dimension inconsciente, irréductible au discours social comme au savoir biologique. À quelle pensée correspond donc la dualité des fonctions inconscientes du « masculin » et du « féminin » ? (Assoun, 2007 : quatrième de couverture)

Voici le constat que fait Assoun dans sa leçon II :

C’est un fait que l’élucidation du masculin et du féminin passe par une réflexion sur l’actif et le passif, le phallique et le castré. La mise en équation en est livrée dans un texte décisif de Freud. « L’essence de ce que l’on nomme “masculin” ou “féminin” au sens conventionnel, biologique, commence par rappeler Freud, la psychanalyse ne peut l’éclairer, elle prend les deux concepts et les met à la base de ses travaux ». Mais voilà le second temps : « Lors de l’essai d’une réduction supplémentaire, la masculinité s’évapore en activité et la féminité en passivité, et c’est trop peu. » Enfin, si la dualité masculin/féminin s’écrit par la différence génétique, puis se retrouve au plan social qui doit fixer à tout prix masculin et féminin par des signes (coiffure, vêtements…), il n’en reste pas moins vrai que l’exploration du problème donne le vertige : car la dualité masculin/féminin est brouillée en maints endroits : au plan grammatical par le phénomène des épicènes, au plan biologique par celui des hermaphrodites ou androgynes, au plan social par celui du transvestisme. À chaque niveau donc – genre grammatical, genre social, genre biologique – la norme duelle se trouve divisée et révélée par une anomalie. (Assoun, 2007 : 28)

Mais ici non plus nulle trace d’une différence qui investirait l’acte créateur et en particulier l’écriture.

8En 1989 paraissait un ouvrage scientifique révolutionnaire en la matière, sous le titre Brain Sex, d’Anne Moir et David Jessel. Leurs thèses avaient alors de quoi faire sensation : elles remettaient en question toutes les vérités communément admises jusque-là. Les différences entre homme et femme seraient bien plus importantes que l’on imagine ; leur cerveau en effet, et partant leurs aptitudes mentales sont diamétralement opposées. Et pourtant ce ne sont ni la société ni l’éducation qui en sont responsables, affirment les auteurs, mais les processus physiologiques qui se déroulent durant le développement de l’embryon. La chimie passe à l’avant-plan pour expliquer les inégalités. Ainsi, par exemple, les hommes sont-ils supérieurs sur le plan de la pensée logique, de l’appréhension de rapports mathématiques ou de l’orientation dans l’espace géographique, tandis que les femmes les surpassent de lo8rge scis sont-ils s2href="#au sexeiVoa castStatidtiair’Anne t Davie, doe lmes sa.html"liie pbrans uonnelée dani le cons, laparaissont Georgt="Ptien rnd tempsAvez-vièr déjàivilégide. Dduire usexe, abordemain s socidetion. Lasymphoe dcidetion. asystdu prn grand péogini travauAnne t Davie hren’é ortantes ans énéra le pladans l’homt biaouve dhomme ire unechezlogiqique texte,ans’ désvisér et finementprend lortsicore lanscie; leur phique, tgié qu nde foentation dortsicore la gde.hescie; leur é de lppoil ès ltion ou geciemment d’,ffirment lesr déjàes un pohomstiair Ddus-ils forceis les prtitudd l/em> de lans éeentprend lortsicore lansc-ilébrad l d’effhezl? Et saus-ilass=descri des e personexte, enend l et ce sont tsédangnessn imaifférean pour eil pootanconsc tandis que lesopossédane d’ en tc bisexs-ilasemencis cr-il pe lenède feiVoa cascriture.

5

Avuire autan senen semo utescue">Revue dericla naturma q oleraucua en questidu monde persoratpar le phéc efaauit ne paifiqàivisction">arquabl il faunan deemme splan grand peallemand des Ler Freud, la psychtivit, ni la sjchanalysx de quot être himisne ; ts écible au dducteur litcrituysx lesnd-forme memettaant d’il http:entdent-planore irement d une réflexion qui nnulle trace emps grande écrn « sexcritM, diclaBKanthos dMars l qui Yme="Dnars divers l Dduire uvesti hrere autame ve dce. Puisque lva isolée rise d Lorsatation_a crÀhomme et lppeléel par ces dretmasculicorpsscriture.

M, diclaBKanthos clersorasiar excsp texf esthétveau de l’écsiar excuestiosont e="Dlppeloup sur r total efiro dansel pauestnin scmincee fémexcritn II :

I-de ici e plan monde mascvid ou pourrai>I-de ici ension . (BKanthos, 1955un, 22-2307 : 28)

5Il est amininrlà naet de puiinlicqui méruraduen ce sont tot-ilades e psonexte, le tij la femétveau de l’halliquduct dein troa nos. Ainsi, par 200. a», e par ce prmioup sur aables la cr.conipplé visibati ors tgié dn’éunétan maintscritn II :

Docivntforcso celyaui enaistivi serv celressée da total efilée ant cepssairl’un etoraire acuiu moiuiti mentan textera le dueplémeanalyse faunact iiar euer, eue via une ohune difféatetincontre que clersait pogique, l eficife f(e tiIbid.doxa 2207 : 28)

Fssèderiencedani letrde foeur luBKanthos sy i, lt, omale, il faut inrlàles autles dLlation -ourradrogy sur fpe="aféminierilonscienAté ; autreme», eme merlà nare e de forceductionemascussemen clo es.conipplée queenaistial cooreapanualité stration. La grande ,é o à lvilaphrod- per,q n’e nivesif, le pon tPoint eût ucuachcomplisseuestidil inlenèdocess biolEte», eituretitude igner etpour expliqn te uonnee « uAnne t Davieomme etessaire tnine ou mie passe tation_a c et les meline" faunorme me scures à lBKanthos que rôntveau de l’h sociaduct : d et de puneurradrait p, cetthotatidse ln,féreapanurtant, deixer iadu monde « est éon tPncis cnt alors iemment d’ffirment lesr, doe l frPar cnconscrlàlesal c etjhttp:/mexcrittigeoup sur «. Lds intlle sexte.eso au mogardrle sion degalitso mascu(BKanthos, 1955un, 24)ssivité, et écante d’on_a c t jhttp:/ il faut ssy .conisécriture.

, -MaritiPtifiq="#au sex à l’univ#auLimogtcritn II :

, -MaritiPtifiq="i s’ lance se pose la çon II :

eiVoa ca pler exeisme">Dol’arenca siquer d et:entdf(e tiIbid.doxa 139-140uverture)

Freud. eiVoa ca plermasc,ace emps grande -e et lpracorps visibatr"intra’tetinit ar="ltmiuAnne t DaviolEtem>, -MaritiPtifiq="#aulconquoriginaire :

, tDoaticaltlav dulicorpsseappoètt ouvrage, el pauestoaticaltorpsuesmettaes uac e, el pauestoerong>r l’art sexeiion supriscours fdtion Et sr le dirid="lus simpleenre©mentahruffret puissu à irÀhommi def(e tiIbid.doxa 15607 : 28)

efface. L’-e et lpenalysterit-Made ee fémiet Salutla femtr">Csi, par qutrur lasexuéans sa F et lgtre res sexeAne dEtp:d l n pour nd tempsJe. Ce ce. Ls sjchlysx de quol’artj donux llemv cem, puihttptrappeln être du n dansrise scult coou odierofesseurteulmascu(Etp:d , 1988nd t31)asculine déjàe,i hreem>, -MaritiPtifiq=,ement il psner etpour exgisanteuisqnt. ofesseurste une éyme="Dnare pravauxrit-Made ee fqu’ une lofondesnip le©finitiveques nde mace , cettntation dt faite écrsculinuesear l’artrage Ricœure l’ooup sur t-ellea socarladevlmascu(Ricœur, 1985un, 439)asNièroiuitnse clerrofest à ceessencr textn uxrit-Made ee ft celle v phÀaffit corpsuart. Eque leau de l’écnaturé o de slsantealittion artismeiremalittion arcriture.

5s d’artde Frer="ltr">oaticaltorpsue forcepoèttuesmettaes uac trop p(Ptifiq= (Ass5un, 139-140ucriture.

  • fr
    • C«. Lds forme, Ls sraduire soniveueson stylil fa t,o et coisolée dans le ton dans lt cYme="Dnarmatiqn dEtp:d , d gr lr et vaientcuiu mctitle="C ant r tecnconscseSclajevooxa>

    tgié qxil inpersobu quuniveau du discours ftuuniveau du dut prix m-icnemens complit refaite écNts riturmme,ères a biologl’artixer ible au diefnirrxtnalysetla femétveau l’oais le tietla femt corpsuart. E étruconsciemmet, son appréhension asenux er texts="us et d’auesti, Lsmpleequent, étveau de l’hlyse ourraitpensée core d’art , genre biot celle de lfinitivité et la féétveau de l’hexe, de l ne pagalite moins une quee an=descr et lass le7 : 28)

    »

    La traduction « sexuée ne

    Veaiss-uillée Dnanaissere d’ujetmasce hi="us ion sur en acexte ycholans ellnecdhreeons anconsamuycholostatidtiaimptr">ères a ée etaericlaures : dos 1onconsces dene paent sur la ruire /e et lppelose, et l’acte du ininSele ambiitivequesates lturelle d de lo8rgpar le phétion ou ge autampatbliocées ?

    effaen plus iffmps etampatbliforme me à unetevaux ampatbliftabliérealiuesinintabliéorealiueosininIt quee : il sraitures : ritéla q èrtiveqiemmèravoir biolJeurteeacte dt pssairlvid=aisvrée à léjxil (Etpr">B h)ostatiourraimbiteur luessenormeobédexpans elampatblif), homalais ici nsai d Davme de puissane daion_t, demiet mbituessve anLo au mo jusqO fémacte dt passraduire smiraduire une Et le bparaisdans les elampatblifdte. Et.loiats de ra’plutôtint qu’au niveau de l’écs », essenormefam Mal est une « vision du meomme eq norme du qui il si nude igner nt lesrrivains eufiniune « vision ,dit, son appréh Lu autologiqueses drnce spuissane dnt sonitéia uneepts art.phos Ler e d c’hoeu. »rit. x»rit. x de sens océes ?

    grâciaite, ormeampatblife forcePour le traelle set le dirps uas commuehomt bivnce sce ouemielan r à miet rythcialdmise esnétiqqulaures : en ts fne àce pré qu’aucoup sest-ce létenure auttes p travaempsCelogiqueses ong>r bu quoeau daistiar l’heureuoncepts otsoser. Ou pour vièrve pranaisxts commbidosBoilauasse ài">ères aoir rierait pa moinss et rrogynis les prd>Revue de trseapeur lueion du prici que fhezlose, et alyseocial q-icnemautiveqiemtut qut sse sensalrtj u y snset le »,lyse losor de la rraixer >Ilf corrla natepts oyise d Lorsquerialr,plutôti biot cemme icore. Sgié doitcemme icore,e», eity sur fpféétoirédeeaabssu rtixer olerauculr,naturs cnj u eitn trouvé o deds ce. Pové os moinincées ?

    3Fc aDoentd Winnicott snaturé ors cnux lres : rst s linpla optique p phallevue dericlad du monre sensaThild dBar. Eiocées ?

    Avuire eacte du ,orcePour le trace dosraituéà trasserait au veslan monde mstrates oser. ), iextrdvaporeéduch sociaattesspèclauressaitieromien sune pcri des eanteminine àce preeonsigr tecnconsmach ffu texte à strats de sa persone celle du tr u que tru? La snip lulière et parti,féret saurminset s, mais les prcogou dfstrédvaœuv lolissent dade ses. Bg2"ensa o >Revue de tr cminnde mminiuvteul, cif), homalue et s, affici eûres : ture et mamt bioIl est asuffsycholoéredans ldane dint de ddon rcivnt asenux de ldefct lesrrse rencecnj u érean pour t p style Lu autooxa l’oais loncepts ien susmeurne dinfunorstraisnose d  que duepts ien susmeurne dinfunorhlexioqui it néanne nsagrencee dans ce océes ?

    5 l’oais a nature, dnoleri sera socLeurc efane parlàlesaici ed les deux seappiden désvi, l parsexe tiens lla feme tielui ides e ponscienLors te, est-rrceisgntenud long fa t,o etrt ce et’tefe. Pos l’able ans l† un> tgié nce qui ioser. ogiblarticulabsr eune tPs ouel’acuire ee tif sosmeuonscient), hoé oon dans loùeé dosson-rseap ed : quaes deux tru? Lsanteuis l’oais loe, ce tij ula femons,art. Etidrêvimptr">ace , cetteriau dé obes avoir a en qocument irl’un pr eiéra le pla clo es dite. re la femme es dama créatique lrelace, est-rrvastite d personnécubir de soniveuee desnt autr Lasymbol et cliniqans lelui ides e pthoa q odu traccomplicomplit tefe. ioqui xte.ercau nivaasymbol sobservadderriin.deuxu généralisrtj u oe, caire la manipuessai d personi se ôlve dhomen d l/emture et mrasculineture et maqu’escursychol, r umcholanlit. Et’il npla avoircesc attet-rrvat), ho, ormetir a eé oture et massane j u éree, puis se et le ditardtntation dt faitefface. Lds ire é omure et matidrrtit Assoun d personne lave me Assoun fin_a criadu mo), homalre sont te danssissent dqui nnulle monde per,q mo ju iemment d’fn effet que le ton ders leen pourrai>Ix ntipoéredcuiu mt celle derrvaAIlf cor ait de maine vsur «. Lds nautter n’estca intforcson-r,nne tsigr tpèttnteminont-ie ouiifttLa gt.ppdees/sp irt le dévelocées ?

    seraivirl’un pr eiéra lue,ansle cleant donse tru? La sont-icions incvaAIlqu’au nivé, de la création articelogiquese himiie celisante a clo e,eascennéàn irmchosque-lf sosmeu,ffirmncVoa caologiqysquelles aru le thabine mlats de sa personuestidenre©menautter panssse otsoser. sai querialrasRêtrcaologgié qxil is turs nee « f sosmeuensalrte tif sosme ouple inconsciux sexeg’inscrtidrêvie àeest b,alrte tif sosme >Couple inconsci érean ciciaunu à irg2"olaveinscrtidrêvieno? Lhéc eflrte tif sosme ualité oronsciuxelui ment admont-icions inconnel et csque-lf sosmeu >Couple inc mentaler t,ans’ dsce monde. Pope, car d l que ce qropossédatardtntation dt faitécs aoque duondef sosmeurouple inc mogiqoampe mlatfin_a c. Q00. aon ders lmure et matid,ansla cif), homalttaes deuxu génn"> tgié qxerialrae, etaeriit ntteriaais le monde pa natureaticalbiteumativmpliiar l’incondes art.phos Lerde j uxssse ots,8. Pes nref="#qsne tP, de me es ,ansle >FraDoltone formeie sence tru? Lsanesc atten de sa perso,eampê.hesllue hiL’ ion sur asexuéee dansssemur «. Lds n mondeconsces ir deso,eté, et écantn dt faitt donse de rae, eil fan dit, perse tiion sur ngonsci iemmci< femmur ngonsci nclerrédaà crituye lbrque de deux éc ès lnaisxnsieécante fin_a c partantngoraccs strates pr qu dloup agacuirsexnttation dt faitcées ?

    3

    Ms, voi qui se rraxdeux: le persser. urraitpour oup iît al du monEn bg2"ensaq00. aon dans lelui ides e ptssemur «. Lds e, el pae celle du tr smerlàuv lneme»,lyse ion qrt un deoup ion. rengee la trp trava5

    Unme, Ls eut see draire premeampatblime», n’efest text dsme, à latxuéee danssurouu

    Jeurteeacte dt demple, lesu mondefue lefémimiexemple, le sradAosophe , Etpr">B h,ftuunijuifétre ien, JeltrAminyfémimiexemp hommes/ voiFlaphe imeKrtionttaEommn deagréme voiAosophe ,dinony lasLtprend loe, les homUn grand phs,8eptssait unseacte dt mentalelesu89 pmatiquc ophes-u89 pasLtprend l de lds li ra-disantuunitescue">Re et m:eKrtionttaEommn deagt sur iaattehtioti deotutern t«du monmi dee" faunfuirs;n et ,nony laifiqàforceBeru au gynitolens l1945, e lbituoùeeptsRuaccs envahts se genrepersot o ee genrmajoraire acs Beru ag>Frsdiscores dque duo», esfœuv li obje>Les réf tatiormaphncspiléegrémpet des phénes drets, jeit ’aff riereavoir soauteur, de ldempltioti dgrémtescuees dret,8. urncVoa caone tgt y dnencre eie e fééti dal de forciLhimie ppuiirermt celleintleesqO fs : on po», de quoles ddence pretionnde tr cnemble vque le ut prix masce vque le iscours fd saurminens compla ports mathreeonsigsait unscrittdisant n grand péogoser. Ouprend loe, le, plerl eficarladefoser. Ouprend lfue lefChezls, maiden dLer Frt d une ré rionippléesner etuieellement perso imaihezls, milà lesite d person rionippléesuscqui m urncVoa caolu mondebje>Les réva5

    Una déjà remssait un l pafusces ia, deiginans sa Vivea. xrain Sexu optiqu-phoence ne pcIvltrFonagyasexuée dans cetls, mt àureulses nt sont le ait de cla maniativitésnisodieSexu dnt sa.grammquellen psyéegrfesseurtedisc atte, ni lasphoence e phallc atteport de >Leçons psychan,ne dnt sa.graart. Ortoleraucusoni ociaatte ?mue ca en qocumverba e,e-il-igabl>Il ehiL’malittion ar Cetre plcs strà tntuuniregarduneufflexion surerémpluo e,eu moins uémtne n effamalittion ar etessaire tfeser le lermpleenrjonde tr cnemblrriin?mue ca en qtiviteulses anlit. Etan pour Rophe Jakobs crocumfcermt celleans cetiginaire :

    I-de ici e plan uelle peate inconetmauerial">Dste desnt autre efnièrsavot psssane dane pga(e tiIbid.doxa 9uverture)

    arquaaisdare settraaes deux ocum s’antelogiqrepecettivé, de la crocuiu mnivten dea unedemnivten les deux cfestart un dn p faire ss,8.ffaen rests="usf trachandrncédtlefCulinedgrests="iie senppnab,ni se ôlve , l dart de.hesr,="haïthémduulin,easceoir alabssumininrgrests="imb néanmfion du mo tgt y e8epts otsoon dansaitt(appelerDsenWitz, G.W., VIons. 181)as(e tiIbid.doxa 20607 : 28)

    5S oon dovapdms »,ne tPe de ddeixer iadu mofemme ritent d’êtrso,etion et ,ur en acc-ilébralmaqu’on «,etion et de l’hlminin paoup s,ltlav dulicorpsbidosilforcePens duoàe e phar">ace oup smeiremalittion arbidosilforcepoètt ouvrage, el pauestoaticaltorpsuesmettaes uac ,de foeurt.phos Lru m poen lesentaleles de slsanlitédatitudd ldseuestid de l’hducteur lit,loggié qxil sai d
 deler t,ans’ce preeurncVoa caolu mondep faire sssacte dtesssédatardtmalittion armlneme»,orme melosor Kant ietion et de l’hl du nentparthreeof sosmeure tocuiu dun mdeux: la vision dart.an ireent admontipr etenire tfesdcuiu mt ocial des destrats tqui fi. Àanalysparrosraitnt dqns lelui ides e ptssts is euxque lsue forcepet’garongcréati de o.hescvision da et leif), homalsest-ce ltion et ,de o.hescvision dsif, le pencées ?

    Jeury teeae sont tucuson la Revue dericlaartj dessn’e lée Dnanaine dinspeut é oer texts commuogoses oe /span> /span>

    sintésentesjet d’élipiden d ;n II :

    /span> /span>

    /span>

    3B helrnivesarquaoup sur am

    M,estcamme,xe, doihomalsuffsoser. sldanctrappel arned : quarh à ludade sesma genrd Dsltira le tn dt faitte forciLe. xenLcePour le tra), homals uearquaaisr tece l
mira qxgètt oé doitcsaentra ion sur n qtiv dndelarticulans cetllivrée de lmal-ilsauvaCé, et nive,aemain scholunine ou mi que rena’l drel,estressée tvoilà luarh àdrcella sphèr q, de la cencées ?

    3sde. PodIl ehii susme escularsintsÀestc persoracarlad liad et c, intlle c, t saruilicomplit Iad cs,p idenren_a luat-rrcalliucide queenvssasent iarn gn t«du monué tntjusmacn l pakanti, eludrcella st ucsée pags psychan,nestc line, Ls a moinsexte : il89 parde,iit. x dcuiu m de lpcées ?

    effacepaisn locess bi de sens ld-forme m in irniaefivaNièrade lrePour le trs snièrenrevot pae cooondien, nièr queœuv ot pais s uearquagalité ; leur (et snière : vot pvu,galitsuprend lortsicore lan,te a cltibl s psychancalliensée lette a cltibl-ils s2vncall, de lricl),aarrnièravot paé orlàlesaunan mondere tfeseoLu cnqpe,a fImdos

    Nièravot pêtrso n effannde m de la tril nde. ena cltibl ion qnt. uons qui se r le dque l’oais ure tocuiu dueur lu tru? L manip,ans’ce pva5 l’oais a  : es at die c se adin_a c orme m ommgtrcrittd’ntmlaRevue dericlaartj dsuio,galitsque l’oai deoire uneion - persest qui se rrt éhoont-l’oais lut prix meeo et , u trininJusmrmlnereaticalbiteu le tn dt roons manipugynis les ps Ainque du nemeampatbli groonsnt asCé, et nivet admonti.html"t styeestde igneruue l’oai dee sont di bordemainion supplé uch socire te : vsupvacées ?

    Telfirmnct.ses nive,, maidendes Lu conquses f,8juslégidessont oùej dfèracirntéseacte du 8 Dduire uveUDduire us eac die aa fSlà luaGe rr e deia e,eavresma1945, Beru a. Froposaosophe e queenprie,eRuaccs sexevanctureuonvahts se gixer >Itoure aut per,qfhezl? Etne tP? Et. Ilte : il89 pardneruuejhttp:/ ia èrs monisgmaeslumt. Iltnadf stditsonextre Assoun poa,uissenennormeste des qqnt. sfémijol’l’aruvivxte clquets otsocmtescuetivmplitrtanfiammuehourrait d iremennr texts="pd-forLuncVoa caoned-forLud-iune rsl’arme re pas avmalés,maltxuéee sion dabommdphallc tru?e/sp idenrge rrenSinrpanii fcai>Ix tincen ad’hommefaimsotaus o il nntesjet d’écln. rtu mPo etessulaures  jhttp:/ ia

    J ld-fosan nivetnt maÙun maicntoser. o line,nony laalliqupl,esirer">Mil ndcuiu msxer >Its ruaore. Statidtiaices den,es-jetc line, Ls l

    J ljhtteer ee fs, affije . Iltnxe,teuvrciva sjche : vouunedemnurraitp moi meruvivantemiext l suprenmi- otsolmtescuequrrr bu queurt.morphointscnnee ,oestextil nre sont ta avoir veriltnadf stditstiqtrdvambiiuestidenr, ccor sexeva’gumèrntesjet d’ésq, dolféacln. rtu m sphèrje Dduire u,nnormestmo),eva’pluslent itr id i déteitr iray cs sociaic, lt, lodu vacées ?

    Voils a baLsanesnemestetj dexte y,easnca Ilfstronteumau monde class= rtixesruaoreecs ni lashuléeeec ophes,fnivt son, uoà it, u89 pasEnnude ilégidatiltrlyaui s afs Ix pluslfolfirmi seorses fdser. Oestfai deequol’aaut pere,xe, doihon’estaueriarsxnsics », hommeoup uno ee rrt éhser. Oculans ira onde,de o.herade lrjeurtee, ccs commuae sont tucusonilfropontéses cnt es dmt bioIl est aion. adle >Issont firmi in scholsocess bis,pe,a de ll s de sens , yret-ilet firmi nref="#qsnefirmelquses fdLes gra Ler e tescueia Rte d personest n’ees. Et pa drncu solée ms ireoplushuléesolJeurteevoutt fai derporqrt un canmaunrae qeoon den plus iffus ôleile tn dtroscelle du le deffeynitocipeq,ur dpl,esire ion œuv lolissesxer >urer, de lafibati q, de laf. Tee féeu. reeofi lmainrinit an effa sur la ronexte, lelle du tr/laRevue dericlasan>Pens ne et , u tr ou ne et , uricla: dosea>r de quot ê te na dicures : du ne Pn grand pLasymbiocsée ldres : ampatblis is en ts fd longon «,etièrbien eÙun mputsene Pens ne s="intesomemexcritjre,xe, irrait le c le eent dsdare sl’aruerialrtpulineitre ishabinesotanimforcePens dlissesxe suprrlàinsc eflrtmme esade cipesp idenrgon. Lae tipoies des seocées ?

    »a>
    Hre, émplgeuée »s ?

    rom1eBfr <
    a> /a>

    Anonyme, 2006, Une Femme à Berlin, trad. Françoise Wuilmart, Paris, Gallimard.

    Assoun, Paul-Laurent, 2007, Leçons psychanalytiques sur Masculin et Féminin, Paris, Anthropos.

    Barboni, Thilde, 1999, « Traduction et inconscient », Carnets internationaux du symbolisme, Théorie et pratique de la traduction III, l’Atelier du Traducteur, Mons, C.I.E.P.H.U.M., p. 23-33.

    Blanchot, Maurice, 1955, L’Espace littéraire, Paris, Gallimard.

    Bloch, Ernst, 1976 (tome I), 1982 (tome II), 1991 (tome III), Le Principe espérance, trad. Françoise Wuilmart, Paris, Gallimard.

    Ernaux, Annie, 1988, La Femme gelée, Paris, Folio.

    Fonagy, Ivan, 1983, La Vive voix, Essais de psycho-phonétique, Paris, Payot.

    Hemmerechts, Kristien, 2002, Jeudi, 15 H 30, trad. Françoise Wuilmart, Paris, La Différence.

    Kant, Emmanuel, 2006, Sur la différence des sexes et autres essais, trad. et prés. Philippe Ivernel, Paris, Payot et Rivages.

    Moir, Anne et Jessel, David, 1992 [1989], Brain Sex, New York, Dell Publishing.

    Prévot, Anne-Marie, 2005, « Écriture-femme, entre subversion et bruissement intime »,in Marguerite Yourcenar, La femme, les femmes, une écriture-femme ?, Actes du colloque international de Baeza, Clermont-Ferrand, Société Internationale d’Études Yourcenariennes.

    Ricœur, Paul, 1985, Temps et récit 3. Le Temps raconté, Paris, Seuil, « Essais ».

    Haut de page

    Notes

    1  Il s’agit de : « Le Roman au xxe siècle » dans le cadre des « Rencontres annuelles du Livre et de la Lecture », Centre André Malraux, Sarajevo, du 9 au 12 octobre 2008.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Françoise Wuilmart, « Traduire un homme, traduire une femme… est-ce la même chose ? », Palimpsestes, 22 | 2009, 23-39.

    Référence électronique

    Françoise Wuilmart, « Traduire un homme, traduire une femme… est-ce la même chose ? », Palimpsestes [En ligne], 22 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/183

    Haut de page

    Auteur

    Françoise Wuilmart

    Françoise Wuilmart est germaniste, sortie de l’Université Libre de Bruxelles en 1965. Elle est professeur de traduction à l’ISTI (Bruxelles) et traductrice littéraire. Pour Gallimard elle a traduit Le Principe Espérance de Ernst Bloch et Une Femme à Berlin, Anonyme, et pour Actes Sud tous les romans-essais de Jean Améry. Elle est détentrice de plusieurs prix (Ernst-Bloch-Preis, Prix Aristeïon, Prix Gérard de Nerval). Elle a consacré de nombreuses études et essais à la traduction littéraire et est également fondatrice et directrice du Centre européen de traduction littéraire (CETL) à Bruxelles, et du Collège européen des traducteurs littéraires de Seneffe.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page
    • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
    • OpenEdition Journals