Navigation – Plan du site
Les apports paradoxaux

Dieu et mon droit ou faire la révolution ? Traduire la charge idéologique des mots français dans Down and Out in Paris and London de George Orwell

Jean-Marc Chadelat
p. 203 – 231

Résumés

Cet article prend pour objet les mots étrangers (principalement français) figurant dans un texte de George Orwell ainsi que deux de ses traductions en français afin de déterminer leur fonction et leur signification dans une perspective linguistique et traductologique. La perspective linguistique fait apparaître qu’ils ne remplissent pas de fonction terminologique permettant de combler une lacune lexicale. La perspective traductologique met quant à elle en valeur la dimension connotative de ces emprunts. La connotation autonymique (ou réflexive), intraduisible en langue étrangère, signifie à la fois un référent et son nom. Les connotations idéologiques des emprunts français du texte expriment de leur côté une vision contrastive des sociétés anglaise et française reposant sur les notions de hiérarchie et de liberté pour la première, de transgression et d’égalité pour la seconde. La traduction des emprunts étrangers suppose donc que le traducteur reconnaisse l’impossibilité de traduire leur valeur autonymique et la nécessité de traduire leur mémoire culturelle et historique.

Haut de page

Texte intégral

1Minorité visible et souvent audible, les mots étrangers à une langue ou un discours forment une communauté à part qui se distingue par une physionomie exotique et une certaine opacité. Les dictionnaires où ils sont répertoriés témoignent d’une intégration aux marges de la langue receveuse qui n’appauvrit pas la langue prêteuse et enrichit la langue emprunteuse tout en marquant les limites de la métaphore de l’emprunt. L’emprunt suppose par ailleurs que des langues diverses soient en contact géographique, religieux, militaire, culturel ou commercial. Depuis Babel, les locuteurs qui parlent des idiomes distincts sont contraints, s’ils veulent entretenir des relations pacifiques avec autrui ou se prémunir contre les menaces qu’un ennemi fait peser sur eux, d’avoir recours à des espions ou des truchements. Ces locuteurs multilingues sont le fer de lance du contact entre les diverses langues-cultures et les communautés dont elles cimentent l’identité. Ce sont ces intermédiaires, en effet, qui établissent, sans en avoir toujours conscience, une comparaison entre plusieurs manières d’exprimer la même chose. Face à des mots étrangers à la langue du texte source (TS) ou estimés intraduisibles dans la langue du texte cible (TC), le traducteur peut être tenté de reporter les premiers et d’emprunter les seconds bien qu’il existe souvent d’autres stratégies traductives. Condition nécessaire du processus de l’emprunt, la traduction est donc aussi l’opération qui peut le mieux en découvrir les causes pour autant que l’atelier du traducteur est le lieu où un mot étranger acquiert droit de cité. Les pages qui suivent se proposent d’examiner les mots étrangers à la langue du texte original comme à celle de la traduction française d’un récit de George Orwell, dans lequel le narrateur relate son existence misérable à Paris et à Londres. À travers la mise en regard des deux cités, c’est à une véritable confrontation des langues et des cultures que nous invite ce texte dont la traduction soulève de nombreuses questions. Il s’agira dans un premier temps, après une présentation sommaire des éléments du corpus, de dégager les principales difficultés auxquelles les traducteurs du texte ont dû faire face et de passer en revue les choix traductifs qu’ils ont effectués ; dans un deuxième temps, nous tenterons, à partir de nos observations, de problématiser ces difficultés afin de formuler quelques hypothèses relatives à l’explication de l’emprunt des mots français par l’anglais à l’époque moderne (Baugh et Cable, 1935 : 167-179). La perspective adoptée débouche en effet sur une réflexion d’ordre linguistique et culturelle dont l’objet est de mieux comprendre les raisons pour lesquelles les mots français du corpus ont été préférés à leur(s) équivalent(s) virtuel(s) en anglais. Selon cette optique, la traduction apporte un éclairage irremplaçable sur l’origine et la finalité du processus de l’emprunt, processus dont le rôle marginal, dans le domaine de la lexicogénèse, ne doit pas conduire à minorer pour autant l’importance qui est la sienne dans l’histoire des langues et la diffusion des idées.

Les mots d’emprunt du corpus

Le profil des emprunts du corpus

2Les emprunts étrangers du texte d’Orwell sont tous d’ordre lexical, ce qui est conforme aux observations des linguistes pour qui l’emprunt linguistique affecte principalement le vocabulaire (Humbley, 1974 : 47-70 et Tournier, 1985 : 315). Les mots empruntés appartiennent pour l’essentiel à deux langues prêteuses : le latin et le français. La liste exhaustive des expressions empruntées au latin comprend jus primae noctis (p. 108), sur laquelle nous reviendrons, casus belli (p. 109), ipso facto (p. 114), et a priori (p. 114). Les mots français comptent des lexies simples et des expressions variées appartenant pour la plupart au langage parlé. Citons parmi d’autres apéritif (p. 17), Ah, mais la vie est belle, (p. 18), apache (p. 20), Pardon, Monsieur (p. 21), Merde ! (p. 22), etiquette (p. 28), très sérieuse (p. 74), Nom de Jésus-Christ ! (p. 76). Lorsque le narrateur est en Angleterre, les mots français se raréfient mais ne disparaissent pas pour autant : coup de rouge (p. 79), ennui (p. 112), laissez-faire (p. 119) et enfin plongeurs (p. 120), terme récurrent du récit. À côté de ces lexies primaires figurent quelques lexies dérivées, davantage de lexies composées (chose entendue, maître d’hôtel, p. 27) et plus encore de lexies complexes, énoncés proverbiaux tels que crédit est mort (p. 17), devises telles que Liberté, Égalité, Fraternité (p. 23), ou bien citations diverses telles que Attaquez, Attaquez, Attaquez ! (p. 27), qui forment le reliquat des mots français du corpus.

Le signalement des mots étrangers

3Le premier type de signalement est d’ordre typographique. La plupart des mots empruntés au français ainsi que tous ceux empruntés aux autres langues sont signalés visuellement au moyen des caractères italiques. Certains ne se distinguent toutefois par aucun signe typographique particulier. Dans le premier chapitre, on trouve ainsi sabots, Sorbonne, cafés, chateaux on the Loire ou chauffeur, tous dépourvus de marques de signalement. La fonction de signalement remplie par les italiques est parfois double lorsqu’elle permet de distinguer des mots français et du discours rapporté. Sur le plan graphique, on peut également mentionner les signes diacritiques qui distinguent les mots français en anglais. C’est le cas par exemple de l’accent circonflexe et de l’accent aigu dans a ragoût of beef, a purée of potatoes (p. 62). Mais à côté de ces mots arborant un signe distinctif, il existe des termes comme etiquette (exemple 21), qui sont privés de tout signe diacritique bien que leur morphologie les désigne comme un mot français ou tout au moins d’origine française.

Les changements de sens d’une langue à l’autre

4« Etiquette » offre par ailleurs un bon exemple du changement de sens qui affecte les emprunts à l’issue de leur migration. La différence sémantique n’est pas toujours aisée à décrire et peut prendre des formes qui tiennent davantage du glissement de sens que de la métasémie proprement dite. Nombre d’emprunts français en anglais font l’objet d’un glissement d’emploi qui se manifeste le plus souvent par un phénomène de restriction ou d’élargissement sémantique. Le mot « etiquette » illustre ces deux tendances opposées. Le Concise Oxford Dictionary of Current English (1995) le définit ainsi : « 1 the conventional rules of social behaviour. 2 a the customary behaviour of members of a profession towards each other. b the unwritten code governing this (medical etiquette) ». Nous avons bien affaire à une restriction de sens dans la mesure où le sens premier du mot en français « marque distinctive permettant de reconnaître un objet ou une personne » disparaît de sa définition en anglais par suite d’une limitation au sens figuré de « conventions en usage parmi un groupe donné ». Mais « etiquette » fait également l’objet d’une extension sémantique en anglais car la notion de « conventional rules » et de « customary behaviour » est plus large que celle de « cérémonial en usage » ou « d’ordre de préséances » qui complète la définition du mot en français selon Le Nouveau Petit Robert (1996). La signification anglaise du mot va donc dans le sens d’une banalisation qui recouvre l’idée « d’usages sociaux ou professionnels auxquels il faut se conformer pour être admis et considéré dans un groupe » plus que de cérémonial ou d’ordre. Un autre exemple (5) tiré du corpus est le mot « apache », dont la signification est également plus restreinte et plus étendue en anglais. En français, le mot désigne « l’Indien d’une tribu du sud des États-Unis réputée pour son courage, ses ruses guerrières et sa férocité », ainsi que, par suite d’un glissement de sens de nature métaphorique, « un malfaiteur ou un voyou de grande ville prêt à tous les mauvais coups » (LNPR). En passant en anglais, le sens du mot français s’est précisé par l’exploitation préférentielle de la connotation de cruauté associée au peuple amérindien. Au sens figuré, le CODCE définit le mot comme « a violent street ruffian, orig. in Paris » tandis que le dictionnaire des mots étrangers d’Alan Bliss ajoute à cette signification « a person who treats women with violence; (a dance) in which the male simulates cruelty towards the female partner » (Bliss, 1987 [1966] : 77). Au vu de cet écart sémantique, le report traductif de ce mot d’emprunt est problématique : « un voyou » ou « une frappe » restituerait davantage le sème de violence qu’il comporte en anglais.

La traduction des emprunts

Le marquage dans le TS et le TC

5La manière dont les traducteurs choisissent de restituer les emprunts dans leur traduction du texte d’Orwell est loin d’être uniforme et toujours cohérente. Le premier domaine qui révèle des disparités est celui du marquage des mots français qui figurent dans le TS. Le cas le plus fréquent est celui où tout marquage est gommé dans le TC au profit d’une normalisation qui fait disparaître la mise en relief formelle du mot d’emprunt dans le TS (exemples 1 à 4). Cette banalisation annule d’autant plus l’effet produit par le marquage dans le TS que les traducteurs ne donnent aucune indication (note de bas de page ou astérisque) en vue d’informer le lecteur de ce signalement distinctif dans l’original. Ce choix traductif s’explique sans doute par le souci de ne pas surcharger la traduction de signes typographiques dont l’interprétation est aléatoire. Cependant on peut aussi y voir une déperdition traductive dans la mesure où la valeur différentielle des mots français est neutralisée par cet arasement. C’est le cas dans l’exemple 3 où le double signalement appliqué aux mots « commande » et « case » dans le TS, par les guillemets et les italiques, ne permet pas de distinguer leur sens dans le TC. Le mot français n’étant pas répertorié dans les dictionnaires anglais, il s’agit ici d’une forme discursive rapportée par le narrateur. Les italiques et les guillemets indiquent en effet que nous avons affaire à un terme étranger non assimilé voire non admis. Mais une autre fonction des guillemets est de prendre ses distances à l’égard d’un terme auquel l’énonciateur peut attacher une valeur de désapprobation, ce qui semble ici le cas. Le problème est que cette mise à distance énonciative des deux mots dans le TS risque d’effacer dans le TC le statut distinctif du mot français. Un marquage différencié permettrait sans doute de discerner dans la traduction la mise à distance critique commune aux deux termes et la citation d’une parole prononcée en français que la typographie signale en anglais : « Pour lui, un repas se réduit à une “commande”, de la même façon qu’un homme qui meurt d’un cancer n’est pour le médecin qu’une “pathologie” ».

(1)

The whole staff, from the manager down to the plongeurs, was working twenty-one hours a day. (p. 25)

Là-bas, tout le personnel, du directeur au dernier plongeur, travaillait vingt et une heures par jour. (p. 34)

(2)

I remember the dinner Boris finally selected for himself. It was: a dozen oysters, bortch soup […], crayfishes, a young chicken en casserole, beef with stewed plums, new potatoes, a salad, suet pudding and Roquefort cheese, with a litre of Burgundy and some old brandy. (p. 39)

Je me souviens encore du menu imaginé par Boris. Pour commencer, une douzaine d’huîtres et une assiette de bortsch […]. Ensuite, écrevisses, poulet de grain en casserole, bœuf aux pruneaux, pommes de terre nouvelles, salade, pudding et roquefort, avec une bouteille de bourgogne pour arroser le tout et un vieux cognac pour conclure dignement ces agapes. (p. 71-72)

[…] potage bortch (potage sucré à la betterave rouge avec de la crème par-dessus), écrevisses, poulet de grain cocotte, bœuf aux pruneaux […] (p. 72)

(3)

The hotel employee is too busy getting food ready to remember that it is meant to be eaten. A meal is simply “une commande” to him, just as a man dying of cancer is simply “a case” to the doctor. (p. 53)

L’employé aux cuisines est trop pris par la préparation des aliments pour se soucier de celui qui va les manger. Pour lui, un plat n’est qu’une « commande », de même qu’un homme qui meurt d’un cancer n’est pour le médecin qu’un « cas ». (p. 109)

(4)

“Ah, I’m not one of your Russian moujiks…” (p. 65)

« Ah, mais c’est que je ne suis pas un de ces moujiks russes… » (p. 140)

« […] un de vos moujiks, moi » (p. 138)

6Parfois le traducteur choisit de conserver le marquage figurant dans le TS ou de mettre en relief dans le TC des mots qui ne le sont pas dans la version originale. Parmi les exemples d’ajout d’un marquage spécifique dans le TC figurent les mots anglais que le traducteur choisit d’employer pour rendre certains termes du TS (lodging-house, DOPL : 181, coffee-shop, ibid : 194, public schools, ibid : 217, et tramps, ibid : 276), sur lesquels nous reviendrons.

Le report des mots français et l’emprunt de mots anglais comme procédés de traduction

(5)

One day there turned up at the hotel a young Italian who called himself a compositor. He was rather an ambiguous person, for he wore side whiskers, which are the mark either of an apache or an intellectual, and nobody was quite certain in which class to put him. (p. 20)

Un jour, un jeune Italien se présenta à l’hôtel. Il se disait « compositeur ». Mais c’était un personnage assez ambigu, étant donné qu’il arborait des pattes de lapin, réservées en principe aux apaches et aux intellectuels, si bien qu’on ne savait pas trop dans quelle catégorie le ranger. (p. 22)

(6)

Most of our work was fetching meals from the kitchen, which meant constant engueulades from the cooks. (p. 45)

Notre travail consistait principalement à aller chercher les plats aux cuisines, ce qui se traduisait par de perpétuelles engueulades de la part des cuisiniers. (p. 86)

(7)

He called the rest of us jaune—blackleg—when we would not join with him in stealing. (p. 70)

Il nous traitait de « jaunes » et de faux frères quand nous refusions d’imiter son exemple. (p. 154)

(8)

He had heard, too, of the Corn Laws, and the jus primae noctis (he believed it had really existed; (p. 108)

Il avait aussi entendu parler des lois sur le blé et du jus primae noctis (il croyait que celui-ci avait réellement existé). (p. 260)

(9)

The room stank of ennui. (p. 112)

La salle tout entière suait l’ennui. (p. 270)

7Le premier cas de figure est celui des mots d’emprunt figurant dans le TS que le traducteur conserve tels quels dans le TC après avoir effacé ou aménagé leur signalement typographique. Selon le contexte, un mot d’emprunt figurant dans le texte à traduire peut très bien convenir dans la version traduite sans entraîner d’amoindrissement sémantique. Mais les exemples 7 à 9 montrent que ce procédé n’offre pas toujours la garantie d’une équivalence traductive tendant à recréer dans le TC le même ressenti que dans le TS. En 7, c’est le va-et-vient qu’opère le narrateur entre les deux langues qui fait l’objet d’une entropie traductive. En coordonnant les deux termes jaune et blackleg dans le TC, le traducteur fait disparaître le rapport métalinguistique que le TS établit entre un mot étranger cité et non codifié, et son équivalent autochtone au plan sémantique. Cette explicitation d’un terme opaque à laquelle procède le narrateur par sa mise en relation syntagmatique avec un signe permettant de le décoder serait mieux rendue par une traduction mettant en relief le jeu interlinguistique : « Il nous traitait en français de “jaunes”, c’est-à-dire de traîtres, lorsque nous refusions de participer à un mauvais coup avec lui ». Dans l’exemple 8, le report pur et simple du mot latin du TS dans le TC est problématique dans la mesure où cette expression latine n’est pas comprise par l’ensemble du lectorat anglophone. Il est par ailleurs vraisemblable que cette expression latine, concurrencée en anglais par le pseudo-emprunt « droit de seigneur » (Bliss, 1987 [1966] : 154), n’est vraisemblablement pas comprise de la plupart des lecteurs francophones qui connaissent en revanche le « droit de cuissage ». Quant au dernier exemple de cette série (9), il illustre la spécialisation sémantique d’un mot étranger par rapport à ses synonymes autochtones. Quoique le dictionnaire souligne le rapport de synonymie entre « ennui » et « boredom » par un système de renvois croisés d’une entrée à l’autre, les définitions proposées marquent une distinction sémantique entre les deux termes. Tandis que « boredom » se voit défini par « the state of being wearied by tedious talk or dullness », « ennui » correspond de son côté à « mental weariness from lack of occupation or interest » (CODCE), le mot français désignant donc en anglais l’ennui provoqué par l’inactivité plutôt que par une personne indésirable ou une occupation sans intérêt. On peut alors supposer que le mot « ennui » est en anglais la forme superlative de « boredom », qui exprime un degré moindre de ce sentiment de vide et de lassitude décrit par Orwell.

8Dans d’autres cas, le traducteur conserve l’emprunt dans le TC, mais éprouve le besoin d’aménager la forme du mot, de lui ajouter un qualificatif ou de modifier la syntaxe du TS.

(10)

The woman on the third floor: Vache !” (p. 15)

LA LOCATAIRE DU TROISIÈME. Vieille vache ! (p. 7)

Vas donc, eh ! Vieille vache ! (p. 11)

9La traduction de l’insulte, dans l’exemple 10, témoigne des hésitations du traducteur qui s’est senti obligé de qualifier le mot français employé injurieusement dans le TS. Le report de l’emprunt est ici problématique car, quoi qu’en dise Orwell dans une digression située à la fin de son récit, le nom de ce paisible ruminant n’est plus aujourd’hui spontanément associé en France à une insulte à l’adresse des femmes. S’ajoutant aux corrections indispensables, d’ordre graphique et morphosyntaxique, apportées au pseudo-emprunt Gaulois bleu en 12, ou au signalement des mots anglais driver et iron au moyen des italiques en 13, nous avons affaire dans plusieurs de ces exemples à des reformulations plus ou moins heureuses sur le plan traductif. La transposition et le remodelage syntaxique auxquels s’est livré le premier traducteur en 11 et en 14 laisse également perplexe dans la mesure où les mots français de l’original sont non seulement banalisés par l’effacement de leur marquage distinctif mais aussi parce qu’ils voient leur valeur prédicative restreinte par les modifications apportées au texte. Un « homme qui a goûté aux plus subtils raffinements du vice » n’est pas identique du point de vue linguistique à celui « qui est devenu “raffiné”, “vicieux” » au « plus haut sens du mot ». La même restriction sémantique s’applique à « épatant » en 14, qui qualifie sans doute l’écrivain plus que l’homme dans le TS.

(11)

“How great a thing it is to have acquired the true wisdom, to have become in the highest sense of the word a civilized man, to have become raffiné, vicieux”, etc., etc. (p. 18)

« Et que ne donnerait-on pas pour atteindre à la véritable sagesse, pour devenir, au plus haut sens du mot, un être civilisé, un homme qui a goûté aux plus subtils raffinements du vice… » (p. 15)

« Et je suis fier […] d’être devenu un homme civilisé, au sens le plus élevé du mot, un raffiné de vices… » (p. 18)

(12)

I even squandered two francs-fifty on a packet of Gaulois Bleu, in anticipation of my wages. (p. 26)

Anticipant sur le pactole qui m’attendait, j’allais même jusqu’à investir deux francs cinquante dans l’achat d’un paquet de Gauloises bleues. (p. 36)

(13)

The patron listened attentively while I explained the difference between a driver and an iron, and then suddenly informed me that it was all entendu ; (p. 39)

Le patron m’écouta attentivement tandis que je lui expliquai la différence entre un driver et un iron, puis, sans transition, m’informa que c’était entendu […] (p. 70)

(14)

The cook would find time to talk about her artistic nature, and say did I not think Tolstoi was épatant […]. (p. 67)

La cuisinière trouvait même le temps de mettre en avant son tempérament artiste, de me demander si je ne trouvais pas que Tolstoï était quelqu’un d’épatant […] (p. 147)

La cuisinière trouvait même le temps de me parler de ses goûts artistiques, de me demander si je ne trouvais pas Tolstoï « épatant ». (p. 145)

10Le dernier cas de figure concerne les emprunts étrangers que le traducteur introduit dans le TC pour restituer le sens d’un mot ou d’un syntagme autochtones du TS. Ces termes sont tous empruntés à l’anglais, au latin ou bien à l’italien, sans compter un emprunt intralinguistique fait au registre populaire du français. Comme l’indiquent les exemples cités, la traduction par un emprunt prend des formes multiples qui obéissent à une stratégie variable dont la cohérence pose à nouveau problème. En 15, le choix de ma tante pour traduire a French pawnshop est un emprunt au registre familier du français que l’on peut considérer comme une légère sur-traduction de l’original. L’emploi des italiques risque par ailleurs d’induire le lecteur en erreur en lui donnant l’impression qu’il s’agit du report traductif d’un mot français du TS alors qu’il n’en est rien. La relation interculturelle explicitée dans l’original par l’adjectif French est mieux rendue par la traduction de Raimbault et Gilbert.

(15)

It was the first time that I had been in a French pawnshop. (p. 23)

C’était la première fois que je mettais les pieds chez ma tante. (p. 29)

C’était la première fois que j’entrais dans un mont-de-piété français. (p. 31)

(16)

Deliberate, cynical parasitism, such as one reads of in Jack London’s books on American tramping, is not in the English character. The English are a conscience-ridden race, with a strong sense of the sinfulness of poverty. (p. 115)

Le parasitisme cynique, délibéré, tel qu’on peut le découvrir dans les livres de Jack London sur les tramps américains, n’est pas inscrit dans le caractère anglais. Les Anglais forment une race à forte conscience du devoir, avec le sentiment très développé de ce que la pauvreté a de scandaleux. (p. 276)

Le parasitisme prémédité, cynique, tel qu’on le trouve décrit dans les livres de Jack London sur les vagabonds d’Amérique, n’est nullement dans le caractère anglais. Les Anglais sont une race scrupuleuse, fortement convaincue de ce que la pauvreté a d’inique. (p. 272-273)

11En 16, l’emploi du mot tramp se justifie au premier abord par la nécessité traductive d’évoquer une réalité étrangère, américaine en l’occurrence, que ne pourrait exprimer un terme français en langue d’arrivée. Aussi bien les livres de Jack London sur le vagabondage aux États-Unis que sur les chemineaux américains offrent une équivalence traductive tout à fait acceptable en français, dont témoigne la seconde traduction.

12Les emprunts qui paraissent s’imposer pour des raisons sémantiques se trouvent en définitive dans les exemples 17 à 20.

(17)

According to Boris, the same kind of thing went on in all Paris hotels, or at least in all the big, expensive ones. […] They [American customers] would stuff themselves with disgusting American “cereals” […] and order a poulet à la reine at a hundred francs and then souse it in Worcester sauce. One customer, from Pittsburgh, dined every night in his bedroom on grape-nuts, scrambled eggs and cocoa. (p. 54)

Selon Boris, c’était la même chose dans tous les hôtels de Paris, ou, à tout le moins, dans tous les palaces dûment étiquetés. […] Ils se bourraient de ces saletés que les Américains appellent cereals […] et n’hésitaient pas à dépenser cent francs pour un poulet à la reine qu’ils inondaient de sauce Worcester. J’ai même vu un client (il était de Pittsburgh) qui, chaque soir, se délectait dans sa chambre de grape-nuts, d’œufs brouillés et de cacao. (p. 112)

[…] Ils se bourraient de répugnantes céréales américaines […] (p. 110)

(18)

After my bad experience in the Waterloo Road I moved eastward, and spent the next night in a lodging house in Pennyfields. (p. 79)

Échaudé par ma première expérience de Waterloo Road, je m’enfonçai en direction de l’est et passai la nuit suivante dans un lodging-house de Pennyfields. (p. 181)

13La tournure syntaxique que les Américains appellent et le fait que cet aliment représentait une nouveauté dans la France des années 1930 motivent l’emprunt transparent cereals et l’expression plus obscure grape-nuts que le lecteur francophone risque de ne pas associer au premier. On peut douter en revanche que le mot anglais logding house (exemple 18) comble une lacune lexicale du français. Le récit d’Orwell soulignant le contraste entre Paris et Londres, notamment dans le domaine du logement auquel peuvent prétendre les gens sans ressources, lodging house n’a aucune valeur oppositive claire relativement aux hôtels garnis que décrit le narrateur lors de son séjour à Paris. Le contexte éclaire l’opposition en mettant en regard logements individuels à Paris et hébergement collectif à Londres. La lodging house est en effet un établissement privé qui loue pour une somme modique une place en dortoir et se distingue donc du dépôt de mendicité aussi bien que de la pension meublée. Dans l’exemple 19, le choix de coffee-shop se justifie sans doute par la nécessité ressentie par le traducteur de distinguer le café parisien de son équivalent approximatif à Londres.

(19)

And yet it was excellent tea, as different from coffee-shop tea as good Bordeaux is from the muck called colonial claret […]. (p. 84)

Le thé qu’on nous avait servi était pourtant excellent, aussi différent de celui des coffee-shops que peut l’être un bon bordeaux de cette infamie connue sous le nom de « bordeaux colonial ». (p. 194)

Le thé qu’on nous avait servi était excellent, aussi différent de celui des gargotes […] (p. 191)

(20)

‘An old public school boy, what? [He had heard me say something to Paddy.] […]’ (p. 92)

« Un ancien des public schools, hein ? (Il m’avait entendu dire quelque chose à Paddy). […] » (p. 217)

Ancien élève de collège, n’est-ce pas ?  […] (p. 213)

14Le dernier exemple (20) est plus intéressant car il pose un problème de traduction lié au contexte culturel propre à la Grande Bretagne. Une public school désigne en effet outre-Manche une institution privée à but éducatif, payante et sélective, qui délivre des diplômes à des élèves généralement issus de milieux sociaux favorisés et ayant pour vocation d’exercer des responsabilités au sein des élites politiques, culturelles et économiques du Royaume-Uni. Parmi les traits qui distinguent ces « héritiers » d’un patrimoine intellectuel et culturel, la langue remplit, bien plus qu’en France, une fonction à la fois distinctive et discriminatoire, la variation sociolectale étant directement corrélée en Angleterre à la stratification de la société en classes distinctes dotées d’une forte identité collective. Ce trait distinctif de nature socioculturelle, sous-entendu par l’emploi du mot anglais, est d’ailleurs partiellement explicité par le contexte sous la forme d’une incise, mais il mériterait sans doute d’être rendu plus clair en français. Plutôt qu’une note explicative qui parasiterait le TC, une expansion traductive pourrait convenir : « Un ancien élève des public schools, n’est-ce pas ? (Il m’avait repéré grâce à mon accent distingué / ma prononciation inimitable lorsque j’avais parlé à Paddy). »

L’effacement traductif des mots étrangers

15La dernière stratégie traductive consiste à effacer le mot d’emprunt du TS pour lui substituer une reformulation de plus ou moins grande ampleur dans le TC. En 21, l’omission de « restaurateur » dans le TC, mot français codifié et usuel en anglais (CODCE), n’est pas compensée par le traducteur, qui considère peut-être comme allant de soi le statut d’employeur potentiel de ce personnage venant recruter à la sauvette des plongeurs et des commis. Dans le dernier exemple cité (22), l’effacement de rendezvous peut s’expliquer par la spécialisation sémantique du mot, qui désigne le plus souvent en anglais le lieu de rencontre et non d’abord comme en français la rencontre elle-même, le traducteur ayant vraisemblablement estimé qu’il serait maladroit de reporter le mot d’emprunt dans le TC ou de proposer un calque servile comme « lieu de rencontre bien connu des trimardeurs… ». Dans cet exemple comme dans d’autres, c’est en fin de compte la nécessité de se conformer à l’usage de la langue d’arrivée, dans le domaine sémantique et stylistique, qui a sans doute pesé de manière décisive sur les choix traductifs opérés.

(21)

Sometimes a stout, important-looking man, obviously a restaurateur, would come in and speak to the barman, and the barman would call to one of the people at the back of the café. But he never called to Boris or me, and we left after two hours, as the etiquette was that you could only stay two hours for one drink. (p. 27-28)

De temps en temps, un homme corpulent entrait, l’air important, glissait quelques mots au barman et celui-ci faisait signe à l’une des personnes qui patientaient dans l’arrière-salle. Mais ni Boris ni moi ne fûmes appelés de sorte que nous partîmes au bout de deux heures de vaine attente, l’usage interdisant de rester plus longtemps attablé devant sa consommation. (p. 40-41)

(22)

It was a large, crowded place, with accommodation for five hundred men, and a well-known rendezvous of tramps, beggars and petty criminals. (p. 97)

C’était un immense bâtiment, toujours bourré à craquer, qui pouvait accueillir jusqu’à cinq cents personnes. Il y avait là le lot habituel de trimardeurs, mendiants et petits tire-laine […]. (p. 230)

Les motivations de l’emprunt lexical

Les fonctions remplies par les emprunts du TS

16Que les mots français de l’original soient conservés, aménagés ou effacés par le traducteur, les diverses stratégies mises en œuvre pour en restituer les effets de sens posent la question de la fonction que remplissent des emprunts étrangers dans le texte où ils apparaissent. La première observation qui s’impose est que, dans leur immense majorité, les mots français du texte d’Orwell ne remplissent pas de fonction désignative : ils ne comblent pas en effet de lacune lexicale que la traduction révélerait par une mise en regard des langues. Si l’on excepte les quelques termes du champ notionnel de la cuisine où l’anglais a largement puisé une terminologie technique, tous les autres emprunts au français du corpus ne dénomment pas en anglais une chose ou un concept anonymes. Un grand nombre de ces mots sont des citations insérées dans le récit pour lesquelles il existe bien souvent un équivalent anglais tout à fait comparable sur le plan sémantique. Au mot plongeur, qui n’est pas codifié en anglais, correspond par exemple le terme anglais dishwasher, d’ailleurs employé par le narrateur (Orwell, 1981 : 24). Le terme jaune, employé au sens figuré de « refusant de prendre part à une action collective », n’est pas davantage intraduisible en anglais. Le constat auquel aboutit l’observation du corpus est donc la place réduite qui revient à la fonction terminologique afin de justifier l’emploi de ces termes étrangers (Chuquet et Paillard, 1989 [1987] : 221 et Pergnier, 1989 : 121-195). Ceci soulève indirectement la question de la synonymie dans la mesure où, en vertu du principe d’économie, une langue ne comporte pas en théorie de mots faisant double emploi et ayant exactement le même contenu. Si l’on exclut que les mots étrangers du corpus aient été empruntés pour désigner une réalité jusqu’alors non dénommée en anglais, il faut en déduire que le rapport de synonymie entre ces mots français ou latins et leurs équivalents autochtones tient pour l’essentiel à une « autre manière » de signifier le référent dénoté (Baugh et Cable, 1935 : 180-181, et Demanuelli et Demanuelli, 1991 : 54).

17Parmi les fonctions remplies par les mots français en anglais, il en est une souvent associée aux emprunts étrangers : l’expression euphémique qui consiste à exprimer une notion taboue en évitant d’employer un terme choquant. Comme Alan Bliss l’indique dans la préface de son dictionnaire, les mots étrangers offrent aux anglophones un moyen détourné d’employer des termes crus que la morale dominante réprouve (Bliss, 1987 [1966] : 19-20). Dans notre corpus, il n’y a guère que l’emprunt au latin jus primae noctis qui relève de cette catégorie bien que son calque right of the first night soit peu utilisé. Le corpus ne présente pas davantage de mot français illustrant ce que Tournier appelle la pulsion ludique (Tournier, 2004 : 195-201). Il faut donc se demander si les emprunts de notre corpus sont régis par la loi du moindre effort, second des trois ressorts de la création lexicale. La notion d’économie linguistique joue en effet à plein s’agissant du lexique d’une langue. Suivant la loi du moindre effort qui s’applique dans le domaine de la compétence et de la performance, on ne peut exclure en effet que le recours à un xénolexique s’explique par le souci de réduire la longueur des mots autochtones dont le coût serait jugé excessif. Mais cette explication ne résiste pas aux faits car presque tous les mots français employés par Orwell ont un équivalent anglais qui n’est pas moins économique : ni plongeur ni ennui n’épargnent plus de peine à l’emprunteur, d’un point de vue articulatoire ou mémoriel, que dishwasher ou bien boredom, le même constat s’imposant dans l’autre sens à propos de lodging house ou de tramp. Cette hypothèse écartée, nous sommes ramenés à la fonction référentielle que Jean Tournier rapporte à la dimension cognitive et qui constitue le plus important des ressorts de la création lexicale (ibid. : 195). Compte tenu des limites que nous avons assignées à la fonction référentielle des mots étrangers de notre corpus, c’est donc bien vers les fonctions secondaires du langage et la fameuse dichotomie dénotation/connotation que nous renvoie l’emploi délibéré d’emprunts lexicaux.

Dénotation et connotation des mots d’emprunt

18Quelle que soit l’appellation sous laquelle on les évoque d’ordinaire, poétique, stylistique ou bien expressive, ces fonctions ressortissent peu ou prou à la notion de connotation, qui fait couple avec celle de dénotation et remonte à l’analyse logique qu’en a proposée John Stuart Mill dans un ouvrage où il ramène la connotation à la compréhension d’un concept. Il faut constater que la science linguistique n’a pas encore défini le concept de connotation avec la rigueur et la précision souhaitables. Ceci est d’autant plus problématique que les linguistes ne sont pas les seuls intéressés par cette définition : traducteurs et traductologues sont directement concernés, ainsi qu’en témoigne la partie centrale que lui consacre Jean-René Ladmiral dans son ouvrage (2004 [1979] : 115-211). La recréation traductive des effets de sens d’un texte, à plus forte raison lorsqu’il est littéraire, exige en effet du traducteur qu’il puisse rendre non seulement ce que l’auteur a voulu dire mais surtout la manière incomparable dont il l’a exprimé. Si les mots du corpus plongeur et dishwasher, auquel on peut adjoindre laveur de vaisselle, seul synonyme codifié du mot français employé dans ce sens, ne disent pas la même chose, c’est parce qu’aussi bien du point de vue du signifié que de celui du signifiant, ils ne saisissent pas la réalité qu’ils désignent de la même façon. Ces trois mots réfractent le même référent selon des angles distincts dont le traducteur doit tenir compte autant que de la source référentielle.

19Au surplus, la question de la connotation ne se réduit pas à celle de la synonymie. Ladmiral rappelle à juste titre que, hors de tout contexte paradigmatique, des lexies ou des tournures non marquées sur le plan stylistique, en langue et dans le discours, sont largement connotées (ibid. : 120, 154). On pourrait ajouter les connotations qui s’attachent au seul signifiant d’un mot, particulièrement lorsque l’attention du lecteur ou de l’auditeur est dirigée vers lui, ce qui est précisément le cas des emprunts étrangers au double plan graphique et phonétique. Le champ d’application de la connotation s’élargit considérablement sous l’effet des questions traductologiques que soulèvent les difficultés qu’il y a à discerner l’origine du sens connotatif et à le recréer de façon satisfaisante dans la langue cible. L’examen des mots étrangers du texte d’Orwell révèle en premier lieu ce que Josette Rey-Debove appelle la connotation langagière réflexive (ou autonymique) à raison de laquelle un signe est employé et cité tout à la fois (Rey-Debove, 1986 [1978] : 253). En signifiant en bloc la chose et son nom, la connotation autonymique est la seule forme de connotation qui relève stricto sensu d’une étude linguistique puisqu’elle est formellement présente dans un texte. À la différence de l’autonymie, la connotation autonymique s’accompagne des marques typographiques qui signalent le statut particulier des mots connotés : le contenu des mots français et anglais employés étant assumé par le scripteur, seule leur expression connote ces termes étrangers. Ce type de connotation met en relief la relation entre l’énonciateur et la source des paroles connotées sur le mode implicite du comme disent les Français (point de vue du narrateur), ou comme disent les Anglais (point de vue du traducteur). Ce dernier mode du dire étranger à une langue est capital car c’est lui qui autorise l’interférence lexicale dans le discours, et permet de surmonter les barrières de l’acceptabilité au profit de l’emprunt (Rey-Debove, 1986 [1978] : 283). La première étape du processus correspond au stade autonyme, lorsqu’un référent dénommé par un mot originaire est dit s’appeler ceci ou cela dans une langue étrangère. Les termes du corpus qui illustrent cette étape sont rares et seuls les exemples 3 et 17 peuvent y prétendre, bien que dans le premier cas aucun marqueur n’indique le rapport métalinguistique entre le mot anglais et son équivalent français (A meal is simply “une commande” to him), et que dans le second, l’appellation française soit moins une équivalence synonymique qu’une périphrase dépréciative (ces saletés que les Américains appellent cereals). Au stade ultérieur de la connotation autonymique, le mot étranger est mis en relation sémantique avec son équivalent autochtone qui supplée au vide dénotatif de l’emprunt étranger et rend ainsi l’énoncé où il apparaît moins inacceptable. L’étape suivante entraîne un renversement syntagmatique fondamental qui met en valeur le mot étranger relativement à sa glose lexicale et ouvre la voie à son adoption éventuelle par la langue emprunteuse, comme dans l’exemple 7 où le mot français est décodable grâce au synonyme interlinguistique qui en est proposé sous la forme d’une explicitation : He called the rest of us jaune – blackleg. Finalement, l’attention du lecteur étant dirigée vers le mot étranger du fait de sa position sur la chaîne syntagmatique, il ne reste plus qu’à supprimer son équivalent autochtone pour que la codification de l’emprunt puisse s’effectuer. Comme l’indique le corpus, seules les marques graphiques de la connotation autonymique signalent l’étrangeté relative du mot d’emprunt présent dans la majorité des exemples cités. Lorsque ces marques disparaissent du dictionnaire et du discours comme c’est le cas pour etiquette en anglais (exemple 21), l’emprunt est censé appartenir à la langue d’adoption qui lui a fourni un certificat de naturalisation.

20Le deuxième type d’effets de sens connotatifs ressortit à ce que l’on pourrait appeler les connotations culturelles si l’on entend par là l’ensemble des traits de civilisation évoquant la France et sa culture au sens large. Le mot plongeur en fournit un bon exemple. Outre les connotations autonymiques qui sont les siennes et qui tiennent à sa morphologie autant qu’à ses marques typographiques, il connote l’univers parisien de la restauration et de l’hôtellerie à travers la hiérarchie professionnelle, l’organisation du travail, les codes sociaux et les loisirs auxquels s’adonnent ces employés durant le peu de temps libre à leur disposition. Si l’on met de côté les quelques termes qui désignent des produits de consommation ou des institutions parisiennes emblématiques, la plupart des mots français connotent une civilisation du café et du restaurant où l’ambiance festive est plus débridée et spontanée qu’en Angleterre mais où, à l’inverse, les conditions de travail des employés sont moins protectrices et régulées qu’à Londres : [In London] One seemed to breathe a less feverish air than in Paris. It was the land of the tea urn and the Labour Exchange, as Paris is the land of the bistro and the sweatshop.

21Tout un complexe lexical à la fréquence élevée représente en effet le café parisien comme le point de ralliement de tous ceux qui veulent simplement tuer le temps, s’enivrer pour oublier leur mal de vivre, ou bien célébrer l’ivresse que procure l’amour. Le restaurant n’est pas en reste avec son style, sa clientèle, et surtout l’écart entre la salle où se fait la réputation de l’établissement et la cuisine où se joue bien souvent un drame. Constatons à nouveau que la plupart de ces mots ne comblent aucune lacune de l’anglais : s’ils apportent de la vivacité au récit en faisant « couleur locale », leur caractère exotique exprime surtout une vision contrastive de la société française qui va bien au-delà du contenu dénoté. La dimension oppositive connotée par les mots français qui ont trait aux rapports sociaux et aux manières d’être souligne un contraste entre la politisation de la société française, où les clivages prennent une forme idéologique, et le consensus politique caractéristique de la société anglaise, où les distinctions sont avant tout d’ordre social. Le regard que porte le narrateur sur la société française s’exprime en effet au moyen d’emprunts qui mettent en valeur la nature politique, parfois radicale, du projet républicain à la française (Liberté, Égalité, Fraternité, faire la révolution, À bas la bourgeoisie !). Moins scindée politiquement que Paris, Londres apparaît par comparaison comme la capitale d’un royaume où le ciment invisible de la communauté nationale tient davantage à une morale et à des règles communes que des institutions religieuses comme l’Armée du Salut se sont employées à enraciner par un catéchisme social vantant les mérites du consensus.

La charge idéologique des mots français

22Les exemples qui précèdent montrent que les connotations sont en prise directe sur la dimension idéologique inhérente à toute langue-culture, si l’on comprend ce terme comme désignant l’ensemble des idées, des croyances et des valeurs propres à une époque, une communauté ou une classe sociale. Un tel système de représentation trouve un puissant vecteur dans la langue au moyen de laquelle un groupe ou une société exprime son rapport au monde et aux autres. En valorisant ou en dévalorisant certains aspects de la réalité que traduisent des mots empruntés, les locuteurs d’une langue donnée portent souvent sans le savoir un regard idéologique sur l’objet de leur discours où convergent la vision des choses qu’impose la langue commune et la manière dont la réalité mondaine détermine la signification linguistique au double plan dénotatif et connotatif (Paillard, 2000 : 112). Dans l’ensemble, l’emploi des mots français du corpus repose sur une aperception idéologique, tantôt contrastive, tantôt convergente de la langue-culture française au regard de celle de l’Angleterre (Chirol, 1973 : 149-152). La première chose qui frappe dans la vision orwellienne du milieu professionnel où évolue le narrateur est l’accent mis sur la hiérarchie, où chacun occupe une position déterminée dans le système de production, est animé d’une conscience de classe spécifique et participe à des valeurs communes, d’une manière qui évoque, tout autant que le monde du travail parisien, les rapports sociaux dans l’Angleterre de son époque. Le narrateur décrit une société verticale, foncièrement inégalitaire, où chacun se voit inculquer à son échelon, depuis le patron de l’hôtel ou du restaurant jusqu’au plus humble des plongeurs, la conscience de son statut :

This gives some idea of the elaborate caste system existing in a hotel. Our staff, amounting to about a hundred and ten, had their prestige graded as accurately as that of soldiers, and a cook or waiter was as much above a plongeur as a captain above a private. Highest of all came the manager, who could sack anybody, even the cooks. We never saw the patron, and all we knew of him was that his meals had to be prepared more carefully than that of the customers; all the discipline of the hotel depended on the manager […] Below the manager came the maître d’hôtel […] Then came the chef du personnel […] Then came the other cooks […] then the waiters […] then the laundresses and sewing women; then the apprentice waiters […] then the plongeurs, also at seven hundred and fifty francs; then the chambermaids, at five or six hundred francs a month; and lastly the cafetiers, at five hundred a month. We of the cafeterie were the very dregs of the hotel, despised and tutoied by everyone.

23Tous les mots français de ce passage correspondent aux différents grades de la hiérarchie hôtelière décrite à la manière d’un organigramme militaire où chacun connaît sa fonction et où tous jouissent pourtant – à l’exception des plongeurs – d’un certain prestige qui leur permet d’accepter leur condition et de baisser les yeux autour d’eux avec complaisance. Tout aussi emblématique à cet égard est cette réflexion d’Orwell au sujet des cuisiniers, où le sentiment d’appartenir à une élite naît du prestige distinctif de ses membres :

Undoubtedly the most workmanlike class, and the least servile, are the cooks. They do not earn quite so much as waiters, but their prestige is higher and their employment steadier. The cook does not look upon himself as a servant, but as a skilled workman: he is generally called “un ouvrier”, which a waiter never is. He knows his power—knows that he alone makes or mars a restaurant, and that if he is five minutes late everything is out of gear. He despises the whole non-cooking staff, and makes it a point of honour to insult everyone below the head waiter. And he takes a genuine artistic pride in his work, which demands very great skill.

24Le mot français cité par le narrateur résume à lui tout seul ce complexe de valeurs entremêlées sur lesquelles repose la conception hiérarchique de la société : une aptitude à produire une œuvre, un pouvoir qui s’exerce sur les autres et le respect qu’on leur impose, voilà tout ce que l’emprunt connote en assignant les cuisiniers à une aristocratie ouvrière consciente de sa supériorité et de sa dignité.

25À côté de ce trait inégalitaire, c’est l’importance idéologique de la liberté, ou plutôt des libertés, que le récit connote au moyen de mots français. D’abord sous la forme d’une privation de liberté quand Orwell dénonce en des termes vigoureux l’aliénation dont les plongeurs font l’objet : I think one should start by saying that a plongeur is one of the slaves of the modern world. Not that there is any need to whine over him, for he is better off than many manual workers, but still, he is no freer than if he were bought and sold.

26Ensuite, lorsqu’une fois à Londres, il compare les conditions d’hébergement réservées aux vagabonds et dénonce le règlement liberticide de certains établissements, dont ceux tenus par l’Armée du Salut, qui s’apparentent à un environnement carcéral :

The numerous restrictions stink of prison and charity. The Salvation Army hostels would only appeal to people who put cleanliness before anything else. Beyond this there are the ordinary common lodging-houses. Whether you pay sevenpence or a shilling, they are all stuffy and noisy, and the beds are uniformly dirty and uncomfortable. What redeems them are their laissez-faire atmosphere and the warm homelike kitchens where one can lounge at all hours of the day or night. They are squalid dens, but some kind of social life is possible in them. The women’s lodging-houses are said to be generally worse than the men’s, and there are very few houses with accommodation for married couples. In fact, it is nothing out of the common for a homeless man to sleep in one lodging-house and his wife in another.

27L’un des rares mots français qu’Orwell emploie lorsqu’il relate son expérience londonienne, laissez-faire, incarne à lui tout seul l’idéal de liberté qui anime les Anglais dans le domaine politique et connote tout un ensemble de valeurs et d’aspirations, la liberté de mouvement, la sécurité de sa personne, ou l’absence de détention abusive, autant de garanties fondamentales entrées dans le droit commun et dans les mœurs. Orwell est suffisamment lucide pour savoir qu’à Londres comme à Paris, ces droits profitent davantage aux nantis qu’aux déshérités pour qui paupérisation rime bien souvent avec pénalisation. Il n’empêche que laissez-faire n’est pas employé ironiquement et qu’il fallait le traduire par « liberté(s) », la tâche du traducteur étant ici de permettre au lecteur de se faire une idée de tous les apports sémantiques qui se sont sédimentés au fil de l’usage selon une lecture progressiste – et orientée – suivant laquelle la lutte en faveur des droits individuels contre l’arbitraire royal constitue le moteur du changement et la finalité de l’histoire.

28Face à cette représentation hiérarchique, libérale et individualiste du consensus à l’anglaise se dessine en creux une conception égalitariste et transgressive de l’idéologie partagée par tous ceux qui vivent à Paris. Hormis la présence du terme dans la devise républicaine, Orwell ne fait aucune allusion à la soif d’égalité des Français, sauf lorsqu’il évoque le nivellement des conditions qui s’opère à la fin du service et met sur un pied d’égalité plongeurs, serveurs et cuisiniers : Indoors we were their slaves, but it is an etiquette in hotel life that between hours everyone is equal, and the engueulades do not count. Mais ce n’est pas cet égalitarisme intermittent qui est connoté par de nombreux mots français du corpus comme étant emblématique de la France. Le rapport transgressif à la loi et aux règlements joue ce rôle en montrant comment les contrevenants trouvent en quelque sorte le moyen d’actualiser par ce biais une égalité en puissance. C’est l’éloge indirect de l’ingéniosité comme moyen d’enfreindre la loi à son profit qui illustre ce trait idéologique, qu’il s’agisse de déménager à la cloche de bois en emportant toutes ses affaires à la barbe de l’hôtelier, ou qu’il soit question de cette qualité éminemment française qu’est la débrouillardise :

Débrouillard is what every plongeur wants to be called. A débrouillard is a man who, even when he is told to do the impossible, will se débrouiller —get it done somehow. One of the kitchen plongeurs at the Hotel X., a German, was well known as a débrouillard. One night an English lord came to the hotel, and the waiters were in despair, for the lord had asked for peaches, and there were none in stock; it was late at night, and the shops would be shut. “Leave it to me,” said the German. He went out, and in ten minutes he was back with four peaches. He had gone into a neighbouring restaurant and stolen them. That is what is meant by a débrouillard. The English lord paid for the peaches at twenty francs each.

29Alors qu’à Paris la satisfaction de parvenir à ses fins justifie bien souvent des moyens illicites auxquels s’ajoute la griserie de transgresser les règles, à Londres, les chemineaux se soumettent de bonne grâce à la dureté de la loi sur le vagabondage qui leur interdit de dormir sous les ponts et les contraint à quitter leur asile chaque matin pour trouver refuge ailleurs.

30Dans l’ensemble, si les mots français du corpus se font l’écho de la réalité vécue par Orwell au contact des trimardeurs, ils connotent avant tout une vision contrastée des valeurs dominantes associées à chaque langue-culture. Tout en reconnaissant la supériorité de la France en matière de raffinement artistique, d’usages mondains, ou de mode et de gastronomie, les mots français laissent entrevoir une vie de loisir au sein d’une société traditionnelle qui donne le primat au concept de transmission héréditaire et incite les élites aristocratiques à remplir une fonction ostentatoire à laquelle ces signes linguistiques de richesse extérieure contribuent à leur manière. Bien que les xénismes cités par Orwell fassent référence à la dure réalité de miséreux qui luttent pour survivre, les emprunts français soulignent en creux la faiblesse de l’idéologie révolutionnaire en Angleterre, où les mentalités aristocratiques ont réussi à maintenir les apparences en dépit des assauts répétés des puissances de l’argent et des forces politiques qui n’ont cessé de diminuer leur prééminence réelle. Même si leur rôle politique s’est réduit comme une peau de chagrin à partir du xixe siècle et tout au long du xxe siècle, leur prestige reste intact, trouvant dans ces mots venus du continent les instruments qui leur permettent d’étaler leur faste et de fustiger le luxe tapageur des parvenus ainsi que les ambitions d’arrivistes sans scrupule. Gouvernées par le principe aristocratique, les connotations des mots français ne reflètent en rien, si ce n’est sur le mode ironique ou plaisant, l’éthique marchande et protestante si chère à la middle class. On serait bien en peine de mentionner plus de quelques mots français évoquant l’austérité morale d’une classe sociale qui n’a cessé de mettre l’accent sur l’effort, la discipline et les convenances. Quoique la bourgeoisie anglaise ait réussi à imposer au pays tout entier un ordre de valeurs marqué par le puritanisme et fondé sur l’épargne, il s’en faut de beaucoup que la vertu et le labeur ne soient les signes distinctifs des mots français empruntés durant toute la période moderne. Sans doute l’aristocratie a-t-elle dû se conformer, du moins en apparence, à cet ordre moral imposé par des hommes nouveaux à qui l’Angleterre devait sa prospérité et sa puissance. Mais forte de son prestige et de la considération dont elle n’a cessé de jouir auprès de la population, la vieille aristocratie a résisté en défendant son mode de vie. Moins elle a été puissante sur le plan politique, plus elle a voulu paraître sur le plan social. Or l’un des moyens d’afficher sa supériorité est de faire étalage de son patrimoine linguistique, surtout dans un pays où l’éducation fournit bien plus qu’ailleurs un moyen infaillible de distinguer ceux qui font partie du cercle magique de l’élite. En acquérant le droit de séjourner à la lisière d’une langue prestigieuse transmise dans les meilleures écoles, les emprunts français communiquent ainsi une part de leur aura à tous ceux qui les emploient comme un brevet de distinction et un signe de reconnaissance.

L’emprunt comme inscription et horizon de l’altérité : comment transmettre la mémoire des mots étrangers ?

31À quelles difficultés les traducteurs du texte d’Orwell ont-ils dû se mesurer ? En ont-ils éludé certaines ? Est-il possible, par induction, de poser correctement le problème que soulèvent les mots étrangers, et notamment français, dans un texte anglais à traduire ? Se peut-il qu’ils ne soient tout compte fait que des variantes libres assignables à un registre stylistique ou un usage social ? La perspective où nous nous plaçons impose de faire le bilan de ce travail en commençant par ce pour quoi le traducteur est engagé et rémunéré, à savoir une traduction présentant des difficultés qu’il lui faut résoudre de la façon la plus satisfaisante. Le premier obstacle a trait à l’impossibilité de traduire en français la valeur de connotation autonymique des mots français du texte original : plongeur signifiant en bloc l’homme et son nom en anglais, il est chimérique de vouloir restituer son signifié métalinguistique avec son sens dénoté au moyen d’un report traductif qui s’oppose à tout retour réflexif sur le signe. Face à des mots français plus ou moins connus de lui, le lecteur anglophone est conscient d’un dire étranger sur lequel il achoppe et qui opacifie plus ou moins la phrase. Un signe incompris attire en effet l’attention sur lui en tant que signe, par une prise de conscience métalinguistique. Tout signe pourvu d’une connotation autonymique ne pouvant avoir d’autre part aucun synonyme puisqu’il dénote son propre signifiant, sa traduction en langue étrangère est littéralement impossible et cette difficulté nous fait clairement toucher les limites de la traduisibilité. À l’impossible nul n’est tenu et le traducteur ne saurait sans mauvaise foi se voir imputer cette difficulté à faute. Mais on peut en revanche s’étonner du fait qu’à une ou deux exceptions près, le procédé employé pour rendre le sens des emprunts soit le report pur et simple, alors que sa mise en œuvre systématique entraîne la plupart du temps une oblitération des connotations dont les mots français sont porteurs en anglais. Sans doute le recours à d’autres traductions, sourcières ou ciblistes, aurait-il permis d’exprimer en français les valeurs connotatives de termes qui évoquent une mémoire culturelle et une prégnance idéologique foncièrement étrangères au narrateur du texte d’Orwell.

32Après avoir identifié les principales difficultés, il s’agit de comprendre pourquoi un traducteur éprouve le besoin d’emprunter des éléments lexicaux à une langue étrangère. Si l’on rejette, à la suite de Ladmiral, les analyses de la connotation qui reposent sur des fondements sociolinguistiques ou stylistiques trop vagues et incertains, nous devons admettre l’existence d’une sémantique des connotations qui puisse intégrer tous les effets de sens d’un mot quelconque à son signifié. Or, si les traducteurs du texte d’Orwell ont tenu compte dans l’ensemble du changement de sens affectant plusieurs mots français du corpus en anglais en recherchant une équivalence traductive qui ne soit pas tributaire de la forme du texte à traduire, il se sont montrés beaucoup plus timides en revanche au sujet des connotations que les mots français véhiculent en anglais et que l’isotopie met en lumière dans plusieurs des exemples que nous avons cités. Tout un ensemble redondant d’indices sémantiques fait converger l’interprétation des mots étrangers avec celle du récit où ils jouent leur partition en dessinant un contraste socioculturel qui oppose une conception française et anglaise de la société. Une majorité de mots français du corpus fonctionne en effet comme autant de marqueurs idéologiques qui condensent une mémoire historique, des valeurs sociales et des aspirations communes en s’inscrivant dans la problématique traductive et nationale du même et de l’autre ainsi qu’en servant de porte-drapeau discret à certains locuteurs anglais. Le risque est bien entendu qu’au nom d’un relativisme culturel et linguistique prétendument indépassable, on renonce tout bonnement à traduire, ou bien au contraire qu’on étende le procédé de l’emprunt à l’ensemble du texte d’arrivée, qui serait alors identique au texte de départ. Cette réponse absurde apportée à la traduction problématique des mots étrangers ne doit pas pour autant jeter l’opprobre sur les traducteurs qui ont sporadiquement recours à « la solution désespérée de l’emprunt » (Ladmiral, 2004 [1979] : 19). On ne peut exclure en effet que l’interprétation du texte à traduire à laquelle le traducteur ne peut se soustraire puisse lui faire choisir consciemment d’importer dans sa traduction un mot d’emprunt se révélant être le mot juste. Car à moins de considérer le traducteur qui s’est résigné à l’emprunt comme un défaitiste, il faut convenir qu’il est des cas où le mot étranger paraît s’imposer comme la meilleure solution, bien qu’il ne remédie au premier abord à aucune insuffisance lexicale mise en évidence par l’interférence linguistique. Dans la perspective considérant la traduction comme un instrument privilégié du rapprochement des langues et des cultures, ce moment babélien à la source de l’emprunt, sur lequel le traducteur a la haute main, n’est sans doute pas tant en fin de compte le symptôme d’une confusion que le signe d’une confluence des langues où il est tentant de voir la nostalgie d’un avant-Babel.

Haut de page

Bibliographie

Éditions de référence

Orwell, George, 1981 [1933], Down and Out in Paris and London, Londres, Book Club Associates.

—, 1935, La Vache enragée, trad. René-Noël Raimbault et Gwen Gilbert, Paris, Gallimard.

—, 2001, Dans la dèche à Paris et à Londres, trad. Michel Pétris, Paris, Éditions 10/18.

Ouvrages et articles

Ballard, Michel, 2004, Versus : la version réfléchie : anglais-français, vol. 2, Des signes au texte, Paris, Ophrys.

Baugh, Albert et Cable, Thomas, 1935, A History of the English Language, New York, Prentice Hall.

Bliss, Alan, 1987 [1966], A Dictionary of Foreign Words and Phrases in Current English, Londres, Routledge et Kegan Paul.

Chirol, Laure, 1973, Les « mots français » et le mythe de la France en anglais contemporain, Paris, Klincksieck.

Chuquet, Hélène et Paillard, Michel, 1989 [1987], Approche linguistique des problèmes de traduction anglais français, Paris, Ophrys.

Demanuelli, Claude et Demanuelli, Jean, 1991 [1990], Lire et traduire : anglais-français, Paris, Masson.

Deroy, Louis, 1956, L’Emprunt linguistique, Paris, Les Belles Lettres.

Humbley, John, 1974, « Vers une typologie de l’emprunt linguistique », Cahiers de lexicologie, n° 25, p. 47-70.

Ladmiral, Jean-René, 2004 [1979], Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Gallimard.

Paillard, Michel, 2000, Lexicologie contrastive anglais-français, Paris, Ophrys.

Pergnier, Maurice, 1989, Les Anglicismes, Paris, PUF.

Rey-Debove, Josette, 1949, Sémiotique, Paris, PUF.

—, 1986 [1978], Le Métalangage, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Rey-Debove, Josette et Rey, Alain (éds), 1996, Le Nouveau Petit Robert, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Thompson, Della (ed.), 1995, The Concise Oxford Dictionary of Current English, 9th Edition, Oxford, Clarendon Press.

Tournier, Jean, 1985, Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain, Paris/Genève, Champion/Slatkine.

—, 2004, Précis de lexicologie anglaise, Paris, Ellipses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Chadelat, « Dieu et mon droit ou faire la révolution ? Traduire la charge idéologique des mots français dans Down and Out in Paris and London de George Orwell », Palimpsestes, 25 | 2012, 203 – 231.

Référence électronique

Jean-Marc Chadelat, « Dieu et mon droit ou faire la révolution ? Traduire la charge idéologique des mots français dans Down and Out in Paris and London de George Orwell », Palimpsestes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/palimpsestes/1842 ; DOI : 10.4000/palimpsestes.1842

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals